Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La solidarité laïque qui fait l’originalité de notre République (...)

La solidarité laïque qui fait l’originalité de notre République est-elle en danger ?

Que signifie une adhésion raisonnable à un corpus de croyances ? En tant que telles aucune des religions n’a jamais été à l’abri de l’intégrisme. Au nom de la liberté de pensée, une pratique raisonnable et modérée ne peut exister en soi que dans un espace privé qui doit le rester. Il n’y a pas à sortir de là !

Lieu circulaire et pluriel, au creux de ses collines, Marseille la bleue, la blanche, l’aérée. Un sang impur n’y abreuve pas ses sillons. Toutes sortes de communautés savent y vivre en paix depuis des siècles. Emotion esthétique, de celles qui sauvent. Il est des moments où il est plus qu’utile d’avoir des yeux.

J’ai longtemps hésité mais ma décision est prise, je boycotte intégralement l’opération publicitaire d’envergure que les oublieux des valeurs de notre république et les médias alignés ont monté. Deux cents cinquante mille personnes attendues qui croient encore cette baliverne que l’on peut enfanter par l’opération du saint-esprit çà fait quand même beaucoup !  

- Au fait les catholiques fêtent-ils toujours Saint Barthélemy patron des bouchers ?

N’y avait-il pas quelque chose d’effroyable dans ce choix des Guise et autres Médicis ? Mais laissons là cette idée.

Quelque soit sa forme, la martyrologie catholique, celle de l’intégrisme musulman actuel et celle revancharde de toutes les autres religions qui ne veulent ni oublier ni pardonner a toujours a toujours été un fond de commerce ayant quelques relents malsains.

J’écris cet article bien calée dans un fauteuil face à la mer. Je ne sais plus qu’elle heure il peut être. L’esthétique des lointains tient peut-être de cette impression là, d’en réchapper un moment de l’infiniment sériel des nombres et de l’idée d’un temps comptable et limité. 

-Où en est le chrono ? Qui l’a déclenché ? 

Je me prend à regretter que cette question des origines et celle des fins dernières soit moins une question philosophique sur laquelle les esprits libres essayaient de s’interroger sans vouloir forcément y répondre, qu’une source inépuisable d’inspiration mystique pour tenir en religion les humains et en faire des fidéistes asservis.

- On ne s’interroge jamais assez sur la portée idéologique du langage qui contient en germe un côté pervers. Il faut toujours interroger une intime conviction avant de se faire une opinion et ne pas oublier comme le font les bons enquêteurs du crime, de se demander comment et à qui finalement profite ce type de discours. Toujours ! 

Cette idée et le gabian que je vois en train de pêcher me convoquent au souvenir de mon ami Claude. Cette fascination qu’il avait pour les oiseaux ne tenait-elle pas de la colombe blanche non comme symbole d’un saint -esprit mais comme celui indissociable de la paix et de la liberté ? Il me revient en tête nos longues discussions et nos projets. Ceux de 68, les vrais, ont toujours été plus doués que les autres à s’inventer des ailleurs où penser autrement.

On était bien d’accord Claude et moi pour penser que les guerres de religion ne sont toujours que des prétextes. L’image de garde fou moral et de haute spiritualité sous laquelle les religions se sont toujours présentées ne résiste pas une minute à l’analyse historique de leurs exactions commises en se réclamant de dieu.

-On ne se méfie jamais assez de ceux qui au nom d’une religion, d’une idéologie ou d’une morale ne parlent en fait pour ne s’autoriser que d’eux même.

 Le fin mot de cette histoire c’est que stratégiquement des oligarchies en chambre de tous poils n’ont jamais rien trouvé de mieux que d’ instrumentaliser le religieux à leur profit pour camoufler leurs véritables intentions, étendre leur domination, accroître leurs richesses.

L’oecuménisme est une digue idéologique derrière laquelle les religions voudraient bien s’abriter pour argumenter de leur pacifisme. Mais elles auront toujours  beaucoup de mal à l’entretenir face à ces sortes de poussées de fièvre, de radicalisation et d’intégrisme que les oligarchies, qui se réclament d’elles, favorisent dès qu’elles se sentent menacées.

Il est évident que pour être crédible et vivre en paix en respectant la liberté de conscience de chacun, ce pacte de non agression exige un désarmement complet de leurs bras séculiers. C’est par exemple, ce qu’avaient fini par comprendre au début du 20° siècle le législateur français pour en faire la loi de 1905 de séparation de l’église et de l’état ou le turc Mustafa Kemal. Combien de temps la Turquie restera t-elle laïque ?

Cette garantie de paix d’une solidarité laïque inscrite dans notre constitution est maintenant en danger. Les communautarismes de toutes obédiences n’ont de cesse que de porter atteinte à ce principe de laïcité qui seul peut garantir la paix entre les peuples et les communautés de pensée. Quel hiérarque religieux est prêt à accepter une perte d’influence sans réagir ? Il est sûr que le régime politique des chinois n’est pas un modèle de société démocratique mais de quel droit un prix Nobel de la paix fixe-t-il a priori que le Tibet dans son identité communautaire doit rester éternellement boudhiste ? 

Les religions ne sont pas ce qu’elles disent être, des puissances spirituelles sans visée expansionniste. Le message de paix que délivrent les chefs religieux ne seront pas crédibles aussi longtemps qu’ils n’auront pas renoncé à tout pouvoir, à toute pression lobbyiste, à tout prosélytisme, à tout privilège et à toute richesse. Mais force nous oblige à analyser que partout dans le monde le business de dieu et les appartenances communautaristes servent de couverture à toutes sortes de manœuvres impérialistes. Il n’y a pas de plus grand ennemi idéologique et de plus grand danger pour les marchands de l’irrationnel et des croyances que celui représenté par notre pauvre petite république. 

Un profond sentiment d’impuissance est en train de m’envahir. Chez les humains, la tendance actuelle est plutôt à fabriquer des armes pour s’entretuer que de produire de la nourriture pour vivre et se nourrir. La montée des communautarismes, il y a toujours eu des petits malins pour en profiter. La vieille garde laïque n’accepte pas de baisser les bras mais elle a un grand besoin de se renouveler. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • Gandalf Tzecoatl 13 septembre 2008 09:26

    Vous noterez tout de même que le pape stipule que la laïcité française est inscrite dans les Evangiles : "Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu".

    Ok, ça a mis 2000 ans pour comprendre ce fait, mais vu la lenteur de cette institution, il va falloir 2000 autres mille ans pour qu’elle s’en départisse.

    Du côté du catholicat, dormez sur vos deux oreilles, à priori.



    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 13 septembre 2008 11:01

      La laïcité française, c’est la liberté de conscience, plus la liberté de culte, plus la séparation des Eglises et de l’Etat.

      C’est donc un peu plus que la formule simpliste de l’Evangile.


    • civis1 civis1 13 septembre 2008 11:41

      Une petite précision tout de même :

      Mon article n’a pas pour objectif de faire l’apologie de l’athéisme ni d’aucune idéologie d’ailleurs.  Croire qu’il existe un dieu, des dieux ou croire qu’il n’y en a pas relève du même registre : celui des hypothèses et de  la croyance.

       Le  choix de s’installer ou non dans un système de croyances ou une représentation du monde doit rester un droit : celui de  pouvoir penser librement.

      Ce droit exclu tout impérialisme de la pensée et suppose le respect de la diversité des systèmes de croyances et les pratiques cultuelles ou autres qui s’y rattachent.

      Il y a là , tout au cours de l’histoire humaine et pour ce que nous en savons une richesse de l’imaginaire  à préserver  absolument.

      La seule façon de défendre ce droit pour tous les humains et de le faire respecter c’est de  faire en sorte qu’il s’exerce et se limite à la  sphère privée.


    • civis1 civis1 13 septembre 2008 12:01

      J’entends par solidarité laïque une solidarité  s’exerçant au niveau de l’état. En France cette idée  s’illustrait assez bien dans le cadre de services publics divers comme la santé, le logement, l’ éducation mis à mal par une oligarchie  financière qui voudrait faire de la solidarité un marché.

      Elle a pour vocation de s’exercer en direction de tous les citoyens avec un souci d’égalité et quelle soit leur appartenance ethnique ou les croyances religieuses.

      Cette solidarité est un droit qui ne réclame aucune pitié.

      Elle  est  attachée à l’idée d’une fraternité . C’était le troisième mot de la devise frappée sur le franc.

      Faisons en sorte nous les citoyens français que les étoiles de l’Euro et du  drapeau européen en prennent le relais symbolique. Demandons que  le Président de l’Europe actuel l’inscrive dans ses objectifs.


    • foufouille foufouille 13 septembre 2008 13:53

      cette idee est fausse car l’etat a remplacer les conditions de cette solidarite par les siennes
      pour la religion les pauvres doivent vivre a certains endroits et ds certaines conditions. l’etat fait pareil....... en ajoutant lui aussi un controle social


    • Gandalf Tzecoatl 13 septembre 2008 14:20

      "La laïcité française, c’est la liberté de conscience, plus la liberté de culte, plus la séparation des Eglises et de l’Etat.

      C’est donc un peu plus que la formule simpliste de l’Evangile."

      J’aurai rajouté l’absence de signes religieux dans l’espace public, du moins pour ce qui concerne la laïcité "négative" française (à ne pas confondre avec la laïcité positive anglaise dont on connait le revirage).

      Il est heureux que certains propos bi-millénaires sensés aient été amendés, faisant foin de tout dogmatisme conservateur.


    • JL JL 13 septembre 2008 10:02

      Bonjour Civis1, bravo pour cet article. Voltaire disait dit-on : "si dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer". Dommage qu’il ne se soit trouvé personne pour lui rétorquer : C’est précisément ce que les hommes ont fait.

      Le capitalisme est cousin de tous les monothéismes lesquels sont entre eux comme des frères ennemis qui se disputent l’au delà, mais tous promettent le bonheur, ici mais plus tard pour l’un, tout de suite mais ailleurs pour les autres.

      Les expressions comme "laïcité positive", "intégrisme athée" sont de véritables insultes au langage et à la raison.


      • Gandalf Tzecoatl 13 septembre 2008 10:24

        Et oui JL, l’athéisme est une religion, dont le fondement est de croire ou d’affirmer qu’il n’existe pas de Dieu ou de dieux. Qu’il y est son pendant intégriste peut effectivement être le point de vue d’un religieux.

        L’agnosticisme est en cela plus scientifique, puisqu’il ne sait pas.

        La laïcité peut être basée sur l’agnosticisme, et non pas sur l’athéisme.

        Ou mieux, la laïcité n’est basée que sur elle-même.


      • Lapa Lapa 13 septembre 2008 10:32

        le problème de l’athée de nos jour c’est que la plupart sont passés du "ne pas croire en l’existence de dieu" à "croire que dieu n’existe pas".

        On retrouve les mêmes symptômes que les religions : intégrisme (on déguise ça en "laïc" pour faire moins peur et plus consensuel) la persuasion que ses valeurs sont les meilleurs et qu’il doit les propager (prosélytisme) tout en accusant les croyants de tous les maux.

        Bref rien de nouveau. Si l’auteur d’ailleurs pouvait expliciter et justifier son titre et le chapeau ça serait déjà plus intéressant que de balancer des affirmations toutes aussi dogmatiques que le 15 Aôut .


      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 13 septembre 2008 10:58

        "Tzecoatl

         
        Et oui JL, l’athéisme est une religion, dont le fondement est de croire ou d’affirmer qu’il n’existe pas de Dieu ou de dieux."

        Non, ne pas croire, ce n’est pas croire.

        L’athéisme n’est pas une croyance, c’est une pensée. Ce n’est pas une religion, il n’y a ni dogme, ni rites, ni sacrements.
        (IP:xxx.x20.143.39) le 13 septembre 2008 à 10H24

      • JL JL 13 septembre 2008 11:16

        @ Tzetcoatl vous dites : "l’athéisme est une religion".

        Croire est une chose, ne pas croire ne signifie pas croire en le contraire, cela serait stupide. Le contraire de chaud n’est pas seulement froid mais également et dans une autre sens, tempéré.

        La seule force des religions est celle qu’elles possèdent sur les esprits. Les églises, la liturgie, les rites, etc. sont les moyens d’exercer cette puissance. A l’inverse, Il n’y a pas davantage d’églises ni de temples ni de rites …, ni pour les agnostiques ni pour les athées.

        Au regard des religions l’agnostique est une "brebis égarée". Et si l’athée interpelle les les religions c’est quand il ose dire qu’il refuse d’être traité en brebis parce que dès lors, il n’est plus seul. Et c’est cela que vous appelez bêtement religion. Pourquoi pas secte pendant que vous y êtes ?

        Mais pardon à Civis1, le sujet ici est la laïcité, pas l’athéisme, bien que cet article soit publié en rubrique religions. Il aurait pu tout aussi bien être publié en rubrique "Tribune libre", ou "Société". Pour ma part, je ne lis pas les articles publiés en rubrique Religion, sauf exception, c’est le cas ici.


      • JL JL 13 septembre 2008 11:33

        Si l’athéisme était une religion, alors la laïcité serait un paradoxe. smiley


      • JL JL 13 septembre 2008 11:36

        Le vrai n’est pas le contraire du faux, il est le contraire de Tous les faux. De même l’athéisme n’est pas une croyance contraire, il est le contraire de toutes les croyances.


      • Deneb Deneb 13 septembre 2008 14:06

        Si l’athéisme est une religion, alors la calvitie est une couleur de cheveux.


      • Gandalf Tzecoatl 13 septembre 2008 14:07

        @JL :

        Et quand un monothéiste déclare : "je ne crois pas que Dieu n’existe pas", il prend à contrepied votre raisonnement, non ?

        Croire que dieu existe ou pas est binaire.


      • JL JL 13 septembre 2008 14:51

        @ Deneb smiley

        @ Quetzcoatl : et en latin, vous savez le dire ? Et en hébreux ?


      • Gandalf Tzecoatl 13 septembre 2008 15:34

        "L’athéisme est une attitude ou une doctrine[1], qui affirme l’inexistence ou ne conçoit pas l’existence de quelque dieu, divinité ou entité surnaturelle que ce soit, contrairement, par exemple, au déisme et au théisme qui soutiennent cette existence et à l’agnosticisme qui la considère comme indécidable."

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Ath%C3%A9isme


      • Gandalf Tzecoatl 13 septembre 2008 16:21

        Je le répète, la laïcité n’est pas athée, elle est républicaine.


      • Gilles Gilles 13 septembre 2008 16:36

        "le problème de l’athée de nos jour c’est que la plupart sont passés du "ne pas croire en l’existence de dieu" à "croire que dieu n’existe pas"

        DIEU..... on en veut tout simplement pas, c’est tout. S’il existe, qu’il aille se faire voir chez Andromède


      • Radix Radix 13 septembre 2008 19:00

        Bonjour tzecoal

        Non l’athée ne "croit" pas que dieu n’existe pas, il sait que dieu a été créé par les hommes car ils avaient peur du noir !

        L’athéïsme n’est pas une croyance comme vous aimeriez le penser, c’est une façon très hypocrite d’essayer de mettre à égalité superstition et raisonnement étayé.

        Une croyance reposant sur une conviction ne peut être mise au même niveau qu’une réflexion construite sur des faits.

        C’est d’ailleurs ce qu’essaye de faire les tenants du dessin intelligent qui veulent mettre leurs âneries sur le même plan que la science !

        Personnellement peu me chaud que mon voisin croit que le monde a été créé par un vieux barbu à la condition expresse qu’il n’essaye pas de m’imposer sa façon de voir car dans ce cas je ressort la fourche du fumier pour la planter ailleurs !

        Radix


      • Gandalf Tzecoatl 13 septembre 2008 20:40

        @ Radix :

        "Non l’athée ne "croit" pas que dieu n’existe pas, il sait que dieu a été créé par les hommes car ils avaient peur du noir ! "

        Vous combattez une croyance par une autre croyance, ou conviction, tout au plus.

        "L’athéïsme n’est pas une croyance comme vous aimeriez le penser, c’est une façon très hypocrite d’essayer de mettre à égalité superstition et raisonnement étayé. "

        C’est louable.

        "Une croyance reposant sur une conviction ne peut être mise au même niveau qu’une réflexion construite sur des faits. "

        Permettez donc moi de souligner les faiblesses de la raison, dont j’aime pourtant abuser :
        En sciences humaines, la réflexion ne peut être ni vraie ni fausse, elle ne peut être que partielle, momentanée.
        En sciences pures, la réflexion est exacte sur des postulats le plus souvent invérifiables.
        Et quotidiennement, je ne constate souvent que des réflexions défendant essentiellement des convictions (gauchisme, libéralisme, athéisme, catholicisme, etc, etc).

        "C’est d’ailleurs ce qu’essaye de faire les tenants du dessin intelligent qui veulent mettre leurs âneries sur le même plan que la science ! "

        La science mettra longtemps, sinon jamais, à prouver ou infirmer qu’il y a une finalité à l’univers, à la vie, et non pas qu’une causalité exclusive. Remarquez que les croyances ne sont libres de s’exprimer que de l’aveu de faiblesse de la science. Dans la Bible, nous voyons des ragots ou des poèmes(appelons cela pré-science, question fondée, réponse infondée) tentant de donner corps à des questions sans réponse : d’où venons-nous, comment cela a été créé, etc. Questions qui ont mis quelques millénaires pour avoir leur réponse tangible.

        Depuis longtemps, les monothéismes stipulent que Dieu a créé l’univers. Aujourd’hui, les scientifiques tentent de reproduire ces conditions, émettent des spécualtions (théorie des branes, etc) : c’est de bon ton.

        La réponse lapidaire religieuse à ces questions est le défi du scientifique.

        "Personnellement peu me chaud que mon voisin croit que le monde a été créé par un vieux barbu à la condition expresse qu’il n’essaye pas de m’imposer sa façon de voir car dans ce cas je ressort la fourche du fumier pour la planter ailleurs ! "
        D’autant plus qu’il a plus à perdre à t’imposer ses points de vue.

        Donc, pour résumer, et d’après ce que j’ai compris, l’athéisme selon vous est à finalité scientifique.


      • Radix Radix 14 septembre 2008 00:34

        Bonjour

        L’athéïsme n’est pas à finalité scientifique, il découle logiquement de l’étude de l’histoire des religions.
         
        Qui croit encore à Thor, Freya ou Zeus, Apollon etc...
        Pourtant ces religions ont eu leur heure de gloire et ont été supplantée par le monothéïsme.

        Le monothéïsme n’est qu’une simplification à usage politique des polythéïsmes, il est né en Egypte mais n’a pu prospérer que plus tard dans une ancienne colonie égyptienne : la Judée dont les habitants ont repris à leur compte les idées.

        C’est un principe unificateur : un dieu = un chef, c’est plus simple à gérer. Plus de dissenssion entre les prêtres des différents temples dédiés à l’un ou à l’autre.

        C’est en quelque sorte l’ancêtre des partis politiques avec un arbitre d’autant plus indiscutable... qu’il n’existe pas et ne risque donc pas de venir contredire le chef.

        Quand à dire que la science chercherait à démontrer ce que les religions pensent c’est le délire de ceux qui prennent leurs désirs pour des réalités. La science cherche seulement à comprendre l’univers dans lequel on vit, les religion ne se sont jamais posé aucune question : dieu est un éteignoir à question !

        Radix


      • Gandalf Tzecoatl 14 septembre 2008 08:55

        "L’athéïsme n’est pas à finalité scientifique, il découle logiquement de l’étude de l’histoire des religions. "

        Et comme chacun le sait, l’histoire est une science sociale à multiples versions. La logique que vous invoquez est au mieux floue.

        "Qui croit encore à Thor, Freya ou Zeus, Apollon etc...
        Pourtant ces religions ont eu leur heure de gloire et ont été supplantée par le monothéïsme.

        Le monothéïsme n’est qu’une simplification à usage politique des polythéïsmes, il est né en Egypte mais n’a pu prospérer que plus tard dans une ancienne colonie égyptienne : la Judée dont les habitants ont repris à leur compte les idées.

        C’est un principe unificateur : un dieu = un chef, c’est plus simple à gérer. Plus de dissenssion entre les prêtres des différents temples dédiés à l’un ou à l’autre. "


        Votre raisonnement est loin d’être omniscient puisque des religions importantes (jusqu’à 1 milliard de fidèles, tel l’hindouisme, ou le shintoisme) sont des polythéismes.
        D’autres religions (boudhisme) sont sans dieu(x), tout comme l’athéisme.

        "C’est en quelque sorte l’ancêtre des partis politiques avec un arbitre d’autant plus indiscutable... qu’il n’existe pas et ne risque donc pas de venir contredire le chef. "
        Oui, enfin, l’état du droit divin étant ce qu’il est depuis 1789, les français pour ne prendre qu’eux savent qu’ils peuvent faire infléchir leurs dirigeants. Ils n’ont pas besoin d’hypothèse divine. C’est plus une question de battage mediatique.

        "Quand à dire que la science chercherait à démontrer ce que les religions pensent c’est le délire de ceux qui prennent leurs désirs pour des réalités. La science cherche seulement à comprendre l’univers dans lequel on vit, les religion ne se sont jamais posé aucune question : dieu est un éteignoir à question  !
        "

        Le plus souvent, la science n’a ni la force ni les moyens pour infirmer ou confirmer les croyances, c’est vrai. Souvent, ces croyances ne méritent pas vraiment qu’un scientifique s’y attarde.
        Ce que je voulais dire, c’est que lorsque la science aura découvert comment l’univers a été créé (l’avant Big Bang), les monothéismes vont prendre une claque : quelques djihads et dénonciations pour blasphème devraient être de la partie.

        Non, la science cherche à répondre comment l’univers (et tout ce qui l’habite) fonctionne, la science ne répond pas pourquoi il fonctionne ainsi.

        Pour résumer, votre argumentation me signifie surtout que votre athéisme s’apparente à un anti-théisme à prétention scientifique. Votre combat se justifie lorsque la religion estt obligatoire, il ne s’adresse pas à un croyant consentant librement.



      • JL JL 14 septembre 2008 09:36

        @ Tzetcoatl qui écrit (encore !) : "D’autres religions (boudhisme) sont sans dieu(x), tout comme l’athéisme.""

        Laïc ce n’est évidemment pas anti-religieux, mais a-religieux. De même, athée ce n’est pas anti-dieu mais sans dieu, sans dogme.

        Qu’est-ce qui ressemble le plus à un dogme si ce n’est un autre dogme ? Le dogme est une entrave à la liberté de penser. 

        La désobéissance anarchique et de tous les instants fait la force principale des hommes libres : ni dieu ni maître, vive la république laïque.

         


      • Gandalf Tzecoatl 14 septembre 2008 10:09

        Et bien, voilà un athéisme respectable, JL. Ouf !


      • Radix Radix 14 septembre 2008 11:20

        Bonjour

        "Et bien, voilà un athéisme respectable, JL. Ouf !"

        Voila donc où vous vouliez en venir, ce que Sarko appelle la laïcité positive !

        La petite porte de derrière enfin ouverte pour l’intrusion des religions dans la vie publique. Désolé de ne pas être d’accord avec vous, je considère les religions comme dangereuse lorsqu’elle se mèle de mettre leur grain de sel dans la vie publique.

        La laïcité n’a pas à être positive où négative, elle est où elle n’est pas !

        Le monde se porterait mieux avec plus de laïcité, malheureusement on assiste actuellement à une montée de l’intolérance et donc des religions qui ont toujours prospérées sur ce fumier !

        Va falloir finalement la ressortir plus tôt que je ne le pensais ma fourche du fumier !

        Radix


      • JL JL 14 septembre 2008 12:06

        @ Radix, je me sens interpellé par vous là. Me serais-je mal exprimé ? Si c’est moi que vous visez, relisez bien mes posts SVP.

        @ Tzecoatl, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : la laïcité que nous connaissons, de mon point de vue est parfaite, il n’y a rien à changer. Ce sont les gens de votre espèce qui prétendent qu’elle a la rage ! smiley


      • Gandalf Tzecoatl 14 septembre 2008 12:25

        Où est-ce que j’ai demandé de modifier la laïcité ? Nulle part, et comme vous, je prétends qu’il n’y a rien à changer.

        Vous n’avez pas dû bien me lire ou vous m’avez mal compris.
        Etrange, n’est-ce pas ?




      • Gandalf Tzecoatl 14 septembre 2008 12:36

        Tout au plus, j’ai stigmatisé l’athéisme comme une "religion", souhaitant parfaire la laïcité, en chassant une "religion" de ce temple républicain. Mais étant par là-même conscient de l’affaiblissement laïc qui pourrait en résulter, je préfère ne pas trop insister.


      • JL JL 14 septembre 2008 12:49

        @ Tzecoatl, ne faites pas l’hypocrite et ne jouez pas sur les mots : entendre dire que l’athéisme serait une religion est inacceptable du point de vue d’un athée. Vous ne vous en tirerez pas comme ça et, désolé, je vous considère à ce titre, comme un ennemi de la laïcité.


      • JL JL 14 septembre 2008 12:59

        Dire que l’athéisme est une religion c’est équivalent à dire que les gens qui ne se reconnaissent d’aucune communauté appartiennent à la communauté des gens qui ne se reconnaiisent d’aucune communauté !

        Vous l’aurez noté : outre que je suis athée, je suis également anti communautariste.


      • Gandalf Tzecoatl 14 septembre 2008 13:16

        Vous m’accusez sans preuve, JL, et vous défendez quelque chose que moi-même je prétends défendre. Ne soyez donc pas plus paranoïaque que nécessaire.

        Concernant le mot religion, effectivement, il est malheureux, puisque les idéologies athées (sans dieu) sont généralement appelées philosophies (boudhisme, libéralisme, athéisme).


      • Radix Radix 14 septembre 2008 13:17

        Bonjour JL

        Non ce post ne vous était pas adressé mais à Tezcoal avec qui je poursuit une conversation à cheval sur deux articles.

        Actuellement beaucoup de gens avance en ce cachant derrière des néologisme dont eux seuls connaissent le sens comme "Laïcité positive", "Laïcité apaisée" etc... Ce qui cache le retour en force des religions dans la sphère publique et cela est inaceptable.

        C’est une com. élaborée destinée à enfumer le contradicteur, ils ont beau jeu de dire : "Mais ce n’est pas cela que cela veut dire !", sans jamais dire exactement ce qu’il en est !

        On voudrait battre le rappel des troupes pour démarrer une nouvelle guerre de religion que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

        Radix


      • JL JL 14 septembre 2008 13:28

        @ Radix, bien reçu.

        le dernier post de Tzecoatl est un modèle du genre : écoeurant..


      • Radix Radix 14 septembre 2008 13:38

        Bonjour JL

        D’accord avec vous : faire passer l’athéïsme comme une religion permet de nous mettre sur le même plan qu’elles, c’est la base de la manoeuvre car cela permet de dire qu’il n’y a rien au-dessus et surtout pas l’Etat A-religieux.
        A terme c’est la fin de la laïcité qui va se transformer insidieusement en un groupement d’intervenants dont les plus puissants seront les religieux car seuls eux ont l’organisation des églises derrière eux, pas l’athéïsme... puisqu’il n’est pas une religion !

        Radix


      • Gandalf Tzecoatl 14 septembre 2008 13:39

        @Radix :

        Permettez moi tout de même de souligner, que, sous couvert de combattre tout les dogmes, vous défendez tout de même à tout prix le dogme de la laïcité, dogme que je ne remets évidemment pas en question, sinon autant multiplier l’appareil public en fonction du nombre de religions (stupide, n’est-il pas ?)

        Je comprends les dangers que vous soulignez. Mais l’esprit est ainsi fait qu’à lui répéter laïcité, laïcité, on n’y touche pas, il finit par se demander pourquoi, et là les réponses ne viennent pas. C’est humain plus qu’inquiétant.
        Il serait plus judicieux que l’athéisme enrichisse la laïcité pour pouvoir opposer sa version à celle de Sarkozy : soyez force de proposition plus que d’opposition.

        @JL :
        Vous êtes écoeurés de coeur plus que de raison, vous n’y êtes plus.




      • Gandalf Tzecoatl 14 septembre 2008 13:42

        Vous comprenez sans doute que tout dogmatisme s’use.


      • JL JL 14 septembre 2008 13:49

        Non Tzectcoatl, il en faut plus que vous pour me faire perdre la raison, je suis un libre penseur, moi.

        Sur ce, il est évident que nous n’avons plus rien à nous dire.


      • Gandalf Tzecoatl 14 septembre 2008 13:58

        Je rajouterais sans doute ceci : attention à ce que la laïcité ne soit pas victime de la méthode Coué, comme l’est la Shoah, faisant perdre la sympathie de l’opinion publique.


      • Radix Radix 14 septembre 2008 14:21

        Bonjour Tzecoal


        Non la laïcité n’est pas un dogme ! C’est une loi et cela est très différent d’un dogme car c’est l’expression de la majorité, un dogme est celle d’une minorité !


        Va falloir se battre aussi sur le sens des mots tant la mauvaise foi est ici évidente.

        Radix

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès