Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Laïcité : payer plus pour prier plus

Laïcité : payer plus pour prier plus

Cruise et SarkozyElles étaient non dites, mais claires, lorsque N. Sarkozy était ministre de l’Intérieur et qu’il commanditait à Jean-Pierre Machelon un rapport qui fit l’objet d’un article publié ici même (Le rapport Machelon, une offensive sans précédent contre la laïcité et la loi de 1905 - par Docdory), mais après le discours de Latran, les choses sont désormais explicites : la laïcité serait un fanatisme à combattre au même titre que les autres et les moyens seront mis pour en réduire la portée.

Le discours de N. Sarkozy prononcé à Rome et rédigé par Henri Guaino (il convient désormais de savoir qui est le marionnettiste) n’entre plus dans le cadre de la rupture, mais franchit le pas du négationnisme historique : celui de tous les crimes, des milliers de victimes du fait religieux partout dans le monde. En apostrophant la laïcité sur le thème du fanatisme, N. Sarkozy mêle dans un amalgame inacceptable les bourreaux et les victimes :

"Que s’il existe une morale humaine indépendante de la morale religieuse, la République a intérêt à ce qu’il existe aussi une réflexion morale inspirée des convictions religieuses.
D’abord parce que la morale laïque risque toujours de s’épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n’est pas associée à une espérance qui comble l’aspiration à l’infini."

Il faut oser le penser, l’écrire et le dire : "la morale laïque risque toujours de se changer en fanatisme", lorsqu’on compte par milliers les fanatiques religieux qui flanquent des avions civils dans des tours américaines, qui se font sauter au milieu des foules, qui avilissent les femmes, quand des siècles d’Inquisition ont brûlé femmes adultères, penseurs et savants, quand les Livres Saints sont rouges du sang des ennemis que l’on a massacrés qui pour entrer en terre promise, qui pour conquérir un empire religieux.

C’est donc au nom de cette révision de l’Histoire que la France s’apprête désormais à changer la donne de la laïcité. D’une République qui, sagement, avait choisi de n’avoir aucune religion, nous allons passer à une République qui, très dangereusement, aura toutes les religions. Ce mouvement est bien plus inquiétant qu’il n’y paraît, y compris pour les religions installées qui devraient se satisfaire prudemment du statu quo de la loi de 1905 : N. Sarkozy, en tant que ministre de l’Intérieur, n’a jamais démenti les rumeurs de protection que son ministère prodiguait à la scientologie, au nom de la liberté de croyance. Se réfugiant derrière cette liberté, il s’était alors interdit toute mesure cohercitive à l’encontre de mouvements sectaires. Dans son ouvrage La République, les religions, l’espérance (éditions du Cerf, 2004), Nicolas Sarkozy affiche une réelle complaisance envers les mouvements sectaires, invitant même à la reconnaissance des « nouveaux mouvements spirituels » (article de Guillaume David publié sur Agoravox).

Il nous l’annonce dans son discours : ces groupes auront désormais droit de cité dans la République et catholiques, juifs et musulmans devront leur faire de la place. Au nom de cette "espérance" qu’il assimile fort sottement à la foi religieuse et rien qu’à elle. Ce qui risque de n’être pas du goût de tout le monde...

Tout au long du discours, N. Sarkozy a égrené les contours d’une politique d’alignement sur les demandes des religieux : reconnaissance des diplômes émanant des instituts catholiques, y compris le diplôme de théologie qui ne correspond à aucune discipline reconnue dans le cursus universitaire public. N’importe qui, pourvu qu’il soit classé dans les organismes religieux, pourra prétendre à former des docteurs en tout et n’importe quoi et la République y apposera son sceau, au nom de cette prise en compte du religieux par la société. La dérive est là, qui nous vient à grand pas des Etats-Unis : demain, la République devra avaliser des formations ayant pour objet la négation de l’évolution des espèces ; le créationisme sera mis au même rang universitaire que la biologie moléculaire.

De la même façon, après que le Conseil d’Etat eut invalidé la disposition contraignant les communes à financer la scolarité d’enfants dans des écoles privées, le ministère de l’Intérieur s’était empressé avant l’élection présidentielle de publier une nouvelle circulaire : depuis cette année, les communes doivent financer la scolarité d’enfants dans des établissements privés, quand bien même ces communes disposeraient des moyens et des places dans des écoles publiques sur leur territoire (www.ecoledelarepublique.fr).

Joignant les différents éléments du puzzle, nous voyons avec effroi où cela nous mène : une commune pourra se trouver dans l’obligation de financer la pédagogie du créationnisme et, faute pour elle de s’y plier, elle y sera contrainte par le préfet. C’est aussi le financement obligatoire de lieux de culte, dans le cadre du rapport Machelon cité plus haut. Bref, croyant ou pas, le contribuable devra sortir l’argent de sa poche pour les croyances des autres. Laïcité positive pour quelques-uns, négative pour la grande majorité de Français qui ne pratiquent aucune religion. Laïcité à sens unique : payer plus pour prier plus.

Avec l’ouverture, les fastes de milliardaires, les virées dans l’empire du toc Disneyland, nous avions oublié le concept de "droite décomplexée" chère au président. La voici qui arrive. La vieille droite maurassienne et bigote, chafouine devant cette République qu’elle n’a jamais aimée, poussiéreuse malgré les ors du Vatican, rétrograde, profondément rétrograde.


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (77 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • roOl roOl 26 décembre 2007 16:05

    Leçon numero 1 : S’entouré de ses proches Leçon numero 2 : Se prétendre de droit divin http://www.voltairenet.org/article7829.html Leçon numero 3 : Avoir les fabriquant d’opinions dans son camp http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=2690

    Apres tout il n’a cesser de nous ressasser son admiration du modele americain des le soir de son election, dans son discours inaugural deja... avec toutes les derives que cela implique, qui ont deja été constatées outre atlantique, mais que laisse se produire comme si on ne savait rien.


    • roOl roOl 26 décembre 2007 16:05

      désolé pour la non mise en forme...


    • Morgan Stern 26 décembre 2007 18:33

      Prostituer la France à l’Eglise de Rome et aux ignorants costumés qui prétendent être les porte-paroles de Dieu ! smiley Jamais plus !

      Les religieux qui se figurent être la seule source de civilisation, de démocratie, de bonheur et de science sont prêts à tout pour étouffer l’aspiration à la liberté. Petit à petit, ils ne font que récupérer les valeurs auxquels les hommes croient pour les déclarer « chrétiennes » !

      N’oubliez pas. L’Eglise qui se prétend à l’origine de la démocratie a soutenu l’ancien régime, ses privilèges et sa main-mise sur le droit, la morale et les terres. Elle a soutenu l’aristocratie et le clergé contre la « plèbe » qu’elle a toujours souhaité ignorante et reconnaissante des bienfaits de Dieu qu’elle prétend dispenser. Cela n’a pas changé, les « maîtres » portent juste un autre nom, et l’Eglise attend d’eux qu’ils la ramènent au pouvoir pour les louer en retour.

      Aux chrétiens : essayez de lire les évangiles en ignorant tout ce que l’Eglise a brodé à partir de ces textes.


    • Rage Rage 26 décembre 2007 23:12

      Bonjour,

      Ce « président » est une provocation permanente, maniant le discours sans en prendre la portée et encore moins les conséquences. Des années qu’on l’entend s’agiter sur des paroles, des années que les actes sont à l’inverse de l’efficacité et des illusions savamment bercées.

      Dans ce monde la première étape du progrès est l’affranchissement à la Religion : toutes les contrées du monde soumises aux « lois » religieuses sont toutes les plus pauvres et les plus instables.

      La seconde étape, c’est l’indépendance économique, la capacité à pouvoir s’en sortir seul et à pouvoir réduire la dépendance à l’autre.

      La troisième étape, c’est l’avènement d’un système politique qui permette l’expression de tous sans réduire sous une chappe de plomb la parole des citoyen à un bruit sourd.

      Le progrès de l’humanité n’est pas lié à une religion : nous sommes les seuls maîtres à bord. Sombrer dans la croyance pour se donner bonne conscience ou enrober un crime dans un acte saint, cela s’appelle tourner le dos au sens de l’histoire et prendre le risque de faire replonger la société dans des heures sombres.

      La paix est un fragile équilibre : mettre le doigt dans l’engrenage de la religion, surtout dans un pays à 90% d’athées, serait non seulement une provocation lourde de sens mais aussi un signal fort vu de l’extérieur : un jour, ce petit délire « Sarkozy » se finira en attentats... comme d’habitude 10 à 15 apès les USA, nous commettons les mêmes erreurs : et nous risquons fortement de le payer cher.


    • stephanemot stephanemot 27 décembre 2007 13:04

      Sarko est en train de franchir la ligne jaune et de rompre ses promesses de campagne - il semble vouloir basculer dans le camp des fondamentalistes (Bush, Benoit XVI et autres theocons révisionistes) et les signaux ne cessent de se multiplier.

      Espérons que l’Assemblée et le Sénat tiendront bon sur ce dossier clef.


    • Valentin 26 décembre 2007 16:32

      J’adhère aux opinions exprimées, d’autant plus aisément qu’elles s’appuient sur des documents. J’ajouterai que le politique régit les relations entre les membres d’une société ou bien les relations entre les sociétés : nous sommes là dans un domaine qui se fonde sur des transactions rationnelles. Les religions régissent les relations de personnes avec l’idée qu’elles se font de la transcendance : idée qui ne se démontre pas, mais qui s’impose, comme le rappellent les références historiques citées. Je vote sans hésiter pour la négociation et contre la terreur.


      • Rébus Rébus 26 décembre 2007 17:33

        Bon article qui, de plus, met le doigt sur ce qui sera peut être la seule vraie rupture engendrée par le sarkosisme.

        Cette attaque détournée contre la laïcité est grave, c’est une remise en cause de nos « fondamentaux » comme on dit.

        Mais vu le nombre de votes et commentaires, il vaut mieux parler de Miss France ou de Carla Bruni...

        Merci encore


        • goc goc 26 décembre 2007 18:23

          il est clair que sarko fait la chasse au lobby catho, en particulier a sa branche ultra (dont benoit16eme est le digne représentant), car son propos n’est pas d’attirer l’electorat religieux francais, electorat qui contrairement aux usa, n’existe pas en France. Et quand bien meme il existerait, il est deja noyé dans l’electorat lepenniste.

          comme je ne pense pas que sarko soit assez bete pour croire que les pratiques americaines puissent etre utilisées en France, il est donc évident que son but réel est plus subtile, ce qu’il cherche c’est surtout une posture de défenseur en chef du catholicisme mondial

          décidément ce mégalo est tellement complexé qu’il a besoin de taper a toutes les portes pour recevoir un peu de gloire, et ce par tous les moyens, y compris en sacrifiant la France, ses principes et ses valeurs


          • docdory docdory 26 décembre 2007 18:28

            @ Jean Dominique Reffait

            Entièrement d’accord avec votre analyse , comme vous pouvez l’imaginer !Je pense que Sarkozy est le pire ennemi de la laïcité en France . D’ailleurs , laïcité étant un mot qui se suffit à lui même , toute adjonction d’un quelconque adjectif qualificatif à ce terme est en général un symptôme pathognomonique d’anti-laïcité : c’est ainsi que l’expression « laïcité positive » de Sarkozy est une expression anti-laïque , de même que , au choix , laïcité « modernisée » , « apaisée » , actualisée « , » redéfinie « , » adaptée " etc ...

            Je verrais dans la visite de Sarkozy au Vatican une nouvelle preuve d’un des fondements de son idéologie , c’est-à-dire le multicléricalisme : en effet , certes il se livre au Vatican à un lèche -botte inqualifiable vis-à-vis du pape , mais il fait la même chose pour bien d’autres religions : il s’est rendu cette année au « dîner de rupture de jeûne » de l’ineffable recteur Boubaker de la mosquée de Paris , quelques mois avant son élection , il avait reçu en grande pompe et très médiatiquement l’acteur Tom Cruise qui n’est rien d’autre que le « vice-pape » de l’église de scientologie , et enfin , avant les élections , avait également assisté au dîner du CRIF , avec une interview mémorable :

            http://www.dailymotion.com/vid...

            Si l’on voulait résumer l’idéologie du multicléricalisme Sarkozien , on pourrait dire que la prétendue « laïcité positive » dont se prévaut NS serait de remplacer l’article deux de la loi de 1905 « La République ne reconnaît , ne salarie et ne subventionne aucun culte » , par un nouvel article « la République reconnait , subventionne et salarie tous les cultes » !

            Il est clair que le mépris affiché de Sarkozy pour le caractère laïque de la constitution de la Vème République a déjà commencé à se traduire dans les faits : Sarkozy , par ses visites et réceptions successives , déclare à la France entière que « sa » République reconnaît tous les cultes , par ailleurs les subventions plus ou moins dissimulées à l’édification de mosquées ( dernière affaire en date , son copain Gaudin à Marseille ) deviennent monnaie courante . Pour l’instant la France ne salarie des cultes qu’en Alsace Moselle en raison du scandaleux statut concordataire de cette région , mais l’idée très sarkozienne de « centres de formation des imams de France » est un prélude à l’idée de salariat des cultes , de même que ses propos inadmissibles en Algérie assimilant « l’islamophobie » à du racisme sont un prélude au rétablissement programmé du délit de blasphème !

            Quel but sont poursuivis par ce multicléricalisme ? Le premier est la poursuite de sa déconstruction totale de la société française , ce qu’il appelle « la rupture » . NS ne supporte pas l’existence de particularismes français par rapport à l’idéologie anglo-saxonne , qui , comme chacun sait , est communautariste , la laïcité , qui est le fondement de la culture politique française , lui est donc intolérable . Le deuxième est , bien évidemment , sa réélection dans quatre ans , il espère grappiller les voix des cléricaux de toutes obédiences . La troisième est d’étouffer la question sociale . Un peuple mené par le bout du nez par les cléricaux de tous poils se contentera de l’espoir illusoire d’une vie meilleure dans l’au-delà au lieu de contester dans le monde réel l’accroissement inouï des inégalités qui est à la base du programme politique de NS !

            Pour ce qui est des médias français dominants actuellement , on croirait que , pour eux toutes constructions de mosquées ou autres pagodes , toutes subvention à des cultes et tout recul de la laïcité sont accueillies comme des preuves de « modernisation de la société française » ! Accablant ! Accablant , mais pas étonnant quand on sait que ces médias sont dirigés pour la plupart par des copains à NS !


            • Parpaillot Parpaillot 27 décembre 2007 00:12

              @ DOCDORY :

              Reprenant les propos de NS, vous écrivez :

              « ... on pourrait dire que la prétendue » laïcité positive " ...

              Durant la campagne présidentielle, on entendait beaucoup parler d’« Ordre juste », maintenant c’est la « Laïcité positive » qui est à la mode. Entendrons-nous bientôt parler de :

              « Laïcité juste » et d’« Ordre positif » ?

              Pour mettre tout le monde d’accord, je propose :

              < L’ordre laïque juste positif > !

              Et vive la sémantique en politique !

               smiley

              Cordialement !


            • brieli67 27 décembre 2007 10:13

              Pour l’instant la France ne salarie des cultes qu’en Alsace Moselle en raison du scandaleux statut concordataire de cette région

              j’espere à l avenir ne plus lire de ta part des attaques contre le statut « special » en Alsace-Lorraine

              et je te convie fortement à lire et relire des pages d’histoire. Au lieu d’un reférendum..... tout le fric de la caisse maladie et de la caisse des retraites a été pillé ; des commissions de Triage ont été crées pour vider un quart de la population chacun repartant sous les huées et les crachats des flics des douaniers et de la populace ... Le scandale est bien ailleurs ok ? C’est que depuis 1918 le ministre de l intérieur oblige le jour des votes les pasteurs et les curés de conseiller le choix du bon candidat ; style texte obligatoire du Moquet quoi.Et les RG ont des rapports de chaque église de chaque temple de chaque synagogue..

              Viens faire un Tour en Alsace et tu verras et tu vivras l’oecunémisme la laïcité et la paix des peuples au-delà des frontières et des langues et des confessions.

              August Bebel ça te dit quelque chose ? Il a été plus de dix ans le député de notre circonscription.


            • docdory docdory 27 décembre 2007 10:43

              @ Briel 67

              A propos du statut concordataire d’Alsace Moselle : jusqu’à preuve du contraire , c’est l’état français , par l’intermédiaire du Ministère de l’intérieur et des cultes ( ministère des cultes : quelle survivance passéiste ! ) qui finance les prêtres , pasteurs , et peut-être bientôt rabbins et imams , sur les impôts de chaque citoyen français , y compris les athées et agnostiques que cela choque profondément pour la plupart d’entre eux .

              La moindre des choses concernant ce statut serait :

              1°) De faire un référendum régional pour vérifier si les Alsaciens et Mosellans veulent toujours de ce statut ,

              2°) Dans l’hypothèse où ce statut serait confirmé par référendum , il faudrait d’une part régionaliser ces dépenses ( que les Alsaciens et Mosellans payent leur cléricature sur leurs deniers propres , et non de la poche des autres français ) , et par ailleurs qu’une objection de conscience soit instituée afin que seuls payent cette taxe les Alsaciens et Mosellans qui sont effectivement utilisateurs de ce clergé !

              Par ailleurs je ne saisis pas tes allusions sibyllines à des événements anciens qui me sont inconnus et qui ont l’air de te tenir à coeur , pourrais-tu préciser ?


            • docdory docdory 27 décembre 2007 10:56

              @ Xenos

              Comme vous semblez ne pas comprendre ce qu’est la laïcité , je me permet de copier ici un vieux commentaire que j’avais fait sur un autre article sur Agoravox , qui va peut-être vous éclairer :

              Certains politiciens ( Nicolas Sarkozy en tête ) veulent détruire la loi de 1905 et imposer le financement public des lieux de culte . Leur argument est le suivant , en résumé : les musulmans ( c’est d’eux dont il s’agit principalement ) , n’ont pas assez de lieu de culte , et sont donc obligés de se réunir dans des caves ou salles miteuses pour pratiquer leur religion , ils ont donc « BESOIN » de lieux de culte dignes de ce nom , et il vaut mieux que ceux -ci ne soient pas financés par l’Arabie Saoudite ou l’Iran , d’ou nécessité d’un financement public par l’état ou les collectivités locales ( décentralisation oblige ) ...

              L’erreur de cette argumentation , mille fois rabachée par Sarkozy et son enfant chéri , le rapport Machelon , est de confondre deux concepts bien différents : le BESOIN et le DESIR .

              Le besoin est une envie ou une action , qui , si elle n’est pas réalisée , entraîne plus ou moins rapidement un préjudice pour la vie , la santé ou les intérêts supérieurs d’une personne ( ou d’une société ) . Exemple j’ai besoin de respirer , de boire , de manger , de travailler pour gagner ma subsistance , de pisser etc ... L’Etat a besoin que les avions et voitures aient des contrôles techniques réguliers à défaut desquels de nombreux accidents surviendraient .

              Le désir est une envie dont l’absence de satisfaction n’entraîne aucun préjudice sérieux pour l’individu . Exemple : un médecin de campagne a besoin d’une voiture pour travailler , mais il peut avoir le désir que cette voiture soit une Jaguar , la satisfaction du besoin ne nécessitant qu’une Renault Clio . Un catholique pratiquant a le désir d’aller à la messe tous les dimanches , mais ne subira aucun préjudice objectif s’il est en déplacement pendant un an en Arabie Saoudite , pays dans lequel ce désir ne peut manifestement pas se réaliser . Mes enfants n’ont pas de religion , et n’ont jamais exprimé le désir d’en avoir une ( et a fortiori un quelconque besoin ! )

              Il n’est pas l’affaire de l’Etat que les désirs des citoyens soient réalisés ( même si Jack Lang , lors de sa première nomination ministérielle , avait sottement proclamé « je serais le ministre du désir ! » )

              Par contre , un pays est mal gouverné s’il laisse une partie de ses citoyens dans le besoin ( sans logement , sans nourriture , sans eau potable , sans soins médicaux etc ...)

              En ce sens , la religion , qui , comme nous venons de le voir , relève du désir et non du besoin , est strictement une affaire privée . L’Etat ne doit pas s’en mêler ni y accorder une quelconque importance , tant que les manifestations de cette religion ne troublent pas l’ordre public .

              La laïcité n’est rien d’autre que la constatation du caractère strictement privé de la religion , en tant qu’expression d’un désir et non d’un besoin . L’Etat ne reconnait , ne salarie ni ne subventionne aucun culte , l’école publique est laïque et ne doit donc tenir aucun compte des désirs vestimentaires , alimentaires ou autres imposés par les religions dont ont hérité de leurs parents les élèves desdites écoles publiques . L’Etat ne doit pas non plus tenir compte des discriminations sexuelles ou autres imposées par telle ou telle religion . Beaucoup reste à faire en France , pour qu’elle devienne un pays totalement laïque !

              Quant à l’argent public , il serait scandaleux de le dépenser pour la satisfaction de désirs immobiliers ( construction de lieux de cultes ) , alors même que les besoins immobiliers pour les citoyens insolvables ou pauvres ( HLM ) ne sont pas satisfaits , comme on a pu le constater le long du canal Saint Martin ou ailleurs !


            • brieli67 27 décembre 2007 12:02

              quand tu auras le temps on s’expliquera plus longtemps.

              Le Simultaneum ça te dit quelque chose ?

              A Strasbourg ou à Metz il aurait été possible de créer facilement et rapidement une faculté islamique pour former des imams. En Allemagne il y a des dérives intégristes que dans les Laender où l’enseignement et de l’aptitude d’être pasteur/curé/rabbin/immam n’est pas sous le contrôle de l’Etat. On les croyait athés de l’autre côté du Mur... c’est bien dans le Mecklembourg qu’il y a le plus d’exactions racistes et intégristes. Dans le Bade-Wurtemberg rien de tout celà...

              Cette structure Concordataire de Droit Local si passéiste à tes yeux aurait pu désarmorcer plein de problèmes. Il en est de même avec le statut de la Secsoc et la faillite civile le droit des associations...

              http://www.idl-am.org/bj_contenu.asp?DocumentID=1&Page=2#96

              l’avis d’un juriste de droite et d’un énarque de gauche http://www.huberthaenel.com/article.php3?id_article=38

              Et pour le coût..... nous payons en Alsace beaucoup plus d’impôts et nous reversons plein en solidarité nationale. Le TGV-Est .... tout un programme... à croire que nous faisons toujours pas partie de la communauté française.


            • docdory docdory 27 décembre 2007 12:26

              @ Briel 67

              UNE FACULTE ISLAMIQUE ?????? Quelle horreur ! Faire entrer la superstition religieuse à l’université , il ne manquerait plus que ça ! Pourquoi pas une faculté de cartomancie ou de lecture de lignes de la main ???? Il faut arrêter ce délire obscurantiste aux portes des écoles et universités , et en aucune façon les laisser pénétrer dans ce qui est censé être un lieu de savoir !


            • sery 27 décembre 2007 19:01

              Bravo pour la protestation contre le maintien du concordat en ALSACE-MOSELLE.C’est RARE et merite qu’on le souligne et l’encourage.La plupart des locaux locaux meme simplement sceptiques n’osent pas moufter par « respect du droit local » et jettent les principes républicains par la-meme a la riviere Carricaturalement parlant : pas moyen d’ouvrir un club de pétanque sans que la prelature ne vienne y mettre son nez sous pretexte de nous preserver des delires de la vermine athee au nom de la tranquilite publique, s’en suit pied ds la porte et ainsi de suite..

              Resultat : on va jouer a la petanque a l’INTERIEUR et l’esprit y reconnaitra les siens

              Un Bas-Rhinois

              Sentiments distingues


            • xenos xenos 27 décembre 2007 19:04

              Votre analyse me convient tout à fait.

              Elle garde tout de même une part de subjectivité. Car vous définissez certaines choses comme des envies et d’autres comme des besoins. Votre vision du besoin et de l’envie vous est propre.

              Êtes vous prêt à accepter l’idée que d’autres individus n’aient pas les mêmes besoins ni les mêmes envies et que donc, les limites entre les besoins et envies sont mouvante selon les cultures et les individus ?

              C’est en tout cas là que je vois la limite à l’exercice qui consiste à restreindre dans sa portion la plus congru, le fait religieux.

              Ceci dit, en passant, je suis pour une laïcité respectueuse de tous, croyant comme incroyant. Mon discours tiens en quelques mots ; tout comme on dit que science sans conscience n’est que ruine de l’âme, laïcité sans respect des droits humains les plus fondamentaux à avoir son opinion et sa croyance sans êtres inquiété est la ruine de la paix public.

              Cela vaut tant pour les croyants que pour les athées.


            • docdory docdory 28 décembre 2007 09:23

              @ Sery

              Merci de votre commentaire , qui prouve qu’en Alsace-Moselle il y a beaucoup plus de laïcs que certains voudraient nous le faire croire . Chaque fois que je fais un commentaire sur Agoravox sur le statut concordataire d’Alsace Moselle , je reçois une volée de bois vert de la part de partisans du maintien de ce statut ! Merci d’avoir brisé cette fausse unanimité !

              Très cordialement

              Docdory


            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 2 janvier 2008 03:24

              Pour moi, le statut concordataire d’Alsace-Moselle et de certains DOM-TOM est anticonstitutionnel et devrait être supprimé.

              Par ailleurs, puis-je vous conseiller de consulter un dictionnaire avant d’utiliser certains mots ? La laïcité, en dehors du caractère non religieux, c’est la séparation stricte du politique et du religieux, ce dernier ne pouvant pas s’introduire dans les domaines civil et politique et devant rester dans le domaine privé. De même, le laïcisme est la position des partisans de la laïcité (les laïcistes). L’anticléricalisme est simplement le fait de s’opposer au cléricalisme qui est l’opinion de ceux qui veulent introduire les religions dans le politique : il ne peut donc pas y avoir anticléricalisme sans qu’il y ait eu cléricalisme auparavant. Dans son discours, Nicolas Sarkozy s’attaque à la laïcité en annonçant une politique dirigée vers le cléricalisme.

              Quant à la morale, elle n’est pas réservée aux croyants. Les athées ou agnostiques la pratique par choix rationnel, par amour de leurs contemporains sans avoir besoin de mot d’ordre pour cela, pour que nous vivions tous dans une société qui ne soit pas intolérable et parce que c’est sans doute le meilleur moyen de donner un sens à leur unique existence. Pas besoin de paradis, de pardon après la confession, d’indulgences promises par le Pape pour aller le retrouver à Lourdes... L’athée est responsable de sa vie et seul devant sa conscience. En classant les citoyens en deux catégories d’inégale valeur, en le faisant en territoire étranger, le Président de la République a déshonoré sa fonction.


            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 2 janvier 2008 03:25

              Pour moi, le statut concordataire d’Alsace-Moselle et de certains DOM-TOM est anticonstitutionnel et devrait être supprimé.

              Par ailleurs, puis-je vous conseiller de consulter un dictionnaire avant d’utiliser certains mots ? La laïcité, en dehors du caractère non religieux, c’est la séparation stricte du politique et du religieux, ce dernier ne pouvant pas s’introduire dans les domaines civil et politique et devant rester dans le domaine privé. De même, le laïcisme est la position des partisans de la laïcité (les laïcistes). L’anticléricalisme est simplement le fait de s’opposer au cléricalisme qui est l’opinion de ceux qui veulent introduire les religions dans le politique : il ne peut donc pas y avoir anticléricalisme sans qu’il y ait eu cléricalisme auparavant. Dans son discours, Nicolas Sarkozy s’attaque à la laïcité en annonçant une politique dirigée vers le cléricalisme.

              Quant à la morale, elle n’est pas réservée aux croyants. Les athées ou agnostiques la pratique par choix rationnel, par amour de leurs contemporains sans avoir besoin de mot d’ordre pour cela, pour que nous vivions tous dans une société qui ne soit pas intolérable et parce que c’est sans doute le meilleur moyen de donner un sens à leur unique existence. Pas besoin de paradis, de pardon après la confession, d’indulgences promises par le Pape pour aller le retrouver à Lourdes... L’athée est responsable de sa vie et seul devant sa conscience. En classant les citoyens en deux catégories d’inégale valeur, en le faisant en territoire étranger, le Président de la République a déshonoré sa fonction.


            • oblomov 26 décembre 2007 18:54

              Nous y voilà ! Le Grenelle du Bénitier !


              • Luc 26 décembre 2007 19:01

                55000 chrétiens sont tués à cause de leur foi chaque année dans le monde ! Quand je vous lis, je me dis qu’on en est pas loin en France.


                • Le Chacal Le Chacal 27 décembre 2007 10:05

                  Parce que tenir à la laïcité d’un pays, c’est tuer des chrétiens maintenant ? La parallèle est un peu expéditif, et je le sens à 2 doigts du point Godwin.

                  Ceci dit, si tous les fanatiques du monde pouvaient s’entretuer et lâcher la grappe à ceux qui ne souhaitent que vivre tranquillement dans leur coin (avec ou sans religion d’ailleurs, je sais faire la différence entre un croyant et un fou de dieu), ce ne serait pas un mal.


                • Relka Candide 27 décembre 2007 13:57

                  Un commentaire d’une telle bêtise est finalement le meilleur allié de la laïcité... smiley


                • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 29 décembre 2007 12:04

                  Ces 55000 chrétiens tués (j’ignore la véracité du chiffre mais je l’accorde) le sont dans des états non laïcs. D’où le besoin urgent pour la paix du monde d’une laïcité intransigeante. Merci de ce témoignage utile à notre démonstration.


                • Odal GOLD Odal GOLD 26 décembre 2007 19:01

                  Je suis tout à fait d’accord avec vous, et avec votre analyse de « travailler plus pour prier plus ».

                  Mais c’est la foule qui impose des George Bush, des Sarkozy et des Tony Blair et des Christine Boutin comme étant nos dominants : et pourtant à bien les regarder tous, ce ne sont vraiment pas des animaux maraudeurs et royaux !

                  C’est que ces gens sont peut-être vraiment représentatifs de la foule, c’est la seule explication à la finale.

                  Il ne faut pas chercher plus loin que la volonté de domination de la foule elle-même, cette foule qui est une entité narcissique et implacable, ne le savais-tu donc pas ?

                  Et c’est tout l’intérêt de la démocratie, de nous la montrer telle qu’elle est : un dragon qui peut-être garde un trésor.

                  Odal GOLD http://www.odalgold.com


                  • ddf 26 décembre 2007 19:48

                    Cet article manque de pondération. Certes, la religion a servi et continue à servir de prétexte à certaines personnes pour justifier les pires exactions. Néanmoins, ce n’est pas la religion en elle-même qu’il faut incriminer mais la personne. Pour revenir à chez nous : soyons honnête en reconnaissant tout ce que la religion catholique a donner dans le domaine humanitaire et culturel ... les oeuvres de bienvillances sont innombrables encore aujourd’hui. Par contre, comment peut-on ignorer les millions de morts engendrés par des mouvements ouvertement matérialistes et athés ; nazisme, communisme des pays de l’est, de l’asie, etc. Et pire, ce sont des génocides parfaitement maîtrisés et programmés au nom de l’athéisme ! Histoire de rééquilibrer le discours et d’éviter trop rapidement les racourcis historiques « politiquement corrects » !


                    • eclectic66 26 décembre 2007 20:01

                      Combien de morts dûs au fanatisme religieux ? Bien plus que le nombre de soi-disant victimes du communisme... smiley


                    • Eric Roux Eric Roux 26 décembre 2007 23:04

                      Pas sûr du tout...


                    • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 29 décembre 2007 12:22

                      La Laïcité n’a rien à voir avec l’athéisme ou le matérialisme et vous faites donc une confusion importante. Un pouvoir qui prône l’athéisme est aussi dangereux qu’un pouvoir prônant la religion. La laïcité garantit justement que le pouvoir n’a aucune position philosophique, ni athée, ni religieuse et laisse à chacun, dans sa sphère privée, la liberté totale de pratiquer ou de ne pas pratiquer. Je vous rappelle la réaction très vive de François Bayrou au discours du président : F. Bayrou, chrétien pratiquant, est hostile à toute remise en cause de la laïcité. On peut donc être croyant et défendre farouchement la laïcité. Merci de ce commentaire utile pour lever une confusion grave.


                    • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 29 décembre 2007 12:36

                      Merci pour le « plus » ! Il n’est pas question de nier le fait religieux dans la culture d’une société, ce serait idiot. Je suis moi-même historien de formation et j’ai consacré mon travail sur l’histoire religieuse (notamment l’enseignement des filles dans les congrégations religieuses sous l’Ancien Régime). Mais : L’université dispense des enseignements du fait religieux et l’on peut, en France, faire des thèses de sociologie, d’histoire, de philosophie, de litterature ayant pour thème le fait religieux.

                      Lorsque l’Etat prétend reconnaître le doctorat de théologie, cela ne correspond à aucun corpus de savoir. La théologie est une discipline respectable mais qui n’a pas pas vocation à l’objectivité nécessaire d’une discipline universitaire.

                      Le fanatisme laïc ? Il y a des laïcs, c’est tout, qui exigent que l’Etat se tienne en dehors des questions religieuses. Après, chacun a des positions personnelles sur les idées auxquelles on adhère ou que l’on combat. La croyance religieuse est une opinion et à ce titre elle peut être contestée comme n’importe quelle opinion, dans le respect des personnes.


                    • Jocrisse Le Franc 26 décembre 2007 21:11

                      A l’auteur,

                      Vous affirmez que « les communes doivent financer la scolarité des enfants fréquentant des Ets privés, quand bien même ces communes disposeraient des moyens pour les accueillir ».

                      Comme vous semblez un spécialiste du sujet, il ne vous a pas échappé que le maire signe la dérogation , sur avis du directeur (trice) de l’école imposée par la carte scolaire pour la famille. Si le maire ne signe pas, parce qu’il dispose des moyens pour accueillir l’élève , la commune n’est pas tenue de financer.

                      Ca n’allait peut-être pas dans le sens de votre démonstration. Désolé !

                      Tous les angles d’attaque sont utilisés par vous et vos amis : NS = dangereux, inculte, people......et maintenant destructeur de la laîcité. Jusque là le résultat est plutôt faible, mais c’est votre pb.

                      NB:Charrasse devient un mauvais socialiste, mais il n’est pas devenu fou.


                      • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 29 décembre 2007 12:40

                        Vous faites erreur, désolé ! Les établissements privés sont hors dérogation depuis la loi Debré. Le maire n’est aucunement consulté et n’a pas son mot à dire si vous mettez votre enfant dans une école privée. Merci de lire dans son ensemble les textes législatifs consignés sur le site www.ecoledelarepublique.fr sur ce sujet.


                      • diotimanea diotimanea 29 décembre 2007 20:41

                        Le Maire ne signe une demande de dérogation en donnant son avis (favorable ou défavorable) que pour une demande dans une école publique. Comme l’inscription dans le privé relève de la « liberté des familles » le Maire ne reçoit aucune demande de dérogation. Le plus souvent il ignore le nombre d’enfants résidents dans sa commune scolarisés dans le privé.


                      • Emin Bernar Paşa Paşa 26 décembre 2007 21:53

                        bandes d’athées salopards !!!


                        • mcpn 26 décembre 2007 22:36

                          Religions : la culture d’une maladie nommée « schizophrénie ». Psychose, prophètes, croyances, religions : la suite logique. Ni Dieu, ni Diable, seulement et totalement une maladie psychiatrique.

                          D’un autre âge, ceux qui se disaient en communication avec Dieu étaient et sont encore appelés « prophètes » avec leurs paroles et écrits indiscutables. De nos jours, ceux qui entendent des voix ont pour certitude que Dieu leur parle ; ce sont nos jeunes en psychose hallucinatoire paranoïde dont le traitement relève de la psychiatrie.

                          Vous pouvez croire que Dieu existe et communique en toutes langues, tous patois, tous dialectes à des millions de personnes en même temps ; NON, c’est votre psychose qui vous parle, de jour, avec votre vocabulaire, avec vos mots identifiés dans votre culture - d’où les diverses religions - à la manière de vos rêves et cauchemars de nuit.

                          Dieu n’existe que dans les têtes :
                          - Des neurobiologistes, des neuropsychiatres et neurothéologiens constatent que les croyances ne sont qu’une activité cérébrale et ont bien déterminé par l’IRM la zone du cerveau réceptive et active à ce domaine de l’irréalité.
                          - Pascal Boyer, chercheur au CNRS / Et l’homme créa les dieux : « La religion est une épidémie mentale qui conduit les gens à développer des concepts religieux assez semblables. »
                          - Et ce n’est pas moi qui ait inscrit sur une notice pharmaceutique dédiée : « ... est utilisé pour traiter une maladie qui s’accompagne de symptômes tels que entendre, voir et sentir des choses qui n’existent pas, avoir des croyances erronées... ».

                          La schizophrénie, est cette « maladie trompeuse » que vous l’on appris à ne pas comprendre, le fond de commerce des religions ; nos enfants ne doivent plus en être les dégâts collatéraux. Chaque année, en France, plus de 8000 jeunes entrent dans cette maladie qu’ils ne peuvent admettre.

                          Maurice Champion - Père de jumeaux psychotiques. Bienvenue sur mon site : http://monsite.orange.fr/champion20


                          • Prof Miguel Prof Miguel 26 décembre 2007 23:07

                            Bien que n’étant pas de son côté j’en viendrai peut-être un jour à admirer la résistance de Zarkozy, car dès qu’il bouge toute l’artillerie tire dessus. Reconnaissons qu’on peut déjà distinguer laïcité de « laïcisme », ce dernier étant une dérive anti-religieuse et non plus anti-cléricale comme elle l’était devenue.

                            La liberté de croyance doit être protégée alors qu’au nom du « laïcisme » on la bafoue et ironise. Si vous en doutez relisez ce forum, et d’autres sur le même sujet. Quelle fureur !

                            Notre civilisation se sclérose et le vide intérieur s’amplifie. Ne mélangeons pas tout. L’avenir de la laïcité mal comprise sera-t’il l’islam ? La nature a horreur du vide. Excusez la boutade.


                            • docdory docdory 27 décembre 2007 09:27

                              @ Prof Miguel

                              « Laïcisme » est le terme utilisé par les ennemis de la laïcité pour désigner la laïcité !


                            • michelmex (---.---.85.128) 2 janvier 2008 20:02

                              Justement, il a fallu rajouter le « isme » parce que ce n’est plus de la laicité mais au contraire un rejet. Bravo pour vos points gagnés, et ca montre que ce forum est lui même orienté. Espérons que vous en êtes conscients. Sur ce, je me retire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès