Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le cardinal et les intégristes

Le cardinal et les intégristes

L’affaire fait grand bruit : le pape accorde à des intégristes bordelais, qui occupent indûment une église de la ville, l’autorisation de se regrouper en congrégation et de célébrer la messe selon le rite en vigueur avant la réforme liturgique. Est-ce le grand retour de la messe en latin ?

Lorsqu’elle a été rendue publique à l’automne, la décision de Benoît XVI a provoqué l’inquiétude des évêques, particulièrement du cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux et président de la conférence épiscopale, qui avait semblé la découvrir en même temps que ses diocésains... C’est maintenant chose faite : la communauté intégriste de l’abbé Laguérie se nomme désormais l’Institut du Bon Pasteur, et regroupe ses fidèles dans la nouvelle paroisse Saint-Eloi.

La paix est-elle ramenée pour autant ? Le cardinal n’en fait pas mystère : "Des réticences se sont exprimées", écrit-il sur son site Internet. C’est peu dire, la décision du Vatican ayant provoqué protestations et pétitions de prêtres et de laïcs qui avaient vu un retour en arrière dans cette nouvelle autorisation de célébrer la messe en latin.

Mais le problème n’est pas seulement celui de la langue utilisée dans la liturgie, latin ou français. Il s’agit, plus profondément, de l’adhésion aux grandes options prises par l’Eglise catholique dans les années soixante : œcuménisme, ouverture aux autres religions, attitude positive vis-à-vis du monde moderne. Les prêtres du nouvel institut ont déclaré clairement que ces points "paraissent difficilement conciliables avec la tradition", même s’ils acceptent d’entrer dans "une attitude positive d’étude et de communication". Si la communion fraternelle est établie, comme l’écrit encore Mgr Ricard, les divergences doctrinales restent présentes.

La décision vaticane, finalement entérinée par le cardinal de Bordeaux, va donc plus loin que ce qui en a été diffusé dans le grand public. L’Eglise admet en son sein la présence de personnes qui n’adhèrent pas à la réforme conciliaire et leur confie une mission dans un diocèse. Toute la question est maintenant de savoir quelles vont être les conséquences de l’accord : est-il signé dans l’espoir de ramener à la raison les membres, très peu nombreux du reste, de l’Institut ? Ou bien une telle situation est-elle appelée à perdurer, voire à créer un précédent ? Le premier cas ferait de l’Institut du Bon Pasteur une sorte de piège dans lequel les intégristes se garderont sans doute de tomber ; la seconde hypothèse signifierait une évolution importante des structures de l’Eglise catholique dans laquelle, jusqu’à présent, le souci de l’unité était subordonné à un accord sur les questions dogmatiques.


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • Bill Bill 12 février 2007 12:37

    Bonjour emmanuel,

    C’est un sujet intéressant ! Mais je ne vois pas bien en quoi les traditionnalistes sentent tant le souffre ! J’ai bien lu que cela concerne « œcuménisme, ouverture aux autres religions, attitude positive vis-à-vis du monde moderne », mais à quel degré ?

    je constate tout de même que les traditionnalistes remplissent leurs églises, ce qui n’est pas le cas des églises « Vatican II » ! N’est ce pas une bonne occasion de mettre fin à ces divergences ?

    Bill


    • Emmanuel Pic Emmanuel Pic 12 février 2007 13:26

      Hello Bill

      Je ne pense pas avoir dit que les traditionalistes sentaient le soufre ! Personnellement, j’apprécie la beauté de la messe en latin, même si mon expérience pastorale me fait bien voir que ce n’est pas l’avenir ; et je suis également sensible à l’aspect radical et sincère de l’engagement de beaucoup de personnes de cette mouvance.

      Pour y voir plus clair, je vous suggère :

      1) De distinguer entre traditionalistes et intégristes ; les uns sont attachés à leur liturgie pour tout un tas de raisons que je respecte, les autres refusent des pans entiers de la doctrine de l’Eglise telle qu’elle a été définie à Vatican II, ce qui pose problème. Les trois thèmes que vous citez sont absolument fondamentaux.

      2) De mieux regarder ce qui se passe dans les Eglises en ce moment. Les mouvements qui ont le vent en poupe ne sont pas les mouvements traditionalistes, mais les Eglises évangéliques et les mouvements de réveil. On peut s’en réjouir ou le déplorer, mais on est obligé de prendre en compte ce phénomène (je vous renvoie aux travaux de Danièlle Hervieu-Léger et son équipe sur les mouvements « sectaires » en France). La fédération évangélique mondiale est aujourd’hui l’Eglise chrétienne la plus nombreuse après les catholiques. Je puis vous dire que c’est un univers dans lequel on est fort éloigné de l’intégrisme ! Si on est aussi sensible à l’action des traditionalistes, c’est parce qu’ils sont les plus visibles et les plus médiatisés, mais cela ne correspond pas à la réalité.

      Amicalement

      Emmanuel


    • Bill Bill 12 février 2007 14:08

      Cher Emmanuel,

      Oui c’est vrai, pour l’odeur de souffre, ce n’est que l’impression que me donne l’attitude de nos cardinaux qui vont raler jusqu’à Rome, à cause du retour au latin !

      Je dois avouer que je maitrise mal toutes ces notions, comme peut-être la plupart de nos concitoyens, cependant par la radio et par les informations, j’écoute les évènements, et je connais une petite église (très vaguement) qui commence à être connue : Saint-Nicolas du Chardonnet, à Paris. Cette église est traditionnaliste.

      Il y a un évènement qui m’avait marqué à l’époque où c’était presque une mode pour les immigrés sans-papiers de venir se réfugier dans les églises, avec la bénédiction du curé. On pouvait voir ces pauvres gens prier en direction de la Mecque devant les églises, églises qu’ils laissaient en piteux état, une fois leurs revendications entendues et acceptées.

      Il est arrivé la même chose à Saint-Nicolas, mais le prêtre n’a pas eu la même attitude, après avoir écouté leurs revendications (comme d’habitude, discours sur la colonisation, etc, etc...),il leur a dit qu’ils étaient les bienvenus, mais que c’était une maison de prière, et qu’ils pouvaient rester pour prier s’ils le voulaient, mais pas pour autre chose. Les « squatters » sont donc restés un temps, en silence, et sont vite repartis !

      J’en conclus un peu vite, je le veux bien, que d’un coté on a laissé les gens pisser derrière l’autel, car cela se serait vu (!) et que de l’autre, on s’est fait respecter, en douceur, et dans l’accueil malgré tout.

      L’église Saint-Nicolas du Chardonnet distribue aussi des vêtements aux pauvres, sans se soucier de leur religion ou de leur race, c’est là que je vais déposer mes vêtement lorsque je change de garde-robe.

      Et puis la messe en Français, je me permets de n’être pas d’accord avec vous, la messe s’est ringardisée, il y a quelque chose d’un peu « niais » (pardon !) dans la messe en Français, et qui ne rend pas le mystère qu’avait le latin, mais vous connaissez sans doute la chanson de Brassens, « sans le latin... » ? Le latin avait aussi l’avantage de réunir des fidèles de langues différentes. Et puis ces chants sont superbes !

      C’est sans doute ce qui est dramatique pour les églises de tradition « Vatican II », comment rendre le mystère, sans la magie des chants latins, qui avaient traversés les siècles et s’étaient sans doute améliorés avec le temps et la ferveur des croyants ?

      Je suis d’accord sur le faît que les langues vernaculaires sont importantes, mais le mélange des deux ne me paraitrait pas si mal !

      Amicalement

      Bill


    • Bill Bill 12 février 2007 14:46

      Emmanuel,

      Voici un lien sur la Passion , que vous connaissez peut-être déjà, ce sont des récits passionnants qui vous interpelleront peut-être.

      Bien cordialement

      Bill


    • pierrot (---.---.141.25) 12 février 2007 16:18

      @ Emmanuel Pic

      Je crois que vous confondez deux attitudes très diverse : traditionnalisme et intégrisme. Si l’une relève bien de l’Eglise, l’autre notion relève d’une attitude personnelle pour ne pas dire individuelle.

      On ne peut comparer que deux choses de même nature. Aussi bien le Bon Pasteur qu’Ecônes sont traditionnaliste, en aucun cas intégriste.

      D’autre part, il est vrai que de dire la messe en latin, et vous faites bien de dire que ce n’est pas seulement une question de langue, c’est bien remettre en cause la doctrine de Vatican II.

      C’est le point le plus important. La messe dites tridentine est tournée vers Dieu, et non vers l’homme et par voie de conséquence, c’est bien la doctrine actuelle de Vatican II qu’elle remet en cause.

      Car s’il faut dire que les Eglise sont vides, ce qui est un fait, il faut ajouter que c’est parce que Dieu n’y est pas présent.


    • miaou (---.---.3.24) 12 février 2007 17:36

      « Je puis vous dire que c’est un univers dans lequel on est fort éloigné de l’intégrisme »

      Ou la ! Le créationnisme me semble en tout cas plus prégnant dans la nébuleuse évangélique que partout ailleurs.


    • joe (---.---.10.230) 14 février 2007 21:31

      Les églises sont vides car, malgré Vatican 2, il règne encore une atmosphère beaucoup trop vieillotte. Le latin a disparu, mais bon nombre de choses restent inintelligibles pour le chrétien Lambda. Y compris si on est allé au caté et qu’on a longtemps fréquenté l’Eglise. Dieu n’a pas déserté les églises, mais heureusement qu’il pense aussi à sortir pour voir ce qui se passe dehors.


    • Olivier (---.---.10.230) 15 février 2007 23:28

      Emmanuel, Au bout d’un moment, ne vaut-il pas mieux réécrire quelques articles sur les questions posées que répondre par commentaire parce que ça devient compliqué à lire


    • Bill Bill 15 février 2007 23:32

      Allons olivier, il suffit de lire dans l’ordre... C’est un peu le jeu...


    • (---.---.144.163) 12 février 2007 13:07

      « C’est peu dire, la décision du Vatican ayant provoqué protestations et pétitions de prêtres et de laïcs qui avaient vu un retour en arrière dans cette nouvelle autorisation de célébrer la messe en latin. »

      Retour en arriére ? L’Eglise est la gardienne de la Tradition.


      • mcm (---.---.121.69) 12 février 2007 14:32

        Moi qui pensait l’église gardienne de la parole de Dieu !


      • Fabrice Trochet Fabrice Trochet 12 février 2007 13:26

        Je crois aussi que seuls les traditionalistes peuvent sauver l’Eglise catholique. D’ailleurs ils sont les seuls à dénoncer les actes antichrétiens. Lorsque je vois que des églises brûlent sans que les prélats réagissent, je m’interroge. Les catholiques progressistes n’ont que le mot tolérance dans leurs bouches. La recrudescence de ces actes antichrétiens rend urgente une définition des limites de la tolérance. Pour moi on ne doit tolérer ni la haine, ni la violence, ni l’injustice.


        • Gnole (---.---.192.187) 12 février 2007 21:57

          Vous proposez quoi ? Une guerre sainte ?

          N’est-ce pas le Christ lui même qui a dit de « tendre l’autre joue » ? Ou alors comme pour beaucoup de « chrétiens »les enseignements du christ ne valent que lorsqu’ils s’appliquent aux autres ?

           smiley


        • levoisin (---.---.84.10) 12 février 2007 13:29

          L’ouverture et le dialogue envers les autres groupes religieux de confessions chrétiennes implique pour l’Eglise Catholique Romaine de traiter également avec ouverture et compréhension les mouvements plus intégristes issus même de l’Eglise Catholique Romaine.

          De même que lorsque l’on veut avoir une attitude de respect, on doit également l’avoir avec ceux qui sont irrespectueux.


          • ZEN zen 12 février 2007 13:39

            « L’Eglise admet en son sein la présence de personnes qui n’adhèrent pas à la réforme conciliaire et leur confie une mission dans un diocèse. Toute la question est maintenant de savoir quelles vont être »

            Tout cela mérite-t-il tant de bruit ? La querelle des anciens et des modernes au sein de l’eglise paraît bien dérisoire par rapport aux problèmes du temps...Aussi important que les rivalités entre sunnites et chiites.. smiley

            On ferait bien de s’interroger aussi sur les relations de ces « personnes » avec l’extême-droite. L’affaire Touvier et ses complicités sont encore dans les mémoires...


            • Nicolas (---.---.56.218) 12 février 2007 14:29

              à Zen,

              Merci de cette mise au point et de rappeler l’affaire Touviers, documentaire télé hier soir, sur sa traque en France pendant environ 50 ans, avec la protection de l’Eglise et (peut-être) de la Police. Le Vatican savait-il que des monastères et des cloîtres protégeaient un tel monstre ?

              Il y a, comme vous dites, des problêmes plus pressants que ceux de cet article.


            • vraitravailleur (---.---.125.60) 12 février 2007 22:36

              Touvier était peut-être un « monstre » mais pourquoi ne poursuivrait-on pas aussi les « monstres » qui ont torturé en Algérie et qui ont fait de pires horreurs que Touvier ?

              Feu le colonel Erulin a torturé à mort (voir le livre d’Henri Alleg « la question »). Giscard d’Estaing et le cinéma français en ont fait le héros de « la légion saute à Kolwezi ».

              D’autres de ces « monstres », qui rendent publiques leurs actions en Algérie, apparemment sans remords, se voient seulement mettre à la retraite d’office, non pas pour leurs actes, mais parce qu’ils ont trahi l’omertà.

              Sans parler de quelques dizaines de milliers de soldats du contingent, dont certains sont des élus, et qui ont accompli des forfaits : meurtres, viols, fusillades de femmes et d’enfants. Certains de ces bourreaux anonymes continuent du reste à en faire des cauchemars toutes les nuits. Pourquoi cherche-t-on à cacher ce que ces derniers ont fait ?

              Un jour viendra peut-être où un gouvernement, pour satisfaire un lobby quelconque, les fera rechercher pour « crime contre l’humanité ».

              Ils savent maintenant qu’ils pourront eux aussi chercher refuge chez des exclus de l’église officielle avant qu’un magistrat zélé ne les fasse débusquer par la gendarmerie.

              vraitravailleur


            • (---.---.170.72) 12 février 2007 13:51

              L’auteur semble oublier un peu vite qu’il faut distinguer « l’esprit du Concile » tel qu’il a soufflé en France et les textes officiels du concile : ces derniers rappellent bien la primauté du latin et du chant grégorien. Il semble également oublier que, par exemple, la fraternité St Pierre existe depuis 1988 et a été créée sous l’impulsion de Jean-Paul II pour célébrer exclusivement avec le rite dit de St Pie V. Enfin le latin est toujours en usage au sein des abbayes et certaines pratiquent d’ailleurs la messe « Paul VI » en latin.


              • miteny (---.---.130.65) 12 février 2007 14:08

                Je trouve que l’église catholique est une institution criminelle qui, en raison de son passé très antichrist, devrait, par mesure de salut public, se saborder...

                dieuexiste.com


                • Jim (---.---.86.127) 12 février 2007 15:28

                  Bonjour,

                  Article tres interressant, bien qu’on ne comprenne pas là ou vous voulez aller.

                  Une chose est claire, depuis vatican II les églises françaises se sont vidées, bravo les artistes... Une autre chose est claire : Tutoyer Dieu et le prendre pour son copain en chantant « gloire, gloire, gloire, à toi Ô Jésus » en tappant des mains, celà fait oublier que cet Homme est mort sur une croix pour « racheter les pêcher du Monde ». Lorsque l’on va dans une église actuellement, où est le Divin ? est ce toujours la même religion qui à inspirée les plus beaux morceaux de musique depuis des siècles ? où est cette religion qui a inspirée les plus grands sculpteurs ? les plus grands peintres ? les plus grands écrivains ?

                  Messieurs les religieux, sous couvert d’oecumenisme, d’hyper-tolérance, vous avez chassé Dieu de vos Eglise, ayant discuté avec des prêtres, eux même n’y croient plus qu’à moitié, ou du moins gardent le coté humain du Christ, mais pour le divin passez votre chemin, un Imam vous expliquera beaucoup plus intelligement le concept de Dieu.

                  Demandez vous pourquoi les « mouvements integristes » sont en plein essort, ce n’est pas par haine du système moderne, ce n’est non plus parsqu’ils sont mus par un besoin identitaire, mais tout simplement parsqu’ils adorent Dieu leur créateur, et en tant que créature ils rendent honneur à leur créateur en se prosternant à ses pieds, en le remerciant pour sa bonté et sa compassion.

                  Je suis sûr que Sainte Thérese, docteur de l’église, une des femmes les plus simples, les plus gentille que la Terre ait connue, serait indignée de l’attitude de l’ensemble prêtres ’modernes’ qui occupent nos églises.

                  Et pour ceux qui disent « il faut vivre avec son temps », n’oubliez pas que Dieu n’en à que faire, il est hors du temps.

                  Bon vent

                  Jim (qui s’ennerve un peu ajourd’hui )


                  • bersace (---.---.217.90) 12 février 2007 17:09

                    Pourquoi dire « retour au latin » ? Il s’agit uniquement de réhabilité le missel de St Pie V, alors que c’est le missel de Paul VI qui prévaut depuis Vatican II. On peut très bien dire une messe Paul VI en latin ! Mais contrairement à la messe St Pie V, la messe Paul VI permet d’utiliser la langue vernaculaire. Samedi 3 février, j’ai participé à une messe Paul VI, face au peuple et toute en latin ! :D

                    Cordialement, Étienne.


                    • mcm (---.---.121.69) 12 février 2007 17:18

                      @Jim,

                      « un imam vous expliquera beaucoup plus intelligement le concept de Dieu ! »

                      C’est un imam qui vous a expliqué que Dieu n’est pas votre ami ?

                      Si vous aimez Dieu, ne laissez personne vous priver de son amitié !


                      • Jim (---.---.86.127) 12 février 2007 17:50

                        Mcm

                        Un peu de bon sens : je disais que comparé à beaucoup de prêtres, des imams peuvent être plus érudis dans la maniere d’expliquer le concept de Dieu.

                        Ensuite, voici une pensée, émise par un philosophe, quelques siecles avant la venue du Christ sur terre : « La seule maniere pour qu’il y ait une amitié entre Dieur et l’Homme, c’est que Dieu vienne à l’Homme. » et non le contraire. Avant d’être l’ami de Dieu, je suis sa créature, celà ne veut pas dire que je suis sa chose, mais qu’en qualité d’être créé, je me dois d’abord de rendre grâce.

                        Je pense que dans la vie normale, vous avez des amis, vous aimez bien que ces derniers vous traitent « d’égal à égal », et pour Dieu vous faites comment ? vous mangez des pommes ?

                        Jim


                      • mcm (---.---.121.69) 12 février 2007 18:27

                        @Jim,

                        « Avant d’être l’ami de Dieu, je suis sa créature »

                        Vous ne pouvez pas être sa créature avant d’être son ami, pour la bonne raison que ceux qui ne sont pas les amis de Dieu sont les créatures du diable.


                      • Jim (---.---.86.127) 12 février 2007 18:50

                        Cher ami,

                        Amitié = échange. Dieu m’a donné la Vie, c’est donc mon ami Qu’ai-je donné à Dieu ? La seule manière de montrer mon amitié envers Dieu, ce n’est pas en le traitant comme un pote, c’est en observant ses commandements ( et les 10, pas que certains) et surtout en me montrant charitable envers le reste de sa création ( faune/flore/homme)

                        Vous m’avez l’air croyant, je vous invite à relire l’histoire d’une ame de St Thérese, vous verrez comment elle parle du Christ, oui elle aime le Christ, oui elle le sert, mais en aucun cas elle n’est son amie.

                        Jim


                      • Daniel (---.---.85.181) 12 février 2007 21:35

                        Jésus dit : « je ne vous appelle plus mes serviteurs, mais mes amis »... Ste Thérèse est une grande amie de Jésus... elle va même jusqu’à oser le contredire dans l’histoire où il est question d’une remise de dette

                        un doit 500

                        l’autre doit 50

                        et Jésus demande qui l’aimera le plus si les dettes sont remises...

                        la réponse approuvée par Jésus est celui à qui il a été remis le plus

                        mais Ste Thérèse dit que qu’elle n’a eut que peu à remettre parce que la route à elle avait été dégagée auparavant...elle l’aime davantage parce que Jésus a été prévenant à son égard...

                        un Ami, on le respecte et on tend à faire sa volonté parce qu’on l’aime

                        ...

                        il n’y a pas de créature du Diable !

                        le diable n’a rien créé, il est lui même une créature.

                        confiance...

                        Dieu dit à chacun :

                        « Tu me manques »


                      • Bill Bill 15 février 2007 21:34

                        particulièrement pour Jim et Mcm, et concernant l’amitié

                        Ce petit discours de Marcel Van avec Jésus :

                        "Jésus : Marcel, ma petite Thérèse ne cesse de t’exercer à être joyeux et, pourtant, il t’arrive de temps en temps de gémir, de te plaindre du dégout, de la fatigue ; à quoi te sert alors son enseignement ?

                        Marcel, cette leçon, il faut que tu la connaisses par coeur. Après t’avoir appris à faire des sacrifices, elle t’apprend maintenant à être joyeux. Tu as beau faire des sacrifices, si tu n’es pas joyeux, je n’ai aucune envie de les accepter. Je ne peux que les rejeter et ensuite tu pleureras..

                        Allons, petit Marcel, tu es mon petit frère, par conséquent, il faut que tu saches être joyeux ; sans cela , impossible pour toi de devenir l’apotre des enfants. Il faut qu’on puisse dire de ta vie qu’elle est une vie joyeuse. J’ai un caractère très difficile : je n’aime à jouer qu’avec les petits frères et les petites soeurs qui sont joyeux.

                        Quand à ceux qui sont tristes, je ne goute aucune joie avec eux, comme je te l’ai déja dit."

                        Je ne sais pas si ça vous apportera ! Mais si c’est le cas, vous pouvez vous rendre sur un blog consacré à Marcel Van

                        Bien à vous deux

                        Bill


                      • Cl4ud3 (---.---.217.103) 12 février 2007 17:53

                        bravo pour cet article !

                        si les églises se vident depuis 40 ans, c’est peut-être parce que la religion s’assure plus de position sociale. je m’explique : autrefois, on allait à l’église pour se montrer le dimanche et rencontrer les notables, il est était inconcevable de ne pas avoir de religion.

                        tout était bipolarisé : être croyant ou non, chrétien ou païen, catholique ou protestant... les nuances étaient peu appréciées.

                        qu’en était-il réellement de la Foi ? la messe en latin n’en est que la forme, le fond, c’est ce qui nous habite réellement. pour avoir un dialogue avec Dieu, nul besoin d’une église, c’est avec notre âme que nous lui parlons.

                        l’évolution de la société a fait que qu’il n’y a plus besoin de paraître ou être ou non religieux. ces dernières années, les religions, grâce à leurs chefs spirituels ont jeté des ponts entre elles, rendant obsolètes l’idée qu’une religion est supérieure à une autre, qu’une manière de croire est préférable aux autres. les intégristes de tous bords, ont fait de ce lien particulier qui relie l’Homme à Dieu, une chasse gardée en rejettant les positions autres que les leurs.

                        l’expresion de la Foi de nos jours, est différente d’y il a 50 ans... ce ne sont pas les prêtres modernes qui ont chassé les fidèles des églises, mais la prise de conscience personnelle de sa propre Foi.pourquoi sacrifier à des rites qui ne sont que des représentation de ce qui semble être l’expression d’une croyance transmise par les traditions ou l’éducation, et dans laquelle on ne se retrouve pas ? cette possibilité de libre arbitre permet à chacun de vivre sincèrement sa Foi, quelle qu’elle soit ou de ne pas en avoir.

                        si mes souvenirs sont bons, le Christ a été le premier à aller vers des « non-juifs », ceux que l’on nommait les « gentils », vatican II et Jean-Paul II n’ont fait que suivre cet exemple.

                        le retour en arrière des intégristes, et leur frilosité à aller vers l’autre, ne fait que renforcer les séparations qui existent entre les hommes. on en oublie que le christianisme prône l’amour de son prochain, la solidarité, la fraternité, l’égalité entre les hommes. le Christ avait lui-même battu en brêche les certitudes des pharisiens.

                        pour ma part, je me reconnais dans l’Abbé Pierre, Soeur Emmanuelle, Soeur Thérésa, le Dalaï Lama, Desmond Tutu, Martin Luther King, c’est à dire des hommes et des femmes, qui tout en se plaçant entre les mains de Dieu, ont servi l’homme et l’ont tiré vers le haut.


                        • Jim (---.---.86.127) 12 février 2007 18:34

                          Claude !

                          Par votre derniere phrase, vous nous montrez que vouscompris la logique chrétienne et celle que tous les hommes devraient développer, la charité « Si tu n’as pas la charité, tu n’es rien ».

                          Pour ce qui est de la foi interieure, du grand concept de Dieu dans nos coeurs, qu’il est inutile d’aller à l’Eglise, sans parler de votre histoire de paraitre qui me semble tout à fait saugrenue : on ne se montre pas pour aller a l’église, surtout pour aller adorer un cadavre en croix. De plus, savez vous ce qu’est la communions des âmes ? il est beaucoup plus satisfaisant d’aller prier son Dieu, avec ses mots, ensemble.

                          Bref, il est interressant de donner des exemples de ceux qui ont servi Dieu en donnant aux hommes, cependant je doute fort que le fait d’avoir déserté les église pour prier chez soi, soit tres utile...

                          Jim (qui décidément ne s’est pas calmé depuis ce midi)


                        • Bois-Guisbert (---.---.10.62) 12 février 2007 20:47

                          ...des hommes et des femmes, qui tout en se plaçant entre les mains de Dieu, ont servi l’homme et l’ont tiré vers le haut.

                          Surtout Desmond Tutu, aumônier d’un mouvement terroriste qui pratiquait le supplice du collier...


                        • Cl4ud3 (---.---.224.81) 12 février 2007 21:57

                          je vis dans un village, où jusque dans les années 70, il était OBLIGATOIRE d’aller à la messe le dimanche. sinon on était taxé d’athée ou pire... de protestant ! il était inimaginable que les femmes n’aillent pas se confesser au moins plusieurs fois par an, et les hommes avant pâques. le curé tançait ses fidèles s’ils n’avaient pas une raison valable de « sécher » la messe !

                          quand aux mariages interconfessionnels : ils relevaient pratiquement de l’oeuvre du diable !

                          le curé du village apprenait le cathéchisme à coup de baguettes sur le bout des doigts, et il n’y avait pas intérêt à se rebeller !

                          la religion telle qu’elle était pratiquée à Paris et en province, était différente : en province, le poids des coutumes issues du XIX° siècle était pesant jusqu’après 68 : la vie sociale s’organisait autour de la messe du dimanche : on y voyait le maire, le médecin, le notaire, le député...les hommes sortaient de la messe pour se retrouver au bistrot et échanger les nouvelles, conclure des affaires. ce monde là a disparu aujourd’hui.

                          sans vouloir me justifier, je suis de tradition catholique, élevée chez les soeurs, alors la religion, j’en connais un petit bout. et si je déserte l’église, c’est parqu’il me semble qu’il y a peu de prêtres qui sortent des sentiers battus. j’irais avec plaisir à l’office entendre mrg gaillot dire la messe ou le père guy gilbert : ces personnes ont su faire passer le message du christianisme.

                          c’est pourquoi, je préfère l’échange direct avec Dieu . ma Foi ne regarde que moi, et je la pratique comme je le souhaite. quand aux représentations du Christ en croix, cela ne m’a jamais génée : la crucifiction étant le supplice réservé aux esclaves rebelles, et aux bandits, elle est le symbole de l’humilité qui normalement devrait habiter tout chrétien convaincu.


                        • Cl4ud3 (---.---.224.81) 12 février 2007 22:05

                          @ Bois-Guisbert

                          je crois que nous n’avons pas les mêmes sources : Desmond Tutu est non-violent jusqu’à nouvel ordre...

                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Desmond_Mpilo_Tutu

                          "Desmond Mpilo Tutu (né le 7 octobre 1931 à Klerksdorp, en Afrique du Sud) est un archevêque sud-africain noir, Prix Nobel de la paix en 1984. Il fut le président de la Commission de la vérité et de la réconciliation, qui fut chargée de faire la lumière sur les crimes commis durant le régime de l’Apartheid.(...) Durant toutes ces années, il n’a cessé de faire passer son message de paix et de non-violence. Il dénonce aussi bien le régime de l’Apartheid, que les noirs qui réclament vengeance. Pour lui, la paix entre les peuples est la seule voie possible. C’est pour ce combat pacifiste contre le régime de l’Apartheid, qu’il reçoit le 16 octobre 1984, le Prix Nobel de la paix."


                        • Matthao (---.---.240.196) 12 février 2007 19:00

                          « Les tièdes, je les vomis... » L’Eglise a rejoint le camp du relativisme et s’est vidée. Elle n’affirme plus sa foi mais la propose... avec un parfum de guimauve. Permettez moi de vous dire que la foi s’affirme, en cela les musulmans sont respectables, eux n’en ont pas honte. L’Eglise de France s’est couchée et fait du social, comme tous les people et les politicards. Le résultat est très concluant... Personnellement, je recherche l’absolu et non une assistante sociale de gauche qui me fait la morale façon Ségolène et qui chante en plus comme une casserole...Les sectaires ne sont pas où l’on pense. Plutôt que d’entendre à longueur d’office de la chansonnette et des larmichettes de crocodile sur les pauvres, j’ai abandonné toute pratique. Dieu reconnaîtra les siens...


                          • Bois-Guisbert (---.---.10.62) 12 février 2007 20:56

                            Et moi, j’ai abandonné toute croyance... Du moment que l’Eglise s’occupait d’autres choses que du salut des âmes des fidèles, elle n’avait plus de raison d’être. Elle devenait une assoce comme une autre. Et beaucoup plus à gauche que beaucoup d’autres, d’ailleurs...


                          • Comité Cicéron 12 février 2007 21:04

                            Pas certain que si vous abandonnez les pauvres à leur sort Dieu vous reconnaîtra comme un des siens !

                            C’est très différent le social fait par l’Etat (donc par des fonctionnaires appointés à vie et contraints de faire la paperasse afférente) et le social fait par des gens GRATUITEMENT et avec pour seul outil leur coeur.

                            C’est cela la perversion de notre époque : l’Etat se prend pour une Eglise, et c’est encore plus vrai chez les musulmans hélas.


                          • Pour la paix liturgique à Reims (---.---.117.115) 12 février 2007 20:18

                            Finalement, qu’à fait le cardinal RICARD ? Il a accueilli une frange de l’Eglise qui répond aux aspirations (légitimes écrivait Jean-Paul II en juillet 1988) d’une partie des fidèles. Ces fidèles, ne faut-il pas les accueillir comme l’a exprèssément demandé le pape JEAN-PAUL II ? Hélas, dans bien des diocèses, les évèques préfèrent accueillir les éloignés de l’Eglise et rejeter une partie du troupeau qui leur est confié. L’exemple du diocèse de Reims est édifiant. http://www.paixliturgiquereims.org/


                            • Bois-Guisbert (---.---.10.62) 12 février 2007 20:43

                              ...distinguer entre traditionalistes et intégristes ; les uns sont attachés à leur liturgie pour tout un tas de raisons que je respecte, les autres refusent des pans entiers de la doctrine de l’Eglise telle qu’elle a été définie à Vatican II...

                              Je fais partie d’une génération à qui on a enseigné que les protestants étaient des hérétiques avant, un beau matin, de nous dire qu’il y avait erreur, que c’étaient, en réalité, des frères séparés.

                              A ce moment-là, le choix qui s’offrait à moi, était soit de devenir intégriste, soit de devenir mécréant... Comme je ne peux pas plus croire en un Dieu qui change d’avis qu’en une Eglise qui se trompe, j’ai choisi d’être sérieux. Et cohérent.


                              • Cl4ud3 (---.---.224.81) 12 février 2007 22:08

                                @Bois-Guisbertce

                                n’est pas l’Eglise qui change d’avis, ce sont les hommes qui la composent qui évoluent... nuance...


                              • ZEN zen 12 février 2007 21:43

                                Je remercie l’Eglise catholique, par l’image qu’elle donne d’elle-même et de celui qu’elle appelle Dieu, de m’avoir aidé à être pleinement et définitivement athée...


                                • Cl4ud3 (---.---.224.81) 12 février 2007 22:16

                                  cher zen,

                                  votre opinion se défend. chacun son chemin spirituel. moi ce sont des personnes comme l’abbé Pierre, l’aumonier qui rentrait d’un camps de réeducation chinois qd j’étais en 6°, Martin Luther King... qui par leurs actes et leurs paroles, ont renforcé ma Foi.

                                  de toutes façon, il est difficile d’expliquer pourquoi l’on croit : c’est quelque chose qui vous habite, et vous ne savez pourquoi. parce, j’ai autant de preuves que Dieu existe que de sa non-existance...

                                  de plus, tendre la main aux autres, c’est d’abord un acte de Foi en l’Homme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès