Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Lettre ouverte à SS le Pape

Lettre ouverte à SS le Pape

Vous demandez : Assistons-nous à une dissolution ou à une évolution de l'idée religieuse et du sentiment religieux ?

Vous me permettrez de me placer au point de vue de l'évolution sociale et de formuler la question de la manière suivante : la dissolution de l'idée religieuse n'est-elle pas le terme nécessaire de son évolution ?

Pour y répondre, rendons-nous compte de ce qu'a été jusqu'ici l'évolution de cette idée.

Mais d'abord qu'est-ce que la religion ? Si nous nous servons de ce que Edward B. Tylor appelle "définition minimum du terme religion", nous dirons que la religion est la croyance en des êtres spirituels existant à côté des choses et des processus naturels.

Il est vrai que tout être spirituel n'est pas dieu. Pour devenir dieu, un être spirituel doit passer par une certaine évolution. Un dieu est un être spirituel se trouvant en relations de services mutuels avec une tribu ou une peuplade donnée. Mais tout dieu est un être spirituel. Et cela nous suffit ici.

Cette croyance, qui est l'élément nécessaire de toute religion, sert en même temps à expliquer tous les phénomènes de la nature. Mais à une phase supérieure de l'évolution sociale, nous voyons s'ajouter à cet élément primitif un nouvel élément : l'élément moral.

L'alliance entre ces deux éléments devient de plus en plus étroite. C'est alors qu'on arrive à ce que je pourrais appeler : "définition maximum du terme religion", soit la croyance en des êtres spirituels associée à la morale et lui servant de sanction. C'est à ce point que, pour beaucoup de gens, l'essence de la religion consiste dans la morale.

Mais nous ne sommes point encore au terme de cette évolution.

L'alliance qui semblait indissoluble entre la religion et la morale est condamnée à disparaître de par le progrès de l'esprit humain.

L'explication scientifique des phénomènes est forcément matérialiste. L'intervention des êtres spirituels, qui, aux yeux du sauvage, explique tous les phénomènes, n'explique rien aux yeux d'un Berthelot ; sa valeur diminue de plus en plus pour l'homme civilisé qui peut s'assimiler les résultats du travail scientifique.

Si nombre de gens croient à l'existence d'êtres spirituels et surnaturels, c'est que — pour diverses raisons — ils n'ont pu surmonter les obstacles qui les empêchent de se placer au point de vue scientifique.

Une fois ces obstacles écartés — et il faut croire que ce sera l'oeuvre de l'évolution sociale — toute conception surnaturelle s'évanouira, et alors la morale sera forcée de reprendre son existence indépendante. La religion, dans le sens de sa définition maximum, aura vécu. — Quant au sentiment religieux, il disparaîtra évidemment avec la dissolution de l'idée religieuse. Mais il y a plus de conservatisme dans les sentiments que dans les idées. Il peut y avoir et il y aura certainement des survivances qui engendreront des conceptions plus ou moins bâtardes, mi-spiritualistes, mi-matérialistes, du monde.

Mais à leur tour ces survivances sont condamnées à disparaître, surtout quand disparaîtront certaines institutions sociales que la religion paraît sanctionner.

Le progrès de l'humanité apporte avec lui l'arrêt de mort de l'idée et du sentiment religieux. Les gens timides ou intéressés ont peur pour la morale. Mais, je le répète, la morale peut mener une existence indépendante.

La croyance en des êtres spirituels, même à l'heure qu'il est, est loin de renforcer la morale. Bien au contraire, les religions des peuples civilisés actuels sont, pour la plupart, en arrière du développement moral de ces peuples.

W. K. Clifford l' a dit avec raison : "Si les hommes n'étaient pas meilleurs que leurs religions, le monde serait un enfer !"

 

Réponse à une enquête faite par le Mercure de France sur l'avenir de la religion

Gheorgi Plekhanov

1907

http://www.marxists.org/francais/plekhanov/works/1907/00/gp19070000.htm


Moyenne des avis sur cet article :  2.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Gollum Gollum 23 mars 2013 11:12

    Tiens justement il y a ça sur Avox TV qui montre qu’une vision religieuse (au sens authentique du mot) des choses est promise à un bel avenir.. 


    Non seulement il y a de l’avenir mais cela peut nourrir des milliards d’hommes..

    Alors que l’idéologie marxiste, bof, bof...  smiley

    • viva 23 mars 2013 12:13

      Ça veux dire quoi l’idéologie marxiste. Si vous aviez lu le Capital de Marx, vous auriez su que ce qui se passe actuellement en matière éconolique est expliqué et inéluctable.



      Marx explique qu’en raison de la baisse tendancielle des profits, l’un des moyen de faire remonter les profits est de baisser les salaires, finalement cela entraine une surproduction donc le capitalisme se retrouve en échec.
      N’est ce pas ce que l’on voit en Grèce, en Espagne ? Et un peu partout dans le monde ?

      Les religions sont intemporelles, elles ont toujours existé et continueront tant que l’homme existera qulelue soit sa forme , c’est presque génétique..

      • Deneb Deneb 23 mars 2013 13:34

        Tiens, l’enrobée avec tous ses pseudos appelle à la modéstie. La paille et la poutre.


      • Deneb Deneb 23 mars 2013 13:40

        C’est déjà fini, « Les feux de l’amour » ?


      • leypanou 23 mars 2013 15:22


        Voilà un article qui va complètement à l’opposé de l’idolâtrie papale de ces derniers jours et ne peut qu’être le bienvenu.

        Quand vous dites : « Le progrès de l’humanité apporte avec lui l’arrêt de mort de l’idée et du sentiment religieux », peut-être, mais concrètement, comment cela se passe ? Y aura-t-il moins de pratiques et de recherches spirituelles ? Je ne pense pas que la réponse soit évidente.

        En tout cas, j’attends avec impatience votre prochain article sur la science et la religion : peut-on être croyant et scientifique ? Et le livre de Christopher Hitchens ici participe déjà aux débats.


        • epicure 24 mars 2013 20:36

          Il faut savoir distinguer spiritualité et religion, qui sont deux choses différentes
          Un athée qui pratique la méditation est plus dans la spiritualité qu’un fanatique religieux monothéiste pour qui la religion se résume finalement à l’application autoritaire de rites,à énoncer une morale mortifère et voir de la perversion hors de tout ce qui n’est aps conforme à ses dogmes.

          Le processus de sécularisation tend à faire reculer le second aspect de la religion, la religion normative, autoritaire, d’un autre côté avec les évolutions de la société et l’individualisme , la precherche de spiritualité a plutôt le vent en poupe, mais le problème c’est que beaucoup) ne savent pas différencier spiritualité et religion. La mode new age était porteuse de ce mouvement sociétal.
          Au fond il n’y a rien de plus anti-spirituel que de vouloir imposer des normes autoritaires à une société au nom de la spiritualité (en fait de la religion), puisque la spiritualité est avant tout une expérience personnelle.


        • Dwaabala Dwaabala 26 mars 2013 10:19

          @ epicure
          La confusion de la religion avec la spiritualité n’est possible que si dans celle-ci est admise la croyance en des êtres spirituels existant à côté des choses et des processus naturels.


        • Aldous Aldous 23 mars 2013 17:27

          Si nombre de gens croient à l’existence d’êtres spirituels et surnaturels, c’est que — pour diverses raisons — ils n’ont pu surmonter les obstacles qui les empêchent de se placer au point de vue scientifique.


          Sauf qu’il y a ses scientifiques croyants.



          • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 mars 2013 17:48

            SS votre dernier mot ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès