Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le Christ mythologique est un dieu païen comme les autres

Le Christ mythologique est un dieu païen comme les autres

C'est un des aspects les plus mystérieux de la figure du Christ : au départ, nous avons un prédicateur juif qui sillonne les routes de Galilée et de Judée en dispensant un message empreint d'une compassion nettement plus grande que chez les autres religieux de son temps.

A-t-il existé réellement ? Pourquoi pas ? Il n'y a rien de surnaturel dans le fait de voyager, d'enseigner, de réunir des disciples autour de soi.

Mais la figure de Jésus prend une dimension mythologique avec le récit de la résurrection.

Et là, mystérieusement, le mythe se paganise fortement. On se croirait complètement sorti du milieu culturel juif. Le récit devient une des nombreuses variantes sur un thème omniprésent à cette époque dans les cultes à mystères tout autour du bassin méditarréen : un dieu subit une passion et ressuscite pour le salut des hommes.

Comment cette acculturation a-t-elle été possible ? Deux remarques :

D'abord, le judaïsme n'était pas un système clos. Il comprenait en particulier tout un courant fortement hellénisé, comme en témoigne, par exemple, la Bible des Septante (en grec) ; dans la "Galilée des nations", pays de Jésus, le milieu était fortement multiculturel. Lui-même, en tant que charpentier, a bien du connaître ces grands chantiers de l'époque qu'étaient les villes nouvellement construites de Sepphoris et Tibériade.

Ensuite, ses disciples prêchent dans les synagogues et se voient entourés de toute une population de sympathisants, de nouveaux convertis, de personnes en recherche qui devaient passer d'un culte oriental à l'autre et les faire déteindre l'un sur l'autre.

Le culte du Jésus mythologique, celui qui eu le pouvoir de ressusciter, nous offre un récit construit sur le même modèle que les cultes à mystères qui fleurissaient autour de la figure d'un dieu martyrisé, mort, et ressuscité pour le salut des hommes. De tels cultes étaient nombreux. 

Contrairement aux religions civiques, juive ou païennes, qui rendent hommage aux dieux pour en obtenir une protection politique pour la cité, les cultes à mystère s'intéressent à l'individu et à son salut. Le secret dont ils sont entouré empêche de les connaître avec tous les détails qu'on souhaiterait avoir, mais des constantes se retrouvent.

Osiris

Nous commencerons par parler d'Osiris, le dieu égyptien des morts. A l'époque du Christ, son culte a conquis tout l'Empire romain. Il est vénéré sous son nom ou assimilé à Hadès, parfois à Dionysos, sous le nom de Sérapis. Son épouse Isis est également très vénérée.

Osiris, dieu des morts égyptiens, est le premier et le modèle de ces dieux morts et ressuscités auxquels les contemporains des premiers chrétiens aimaient confier leur salut. Victime d’un assassinat, démembré, reconstitué par son épouse Isis mais pas complètement, ressuscité par elle mais pour un temps seulement, il vit dans les Champs d'Ialou, le domaine bienheureux qu'il a su créer de l'autre côté, de même que, sur cette terre, il avait su apporter la fertilité à l'Egypte. Il y accueille, après jugement, les défunts qu'il juge dignes de l'y rejoindre.

On comprend ce que la figure d'Osiris pouvait avoir de rassurant : c’est un dieu qui connait la souffrance, qui conserve une fragilité. C’est le roi des morts, mais c’est aussi un mort lui-même (il est d'ailleurs souvent représenté avec ses bandelettes de momie). On pourrait presque dire qu’il est sur pied d’égalité avec ceux qui comparaîtront devant lui ; en tous cas, il n’a pas, sur eux, cette supériorité infranchissable que le vivant a sur le mort. 

 Aucun sadisme chez lui : après une pesée de l’âme et un jugement, celui qui le mérite gagne un séjour heureux. Les âmes mauvaises sont dévorées et leur seul châtiment est la privation d’éternité.

Les « confession négatives » des Livres des Morts nous décrivent une morale dans laquelle l’humaniste moderne se reconnaît parfaitement : « Je n’ai pas affligé. Je n’ai pas affamé. Je n’ai pas fait pleurer. Je n’ai pas tué. Je n’ai pas ordonné de tuer. Je n’ai fait de peine à personne."

L'étude du mythe d'Osiris nous aide à comprendre celui de Jésus.

Avant de m'y interesser, je ne comprenais pas du tout pourquoi la passion du Christ pouvant racheter les pêchés des hommes. Je ne voyais pas le rapport. En quoi les souffrances du Christ devraient-elles inciter son Père à nous juger moins sévèrement ?

Je comprends mieux la logique de ce grand archétype quand, à la place tout à la fois du Père qui nous juge et du Fils qui a souffert, je place Osiris : je comprends alors aisément qu'il soit disposé à la compassion car il a sévèrement souffert lui-même.

Dionysos

C'est sous le nom de Zagreus que Dionysos est un de ces dieux morts et ressuscités pour le salut des hommes.

C'est une probable variante grecque du mythe d'Osiris, dont il est très proche.

Zagreus est né des amours de Zeus et de Perséphone avant que celle-ci épouse Hadès. Héra, jalouse, fait rechercher l'enfant par les Titans, qui le retrouvent, le démembrent et le dévorent, à l'exception du coeur.

Zeus avale le cœur de l'enfant et parvient ainsi à lui donner naissance une seconde fois, sous le nom de Iacchos — d'où une étymologie proposée pour le nom de Dionysos : « deux fois né ». 

Naître deux fois, c'est aussi une façon de ressusciter.

Zeus foudroya les Titans, et de leurs cendres naquirent les hommes marqués par cette double ascendance. La matière des Titans, dont ils sont constitués, ont donné aux hommes une propension à faire le mal, mais l'amour du bien est aussi présent en eux, puisque Dionysos est partie constitutive de la chair des Titans après qu'ils l'eurent dévoré, ces mêmes Titans dont la matière compose les hommes.

Ici encore, il y a un lien logique entre le martyre du dieu et le salut des hommes. Ce n'est pas tout à fait le même type de lien que dans le mythe d'Osiris. Ici, la problématique n'est pas celle du jugement et du pardon. Ce n'est pas ainsi que le problème se pose. Dionysos ne juge pas les hommes, pas plus qu'il ne leur pardonne ni ne leur refuse son pardon. Mais, puisque les hommes (par l'intermédiaire des Titans) l'ont dévoré, Dionysos est maintenant une partie de ceux qui l'ont absorbé. Il le confère par le fait même une étincelle divine, qu'il ne tient qu'à eux de faire croitre.

Les autres cultes à mystères sont nombreux (Orphisme, Mystères d'Eleusis ...) , généralement en lien avec les divinités chtoniennes : Hadès, Perséphone.

Esprits de la végétation

Les dieux dont le martyre apporte a l'homme son salut ont aussi pour point commun d'être à la fois des dieux funéraires et des dieux de la végétation, et ceci aussi bien dans le contexte égyptien (Osiris) que dans le contexte grec (Perséphone).

Osiris est comme le grain enterré lors des semailles qui ressuscite lors de la moisson suivante. Le grain est fécondé par l'eau dans le sol. Lors des récoltes il est démembré par les faucilles des faucheurs. Perséphone elle aussi est une déesse de la végétation, supposée descendre aux Enfers en hiver et revenir sur terre avec le printemps.

On comprend mieux, dans ce contexte, un rituel comme celui de l'eucharistie, où les fidèles sont invités à manger le corps du Christ sous la forme du pain, et à boire son sang sous la forme du vin.


Moyenne des avis sur cet article :  2.66/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • latortue latortue 30 janvier 2012 10:23

    tres belle envention que celle de Jésus qui rapporte un max de fric a pas mal de religion mais tout ça n’est qu’une belle invention,calqué sur des légendes connue de tous

    Déclaration du pape Léon X (1475 à 1521) : "On sait de temps immémorial combien cette fable de Jésus-Christ a été profitable à nous et à nos proches." [Quantum nobis nostrisque ea de Christo fabula profuerit, satis est omnibus seculis notum.] La haute hiérarchie catholique de l’époque ne croit pas en l’histoire du Christ mais utilise cette légende pour convertir les masses.
    voici deux légendes l’une qui date de 2500 ans avant JC et l’autre de 600 avant JC énorme similitude avec la bible non ???????????????

    Vers 2500 avant JC
    Culte de Horus (KRST) en Égypte
    Il est né de la vierge (Isis) le 25 décembre (Tybi) (la fin du solstice d’hiver) dans une grotte ou une crèche, sa naissance a été annoncée par une étoile à l’Est et attendue par trois hommes sages (Mintaka, Anilam, Alnitak)
    * Son père s’appelait Joseph (Seb, Geb, Deb, Qeb ou Keb), il était de lignée royale 
    * Il est né de la vierge Isis-Meri le 25 décembre
    * Les Egyptiens adoraient Isis la vierge mère montrant l’effigie de son nouveau-né gisant dans une mangeoire ou une crèche
    * Il a eu 12 disciples
    * Il enseignait à des enfants au Temple et fut baptisé à l’âge de trente ans par Jean le Baptiseur (Anup) dans le fleuve Eridanus (Jourdain)
    * Il a eu 12 disciples. 
    * Il effectua des miracles et ressuscite la momie El-Azar-us (une allégorie du soleil) (’El-Osiris ou El-Osirus’),, d’entre les morts. (ce qui donne Lazare en langue hébraique dans la bible) 
    * Il marcha sur l’eau et délivra un sermon sur la montagne 
    * Il fut transfiguré sur la Montagne 
    * Il a été crucifié entre deux brigands 
    * Il a été enterré dans un tombeau et a été ressuscité. 
    * Il était aussi "la Voie, la Vérité, la Lumière, le Messie, le fils oint de Dieu, le Fils de l’Homme, le Bon Berger, l’Agneau de Dieu, le Mot".
    600 avant JC
    Le culte de Mithra, Dieu-Soleil de Perse bat son plein en Perse. Les prêtres célébraient l’office par le pain et le vin "Celui qui avale ma chair et avale mon sang demeure en moi et je demeure en lui (Zarduhst)". Le prêtre de Mithra plaçait du miel sur la langue de l’adepte. Son culte comprend un repas et un baptême.
    * Il est né d’une vierge le 25 décembre (natalis solis invicti) dans une grotte. 
    * Sa naissance était attendue par des sages, des hommes sages et des bergers (qui lui apportèrent des agneaux et une part des récoltes)
    * Il était considéré comme un grand professeur et un maître itinérant. 
    * Il était appelé « le Bon Berger. » 
    * Il était considéré comme « la Voie, la Vérité et la Lumière. » 
    * Il était encore considéré comme « le Rédempteur, » « le Sauveur, » « le Messie. » 
    * Il était identifié à la fois au Lion et à l’Agneau. 
    * Son jour sacré était le dimanche, le « jour du Seigneur »
    * Il avait sa fête principale à la date qui allait ensuite devenir Pâques, correspondant à sa résurrection. 
    * Il avait 12 compagnons ou disciples. 
    * Il effectuait des miracles. 
    * Il a été enterré dans un tombeau. 
    * Après trois jours, il s’est relevé. 
    * Sa résurrection était célébrée chaque année. 
    * Sa religion comportait une eucharistie, ou « dîner du Seigneur » le prêtre célébrait l’office par le pain et le vin qui était pris en communion : le mage déclare : "Celui qui avale ma chair et absorbe mon sang demeure en moi et je demeure en lui« 
    Les paroles de la Cène sont empruntées à celle des sectateurs de Mithra. Sources http://sites.google.com/site/legrosmensongedelabible : S. Acharya, »Les mystères de Mithra« Cumont Franz, »The light and islamic review" october-december 2004


    • Furax Furax 30 janvier 2012 12:23

      Je ne vais pas me fatiguer :
      Par Furax (xxx.xxx.xxx.218) 25 décembre 2010 11:34

      L’armée romaine, qui voulait combattre l’influence chrétienne, a introduit dans le culte de Mithra la résurrection au troisième jour, ainsi que la plupart des similitudes citées plus haut, au DEUXIEME SIECLE après JC (on sait très peu de choses du culte de Mithra avant son importation par l’armée romaine.(http://fr.wikipedia.org/wiki/Culte_de_Mithra)
      Quant à Horus :

      Sur de nombreux sites web on trouve cette liste de points communs visant à démontrer que Jésus n’est qu’un personnage mythique inspiré du dieu égyptien Horus :

      Horus a dit : « Moi et mon Père sommes un ».

      • Il est né d’une vierge le 25 décembre dans une grotte ou une crêche, sa naissance étant annoncée

      par une étoile à l’Est et attendue par trois hommes sages.

      • Il enseignait à des enfants au Temple et fut baptisé à l’âge de trente ans.

      • Il a eu 12 disciples.

      • Il accomplit des miracles et éleva un homme, El Azarus, d’entre les morts.

      • Il marcha sur l’eau.

      • Il fut transfiguré sur la Montagne.

      • Il a été enterré dans un tombeau et a été ressuscité.

      • Il était aussi "la Voie, la Vérité, la Lumière, le Messie, le fils oint de Dieu, le Fils de l’Homme, le Bon Berger, l’Agneau de Dieu, la Parole« , etc.

      • Il était »le Pêcheur« et était associé à l’Agneau, au Poisson ( »Ichthys« )

      • Son épithète personnelle était »Iusa,«  »le fils éternel du « Père. »

      • Il s’appelait « le KRST, » ou « Oint, »
      Il semble que cette théorie a été inventée par Gerald Massey (1828-1927) puis développée par Acharya.

      Mais que vaut-elle ???


      Horus est né d’une vierge le 25 décembre dans une grotte ou une crêche, sa naissance étant annoncée par une étoile à l’Est et attendue par trois sages.

      >>>> Il n’est écrit nulle part d’Isis ait été vierge. Des peintures la représentent même, sous forme d’un faucon, planant au dessus du phallus érigé de son mari Osiris lors de la conception d’Horus.

      La date du 25 décembre n’a pas de sens dans le calendrier égyptien car celui-ci utilise une « année vague » qui se décale lentement par rapport aux saisons (car le système des années bissextiles n’était pas utilisé).
      Même si on utilise le calendrier agricole théorique, qui commencait avec le lever héliaque de l’étoile Sothis (Sirius) le 19 Juillet, cela ne correspond pas : Il est écrit qu’Horus est né le 31ème jour du mois de Khoiak, ce qui doit correspondre au 16 novembre.
      De plus nulle part il n’est écrit non plus dans la Bible que Jésus est né un 25 décembre.

      Les textes égyptiens disent qu’Horus n’est né ni dans une grotte ni dans une crêche mais dans un marais, au milieu des roseaux.

      On ne retrouve aucun texte égyptien, à ma connaissance, qui parle de trois sages et d’une étoile lors de la naissance d’Horus. D’ailleurs il n’est écrit nulle part dans la Bible que les « rois-mages » étaient au nombre de trois. Les chrétiens orthodoxes prétendent même qu’ils étaient 12.


      • Il enseignait à des enfants au Temple et fut baptisé à l’âge de trente ans.

      >>>>>> Le baptème n’existait pas chez les Égyptiens. Et aucun texte égyptien, à ma connaissance, ne dit donc qu’Horus a été baptisé.
      Acharaya prétend que son baptiseur était ANUP. Ce nom n’est autre que celui du dieu ANUBIS, et nulle part il n’a jamais été écrit que celui-ci avait baptisé Horus. Par contre ANUBIS avait momifié Osiris, le père d’Horus, ce qui est une toute autre chose.


      • Il a eu 12 disciples.

      >>>>>>>Aucun texte égyptien, à ma connaissance, ne dit qu’Horus avait 12 disciples.
      On trouve seulement des références à quatre HERU-SHEMSUs (« suivants d’Horus »), à 16 adeptes humains, et à un nombre inconnu de MESNIUs / MESNITUs (« forgerons ») qui l’ont suivi dans ses batailles.


      • Il accomplit des miracles et éleva un homme, El Azarus , d’entre les morts.

      >>>>>>> De nombreux autres dieux ont fait des miracles.
      En tout cas « EL AZARUS » n’est pas du tout un nom égyptien. Le préfixe semble arabe et le suffixe semble latin. Si ce nom désigne OSIRIS, le nom égyptien de celui-ci n’est pas EL_AZARUS mais ASAR ou OUSIR (ce qui est bien plus éloigné de Lazare). En outre ce n’est pas du tout Horus mais Isis qui a ressuscité Osiris.


      • Il marcha sur l’eau.

      >>>>>>> Aucun texte égyptien, à ma connaissance, ne dit qu’Horus a marché sur l’eau. Il est juste dit que lui et Seth se sont transformés en hippopotame et qu’ils sont restés trois moins au fond de l’eau.


      • Il fut transfiguré sur la Montagne.

      >>>>>>> Aucun texte égyptien, à ma connaissance, ne dit qu’Horus a été transfiguré sur une montagne.
      Il est juste écrit qu’il décapita sa mère Isis, la prit dans ses bras et escalada une montagne, où Isis se transforma en une statue de silex. Et il est écrit aussi que Thoth ou Hathor a soigné les yeux d’Horus (crevés par Seth) en haut de cette montagne.


      • Il a été enterré dans un tombeau et a été ressuscité.

      >>>>>>> Aucun texte égyptien, à ma connaissance, ne dit qu’Horus a été enterré dans un tombeau et ressuscité. Il est juste raconté que le dieu Thoth l’a guéri d’une piqûre de scorpion.
      C’est son père Osiris qui a été ressuscité, trés brièvement, par Isis


    • robin 30 janvier 2012 13:25

      Merci de nous donner des liens crédibles autres que David Icke pour nous prouver l’existence de ces soit-disantes similitudes.

      Et pour info Jésus n’est pas né le 25 décembre mais à une époque où l’avangile indique qu’on faisait encore paitre les moutons à la belle étoile c’est à dire surement pas en hiver.


    • Deneb Deneb 30 janvier 2012 14:09

      Robin : noël en été ? Excellent, je plusse !


    • latortue latortue 30 janvier 2012 14:37

      Le Livre égyptien des morts, par Massey, pp. 13 et 64.
      Il n’y a pas lieu d’entrer ici dans le détail de l’analyse des mythes ayant rapport à chacune des divinités ayant contribué à la constitution de la figure judéo-chrétienne de Jésus ; qu’il suffise de préciser qu’il y a pléthore d’ouvrages permettant d’établir que ce qui entre ici en cause n’est en rien une question de « foi » ou de « croyance. » (Cf. entre autres : CUMONT Franz, Les Mystères de Mithra, Ed. d’Aujourd’hui, 1985, XVIII - 258 p).
      - Albrecht Dieterich (1866-1908) avait déjà établi dans sa Liturgie de Mithra (1903, 2e éd., 1910) un certain nombre de faits significatifs, parmi lesquels :
      - le terme « sacrement » n’est rien d’autre qu’une traduction du grec correspondant à « mystère »,
      - les conceptions du croyant comme « enfant de Dieu » et d’une renaissance possible de l’être sont communes à tous les cultes à mystères de l’Empire romain : Mithra, Isis, Attis, Apollon, etc.
      - l’acte de manger le dieu au cours d’une célébration pratiquée déjà dans le culte mithriaque correspond au thème de l’union sacrée.

      - Carl-Gustav JUNG, Wandlungen und Symbole der Libido (1912), trad. française : Métamorphoses et symboles de la libido, Aubier-Montaigne, 1931
      - KRAMER Samuel Noah, Le Mariage sacré à Sumer et à Babylone, Berg International, 1983, 228 p. Traduit de l’anglais et adapté par J. Bottéro...)
      Dans les faits, le mythe de Jésus présente de remarquables parallélismes avec l’histoire de Krishna, jusque dans les détails, telle que présentée par le mythologue et distingué érudit Gérald Massey, il y a déjà plus d’un siècle, tout aussi bien que par le révérend Robert Taylor il y a plus de 160 ans, parmi d’autres :
      - Christianisme gnostique et historique, par Massey (cf. infra). Cf. aussi le Diegesis, par le Rév. Robert Taylor (Health Research), Les 16 sauveurs crucifiés du monde, par Kersey Graves, Pagan Christs, par J.M. Robertson, les travaux de Hilton Hotema (Health Research), Les fois païennes et chrétiennes, par Edward Carpenter (Health Research), et Désillusions et mythes de la Bible, par Lloyd Graham.
      - Le conte de Krishna tel qu’il figure en bonne place dans les Veda hindous a été daté comme remontant à 1400 avant J.-C., datation basse - Graves, op. cit., p. 15.
      - Israël a eu d’autres Messies avant J.-C., et les Pharaons étaient aussi désignés Fils de Dieu (Fils de Râ, le Dieu-Soleil)... d’ailleurs, Alexandre-le-Grand brigua ce titre.
      http://www.webnietzsche.fr/mythes.htm

      1. Son Père Joseph était charpentier : C’est une histoire recopiée sur la légende Krishna

      2. Son Père Joseph est de naissance royale : La Bible se contredit totalement à ce sujet : cette histoire a été recopiée sur les légendes de Bouddha et d’Horus/Osiris

      3. Sa mère était pas la vierge Marie : Une histoire recopiée sur les légendes d’Attis de Phrygie, Bouddha, Horus/Osiris et Krishna. Notons que l’apparition du père et de la mère de Jésus est assez tardive : autour du IIe siècle : auparavant, Jésus est « apparu » sur terre vers 30 ans ce qui explique d’ailleurs le trou dans sa biographie

      4. Sa mère a vu l’ange Gabriel sortir du puits : le puits en question a été construit au XIe siècle par les croisés...

      5. Sa naissance était accompagnée par des rois mages : une histoire recopiée sur les légendes de Bouddha, Horus/Osiris, Krishna et Mithra, Les noms donnés aux rois mages datent du Moyen-age.

      6. Sa naissance a été annoncé par une étoile : une histoire recopié sur les légendes de Bouddha, Horus/Osiris et Krishna

      7. Il est né en l’an 0 ou l’an I : Les contradictions de la bible sur la date de naissance de Jésus Christ sont insolubles. Sa date de naissance a été fixée en ....

      8. Il est né le 25 décembre : cette date a été choisie pour absorber la très ancienne fête de Noël : la renaissance du Soleil.

      9. Il est né dans une grotte à Bethléem : une histoire recopiée sur la légende du roi des céréales : Tammouz, né dans une grotte à Bethléem

      10. Il habitait à Nazareth : Le village de Nazareth n’existait pas du temps de Jésus. Jésus était un nazaréen d’après le Bible, autrement dit, un croyant. Les rédacteurs en ont fait un habitant de Nazareth qui a été créé pour la circonstance beaucoup plus tard (au mauvais emplacement puisque sont emplacement ne correspond pas du tout à celui décrit dans la Bible)

      11. Le massacre des innocents : (personne, à part la bible, n’en a jamais entendu parler). C’est une légende recopiée sur celle du tyran Kamsa, qui, 1500 ans avant JC a ordonné le meurtre de jeunes enfants.

      12. Il a fait un voyage en Egypte : cette histoire, qui amène des contradictions dans la bible, a été inventée pour répondre à la prophétie de l’Ancien Testament : « J’ai appelé mon fils de l’Égypte »

      13. Il a enseigné au temple à l’age de 12 ans : une histoire recopiée sur la légende de Bouddha et Horus/Osiris

      14. Il a fait de sermon sur la montagne : recopié de la légende d’Osiris/Horus

      15. Il a eu 12 disciples : une histoire recopiée des légendes D’Horus/Osiris et Mithra : 12 était considéré comme un nombre « magique »

      16. « Ce pain est mon corps » : une légende recopié d’Horus/Osiris et Dyonisos/Bacchus

      17. Il a ressuscité Lazarus (Lazare en français) : recopié mot à mot de la légende d’Osiris (El Azar’us) : ici, les rédacteurs de la Bible n’ont même pas pris la peine de changer le nom.

      18. Il a marché sur l’eau : une histoire recopié de la légende des disciples de Bouddha entrés en transe méditative pour traverser un fleuve

      19. Il a multiplié les pains : recopié sur la légende de bouddha qui a multiplié les petits gâteaux.

      20. Il a été condamné par le Sanhédrin juif : il était hors de question que le Sanhédrin se réunisse la veille de la Paques, de nuit, pour prononcer une mise à mort ! historiquement, l’histoire est grotesque !

      21. Il est mort crucifié : une légende recopiée sur Attis de Phrygie, Dyonisos/Bacchus, Krishna et Mithra : La crucifixion était strictement réservé aux citoyens romains pour les cas les plus graves. Si Ponce Pilate avait fait (ou laissé faire) crucifié Jésus, il aurait été destitué et remplacé.

      22. Il est mort entre deux voleurs : une légende recopiée sur Horus/Osiris, Krishna

      23. Il est mort sur la croix : du temps de César, on attachait les condamnés sur un patibulum posé sur deux Crux (fourches), le condamné était debout sur le sol. Les premières croix chrétiennes datent du Ve siècle.




    • Rounga Roungalashinga 30 janvier 2012 15:02

      Dans les faits, le mythe de Jésus présente de remarquables parallélismes avec l’histoire de Krishna


      Jésus est un fils de charpentier, c’était un pauvre qui parlait aux pauvres, aux prostituées.
      Krishna est l’avatar de Vishnu, fils de prince, il a vécu à la cour des rois et des princes.
      Jésus n’a fait que prêcher, Krishna a été l’écuyer d’Arjuna dans la bataille de Kurukshetra.
      Ils ne jouent pas tout à fait dans la même catégorie.


      4.Sa mère a vu l’ange Gabriel sortir du puits : le puits en question a été construit au XIe siècle par les croisés...

       

      C’est censé être un argument ?


      18.Il a marché sur l’eau : une histoire recopié de la légende des disciples de Bouddha entrés en transe méditative pour traverser un fleuve


      J’ai lu beaucoup de choses au sujet du bouddha, mais je n’ai jamais lu cette histoire. Pouvez-vous nous citer vos sources ?


      22.Il est mort entre deux voleurs : une légende recopiée sur Horus/Osiris, Krishna


       ?
      Krishna est mort d’une flèche au talon !


      23.Il est mort sur la croix : du temps de César, on attachait les condamnés sur un patibulum posé sur deux Crux (fourches), le condamné était debout sur le sol. Les premières croix chrétiennes datent du Ve siècle.


      Les témoins de Jéhovah disent que Jésus n’est pas mort sur la croix, mais cloué sur un poteau. Ils font remarquer que le mot « croix » ne figure pas explicitement dans le texte original de l’Evangile.


    • latortue latortue 30 janvier 2012 17:32

      le corecteur
      pour le moment le gentil mouton qui applaudit a tout ce qu’écrit Roungalashinga c’est vous et vous seul
      vous m’avez demandé des liens je vous les donne pour justifier mes écrits et vous n’êtes encore pas content .en demandez vous des liens a
      Roungalashinga non c’est bien ce que j’ai déja dit c’est toujours les non croyant qui doivent se justifier vous jamais .
      maintenant quand a vos attaques personnelles sur le fait que je n’aurait pas lu la bible là vous tomber tres mal j’ai lu non seulement la bible mais le coran et bien d’autre livres dont vous ne soupçonnez surement même pas l’existence .
      je vous laisse entre cul bénis .le jour ou vous passerez l’arme a gauche vous vous rendrez compte de vos erreurs, plutôt non car a ce moment il sera trop tard .


    • Rounga Roungalashinga 31 janvier 2012 08:30

      c’est toujours les non croyant qui doivent se justifier


      Traduction : les non-croyants n’ont pas le droit de colporter des informations non sourcées, c’est vraiment pas juste !

      Pour mes références sur Krishna, il suffit d’ouvrir le Mahabarata.

      A votre tour, maintenant.


    • Nina888 2 février 2012 21:00

      Pour les douzes apotre c’est encore à débattre ... faut pas oublier la possibilitée que jesus ai ue une femme .... marie madelaine (je veut un avis d’un musulman sur marie madelaine ...)
      Pour le paralelle avec la religion egyptiene qu’elle est le plus important ,le roi ou la personne qui le met au pouvoir ? (on retien surtout le nom de Jeanne d’arc que celui du roi qu’elle à mis au pouvoir ...)
      Mais soyez serieux , il faut pas déïfier Jesus mais le respecter pour son sacrifice ... et c’est scandaleux de représenter le moyen qui l’as fait mettre à mort comme symbole que son action sur le monde ....
      Pourquoi uttiliser un lapin pour paque alors qu’un chat , un phénix ou un animal réputée pour avoir l’immortalitée serait plus judicieux ? (l’oeuf ça reste compréensible mais le lapin ?)
      Je ne sait pas quoi penser ....

      J’aimerait vraiment que l’or perde ce qui fait son atrait et que le fer le gagne car là c’est une grande source de problème -_-, (la couleur jaune , en réfléchissant l’or des fou est peut etre plus intéréssant que l’or conventionel )


    • Vitello 22 février 2012 19:20

      En réponse à Nina888. Il n’y a pas à ma connaissance de « référence islamique » qui traite nommément à Marie Madeleine. Mais s’agissant de la transformation de Jésus, un personnage historique, en un mythique « fils de Dieu », le Coran lui-même établit un lien avec le paganisme antique (il cite d’ailleurs un groupe juif de Médine qui avait connu la même déviance s’agissant d’Esdras) : 9:30 « Les juifs ont dit : ’Uzayr est fils de Dieu !’ et les chrétiens ont dit : ’Le Messie est fils de Dieu !’ Telles sont les propos qui sortent de leurs bouches, répétant ainsi ce que les dénégateurs disaient avant eux ». S’agissant du personnage Jésus dans son environnement familial, les musulmans se réfèrent au très général 21:7-8 : « Nous n’avons envoyé avant toi que des hommes à qui nous faisions des révélations. Interrogez là-dessus les gens de l’Écriture, si vous l’ignorez ! Et Nous n’en avons pas fait des corps pouvant se passer de nourriture ou des êtres immortels ». De plus, 13:38 dit : « Nous avons envoyé des messagers avant toi et nous avons établi pour eux des épouses et des descendants », sans dire que Jésus a fait exception. Ceci signifie que si par un miracle quelconque, de nouveaux documents apparaissent qui établiraient un lien entre Jésus et des tiers, celà ne dérangerait pas fondamentalement la vision qu’ont les musulmans du personnage.


    • ja.poirier 30 janvier 2012 10:34

      que vous pensiez cela c’est votre droit .

      delà en en faire un article superficiel en est un autre .
      n’hésitez pas a étudier les exégètes !

      • latortue latortue 30 janvier 2012 11:02

        la charge de la preuve est toujours sur ceux qui discréditent une parole ou un événement raconté,par contre la réelle existence de dieu est de l’ordre du divin ou du mystique ,donc par ce genre de définition vous n’avez pas a prouver quoi que soit qui justifierai l’existence de dieu c’est ça les exégètes .
        rien ne peut justifier l’existence de dieu rien a part la foi ’’que je respecte’’
        que ce soit des fouilles archéologiques ou des écrits ou tout autre témoignage qui auraient pu justifier la réelle existence de dieu ,c’est le néant .
        Mais rien ne vous empêche de croire , les néandertaliens croyaient au soleil puis les religions et croyances ont évoluées avec les siècles ,c’est votre droit absolu ,mais nous ne sommes pas loin d’une nouvelle lois interdisant la négation de l’existence de dieu au train ou vont les choses pas loin que nous soyons nous non croyant traité de négationiste aussi !!!!!!!!


      • latortue latortue 30 janvier 2012 14:43

        mon parcours est bien éloigné de ce que vous pensez ,peut être auriez vous du me le demander avant de sous entendre des inepties infondées
        merci


      • latortue latortue 30 janvier 2012 17:45

        gloubi glouba ça me rappelle une émission pour enfant ,ce doit être le genre de conneries que vous avez regardez dans votre enfance . Moi aussi je sais faire des attaques perso sans fondement ,en plus tu me tutoies comme si tu me connaissais gros comme le bras ,encore une fois ton éducation a été faite sous la queue des vaches, on apprend pas le respect dans la religion pourtant les 9 ans que j’ai passé chez les frères Maryste me l’on bien enseigné et pas toujours avec tendresse .


      • epicure 3 février 2012 20:54

        @Par lecorrecteur (xxx.xxx.xxx.50) 30 janvier 18:15

        Pour te paraphraser tes réflexions sont du gloubi glouba pour enfants.
        Si le début semble prometteur, rapidement on dérive d’une position rationnelle et scientifique, pour arriver à une discours simpliste et irrationnel, en faisant preuve d’une approvche irrationnelle et non scientifique du problème.
        SI tu voulais bien réfléchir, et donc intéresser un peu à la science sorti des trucs médiatiques, tu apprendrais , que le hasard peut créer de l’ordre.
        En fait de nombreuses grandes structures géométriques sont le résultat de simples processus naturels élémentaires, comme la gravitation, la pression, les échanges de chaleur etc...
        Les sphères (ou approchant), les tourbillons, les structures arborescentes, et tout plein de formes apparemment ordonnées dans la nature, ne sont que le résultat de simples interactions entre de plus que stupide stupides agents naturels.
        Mais pour comprendre cela il faut réfléchir, et non pas recopier une vielle citation de newton complètement désuète en fait depuis sa théorie sur la gravitation. Puisque le plus marrant en citant newton et l’agencement du système solaire, c’est que c’est sa théorie qui explique de façon simple et naturelle le fonctionnement du système solaire, et non le rôle d’un architecte surnaturel.

        le matérialisme repose sur des faits connus et démontrés : le simple crée du compliqué.
        Alors que le compliqué soit nécessaire pour créer du simple, n’a jamais été démontré. Donc l’affirmation d’un concept plus compliqué et moins explicable que l’ensemble de l’univers, comme nécessaire à l’existence du monde n’est pas rationnel ni scientifique.pour expliquer la réalité.


      • gaijin gaijin 30 janvier 2012 10:36

        le culte de dyonisos vient d’inde c’est une branche du trantrisme çivaïste ....
        dans ce contexte la notion de deux fois né signifie l’entrée dans la vie spirituelle


        • latortue latortue 30 janvier 2012 11:10

          C’est sur a cette époque le nom de jésus ’’josué’’ était hyper courant donc des jésus il y en avait surement mais des quidam quelconque pas celui de la bible désolé .


        • epicure 3 février 2012 21:08

          Effectivement, il est possible que le jésus des évangiles soit inspiré d’un jésus ayant existé.
          Mais bon ce n’est pas un phénomène propre aux évangiles, il existe de par le monde de nombreux mythes et légendes inspirées en parti de personnages réels sur lesquels on a greffé des événements surnaturels.

          Donc al question est de savoir pourquoi accorder plus d’intérêt à l’histoire de jésus qu’à d’autres ?

          Il suffit de voir en Corée du nord toute la mythologie déployée autour du président très démocratique dont al lumière n’inondera plus notre monde. Pour manifier un personnage, rien de mieux que créer toute une histoire merveilleuse pour le rendre plus important.

          Enfin concernant les évangiles, il y a des faits qui sont complètement anhistoriques, contraire à la réalité, notamment le massacre des innocents, ou alors tout ce qui tourne autour de Ponce PIlate, il y a des récits contradictoires, notamment sur l’enfance d jésus (égypte ou israël), sa lignée héréditaire (par joseph ou par marie) etc....


        • arobase 30 janvier 2012 11:21

          le christ nouveau est arrivé ! il habite un chateau à st cloud et s’appelle marine smiley : lepen


          la voilà sioniste et fricote avec les néo nazis !! elle a changé ? ah bon ? en effet en pire, en sournois ; dengereuse !

          quel travailleur, quel homme sensé peut voter pour ça ?

          • posteurfou posteurfou 30 janvier 2012 11:37

            Je ne vois pas le rapport ?

             mais bon !

             

            Crdt ..


          • arobase 30 janvier 2012 11:50

            il n’ ya pas de rapport. ça s’adresse à la ségurane qui a pour messie lepen 

             il serait intéressant de connaître son point de vue sur les escapades allemandes de son messie.

          • Nina888 30 janvier 2012 11:32

            Qui est digne d’etre christ ou dieu ?
            Celui qui se croie au dessus des hommes ou celui qui veut etre leur esclave ?
            Celui qui ne pense qu’aux hommes en se croyant homme ou celui qui ne se croie pas homme et pense à donner au autre ce que les hommes on ?
            Voilà de bonne question ...

            Le sujet est à débattre ... mais moi j’ai choisie ma réponse à ses question mais j’ai tord car en fait la bonne réponse est les deux réponses ...


            • Furax Furax 30 janvier 2012 12:28

              Le lac de Tibériade est l’endroit ou le Christ (et non...Horus !) marcha sur les eaux.
              Un touriste veut le traverser.
              Le batelier :
              -cinq dollars !
              -c’est hors de prix !
              -c’est ici que Jésus a marché sur les eaux.
              -à ce prix là, ça ne m’étonne pas !


              • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 30 janvier 2012 12:35

                Bonjour,

                Le thème que abordez est très intéressant mais si vous me permettez, je voudrais apporter quelques corrections au sujet d’Osiris.

                Osiris n’a pas ressuscité, il n’est ni vivant ni mort. Il est dans l’entre-deux ou plutôt les deux à la fois ; il est le « dieu-au-coeur-arrêté » (cf. Le Livre de la Sortie au Jour, appelé chez nous « Livre des Morts »).

                Il n’accueille pas ceux qui sont dignes de le rejoindre à ses côtés, il attend que les défunts daignent réaliser qu’ils sont Lui. C’est assez inhabituel et peut-être difficile à comprendre.

                Le défunt passe par différentes épreuves lors de sa traversée du Doûat, qui sont autant d’enseignements. C’est une prise de conscience. Le défunt devient ainsi animal, oiseau, porte, barque sacrée, colonne, astre solaire, etc. ; ce sont les épisodes que dans notre étude de leur mythologie nous avons appelé les Transformations. La finalité de celles-ci est que le défunt se rende compte de deux choses - ou plutôt d’une seule : qu’Osiris est Tout, et qu’il est Osiris.

                Une fois atteint ce « minuit » de son voyage, il repart en sens inverse - ou plutôt, il émane d’Osiris à nouveau, autrement dit ce n’est pas le défunt séparé d’Osiris qui décide mais Osiris lui-même, le Dieu-au-coeur-arrêté, pour retrouver le chemin de la vie terrestre, sous une autre forme qu’il aura choisi.

                La mythologie égyptienne enseigne aussi, par l’image des offrandes de nourriture que le défunt amène à Osiris en s’unissant à lui (on voit d’ailleurs fréquemment cette scène représentée dans les tombeaux : Osiris tend la main vers la nourriture que le défunt a placée pour lui sur un plateau), cet acte de remembrement où Osiris se réunit perpétuellement avec les défunts qui s’unissent à Lui, que les prêtres expliquent aux masses par l’allégorie d’Isis qui rassemble les parties du corps de son époux, ce processus donc est aussi nécessaire à Osiris que la nourriture l’est pour un corps mortel.

                Ainsi Osiris fait-il émaner de lui-même des entités mortelles qui collectent des expériences de vie, puis s’en retournent à Lui pour l’en nourrir.

                Ce processus est éternel.

                On peut le comparer (de loin) avec le principe du Dharma ; mais c’est un peu plus complexe, comme vous le voyez, chez les Egyptiens.

                 

                P.S. Renseignez-vous également sur le personnage d’Appolonios de Tyane. smiley

                 


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 30 janvier 2012 12:43

                  Je viens de voir le message de Furax plus haut :

                  — Horus a dit : « Moi et mon Père sommes un ».

                  Judicieuse citation. Le père d’Horus est, précisément ... Osiris. smiley

                   


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 30 janvier 2012 13:34

                  Bonjour et merci pour votre conseil.

                  Quelles sont vos références ? smiley

                  Comparons nos références, si vous le voulez bien. Je suis impatient d’en découvrir de nouvelles.


                • Rounga Roungalashinga 30 janvier 2012 14:41

                  Oui, quelles sont vos références ?


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 30 janvier 2012 15:01

                  A soi meme : pouvez-vous faire l’effort d’écrire sans faute d’orthographe s’il vous plaît, et de vous passer de cette familiarité qui frise l’invective : je ne suis l’ennemi de personne, et si vous croyez que je suis le vôtre, vous vous battrez contre... vous-même. smiley

                  Pour en revenir à ce que vous citez, l’Ouroboros, qui est un concept grec, n’apparaît pas dans le Livre de la Sortie au Jour, qui date de mille ans plus tôt, de l’époque de Djoser au moins. Ne mélangeons pas tout s’il vous plaît.

                  Je vous remercie néanmoins de votre diagnostic me concernant, que je n’ai aucun mal à partager. smiley


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 30 janvier 2012 15:54

                  C’est bien ce que je dis, et je suis loin de l’ignorer...

                  Et les explications ésotériques du XIXe siècle sont certainement intéressantes d’un point de vue récréatif, mais je préfère de loin lire les documents originaux et me faire ma propre idée de ce qu’ils veulent dire plutôt que de tenir pour vraie l’explication donnée par un maître à penser quelconque.

                  Croyez-moi, c’est beaucoup plus efficace.

                   


                • latortue latortue 30 janvier 2012 17:47

                  Par Roungalashinga
                  et les votres de référence elle sont ou ??


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 30 janvier 2012 17:55

                  Livre des Morts des Anciens Egyptiens, traduit et préfacé par G. Kopalkatchy, publié en 1954, 1966 et 1973.

                  Avec plaisir.

                   


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 30 janvier 2012 18:05

                  La mienne est une réédition de 1995. Si vous désirez l’ISBN c’est 270280179X.

                  Je vous conseille de ne pas sauter la lecture des multiples introductions avant d’accéder au texte ; c’est un préalable nécessaire à la bonne compréhension de certains choix de traduction.

                  L’un des chapitres devrait d’ailleurs particulièrement intéresser ceux qui comparent les mythologies osiriaques et christiques.

                   


                • Rounga Roungalashinga 31 janvier 2012 08:38

                  et les votres de référence elle sont ou ??


                  Jolie manière d’esquiver les questions gênantes. J’ai répondu plus haut pour les références que j’ai utilisée pour cet article. A vous maintenant.


                • Nina888 31 janvier 2012 16:53

                  Plusieur thème parle de créature à la foi morte est vivante :
                  -Le chat
                  -Le phénix
                  -Chtullu
                  -Le robot
                  -Promété
                  -Ellie
                  -Kenny
                  ...


                • Furax Furax 30 janvier 2012 12:51

                  Mâme Segurane,
                  Si vos « divagations » reflètent la pensée de Mâme Le Pen, je ne risque pas de voter pour elle !


                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 30 janvier 2012 13:03

                    C’est à se demander si ce n’est pas le but recherché finalement.

                    J’avais entendu dire qu’au FN il y avait un certain contrôle de ce qui pouvait être dit et écrit ...

                    Prétendre être ce qu’on n’est PAS et forcer le trait pour dégouter d’aucuns de voter pour qui on fait croire qu’il serait bon de voter.

                    De la MANIPULATION en quelque sorte ...


                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 30 janvier 2012 16:06

                    On remarquera d’ailleurs que la photo de Kriegsmarine qui servait de photo à l’auteure a finalement disparue ...

                    Comme quoi ...


                  • Furax Furax 30 janvier 2012 19:30

                    à Aloîs F.
                     Bien vu !
                    On n’utilise pas innocemment le visage de quelqu’un sans parler en son nom !


                  • Furax Furax 30 janvier 2012 22:49

                    à Mélusin,

                    "@Furax 


                    Je ne vois pas le rapport entre Le Pen et l’archéologie.« 

                    Si vous ne l’aviez pas remarqué, le logo de l’auteur était une photo de Marine Le Pen. On assimile naturellement le logo à son l’auteur lorsqu’il est aussi »marqué". Depuis mon post le visage de Marine Le Pen a été remplacé par un drapeau français. Madame Ségurane a compris ELLE.


                  • Furax Furax 31 janvier 2012 11:23

                    Faut consulter !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès