Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le combat féministe au sein du bouddhisme

Le combat féministe au sein du bouddhisme

Pas plus que les autres religions, le bouddhisme ne reconnait spontanément des droits égaux aux femmes. Cependant, le combat pour l’égalité y est plus facile qu’ailleurs. C’est une religion (ou une philosophie, nous ne nous battrons pas sur les mots) non législative, influencée dès les origines par la tradition de débat de la philosophie grecque ; les oppositions s’y expriment par le langage, ne recherchent pas les moyens de contrainte juridique, et gardent la mesure. La question de savoir si une femme peut atteindre l’Eveil sans renaissance préalable dans un corps d’homme reçut dès l’origine une réponse positive, ce qui ne l’empêcha pas de revenir de façon récurrente. L’ordre des nonnes bouddhistes, un temps disparu, ne renait qu’avec difficultés, et il est d’ailleurs subordonné à l’ordre des moines. Nous pensons que c’est en tant que laïque qu’une femme peut le mieux mener librement sa recherche spirituelle dans le cadre de cette grande tradition.

 
PEUT-ON ATTEINDRE L’ EVEIL DANS UN CORPS DE FEMME ?
 
Une femme peut-elle atteindre l’Eveil directement, ou doit-elle passer par une renaissance dans un corps masculin ? En théorie, il ne devrait même pas y avoir de question, puisque celle-ci fut rêglée dès l’origine par le Bouddha lui-même, lorsqu’il accepta, quoique avec réticence, la création d’un ordre féminin. Plaidant la cause des femmes, son ami le plus proche, Ananda, lui demanda :
 
" Seigneur, des femmes qui s’engageraient dans la vie sans demeure selon ton Dhamma et ta discipline pourraient-elles atteindre la perfection (c’est-à-dire l’illumination) ?

- Oui, Ananda."

Tout est dit, pourrait-on croire ... D’autant plus que le Canon Pali, l’un des recueils canoniques les plus anciens, contient des stances écrites par les nonnes, le Thérigatha

Le Therigatha, neuvième livre du Khuddaka Nikaya, consiste en 73 poèmes (522 versets en tout) dans lesquels les premières nonnes (bhikkhunis) racontent leurs luttes et leurs réalisations tout au long de la route vers l’état d’Eveil. Plus d’une nous raconte comment elle l’a atteint :

 "Libre ! Je suis si complètement libre ! Libérée des trois choses tordues : du mortier, du pilon, et du vieux mari tordu. Ayant déraciné l’envie insatiable qui conduit au devenir, je suis libre de la vieillesse et de la mort."

"Passant en quête d’aumônes, faible, appuyée sur un bâton, les membres tremblants, je suis tombée juste là, sur le sol. En voyant les inconvénients du corps, mon esprit fut alors libéré."

Voici aussi un dialogue fictif entre Mara, qui est un peu l’équivalent du diable dans le Bouddhisme, et la méditante Soma : 

"Mâra :

Cet état que les sages se proposent comme but et dont l’obtention est difficile,
Une femme, qui n’a qu’une once de sagesse, n’est pas capable d’y atteindre !

Somâ :

Que nous importe la condition de femme si l’esprit est bien dompté,
Et si la connaissance est celle de qui a la juste vision du Dhamma !
D’où qu’elle vienne, la jouissance a été mise en échec et la masse des ténèbres est transpercée.
Sache, Mâra, que tu es vaincu, toi, l’agent de la mort !"

Malgré tous ces textes anciens, l’idée que la femme doit passer par une re-naissance masculine pour atteindre l’Eveil a la vie dure. Cependant, d’après le Dalai-Lama :

« Il y a un vrai mouvement féministe dans le bouddhisme qui est relié à la déité Tārā. Suivant son culte de la bodhicitta, la motivation du bodhisattva, elle a observé la situation des êtres s’efforçant d’atteindre le plein éveil et elle remarqua que peu de personnes atteignaient l’état de Bouddha en tant que femme. Ainsi Tārā s’est fait une promesse (elle a dit à elle-même) : « J’ai développé la bodhicitta en tant que femme. Pour toutes mes vies le long du chemin, je jure de renaître en tant que femme, et dans ma dernière vie, quand j’atteindrai l’état de Bouddha, là aussi, je serai une femme. » »

 

DIFFICULTES POUR LA PLEINE ORDINATION DES FEMMES
 
C’est dès l’origine que les femmes eurent du mal à se faire admettre dans les ordres bouddhistes. 
 

La communauté monastique des femmes est née officiellement lorsque le Bouddha revint pour la première fois à Kapilavastu après son illumination. Sa tante l’attendait pour lui demander de la recevoir comme bhikkhuni avec cinq cents autres dames. Tout d’abord réticent, le Bouddha aurait fini par accepter devant l’insistance des femmes et celle d’Ananda. Gautama aurait néanmoins prédit que son enseignement s’éteindrait plus tôt du fait de la présence des femmes. Il posa comme condition qu’elles acceptent huit règles suivantes qui les plaçaient sous l’autorité des moines.

Au fil de l’histoire, la communauté des nonnes disparut, soit complètement soit presque complètement selon les écoles. Restaient des femmes qui menaient la vie ascétique, mais sans le statut de nonne pleinement ordonnée, dans des conditions économiques précaires, et en accomplissant principalement des tâches domestiques au service des moines.

La renaissance d’un véritable ordre féminin est laborieuse.

Voici un exemple de ce qu’on peut lire, sous la plume de moines, pour maintenir les pratiquantes dans un statut inférieur :

"Si je me trompe, tant mieux, car j’ai l’impression que des personnes très sympathiques et manifestement pleines de bonne volonté mettent (sans le vouloir) l’Enseignement du Bouddha en péril, sous le prétexte de "faire progresser les droits des femmes, et tout particulièrement des nonnes, dans le bouddhisme". 

J’avoue que cela me semble déplacé ! Paradoxal aussi. 

 A ce que j’ai cru comprendre, le Bouddha n’a jamais refusé d’enseigner à une femme du fait de son statut de femme, et si certaines lignées n’existent plus aujourd’hui, ce n’est pas dû à des mesures délibérément hostiles aux femmes. Il y a, malheureusement, nombre de lignées qui ont disparu au fil des siècles, notamment suite aux invasions musulmanes en Inde. Cela lèse tous les bouddhistes. Les hommes aussi. 
 

Quand j’ai lu des articles à propos du Congrès, ou quand j’ai entendu les interviews ce matin, j’avoue que j’ai ressenti un certain malaise. 

A titre d’exemple (fondamental), dans le bouddhisme, "entrer dans les ordres" se dit "quitter le monde", "quitter la maison". Aussi, quand j’entends revendiquer un statut social, ou une reconnaissance de la part de la société, ou des titres pour s’imposer, eh bien, je m’interroge ! Ou quand il est affirmé que devenir bhikshuni serait un grand progrès pour les femmes car cela renforcerait "leur assurance et leur amour-propre" (sic), je me demande ce qu’on a fait du renoncement au monde, base nécessaire pour les moines et moniales bouddhistes, à ce qu’en disent les soutras..."

 

Ah ! l’égo ! Quel argument ! Il marche toujours ! Quand les femmes veulent améliorer leur condition, cela vient toujours de l’égo ! Mais on ne parle jamais de lui quand ce sont des hommes qui s’accrochent à leurs privilèges !

Heureusement, il y a des moines qui parlent autrement, comme Bante Sujato dans cet excellent texte où il analyse Le sexisme, l’androcentrisme et la misogynie :

 

"Le problème ici ne se situe pas au niveau de l’individu, mais de la Sangha puisqu’en tant qu’institution, la communauté des moines est toujours dans le déni du problème du sexisme, qu’elle refuse de reconnaître la misogynie et continue de placer des misogynes à des positions de pouvoir.

Ceux-ci une fois en place, la pratique institutionnelle « normale » de simplement ignorer, de marginaliser et d’exclure les femmes, se transforme en une suppression active de celles-ci.

 Le problème qui se pose alors est qu’il faut la présence de femmes pour satisfaire le fantasme misogyne. Par conséquent, les femmes doivent être attirées vers les monastères, encouragées et soutenues, afin qu’elles puissent y rester et y être maltraités. S’il n’y a pas de femmes dans les monastères, comment peut-on les confiner à la cuisine ?

C’est la transposition dans un cadre spirituel du même phénomène qui se perpétue dans certains mariages."

L’accès à l’ordination pleine et entière se fait au compte-goutte. Voici quelques exemples dans les différentes écoles :

Zen : avance de la tradition Soto et du zen vietnamien

Tibétains : avance de la tradition kagyupa ; Tara Abbey (tradition Karma Kagyupa) ; Jetsunma Tenzin Palmo, qui a pris aussi le voeu spécifique d’atteindre l’Eveil en tant que femme ; le Dalai-Lama est pour l’ordinattion des femmes, mais pas au point de l’imposer au reste de la hiérarchie religieuse 

Théravada : en retard ; difficultés d’ordination de la Vénérable Dammananda ; difficultés d’ordination de Dhammarakita Samaneri 

Un aspect très positif de ces ordinations est qu’elles obligent à briser les barrières entre les différentes écoles bouddhistes ; par exemple, des nonnes tibétaines ne font pleinement ordonner dans une école mahayaniste autre que la leur, plus souple sur l’ordination des femmes, puis réintègrent leur école d’origine.

PRATIQUER EN TANT QUE LAIQUE

On a vu les difficultés qu’éprouvent les nonnes à obtenir une ordination complète. On n’a pas oublié que l’ordination, même complète, n’est qu’à demi satisfaisante, puisque les nonnes, même pleinement ordonnées, restent subordonnées aux moines et exposées à des attitudes vexatoires.

La bonne solution est en fait de pratiquer en tant que laïc, et de ne pas entrer dans un système de subordination de maître à disciple.

Nous avons tous les moyens de le faire. Les grands textes sont disponibles sur le net et en librairie. L’esprit de libre examen était préconisé par le Bouddha lui-même dans le Kalama Sutta.

"Venez, ô Kalamas, ne vous laissez pas guider par des rapports, ni par la tradition religieuse, ni par ce que vous avez entendu dire. Ne vous laissez par guider par l’autorité des textes religieux, ni par la simple logique ou les allégations, ni par les apparences, ni par la spéculation sur des opinions, ni par des vraisemblances probables, ni par la pensée que « ce religieux est notre maître spirituel »

Cependant, ô Kalamas, lorsque vous savez vous-mêmes que certaines choses sont défavorables, que telles choses blâmables sont condamnées par les sages et que, lorsqu’on les met en pratique, ces choses conduisent au mal et au malheur, abandonnez-les."

 Le Bouddha nous a transmis à tous, hommes et femmes, moines, nonnes et laïcs, tout ce qu’il fallait pour atteindre l’Eveil, et il l’a fait clairement. Il n’y a pas place pour des enseignements secrets dans le bouddhisme, contrairement à ce que racontent des bonimenteurs.

Lors de la mort, le Bouddha, dans un dernier sermon (le Mahaparinibbana Sutta), a engagé ses disciples à lui poser leurs dernières questions sur les points de l’enseignement qui leur seraient obscurs, car, dit-il, il ne verra pas le jour suivant. Devant le silence général, il exhorte une dernière fois son auditoire, en des termes restés célèbres, et rappelle que, après sa mort, comme cela a été le cas de son vivant, chacun est sa propre lampe et son propre maître :

« Soyez fidèles au Dharma, et soyez un refuge pour vous-mêmes. »

 

Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • morice morice 23 août 2010 11:03

    ah, la « Ségurane », partisane à la fois de l’amour des petits oiseaux boudhiste et de la barre de fer du bloc identitaire nous invente le facho-boudhisme. Un must ! Ceux qui croient encore qu’elle puisse être boudiste n’ont qu’à se taper tous ses textes haineux mis en ligne ici, pour se faire une petite idée de l’amour sans bornes « qu’elle » porte à l’ensemble de l’humanité.



    on constate une nette prédilection pour la paix et l’amour en effet. Et une autre pour charger toujours la même catégorie de population et la même religion : « Ségurane » a aussi inventé le racisme boudhique. C’est nouveau, en effet.

    Et comme elle bosse à Riposte Laîque, elle est aussi l’inventrice d’une autre chose assez sidérante : le boudhisme laïque, forme de religion assez difficile à appréhender qu’elle semble être seule à pratiquer...

    bref, il y chez « elle » autant de boudhisme que de boudin... laïque, le boudin : comme le saucisson, on suppose.

    • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 23 août 2010 11:05

      ah morice, toujours à coller ses petites étiquettes ?


    • Catherine Segurane Catherine Segurane 23 août 2010 11:18

      Morice :

      1 je suis non-violente et désireuse d’obtenir des changements par les seules voies légales et démocratiques ; je n’ai rien écrit qui l’aisse penser le contraire ; vos affirmations sont de pures calomies ; votre grossièreté vous attire le mépris

      2 je ne pratique pas la non-résistance au mal ; je me réserve le droit de critiquer et de combattre (légalement) toute idéologie que j’estime dangereuse, y compris si elle se camoufle derrière le statut de religion ; la critique de l’islam relève du débat ; elle n’est pas interdite, et il ferait beau voir qu’elle le soit

      3 je ne « travaille » pas à Riposte Laïque ; je ne suis payée ni par RL ni par la CIA ou atre officine ; vos insinuations relèvent de la diffamation et, si elles étaient faites à une personne physique identifiable (et non à un simple pseudo comme Catherine Ségurane), elles relèveraient des tribunaux ;

      4 je ne vois pas ce qui empêche un bouddhiste d’être laïque ; la laïcité est la séparation des Eglises et del’Etat ; ce n’est pas l’athéisme.


    • dawei dawei 23 août 2010 11:41

      morice,
      elle ne l’a pas inventé, la mystique nazi était trés proche du boudhisme tibétain, il n’a pas que récupéré la croix gammé. Hitler étati un vegétarien qui pratiquait enormément la méditation transcendantale. On retrouve dans la mystique nazi tout ce que les new age , incarné aujoudh’ui enormement par les boudhiste : théorie de terre creuse habitée par les hyperborés, la notion (élitiste) d’evolution de l’espece humaine etc ...
      On a retrouvé des tibetains morts en allemagne combattant pour le régime. Faire croire au monde entier que les tibétains sont un peuple fondamentallement pacifique et habités pas l’amour du prochain est une mystification.
      http://www.berzinarchives.com/web/en/archives/advanced/kalachakra/shambhala /nazi_connection_shambhala_tibet.html

      Finallement, Séguranne est en totale cohérence dans ses croyances .


    • samir 23 août 2010 14:59

      la mystique Nazi s’est tres bien accomodée de cette philosophie anthropocentriste qu’est le bouddhisme


    • OMAR 24 août 2010 01:01

      Omar T.

      Momo, en plus qu’elle se soit convertie au Bouddhisme, Catherine est réellement devenue végétarienne.
      Offrez lui du son ou de l’avoine, ça lui fera plaisir...


    • Catherine Segurane Catherine Segurane 24 août 2010 08:24

      Merci de ce message d’encouragement.


    • Odal GOLD Odal GOLD 24 août 2010 22:57


      @ Ségurane

      j’ai bien aimé votre article sur une philosophie spirituelle, dont à mon sens, il est également parfaitement inutile de discuter avec les Morice, ni d’essayer de leur expliquer quoi que ce soit.

      Chez ce genre de personne, il n’y aura jamais que de la haine pour les « Gentils », et que le goût de leur nuire, parce qu’au fond tout cela n’est qu’une question d’être, de goût et de couleurs.




    • morice morice 23 août 2010 11:16

      oh, vous savez ; des colleujrs il y en a plein : tenez en voilà un


      Comme le nombre de SDF, de chômeurs, de citoyens pauvres en quête de vie alternative ou de vie nouvelle, augmente et que le filon des sans ressource et des sans terre est plus que jamais le grand objet du capitalisme, je vous propose un document original envoyé il y a quelques mois par l’anthropologue-sociologue « rotarien », tibétologue et ex-professeur chercheur à l’ESSEC, Marc Bosche. Ce document était protégé par la confidentialité. J’ai décidé, compte tenu de l’urgence sociopolitique, de la lever sans le concours de son auteur pour lequel je n’ai aucune estime. Marc Bosche soutient dans plusieurs de ses ouvrages des lignées de lamas tibétains laïcs parfaitement intégrées aux cercles du pouvoir néolibéral-néocon (PNAC) et du renseignement international (MI6, CIA, DGSE, etc...) dans la lutte contre le communisme et l’islam, ce n’est plus un secret pour personne. Des lignées établies en Inde, au Japon, à Taiwan, à Singapour, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Australie, en France et que je combats depuis de nombreuses années. 
      Je dénonce « le caractère exploitif » de ces lignées politiques tantriques traditionnalistes (Karmapa, Kagyupa, Nyingmapa, Gelugpa) et sous lignées (familles Mindrölling, Kientsé, Kangyur ou Wangyal), monarchonationalistes, militaristes, bourgeoises et xénophobes, habilement protégées par les parements universitaires de la façade républicaine pour faire avancer ce que le monde pauvre a de plus en plus de mal à repousser, le fascisme et les régimes de servitude obligatoire...
      Dans ce document apparaîtra le mot « kandro », mot tibétain désignant la femme lama. Il sera fait allusion, ici, à l’une de ces femmes, que je connaitrai personnellement, habile maquilleuse d’intention spirituelle, excécrablement politique : Kandro Rimpoche, héritière des clans Mindrölling et Karmapa-kagyu, diva fasciste rotarienne de la diaspora tantrique. Bosche, dans son who’s who, parlera également avec émotion et crédulité de feu Gendune Rimpoche, ex-directeur kagyupa du Bost, centre de formation auvergnat des euro-lamas, et que je rencontrerai alors que je me destinais à une vie de lama bouddhiste. J’abandonnerai cette voie. Gendune, intouchable monarque, se caractérisait par son élitisme politique et son sens très particulier de l’autocratie et du dirigisme qui sont les traits dominants du « maître spirituel » tibétain... Je l’apprendrai en Inde et en France avec quelques camarades pauvres, sans-abris, à mes dépends.


      • Catherine Segurane Catherine Segurane 23 août 2010 11:27

        Morice, je ne vous ai pas attendu pour dénoncer le caractère autocratique et féodal de certaines lignées tibétaines.

        Si vous aviez lu mon article avant de le critiquer, vous auriez vu que je déconseille de mettre le doigt dans les relations de maître à disciple, et que je souligne qu’il n’y a pas place pour des enseignements « secrets » (c’est en incitant leurs disciples à solliciter de tels enseignements secret que les gourous bâtissent une partie de leur pouvoir), puisque le Bouddha a tout enseigné ouvertement.


      • morice morice 23 août 2010 12:12

        J’ai lu votre article : il est celui (ou celle) d’un parfait illuminé, bien enraciné soi-disant dans une CROYANCE et qui passe son temps ici à en flinguer une seule autre : votre notion de laïcisme est bien à géométrie variable, et vos propos habituels ici essentiellement racistes : reprenez la barre de fer que vous a donné le bloc identitaire dont vous faites tant la publicité ici et allez donc évangéliser les foules : votre bâton de pélerin ressemble comme deux gouttes d’eau à une matraque. Pacifiste, my ass.


        • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 10:21

          Bien joué Morice.
          Il est temps que la vérité soit enfin démasqué. Et que cette néo-boudhiste des bacs à sable aille faire plutot du jardinage...


        • morice morice 23 août 2010 12:22

          allez, MEDITEZ !




          la conclusion, c’est VOTRE ACTIVITE JOURNALIERE ICI :

          « La montée de l´extrémisme de droite et de l´occultisme religieux de droite dans le monde

          L´importation non critique de systèmes religieux orientaux en Occident

          L´activation globale de mythes guerriers agressifs et de doctrines guerrière »

           


          • Catherine Segurane Catherine Segurane 23 août 2010 13:13

            « Avec son avatar pro-voile et son penchant pour une religion exotique l’auteure risque le blame de la part de son parti politique favori »
            ____

            Je n’ai pas d’avatar pro-voile. Catherine Ségurane est portraiturée avec une coiffure parce que toutes les femmes en portaient à son époque.

            Et je n’ai jamais reçu de reproches de qui que ce soit pour ma religion supposée « exotique ».


          • amipb amipb 23 août 2010 12:45

            Voilà, Catherine, comment vos prises de position et votre extrémisme finissent par pousser vos contradicteurs à discréditer une religion qui, elle, ne prône que compréhension et non-violence.

            On se retrouve désormais avec des liens vers des sites confondant origine et détournement. Le bouddhisme n’a jamais parlé de terre creuse ni de shambala ni de shangri-la. Et le shambala tibétain n’est pas une place physique sur cette terre.

            Mais pour comprendre cela, il faut être engagé un minimum dans la voie, ce que ni Morice ni vous avez jamais abordé.


            • Catherine Segurane Catherine Segurane 23 août 2010 13:10

              amipb :
              « On se retrouve désormais avec des liens vers des sites confondant origine et détournement. Le bouddhisme n’a jamais parlé de terre creuse ni de shambala ni de shangri-la. »
              ______

              Essayez d’avoir un peu de bonne foi cinq minutes, ça vous changera.

              Et adressez vos critiques à ceux qui ont placé ces liens plutôt qu’à moi.


            • samir 23 août 2010 14:22

              Tout a fait

              Vous avez un tres mauvais karma Catherine


            • dawei dawei 23 août 2010 16:08

              @ amipb, je ne cherchais pas en tout cas à faire du tord aux boudhiste en général.
               
              Juste rappeler qu’il y a eu effectivement déjà dans l’histoire des déviances du boudhisme, et donc que l’auteuse n’est pas la seul a avoir terni le boudhisme à cause de ses idéologies politiques ou societales.

              Et je vous comprends : certaines personnes sont trés mal placées pour parler au nom d’un peuple ou d’une mouvance philosophico-religieuse, et qu’elles ont plutôt tendance à deservir la cause qu’elle défendent qu’autre chose.

              Je ne suis pas adepte de votre mouvement mais les notions de paix, de respect, d’amour, de modestie, de recherche de sagesse, d’harmonie avec son prochain, la nature et même l’univers me semblent louables (comme a peu pret dans toute religion ), mais je fustige les intrumentalisations et deviances que sont faites à ces religions de paix.


            • dawei dawei 23 août 2010 16:17

              cependant, j’ai l’impression que le boudhisme tourne beaucoup autour des « pouvoirs parapsychique » et autre sciences occultes qui tenterait a faire passer ses pratiquant pour des « semi-dieux ».

              Cette religion me semble aussi enorment centrée sur soi même, et me semble rejetter un peu trop le monde et ses habitants, car définissant ce monde comme prison de souffrance qu’il faut fuire en recherchant le nirvana.

              Enfin, la modestie face à un eventuel Dieu me surprend car meme si cette religion ne rejette pas forcément Dieu, elle semble prétendre pouvoir permettre à ces pratiquants d’être au dessus de Dieu, ce qui est pour moi l’inverse de la modestie.

              Mais ça n’est probablement qu’ une impression d’un profane qui qu’une connaissance superficielle de ce mouvement ... omnipresent actuellement ... et bien plus que l’Islam , n’en déplaise à l’auteuse.


            • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 10:24

              dawei
              c’est effectivement une religion de dégénéré. L’union sacrée entre occidentaux dépréssifs...et le capitalisme....


            • dawei dawei 24 août 2010 16:33

              j’irais pas jusque là car c’est encore confondre quelques individus isolés avec le tout, comme le font justement suffisament de gens ici.
              Mais, et cet article l’illustre, je constate que nous ne sommes pas plus dans une islamisation de la France que dans une new agisation de la France. Et pourtant, le christianisme est beaucoup plus proche de l’Islam, qui en est héritière en partie, que du new age et boudhisme . Mais que l’atrologie, les désanvouteurs, numerologues, diseuses de bonne avanture, tireuses de tarot, spiritistes, magnétiseurs, devins, marabous, maitres yogi, tai chi chwenistes , vendeurs d’amulettes, de cristaux magiques , de poudre de perlinpinpin, scientologues, confusionistes, raelliens, boudhistes, panthéistes, maçons etc grouillent de partout ... et on se focalise sur les 10 burqa invisibles à part à la télé, et sur quelques faits divers éparses impliquant des personnes musulmanes (plus d’origine ethnique que de croyance d’ailleur) et sur des crimes dans des pays lointains. Le plus étrange (à vrai dire pas tant que ça ) c’est que ce sont les personnes du premier groupes qui accusent les personnes du deuxième groupe de touts les mots et de tous les maux.


            • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 19:17

              Bien évidemment que j’éxagère. Mais c’est pas loins de la vérité. Le Bouddhisme n’a aucune réponse a donner face à la dégénérescence occidental, et la destruction de la nation française. Je dis pas que les musulmans la donnent. Mais dans la théorie, l’Islam est une religion de ’combat’. il est obligatoire pour un musulman de combattre l’injustice. Le bouddhiste, lui c’est plutot s’extraire de la souffrance....2 paradigmes totalement différents. Cependant certains ponts se rejoignent.Comme le refus du matérialisme.la recherche de transcendance etc.


            • amipb amipb 28 août 2010 18:29

              Le New-Age et certaines dérives présentes dans le bouddhisme sont ce qu’elles sont : des dérives et rien d’autre, tout comme l’islam radical ou l’intégrisme sont des dérives n’ayant plus trait que de loin au message d’origine.


              Bouddha n’a jamais inventé le capitalisme ni la civilisation occidentale, encore une fois, vous confondez origine et détournement.

              Quant à votre question sur la guérison de notre monde moderne, je pense que le bouddhisme y apporte énormément de réponses, au travers de la prise de conscience de l’interdépendance (fini les actes qui seraient « isolés du monde »), de la compassion (« souffrir avec », comprendre la souffrance de l’autre) et de la destruction du petit ego (celui qui veut posséder).

              C’est d’ailleurs ce dernier qui fait le plus peur aux occidentaux et qui arrête un grand nombre de personnes sur la voie du bouddhisme. Le « bouddhisme de salon » n’existe effectivement pas, c’est une voie extrêmement difficile. Cela explique pourquoi le Dalaï Lama préfère que les occidentaux gardent leur religion, en plus du fait que, comme « Catherine Segurane » ils ont fortement tendance à revoir les idéologies à leur manière et à dénaturer voir changer le message d’origine.

            • Captain Zeupa 23 août 2010 14:34

              Il n’y a pas de discrimation sexiste dans l’enseignement bouddhiste. Si les nonnes étaient sous l’obéissance des moines, c’est pour des raisons culturelle et temporelle. Mais cela peut changer selon les époques.

              Une femme peut tout à fait atteindre l’état de Bouddha.


              • dawei dawei 23 août 2010 15:47

                pourtant l’instant, sa philosophie, à notre jedi identitaire pacifiste est plutot de l’eau de boudin que l’Eau de Bouddha


              • dawei dawei 23 août 2010 15:48

                mais longue et torteuse la route sera, petite scarabbée


              • morice morice 23 août 2010 18:01

                Christine Boutin en est le parfait exemple...


              • easy easy 23 août 2010 16:31

                Il est amusant, pour mon esprit taquin, de constater que l’illumination ou l’éveil, d’un homme ou d’une femme, doive, pour exister, être reconnue ou validée par un autre que l’impétrant.

                Qu’au sujet d’un grade bien immanent, évêque, pape, professeur, docteur, savant, expert, il faille que ce soit jugé par un tiers, oui.

                Mais il est, à mes yeux, bizarre pour ne pas dire suspect que des états transcendentaux, saint, éveillé, illuminé, soient évalués, mesurés par des tiers.
                C’est pour le moins un truc complètement interne à la personne. C’est disons son regard. Alors comment des tiers peuvent-ils calibrer, noter, mesurer le regard d’une personne ?




                • dawei dawei 23 août 2010 16:39

                  question trés interessante ... j’attend impatiemment l’avis des experts...


                • morice morice 23 août 2010 18:04

                  Il est amusant, pour mon esprit taquin, de constater que l’illumination ou l’éveil, d’un homme ou d’une femme, doive, pour exister, être reconnue ou validée par un autre que l’impétrant.



                  y’ a bien l’éveil aussi à coups de manivelle, mais ça fabrique des étoiles et non une illumination. C’est comme pour les cierges en tout cas... faut quelqu’un pour tenir l’allumette.

                • Rounga Roungalashinga 23 août 2010 22:56

                  Alors comment des tiers peuvent-ils calibrer, noter, mesurer le regard d’une personne ?

                  Les mondo du zen offrent une multitude d’exemples de maîtres « validant » l’éveil chez un disciple. Entre deux éveillés la communication se fait d’esprit à esprit, le contenu du dialogue n’a que peu d’importance. Ce sont des choses qui nous dépassent tant qu’on n’a pas atteint un haut niveau d’éveil spirituel.


                • Vladimir KOMAROVSKY 23 août 2010 18:12

                  Comme ici on aurait le droit d’attaquer l’Islam en allant dans les profondeurs de l’histoire ; pourquoi pas pour le bouddhisme.

                  LES « IGNOBLES VERITES » DU BOUDDHISME, par Zacharias : La Question 

                  LIVRE - « Hitler, Bouddha, Krishna - Une alliance funeste, du Troisième Reich à aujourd´hui » - Objectif Terre 


                  • dawei dawei 24 août 2010 15:46

                    Vous etes vraiment géniales  !
                    Mais vous seriez mortes depuis longtemps si ce que vous dites est vrai  !!!
                    Arreter de prendre les cas extrèmes comme des vérités générales, absolues et universelles !!
                    C’est parcequ’il y eu des chrétiens qui ont tué pour leur cause qu’on peut dire que le chritianisme est assassin ou que les chrétiens sont des criminels, c’est parcequ’il y encore aujourdh’ui plein de meurtre au nom de la démocratisation et des droits de l’homme que ça veut dire que toutes les habitants des démocraties sont des tueurs sanguinaires et que les droits de l’homme est un texte haineux, car ça voudrait justement dire que vous faites partie des ces criminels ... et je suppose que non, pourtant c’est le même raisonnement que le votre.
                    Vous devirez toutes vous appeler Sophie.


                  • Vladimir KOMAROVSKY 23 août 2010 18:21

                    Une nouveauté aux USA :

                    eglise corrompue : LE PUNK BOUDDHISME, UNE NOUVELLE RELIGION 

                    Et pour les femmes :

                    Le Dalaï Lama, le bouddhisme et les femmes - Matière et Révolution 

                    C’est dommage, j’ai pas trouvé un moine bouddhiste pédophile. Ouf !


                    • Vladimir KOMAROVSKY 23 août 2010 18:29

                      Les SS d’Hitler en vacances :

                      Hitler au Tibet 


                      • Vladimir KOMAROVSKY 23 août 2010 18:33

                        Il n’y aurait pas que l’Islam qui jouerait au djihad.

                        Bientôt une armée bouddhiste dans le parc de St Cloud ?

                        y aurait-il un djihad bouddhique ?
                        Le zen en guerre 

                        • Vladimir KOMAROVSKY 23 août 2010 18:39

                          Soyez rassurés, il y a des moines qui ne se pavanent au FN.

                          On peut même lui donner le label ANTI-FN ;

                          Monastère Zen Kanshoji 


                          • Vladimir KOMAROVSKY 23 août 2010 19:03

                            et le Prieuré de Granges ?

                            Mais bien sûr. Un repaire de pédophiles.


                          • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 23 août 2010 18:50


                            c’est bien vilistia, ’achment marrant ça hey !

                            sujet de thèse : comment pourrir le fil d’un article pertinent en 15 com’, sans aucune animosité contre l’auteure. 
                            Diplôme de troll au bout... attention ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès