Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le frère Andrien Candiard à propos de l’Islam

Le frère Andrien Candiard à propos de l’Islam

"Le salafisme se réclame de la première génération musulmane contre la tradition musulmane".

Le frère Andrien Candiard est dominicain au couvent du Caire. Il est membre de l'idéo (institut dominicain d'études orientales).

Il est spécialisé dans l'étude de l'Islam médiéval. Il donnait une conférence au monastère de Chalais le 11 avril 2015 et à la paroisse Sainte Clothilde, Paris 7°, le vendredi 20 novembre 2015, qui doit nous permettre de mieux comprendre l'Islam, ou plutôt, comme il le dit, de mieux comprendre pourquoi nous n'y comprenons rien.

conférence partie 1

conférence partie 2

 

Résumé des arguments de la conférence.

-partie 1 :

-Il y a en occident une obsession angoissée et inquiète de l'Islam et nous avons le désir de le comprendre. Plus on essaie de l'expliquer moins on semble le comprendre.

-La question du pour ou contre est rarement une grille de lecture efficace pour comprendre un phénomène.

-il y a deux fausses pistes : croire que l'Islam existe, et croire que l'Islam n'existe pas.

-première erreur : faire de l'Islam une clef d'explication trop vaste ou expliquer le comportement d'un musulman uniquement par sa religion.

-Il y a dans l'Islam une diversité théologique, mais comme non musulman, je ne peux pas dire quelle est la vérité de l'Islam.

-Le Texte ne parle pas ! Il doit être interprété. Il y a toujours un interprète en Islam. La vérité de l'Islam n'appartient qu'au croyant.

-L'idée des musulmans avançant tous ensemble vers un but unique de conquête est un fantasme.

-Mais par ailleurs il ne faut pas croire que l'Islam n'existe pas.

-La foi existe, les actes ayant des motivations religieuses existent

-partie 2 :

-L'Islam existe comme réalité unifiée dans la conscience des musulmans.

-Il y a aujourd'hui une lutte pour définir l'Islam orthodoxe.

-Présentation succincte de l'Islam contemporain.

-Nous sommes marqués par le schéma hérité de l'époque des lumières de l'évolution de la religiosité barbare vers la raison dépassant les croyances.

-On entend donc dire que les méchants islamistes sont les traditionalistes, et les gentils des penseurs modernes et modérés. Ce schéma ne correspond absolument pas à ce qui se passe dans le monde musulman.

-La modernisation de l'Islam est une vieille antienne.

-Au XIXe siècle des penseurs musulmans ont voulu retrouver la force des origines, d'où la recherche d'une réinvention de l'Islam.

-L'Islam traditionnel est l'Islam impérial médiéval aux structures relativement tolérantes. C'est cet islam qui a été remis en cause par la modernité du XIXe

-Certains des modernisateurs sont des grands esprits, d'autres des petits.

-Ils vont imaginer un Islam des origines très simple et s'en réclamer contre la tradition musulmane transmise par les parents et les grands-parents.

-Le salafisme n'a pas l'expérience historique des responsabilités.

-Le salafisme a un goût pour le taqfir,soit l'excommunion. Les mouvements salafistes s'excommunient les uns les autres.

-le salafisme a longtemps été considéré comme une hérésie. Le pétrole et l'alliance américaine vont changer les choses. Le salafisme est minoritaire mais il a réussi a s'imposer dans l'imaginaire musulman comme étant un islam plus rigoureux que les autres.

-La force du salafisme c'est sa modernité. Il est né avec la modernité occidentale et dans son refus.

-Les visions trop simples de l'Islam sont celles qui accepte la vision salafiste.

 

Réflexions personnelles.

Voilà un chrétien qui nous présente l'Islam sans complaisance naïve, ni sur le mode accusatoire. Effectivement le cours de l'histoire, (ou Dieu) nous impose de comprendre. C'est à mon avis, parce que c'est le cours de l'histoire (ou Dieu) qui nous présente la question, qu'elle se pose sur le mode de l'angoisse. Nous avons vaguement l'impression que la réponse va engager quelque chose de notre être, et nous avons relativement la certitude que la question est incontournable. C'est aussi pourquoi la tentation de la violence et du rejet brut apparaît à certains comme une esquive efficace.

Le problème qui nous heurte comme français, à la culture catholique millénaire, c'est son indéfinition. Il n'y a pas de religion plus déterminée dans son dogme que la religion catholique. Nous nous somme étripés pour une virgule dans un texte canonique, pour une "hypostasis" ou pour un "filioque" nous avons sacrifié l'unité de l'Eglise. Et nous avons fait bien pire lorsque Luther et Calvin ont prétendu que tout ça n'était qu'une affaire de temps et d'hommes. L'orthodoxie est pour nous une passion féroce, aussi nous sommes gênés et dubitatifs lorsqu'un musulman nous dit que chez lui aucun dogme de prévaut sur sa lecture personnelle. Et nous nous demandons d'ailleurs, comment un tel truc peut exister et tenir.

Ce que nous apprend cette conférence, c'est que l'Islam, lui même, souffre de son indéfinition et qu'elle y anime un combat violent. Le salafisme et le djihadisme sont des effets de ces tensions. Chose qui étonnera le laïcard, ces mouvements ne sont pas le fait de traditionalistes, mais plutôt de réformateurs modernistes ayant coupé les ponts de la transmission. L'Islam se cherche, nous sommes en période de gestation de cette religion. Ce qui inquiète le non musulman, c'est ce qu'il va en sortir.

Du coup le non musulman aimerait bien pouvoir déterminer lui même ce que c'est que l'Islam. C'est vrai autant pour celui qui veut que l'Islam soit l'Islam qui le rassure ("L'islam compatible avec les valeurs de la France et de la République"), que pour un Zemmour qui veut clore par lui même et en amateur, l'exégèse du Coran sur son interprétation la plus terrible ("Daesh est le vrai Islam"). En effet il est moins angoissant d'être certain de faire face à un ennemi que de cheminer aux côté d'une personne dont l'on doute. Le destin des hommes est là.

Mais justement, comme le dit le frère Adrien Candiard, le non musulman n'est pas à sa place pour dire ce que c'est que l'Islam. Seul celui qui y croit peut en dire quelque chose.

Il me reste toutefois deux voies qui ouvrent le dialogue. Comme français, j'ai la possibilité d'exiger de l'Islam qu'il se définisse, non pas au nom de la validité d'une croyance, non pas au nom des "Valeurs de la République"(qui sont menacées autant par Dieudonné, le FN, les djihadistes, la manif pour tous, et les santons de Provence dans les mairies), mais au nom de la sécurité publique et du respect des lois. La laïcité ne consiste pas à réclamer une harmonie heureuse et consensuelle des croyances, dans le flot commun de valeurs de 1789, mais à faire abstraction des croyances et de mon opinion sur elles, pour lire leur discours à l'aune seule de la loi : Si tu soutiens un discours qui avalise le meurtre, alors tu es hors-la-loi. Je peux exiger que tu me dises si tu justifies le meurtre. C'est ainsi qu'une laïcité bien comprise ferait du bien à l'Islam (à moins qu'elle n'oblige à rendre l'Islam illégal, ce qui pose d'autres problèmes).

Mais aussi comme chrétien (ou autre croyant, ou agnostique, ou athée), J'ai la possibilité de déplacer la question de la foi, du domaine de l'identité, vers le domaine de la raison (c'est une autre thèse du frère Candiard dans cette conférence). J'ai la possibilité de questionner la foi de mon interlocuteur, et c'est un honneur que je lui fait, non pas une atteinte à son identité, de l'estimer digne de pouvoir défendre sa croyance par des arguments. C'est plutôt si l'on en reste à ce que la croyance soit une affaire purement privée et intangible et indiscutable, que l'on risque de ne pouvoir s'affronter que sur le mode de la violence. Ainsi le dialogue s'ouvrira sur le thème de la disputatio.

sources : détails des religions


Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 novembre 2015 14:31

    Le « frère » de qui ?
    On s’en fout complètement ! ! ! ...


    • Puzant Puzant 30 novembre 2015 15:25

      @Jean-Pierre Llabrés
      whaou ! premier commentaire sur mon premier article sur Agoravox. Merci monsieur d’avoir pris la peine de rédiger ce message. Je suis prévenu. La prochaine fois je trouverai un titre comme « Le frère Adrien Candiard clash BHL ». Je dois me plier aux exigences de la presse numérique.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 novembre 2015 18:34

      @Puzant

      J’ai connu ces « frères » il y a plusieurs décennies : cette appellation cache nombre de tares qui me font bondir quand je la vois.
      Aucune autre raison à ma réaction : méfiance instinctive ! ! !


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 30 novembre 2015 14:46

      Plutôt intéressant ce que raconte ce monsieur...
      Comme quoi Normale-Sup et Sciences-po sont capables de produire autre chose que des crétins !

      On pourra lui reprocher d’être dominicain, ce qui aux yeux de la secte laïcarde islamo-compatible le disqualifie.


      • Puzant Puzant 30 novembre 2015 15:31

        @Robert Lavigue
        Je ne suis pas sûr de comprendre ce que c’est que la secte laïcarde islamo-compatible.


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 30 novembre 2015 15:39

        @Puzant

        Vous l’apprendrez bien vite à vos dépens !
        Le premier commentaire dont a été gratifié votre billet devrait en appeler d’autres de la même eau...

        Ceci dit, encore merci pour le partage de cette conférence.

        J’espère que l’Institut dominicain d’études orientales pourra poursuivre son travail scientifique dans de bonnes conditions (On en parle moins souvent que de l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem)


      • Aristide 30 novembre 2015 15:46

        Mais justement, comme le dit le frère Adrien Candiard, le non musulman n’est pas à sa place pour dire ce que c’est que l’Islam. Seul celui qui y croit peut en dire quelque chose.


        Ah bon ? Il nous serait donc interdit de dire quoique ce soit de la religion dont se réclame des assassins ?

        En gros, interdiction de « critiquer » les débordements des religions sur la vie publique. Ici, j’exige un repas particulier, ailleurs une crèche, ... C’est cela que la laïcité essaie de régler, laissez chacun croire ce qu’il veut et n’imposer rien à quiconque, et ne se plier à aucune exigence.


        • Pere Plexe Pere Plexe 30 novembre 2015 16:04

          .. ;aucune exigences sauf celles qu’impose le vivre ensemble.

          Impositions qui varient beaucoup selon l’appréciation de chacun.
          Les interdits alimentaires et les tenues vestimentaires en sont de bons exemples
          Certains les trouverons insupportables, d’autres absolument normaux qui ne nuisent en rien à la société et sont l’expression de la liberté.

          Pour en revenir aux propos d’A Candiard ça me parait une évidence.
          Chacun peut évidement parler d’une religion sans en être, mais ne peut intervenir dans le débat de la véracité, de l’authenticité qu"en étant lui même de cette religion.
           

        • Aristide 30 novembre 2015 16:33

          @Pere Plexe


          Le poncif « vivre ensemble » au secours d’une ultra minorité des religieux intégristes. Parce que la quasi totalité des chrétiens, juifs, musulmans, ... vivent dans le respect des lois et le vivre ensemble. Il refusent même les intégristes qui ici et là revendiquent contre la loi du mariage pour tous, ailleurs le port du voile ou des piscines privatisées, ...

          En appeler à la véracité et l’authenticité pour réserver le débat aux croyants, c’est interdire le blasphème. 




        • OMAR 30 novembre 2015 17:09

          Omar9

          @Aristide

          Il n’est nullement question, d’ailleurs personne ne dispose de ce droit, de vous interdire de parler de l’Islam.

          Faites-le, mais en connaissance de cause, sans haine ni passion, ni décontextualisation.

          PS : si votre perception de la laïcité est celle du gouvernement qui est allé dernièrement à la messe de Notre-Dame de Paris, au lendemain des lâches et ignobles attentats commis à Paris, comme l’a signalé le « Canard Enchainé », pour cette laïcité, la messe est dite...


        • Puzant Puzant 30 novembre 2015 17:11

          @Aristide
          Dans le contexte cela signifie que vous ne pouvez déterminer par vous même ce que c’est que le « vrai Islam ». Si ça se trouve le vrai Islam est compatible avec la démocratie, si ça se trouve le vrai Islam veut tous nous tuer ou nous asservir, mais comme nous ne sommes pas musulmans, nous n’y croyons pas, nous ne pouvons pas nous prononcer sur ce que c’est que le vrai Islam.
          Par contre, c’est ce que je conseil dans l’article, nous pouvons demander aux musulmans qu’ils se prononcent clairement sur ce à quoi ils croient.


        • OMAR 30 novembre 2015 21:24

          Omar9

           Salut @Puzant

           "Il a prescrit pour vous en matière de religion, ce qu’il a prescrit à Noé, ce que Nous t’avons révélé, ainsi que ce que Nous avons prescrit à Abraham, à Moïse et à Jésus : pratiquez la religion et n’en faites pas un sujet de division ”.
           Coran, Sourate : Al-choûrâ, v.13.

          A partir de ce verset, il m’est clairement commandé le respect total du Judaisme et du Christianisme, et par conséquent, de leurs Livres Saints, lieux de culte et pratiquants.

          Et je considère que toute transgression de ce Commandement est haram...

          « Dites, (ô musulmans) : « Nous croyons en Dieu et en ce qui nous est révélé, et en ce qui a été révélé à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus, en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné à (tous) les prophètes, de la part de leur Seigneur. Nous ne faisons aucune distinction entre eux et nous nous soumettons entièrement à Dieu. »
          (Coran 2:136)

          Jamais vous ne trouverez un vrai musulman insultant, tournant en dérision ou caricaturant les prophètes juifs ou chrétiens.
          Car la moindre petite offense sera considérée comme un sacrilège...

          Pour ma part, je fais mien de ce principe : en dehors du cadre de légitime défense, toute atteinte physique ou morale envers un être humain autre que musulman est haram.

          Voilà en quoi, la majorité de mes coreligionnaires et moi-même croyons.


        • Aristide 1er décembre 2015 17:29

          @OMAR


          Il parait même que l’on va fêter Noel le 25 Décembre.

        • Pere Plexe Pere Plexe 30 novembre 2015 15:50

          Témoignage intéressant argumenté et pondéré.

          Ça nous change des diatribes passionnées mais d’un parti pris disqualifiant.
          Merci 

          • charlie charlie 30 novembre 2015 15:55

            Comment gâcher un article qui a démarré sur l’explication, l’analyse, la réflexion et que je lisais avec intérêt et qui, soudain, au milieu de son texte nous lâche : « Chose qui étonnera le laïcard, » ???

            Ah bon ? ça sent tout de suite sa détestation de la gueuse qui m’a coupé toute envie de poursuivre la lecture.

            Et puis je me dis que j’ai bien fait car il ne faut pas oublier que les religieux sont tous copains comme chochon et sont maîtres dans la manipulation rhétoricienne.

            Alors ils ne vont quand même pas se tirer dans les pattes devant leur plus grand ennemi inter-religieux : l’horrible et méchant laïcard ! ……


            Comme il vaut mieux avoir affaire au bon dieu qu’à ses saints, j’irai plutôt écouter les doc si j’ai le temps.


            • Aristide 30 novembre 2015 16:01

              @charlie


              Vous résumez assez bien cette article dont le seul objectif est de tirer à vu sur la laicité.

            • Puzant Puzant 30 novembre 2015 16:08

              @charlie
              Vous avez raison, il faut que je mesure mes termes si je veux écrire publiquement. Mais je ne déteste pas le laïcard. Comme je suis catholique, il parait que nous sommes dans des camps rhétoriques opposés, mais nous nous connaissons bien puisque nous nous faisons la guerre depuis 150 ans. Prenez ça pour une vacherie de comptoir. Vous-même vous n’y allez pas de main morte.


            • Pere Plexe Pere Plexe 30 novembre 2015 16:14

              Houla...

              Restez cool.
              Je pense pouvoir être qualifier de « laicard » même si le mot est péjoratif,mais ne me suis pas senti agressé par ce texte.
              Mieux je suis assez en phase avec la laïcité telle que la définie l’auteur.

              surement mon coté « cul béni » ?
              Ce serait marrant car je me sans profondément athée... 

            • Puzant Puzant 30 novembre 2015 16:15

              @charlie @Aristide
              Je pense qu’on s’écharpait bien plus fort dans la première assemblée nationale de 1789. Vous êtes devenu bien sensible depuis le temps.


            • charlie charlie 30 novembre 2015 16:26

              @Puzant

              Bravo, c’est pas tous les jours qu’on avoue ses erreurs sur le net. Ça mérite le pardon chrétien, mon frère, allez en paix…. et etc. smiley

              Bon, ben oui, je finirai par me revendiquer vraiment laïcard à force de constater, amèrement, à quel point la laïcité se dévoie dans les accommodements raisonnables.

              L’islamophilie aveugle y est pour beaucoup, mais je sais par expérience que même les Chrétiens ne demandent qu’à sortir du bois pour peu qu’on leur en laisse l’espace politique.


              (ps : oui, il faut mesurer ses termes quand on écrit, ils parlent malgré vous)


            • Aristide 30 novembre 2015 16:41

              @Puzant


              Je pense qu’on s’écharpait bien plus fort dans la première assemblée nationale de 1789. Vous êtes devenu bien sensible depuis le temps. 
              Je pense qu’on s’écharpait bien plus fort à la Saint Barthélémy. Vous êtes devenu bien sensible depuis le temps.

              Ou alors, une sorte d’alliance objective de tous les intégristes de tout poil, prêts à réveiller les vieux conflits pour mieux s’opposer à des religions qui vivent plutôt bien la laïcité, faisant passer les exigences d’une ultra minorité pour la demande d’une communauté entière.



               

            • Radix Radix 30 novembre 2015 16:46

              Bonjour

              En résumé on pourrait dire que l’Islam est une sorte d’auberge espagnole où chaque croyant trouve ce qu’il y apporte en choisissant les sourates qui lui conviennent et l’Eglise catholique une autre auberge à menu (dogme) unique hors de laquelle il n’y a rien.

              Et c’est pour cela que nous ne pouvons pas nous comprendre ?

              Je sens que j’ai bien fait de rester déjeuner à la maison.

              Radix


              • Puzant Puzant 30 novembre 2015 18:05

                @Radix
                Oui fondamentalement nous sommes romains et légalistes. Il y a en Islam un principe qui doit paraître invraisemblable quand il est connu : l’unanimité des croyants. C’est-à-dire que Mahomet garanti qu’une unanimité va se former qui ira nécessairement dans le bons sens. Vous pensez bien qu’une tel principe est impensable en France.


              • Aristide 30 novembre 2015 18:09

                @Puzant


                Seulement en France ? A voir ce qui se passe entre musulmans en Syrie et ailleurs, c’est pas gagné non plus.

              • Puzant Puzant 30 novembre 2015 18:16

                @Aristide
                Je veux dire que dans notre tradition de discorde bien gauloise, l’idée que l’on pourrait déterminer la marche à suivre en se mettant tous d’accords en même temps nous semble invraisemblable. Or il y a ça en Islam, au moins en principe. En mon sens c’est un des principaux point qui nous rend cette religion étrange.


              • Radix Radix 30 novembre 2015 19:06

                Bonsoir Puzant

                « C’est-à-dire que Mahomet garanti qu’une unanimité va se former qui ira nécessairement dans le bons sens »

                C’était un sacré optimiste le Mahomet car il avait a peine cassé sa pipe que ce bel unanimiste explosait déjà avec le schisme entre sunnites et chiites !
                Cette guerre intra-religieuse perdure encore et c’est le fondement du problème actuel.

                Comme dans l’islam, politique et religion sont mélangés, quand on essaye de régler le problème politiquement on se heurte à la religion et inversement !

                La solution étant l’extermination de l’un des deux camps où la séparation définitive du politique et du religieux... C’est pas gagné !

                Radix


              • philouie 30 novembre 2015 21:12

                @Radix
                Cette guerre intra-religieuse perdure encore et c’est le fondement du problème actuel.
                 
                Non. la fracture passe par là, certes, mais parce que c’est la fracture entre le bloc de l’ouest et le bloc de l’est.


              • philouie 30 novembre 2015 21:17

                @Puzant
                L’unanimité des croyants, al ijma’, ce n’est pas exactement ça, c’est de dire que lorsqu’il y a unanimité des croyants sur un point de la doctrine ou de la loi, celle-ci fait foi
                L’unanimité des croyants est ainsi la troisième source du droit, après le Coran et la Sunna, et avant le raisonnement par analogie.


              • philouie 30 novembre 2015 21:26

                @
                A noter qu’il existe un Hadith qui dit :
                « La divergence de ma communauté est une miséricorde pour les hommes »
                 
                Seulement ce hadith est contesté en particulier par les Salaf.
                A mon sens il est à coup sûr véridique parce que le but de l’acte créateur est de créer de la diversité.


              • Rincevent Rincevent 1er décembre 2015 19:30

                @Radix

                Eh oui, contrairement à l’Église catholique, l’Islam (sunnite) n’a pas une structure hiérarchique avec, à son sommet, un équivalent du pape qui serait garant d’une position officielle. A la limite, n’importe quel prédicateur peut se revendiquer de la « bonne » interprétation du Coran et c’est là le talon d’Achille de cette religion.

                Compte tenu de ça, demander à la communauté musulmane de se prononcer unanimement, en tant que telle, sur les évènements récents est assez difficile.


              • OMAR 30 novembre 2015 17:02

                Omar9

                Bonjour Puzant

                Je partage globalement les déclaration de frère Andrien Candiard.

                J’écris globalement et non pas totalement ou profondément, car, à l’image de la majorité des musulmans, je ne maitrise pas parfaitement le contenu et ses paraboles du Coran.

                Et bien qu’appréciant sa perception de cette perversion dénommée salafisme, je m’étonne de l’omission de cette autre monstruosité qu’est le wahhabisme.

                Enfin, juste ce observation symbolique : le site architectural de Palmyre ou les statues bouddhistes de Bâmiyân n’ont jamais fait l’objet de saccages ou profanation de la part de musulmans, depuis l’avènement de l’Islam jusqu’à nos jours.

                Ce qui les ont détruits au nom de leur propre perception de leur Islam, sont simplement nés du cul du Diable.


                • Puzant Puzant 30 novembre 2015 17:17

                  @OMAR
                  C’est ce que dit le Frère Candiard : le salafisme se pose en rupture de l’Islam traditionnel qui a eu a gérer des empires.
                  Il est bon que vous vous sentiez plus musulman que les salafistes. Mais votre gageure est lourde parce que vous allez devoir argumenter entre Zemmour, Onfray et Daesh.


                • César Castique César Castique 30 novembre 2015 17:52

                  @OMAR

                  « Ce qui les ont détruits au nom de leur propre perception de leur Islam, sont simplement nés du cul du Diable. »


                  C’est tellement facile de s’exonérer ainsi... Mais ça ne règle rien, ça n’apporte de réponse à rien. Je lisais aujourd’hui un éditorial datant de quelque jour. La rédacteur en chef d’un journal demandait : « Quelles actions pour éradiquer le problème à la source ? »

                  Mais il n’a pas saisi la portée de sa question, parce que la source, c’est tout simplement le Coran, le Coran de Médine et l’usage qu’en font ceux qui s’y réfèrent. Et cette parole de Dieu-là, n’est pas plus éradicable que l’autre, ou que n’importe quelle autre. 

                  Personne n’a autorité sur ceux qui cultivent cette interprétation du Coran. Ils ont une foi inébranlable, des sous, des armes et ils n’ont pas peur de la mort. Ils doivent donc se croire invincibles et vu la qualité du personnel politique qui dirige actuellement le monde « occidental », j’ai des raisons de penser qu’ils sont effectivement invincibles...

                • OMAR 30 novembre 2015 21:30

                  Omar9

                  @César Castique

                  Tu es de ceux qui, si je me tais, tu me taxeras de complices.

                  Et quand je dénonces et condamne clairement les paroles, actes et agissements de ces djihadistes de merde, quand ce n’est pas de la taqiya, c’est de l’exonération facile...

                  Alors, je te conseille de te frotter les mains avec de la harissa et de te masturber.

                  Là, tu jouiras chaudement....


                • César Castique César Castique 30 novembre 2015 22:56

                  @OMAR


                  « Tu es de ceux qui, si je me tais... »


                  Se taire ou botter en touche sont deux attitudes qui induisent une seule et même interprétation. Mais si tu t’étais tu, on n’aurait jamais rien su de tes ethnico-masochistes techniques de pignole... 


                  P.S. - Le refus de reconnaître le Coran en tant que source, pourtant évidente, de l’islamisme assassin en dit long sur l’indéfectible solidarité des Croyants.

                • OMAR 1er décembre 2015 09:39

                  Omar9

                  .@César Castique

                  Moi je lis le Coran, pas "Mein kampf, comme toi...


                • pemile pemile 1er décembre 2015 09:53

                  @OMAR « Moi je lis le Coran »

                  Non, tu obéis inconditionnellement au coran, ce qui est quand même très différent qu’une simple lecture, non ?


                • César Castique César Castique 1er décembre 2015 11:40

                  @OMAR



                  « Moi je lis le Coran, »

                  Et aussi les mémoires de Mohammed Amin al-Husseini, Grand Mufti de Jérusalem, fondateur du mouvement des Frères musulmans en Palestine ?


                • volpa volpa 30 novembre 2015 17:21

                  Le frérot est un illuminé.
                  Il ne va pas tarder à se convertir à cette religion lumineuse de pet et d’humour.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès