Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le nouveau paysage religieux américain

Le nouveau paysage religieux américain

Les États-Unis sont un pays religieux où on ne peut pas se faire élire sans adhérer à une église quelconque, si possible fondamentaliste, et où l’on apprend aux enfants des écoles que Dieu – masculin s’il vous plait – a créé le monde en six jours avant de prendre un repos bien mérité le septième. Du moins, c’est ce que l’on pourrait croire au vu des nouvelles et des reportages qui nous en arrivent. Heureusement, il arrive aux américains de faire des sondages et le dernier en date, réalisé par le Trinity College auprès de – excusez du peu – 54.000 personnes, ne raconte pas tout à fait la même histoire.

La fin du monopole chrétien

Environ 76% des Américains se considèrent comme chrétien. Cela peut paraître beaucoup mais c’est 10% de moins qu’en 1990 et ce malgré une importante immigration hispanique, très majoritairement catholique. C’est d’ailleurs grâce au catholicisme que le christianisme se maintient plus ou moins à flot, les autres dénominations subissant un déclin marqué. Certes on est loin de la situation française ou même européenne – le christianisme a encore quelques beaux restes, mais il prend manifestement le même chemin.

Le déclin du protestantisme traditionnel

Ce sont les églises protestantes traditionnelles – baptistes, méthodistes, luthériens, presbytériens – qui souffrent le plus. En 1991, elles représentaient prés de 40% des américains. Cette proportion est tombée à moins de 30% aujourd’hui. C’est principalement le christianisme « non-denominationel » associé aux « mega-church » et les groupes évangéliques qui bénéficient de cette érosion. Cette évolution est loin d’être un signe de bonne santé pour le protestantisme américain dans son ensemble, cependant. Sa part dans la population est pour la première fois tombée en dessous de 50% et si les Etats-Unis restent un pays majoritairement protestant, cette majorité n’est plus aujourd’hui que relative, et tout indique qu’elle va continuer à s’éroder.

La lente extinction du judaïsme

Si le nombre de juifs au sens culturel du terme reste stable, le judaïsme en tant que religion continue à s’affaiblir. 3.137.000 personnes se considéraient comme de religion juive en 1991, elles ne sont plus que 2.680.000 aujourd’hui, soit moins que les mormons et probablement les wiccans. Dans le même temps l’Islam continue son implantation même si avec 1.349.000 fidèles et 0.6% de la population sa place reste modeste.

La montée de l’irréligion

Même si le pourcentage d’américains qui se déclarent ouvertement athée reste très faible (0.7%) de la population, l’irréligion, autrefois marginale, fait des progrès considérables. 34.169.000 d’américains, soit 15% de la population déclare n’appartenir à aucune religion. Ils n’étaient que 8% en 1991. C’est cette croissance de l’irréligion qui constitue, qui constitue la plus grande menace pour le christianisme américain, d’autant plus qu’elle s’accompagne d’une baisse notable de ferveur chez ceux qui se déclarent chrétiens. Prés de 30% des américains ne croient pas à un dieu personnel et 27% ne souhaitent pas d’enterrement religieux, ce qui indique qu’un certain nombre de « chrétiens » ne suivent pas la religion à laquelle ils appartiennent théoriquement.

La croissance de la Wicca

L’enquête du Trinity Collège fait également ressortir une croissance notable du nombre des adeptes des nouveaux mouvements religieux. Ils étaient 1.296.000 (0.8% e la population en 1991), ils sont désormais 2.804.000, soit 1.2% de la population – plus que les juifs. Le terme nouveaux mouvements religieux regroupe des traditions aussi disparates que la scientologie ou le néo-druidisme, mais il semble que l’essentiel de cette croissance soit due à la Wicca où des religions apparentées. Apparue en Angleterre dans les années 50, la Wicca est une religion néo-païenne, bithéiste ou polythéiste selon les versions, avec une forte dimension écologique. Pratiquée par quelques milliers de personnes à peine dans les années 80, elle a cru de manière explosive, par capillarité sociale, malgré son refus du prosélytisme. Ses adeptes étant le plus souvent discrets par crainte de persécutions de la part de leurs voisins chrétiens, son importance est, d’ailleurs, probablement sous-évaluée.

Les Etats-Unis ont encore du chemin à faire avant de devenir une société séculière moderne et la religion chrétienne y garde une importance inhabituelle dans les pays industrialisés, mais cette exception est d’abord un retard, né du rapport particulier que les églises américaines ont toujours entretenu avec les pouvoirs établi. Ce retard, cependant, et contrairement à ce qu’on croit en France, ils sont en train de le rattraper et on peut espérer que tôt ou tard, même les méga-church seront remplacées par des épiceries... ou des temples de Diane.


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 16 mars 2009 11:35

    Article bien trop succint, totalement décalé, faisant l’économie de nuances fondamentales, comme le christianisme en un seul sac. Doit-on rappeler que les évangélistes, dont l’auteur ne dit pas le moindre mot, et dont une trentaine de millions estime que la légitimité d’Israël repose sur des prérogatives divines, sont en constante augmentation ?

    Mais le clou, qui démontre la naïveté de l’auteur, est ce "déclin du judaïsme" smiley , qui m’a bien fait rire. Une approche strictement quantitative, qui s’affranchit d’une pondération qualitative pourtant essentielle : l’auteur a-t-il étudié les tendances religieuses de la proche équipe d’Obama ?


    • San Kukai San Kukai 16 mars 2009 13:22

       Vous vouliez peut-être parler des évangéliques, Lloyds.


    • Zalka Zalka 16 mars 2009 14:51

      Tiens, c’est marrant, on m’a censuré.

      Johnny insulte l’auteur en commentant l’article sans même l’avoir lu (cf les chrétiens "non détaillés" que l’auteur détaille vraiment), distille par petit coup sa haine des juifs (influence à washington, alors que l’article ne parle que de statistiques générales), mais il est interdit de lui mettre le nez dans sa merde.

      Bravo, bravo.

      J’imagine que mon vaillant censeur fait partie des supporter de johnny, qui croit à une guerre civile imminente aux usa... 


    • John Lloyds John Lloyds 16 mars 2009 15:14
      "Tiens, c’est marrant, on m’a censuré"

      Si c’est l’habituel venin ad hominem, on n’a pas perdu grand chose

      "Johnny insulte l’auteur en commentant l’article sans même l’avoir lu"

      Il n’y a pas d’éloge flatteur sans liberté de blâmer. Je ne vois pas où est l’insulte, l’article est bâclé, c’est tout. Parler du christianisme sans aborder le très influent courant des évangélistes, c’est passer à côté de la plaque.

      "distille par petit coup sa haine des juifs (influence à washington, alors que l’article ne parle que de statistiques générales)"

      Toujours le même amalgame à 2 balles, Zalka, qui voit de la haine du juif dès qu’on met en relief une distribution politique. C’est désuet comme réthorique, cet amalgame, m’enfin vu ton alter-ego, difficile de te demander de la finesse.

      "J’imagine que mon vaillant censeur fait partie des supporter de johnny, qui croit à une guerre civile imminente aux usa..."

      Héhé, ton alter-égo veut prendre le pouvoir au texas, il chauffe à blanc toutes les milices du coin, ça fera une belle ironie de l’histoire en ce qui te concerne, alors qu’ils sont entrain de démenteler le sacro-saint lobby de l’armement privé, on en reparlera dans quelques mois.

    • John Lloyds John Lloyds 16 mars 2009 15:25

      @San Kukai
      Non, je voulais parler des évangélistes.


    • San Kukai San Kukai 17 mars 2009 10:05

       @ Lloyds,

      Comme quoi, même Arte n’est pas à l’abri des erreurs. smiley

      L’adjectif évangélique, employé pour les cultes réformés depuis leur création, s’est substantivé. Un évangélique est un adepte de l’évangélisme, que l’on appelle plus couramment protestantisme évangélique ou christianisme évangélique.

      Un Évangéliste est l’un des quatre rédacteurs (supposés) des Évangiles.


      Cf. Wikipédia :
      Évangéliste, nom, donné à tort, à une personne dite « évangélique », c’est-à-dire un adepte de l’évangélisme, plus couramment appelé protestantisme évangélique ou christianisme évangélique.


    • San Kukai San Kukai 17 mars 2009 10:11

       Pour en savoir un peu plus sur les évangéliques (afin d’enrichir la palette des subtilités du christianisme étasunien), on pourra lire avec plaisir un article du Nouvel Observateur repris par Athéisme : clic.


    • Mouche-zélée 16 mars 2009 14:35

      dalamix

      Hé bien oui, la preuve, puis une autre preuve de leur incurie ....
      Ajoutons à cela toutes les saloperies que j’ai cité plus bas, le racisme anti-noir, anti-hispanique ominprésent aux USA, il est clair que les USA sont une terre raciste qui aime acceuillir des esclaves pour servir les bons petits blancs ...

      La ségrégation raciale institutionnalisée est restée légale jusque dans les années 60 aux USA.
      Les USA disent que la France est antisémite, pourtant notre président est Juif, "En 1870, un ministre français d’origine juive a la mauvaise idée de donner la nationalité française aux Juifs algériens (qui étaient des autochtones) et de la refuser aux Musulmans."...

      Tout prouve en effet que dire que les Français sont Islamophiles et antisémites est une connerie propagandiste digne de la propagande du III ème Reich ....


    • Kalki Kalki 16 mars 2009 13:08

      C’est toujours très difficile de définir l’irréligion, l’athéisme.

      Est ce que dans l’atheisme de certain il n’y a pas un agnostiscisme.

      Quand la culture est faite par la religion, ca laisse des traces. Et les gens ne vont pas forcément garder les "bons" côtés culturel.

      On peut voir ça dans nos société culturellement chrétienne, ou les sociétés culturellement musulmane ou complétement islamiste.

      D’ou le besoin de laïcité (l’exception prsque francaise) pour avoir un lieu public ouvert et rationnel, pour l’éducation.


      • Mouche-zélée 16 mars 2009 13:51

        La plus grande démocratie du monde ? Ha ha ha

        Le pays qui a utilisé par deux fois la bombe atomique.

        Le pays qui cherche les armes de destruction massive chez les autres alors que c’est celui en ayant le plus au monde.
        Le pays qui utilise des armes à l’uranium appauvri .
        Le pays qui a utilisé agent orange et napalm sur des civils.
        Le pays qui fait des guerres préventives.(technique commune Israël/USA)
        Le pays qui crée un centre de détention arbitraire interdit par le droit international Guantanamo.
        Le pays qui pratique et sous-traite la torture.
        Le pays qui a mis Saddam hussein au pouvoir et l’a laissé agir en dictateur des années.
        Le pays qui invente de faux attentats pour justifier une guerre .
        Le pays qui n’est pas du tout indépendant et ça commence à se savoir.
        Le pays le plus riche du monde qui laisse crever les enfants dans la rue .
        Le pays qui envoie l’armée plus que les secours à la Nouvelle Orléans.
        Le pays où toutes les sectes sont bienvenues tant qu’elles font du fric .
        Le pays qui à lui tout seul crée une crise économique internationale .

        Ha ha ha, la plus grande démocratie de la dictature mondiale !

        http://suntzu.vox.com


      • Diva Diva 16 mars 2009 13:59

        Hal, tu es pénible !

        J’espère au moins que pour autant défendre Israël, tu y résides ?!

        Sinon, je ne vois pas non !

        En attendant, la plus grande démocratie du monde, c’est un mythe, ça n’existe pas. C’est un peu comme la notion de peuple élu, ça ne relève d’aucune réalité !

        Réveille toi, et aime ton prochain au lieu de vouloir toujours t’en démarquer en te plaçant au dessus de lui !


      • Mouche-zélée 16 mars 2009 14:22

        Diva

        Tu devrais aimer
        la position de véritables Juifs sur le sujet, bienvenue chez moi  smiley


      • Mouche-zélée 16 mars 2009 17:54

        Juste un passage pour constater avec tous que je me suis fait moinsser à mort pour avoir proposé un lien vers un article de l’Union Juive Française pour la Paix.

        Ce qui en dit très très long sur le désir de paix de certains ....
        Puisque la vérité en emmerde certains, il s’en taperont une tranche à chaque petit déjeuner, ha ha ha :

        La ségrégation raciale institutionnalisée est restée légale jusque dans les années 60 aux USA.
        Les USA disent que la France est antisémite, pourtant notre président est Juif, "En 1870, un ministre français d’origine juive a la mauvaise idée de donner la nationalité française aux Juifs algériens (qui étaient des autochtones) et de la refuser aux Musulmans."...

        Tout prouve en effet que dire que les Français sont Islamophiles et antisémites est une connerie propagandiste digne de la propagande du III ème Reich ....


        Les USA ne sont pas antisémites ?
        Une
        terre raciste
        , en France les mêmes propos les conduiraient en prison directement !

        Le racisme comme les sectes meurtrières sont acceptés aux USA, du moment que ça rapporte du fric et exacerbe les communautarismes, ça leur va ....


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 mars 2009 13:20

        " Le terme "nouveaux mouvements religieux" regroupe des traditions aussi disparates que la scientologie ou le néo-druidisme, "

        C’est quand même effarant : les déçus d’une religion ancestrale, qui affichent de magnifiques temples, preuve vivante d’une foi légendaire ayant porté au ciel des pierres taillées sublimes, les abandonnent pour entrer et se vouer, corps, âmes, et patrimoine immobiliers personnels, à de nouvelles modes, plagiats grotesques, et contre-façons plastiques, qui ne portent que le nom de " religions modernes ", et n’affichent pour titre, que d’appellations semblables. Ils se condamnent à rester indéfiniment...des déçus.

        Quitter une religion n’a de sens que si c’est pour s’auto-humaniser et devenir majeur et ainsi, vacciné... 


        • snowballing snowballing 16 mars 2009 15:13

          les merloques comme ils sont un peuple de debiles ça été plus facile pour vous
          Dalamix, 2009


        • Mouche-zélée 16 mars 2009 18:01

          snowballing

          Pourquoi ? C’est pas des débiles peut être ?
          Pourtant tout prouve le contraire dans mon commentaire plus haut, et ce n’est qu’un début ....
          Je n’ai aucune honte à dire que les USA sont un pays de débiles profonds .

          La ségrégation raciale jusqu’en 1960 et toute une pseudo-démocratie en carton érigée en modèle planétaire. ha ha ha




        • snowballing snowballing 16 mars 2009 18:59

          J’ai le même genre de réaction quand je lis que les noirs sont paresseux, les arabes des voleurs et les chinois des fournis. C’est à peu près de ce niveau là.


        • Bois-Guisbert 16 mars 2009 23:54

          La grande force de la démocraties Américaine est justement de passer de la ségrégation à l’élection d’un noir à la maison blanche.

          C’est très relatif. Si on va fouiller dans les chiffres, on découvre que si l’électorat d’Obama comporte 60 % de Blancs (41 millions), il comporte donc logiquement 40 % de non-Blancs (28 millions).

          Ce sont donc moins les mentalités qui ont changé que les communautés qui peuplent le pays.

          A cela s’ajoute le constat que les Etats qui comportent les plus fortes proportions d’Afroricains (Mississipi, Lousiane, Georgie) ont voté McCain, l’écrasante majorité des Blancs ayant voté contre Obama.

          Les éléments d’une sécession opposant les Blancs de souche (WASP et assimilés) aux issus du tiers monde anciens et récents, se mettent donc gentiment en place.


        • Gonzague gonzague 16 mars 2009 17:15

          Article intéressant à défaut d’être fourni. Il est vrai que la présence et l’expansion des évangélistes aurait pu être mise en avant, ces derniers ayant, il me semble bien, une influence politique non négligeable.

          Je reste sur ma faim, un peu, car si ce que vous prétendez est vrai, à savoir que l’"irreligion" augmente inexorablement et à une telle vitesse, l’explication au battage médiatique autour des créationnistes et leurs musées à la con, par exemple, pourrait être que certains propagandistes évangélistes craignant pour leurs acquis dépensent tous leurs avoirs dans une quête d’autant plus désespérée qu’elle serait en fin de course. Une piste qu’il aurait été intéressant de creuser.

          Quant à un des premiers commentaires, du mec aux lunettes noires, je tiens à faire remarquer que la place réservée au Juifs aux Etats-Unis dans le gouvernement, ou en politique en général, n’est pas le fait des Juifs mais des protestants ou évangélistes qui cherchent via leur mise sur la sellette à conférer à leurs cabinets une image d’ouverture. En outre, si les Juifs ont une telle importance la plupart du temps aux USA, c’est que les américains non-Juifs ont tendance à souhaiter leur mise en avant non pas parce qu’ils auraient quelque pouvoir que ce soit (vieille vulgate débile antisémite), mais parce que les pâmoisons des bonnes âmes sur le sort du peuple Juif lors de la seconde guerre mondiale font oublier aux américains, qui n’avaient presque rien à voir avec la Shoah, qu’un génocide avait effectivement eu lieu sur leur propre sol. On montre la faute de l’autre et exprime une compassion de crocodile en observant des crimes dans lesquels on n’a (quasi) joué aucun rôle, de facon à détourner l’attention de sa propre population. C’est une vieille technique. Devedjian a utilisé la même à la tribune de l’assemblée nationale lors des discussions sur la "loi concernant le rôle positif de la colonisation", afin de soutenir le texte, en serinant à qui mieux mieux que la France avait créé des écoles, des dispensaires, etc. dans les colonies, et qu’elle n’avait jamais commis de génocide, au contraire des Allemands. Même chose pour Nicolas Sarkozy dans son discours de Nice (je cite de tête) : "La France n’a pas inventé la Shoah"

          Bref, dans un cas comme dans l’autre, ce n’est pas volontairement que les Juifs sont sur le devant de la scène. Ce sont les chrétiens qui souhaitent les y voir.


          • frédéric lyon 16 mars 2009 19:43

            Bon article qui rappelle les faits : L’Amérique est de moins en moins religieuse.

            Mais pourquoi faut-il, qu’à l’occasion d’un article qui décrit la situation des religions en Amérique sur un ton assez neutre, nos amis viennent ici faire la queue pour nous vomir leurs haines des Juifs ?

            Profitons-en donc pour rappeler que l’antisémitisme est une marchandise d’importation qui s’est introduite chez nous en fraude. 


            • Marc Bruxman 16 mars 2009 19:51

              C’est cette croissance de l’irréligion qui constitue, qui constitue la plus grande menace pour le christianisme américain, d’autant plus qu’elle s’accompagne d’une baisse notable de ferveur chez ceux qui se déclarent chrétiens. Prés de 30% des américains ne croient pas à un dieu personnel et 27% ne souhaitent pas d’enterrement religieux, ce qui indique qu’un certain nombre de « chrétiens » ne suivent pas la religion à laquelle ils appartiennent théoriquement.

              Eh oui, celui qui a écrit que le 21ème siécle serait mystique ou ne serait pas s’est lourdement trompé. Si les intégristes de tout poil sont enragés c’est bel et bien parce que les religions sont en train de perdre tout pouvoir sur la société. Et comme le fesait remarquer Emmanuel Todd, même les pays arabes connaissent une montée du sécularisme qui entraine des réactions très violentes des intégristes.

              Ces chiffres sont énormes et j’ai lu le rapport hier. Car 15% qui osent se déclarer sans religion c’est absolument énorme ! Et que dire des 30% qui ne croient pas à un dieu personnel ! Cela exclut les 3 grandes religions et effectivement cela montre que beaucoup de ceux qui se disent chrétiens se disent chrétiens par traditions. Ce cas est également courant en France ou un sondage de La Croix avaient fait apparaitre que nombre de chrétiens ne croyaient pas en la résurection de Jesus alors que c’est LE pillier du christianisme. Les 27% qui ne feront pas de funérailles à l’église sont d’ailleurs à ce sujet une preuve plus que marquante. Car beaucoup confrontés à l’angoisse de la mort finissent par retrouver des vertus au curé qui promet la vie éternelle ! ! !

              Mais ce qui est sur c’est que dans un pays ou la religion a eu un poids énorme cette disparition va enrager tous ceux qui avaient un grand pouvoir et c’est pour cela que vous assistez à ce battage médiatique autour des intégristes. 

              Il faut toutefois noter que la hausse des sans religion a été surtout très forte durant les années 90 (cf même sondage de 2000) et globalement en baisse très légére voir stable sur la période 2000 - 2009 correspondant aux années Bush. Si tout ce battage a eu un impact, il a ainsi seulement permis de diminuer la vitesse de la chute. 

              Or, si l’histoire se répéte, les périodes de récessions comme les années 30 n’ont pas été propice au religieux. (cf article du NYT récent). Tout simplement parce que subitement les problèmes concrets deviennent beaucoup plus criants que la recherche de Dieu, de l’éthique et de la morale. Alors qu’au contraire durant les périodes d’expansion ou tous les besoins matériels sont satisfaits, les gens recherchent la satisfaction ailleurs. 

              Il faut enfin ajouter un autre récent article du new york times ou ils expliquent que nombre d’église se sont surendettées durant le boom immobillier pour construire des églises géantes. Et certaines se retrouvent en faillite. C’est cette baisse du religieux aussi qui va être très spectaculaire à suivre dans les années à venir d’autant que les USA financent par exemple largement le Vatican au travers de nombreux dons des fidèles. Si cela s’arrête ou diminue fortement, on pourrait assister à une énorme perte de pouvoir de cette institution en Europe. 

              Par un curieux hazard, la prophécie des papes attribuée à Saint Malachie et pourtant sans doute fausse pourrait se révéler être vraie. Il ne serait pas surprenant que le pape après Benoit XVI soit celui qui assiste à la chute de l’église catholique.

              Et ailleurs dans le monde ? Les Chinois sont déja athés en grande majorité. Nombre de peuples d’europe de l’est ont fait de même (à part quelque cas dont la Pologne). Il reste essentiellement l’Islam comme grande religion (le Judaisme compte très peu d’adeptes et ils ne sont de toute façon pas prosélytes). Mais la aussi, les choses risquent d’évoluer de façon surprenante même si la chute du catholicisme va certainement renforcer l’intégrisme d’une part par la peur de suivre le même chemin et d’autre part par opportunité.





              • Bois-Guisbert 17 mars 2009 00:28

                Si cela s’arrête ou diminue fortement, on pourrait assister à une énorme perte de pouvoir de cette institution en Europe.

                A quoi va s’ajouter, un peu partout, le rejet provoqué par des prises de positions favorables aux immigrés du tiers monde.

                En Italie, l’Eglise se trouve actuellement en opposition avec 70 à 80 % de la population qui estiment qu’il y a déjà trop d’allogènes, trop de criminalité d’origine extracommunautaire, trop d’étrangers dans les établissements scolaires....

                Un exemple, les mères concernées refusent désormais d’inscrire leurs enfants à l’Institut Carlo Pisacane, de Rome, où sur 180 élèves, 165 sont d’origine étrangère*. Elles ont donc écrit à la ministre de l’Education nationale, Mariastella Gelmini, pour l’informer de leur décision, et elles ont lancé un appel, largement relayé par les médias, à toutes les mères d’Italie confrontées au même problème pour qu’elles rejoignent le mouvement.

                La réaction est d’autant plus vive que des statistiques récentes ont montré que les petits Italiens qui ont la malchance de suivre leur scolarité dans des établissements où la présence étrangère est importante sont pénalisés, sur le plan des résultats, par rapport aux enfants des écoles épargnées par l’immigration.

                En Italie toujours, 95 % de la population demandent que soit appliquée une politique stricte de préférence nationale dans les domaines de l’emploi et du logement ! Or, dans tous ces domaines, l’Eglise adopte una attitude bienveillante et charitable à l’égard de communautés rejetées par les de souche. Ce ne sera évidemment pas sans conséquence, et à court terme déjà, et le mouvement irréligieux s’en trouvera accéléré d’autant.

                * Pour ceux que cela intéresse et qui pratiquent l’italien, de nombreux articles consacrés à cette affaire se trouve dans les News de
                google.it


              • plancherDesVaches 17 mars 2009 11:07

                Evidemment, la religion a toujours été un sujet de polémique. Que ça fait du bien d’être athée.

                Bon, sinon. J’avais entendu parler (en dehors de toute puritanisme hypocrite des américains) que si les églises et sectes marchaient si bien chez eux, c’est parce qu’il n’avait pas d’histoire trés ancienne. Des racines trop "courtes". Contrairement à tous les autres continents (ou par rapport aux Indiens d’Amérique, Incas et autres peuples existant avant la conquète du continent), les ricains sont des "déracinés".
                Cela serait-il une éventuelle cause... ?


                • l'extra-terrestre l’extra-terrestre 28 mars 2009 10:14
                  Visualiser la vie comme nous la percevons alors que nul ne sait si elle est ce qu’elle est...le contraire de la mort que certains voient comme une seconde vie...une vie aprés la mort.Mais la vie ne peut-elle être déjà une mort et la mort une vie ? Une délivrance,une récompense,un renouveau ?
                  Je vis et je souffre,je meurs et je repose en paix,donc le choix m’est donné ? Vivre dans la douleur ou mourir dans la sérénité ?...et si mourir était vivre et vivre mourir... ? Alors pourquoi mourir avant de vivre ? Qui sont-ils ceux qui nous livrent des vérités qui ont traversés les âges et subies tant d’interprétations au grés des peuplades dominantes ? Qui peut admettre détenir la vérité sans avoir vu ou entendu ?...sans avoir vécu cette vérité ?
                  La vérité est un mensonge grâce auquel les peuples sont régis. Le mensonge est devenu une vérité que ces détracteurs que l’on assome de censures s’éfforcent de dévoiler,mais sans y parvenir. C’est là le combat du Bien contre le Mal,mais qui représente le Bien et qui représente le Mal alors que nul ne sait si le Bien est bien et le Mal est mal...

                  .....je suis de ceux qui s’opposent à toutes formes de religions,philosophies ou spiritualité ;je ne suis pour autant pas de ceux qui se tuent à diaboliser ou idolatrer un peuple parmis d’autre sous prétexte que nos anciens ont commis des atrocités ou ont eu la courtoisie de ne pas participer aux décadences multiples du passé....on parle de crise désormais et même si la mosaïque des problèmes dans lesquels le monde s’enlise se répercute dans nos existence quotidienne,les actes du passé doivent nous guider dans des vérités et nous permettre de garder la tête sur les épaules... passer notre temps à débattre sur tant de sujets nous détourne des problèmes actuels que nous devrions combattre tous ensemble...je suis militaire et je suis plus que quiconque conscient des dérives de ce monde...ma certitude ?....c’est la même merde partout !...sionistes,antisémites,racistes,dictateurs,nationalistes,intégristes,fondamentalistes,...ce ne sont que des facettes qu’ils se donnent pour se convaincre que l’aprés,la "mort" n’est pas si horrible...des moutons qui se veulent certains d’être sur le bon chemin alors qu’ils se sont perdu....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès