Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le ramadan à Paris : quelques images et impressions

Le ramadan à Paris : quelques images et impressions

Un homme en parka monte dans la rame à la station Créteil-L’Echat, un gros sac à la main et des chaussures de chantier aux pieds. Il a la cinquantaine, le visage maigre et fatigué, le cheveu blanc, crépu, et sa peau d’ébène prend des reflets bleus sous l’éclairage blafard. Sans se presser, il s’assied sur un strapontin et dépose son chargement en demandant pardon au Maître des mondes. Il regarde sa montre à plusieurs reprises. Dix-neuf heures dix, dix-neuf heures quinze, visiblement, le temps passe trop lentement pour lui. Nouveau soupir bruyamment exhalé.

Station Liberté. Dix-neuf heures vingt-cinq. La main aux longs doigts osseux plonge dans une poche de la parka et en retire une petite boule en aluminium. Des deux pouces et de l’index, il déchire l’emballage et en sort trois dattes. Bismillah murmuré, les fruits sont vite dénoyautés et avalés. Vient le tour d’une bouteille d’eau minérale. Brèves gorgées. La même main, droite, retire maintenant un yaourt du paquet. Abricot, avec véritables morceaux de fruits, promet l’étiquette. La petite cuillère au manche jaune racle d’abord le dos de l’opercule puis nettoie le pot jusqu’au bout. Petit moment d’hésitation. Un deuxième yaourt ? Indifférent aux regards qui le scrutent, l’homme soupèse le laitage au citron puis le remet dans le sac d’où il sort un pain rond à l’anis. Cachir, rondelles de tomate et feuilles de salade. Mastication lente, claquements de langue. Une petite flammèche commence à illuminer ses yeux. La soif est étanchée, les veines sont humectées et, plaise à Dieu, sa rétribution est confirmée.

Station Chemin vert, l’homme quitte le wagon, avec son sac, et commence à peler une grosse orange sur le quai.

Vingt heures. Une rôtisserie quelque part du côté des grands boulevards. Sandwichs grecs, merguez, boulettes de kefta. Sous des néons souffreteux, les jeûneurs mangent en silence, fixant leur assiette ou regardant, sans trop les voir, les images d’une télévision du bled. Grosse loukoum fardée, tenue traditionnelle, heureusement que le son est coupé, l’abattement qui tournoie serait pire. Au menu unique « spécial mois de jeûne », de la chorba (un peu trop translucide), un brik au thon et à l’œuf (dur...), steak-frite, banane et, bien sûr, thé et pâtisserie : une part de zlabia rouge ou un makroud aux dattes. Le tout pour douze euros. Un peu cher, mais ventre affamé se doit, parfois, de bourse délier.

Les trois serveurs qui sont aussi cuisiniers ont le tablier blanc et les gestes las. L’un d’eux est aux fourneaux, un autre, debout devant le tréteau de gâteaux aux amandes et au miel, regarde au loin à travers la vitrine, tandis que le troisième, assis à la caisse, étale une grosse noix de beurre à l’intérieur d’une datte. « Saha chribetkoum », dit l’un des clients qui s’en va. « Saha ftourek », lui répond un peu durement le serveur toujours perdu dans sa contemplation. Un peu gauches, des touristes, peut-être des Britanniques, entrent à leur tour. « Houmous ? », demande l’un d’eux. « Pas ici », répond le caissier la bouche encore pleine. Le touriste montre alors du doigt un grand plateau rectangulaire. « Oum-Ali ? Pudding ? », interroge-t-il. « Non, non, sourit l’autre. Kalbelouz : semoule. Ici, Maghreb, no Egypte ».

Un peu plus tard dans la soirée. Rue de la Gaîté, longtemps célèbre pour ses théâtres et ses magasins, disons, un peu particuliers car réservés aux adultes mais aussi aux mineurs ayant assez de cran pour se faire passer pour des grands afin d’acheter quelques revues scandinaves spécialisées. Comme le reste de la ville, cette rue change. Café « ambiance lounge » pour d’jeunes, tables sur le trottoir, ambiance festive, coupés sport qui roulent lentement, s’arrêtent puis s’ébrouent en laissant échapper, grâce à quelques centaines de watts, un bon paquet de décibels : rap, slam (c’est la grande tendance du moment que cette poésie urbaine en mouvement) et, bien sûr, l’incontournable funky. Ici, été indien rime avec frime et drague.

Au milieu de tout cela, comme à Bastille ou rue Monge, des cafés chichas avec leur odeur douceâtre dégagée par les pipes à eau. Deux cents endroits de ce genre en France, dont la moitié à Paris. Plus qu’une mode, un véritable phénomène. Arabesques, copies de tableaux orientaux et cuivres : dans ces décors égypto-kitsh, toutes les banquettes sont prises : étudiants encore sereins puisque les examens sont encore loin, « ramadaneux » du coin qui sont venus à pied pour digérer en attendant, peut-être, de rempiler autour d’une autre table, au faîte de la nuit ou juste avant l’aube. Le narguilé tourne, l’eau gargouille et le charbon incandescent brûle cette mélasse que des naïfs veulent bien appeler tabac (ho, ho, j’entends d’ici les hurlements d’amateurs indignés).

Il y en pour tous les goûts et tous les poumons. La chicha peut être simple, royale, double ou impériale. Parfum à la pomme bien entendu, mais aussi au melon, café, cappuccino (!), mangue, pistache, abricot, caramel, cerise, menthe, citron et pêche. Il y a aussi la chicha « ice » (un glaçon « refroidit » la fumée...) et ne manquent que celles à la pastèque, au kiwi ou aux fruits de la passion. Bien sûr, personne n’est obligé de taquiner l’embout, et on peut très bien se contenter de son rôle de fumeur passif en sirotant tranquillement un jus de goyave ou un lait-miel-cannelle.

On peut boire aussi un verre de salep chaud en rêvant à l’indéfinissable goût du salepi dondurma turc, cette glace crémeuse à base de bulbes d’orchidées à laquelle la rumeur orientale prête tant de qualités. Tout en tendant l’oreille pour écouter la conversation - très animée - de ses voisins (« Mais pourquoi donc les Algériens ont-ils refusé le visa à Jamel Debbouze ? »), on peut aussi boire une infusion au fenugrec - très conseillée pour les jeûneurs anémiés - ou un thé aux clous de girofle.

En tous les cas, comme en témoigne la mine chagrine des maîtres de ces lieux, il faut se dépêcher de bien profiter de l’endroit et de ses fumées (une bouffée de chicha vaut celles cumulées de quarante cigarettes). Au premier janvier 2008, la consommation de tabac (même sous forme de mélasse) sera interdite dans tous les lieux publics. Les cafés chichas sont ainsi appelés à disparaître, à moins qu’on ne leur accorde un sursis, au nom d’une singularité culturelle au pays, justement, de l’exception culturelle...


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (283 votes)




Réagissez à l'article

198 réactions à cet article    


  • Bulgroz 18 octobre 2006 10:48

    Akram belkaïd est aussi l’auteur de l’article « L’islam au fil des infos » du 13 Octobre 2006 dans lequel il dit :

    « Redeker, si tu n’as plus de planque, tu es le bienvenu chez moi. On en profitera pour faire la classe. Tu seras l’élève, je serai le prof. »

    Akram belkaïd est donc prêt à donner à Redeker des cours sur la liberté d’expression à la mode des pays arabes.


    • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 11:42

      Faut dire qu’il s’y connaît en conversions à l’Islam... mais je dois reconnaître qu’il écrit très bien.


    • akram belkaïd akram belkaïd 18 octobre 2006 13:01

      @bullgroz « Akram belkaïd est donc prêt à donner à Redeker des cours sur la liberté d’expression à la mode des pays arabes »

      Voilà une affirmation bien péromptoire qui relève à la fois du procès d’intention et de l’amalgame islamophobe habituel. L’intérêt de votre remarque, c’est qu’elle parle d’elle-même. C’est intéressant, vous n’avez même pas songé un seul instant - je vais faire semblant d’y croire - que la classe aurait pu avoir pour thèmes, l’échange, la tolérance, la meilleure connaissance l’un de l’autre, ou tout simplement une parole apaisée à propos de ce qu’un musulman a pu ressentir à la lecture du texte de Redeker

      Ce dernier devrait d’ailleurs s’inscrire à la fac pour atténuer ses lacunes évidentes en matière d’islamologie et d’histoire comparée des religions... Etant, le plus souvent, d’une grande patience, y compris avec les cancres, je suis même prêt à lui donner quelques cours de vulgarisation pour lui éviter à l’avenir de se ridiculiser.

      Mais ce n’est pas ce que vous voulez lire ou entendre, n’est-ce pas ? C’est normal : ne dit-on pas que celui qui ne voit que les eaux boueuses manque toujours les eaux claires...

      Bien cordialement


    • citadelle (---.---.16.102) 18 octobre 2006 13:31

      bulgoz est né et a grandi au Maroc, il ne fait que manipuller pour son israel


    • vigie 18 octobre 2006 22:57

      Ca c’est du bulgroz dans le texte hi ! hi ! Mr Akram Belkaid, piégé par la machine débulgrozité ( qui débusque les januseries ).La liberté d’expression n’est pas négociable en France mr Akram elle fait parti du décor, et on y tiens.


    • akram belkaïd akram belkaïd 19 octobre 2006 00:31

      Et j’y tiens aussi, rassurez-vous.

      Et je sais ce que cela signifie que d’être menacé de mort pour ses écrits. Je veux dire, sérieusement menacé, par des gens décidés à aller jusqu’au bout...

      Je sais aussi reconnaître les provocateurs et les opportunistes.

      Mais je n’arrive toujours pas à m’habituer aux discours paternalistes...


    • Daniel Milan (---.---.168.11) 19 octobre 2006 00:45

      Salut Akram,

      Qu’on cesse de nous faire croire que Rudecker est une victime, alors que cette affaire de « menaces » invisible a été instrumentalisées par certains milieux et certaines officines, afin de diaboliser et de criminaliser l’Islam et les Musulmans..

      Si je n’ai jamais été ouvertement menacé pour mes écrits, du moins ouvertement, j’ai tout de même été torturé par des flics de Nice le 1er octobre 2001, à l’instigation d’une officine sioniste de Paris, via la 4ème section du parquet de Paris, la Basp et le parquet de Nice, pour un commentaire de l’actualité (sous la forme d’une bulle dessinée) diffusé 10 jours auparavant !


    • Christophe (---.---.123.26) 19 octobre 2006 01:43

      "Procès d’un néo-nazi converti à l’islam à Nice.

      Parcours : Daniel Milan, 56 ans, agent de sécurité, est une vieille connaissance de la communauté juive niçoise. Militant du groupe néo-nazi FANE à la fin des années 70, il sera jugé par la 7e chambre correctionnelle de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence le 10 janvier 2005. Il est poursuivi pour rébellion (envers les policiers venus l’interroger) et avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis en première instance, en décembre 2001.

      Retour sur l’affaire : en septembre 2001, Daniel Milan, resté dans l’ultra-droite, adresse par fax des lettres anonymes à diverses personnalités et associations, dont J’Accuse, dirigée par Marc Knobel, qu’il prend pour cible ainsi que Maître Richard Sebban, avocat de l’association. il profère en particulier des menaces de morts. dans ces textes, son autre obsession est la « chasse aux arabes et aux musulmans » répandue par les sionistes" suite, selon lui, aux attentats du 11 septembre 2001. très rapidement, il est identifié comme l’auteur de ces missives et est mis en examen.

      Lors de la procédure, l’intéressé s’enferre dans un délire paranoïaque complet : il injurie le procureur de Nice, Eric de Montgolfier et accuse Marc Knobel de le persécuter et même de l’avoir fait torturer par la police. Le procureur qui avait requis contre lui en première instance avait demandé un an de prison ferme. il a également fait appel.

      Ce dossier aurait pu rester anecdotique si Daniel Milan ne s’était converti à l’islam et pas sous sa forme modérée. Ni si une association de soutien à sa personne n’avait vu le jour avec son siège à Paris. Il s’agit de RDM (Réhabilitation de Daniel Milan). Le prévenu risque en appel une aggravation de sa peine"


    • Serpico (---.---.6.208) 21 octobre 2006 19:51

      Akram

      Laisse tomber, khouya.

      S’il veut absolument faire respecter la liberté d’expression, que Bulgroz respecte la nôtre d’éreinter Redeker.

      J’ai, et nous avons le droit, de considérer Redeker comme un raciste fini même si on n’admet pas qu’on le menace de mort.

      L’attitude constante de ces donneurs de leçons qui cachent leur chemise brune est de nier notre liberté sous couvert de défense de la leur.

      Israel peut exiger avec fureur l’application de la résolution 1559 par le Liban tout en étant soi-même réfractaire à toutes les autres résolutions.

      Ces gens-là et ces pays-là sont hors norme. Ils sont hors du droit puisque c’est eux qui « pensent » le droit.


    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 22 octobre 2006 13:43

      Magnifique réponse !


    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 22 octobre 2006 13:53

      Magnifique : Je veux parler de la réponse de l’auteur de l’article, évidemment. Laquelle fait paraître ses adversaires islamophobes pour ce qu’ils sont : des beaufs incultes et sans humour, des gesticulateurs frustrés, haineux et (heureusement) politiquement impuissants, mais malheureusement nuisibles sur le plan psycho-pathologique et infra-politique du racisme ordinaire, maladie virale de l’esprit..


    • AlfreD (---.---.79.42) 23 octobre 2006 09:30

      Ce qui m’embête avec cet article, c’est le parallèle entre ramadan et nourriture.

      A croire que cette fête religieuse ne se limite qu’a l’abstinence de nourriture. D’ailleurs écoutez les musulmans à ce sujet : « allez encore 2 heures et c’est bon on peut manger, oullala dans 3 ans c’est en plein ca va être dur pour la bouffe etc... ».

      Le jour où les notions de partage, de pardon etc.. seront autant revendiqués que l’abscence de nourriture j’aurai peut être un peu plus de considération pour cette fête.

      Une petite phrase des Evangiles pour conclure « Méfie toi des personnes qui prie au milieu des carrefour, car il ne prie que leur propre image »


    • (---.---.181.216) 23 octobre 2006 09:41

      Ya allah bouboul in pitite salat ,apprends bien allah va être con tent de toi

      donc faut prier, hein, cinq fois par jour. A quelle heure ? Euh... allez voir sur d’autres forums musulmans parce que c’est à chier comme c’est compliqué de calculer. Par contre pour ce qu’il faut dire et faire on connaît. Alors on a préparé un petit exposé multimédia vous allez voir c’est top.

      Dans le tableau qui suit, il y a à gauche ce qu’il faut dire. Oui je sais c’est en arabe mais on ne peut pas faire autrement. C’est expliqué dans le coran pourquoi. Pour vous aidez, cliquez sur les hauts-parleurs pour que Monsieur l’imam cause dans le poste pour la bonne prononciation.

      A droite, il y a les gestes. On peut cliquer sur les images pour voir plus en détail. Il suffit de faire comme sur les filles font.

      Voilà. « L’islam, mais c’est très simple ! », nous direz-vous. Normal, parce que comme il s’adressait à des bédouins incultes, il fallait pas trop jouer les Saint Irénée ou les Léonard de Vinci.

      Etape n° 1 L’Azzan Vous ne savez pas ce que ça veut dire. Rassurez-vous, nous non plus. Mais vous êtes là pour faire votre prière par pour philosopher sur le pourquoi et le comment. Allez, au boulot les soeurettes !

      Allahû akbar, Allahû akbar Ashhadu an lâ ilâha illa-llâh, Ashhadu an lâ ilâha illa-llâh Ashhadu ana Muhammadan Rasûlu-l-llâh, Ashhadu ana Muhammadan Rasûlu-l-llâh Hayyâ ’alâ-s-salât, Hayyâ ’alâ-s-salât Hayyâ ’alâ-l-falâh, Hayyâ ’alâ-l-falâh Allahû akbar, Allahû akbar Lâ ilâha illa-llâh

      Etape n° 2 L’Iqamah

      Allahû akbar, Allahû akbar Ashhadu an lâ ilâha illa-llâh wa Ashhadu ana Muhammadan Rasûlu-l-llâh Hayyâ ’alâ-s-salât Hayyâ ’alâ-l-falâh Qad qa matiss salat Qad qa matiss salat Allahû akbar, Allahû akbar Lâ ilâha illa-llâh Oui on sait c’est presque pareil que le machin précédent. Mais c’est comme dans les chansons. Comme on prend les gens pour des débiles, on répète les trucs plusieurs fois.

      Etape n° 3 Le Takbîrat al-ihram

      Allahû akbar Répéter 4 fois pour les débutantes, 8 fois pous les confirmées. Temps de récupération entre chaque mouvement : 15 secondes.

      Subhânaka alluma wa bihamdika wa tabaraka ismuka wa ta’âla jadduka wa la illâha ghayruka Vous suivez, là ?

      Etape n° 4 La Rak’ât Là c’est le plus compliqué. Si on rate la Rak’ât, toute la prière est foutue et il n’y a plus qu’à recommencer. Alors soyez TRES attentives.

      Bismallahi rrahmani rrhahim Al hamdu li-llahi rabbi l’alamin Arrahmani rrhahim maliki yawmi ddin iyyaka na’budu wa iyyaka nasta’in ihdina ssirata-l mustaqim sirata-lladina an’amta ’alayhim gayri-l magdubi ’alayhim wa la-ddallin amin Ensuite on lit deux sourates, ou morceaux de sourates, du Coran. Vous en trouverez ici. Ou alors vous répétez simplement ceci ou cela . Bon de toute façon tout le monde s’en fout, du moment que ça ressemble à du charabia arabique. Puis il faut dire

      subhana rabbiya-l ’adim wa bihamdihi puis

      sami’ a-llahu liman hamidah, Rab-bana wa lakal hamd et puis

      subhana rabiyya-l a’la et puis encore (allez du courage ! on maintient la respiration. Zoubida, la tête haute s’il te plaît.)

      et puis on reprend le

      subhana rabbiya-l ’adim wa bihamdihi Ouf ! Le plus dur est fait.

      Etape n° 5 Le Tashahhud

      Attahiyyatu lillah azzakiyyatu lillah attayabatu ssalawatu lillah assalamu ’alayka ayyuha-nnabiyyu wa rahmatu-llahi wa barakatuh assalamu ’alayna wa ’ala ’ibadillahi-ssalihin ashadu an la ilaha illa-llah wahdahu la charika lah

      Etapes n° 6

      On reprend la Rak’ât si on est dans la prière du Fajr, sauf si la température à l’ombre est supérieure au carré de la distance de l’orant à La Mecque moins l’hypothénuse de Gabriel. Auquel cas le nombre de reprises est déterminé par l’arrondi par excès de la constante d’Arafat multipliée par la racine cubique de la Kaabah.

      Puis on reprend de toute façon le Tachahhud.

      Enfin, On reprend la Rak’ât mais avant cela, si on est dans la prière du Maghreb on passe directement de l’étape A3 à l’étape B57.

      Toujours est-il que chaque fois qu’un Tachahhud se situe au milieu d’une prière qui comporte plus de trois ou moins de quatre Rak’ât consécutives (voir annexe 5), le fidèle effectue la ou les Rak’ât restantes, qu’il termine par un troisième Tachahhud, suivi d’un second Takbîrat (dont sont dispensés les femmes enceintes et les enfants impubères) et finalement, de la prière du Prophète (voir plus loin).

      Etape n° 7 La prière du Prophète (Que L’Etron du Très-Haut Se Pose Sur Sa Tête)

      Ouf c’est fini. Vous pouvez aller vous rhabiller et prendre une douche. Enfin non le contraire. Et puis les ablutions c’était avant la prière

      Ah toi les pitites vierges hummmm


    • harakiri26 (---.---.221.7) 23 octobre 2006 13:40

      C’est sensé être drôle ???


    • Sam (---.---.119.149) 18 octobre 2006 11:51

      J’espère qu’un agnostique a encore le droit de s’exprimer. Oui ? Profitons-en avant qu’il ne soit trop tard ! Comment peut-on s’abstenir de manger et de boire pendant toute une journée ? Tout cela pour quelqu’un ou quelque chose qui n’existe probablement pas... Il est bien grand le mystère de la foi ! J’espère qu’on ne m’imposera jamais ce rituel absurde. Je respecte ceux qui le pratiquent, mais, à ces mêmes personnes, je leur demande de me respecter dans mon incroyance et dans ma totale non-attirance pour la culture islamique.


      • Qirat (---.---.64.135) 18 octobre 2006 12:03

        Ramadan en verlan ça fait Nada,Marre !


      • sed10 (---.---.81.53) 18 octobre 2006 12:43

        Respecter et qualifier le rite d’absurde, n’y a-t’il pas une incohérence ?

        pour ma part, je pratique le ramadan pour bien des raisons qui dépasse le cadre de la foi. Je pense que ces raisons vous les connaissez déja (elimination de toxines, travail sur son endurance et sa volonté, essayer de ressentir ce qu’est la faim).

        Puis-je vous rappeler le carême, qui est une pratique, à l’origine, très proche du ramadan. Aussi, il serait de bon ton de parler de pratique d’abstinence dans vos textes plutôt que de cibler le ramadan (agnostique oblige).

        Essayez un jour et vous serrez étonné de voir que vous aller changer d’opinion sur cette pratique « absurde », mais rassurez-vous, jamais personne ne vous forcera à le faire smiley


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 18 octobre 2006 12:51

        Le jeun à plusieurs fonctions :

        1)c’est un truc très pratiqué dans les sectes pour afaiblir et briser l’esprit, et pour lui faire accepter tout et surtout n’importe quoi.

        2) Cela peut aussi avoir des effets psychotropiques(vertiges, allucinations...). C’est un peu la défonce du pauvre.

        3) Bien sur, il y a la dimension maitrise de soi, qu’on ne peut pas oublier

        4) Et le côté sado-maso !


      • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 12:57

        @ Sed10

        Ouaf ! Eliminer les toxines en jeûnant jusqu’au crépuscule après quoi on s’en met plein la lampe ! Je suis agnostique et je pratique un jeûne total d’une semaine par an depuis plus une vingtaine d’années, plus un jour de jeûne intégral chaque semaine (24h00 sans rien manger). Ça, c’est de la véritable élimination de toxines. En plus j’ai même pas faim, puisque j’ai appris à bloquer mentalement la sensation de faim. Donc mes jeûnes non-ramadanesques, c’est que du plaisir et de la légèreté, pas de la coercicition et de la frustration...


      • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 13:02

        @ Anthony Meilland

        Tu portes un regard très extérieur et plein d’a priori sur le jeûne. On voit que tu ne sais pas de quoi tu parles. Le jeûne librement consenti ne provoque pas d’lallucinations. Ce n’est pas une défonce de pauvre ni du sado-masochisme, mais l’immense plaisir de se sentir extraordinairement léger, tous les sens en éveil (voir mon post ci-dessus).


      • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 13:09

        @ Dhimmi-hi-han Ouste

        Là tu t’es coinçé connard. Si je suis un mythomane et que je dis que je fume, tu ne devrais pas me croire...


      • Marie Pierre (---.---.134.26) 18 octobre 2006 13:11

        @ Sed

        Un article paru dans « Liberté Algérie » faisait part de l’inquiétude des médecins quant à l’augmentation de diabète survenant pendant ce mois « sucré ». Diabète, agressivité et autres pathologies liées à l’abstinence totale de la journée et abondance le soir.

        Le Carême ne se pratique pas de la même façon : le jeûne n’est pas total, les pratiquants s’abstiennent de consommer des douceurs et de la viande pendant 40 jours (sauf mi-carême). A l’opposé du ramadan.

        Précision : je suis athée, d’origine catho comme de nombreux intervenants.


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 18 octobre 2006 13:15

        Marsu,

        J’ai déjà jeuner 2 ou 3 jours de suite et plusieurs fois,

        Et j’ai eu des vertiges et des halluciantions (très légères, c’est pas des champi !)

        Ce que tu appelle sensation de légèreté, je l’appelle hallucination légère (modification d’un ou plusieurs de nos sens), c’est certainement à cause de mon côté rationaliste indécrottable.

        Sur l’utilisation de cette technique par les sectes pour affaiblir l’esprit, tu ne pourras pas me contre-dire.


      • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 13:26

        @ Anthony Meilland

        T’as eu tort de t’arrêter au 3e jour (le plus dur au début), c’est à partir du 4e que ça commence à venir vraiment agréable. Et je maintiens que je n’ai jamais eu d’hallus (je sais ce que c’est, je me suis goinfré d’acide, de champis et de psylo quand j’étais jeune). Je ne suis pas du tout rationaliste, mais je suis d’accord avec toi sur l’utilisation perverse de la privation de nourriture par les sectes. La faim non désirée, imposée peut rendre très fragile, voire même fou. Pas le jeûne volontaire et maîtrisé : c’est même exactement le contraire.


      • salima (---.---.65.24) 18 octobre 2006 13:35

        personne ne t’a rien demandé


      • salima (---.---.65.24) 18 octobre 2006 13:36

        mon message est pour sam


      • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 13:43

        @ Dhimmi-hi-han Ouste

        Si je me prétends agnostique et anti-islam et que je suis mythomane, peut-être que je suis en réalité un musulman intégriste masqué ? Débrouille-toi avec ça, bidonske de mes deux...


      • sed10 (---.---.81.53) 18 octobre 2006 14:25

        @Marie Pierre

        En effet, pendant cette période, il y a plus de sucreries en vente d’où des risques accrus de faux diabète, mais que faire ? Ceci relève plutôt d’un manque d’information sur les risques liés au sucre qu’à autre chose. L’agressivité perceptible dans les grande ville est un épiphénomène qui est à l’encontre des principes idéologiques du ramadan. A ceux-là, je leur conseille d’arrêter leur jeun, la philosophie du rite n’est vraissemblablement pas comprise...

        Enfin, en ce qui concerne le carême, il est, à l’origine, bien plus proche du ramadan que vous le pensez : Dans les premiers siècles, c’était pain et fruits secs uniquement.


      • sed10 (---.---.81.53) 18 octobre 2006 14:32

        @Marsupilami

        Vous parlez d’orgies vous qui dites faire des jeunes de 24 heures...

        Vous savez très bien alors qu’avec le rétrécissement de l’estomac pendant la période de jeun, il est tout à fait improbable de pouvoir manger comme vous le décrivez.

        De plus, la faim est un phénomène physiologique. Ce mécanisme est difficilement contrôlable avec l’esprit (peut-être pouvez-vous aussi bloquer la douleur ???)

        Le sentiment de ne plus avoir faim après 24h est peut-être dû à la faiblesse du corps après autant de temps sans apports calorifiques...


      • (---.---.54.163) 18 octobre 2006 15:25

        @ Sed10

        Je confirme qu’on peut bloquer la sensation de faim avec l’esprit, mais il faut pour cela une longe expérience du jeûne. Pendant mes premières années de jeûne d’une semaine, cette sensation demeurait jusqu’à la fin du 3e jour, puis disparaissait. Je n’en fais pas une recette universelle : c’est seulement une expérience personnelle. Année après année, j’ai appris d’abord à maîtriser cette sensation de faim, à l’isoler puis à la supprimer mentalement. Peut-être des années (lointaines aujourd’hui) de pratique du yoga m’ont-elles aidé à ce faire.

        Pour la douleur c’est plus compliqué. J’ai aussi fait des divers essais qui se sont révélés concluants pour des douleurs bénignes comme par exemple des brûlures. Pour rigoler un peu, une anecdote : pour être certain de ne pas avoir la berlue, j’ai un jour décidé de tester ce contrôle mental en allant chez mon dentiste. La première fois, ça a impeccablement marché et il a pu travailler sur une carie sans anesthésie. Mais la deuxième fois, ça n’a pas marché du tout (aïe !) et je lui ai dit de m’anesthésier aussitôt. J’ai eu tellement mal que je n’ai pas recommencé. J’ai peut-être eu tort... En tout cas, tout cela veut dire que, dans une certaine mesure, l’esprit peut contrôler ou supprimer certaines sensations. Je n’en fais aucune théorie. Pour moi c’est expérimental.

        Pour en revenir au jeûne et à sa rupture : au bout de 24h00, ça ne pose aucun problème. Un demi-pamplemousse le matin fait l’affaire, puis alimentation normale. Par contre, au bout d’une semaine, je prends une autre semaine pour me réalimenter progressivement, d’abord parce que je n’ai plus faim, ensuite parce que ce serait extrêmement dangereux de bouffer n’importe quoi et en trop grande qualtité après une aussi longue période.


      • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 15:39

        Euh, excusez-moi, j’ai oublié de signer : Marsupilami.


      • ka (---.---.30.12) 18 octobre 2006 18:57

        Salut Marsu

        Marsu ton jeûne et le ramadan c’est pas comparable.

        Tu jeûnes quand tu veux autant de temps que tu veux ou peux et autant de fois que tu veux. C’est toi qui définit les règles de ton jeûne. Tu jeûnes par plaisir, pour te débarasser de tes toxines et pour te sentir mieux. Tu arrives ainsi à oublier la faim qui peut parfois représenter une sentation de douleur parce qu’elle crée un manque, ce qui n’est pas le but de ton jeûne qui doit être un plaisir.

        Le ramadan est un rite religieux imposé par la religion avec des règles à respecter : jeûner de l’aube au coucher du soleil. Le but de cette privation est justement de ressentir la faim, le manque, d’ailleurs pas seulement au niveau de la nourriture mais aussi au niveau du sexe. En gros on doit se faire du mal pour vraiment, l’espace d’une journée, ressentir ce que peuvent ressentir les personnes qui ne mangent pas à leur faim. Bien sûr on ne ressentira pas en jeûnant toutes les souffrances que ressentent ces personnes au-delà de la faim puisque l’on a un toit, un travail, des gens qui nous aiment et sur qui l’on peut compter en cas de coup dur, ce qui n’est pas forcément le cas des personnes qui crèvent la dalle malgré elles, mais c’est déjà un effort de compréhension.

        C’est sûr beaucoup de musulmans jeûnent sans réellement avoir en tête cette idée de compassion mais juste parce que leur entourage jeûne et par effet de mimétisme ils jeûnent eux aussi presque comme s’il s’agissait d’une tradition et qui le soir venu s’empiffrent parce qu’ils ont la dalle et qu’ils n’attendaient que ce moment-là pour se lâcher. Mais il faut bien faire une distinction entre ce que représente à l’origine le ramadan et ce qu’il est devenu aujourd’hui chez certaines familles.

        Grosse bise à toi je crois que c’est bientôt l’heure de m’empiffrer allez ciao.


      • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 20:01

        @ Ka

        Salut Ka. Il te paraît évident que mes jeûnes n’ont aucune dimension religieuse. Mais je pourrais aussi dire qu’ils n’ont aucune dimension diététique. Et les deux seraient faux. A ma manière, en tant que « mystique sauvage », je m’inscris dans le fait religieux au sens très large, sans plus croire en aucun dieu. Et de ce point de vue, je trouve que le jeûne est une pratique pas mal du tout pour se détacher des désirs. Ça ne me mortifie pas : j’en jouis sans aucun masochisme De l’autre côté, j’ai découvert expérimentalement les aspects positifs du jeûne d’un point de vue « santé » : ça marche très très bien pour éliminer radicalement quantité de petits bobos.

        Ceci dit je suis tout sauf un ascète. Je picole, je fume, j’aime la bonne bouffe et j’aime ça (attention, le gland bleu va immédiatement surgir pour raconter que je suis un mythomane). J’aime toutes les sensations agréables que procure la vie, y compris les dangereuses et interdites. C’est pour cela que j’aime le jeûne : il procure de sensations super-agréables de mon point de vue « mystique sauvage ».

        Et pour bien me faire comprendre par rapport au ramadan, quand je jeûne, ce n’est pas pour avoir l’esprit libre (ça, je l’ai presque toujours), mais pour avoir le corps libre de ses digestions lourdingues. C’est un pied intégral. Je te bise dans le cyberespace.


      • ka (---.---.30.12) 18 octobre 2006 20:18

        Tu es vraiment chelou Marsu un personnage paradoxal simple et complexe à la fois mais que j’aime beaucoup (quand je pense que je dis ça à un agnostique anti-islam c’est dingue).


      • Marsupilami (---.---.54.163) 18 octobre 2006 21:01

        @ Ka

        Ouais, max chelou et j’assume. Au fond : je comprends bien les mystques de tous horizons, tout en n’ayant aucun respect pour leurs croyances. That’s all, folks...


      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 22 octobre 2006 13:59

        Je vous rappelle que le ramadan n’est pas un jeune total : il autorise et même recommande de manger la nuit, ensemble ; c’est un rituel associatif et familial comme les fêtes de Noël chez nous qui peut rassembler les croyants et même (avec) des incroyants...


      • Vérité toujours (---.---.136.132) 22 octobre 2006 14:03

        On s’en branle, Reboul, nous on mange du cochon et de la baguette !!


      • F de S (---.---.250.102) 22 octobre 2006 14:21

        L’iSSlam c’est qu’on voit tous les jours, des obscurantistes voilées ou barbus, le communautarisme, le refus des lois de la république, le prosélytisme permanent en affichant à la face du monde sa religion et son mépris pour la liberté d’expression, la primauté des règles religieuses sur la loi, les multiples larcins et incivilités à l’encontre des Français, les attentats, les bombes humaines, l’apprentissage de la haine dès le premier age, les guerres meurtrières et sanglantes, l’intolérance, l’inculture, la non intégration, l’immigration vers l’Europe pour bénéficier des avantages sociaux, la désespérance des pays arabes et/ou islamistes qui fait que les jeunes n’ont qu’une idée en tête, gagner les rives Européennes pour mieux les « niquer ».

        De l’affaire Redeker, Moussaoui, Fofana, du sandwich dans la cour de récréation, des gynécos qui se font casser la gueule, des banlieues où les Français même policiers n’osent plus se montrer, des prisons occupés à 60% par des musulmans, des attentats commis à Paris, Londres, Madrid, New York, en Algérie et autres pays arabes.....

        Merci l’iSSlam, religion d’ importation incapable de cantonner sa croyance dans la sphère privée et qui interdit à ses éléments modérés et laïcs de s’exprimer.

        Les Européens ne sont plus dupes, même les Anglais réalisent que leur modèle d’intégration a échoué, L’Europe a maintenant réalisé cet effarant problème à l’intérieur de ses frontières, l’iSSlam se ridiculise chaque jour qui passe et renforce notre prise de conscience et notre rejet de cette religion d’importation.

        Comme l’amiante et les dioxines, l’iSSlam doit être éradiqué.


      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 22 octobre 2006 19:19

        Votre discours n’ a rien à envier à celui la poignée des terroristes islamistes radicaux avec qui vous confondez les musulmans.

        Vos êtes aussi débiles qu’eux et, pour moi, vous et eux c’est bonnet blanc et blanc bonnet ; sauf que vous n’êtes pas passé encore à l’acte, mais vous n’en avez probablement pas le courage car votre foi en un Dieu qui ordonne le pire me semble moins ardente que la leur... Donc vous vous contentez de vitupérer sans risque aucun puisque vous savez que vous ne pourriez soutenir publiquement un tel appel à la haine.

        L’anonymat, en l’occurence, signe l’illégitimité de vos propos et partant votre défaite politique assurée.


      • wrisya (---.---.231.251) 18 octobre 2006 12:06

        Bonjour Akram,

        J’ai bien aimé te lire.

        A bientôt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès