Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le départ de Benoit XVI : La mort de l’Eglise Catholique

Le départ de Benoit XVI : La mort de l’Eglise Catholique

Le 28 Février prochain, le pape Benoit XVI, quitte sa charge. Il l’a annoncé de manière solennelle le 11 Février dernier, invoquant des raisons en rapport avec son âge et sa capacité à exercer pleinement son ministère. Il aurait pu très bien partir en douce, sans faire d’annonce, comme n’importe quel employé donnant son préavis, ç’aurait été la même chose. Quelques titres dans les médias, faisant un petit retour sur Jean-Paul II (LE Pape, le vrai) dont il fut le secrétaire, ou rappelant brièvement le parti Nazi qu’il côtoya pendant sa jeunesse (comme tous les allemands de son âge aujourd’hui). Quand ces médias daignent parler vraiment de lui, c’est pour insister sur ses qualités de théologien et mettre parfois l’accent sur son conservatisme. On ne parle de lui comme pape que pour dire qu’il ne le sera plus bientôt. Et de louer son courage et son abnégation d’avoir décidé de renoncer avant d’être diminué par l’âge et la maladie. Mais n’avait-on pas loué le courage et l’abnégation de Jean-Paul II pour n’avoir pas renoncé, malgré l’âge et la maladie ? Allez comprendre.

Pourtant, quelque chose de gigantesque est en train de se passer sous nos yeux. L’annonce de Benoit XVI n’est pas un fait divers. Un pape, ce n’est pas n’importe qui. De par son statut, sa « démission » n’est pas quelque chose d’anodin. Si l’on regarde l’Histoire de la Papauté, seule une petite poignée de papes ont quitté leur charge avant leur mort. Et encore ! Exception faite de Célestin V, qui renonça au trône de Saint-Pierre en 1294 pour des raisons de commodités personnelles, tous les autres furent en fait écartés ou destitués, leur pontificat se déroulant le plus souvent pendant des périodes troublées.

Benoit XVI semble donc être le seul pape, avec Célestin V, à avoir renoncé à sa charge sans contrainte. C’est tout de même assez rare pour attirer un peu plus l’intérêt sur cet acte. Mais on constate que ce n’est pas du tout le cas. Dès lors, le seul fait que les médias – qui ont plutôt une certaine tendance à l’exagération – tentent de minimiser l’évènement, à le rendre anodin et à en diminuer la signification et la portée, est suspect. Qu’y a-t-il derrière le départ de Benoit XVI ? Y a-t-il d’autres raisons que celles invoquées par lui pour l’expliquer ? Si rien ne se passait au sein de l’Eglise Catholique, ces questions seraient sans grand intérêt. Mais il se passe énormément de choses, depuis un certain temps, dans et autour de cette Eglise dont le chef est démissionnaire. Depuis quelques années, on assiste à un travail de sape méthodique de tout ce qu’elle est et représente, démolissant ainsi tous ses symboles et valeurs, un par un, avec la complicité des catholiques eux-mêmes. Cela s’est fait de manière tellement transparente qu’elle en devient indétectable. Paranoïa ? Non. Tout le monde a vu ces attaques et y a même pris part. Aucune d’entre elles n’était directement dirigée contre l’Eglise. Et pourtant…

Le catholicisme est la religion la plus adaptative de tous les monothéismes. Ce qui fait sa force et sa faiblesse. Il a accompagné toutes les tyrannies tout en s’y pliant, a généré des siècles d’obscurantisme tout en s’ouvrant à la connaissance, a subi toutes les révoltes et révolutions tout en les canalisant. Enfin il a, de par son héritage judaïque, appliqué tous les interdits bibliques, en inventant même d’autres qui lui sont propres, tout en créant des moyens de les contourner. C’est l’Histoire même des peuples d’obédience catholique. Alors d’où vient cette intolérance subite de ces peuples vis-à-vis de leur religion ? Alors même qu’ils admettent sans problème que les musulmans soient obligés de manger hallal ou les juifs de manger cacher, ils n’acceptent plus aucune directive venant de leur religion. Alors qu’ils peuvent concevoir qu’un iman ou un rabbin ait une influence spirituelle sur ses ouailles, il n’est plus question pour eux d’accepter qu’un curé ose l’ouvrir en dehors de sa sacristie.

Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi ce rejet allergique ? Plusieurs facteurs ont contribué à cela. En premier lieu, le plus ancien d’entre eux : la laïcité. A l’origine la laïcité n’était rien d’autre qu’une lutte pour le pouvoir. Il s’agissait de reprendre le contrôle complet de la gestion des peuples, y compris la formation du futur citoyen à travers sa scolarité. Des lois furent votées et elles avaient pour objectif de tenir la religion à l’écart de tout ce qui relevait du fonctionnement des institutions de l’état. Toute fonction ou pratique dans la fonction publique était soumise à ces lois. En aucun cas celles-ci ne concernaient la façon de vivre, d’être et de penser du citoyen ne faisant pas partie de l’appareil de l’état. L’Eglise, après de durs combats, finit par s’adapter.

Mais malgré son acceptation, c’est pourtant de là qu’arrivèrent les attaques. Au début du XXIème siècle, une nouvelle guerre venait d’être déclarée contre l’Islam, avec tous ses clichés : charia, terrorismes, et… bourqas, hijab, nijab, niqab, chador, tous voiles qui ont en commun d’être islamiques mais que personne ne peut différencier. Le fait d’être islamique suffit. La bataille fut menée au pas de charge, contre une résistance quasi nulle (et pour cause : les ennemies étaient à peine quelques centaines). La bataille se voulait grandiose, retentissante, avec clairons et trompettes médiatiques à l’appui. Et l’étendard de la laïcité précédant les valeureux combattants. La laïcité ? C’est partout désormais. Cachez ces signes religieux que nous ne saurions voir. Les voiles ? A la maison, et encore… La croix ? Sous la chemise, et boutonnée, s’il vous plait. La kippa ? Itou, quoique… Tout ou presque doit disparaître. La Civilisation est en guerre contre l’obscurantisme. La laïcité doit l’emporter partout : dans la rue, les lieux publics, au travail, partout où on peut être vu. Elle ne concerne plus seulement les serviteurs de l’état dans leurs fonctions, mais tout le monde.

L’Eglise ne moufta pas. Elle ne se sentait pas trop concernée. Et pourtant, bien que non visée, elle y laissera autant de plumes, sinon plus, que l’Islam. L’offensive a eu pour résultat de cantonner le religieux dans un espace plus que réduit : à la maison. Or, croyant ou pas, les citoyens ont un héritage catholique jusqu‘au bout des ongles. Leurs lois, leurs mœurs, les règles de vie quotidiennes, leur imaginaire, leur langage même, jusque dans les noms de beaucoup de villes (les Saint- quelque chose), et ne parlons pas des prénoms. Vouloir balayer tout ça d’un revers de main c’est déconstruire une société. C’est pourtant ce qui fut tenté.

Mais la guerre continuait. Un autre front s’était ouvert, cette fois au nom de la loi. On ne sait comment la chose démarra, mais tout d’un coup, on se retrouva au milieu de plein d’affaires de pédophilie dans lesquelles étaient impliqués des prêtres, dont certains étaient montés en grade. Des personnes, silencieuses depuis des années, se mirent tout d’un coup à parler, tous en même temps, et ce dans tous les pays. Des associations se formèrent. Des soutiens psychologiques s’organisèrent (pour des traumatismes dont certains datent de plus de 20 ans). Coïncidence ? Elle serait belle ! Bien sûr, L’Eglise ne pouvait que condamner. On n’en attendait pas moins d’elle. Ce faisant, elle se condamnait elle-même, car, comme a dû le comprendre le Pape, cette attaque n’était pas fortuite. Ce vaste mouvement, « spontané » en apparence, semble trop bien orchestré pour être un évènement circonstanciel. Mais le piège était tel que Benoit XVI ne pouvait que jouer le jeu des assaillants. Malgré les condamnations, les démissions, et les manifestations de repentir, on l’accusera de couvrir certains évêques en « trainant » à accepter leur démission. Une association aux Etats-Unis a même porté plainte contre lui et deux autres cardinaux à la Cour Pénale Internationale.

Sur un tel sujet et dans un tel contexte, l’attaque était imparable. Aucune défense n’est possible. Devant le malheur des victimes, surtout s’il s’agit d’enfants, on ne peut que compatir. Toute autre attitude ne peut qu’aggraver le cas du coupable. Seul l’émotionnel compte. L’un des résultats de cette vague d’accusation est que le regard sur les prélats a complètement changé. Le curé, qui était jadis le père, l’ami, le conseiller, le guide même, n’est plus qu’un vulgaire obsédé, un voyou protégé par une soutane, un hypocrite derrière une façade vertueuse. On ne pouvait mieux assassiner l’Eglise. A ce stade, elle peut encore espérer se ressaisir et faire entendre à nouveau sa voix. Mais, apparemment ce n’est pas au programme de ceux qui veulent la défaire. Leur action se poursuit donc, par petites touches. Le peu que l’Eglise interdit encore, comme l’amour libre ou l’homosexualité (ou le mariage pour tous), devient un levier pour mettre le Vatican dans une situation inconfortable. Se rajoutent à cela quelques scandales visant des proches du Pape. Un scandale de plus en ces saints lieux n’a rien d’exceptionnel. Bien au contraire, on pourrait même dire que c’est l’autre nom du Vatican, tant nous en avons vus au cours de l’Histoire, et quels scandales !

Mais dans ce contexte, un scandale de plus, c’est beaucoup. Il y a plus grave. On oublie trop souvent que le Vatican est un état. Un état avec son gouvernement, son économie, son système financier. Or ce système financier est largement interconnecté avec le système financier mondial. Récemment, la Banque du Vatican s’est vu fermer son compte chez le géant JP Morgan Chase, et interdire de carte de crédit par la Banque d’Italie. Situation inédite, que l’on pourrait comparer à un embargo. Et c’en est un. Pourquoi cet embargo ? Sachant qu’asphyxier financièrement un état, c’est l’amener doucement vers la mort, que cherche-t-on ?

Le Pape se devait de réagir. Mais comment ? En a-t-il seulement les moyens ? Je ne crois pas. Ce n’est même pas très utile, car ce n’est pas l’Eglise seule qui est visée. La cible c’est ce qu’elle représente dans la tête et les cœurs des catholiques, le fondement même des sociétés catholiques. Ce qui est pathétique, c’est que ce sont les catholiques eux-mêmes qui prêtent la main à leur propre destruction. Il suffit de leur donner une cause ou un ennemi (l’Islam fera l’affaire, comme toujours) pour les embarquer dans n’importe quelle entreprise, même d’autodestruction. Un pape, dans ces conditions d’impuissance totale, que peut-il faire ? Rien, sinon attendre que la machine à broyer finisse par l’atteindre personnellement, ou bien passer la main. Dans les deux cas, son départ est au bout.

 

Avic

Réseau International


Moyenne des avis sur cet article :  3.31/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 18 février 2013 10:09

    Sous couvert d’anonymat, des membres importants de la Curie confient, mezzo voce, que le pape renonce à ses fonctions car, en réalité, il a perdu la foi à force de contempler un monde où règne l’injustice sous forme de maladies et difformités génétiques congénitales, de guerres civiles et extérieures, de famine chronique tuant quelque 20.000 êtres humains innocents, dont 18.000 enfants, chaque jour, dans le monde, et cætera...
    Mais, pour l’église catholique, il est hors de question que le pape fasse l’aveu public de sa réelle situation.


    • epicure 18 février 2013 23:59

      Mais bon depuis les débutts de la chrétienté, et même avant, cela n’a pas beaucoup changé : des guerres, des famines, de la misère etc....

      Mais ce serait assez ironique que le pape le plus dogmatique de ces derniers temps ait perdu la foi à cause de l’état du monde.


    • jef88 jef88 18 février 2013 10:24

      c’est un pape qui démissionne pas l(église !
      nb : je suis agnostique !


      • Dupont Georges Dupont Georges 18 février 2013 10:58

        Certainement une rumeur de plus pour masquer la vérité.


        Le pape a été démisssionné aifn de lui trouver un remplaçant qui voudra bien laisser le Vatican se faire siphonner sa richesse par nos oligarques adorés.

        Enfin, peut-être...

        • nicolas_d nicolas_d 18 février 2013 21:59

          Vu le lien avec JP Morgan, je penche dans ce sens...
          Et qu’on n’essaye pas de justifier ça par des histoires de blanchiments d’argent. Quand bien même ce serait le cas, c’est loin d’être le seul cas. Dans ce cas, ce ne serait pas des banques qui blanchissent dans des paradis fiscaux.

          C’est une histoire de gagne petit, de pillage avant la défaite.


        • CAVALE 19 février 2013 07:39

          ...Curée sur la Curie...


        • JL JL 18 février 2013 11:05

          Je crois qu’on ne saura jamais la vérité, le secret sur la dém du pape sera trop bien gardé.

          Mais en revanche, beaucoup de gens sauront lancer leurres, et toutes les interprétations imaginables seront accueillies avec plus ou moins de bonheur, par les uns et par les autres.

          Une chose me parait sûre : c’est grave, parce qu’on ne joue pas à quitte ou double à la légère, avec une institution pareille.


          • Avic Avic 18 février 2013 11:17

            Le secret sera gardé, ça c’est sûr.
            Des leurres, nous en auront aussi pas mal.
            Le renoncement du pape n’est pas une chose à traiter comme si de rien n’était, comme les médias l’ont fait juste après l’annonce.

            Vu ce qui continue à se passer concernant l’Eglise, malgré le départ programmé du Pape, tend à montrer qu’on en restera pas là.


          • Ariane Walter Ariane Walter 18 février 2013 11:11

            Malheureusement pour le Vatican il est noyauté par des puissances sales depuis un moment. On connaît l’accisation d’avoir récupéré l’or pris aux juifs par les nazis,le rôle de la mafia dans ses affaires.

            et ce n’est pas du complotisme tout ça. C’est la réalité.

            Vous dites qu’on attaque l’église catholique ? Pas du tout. On la protège au contraire sinon, elle aurait vite été au ban des paradis fiscaux.

            Actuellement les grands de ce monde ont besoin d’or. JP MORGAN aussi. car il va falloir que les Eu rendent leur or à l’Allemagne et certains disent que fort Knox, crédité d’environ 11 000 tnnes d’oe, en fait n’en a plus ou bourrées au tungstène.

            Voilà les occupations du grand monde.

            Alors les problèmes de chômeurs.

            Benoït XVI avait un lien très fort, amical ou sexuel, je ne sais, avec son majordome et le perdre l’a foutu en l’air. Et il a tout balancé pour ça. En le disant par dessus e marché.

            Pour le reste , bien évidemment, il ne dirigeait rien. Pas plus que Obama ou Hollande.

            Jusqu’à quand la comédie durera-t-elle ? Là est le problème. 


            • Avic Avic 18 février 2013 11:22

              Je souscris à beaucoup de ce que vous dites. Mais, paradoxalement nos conclusions divergent. Ainsi va la pensée humaine. smiley


            • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 18 février 2013 12:54

              c’était le monde selon Walter


            • Ariane Walter Ariane Walter 18 février 2013 12:57

              Ste Walter s’il vous plaît...(A côté des défenseurs du libéralisme mafieux, bien évidemment !)


            • périscope 18 février 2013 14:40

              Vous délirez Walter !
               C’est sûr, il a été marqué par l’agonie interminable de Jean-Paul II et s’est juré de ne pas faire de même.


            • Chamiot 18 février 2013 18:15

              Ariane ma soeur, de quel Walther (P38, PPK, TPH) blessée, vous mourûtes aux bords (Zella-Mehlis, Ulm) où vous fûtes laissée ?


            • Constant danslayreur 18 février 2013 19:22

              « Benoït XVI avait un lien très fort, amical ou sexuel, je ne sais, avec son majordome »

              L’est né en 1927 le Monsieur… 85 ans … ravagé par une rupture avec son amant smiley

              On m’aurait dit, il a rencontré une gentille petite vieille avec des tonnes de tendresse dans les yeux et il compris que le paradis sur terre, se trouvait quelque part dans ses mirettes je ne dis pas, mais son majordome moitié moins âgé et puis surtout marié et père de trois enfants...
              .


            • kéké02360 18 février 2013 22:24

              C’est la major d’hommes Mélenchon qui l’a obligé à démissionner !!!!!!

              Sont vraiment trop fort ces Francs-maçons smiley


            • Ariane Walter Ariane Walter 18 février 2013 22:31

              ILs se connaissaient depuis bien longtemps. Ensuite il faut se demander comment Paoletto entré au vatican, sous le pape précedent, comme « homme de ménage » se retrouve majordome de Benoît, un des titres les plus importants de la cour Papale.

              Paoletto et Benoît passaient leur vie ensemble si vous vous êtes un peu intéressés à l’affaire.

              Ensuite il est vrai que marié et trois enfants on n’est pas homosexuel !

              Gros bébé , va !


            • Ariane Walter Ariane Walter 18 février 2013 22:33

              Un détail « moitié moins âgé ».

              Justement ! C’est ce qui plaît !

              Quel argument !


            • Constant danslayreur 19 février 2013 18:51

              « Gros bébé , va ! »
              Alors ça c’est vache, bon d’accord la bagnole, la sédentarisation et puis quand ça caille je mange un poil plus que ce que je devrais, mais dès le premier rayon de soleil je fonds de suite moi.

              Or du soleil par ici, ce n’est pas ce vraiment ce qui manque

              gros... n’importe quoi !


            • Constant danslayreur 19 février 2013 18:57

              "Un détail « moitié moins âgé ».

              Justement ! C’est ce qui plaît !

              Quel argument !"

              Mais terminez vos phrases gnordel, Justement c’est ce qui plait...

              à un dinosaure de quatre-vingt-cinq gnutains de printemps qui s’en sortirait déjà pas si mal s’il n’a pas de gros gros soucis genre métastasé à la prostate. 

              Baaahhh c’est déjà ça que vous ayez répondu, parce que sur un de vos fils, vous auriez juste replié histoire de soustraire de la vue des autres, ce qui vous met le nez dans le ... heu ... waaaaala 


            • Mowgli 24 février 2013 19:21

              Walter langue de vipère.


            • Robert GIL ROBERT GIL 18 février 2013 11:18

              chapeau au pape, a notre epoque quelqu’un qui met fin a un CDI, ce n’est pas courant...

              voir : LE PAPE RENONCE A UN CDI


              • Aldous Aldous 18 février 2013 18:23

                on dit pas chapeau mais mitre... smiley



              • mayabis 24 février 2013 10:54

                pas chapeau, ... nan, ni mitre, monseigneur ! mais tiare ... non ?


              • Loatse Loatse 18 février 2013 11:26

                La mort de l’église ? mais qu’est ce que l’Eglise telle que l’entendait le christ quand il dit à Pierre : tu est pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon église ?

                Parlait il de la communauté des croyants ou bien du vatican ?

                "Comment est-on passé de la simplicité de l’Évangile et de la pauvreté de l’Église primitive au système catholique romain et à sa puissante organisation matérielle ? C’est ce que nous nous proposons d’expliquer à travers ces quelques jalons dans l’histoire de l’Église.

                « Il s’éleva parmi les apôtres une contestation : lequel d’entre eux devait être estimé le plus grand ? Jésus leur dit : les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui les dominent sont appelés bienfaiteurs. Qu’il n’en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert » (Luc 22.24-26).

                Remarque préliminaire :

                Pendant les trois premiers siècles de l’Église, les évêques étaient choisis par le peuple de leur diocèse. Pour cette raison, les évêques de Rome de cette période n’ont pas pu exercer une autorité spirituelle sur l’ensemble de la chrétienté.

                Fin IV° siècle :

                Rome, Constantinople, Antioche, Jérusalem et Alexandrie ont une autorité égale.

                En 395 :

                l’empire romain se scinde en deux parties : l’empire d’Occident (capitale Rome) et l’empire d’Orient (capitale Constantinople). Petit à petit, la recherche de la suprématie sur la chrétienté se jouera entre Rome et Constantinople.

                En 451 :

                le concile œcuménique de Chalcédoine donne au patriarche de Constantinople les mêmes prérogatives qu’à l’évêque de Rome.

                Au VI° siècle :

                l’évêque de Rome, Grégoire le Grand, indigné d’apprendre que l’évêque Jean de Constantinople prétendait se nommer « évêque universel », lui en fait reproche en ces termes : « Par quelle audace et par quel orgueil vous efforcez-vous de vous emparer de ce titre nouveau qui peut scandaliser tous les frères ?... S’emparer de ce titre impie, c’est imiter Satan ».

                En 607 :

                le pape Boniface III s’élève en qualité d’évêque universel et se déclare pape.

                Au cours du VII° siècle :

                les territoires d’Asie occidentale et d’Afrique du Nord, berceaux du christianisme, tombent aux mains des musulmans, affaiblissant ainsi la partie orientale de l’Église.

                Milieu VIII° siècle :

                le pape Etienne II hérite en Italie centrale de territoires importants autour de Rome et de Ravenne. Il est reconnu comme un souverain et exerce désormais un pouvoir temporel (que les papes conserveront jusqu’en 1870).

                Jusqu’en 869 :

                presque tous les conciles œcuméniques avaient lieu à Constantinople, en langue grecque (langue du N.T.). Le concile de Constantinople en 869 sera le dernier concile œcuménique. Désormais, l’Église Grecque tient ses propres conciles et l’Église Romaine les siens.

                En 1054 

                a lieu le grand schisme de la chrétienté qui marque la rupture définitive entre les Églises d’Orient et d’Occident.

                Jusqu’à la Réforme (XVI° siècle) :

                les papes de Rome s’imposent comme chefs de l’Église Universelle.

                Innocent III (1198-1216) :

                ce pape s’arroge les titres de « vicaire du Christ » (vicaire : suppléant, remplaçant), « vicaire de Dieu », « souverain suprême de l’Église du monde ».

                Boniface III (1294-1303)

                a dit : « Nous déclarons, affirmons, précisons et prononçons qu’il est tout à fait nécessaire pour le Salut de chaque créature qu’elle soit soumise au Pontife de Rome » (bulle « Unam Sanctam »).

                Léon XII (1823-1829)

                condamne toute liberté religieuse : « quiconque est séparé de l’Église Catholique Romaine, aussi irréprochable soit-il par ailleurs, n’a aucune part à la vie éternelle ».

                Pie IX, en 1870,

                décrète l’Infaillibilité Papale. Le Concile Vatican II a confirmé le dogme de l’Infaillibilité dans la constitution dogmatique « Lumen Gentium » sur l’Église, en date du 21 Novembre 1964. De nos jours, même parmi les responsables, peu de catholiques sont conscients du caractère blasphématoire de cette déclaration."


                • Aldous Aldous 18 février 2013 11:43

                  Excellent rappel historique Loatse.


                  Le patriarche de Rome a commis le péché que Grégoire le grand reprochait au patriarche de Constantinople.

                  Cependant je tiens à préciser un point : les orthodoxes n’organisent plus de conciles oeucuméniques car sans la présence du patriarche de Rome ils ne sont pas oeucuméniques.

                  Benoit XIV a été le premier pape a retirer de la liste de ses titre celui de patriarche de Rome ce qui a plongé le monde orthodoxe dans la consternation et l’interrogation quand a ses efforts rerapprochement d’oeucumenique. (retour des reliques de Saint André à Constantinople) 

                  Vette attitude et sa démission (négation de facto de son infaillibilité) en font un Pape très ambigu,difficile a appréhender.

                  Mais parce que tu es tiède, et ni froid ni chaud, je te vomirai de ma bouche dit l’apocalypse.


                • Gollum Gollum 18 février 2013 12:14

                  Excellent rappel historique Loatse.



                  Je partage. Le fait que vous soyez moinssée abondamment montre que les grenouilles de bénitier sont de sortie.. On n’aime pas les vérités qui fâchent.

                • Gollum Gollum 18 février 2013 12:43

                  Benoît XVI, lui-même, avant d’écouter toutes les interventions - cinq minutes pour chacun - l’avait évoqué à sa façon dans le grand amphi de la salle du synode au Vatican. Lui qui s’autorise très rarement des improvisations avait parlé d’abondance tant ce sujet lui tient à cœur : « Le chrétien ne doit pas être tiède. L’Apocalypse nous dit que là est le plus grand danger du chrétien : qu’il ne dise pas non, mais un oui très tiède. Cette tiédeur discrédite justement le christianisme. La foi doit devenir en nous une flamme de l’amour, une flamme qui allume réellement mon être, devient une grande passion de mon être, et allume ainsi mon prochain.


                  Je ne me permettrai pas de juger l’attitude et le comportement du dernier pape de la liste de Malachie mais cette citation montre bien que nous sommes bien dans la période de l’Église de Laodicée (voir Apocalypse), dernière et septième Église symbolique de l’Apocalypse, celle qui cumule le plus de reproches. Et qui est promise à la ruine : je te vomirai de ma bouche.

                  La précédente, celle de Philadelphie, jamais advenue jusqu’ici, se trouve de façon paradoxale à la sixième place, mais se trouve sans reproche aucun en contraste total avec la suivante. Je ne prétends pas résoudre cette contradiction apparente qui à mon sens est ici pour noyer le poisson. Mais il est frappant de constater que Philadelphie veut dire « amour du frère » et que l’ère du Verseau qui va bientôt poindre correspond à cela puisque le Verseau a toujours été de tous les temps le signe de la fraternité et de l’amitié, où l’autre est perçu enfin comme un alter ego.

                • Loatse Loatse 18 février 2013 13:36

                  @Gollum

                  Je partage. Certains signes peuvent laisser à penser que la « levée du voile » est pour bientôt...


                • Aldous Aldous 18 février 2013 14:23

                  Parmi ces signes il y a en particulier l’irruption de pratiques de profanation dans la vie politique soi disant laïque.


                  Une messe noire restant une messe.

                • Loatse Loatse 18 février 2013 15:04

                  Tout à fait, Aldous , rendons à Cesar ce qui appartient à César

                  Ce qui pourrait se traduire également par :

                  « Assieds toi au bord de la rivière et regarde passer le cadavre de ton »ennemi"


                • Pyrathome Pyrathome 18 février 2013 15:16

                  À propos de cette fameuse prophétie de Malachie, que certains exégètes attribuent à Michel de Nostredame, ces quelques lignes ont été publiés pour la première fois à la fin du seizième siècle, c’est à dire quelques années après la mort de Nostradamus.....
                  Il semblerait, d’après les dires de certains chercheurs, que cette prophétie des papes soit d’abord et avant tout une sorte de clé temporelle de cryptage pour rendre les quatrains de Nostradamus plus clairs et explicites ...
                  L’idée fait son chemin, car il faut bien avouer que cette prophétie des papes ne nous apprend pas grand-chose, hormis le fait que ce soit probablement un calendrier de référence....
                  Nostradamus parle très souvent dans son œuvre des centuries, du clergé, du Vatican et de ses nombreuses frasques....C’est un thème récurent dans ses écrits !!


                • Gollum Gollum 18 février 2013 18:45

                  En ce qui concerne Nostredame il annonce la couleur dès le quatrain 4 de la Centurie I. Je cite :


                  "
                  Par l’univers sera faict un monarque,
                  Qu’en paix & vie ne sera longuement :
                  Lors se perdra la piscature barque,
                  Sera régie en plus grand détriment.

                  Il annonce donc un Monarque universel qui pointera son nez alors que la barque des Poissons, autrement dit la barque de Pierre sera en train de couler.

                  Ce Monarque universel se trouve dans l’Apocalypse. Il s’agit du cavalier blanc.

                • njama njama 18 février 2013 18:55

                  retour des reliques de Saint André à Constantinople
                  volées en 1204 par des Croisés lors du sac de Constantinople.
                  C’est trafic d’organes smiley et superstitions ...


                • Aldous Aldous 18 février 2013 22:49

                  André est le saint patron de Constantinople, comme Pierre est celui de Rome.


                  D’où la symbolique de la restitution.

                • Nycolas 19 février 2013 12:44

                  L’ère du verseau... Cette marotte hippie, ce gri-gri new age dont on ne cesse plus de nous parler depuis les années 60/70, qui n’est autre que l’espoir d’un monde meilleur né dans l’esprit de ceux qui ne veulent pas admettre que la vie est dure par nature...

                  La fraternité ? Mais il n’y a pas d’époque ni d’ère pour la fraternité. La fraternité, c’est maintenant, la fraternité, c’est jamais. La fraternité commence quand on la met en oeuvre, et ne progresse pas avec les soupirs à l’encontre du méchant monde judo-chrétien capitaliste. Le capitalisme, c’est pareil, la religion, c’est pareil. Il n’y a pas d’ère pour ces choses. Il n’y a que la nature humaine pour les embrasser, ou pour les renier... Il y aura toujours des opportunistes, il y aura toujours des bigots, il y aura aussi toujours des gens pour attendre un monde meilleur, et des pour se laisser aller à un obscurantisme qui est celui de toutes les époques, et qui se définit aussi bien dans le capitalisme ou la religion de masse que dans le culte new age, cette masse pseudo-spiritualiste dont une grande majorité de personnes de notre époque font partie sans même s’en rendre compte, ce culte supermarché, tout à fait en phase avec notre époque faite de pensée positive et d’optimisme forcené qui souhaite perpétuellement un monde meilleur tout en oeuvrant sans cesse à ce que le lendemain soit toujours pire qu’aujourd’hui, par passivité, par hypocrisie, par un faux esprit critique qui a toutes les formes de la crédulité. Par un mysticisme de boutique ésotérique, et une spiritualité de salle de bain.

                  Alors on y va, on critique l’Eglise, on immole le pape par quelques paroles sans conséquences, et on perpétue les dogmes qu’on croit d’une autre époque, mais en adoptant simplement une méthode plus hypocrite qui permet de se voiler la face quant à ce fait.

                  Alors l’ère du Verseau... Moi ce que je vois c’est qu’on vit à l’époque des aveugles, et ce n’était pas écrit dans les astres.

                  Les valeurs humaines, ça commence quand on veut, mais il faudrait enlever ces oeillères qui nous rendent nos illusions confortables, avoir le courage de combattre les habitudes paresseuses de la pensée, arrêter de critiquer la religion pour adopter d’autres dogmes tout aussi stupides, et sans doute, sans doute... cesser de commenter les faits divers. Cesser de s’y intéresser, tout bonnement. Parler de l’ère du Verseau à travers des faits temporels me fait rire. L’ère du Verseau a commencé depuis 2500 ans pour certains, si on sait regarder les faits, lire certaines oeuvres, et il ne commencera jamais pour beaucoup, qui continueront de s’inquiéter pour le lendemain, de traduire les propos des prophètes ou de ne s’intéresser qu’aux anecdotes de leur époque. « Vivre avec son temps », c’est ça, c’est être l’otage des modes, des mentalités, des croyances en vogue, c’est se démoraliser quand « le moral déménage », ou devenir optimiste parce que quelqu’un a écrit ses fantasmes dans un livre sur la prochaine ère astrono... astrolo...

                  Bref. Votre ère du Verseau commence maintenant, si vous le décidez. Ou bien vous pouvez décider que les actualités vont dicter vos espoirs et vos désespoirs.


                • Mowgli 24 février 2013 19:33

                   Loatse  (xxx.xxx.xxx.42) 18 février 11:26
                    
                  « Comment est-on passé de la simplicité de l’Évangile et de la pauvreté de l’Église primitive ? »

                  Dans l’Evangile il est narré que, au bout d’une longue étape, Jésus se laisse laver les pieds et les enduire de nard. Et qu’il y avait pour 300 deniers de nard. Un denier à l’époque c’était un jour de paye d’un ouvrier non spécialisé.

                  Le simple de l’Evangile, le pauvre de l’Eglise primitive, se laisse donc bichonner par une bobotte de l’époque qui dépense au bas mot un an de smic en sent-bon pour ce faire.

                  Bonjour la simplicité de l’Evangile et la pauvreté de l’Eglise primitive ! 


                • Aldous Aldous 18 février 2013 11:26

                  Le plus incroyable et qu’il va rester cloitré au Vatican comme un malfra en cavale :



                  En restant au Vatican, Benoît XVI aura la sécurité et l’immunité de juridiction 
                  Philip Pullella
                  16 Février (Reuters)
                  -----------
                  La décision du pape Benoît de vivre au Vatican après sa démission lui fournira la sécurité et la confidentialité. Elle lui offrira également une protection juridique contre toute tentative de le poursuivre dans le cadre de cas d’abus sexuels dans le monde entier, selon des sources de l’Eglise et des experts juridiques.

                  « Sa présence au Vatican est absolument nécessaire, sinon il pourrait être sans défense. Il n’aurait plus son immunité, ses prérogatives, sa sécurité, s’il est ailleurs », dit un responsable du Vatican, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

                  On est très loin du doge de l’infallibilité pontificale.


                  Cet épisode est en effet un seisme pour l’église de Rome. Un effondrement de sa representation catholique de la hiérarchie ecclésiastique avec un Pape monarque spirituel et temporel, vicaire du Christ et chef d’Etat.

                  Le péché d’orgeuil de l’eglise catholique se retourne une troisième fois contre le christianisme.

                  La première fois ce fut quand le Pape Léon IX romp l’oeucumenisme avec les chrétiens d’orient et que ses successeurs proclament peu a peu l’universalité de l’eglise de Rome.

                  La seconde fois ce fut quand Léon X en fait de même avec la réforme luthérienne, qui remettait en cause le comportement la dérive marchande de l’Église. Second schisme.

                  La troisième fois, c’est la volonté de mettre l’église à la mode depuis le concile Vatican II qui n’a été possible que parce que le Pape seul decide de tout. Et en particulier sa soumission aux lobbies sionistes.

                  Ces trois reniements aboutissent à un Pape qui demissionne et se terre et une eglise qui pleure.

                  Comme Pierre était en bas, dans la cour, arrive une servante du grand prêtre. Elle le voit qui se chauffe, le dévisage et lui dit : « Toi aussi, tu étais avec Jésus de Nazareth ». Pierre le nia : « Je ne sais pas, je ne comprends pas ce que tu veux dire ».

                  Et aussitôt, un coq chanta pour la seconde fois. Alors Pierre se souvint de la parole de Jésus : « Avant que le coq chante deux fois, tu m’auras renié trois fois ». Et il se mit à pleurer.

                  Évangile selon saint Marc. 14, 66-68.72



                   


                  • Gollum Gollum 18 février 2013 12:17

                    De toute façon dans les Évangiles il est très clair que ce n’est pas Pierre le préféré même si l’Église est fondée sur lui (et encore.. cet unique verset peut être sujet à controverse) mais Jean.


                    Église invisible et Église visible. AMOR contre ROMA.

                  • Aldous Aldous 18 février 2013 13:05

                    Le business des indulgences, l’infaillibilité du pape, le celibat des pretres, la théocratie universelle, c’est ça la vraie foi chrétienne ?

                    Le protestantisme n’existerait pas si les Papes n’avaient pas eue les yeux plus gros que le ventre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès