Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Les sciences mènent-elles à Dieu ?

Les sciences mènent-elles à Dieu ?

Dieu et la science, vaste sujet d’interrogation et surtout thème qui ne laisse pas indifférent et se prête à des controverses passionnées, parfois agitées et quelques fois violentes. Il est étrange que le mot Dieu suscite chez quelques uns de nos contemporains une colère intempestive alors qu’ils ne savent rien de ce Dieu excepté ce qu’en ont fait les administrateurs des religions. La science est-elle en relation avec la question de Dieu ? Telle est la question qui se pose depuis que la science moderne est installée. Juste un exemple, le grand architecte des Lumières vénéré dans les loges maçonniques a été imaginé sur la base de la gravitation universelle de Newton. Ce qui a scindé à cette époque la religion en deux, une religion révélée réservée à la tradition et l’Eglise et une religion naturelle réservée aux savants et philosophes. Et puis, dans le courant du 19ème siècle, l’avènement du positivisme.

Un mot sur ce moment déterminant dans l’histoire de la pensée. Auguste Comte a énoncé la loi des trois états comme principe gouvernant la doctrine positiviste. L’individu, l’humanité et chaque science passe par trois stades, théologique, métaphysique, positif. Dans le premier stade, les choses sont expliquées par des origines surnaturelles, avec trois étapes, fétichisme, polythéisme, monothéisme. Ensuite, le stade métaphysique utilise des principes abstraits, ce qui couvre les 17ème et 18ème siècle. Enfin, l’âge positif renonce au pourquoi et se donne comme objectif de trouver des lois, de les utiliser et d’organiser rationnellement la société. Chez Comte, la science éloigne de Dieu, mais soutient un culte de l’humanité et du progrès dans lequel les saints médiévaux et les héros métaphysiques sont remplacés par les savants et les industriels. Ce culte aura un temple, le Panthéon, équivalent du tombeau des papes au Vatican mais destiné aux grands hommes vénérés par la patrie, comme Rousseau et Mirabeau pour la période révolutionnaire et le chimiste Berthelot accompagné par l’écrivain Zola et le politicien Gambetta, les trois émargeant dans le contingent de la Troisième République. Aucun ecclésiastique ne figure dans la liste, excepté l’abbé Grégoire entré tardivement pour sa contribution à l’abolition de l’esclave.

Si la science du 19ème siècle adossée au positivisme paraît éloigner de Dieu, la science du dernier tiers du 20ème siècle paraît rapprocher de Dieu. Efforçons-nous alors de bien distinguer le Dieu de la révélation et celui qui « pourrait transparaître » dans les sciences de la nature et l’univers. Le positivisme n’a plus aucune légitimité et d’ailleurs, il figure comme une spécialité plutôt française, bien que sa devise « ordre et progrès » ait été reprise par le Brésil. En ce 21ème siècle, deux catégories d’individus pensent que la « science moderniste » apporte le progrès et le salut, les transhumanistes (néo-positivistes ?) et les fous !

Je n’adhère pas à la loi positiviste des trois états. J’ai une vision toute autre des trois états. Effectivement, l’humanité a commencé avec le stade théologique et son ancienne alliance. Ensuite, le second stade est celui de la modernité et de la science, avec une nature manipulée, des machines performantes, mais une alliance rompue avec la nature. La nouvelle alliance de Prigogine n’étant qu’une fausse alliance adossée à une vraie science et une ontologie mal ficelée. L’âge métaphysique n’est qu’une transition entre le médiéval et le monde positif contemporain. Le troisième stade va commencer, ce sera celui de l’alliance retrouvée mais sous une autre forme. Et comme dans la version de Comte, toutes les sciences vont y participer, avec les personnes et l’humanité.

Cela ne nous dit pas si la science conduit vers Dieu. Et puis de quel Dieu s’agit-il ? En vérité, Dieu se diffracte dans le prisme de l’esprit humain. L’homme n’accède pas à Dieu mais au divin, par des voies multiples et personnelles. Expérience mystique notamment, ou alors réflexion spéculative sur le monde, le cosmos, la nature. L’essentiel n’est pas tant de croire en Dieu que de chercher le divin. La conscience s’agrandit, conscience intellectuelle et pensée spéculative avec le divin transparaissant dans les sciences et la philosophie, conscience éthique avec la transformation liée aux énergies divines, conscience esthétique avec les formes véhiculées par les énergies.

L’histoire de l’humanité est indissociable de la quête spirituelle et de la soif d’espérance liée entre autres choses à la rencontre avec le divin. L’alliance est en fait le résultat de deux domaines qui cherchent à s’entrelacer, à l’image des ouvriers creusant un tunnel de part et d’autre de la montagne et qui finissent par se rencontrer. Mais l’image est souvent trompeuse. La rencontre entre l’esprit humain et le divin répond à cette vision et repose sur deux décisions, Dieu étant libre de participer, conformément à ce qu’en a dit le théologien Barth par exemple. Mais quand il s’agit de la science telle qu’elle est codifiée dans les théories et expériences, c’est l’homme qui décide s’il a trouvé le divin ou pas.

Si la science mène au divin, c’est au savant de faire le chemin et d’interpréter la science en spéculant sur les réalités naturelles et cosmologiques. Le savant a le libre choix de son interprétation et la liberté de dire ce qu’il pense sur la science et le divin. Nul ne peut décréter que la science doive être à l’écart de la quête gnostique et de la recherche du divin. Nul ne peut juger un scientifique qui parle de divin en méditant sur sa discipline. La science a ses propres règles au sens desquelles le divin n’a pas sa place mais l’interprétation des représentations scientifiques a aussi ses règles et participe de la connaissance et de la quête du sens. La science ne permet pas de prouver l’existence de Dieu mais elle permet de chercher la trace du divin dans la nature et le cosmos. Chacun trouve ce qu’il peut ou veut. Puis le partage s’il le veut.

Ces quelques réflexions n’ont rien d’original. Elles ne constituent qu’un tableau d’une situation avec une mise au point sur ces questions intéressantes et légitimes qui hélas, sont utilisées souvent pour ostraciser un scientifique usant de sa discipline pour expliquer quelle est sa conception du divin. Comme si par une étrange inversion, Dieu était devenu le diable dès lors qu’il s’insinue dans la science. C’est plutôt la communauté qui diabolise les gnostiques en les ostracisant. Le substantif diable étant alors utilisé avec son sens originel, le diable, ce qui divise, met de côté.

Dans ce billet, vous ne saurez rien de plus que ce que j’ai évoqué précédemment sur le sujet. J’avoue être perplexe sur la suite de mes investigations. Maintenant que la cosmonadologie quantique est achevée, il faut déterminer une feuille de route. Quand je dis achevée, je précise que la question de la gravitation sur laquelle je butais est maintenant solutionnée. Une présentation est envisagée dans une revue paraissant en kiosque quant à l’essai, il paraît impensable qu’il ne trouve pas d’éditeur. La question divine est à nouveau posée sous un angle inédit avec la cosmonadologie mais je reste prudent et attend les critiques en les espérant. Et maintenant, que vais-je faire ?

(Certainement pas écouter Gilbert Bécaud. J’ai le choix entre rédiger un essai sur l’état de la société, ou alors esquisser un traité de théologie post-moderne ou enfin de poursuivre la recherche sur la vie et l’évolution. Ces trois objectifs ont chacun leur utilité. L’essai sociétal permet aux gens de se comprendre, la théologie donne du sens et permet de comprendre l’univers et la destination de l’homme, la biologie ouvre vers des pistes thérapeutiques inédites ainsi qu’un sens nouveau de la nature et de son évolution. Vous pouvez toujours livrer quelques indices en commentaires mais je vous avoue que je vais suivre Dieu qui est d’un conseil bien plus précieux que les hommes, parfois trop capricieux, facétieux ou insidieux et même odieux. L’homme ostracise, Dieu non ! A bon entendeur !)


Moyenne des avis sur cet article :  3.12/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Gnostic GNOSTIC 5 décembre 2014 10:33

    Vous pouvez toujours livrer quelques indices en commentaires mais je vous avoue que je vais suivre Dieu qui est d’un conseil bien plus précieux que les hommes, parfois trop capricieux, facétieux ou insidieux et même odieux. L’homme ostracise, Dieu non  ! A bon entendeur !)

     

    Ah bon !

     

    Pourriez-vous me donner le numéro de son smartphone, j’ai quelques réclamations à faire sur les bugs de la « création »

     

    PS ; J’ai demandé aux frères Bogdanov mais ils l’avaient perdu ?

     smiley


    • Gollum Gollum 5 décembre 2014 11:12

      j’ai quelques réclamations à faire sur les bugs de la « création »


      Il n’y a pas de bugs dans la Création, c’est vous qui n’avez pas le regard adéquat.
      Pour un gnostique vous raisonnez comme l’homme de la rue...

    • Gnostic GNOSTIC 5 décembre 2014 11:58

      GOLLUM

      Ah bon ?

       

      En ce moment j’assiste une personne en fin de vie et qui souffre terriblement

       smiley

       

      J’en connais beaucoup d’autres dans le meme cas (je suis militant de l’ADMD)

       Que des bugs sur cette terre de souffrance smiley

       

      Mais VOUS vous êtes au dessus du populo (l’homme de la rue) tellement rempli de certitudes 

       smiley


      PS : Quant au mot gnostique je me réfère aux définitions données dans le Que sais-je N°808 écrit par Serge Hutin. Des gens (les gnostiques) qui contrairement à VOUS voyaient plein de bugs dans la création !


      AMEN



    • Gollum Gollum 5 décembre 2014 12:41

      Donc la souffrance est un bug ?


      Ça ne sert à rien ? Vous voudriez baigner dans un petit cocon confortable et douillet c’est ça ?

      Formidable.. smiley

      Sinon gnostique ça veut juste dire « connaissant » du grec gnosis… et rien d’autre. A ne pas confondre avec les pseudos mouvements gnostiques de l’Antiquité tous plus ou moins débiles les uns que les autres : Valentin, tout ça…

      Vous devriez lire le traité de Plotin sur les gnostiques de son époque. Il montre leur côté profondément pathologique… et il a écrit aussi sur le sens de la souffrance.

      Sinon il y a Simone Weil qui elle aussi a écrit de superbes pages sur la souffrance, vous savez la Simone Weil qui est morte en camp de concentration.

      A mais j’oubliais, vous n’aimez pas lire. smiley

    • Gollum Gollum 5 décembre 2014 13:17

      Ah au fait. Les gnostiques style Valentin ou Séthiens, se croyaient au dessus de la populace. Sauvés par nature. Et beaucoup se permettaient des actes répréhensibles parce que sauvés par nature… Ils étaient au-dessus des autres mortels. Devriez- vous renseigner un peu, histoire d’être un peu cohérent avec vous même…


    • Rounga Rounga 5 décembre 2014 13:37

      Tenez, un livre sur la douleur, en accès libre qui plus est.


    • Gnostic GNOSTIC 5 décembre 2014 22:13

      Gollum

      j’hallucine !
      à lire de telles âneries sur la toile je comprend qu’en suite je n’ai plus envie de, ouvrir un livre ,
      facile de se moquer de la souffrance quand on est en bonne santé !
      PITOYABLE !
       Quant a simone weill en question’ elle est morte a ashford en GB en 1943 ,

       smiley

      ROUNGA
      le livre sur la douleur d’un catholique intégriste et réac
      C TOUT DIRE !
      LAMENTABLE
       smiley


    • Gollum Gollum 6 décembre 2014 09:58

      facile de se moquer de la souffrance quand on est en bonne santé !
      PITOYABLE !

      Je ne sais pas où vous avez vu que je me moque de la souffrance d’autrui, vous ne savez pas lire. Du moins vous interprétez dans le sens qui vous arrange.

      2/ En plus vous ne savez strictement rien des épreuves que j’ai pu subir au cours de ma déjà longue carrière sur cette terre. Alors un peu de pudeur SVP.

      3/ En fait s’il y en a un dont je me moque c’est de vous-même pour le simplisme de vos réflexions, simplisme qui lui m’incite à lire, parce que c’est désespérant... Par contre qu’est-ce que je souffre sur Avox ! smiley

      4/ Vous avez raison sur la mort de Simone Weil que j’ai confondu sur le coup (sur cet aspect précis) avec Édith Stein.

    • Rounga Rounga 8 décembre 2014 09:34

      Gnostic,


      Plutôt que de vous arrêter au fait que l’auteur de ce livre est « un catholique intégriste et réac » (ultramontain serait plus précis), vous auriez mieux fait de lire son contenu, dès fois que...

    • Robert GIL Robert GIL 5 décembre 2014 10:42

      voici une modeste contribution, mais pas inintéressante ...
      .
      voir : ET LE 6EME JOUR … DIEU AURAIT MIEUX FAIT DE SE TAPER UNE BELOTE !


      • howahkan howahkan Hotah 5 décembre 2014 11:12

        d’un coté une science, qui s’ auto décerne constamment une sorte de « on sait tout sur tout » et ce depuis 2000 ans. voir plus si l’histoire est encore plus fausse que je le penserais personnellement....de l’autre un imaginaire .........

        nous autres depuis x milliers d’années, pas tout le monde ,utilisons uniquement la pensée comparative oui/non qui fonctionne sur des buts préconçus divers et variés, qui sembleraient tous avoir en commun une quête de bonheur absolu X..........

        cette pensée n’est pas de notre fait, elle est une sorte de programme binaire complexe ,un programme qui ne sait pas selon moi , qu’il est un programme..........il se croit un « je » , une personne , un être à part...de ce fait il y a moi je humain et tout le reste,autres humains inclus...le tout multiplié par aujourd’hui environ 7 milliards qui tous sont en mode « moi je humain » contre finalement l’univers entier....le programme binaire a créé sa première binarité , moi contre l’univers...es lors il n’y aura plus e lien « sacré » entre ce programme qui se prends pour « moi je » et l’univers...

        cette dichotomie illusoire et conceptuelle de la pensée analytique usuelle, dichotomie vitale cependant pour survivre physiquement, et qui est à la base de tous nos techniques de la plus simple à la plus complexe ( à nos yeux) produit exactement le contraire là ou sa compétence binaire ne devrait pas être...pourquoi vitale parce que cette dichotomie crée un analyseur qui va analyser des éléments mémorisés avec des buts à lui dans l’idée de créer des moyens pour que le corps vive .....de la roue à la charrue jusqu’à la génétique , Hiroshima et Fukushima, ce meme principe est à l’œuvre...et pour moi sans aucun autre discernement que ce qu’il veut à tout prix....
        pour faire court à l’age adulte je suis malheureux, cette dichotomie va alors continuer a fonctionner comme pour faire des outils et va alors essaye d’analyser ce « malheureux » ...en créant l’idée qu’il y aurait un etat mental appelé bonheur..........

        le réel qui est moi humain je suis malheureux , je souffre, est mis de coté par la pensé,enfin c’est ce que croit la pensée, et alors il reste encore la meme binarité moi je / bonheur......

        ce qui a produit des résultats en terme de moyens de survivre physiquement applique sur tous les domaines le meme principe binaire....qui ne va pas voir que « moi je » et le malheur est une seule et meme chose, qui ne va donc jamais le vivre, qui ne va donc jamais savoir ce que c’est, ...donc jamais résoudre ce problème si il y a possibilité de le résoudre...mon état réel est le malheur, meme si des fois une goutte de non malheur est là....de plus la pensée binaire usuelle , a elle meme créée une sorte de non conscient pour elle meme, c’est à dire une zone ou elle n’a pas accès....l’ayant vu dans cette zone non consciente se trouvent les VRAIS motifs de nos actions....

        On est aveugle d’une part de nous meme qui est caché de la pensée superficielle néanmoins vitale bien sur et ignorant de tout ce qui ne nous est pas connu........dans cette quête de bonheur qui est en fait la fuite désespérée du malheur l’idée d’un être suprême qui saurait tout résoudre et faire que j’aille bien est inventé, pourquoi pas d’ailleurs, mais elle est juste une idée....étant divisé de Mère Nature par la pensée qu’il y ai ou pas une Origine Ultime demeure hors de ma portée , « moi je » qui est un programme n’est pas relié au Grand Tout au delà du physique...physiquement lié au Grand Tout, ce programme qui en est une réduction limité va alors pouvoir utiliser ses compétences innées pour évoluer physiquement dans le monde en créant des moyens pour cela ,des moyens physiques...
        pour cette pensée il n’y a rien au delà sauf des rêves, des mots , cette pensée est la science , un outil , un moyen vital dans les domaines physiques...là s’arrête sa compétence...hélas elle essaye d’aller au delà.....çà donne l’humain et sa démence...mais surtout sa profonde souffrance d’être..ou plutôt de ne pas être ce qu’il est..un être physique lié à L ’Origine.......là ou la question du sens ne se pose plus, seul un esprit en souffrance cherche un sens à celle ci...le lien perdu pour nous avec L’Origine est une sorte de plénitude étrange, une sorte de nourriture pour le cerveau....peur,angoisses, souffrances etc ne sont plus.......règne alors un lien et une paix étrange avec ??????
        Ça m’est arrivé en tout environ 15 heures de vivre cela dans une vie de 59 ans.........c’est pas lourd ........cela me laisse cependant la mémoire que « cela » est, et que je continue comme tout le monde a me planter constamment...et enfin que la souffrance mentale des humains n est pas un hasard mais est un symptôme d’erreur et aussi un catalyseur à notre disposition pour commencer autre chose en soi meme,dans le sens il n’y a pas moi et la souffrance , il y a moi qui souffre...on passe de la binarité à l’unité...là est le truc....c’est « magique » !!!
        Ça arrive à plus de personnes que on pourrait le croire........et là on aurait alors une science avec conscience globale Universelle...mais que serait alors le monde avec des êtres qui ne se fuient plus ? personnellement
        je n’en ai aucune idée mais rien ne dit que nous aurions alors cette science telle que aujourd’hui et qui est celle d’un humain en fuite de lui meme ce qui est impossible......


        • Gollum Gollum 5 décembre 2014 11:13

          Pas lu. Trop long, désolé. smiley


        • bourrico6 5 décembre 2014 12:30

          d’un coté une science, qui s’ auto décerne constamment une sorte de « on sait tout sur tout »

          Moi je me suis arrêté la.

          Je n’ose imaginer le niveau du gars en science, ça doit friser le zéro absolu pour sortir une connerie pareille.


        • Hermes Hermes 5 décembre 2014 16:12

          Bonjour l’indien,

          Si c’est arrivé, c’est que cela peut arrver à nouveau. La clé est dans le présent : aller vers la simplicité et traquer la prétention du moi-je. L’outil est à notre disposition, c’est l’attention au moment présent, à toutes nos perceptions, internes et externes, sans rien chercher à modifier en soi, de façon à voir, avec une grande gentillesse envers soi-même, mais sans complaisance, la fausse interprétation qu’on en fait. Et le contact se reproduit.

          Plus l’expérience se reproduit, plus la conscience grandit, plus le moi-je essaie de s’en servir pur reprendre le pouvoir et nourrir ses mécanismes de plaisir qui compensent la souffrance qui est à la fois sa justificaton et sa conséquence.

          Il faut une grande volonté pour persévérer, car la force de polarité en présence grandit jusqu’ai moment ou le centre des contraires se révèle. et fusionne. Il y a des chutes sur le chemin, mais la volonté c’est juste de se remettre en chemin.

          Bonne route.


        • howahkan howahkan Hotah 5 décembre 2014 17:32

          Salut hermes...
          oui tout à fait..la prétention de moi je ,de ce qui m’est donné de voir par et pour moi meme depuis environ 6 ans suite à une événement précis, produit une sorte de signal, jamais ou rarement compris comme tel et qui va alors s’ amplifier jusqu’à atteindre le stade d’une sorte de douleur mentale..et souvent rester jusqu’a la fin si on ne fait pas ce qui doit être fait avec...vieillir devient alors un naufrage, vais je y aller ou pas ?? cela dit meme jeune physiquement, on peut tout aussi bien naufrager en beauté !!!
          pour faire court , ce signal laissé libre de ses mouvements produit une sorte de déclenchement involontaire toujours, de la capacité perdue non analytique ....on y retrouve une partie plus infime des moments très « au delà »..je fais une sorte de travail ,sans en être , la dessus ( pas le choix !)....le lien entre ce signal et ccette sorte d’éveil ( ou autre mot qui convient ici) me semble exister...
          en gros ce signal demande à être laissé tranquille, il ne faut pas y toucher, ce que « moi je » bien sur insiste absolument pour faire......de là partent certains événements étranges....compréhension instantannée involontaires sur des sujets non choisis, etc etc..
          j’y reviendrais à l’occasion quand je serais dans ’humeur...

          en relisant ton mot je vois que tu parles de fusion..oui tout a fait il se produit quelque chose de ce genre bien que je reste méfiant avec les descriptions, non pas de ton coté mais du mien..simplement parce que je ne sis pas fan d’écrire, le parler me convient bien plus..

          merci de tes mots..


        • howahkan howahkan Hotah 5 décembre 2014 11:19

          oh j’ai oublié..merci de ces mots Bernard smiley


          • Tall 5 décembre 2014 11:35
            Les sciences mènent-elles à Dieu ?
            Oui mais un « dieu » physique ... « divin » car tout-puissant avec ses lois inviolables, écrites nulle part ailleurs que dans les faits, et que seule l’intelligence peut apprendre à lire.

            Un « dieu » amoral, qui n’est ni bienveillant, ni malveillant ... juste implacable.

            Si tu te trompes, t’es mort.

            Amen

            • JL JL 5 décembre 2014 11:40

              Bonjour,

              j’ai tout lu, et je suis tombé sur ça : ’L’homme ostracise, Dieu non ! ’’

              C’est une définition, alors dieu et le rasoir d’Occam ne sont qu’une seule et même chose, un même principe.

              Et donc, la science mène à dieu.

              CQFD

              Ou Eureka si vous préférez.

               smiley


              • JL JL 5 décembre 2014 12:46

                L’homme ostracise, Dieu non ! ’’

                Si c’est une définition, alors dieu et le rasoir d’Occam ne sont qu’une seule et même chose, un même principe.

                Puisque toute construction qui ne respecte pas ce principe, divise : les dieux révélés, le transhumanisme, etc, etc.

                C’est ici qu’il faut dire CQFD.


              • JL JL 6 décembre 2014 19:11

                Je sais que ça peut paraitre frustrant à certains, mais je crois qu’il faudra faire avec.

                Je note que c’est ce dieu là que Guillaume d’Ockham a trouvé et que Spinoza après lui nous a expliqué.

                Et c’est aussi ce dieu là qui a été à la base de la réflexion de Darwin, occamien comme monsieur Jourdain était prosateur, puisqu’il disait : ’’dieu est une hypothèse dont je n’ai pas eu besoin’’.

                Dans cette formule, Darwin n’évoquait pas le dieu d’Ockham, celui dont je parle ici, mais de celui qui par procuration si l’on peut dire, a excommunié Spinoza, un grand diviseur donc.

                Mais ça on le savait déjà.


              • lsga lsga 5 décembre 2014 12:27

                L’existence est un quantificateur, pas un prédicat, monsieur Dugué....

                 
                Même Godel l’admet, et présente sa démonstration de l’existence de Dieu (qui n’est qu’une hyper formalisation de l’argumentation de Descartes) comme un exercice amusant. 

                • fred.foyn Le p’tit Charles 5 décembre 2014 12:33

                  La science est une réalité au service de l’homme tandis que dieu (inventé par des fanatiques) n’est qu’un concept au lessivage de cerveau de l’homme..Facile de s’en apercevoir avec notre société actuelle et passé.. !


                  • soi même 5 décembre 2014 15:20
                    Les sciences mènent-elles à Dieu ?

                    Ce n’est pas la bonne question, d’où vient la science ? et vous en avez du coup la confirmation que cette question posés, (Les sciences mènent-elles à Dieu ?) est un retournement injustifié du sujet de la question !


                    • soi même 6 décembre 2014 14:17

                      Bon et après comme connerie d’acculturation, tu dis quoi mamart, tu sais pertinemment que la science c’est détacher de la religion à l’orra de la renaissance et si l’on lit tous les auteurs scientifiques antiques , ils sont incompréhensibles si l’on tiens pas compte de la spiritualité de leurs époque !

                      Car cette question de la part d’une personne qui se prêtent philosophe, et bien cette question et une maniéré de ce payer à peut de frais la poire de vos lecteurs, en réalité t’est un fainéant du cerveau !

                       


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 décembre 2014 16:11

                      Les lecteurs n’auront jamais de réponses, Bernard Dugué ne se donne jamais cette peine, aussi je ne lirais pas complètement son article puisque je peux donner mon avis juste après avoir lu le titre.

                      D’abord, on n’a pas attendu le vingtième siècle pour « savoir que la science mène à Dieu », les anciennes civilisation et particulièrement la Grèce avait bien compris... Ensuite, sans vouloir relancer un débat inutile, disons que les religions n’ont jamais été du côté de l’ignorance, au contraire. Enfin pour être du niveau du berger, disons simplement qu’un ignorant ne sait pas et ne comprend pas la notion de Dieu, c’est comme ça et c’est ainsi monsieur Dugué !

                      Vous voulez une preuve ? Depuis toujours Dieu a été associé à l’Univers (sa création) or c’est la science (mais aussi la religion) qui a toujours questionné et questionne aujourd’hui et Dieu et l’Univers : Les ignorants (ceux qui ne comprennent pas la science) ne peuvent pas formuler des questions intelligentes qui apportent les réponses utiles : tout au plus ils s’étonnent et s’émerveillent , c’est ainsi et c’est comme ça monsieur Dugué... Ce qui ne nécessite pas votre réponse !


                      • mmbbb 6 décembre 2014 10:50

                        « les religions n’ont jamais été du côté de l’ignorance, au contraire. Enfin pour être du niveau du berger, » Vite dit jugement peremptoire Je suis un ancien enfant de choeur d’une region tres catholique Au lieu d’etre oblige d’aller a la catechese qui devait soumettre nos jeunes esprits a une croyance inconditionnelle j’eusse aime que l’on m’ apprît  les mathematiques la physique etc Cette religion comme beaucoup d ’autre a ete un enferment de l’esprit Et je vous invite a un petit voyage au XIX siecle dans un village enclave de la france profonde Meme Avorroes eut des problemes de censure Quant l article c’est un vieux vieux debat puisqu au moyen age Dieu etait au centre de tout et il a fallu de longues annees avant que la science s’emancipe du dogme religieux surtout en Europe ou la cesure s’est reellement faite à partir de la renaissance italienne cet article a des lacunes La croyance est une chose la science une autre


                      • Rounga Rounga 5 décembre 2014 16:24

                        J’ai déjà écrit un article pour montrer où mène la science. Refusé trois fois. J’essaie encore une fois de le publier la semaine prochaine.


                        • Neymare Neymare 5 décembre 2014 16:31

                          Chercher la véritable nature de la « réalité » physique (réalité relative) peut effectivement mener à Dieu, du moins a une compréhension élargie de ce qu’est la réalité (réalité absolue). Mais là, Bernard, il faut reprendre les choses à la base, aux bases meme des pré- supposés de la connaissance humaine.
                          On ne peut pas connaitre réellement Dieu, car il est impossible à circonscrire, impossible a délimiter et impossible a définir. On ne peut connaitre que les témoins de son expression, cet univers par exemple, ou bien des expériences transcendantes. Meme les lois de la science ne sont pas absolues, car elles appartiennent a une réalité relative.
                          La réalité relative dans sa conception la plus fondamentale n’est faite que de liens relationnels, celà est vrai pour l’univers physique, pour notre monde, pour nous memes (en tant que corps humain) et pour notre pensée.
                          En tant qu’humain, nous n’avons pas d’existence absolue (ni cet univers), seule notre conscience a une existence absolue
                          Modifier une partie de ces liens relationnels, et vous deviendrez capables de modifier ce que vous etes, ou certaines lois physiques et votre capacité de percevoir les choses (notamment l’intuition qui est le mode de communication du divin avec nous).


                          • Cassiopée R 5 décembre 2014 18:40

                            A partir du moment, où dans la Création ou dans la biologie, on considère qu’il y a preuve d’une construction intelligente, on s’en remets à Dieu pour expliquer cette construction intelligente.

                            Car l’information pour arriver à une construction exige une pensée créatrice, une volonté de construire d’une certaine manière pour arriver à un résultat qui permets l’émergence de la vie.

                            Cette vie provient d’une volonté de vouloir créer les conditions pour que la vie s’épanouisse, et c’est par cette volonté que Dieu a créé l’Univers et les nombreuses diversités dans l’Univers et sur la planète.

                            Bien évidemment il existe de la vie sur d’autres planètes étant donné qu’il y a des milliards de milliards de galaxies dans l’Univers observable (estimé à 2%), qui ne prends pas en compte l’Univers non observable. Cette très grande large diversité provient d’une volonté de création ou du hasard, sinon le hasard a bien fait les choses, mais l’hypothèse de l’information pour arriver à une construction intelligente implique la notion de Dieu.


                            • goc goc 5 décembre 2014 19:55

                              Bonjour Bernard Dugué

                              Désolé mais pour moi, la science (en l’état des choses connues) apporte assez d’éléments pour pouvoir dire que dieu n’existe pas
                              Tout d’abord il faut se débarrasser du dieu « religieux » :
                              Si on prend l’histoire d e l’univers, depuis le Big-Bang, il apparait une seule chose, c’est que l’homme est le fruit de catastrophes (tous les atomes nous constituant, ont été fabriqué lors d’explosion d’étoiles), de massacres (les nombreuses extinctions depuis la création de la Terre, tel celle des dinosaures), et de guerres, pour pouvoir dire que le dieu « bienveillant » et créateur de tout, est une vaste fumisterie. On peut même affirmer qu’il n’est pas parfait, puisqu’il a du s’y reprendre à plusieurs fois pour créer l’être à son image. Tu parle d’un bricoleur du dimanche.
                              Quand au dieu qui serait « LE TOUT » c’est à dire l’aptitude a nommer « Dieu » ce processus de création, c’est aussi une forme d’escroquerie intellectuelle, afin de faire conserver à nos esprits, l’idée d’une force supérieure, fondement même de toute métaphysique élitiste.
                              Aujourd’hui l’avenir de notre univers semble aller vers une disparition totale de toute matière dans un monde finissant en poussière de bosons. c’est dire que c’est aussi la fin de votre dieu qui se dissipera tout aussi inéluctablement dans ce brouillard d’énergie/matière minimal


                              • sls0 sls0 5 décembre 2014 20:16

                                La science je vois ce que c’est et ce n’est pas un concept.
                                Le mot dieu est un concept.
                                Je ne vois pas le lien.


                                • non667 5 décembre 2014 23:48

                                  à bernard
                                  la cosmonadologie quantique est achevée.....

                                  j’en parlai justement ce matin à ma concierge et elle m’a montré son cul  !
                                  je me demande bien pouquoi ?


                                  • Jean Keim Jean Keim 6 décembre 2014 09:14
                                    La vie est un voyage que nous faisons avec ou sans but précis.

                                    La science (la philosophie des antiques) voudrait expliquer tout mais ne peut aller au delà de son savoir qui augmente généralement pas la combinaison plus ou moins ingénieuse de données sans cesse enrichies, ainsi la création authentique est excessivement rare y compris dans le domaine de l’art car elle ne peut se faire qu’en dehors du savoir limité à lui même et que toute volonté appliquée à une démarche s’effectue par la pensée qui justement ne peut faire référence qu’à un contenu : le savoir.

                                    Je ne suis pas un érudit mais il me semble qu’il y a bien longtemps, pour (ré)concilier les religions de l’Inde, principalement le brahmanisme avec le bouddhisme, Adi Shankara a rédigé un texte fondamental dans la philosophie indienne, l’Advaita Vedanta qui littéralement signifie « l’extinction du savoir ».

                                    Certains vivent un évènement au cours duquel se produit spontanément « la fin du savoir » et l’ouverture vers une autre façon d’être, ce qu’ils ramènent de cet état, ce que donc leur mémoire restitue qui s’appelle une expérience n’est pas directement communicable comme peut l’être une démonstration scientifique, ils se trouvent dans une situation difficile, celle de vouloir partager leur félicité et l’impossibilité de la communiquer directement, puisqu’il n’est pas possible de dire ce que la réalité appréhendée est, il ne reste leur reste qu’une chose à faire : dire ce qu’elle n’est pas.

                                    Il nous faut comprendre en quoi le savoir peut être utile, quelles sont ses limites et laisser cette aperception agir, il n’y a rien d’autre à faire, juste laisser faire, ce qui qui n’empêche en rien de continuer à faire ce que l’on aime mais avec un « ouverture » différente.
                                     
                                    Cela me semble fondamental ainsi que le besoin de le partager fraternellement.


                                    • howahkan howahkan Hotah 6 décembre 2014 10:16

                                      salut jean je te rejoins plutôt plus que moins sut l’ensemble, je pense que tu vois de quoi je parle.

                                      il me semble que « je » essaye d’être quelqu’un qu’il ne sera jamais, déjà qu’il ne sait pas qu’il est un programme organique ,alors pensez donc pour le reste !! ce que je crois être ma vie n’existe pour moi uniquement dans mon cerveau sous forme conceptuelle non réelle, cela n’existe pas en soi......certaines de ces formes conceptuelles ont un intérêt pratique pour vivre physiquement, ne serait ce déjà que pour que le corps se repère dans l’espace et ne tombe pas du haut de la falaise etc etc mais uniquement dans ces domaines pratiques immédiats et de prévision éventuelle si besoin est.....

                                      .mais de ce que je vois il n’y a aucun lien profond réel avec le Tout, ce qui meme dit ici demeure encore à l’état d’une autre hypothèse,sauf de l’avoir éventuellement vécu..et ceci quel que soit ce Tout....

                                      dieu ou pas est alors des deux cotés une chimère intellectuelle, on a l’expérience ou pas d’autre chose que la pensée habituelle, outil de survie..bref je sais ou je ne sais pas, croire est encore un concept ,

                                      .et encore attribuer à des moments au delà de la pensée la qualité de L’Origine, de La Source etc me semble impossible,car dans de tels moments JUSTEMENT on a quitté tout ce fatras analytique intellectuel,ON EST AU DELÀ ? OU AILLEURS DE CELA.. je dirais meme que de spiritualité il n’y a pas, il n’y a que l’idée qu’il y aurait le physique et le spirituel, alors qu’il n’est pas impossible que Unité globale il y ai, d’où le problème gravissime des humains ,car notre pensée nous divise du Tout,et ce quelque soit ce Tout.....
                                      cette division vitale et nécessaire dans son champs d’action, amène a vivre dans le monde physique en tant qu’objet physique, sans cette division pas de vie physique dans une continuité limité comme plantes, animales etc etc ...la science (meme l’oiseau fait de la science en faisant son nid) déborde de son champs d’action qui est de faire des marteaux ,de trouver des moyens pratiques pour vivre physiquement, elle essaye de remplacer les religions qui ont toutes échouées , comme la politique a échoué comme l’économie a échoué..à part pour les guerres, le vol et la violence continuelle....c’est la dernière tentative perdue d’avance de la fuite ultime d’un humain qui veut a tout prix être quelqu’un en opposition aux autres et à la nature des choses..

                                      je le sais pour moi ,expérience oblige ,et non supposition intellectuelles..ceci semble arrogant mais est juste de l’ordre du fait...mettons de coté de suite, je sais tout, ceci est une absurdité absolue..dangereuse voir mortelle pour celui qui le verrait de cette façon..

                                      je te rejoins donc sur ton propos et sur la fin ou tu dis :

                                      «  »«  »Il nous faut comprendre en quoi le savoir peut être utile, quelles sont ses limites et laisser cette aperception agir, il n’y a rien d’autre à faire, juste laisser faire, ce qui qui n’empêche en rien de continuer à faire ce que l’on aime mais avec un « ouverture » différente.
                                       
                                      Cela me semble fondamental ainsi que le besoin de le partager fraternellement.«  »«  »«  »«  »

                                      Tout simplement oui...en paix !!! Merci,car à chaque fois que je me dis : bon OK, je la ferme il y a toujours une personne ou plus , qui arrive et fait que « nous » continuons à dire et partager...sans attendre rien de particulier..juste dire..

                                      comme tu dis : «  »essayer de dire ce qu’elle n’est pas«  »..et encore il y a énormément de relatif la dedans,de chose totalement fixes me semblent ne pas exister, cependant attention il semble aussi y avoir certaines constantes....comme d’être la souffrance..(attention aux mots ici)....des effets qui se reproduisent,mais à la plus grande partie de ce qui s’est passée ne peut être reproduit à l’identique,de méthodes dans les champs non pratiques physique il n’y aurait pas..., il y a a chaque fois une situation nouvelle qui est là......dans le cas de la souffrance je sais qu’elle doit être point barre...mais c’est tout je ne peux reproduire la fois précédente......

                                      encore merci smiley


                                    • Jean Keim Jean Keim 6 décembre 2014 13:22

                                       ...    smiley


                                    • Pyrathome Pyrathome 6 décembre 2014 16:41
                                      Les sciences mènent-elles à Dieu ?

                                      .

                                      N’ont-elles pas été établies originellement pour ce faire ?

                                      Plus on découvre de choses, plus exponentiellement on se pose de questions, un système aussi complexe et sophistiqué pourrait-elle être l’œuvre du pur hasard ?

                                      Encore faudrait-il définir le mot hasard comme porteur d’informations créatrices et cohérentes....mais dans ce cas on ne peut plus parler de hasard et d’aléatoire.....si l’on observe bien la nature, alors il est vraiment difficile de parler de « petit bonheur la chance »....

                                      Quand Einstein affirmait que « Dieu ne joue pas aux dès » , il voulait surtout dire que le hasard n’a aucun sens dans notre monde.....


                                      • el cogno 7 décembre 2014 02:23

                                        si l’on observe bien la nature, alors il est vraiment difficile de parler de « petit bonheur la chance ».

                                        Ceci n’est rien d’autre qu’un acte de foi, tu n’en sais strictement rien.


                                      • el cogno 7 décembre 2014 02:26

                                        Une autre façon de dire, est que même si tu fais un loto à 1000 chiffres, tu finiras par avoir un gagnant.
                                        C’est très puissant les « statistiques », bien plus qu’on ne l’imagine au premier abord.


                                      • epicure 9 décembre 2014 20:17

                                        Plus on découvre de choses et plus disparait le bouche trou de l’ignorance appelé dieu.

                                        Quand les gens étaient totalement ignorant, qu’ils voyaient un phénomène marquant qu’ils ne pouvaient pas expliquer par une personne ou un animal, ils disaient que c’était causé par un esprit ou une divinité.

                                        Mais chaque fois la science a apporté des réponses autres.

                                        Le hasard scientifique, matérialiste et l’aléatoire sont deux choses différentes. Mais beaucoup confondent les deux. parce que les résultats du hasard prennent dans les cas les plus marquants une apparence aléatoire, comme par exemple le lancer de dé, alors que si un super ordinateur avec les bons capteurs, et les bonnes données , pourrait donner le résultat du jet avant que la face du dé se stabilise. Parce que le jet de dé est du domaine du hasard et non de l’aléatoire.
                                        Alors que taper dans une balle de tennis c’est un problème simple avec deux paramètres : la vitesse et la trajectoire, sauf s’il y a un gros coup de vent ... ou un gros effet sur al balle. Comme le problème est appréhende dans son résultat, on ne le considère pas comme hasardeux. Pourtant lancer un dé ou une balle de tennis c’est la même chose.

                                        Le hasard c’est le résultat de la complexité des interactions de la matière, qui rendent le résultat de phénomènes difficilement prévisible à priori.
                                        Mais des fois le hasard fais mieux les choses que ce qui est attendu, par exemple j’avais lu une expérience avec des petits ARN qui étaient synthétisés aléatoirement, sauf qu’au final c’est une structure bien particulière qui dominait dans les résultat parce que le hasard des interactions favorisait la formation d’une structure stable repliée.
                                        Car el hasard peut être créateur d’ordre : sphère ( planètes, étoiles, bulles etc... ), spirales, branches et embranchements, anneaux et disques enflés etc... car les conditions des interactions favorisent ces structures ordonnées.
                                        Pas besoin d’agent soit disant intelligent pour que ça se passe.
                                        S’il y a 10 puissance 120 atomes dans l’univers, cela génère automatiquement de la complexité.
                                        Et de cette complexité avec le temps, il apparait des structures plus stables.

                                        Ce que l’on voit n’est pas le fruit d’événements récents, mais le fruit s d’événements s’étant déroulés depuis des milliards d’années où la plupart des structures instables ont depuis longtemps été désagrégées, absorbées par des structures plus grandes (comme les étoiles par exemple ).

                                        Le système solaire il y a plus de 4 milliards d’années devait être très loin de ressembler à un lieu parfait favorable à la vie, s’il y avait eu un observateur intelligent qui n’aurait même pas pu prévoir que l’accumulation des comètes sur le troisième gros cailloux autour de l’étoile (le soleil) arriverait à former des océans. Ce n’était pas aléatoire, vu que c’est juste le jeu des attractions gravitationnelles entre la terre et les comètes qui sont tombées, mais complexe à déterminer , à prédire à priori (c’est sûr que maintenant on peut faire les mains en disant qu’on sait).

                                        Là encore le hasard a été créateur, la simple interaction complexe entre les éléments de l’univers.
                                        Le hasard c’est tout ce qui donne du sens au monde.


                                      • Baasiste 2 9 décembre 2014 20:56
                                        « Plus on découvre de choses et plus disparait le bouche trou de l’ignorance appelé dieu.

                                        Quand les gens étaient totalement ignorant, qu’ils voyaient un phénomène marquant qu’ils ne pouvaient pas expliquer par une personne ou un animal, ils disaient que c’était causé par un esprit ou une divinité. »


                                        bouffon Dieu disparaît avec l’avènement des richesses de la consommation et du capitalisme.


                                        le système actuel ne fut jamais aussi débilitant et le qi est en chute libre depuis plus d’un siècle : http://www.slate.fr/lien/73045/qi-baisse



                                        « Le hasard c’est le résultat de la complexité des interactions de la matière, qui rendent le résultat de phénomènes difficilement prévisible à priori.
                                        Mais des fois le hasard fais mieux les choses que ce qui est attendu, par exemple j’avais lu une expérience avec des petits ARN qui étaient synthétisés aléatoirement, sauf qu’au final c’est une structure bien particulière qui dominait dans les résultat parce que le hasard des interactions favorisait la formation d’une structure stable repliée.
                                        Car el hasard peut être créateur d’ordre : sphère ( planètes, étoiles, bulles etc... ), spirales, branches et embranchements, anneaux et disques enflés etc... car les conditions des interactions favorisent ces structures ordonnées.
                                        Pas besoin d’agent soit disant intelligent pour que ça se passe.
                                        S’il y a 10 puissance 120 atomes dans l’univers, cela génère automatiquement de la complexité. »

                                        blablalablablablabla blabla tout est fait sans aucune intelligence sans rien, avec des coïncidences, avec de la chance, avec des causes imprévisibles. bref tu es vraiment un âne irrationnel, seulement les guignols athées avalent tes salades. guignol c’est toi qui suppose que les étoiles, les sphères, etc... sont arrivés par le pur hasard ? le jeu de loto remplace le créateur intelligent. en plus l’argument « le hasard peut être créateur d’ordre parfois » parfois seulement ?



                                        « Le système solaire il y a plus de 4 milliards d’années devait être très loin de ressembler à un lieu parfait favorable à la vie, s’il y avait eu un observateur intelligent qui n’aurait même pas pu prévoir que l’accumulation des comètes sur le troisième gros cailloux autour de l’étoile (le soleil) arriverait à former des océans. Ce n’était pas aléatoire, vu que c’est juste le jeu des attractions gravitationnelles entre la terre et les comètes qui sont tombées, mais complexe à déterminer , à prédire à priori (c’est sûr que maintenant on peut faire les mains en disant qu’on sait). »

                                        et le jeu des attractions gravitationnels ça vient de l’aléatoire et du hasard ? 


                                        « Là encore le hasard a été créateur, la simple interaction complexe entre les éléments de l’univers.
                                        Le hasard c’est tout ce qui donne du sens au monde. »

                                        la simple interaction complexe vient d’où clowny ? la simple interattraction complexe s’est construite uniquement par le hasard ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès