Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le Veda ou les origines de la connaissance

Le Veda ou les origines de la connaissance

Face à l’ampleur du phénomène Bharati, repartons un peu en arrière, au temps de l’Inde suprême, de l’Inde savante et mystérieuse, premier foyer des religions du monde... Les hindouistes ont des textes sacrés » appelés « Védas » qui furent rédigés par la communauté indo-aryenne, il y a des millions d’années. Les Védas sont les plus anciens textes religieux au monde.

Les hindouistes n’ont pas de livre sacré comme la Bible pour les chrétiens ou la Thora pour les juifs. Les hindouistes ont des « textes sacrés » appelés « Védas » qui furent rédigés par la communauté indo-aryenne, il y a des millions d’années. Les Védas sont les plus anciens textes religieux au monde.
Ils sont à l’origine du védisme, religion mère de l’hindouisme ainsi que de la philosophie vedanta. Les idées exprimées dans les Vedas furent tout d’abord transmises oralement de père en fils puis de professeur à disciple ; ces enseignements oraux dateraient du XVIe siècle avant J.-C. et s’étendraient avec l’apparition de l’écriture de 5 000 à 1 500 avant J.-C.
Pour les hindouistes, les Védas sont les témoins de la fondation et de l’évolution spirituelle du monde, ils constituent un corps de référence pour tous les hindous.

L’invasion aryenne et la naissance du védisme

Vers -1900, un cataclysme engloutit un continent situé au sud de l’Inde et à l’est de Madagascar dans l’océan Indien. Un peuple, qu’on nommera Dravidien (cf. : photo ci-dessous), s’installe en Inde. C’est en -1700 que leur civilisation fut en partie décimée par des envahisseurs aryens venus d’Asie centrale et du Caucase. Ils furent repoussés au sud de l’Inde ou mêlés aux Aryens. Les Dravidiens ne sont pas hindouistes au sens propre (pas de littérature védique ni de système des 4 castes), mais influencèrent beaucoup les pratiques religieuses de l’hindouisme. Ils sont pour la plupart brahmanistes. Aujourd’hui, on les connaît plus sous le nom de Tamouls.
Les Aryens étendirent, durant deux siècles, leurs conquêtes sur les anciennes peuplades du sud-ouest de l’Inde et devinrent les Indo-Aryens.
Ils amenèrent avec eux leur religion, le védisme et il est vrai que, dans un premier temps, les habitants des régions envahies n’eurent pas d’autre choix que de vénérer leurs dieux et d’adopter leurs rites. Le védisme se résume à l’ensemble des croyances et des comportements rituels qui se sont développés en Inde à la suite de l’immigration des populations aryennes. Leur principale divinité s’appelait Indra, seigneur de la guerre et dieu de la foudre. Les sacrifices d’humains et d’animaux avaient une grande importance dans la religion védique, les prêtres allant jusqu’à boire du sang accompagné de vins alcoolisés ainsi que de Soma, une plante aux vertus hypnotiques.
Pourtant, pendant longtemps la religion védique fut apparentée en Inde à la violence et au mal. Il faudra attendre -650 pour que les mentalités changent et que les divinités soient perçues autrement. Grâce aux enseignements d’ouverture des Brahmanes, c’est-à-dire des prêtres et religieux de l’Inde qui, par leur refus de la violence et par l’exemple de leur sainte vie, démontrèrent que les dieux étaient « bons » et toléraient les plus faibles, les soutenaient et contribuaient à la recherche de la perfection d’une civilisation. Cette foi en la renaissance spirituelle fit naître successivement l’hindouisme, le bouddhisme et le jaïnisme qui remplacèrent le culte védique.
Ce peuple est à l’origine de langues telles que ce que l’on appelle aujourd’hui le kurde, l’iranien, le perse ou encore l’albanais. Ils rédigèrent les Védas, leurs textes sacrés en langues sanskri, "veda" signifiant "connaissance".

Les Vedas, textes sacrés

Les textes sacrés sont divisés en deux catégories : celle formant la Çruti (textes transmis par la puissance divine) et celle formant la Smriti (textes transmis par la mémoire des hommes). La Çruti est composée des 4 textes sacrés de l’hindouisme : les Védas. On trouve donc le Rig-Veda (« sagesse des versets » en langue sanskri) qui est le texte le plus ancien et le plus important. Ensuite vient le Yajur-Veda (« Sagesse des sacrifices ») qui est le livre des formules rituelles. Puis vient le Sama-Veda (« Sagesse du chant ») qui est le livre de chants. Enfin vient l’Atharva-Veda (« Sagesse des prêtres arthavans ») qui est un ensemble de 20 livres de formules magiques destinées à apporter la réussite.
Ensuite, chaque Veda est divisé en quatre parties.
Les Samhitâs, généralement écrits en vers, sont les recueils de base dont découlent les autres. Les Brahmanâs qui sont des textes liturgiques et de rituels. Ils mettent en lumière les liens existants entre les rituels et la mythologie en s’appuyant sur la symbolique, mettant le sacrifice au centre du fonctionnement de l’univers.
Les Aranyakas ne concernent que les initiés et présentent des réflexions plus théologiques portées sur le rôle de la religion, en mettant en perspective les relations entre le sacrifice, le cosmos et l’homme.
Enfin, les Upanishads sont des traités d’inspiration philosophique qui s’adressent également aux initiés et qui s’attardent sur une vision plus théorique que pratique.

Bien qu’elle l’ait inspiré, la religion védique est très différente de l’hindouisme d’aujourd’hui. Par exemple les femmes pouvaient jouer un rôle en tant qu’autorité religieuse avec l’existence de femme rishis. Les rishis sont une sorte de combinaison de patriarche, de prêtre, d’ermite et de saint ; ils sont ceux qui ont « entendu » les hymnes du Veda de l’être suprême Brahman tandis qu’ils étaient dans une méditation profonde. Une autre différence entre le védisme et l’hindouisme est le manque apparent de croyance en la réincarnation. La réincarnation dans l’hindouisme est en fait un héritage de la culture dravidienne. Ainsi l’hindouisme, dans son sens le plus commun, est le fruit d’un mélange de croyances et de cultures.
Le védisme est aussi à l’origine de la naissance d’un mouvement philosophique que l’on appellera le vedanta.

Le vedanta, doctrine au service de l’humanité

Le vedanta (du sanskri "veda", "connaissance" et "anta", "fin") est une doctrine philosophique qui découle des enseignements védiques. Elle fait partie des six darsanas qui constituent la doctrine métaphysique indienne. Darsana signifie « voir juste », ainsi les différentes manières d’appréhender le monde sensible ainsi que les êtres humains constituent les différents darsanas.
Le vedanta se consacre à la lecture et à l’interprétation des écrits védiques, essentiellement ceux de la partie finale des Vedas, c’est-à-dire les Upanisads.
La philosophie védantique n’est liée à aucune croyance sous forme d’idée reçue, elle est une évolution de la pensée à travers la recherche de la place de la conscience pure. En effet, le territoire du mental est l’indice de l’existence d’une unité non-matérielle, la conscience qui est une entité dont l’existence bien qu’évidente n’est pas l’objet de la perception humaine. On distingue deux niveaux de conscience humaine : l’une est l’objet de la perception intérieure (la joie, la tristesse, le doute, etc.) qui est le « je » multiforme ; l’autre niveau de conscience est celui nécessaire à la perception de la première. Cette conscience ne fait l’objet d’aucune perception intérieure et est appelée « cit » dans le Vedanta.
Le sujet principal du vedanta est Brahman, c’est-à-dire la "conscience pure". Le vedanta enseigne que le soi est connu illusoirement sous la forme d’une conscience limitée et fragile : l’ego. Ainsi, « la découverte du soi élimine tous les voiles d’ignorance qui font obstacle à la conscience pure et à la joie qui en découle », déclarait Swami Shraddhananda Giri, chercheur et professeur de sanskri.
Les enseignements sont écrits sous forme d’aphorismes d’approche difficile sans l’aide d’interprétation. La doctrine Vedanta a entre autres donné naissance à diverses écoles de philosophie indienne dont la plus importante est l’Advaita fondée par Shankaracharya, un des plus grands maîtres spirituels de l’histoire de l’hindouisme.

« Le Véda est pour l’être humain »

Une différenciation est à faire entre les textes sacrés Veda et les textes sacrés de religions telles que le christianisme ou la religion musulmane. En effet, les textes sacrés des autres religions relatent les faits et gestes d’un prophète et sont écrits de la main de l’homme alors que les textes védiques sont simplement la retranscription phonétique du langage de la nature.
Un érudit déclarait : « on n’a pas commencé à écrire les textes parce que la tradition commençait à se perdre, mais la tradition a commencé à se perdre quand on a commencé à écrire les textes ». Il est dit qu’à l‘époque védique c’était le Paradis sur Terre. Les hommes se contentaient de chanter, d’expliquer et de décrire la simple réalité de la vie, l’essence même de l’univers. Le passage des Védas à l’écrit est également problématique au niveau de la traduction qui ne fait que déformer le message propre. Le « Véda est pour l’être humain » et ses principes ne doivent pas être traduits ni commentés afin de ne pas en perdre la signification profonde.
Le Véda, comme la conscience, est sa propre preuve, il est décrit, analyse et explique ce qui existe.

Adeline Journet pour WWW.BUDDHACHANNEL.TV


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Antenor Antenor 30 janvier 2008 11:59

    @ l’auteur

    Vous êtes allés chercher vos sources historiques sur la wikipédia ? c’est pas possible autrement !

    <<Les hindouistes ont des « textes sacrés » appelés « Védas » qui furent rédigés par la communauté indo-aryenne, il y a des millions d’années. Les Védas sont les plus anciens textes religieux au monde. >>

    Faux, archi-faux. Comment la modération a-t-elle pu laissé passé cela ?

    L’écriture a été inventée vers -3500, jamais entendu parler de la Mésopotamie ?

    Les plus vielles traces écrites du Veda ne remontent pas plus loin qu’au 3ème siècle avant Jésus. Mettons au 6ème si on considère quelles ont été inspirées par l’Avesta perse.

    <<Ce peuple est à l’origine de langues telles que ce que l’on appelle aujourd’hui le kurde, l’iranien, le perse ou encore l’albanais.>>

    C’est une des hypothèses, mais c’est loin d’être la seule ; elle est peu probable et défendue surtout par les nationalistes indiens.

    <<C’est en -1700 que leur civilisation fut en partie décimée par des envahisseurs aryens venus d’Asie centrale et du Caucase.>>

    On a pas la moindre élément pour dire quelle langue parlaient ces envahisseurs.

    L’Inde est-elle devenue la terre de tous les fantasmes de l’Ocidental en ce début de 21ème siècle ?

    La faute aux islamistes dont ils semble que l’unique but soit de nous rendre allergique au monothéïsme et nous faire renier notre histoire ?


    • Mjolnir Mjolnir 30 janvier 2008 15:36

      je suppose que c’est une faute de frappe et que l’auteur voulait écrire "milliers d’années".

       


    • Yahya 21 octobre 2014 00:42

      Les islamistes comme tu dis possède le coran qui contient la sourate Al ikhlas (le monotheisme pur)

      Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

      1. Dis : « Il est Allah, Unique.

       2. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons.

       3. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.

       4. Et nul n’est égal à Lui ».

      Ton histoire est erroné et réécrite par les juifs tel que Fernand nathan. du vrai nom Cahen, on voie bien leur tromperie et leur ruse pour faire passer leur nom pour des noms catholique alors qu’il sont juif...

      fin breff l’histoire de l’homme ne date pas de lucy et tu ne connais pas 1 dixième de l’histoire de ton propre pays et tu ose avoir la prétention de dire que les musulmans renie l’histoire... en plus de te l’apprendre les musulmans te la corrige... combien de musulman connaissent mieux l’histoire que la plupart des soit disant français (zemmour etc..) qui se font corrigé par tariq ramadan en plein publique.

      tu es tellement erroné dans ton esprit que tu assimile les musulmans a des arabes alors qu’ils ne représentent même pas 20% de la population musulmane car justement la grande parti se trouve justement en Inde dont tu fais les éloges, POurquoi ? car le Véda annonce la venu du prophète Mohammed saws et pourquoi y a t’il beaucoup de musulman au moyen orient ? car c’est gens savaient que Mohammed saws devait arriver et il était pour la plupart tous chrétien... L’islam ne sait jamais propagé par la force mais par ce que les gens de cette époque était beaucoup plus religieux et je suis français d’origine polonaise et musulman et je suis bien blanc et tu sera que les populations post déluge possédé déjà l’écriture et les générations d’avant aussi et Adam lui même connaissait toute chose dont l’écriture de son seigneur... donc ne parle pas de chose dont tu n’as aucune connaissance et aucune preuve.


    • Jason Jason 30 janvier 2008 13:51

      Votre foi vous aveugle, c’est bien. Mais attention aux chausse-trappes dont ce monde malsain et impur est rempli.

       

      Nos problêmes sont autres, et la connaissance pervertie règne dans trop de domaines. Beaucoup de gens ne connaissent qu’une seule question, peu métaphysique, celle-là : comment vais-je manger demain ? A une époque où un enfant meurt de malnutrition toutes les cinq secondes dans le monde.

       

      Avez-vous mangé votre riz ou votre mil aujourd’hui ?


      • Black Ader 30 janvier 2008 14:14

        " Les hindouistes n’ont pas de livre sacré comme la Bible pour les chrétiens ou la Thora pour les juifs."

        Bein si, le Véda, qui justement est "Révélé".

         

        "Les idées exprimées dans les Vedas furent tout d’abord transmises oralement de père en fils puis de professeur à disciple ; ces enseignements oraux dateraient du XVIe siècle avant J.-C. et s’étendraient avec l’apparition de l’écriture de 5 000 à 1 500 avant J.-C."

        Le Véda fut mis par écrit aux XVIIIéme siécle seulement, à la demande des colonisateurs Anglais.

         

         

        "Pourtant, pendant longtemps la religion védique fut apparentée en Inde à la violence et au mal."

         

         ??????????

         

         

        "les textes védiques sont simplement la retranscription phonétique du langage de la nature."

        ARGGGGGGGG !!

         

        Le Sanskrit est La Langue des Dieux, et leur Révélation, le Véda.

         

        Sinon, les Aryens sont des Indo-Européens, donc effectivement nous avons la même origine et culture qu’eux, ainsi que les Iraniens, et leur mythologie se retrouve dans tout le domaine I-O.


        • Odal GOLD Odal GOLD 30 janvier 2008 17:58

           

           Adeline, tu es maladroite dans ton interprétation des Védas et leur importance historique, culturelle, essentielle dans notre compréhension de notre propre temps – mais de mon point de vue, ton intuition est bonne et ne te trompe pas.
           
           
           Je me souviens qu’à l’école on nous avait appris que l’écriture datait de celle cunéiforme des Sumériens vers 3500 ans avant JC, qui fut ensuite lentement améliorée par les phéniciens 2000 ans plus tard.
           
           
           Lors de mon premier voyage en Inde et au Népal, le suis tombé sur le parchemin écrit en Sanscrit qui était coincé dans un de ces petits moulins à prières.
           
           
           Devant la perfection esthétique de cette écriture alphabétique (D’ailleurs d’après l’Encyclopædia Universalis, le sanscrit serait même la langue la plus « logique » du monde), je me suis demandé : mais qu’est-ce donc qu’on m’a appris à l’école ? D’où vient-elle donc, et quel âge a-t-elle donc - cette écriture - dont je n’avais jamais entendu parler avant ?
           
           
           [La plus vieille forme de sanskrit attestée de manière plus tangible est nommée védique : c’est la langue dans laquelle sont rédigés les Vedas, dont le Rig Veda ou « Veda des hymnes (rig-) », le plus ancien ensemble de textes de l’hindouisme. Il est cependant extrêmement difficile de dater le Rig Veda lui-même, et donc les débuts de l’histoire réelle de la langue védique : les textes sacrés, en effet, étaient avant tout récités et appris par cœur (ils le sont d’ailleurs encore). Cependant de récentes études sur les sceaux harappéens permettent de poser de manière certaine que le Rig-Veda a sans doute été composé vers 3900 av JC. En effet, les Veda contiennent des descriptions d’éclipses qu’il est possible de dater précisément. ] (Wikipédia)
           
           
           Il m’apparaissait d’un coup que l’un des fondements de l’histoire telle qu’elle est couramment et doctement enseignée dans notre enseignement classique - omettait (sciemment ?) de parler du plus passionnant. Si je n’avais pas été en Inde, jamais cela ne m’aurait frappé comme cela : il y avait là la preuve d’une mémoire extraordinaire (bien plus et bien plus vieille que celle des Sumériens et des phéniciens) dont on ne m’avait jamais parlé avant.
           
           
           
           
           
           
           
          Dans le sens des Védas…
           
           

          • Savinien 31 janvier 2008 00:02

            Mes védas à moi sont en forme de points d’interrogation... Je ne connais pas de meilleure ami de l’homme que ce petit signe de ponctuation. Il a pour lui l’immense mérite de jetter quelques brandons incandesçant dans la paille des mythes religieux. Ainsi des védas qui, à l’instar du reste de la mystiquerie, font partie de cette grange hautement inflammable, et si bonne à incendier de temps à autre. Car quoi de plus beau que ce doute qui sait consummer le carton pâte dont on fait les dieux ? Je comprend la haine que nous autres, les mécréants, inspirons à tous ces humains qui croient, à cet immense troupeau des non-sevrés du lait des dieux... Mais qu’y puis-je ? Les dieux n’ont pas sonné à ma porte, et l’auraient-ils fait que je la leur aurait claqué au nez (et à la barbe !). Je n’ai nul goût pour les Edens et les Nirvanas, et passer son temps à glorifier un prétendu créateur, ou quelque autre grand gouhrou en chef, me semble plutôt mesquin comme attitude... C’est là une philosophie des plus ruminante... Mais aprés tout, au pays des Brahmanes, les vaches sont reines...


            • Asif Arif Asif Arif 2 novembre 2013 13:18

              Chère Adeline,


              Voici le lien vers un article écrit par une personne concernée : http://www.cultures-et-croyances.com/etude-la-philosophie-de-lamour-absolu-dans-les-vdas/

              La Philosophie de l’amour absolu dans les Védas.

              Allez y jeter un coup d’oeil tous les Agoranautes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès