Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Lucifer

Les grandes manipulations, ou comment faire prendre des lanternes pour des vessies.
Ombre et Lumière sont un ensemble dans lequel est contenu probablement nombre de ce qu’on appelle « vérité », chose hautement casse-gueule, que certains tentent d’organiser, alors qu’il y a perpétuel mouvement, rythme.

Il y a comme un problème avec le nom Lucifer, et surtout dans la tradition chrétienne qui en a fait un « méchant ». Modestement je vais essayer de m’y retrouver avec ce dont je dispose.
 
Apparemment le nom Lucifer est comparé au Diable, à quelque chose de mauvais, de négatif, de pouvoir, de possession, etc. Positif et négatif existent bien. Libre à certains de croire en des forces négatives, comme le font les satanistes. Sataniste indiquant le sens de : culte de Satan. Hors en sumérien, Satan, Sa-tam, indique un administrateur territorial. Ainsi le Satan était le propriétaire de la Terre et aussi un « ange » important au service de Dieu (Yavhé). Ce Satam dirige les opérations dans la plaine mésopotamienne qui se nomme Edin (Éden). L’Éden indique le plaisir. Dans la Genèse, le « Jardin des délices » construit par Dieu ; dans la Cabale, le « Jardin des délices » ou lieu d’initiation aux mystères, selon H.P. Blavatsky. Eden est donc un terme sumérien qui désigne une plaine, une steppe, des plantations (selon le contexte). Il est toujours question de Jardin, mais dans le cas de la Mésopotamie, ce sont les humains qui travaillent dans ce Jardin pour le compte des Anunnaki (Voir le livre de Anton Parks : Le Testament de la Vierge, Éditions Nouvelle Terre).
 
Lucifer est attaché à la lumière. Lumière est un mot, comme le mot Feu, comme le mot Eau, qui pourrait tenir, et encore, dans 20 volumes de 1000 pages chacun ! Tout est double, et le contraire de la lumière c’est l’obscurité.
La lumière peut être ténèbres ou lumière abstraite ou absolu. Ainsi le passage est très étroit et l’on peut facilement tomber dans le satanisme ! voire les dérives en magie blanche ou noire. La voie entre le choix de ce qui serait le bien et le mal est complexe ! Toute dualité pose problème digne d’une ingénierie d’études très poussées. D’ailleurs l’Église Chrétienne a associé les ténèbres au Diable, comme s’il y avait une inversion. Qui fait une inversion : les Chrétiens, ou les Satanistes ? D’où peut-être les accusations de satanisme contre les Papes de notre époque.
Sans ténèbres pas de lumière ! ou du moins elle est à l’état latent. Et c’est bien dans les caves, les grottes sombres que l’on trouve les « Trésors » ! Platon avec sa Caverne est devenu à la mode en étant souvent cité.
 
Et comme dit une devise Alchimique mentionnée dans L’œuvre au Noir, de Marguerite Yourcenar :
« Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore ».
 
Lucifer c’est aussi :
Luci faire, et fer (avec l’aide de la lumière).
 
Après ça, il n’est pas étonnant que l’on ait pris et continue à prendre les Alchimistes pour des diables (puisque les Alchimistes « aident » la Nature et se comportent donc comme des créateurs à la place du Créateur, l’alchimie étant souvent appelée Art).
Tout comme on peut en arriver à douter : de l’Alchimie, en retournant dans le monde profane ; de douter de Dieu : la plongée dans l’obscurité spirituelle, « l’heure terrible où Dieu n’est pas vrai et où je continue à l’aimer quand même » (Marie Noël 1883 - 1967). Sainte Thérèse de Lisieux (1873 - 1897) fut envahie des plus épaisses ténèbres le jour de Pâques alors qu’elle n’avait que 23 ans.
Comme tout ce qui est dans la Nature : EN DISCONTINUITÉ, Paul Claudel expliquait : « On ne va pas d’un seul coup à la Lumière. On y va par le chemin de l’obscurité. On ne quitte pas l’obscurité une fois pour toutes, c’est un va-et-vient continuel de l’un à l’autre ». (Paul Claudel, Mémoires improvisés, Éditions Gallimard)
 
La traversée de ce que l’on nomme la « nuit spirituelle », ou je dirais plutôt, un instant en suspens ou SILENCE, est loin d’être un doute ou un scepticisme profond, ou une perte de foi, c’est un passage quasi obligé dans l’itinéraire des grands mystiques. Saint Jean de la Croix (1542 - 1591), poète et Saint, consacra une grande partie de ses écrits à ce Silence, à cette nuit, à ce noir ; on le surnomma même « Docteur des nuits ».

La pose, le Silence, le noir, la nuit, calmer son mental, le Wou-wei ou non agir du Taoïsme, le « lâcher prise » : « Je prie Dieu de me libérer même de Dieu » écrivait Maître Eckhart.
Lucifer vient de Luce, la Lumière. Luciole, cet insecte coléoptère lumineux symbolise non seulement la Lumière, mais en Chine cet insecte est le compagnon des étudiants pauvres en leur fournissant la lumière pour leurs études nocturnes. Le Japon célèbre une fête des lucioles (Voir le dictionnaire des symboles, de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, chez Robert Laffont).
Le sens de la lumière est peut-être né de l’observation de la pousse des plantes. La lumière est indissociable de l’ombre, et comme tout symbole et toute dualité, le côté sombre de la lumière en Égypte ancienne était Seth : la lumière des ténèbres.
Tout comme le Rouge est caché dans le Vert, sa couleur complémentaire ; le vert de gris dans le cuivre ; la chlorophylle et le sang rouge de mammifère...
Dualité exprimée fortement par le Yin et le Yang, dans lequel le Yin contient la latence du Yang et l’inverse ; tout comme le mouvement entre le Soufre et le Mercure du symbolisme alchimique. Haut et bas, Ciel et Terre, beaucoup de choses en miroir.
Beaucoup de choses sont en inverse, en croisement. Ainsi l’ange déchu de la tradition chrétienne ne l’était pas avant sa chute ; le dieu Seth de l’Égypte ancienne ne fut pas toujours mauvais, le feu sethien sert par exemple pour la germination de graines dans les sept Puissances de la déesse Sechat ; le dieu Ptah possède un bâton dont la tête représente Seth (dans le sens de l’adversaire mettant en mouvement les contraires) ; Seth a même défendu Rê le Soleil sur sa barque. Seth qui est aussi indiqué comme le mauvais côté du symbole Osiris. Seth est associé au terrible mental, à l’intellect.

Termes autour de la lumière dans le français du Moyen Age, avec la source Lu, Luce :
- Lucane : la lucarne qui apporte la lumière du jour.
- Lucerne : le flambeau, la lampe.
- Luchnere : chandelier, bougeoir.
- Luciabel : Lucifer.
- Lucrer : gagner, dans le sens d’avoir du profit.
- Lucrier : sens de Mercenaire.
- Lucrative : Gain.
- Lucel, Luisel, Lugel : tombeau, cercueil, Châsse du Saint.
- Luiserne, Lucerne : flambeau, lampe, lanterne, lumière, lueur.
- Luisir, Luisier, Luire : briller, faire temps claire.
- Luoison : lueur, lumière.
- Luisable : brillant, lumineux.
- Luisoire : qui est en chaleur, en parlant d’une femelle animal.
- Lum, Lun, Lume : lumière, flambeau.
- Luminaire, Luminer, Luminos : lumière, clarté, illuminer, luminosité.
- Luor, Luoison : lueur, lumière.
 
Lumière dans l’écriture de l’Égypte ancienne.
D’abord cette famille du concept de lumière commence par le J i bref, yod, représenté en Hiéroglyphe par un roseau fleuri. Cette « lettre » représente la matérialisation du profane et donc la dualité du mouvement ciel/terre. Prise isolément elle indique : je, mon, ma, mes, moi.
Cacher s’écrit : Jmn (jemen), même chose que le dieu Amon ; et Jn m (jen em) indique le contraire : l’enveloppe extérieure ou le sac ou la peau.
Jb (jeb) indique le cœur, la conscience ; dans sa variante 3h (aeh) elle indique l’esprit, un état spirituel, un état glorieux, un état bénéfique.
Lumière est indiqué dans le cours d’égyptien hiéroglyphique de Pierre Grandet et Bernard Mathieu, par Sw (s avec accent), indiquant : vide, couper ou privé de ; mais aussi être sec ; soleil ; lumière solaire.
Le contraire c’est l’ombre indiqué par swyt (chouit).
Quant à la lumière lunaire ou la Lune elle-même : J3h (iah), elle est un des symboles de l’Eau ; alors il n’est pas étonnant que J3hJ (iahi) indique inonder, être inondé ou recouvert par l’inondation.

Lucifer, d’après le Dictionnaire Mytho-Hermétique de Dom Antoine-Joseph Pernety.
Lucifer : Magistère lorsqu’il sort de la putréfaction. Il est ainsi nommé de ce que les Philosophes appellent lumière, la Matière parvenue au Blanc, et que cette blancheur est annoncée par un petit cercle blanc qui se forme sur le noir autour de la Matière.
Pour le mot Lumière, Pernety indique que ce nom est donné au Mercure quand il blanchit après la putréfaction ; il y a alors séparation des ténèbres de la Lumière. Les Philosophes nomment aussi Lumière la poudre de projection...
Le Soufre rouge est aussi assimilé à la Lumière parce qu’il est appelé Soleil...

Avec ces associations, on se rend bien compte qu’il s’agit d’analogie, de similitudes, de « signatures », tout comme on peut voir dans certaines taches, dans certains rochers un visage humain ou une silhouette animale. Et comme la Caverne de Platon, les plantes en savent long sur les profondeurs et ce qui s’y trame, véritable empire souterrain.
Et dans certains mythes les hommes naissent des arbres. « Toutes les herbes, plantes, arbres et autres provenants des entrailles de la Terre, sont autant de Livres et signes magiques, communiqués par l’infinie miséricorde de Dieu » (Oswald Crollius, La Royale Chimie de Crollius, Lyon, 1624. Cité dans La Plante Compagne, de Pierre Lieutaghi)
 
Cas de l’OR.
L’Or brille, ce qui brille vibre, miroite comme l’eau du Pactole, rivière de Lydie qui roulait des paillettes d’Or. L’Or à la fois splendide pour les arts et terrible dans la matérialisation qu’on a fait de sa rareté, tant il fait des ravages depuis plusieurs millénaires maintenant. A. J. Pernety explique que la propriété de la rivière Pactole venait du roi Midas qui s’y lava, pour se débarrasser du don funeste que Bacchus lui avait fait changer en Or tout ce qu’il toucherait. De nos jours si matérialistes, l’expression populaire « toucher le pactole » doit être le souhait de tous banquiers !
 
Lucifer, d’après le Glossaire Théosophique inachevé de H. P. Blavatsky :
La planète Vénus représentée par la brillante "Étoile du Matin". Avant Milton, Lucifer n’avait jamais été le nom donné au Diable. Bien au contraire, puisqu’on fait dire au Sauveur chrétien lui-même dans l’Apocalypse (XXII, 16.), « Moi, Jésus, j’ai envoyé mon Ange publier chez vous ces révélations concernant les Églises. Je suis le rejeton de la race de David, l’Étoile radieuse du Matin » ou Lucifer l’astre du matin. Un des premiers papes de Rome porta ce nom ; et il y eut même, au 4ème siècle, une secte chrétienne dont les membres s’appelaient Lucifériens. (Ce glossaire ayant été écrit au 19è siècle, le mot secte ne possédant pas autant de fardeaux négatifs comme actuellement).

Lucifer, d’après les études d’Anton Parks dans son livre : Le Testament de la Vierge, Éditions Nouvelle Terre.
Dans sa suite de trois livres sur les Sumériens et les mystères de l’origine des humains, Anton Parks utilise en titre de ses ouvrages : Gir-Kù, que Parks traduit par « saint four ». Dans le lexique du sumérien pour débutants à ma disposition (Éditions Geuthner), Gir4 indique : four à chaux, four à bitume, mais aussi colère (au Gir10). Kù indique un métal, le pur, le sacré, saint.
Et Gir (avec un accent sur le G) indique un couteau, une épée, un éclair de lumière. Et effectivement Gir-Kùu indique une sainte épée ou un saint éclair de lumière. Voilà donc les sens du titres des ouvrages de A. Parks, comme il l’explique dans son livre Le Testament de la Vierge.
Je poursuit : Gir-Kù (avec accent sur le G et accent aigu sur le i) transformé en Gir-Kù (sans accent sur le G et accent grave sur le i) donne le « saint veilleur » ou « saint contrôleur ».
Parks nous dit que Horus est le veilleur par excellence, surtout avec un œil si terrible ; cet œil est le troisième œil ou vision intuitive.
Nergal est associé à Horus, et se nomme aussi Gir4-Kù et donc « saint four ». Nergal en sumérien se décompose en NÈ-IRI11-GAL : la force de la grande région ». Ce dieu serait récent dans l’esprit des Mésopotamiens. Selon Parks, il est fort probable que l’un des anciens noms d’Horus soit : Ner-Kal ou Ner-Kall. Horus : le dieu faucon, fils d’Isis et Osiris, selon la théologie osirienne (Trinité Mère-Isis, Fils-Horus, Père-Osiris). Nergal est donc associé à Lucifer, c’est-à-dire Vénus. « En tant que divinité chthonienne, maîtresse de la lumière et d’une certaine épée Gir-Kù, Ner-Kal a été bêtement assimilé à un être infernal et maléfique. Son Gir-Kù, « sainte épée », est devenu Gir4-Kù, « saint four », avec lequel il s’est finalement confondu » nous explique A. Parks.

« Qu’il brûle encore quand se lève Lucifer (l’astre du matin), celui qui ne connaît pas de couchant, le Christ ressuscité revenu des enfers, qui répand sur les hommes sa lumière et sa paix ». (L’Exultet, chant liturgique de la veillée Pascale, par lequel l’Église catholique proclame l’irruption de la lumière dans les ténèbres)
 
Ainsi il y a eu manipulation de la par des Anciens Prêtres de l’orient et des scribes qui travaillaient à leur service, et qui n’ont cessé de jouer avec le sens des termes. Ces jeux de mots et homophones reproduits au fil des siècles ont permis de créer des doubles de mêmes personnages historiques, afin de transformer l’histoire en un sac de nœuds impossible à démêler.
 
Concernant l’aspect « matériel » de Lucifer, ou le mauvais côté de son symbole, j’essaye d’en donner un exemple à travers Jean Coulonval et son livre : Synthèse et Temps Nouveaux.
Coulonval aborde son métier : tourneur sur métaux. Il explique que le tour, cette machine tournante « possède une essence : la conjonction de deux mouvements, l’un circulaire de la pièce à usiner, et l’autre de translation de l’outil sur la pièce (ou l’inverse). Cette conjonction, ou sa possibilité, existe de toute éternité dans les essences de la Création, avant même qu’aucun homme ait eu l’idée, dans le temps et l’espace, de construire un tour. Les tours, fraiseuses, perceuses, imaginés à partir de ces essences géométriques pour une multitude de besoins particuliers, je les appellerai des « accidents ». Il se trouvera toujours un imbécile pour essayer de faire fonctionner la machine à l’envers, c’est-à-dire renverser l’ordre essences-accidents. Résultat : il bousille quelque chose.
La révolte de Lucifer, le péché originel, ce n’est rien de plus. C’est simple comme le fil à couper le beurre ».
 
Lucifer, selon Charles Webster Leadbeater et son livre : L’Occultisme dans la Nature.
« L’idée de l’ange Lucifer qui se révolta et fut chassé du ciel, repose principalement sur le « Paradis perdu » de John Milton. La conception donnée dans le Livre de Job sur le même sujet n’est pas du tout la même. Dans ce récit, le démon est un personnage tout différent du sombre héros de Milton. Les Bouddhistes ont Mara qui personnifie le Karma du passé s’appesantissant tout d’un coup sur l’homme et sous des formes multiples ; car au moment d’atteindre l’illumination, il se produit un épuisement instantané du Karma ».
 
L’histoire du diable et de son ami
« Peut-être avez-vous souvenir de cette histoire du diable et de son ami : ils marchaient dans la rue quand ils virent devant eux un homme se baisser pour ramasser quelque chose et le mettre dans sa poche. L’ami dit au diable : « Qu’est ce que cet homme vient de ramasser ? » « Un petit bout de Vérité », répondit le diable. « Mauvaise affaire pour vous, alors ! », remarqua l’ami. « Oh, pas du tout, répliqua le diable, Je vais l’aider à l’organiser ! »
Je maintiens que la vérité est un pays sans chemin que vous ne pouvez l’approcher par aucune route, quelle qu’elle soit : aucune religion, aucune secte. Tel est mon point de vue, et j’y adhère d’une façon absolue et inconditionnelle. La vérité étant illimitée, inconditionnée, ne peut être approchée par quel que sentier que ce soit, elle ne peut pas être organisée on ne devrait pas non plus créer des organisations qui conduisent ou forcent les hommes à suivre un chemin particulier. Si vous comprenez bien cela dès le début, vous verrez à quel point il est impossible d’organiser une croyance. »
(Extrait d’un enseignement de Jiddu Krishnamurti)(1)


Note.
1. Ainsi la boucle est bouclé : comme expliqué au début, Satam, Satan étant un administrateur territorial, il n’est pas étonnant que dans sa « parabole », Krishnamurti fait dire au diable qu’il organise la trouvaille de l’homme « qui a découvert quelque chose ».
 
M. R.
 
(Reprise d’un article sur le site AIO dont je suis l’auteur)
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 17 novembre 2009 15:27

    Lucifer , tu illumines ma soirée !


    • ZEN ZEN 18 novembre 2009 11:52

      Les Ch’tis se rencontrent diaboliquement


    • pseudo 17 novembre 2009 16:25

      je suis éclairé, merci pour ce texte.

      Il existe aussi les Stars de nos sociétés qui sont des porteuses de lumières. 
      Comme le Roi soleil, les étoiles finissent toujours par bruler leurs satellites pour s’éteindre en explosant. 
      Il existe une autre forme de lumière plus subtile que l’on retrouve dans les personnes charismatiques. Ces personnes ont choisie leur camp, les notions de mal et de bien sont facile à discerner. Imaginer sur un podium mère Térésa de Calcuta à côté Hitler, il faudrait être aveugle pour ne rien voire.
      Il suffit d’allumer son poste de télévision pour s’apercevoir, que Satan n’est pas qu’un personnage imaginaire de la mythologie.
       

      • plancherDesVaches 17 novembre 2009 16:52

        Tant qu’il existera le mal, les femelles seront toutes atirées. (en un seul, voire deux mots)

        Et c’est le principal.


        • Shaytan666 Shaytan666 17 novembre 2009 18:50

          Et moi qui ai toujours pensé que l’on disait « des vessies pour des lanternes »  smiley

          Enfin moi c’est Shaytan, parait que ça veut dire Satan en arabe et que je suis un copain d’Iblis.  smiley


          • saint_sebastien saint_sebastien 17 novembre 2009 19:17

            Pour moi le Diable est un ami. L’idée d’un diable , d’une entité diabolique chez les croyants me permet de réfuter toute existence d’un Dieu moral. 


            C’est pour cela que j’aime Satan , ou l’idée de la croyance en Satan , qui rend impossible l’idée d’un Dieu moral.

            Puisque ce Dieu moral aurait donc inventer en même temps ’le mal’ ? le malin ? ce Dieu moral n’aurait donc aucun pouvoir sur sa création ? il n’est donc pas moral , mais neutre , et sa prétendue révélation à l’homme n’a ni sens ni but , puisqu’il est incapable de contrôler sa créature et sa création.

            Je suis donc dans une certaine mesure Sataniste , en considérant que la création est un mouvement ordonné certes, mais non moral , et la façon dont ce comporte l’homme n’a aucune importance ni conséquence autre que pour l’humanité , et sûrement pas pour son créateur.

            Satan est l’expression de l’idée d’un libre arbitre , en tout cas de la capacité à apprendre et à interragir d’une manière nouvelle avec notre environnement , ce qui différencierait l’homme de l’animal . Satan , Lucifer ou les autres Démons sont donc la lumière de l’intelligence de l’homme , quand il devient conscient de sa propre condition et l’inutilité du divin car totalement neutre concernant le sort de l’homme.

            Blâmons nous l’immoralité du Loup qui tue un mouton , blâmons nous le péché de la terre quand elle tue des milliers d’êtres via tremblements de terre ? quelle est la moralité de la mort de millions de gens pendant la grippe espagnole ou la peste ? Uniquement celle que l’homme lui fixe , mais le virus , la tectonique des plaques, la disparition des dinosaures , la formation de la terre dans le système solaire n’a rien de moral.

            J’interprète le fait qu’Adam et Eve , tentés par le malin , soient chassés d’Eden comme le passage de l’homme d’un état animal vers un autre état. C’est Satan , ou l’idée du malin , qui permet la transition de l’homme entre les 2 états , donc d’une manière Symbolique , le mal religieux , Satan est la lumière de l’esprit qui a permit à l’homme d’être ce qu’il est. 

            Quelqu’un libre d’être un prédateur envers sa propre espèce ou non , libre de se créer l’existence d’un Dieu moral qui n’existe que par l’homme et pour l’homme. 

            Quand le dernier humain aura disparu , est que ce Dieu moral existera toujours ? c’est comme se demander si l’univers a une réalité sans spectateur vivant et conscient pour l’apprécier.

            • Jojo 17 novembre 2009 19:45

              Wow !
              Ça c’est de l’imparable et dire que ça a échappé et que ça échappe encore à des milliards de croyants, c’est pourtant si évident…
              Et pas qu’aux croyants en fait. Vous devriez déposer un brevet, depuis le temps que des ... autrement plus malins que vous, cherchent la faille…


            • ZEN ZEN 17 novembre 2009 19:51

              @ Jojo
              Diable !... smiley


            • L'enfoiré L’enfoiré 17 novembre 2009 19:28

              @L’auteur,
               Si vous êtes obnubilé par Lucifer et que vous aimez les thrillers, je vous conseille la lecture de « Le serment des limbes »


              • rikiki 17 novembre 2009 19:52

                Pour les lanternes en forme de vessie, ou l’inverse, difficile souvent de voir d’où vient la lumière, et si elle est polarisée par exemple.

                Merci à saint_bastien pour son argument très intéressant. La morale me choque souvent car elle me semble rarement à sa place.

                A l’Enfoiré.
                Non pas obnubilé par Lucifer, mais me posant depuis longtemps des questions sur ce qu’il y a d’autres en dehors de la pensée duelle, la pensée du oui, non, oui et non, ni oui ni non. Les Chinois se sont penchés la-dessus il y a plus de 3000 ans avec le Yi King ou Livre des mutations.


                • beneolentia beneolentia 17 novembre 2009 21:10

                  Qui l’aime le suive...

                   CHAPITRE 10

                  1. Alors le Très-Haut, le Grand et le Saint fit entendre sa voix

                  2. Et il envoya Arsayalalyur auprès de Lamech

                  3. Disant : parle-lui en mon nom ; mais cache toi à ses yeux.

                  4. Puis dévoile-lui le grand cataclysme qui doit faire périr tous les hommes ; quand les eaux du déluge se répandront sur la face de la terre, et que toute créature sera détruite.

                  5. Mais enseigne-lui les moyens d’échapper ; dis-lui comment sa race se perpétuera sur toute la terre.

                  6. Puis le Seigneur dit à Raphaël ; Prends Azaziel, lie-lui les pieds et les mains ; jette-le dans les ténèbres ; et abandonne-le dans le désert de Dudael.

                  7. Fais pleuvoir sur lui des pierres lourdes et pointues ; enveloppe-le de ténèbres.

                  8. Qu’il y reste à jamais, que sa face soit couverte d’un voile épais ; et qu’il ne voit jamais la lumière.

                  9. Et quand se lèvera le jour du jugement plonge-le dans le feu

                  10. Cependant purifie la terre, que les anges ont souillés ; annonce-lui la vie ; annonce-lui que je la revivifierai.

                  11. Les fils des hommes ne périront pas tous à cause des secrets que les vigilants leur ont révélés et qu’ils ont enseignés à leur descendant

                  12. Mais la terre a été souillée par les enseignements d’Azaziel. Aussi est-ce lui qui doit être responsable de tous les crimes.

                  13. Le Seigneur dit ensuite à Gabriel : Va vers les méchants, vers les réprouvés, vers les enfants de fornication ; extermine ces enfants de fornication, ces rejetons des vigilants, du milieu des hommes ; pousse-les, excite-les les uns contre les autres. Qu’ils périssent de leurs propres mains ; car leurs jours ne seront pas complets.

                  14. Ils te supplieront, mais leurs prières n’obtiendront rien pour eux ; et c’est en vain qu’ils espéreront pour leur enfants la vie éternelle, et même une vie de cinq cents années.

                  15. Le Seigneur dit ensuite à Michaël : Va et annonce le châtiment qui attend Samyaza et tous ceux qui ont participe à ces crimes, qui se sont unis à des femmes, qui se sont souillés par toutes sortes d’impuretés. Et quand leurs fils seront extermines, quand ils auront vu la ruine de ce qu’ils ont de plus cher au monde, enchaîne-les sous la terre, pour soixante-dix générations, jusqu’au jour du jugement, et de la consommation universelle ; et l’effet de ce jugement sera pour eux éternel.

                  16. Alors ils seront jetés dans les profondeurs d’un feu qui les tourmentera sans cesse ; et ils y resteront toute l’éternité.

                  17. Avec eux leur chef brûlera dans les flammes ; et tous ils y seront enchaînés jusqu’à la consommation d’un grand nombre de générations.

                  18. Extermine en même temps toutes les âmes adonnées à de coupables jeux ; extermine les rejetons des vigilants ; assez et trop longtemps ils ont tyrannisé le genre humain.

                  19. Que les oppresseurs soient enlevés de la face de la terre.

                  20. Que le mal soit anéanti !

                  21. Mais que la plante de la justice et de l’équité refleurisse, et devienne un gage de bénédiction.

                  22. Car la justice et l’équité doit refleurir avec la joie pour des temps sans fin.

                  23. Et alors tous les Saints adresseront au ciel leurs actions de grâces, et vivront jusqu’à ce qu’ils aient engendré mille enfants, tandis que les jours de leur jeunesse et leurs sabats s’écouleront dans la joie et la paix. A cette époque toute la terre sera cultivée dans la justice : elle se remplira d’arbres et de bénédictions ; des arbres délicieux y seront plantés.

                  24. La vigne y croîtra en abondance, et produira du fruit à satiété ; toutes les semences qui seront confiées à la terre, rapporteront mille mesures pour une ; et une mesure d’olive, fournira à dix pressées d’huile.

                  25. Délivré la terre de toute tyrannie, de toute injustice, de tout crime, de toute impiété, de tout ce qui peut la souiller. Que le mal en soit banni à jamais.

                  26. Alors, les enfants des hommes vivront dans la justice, et toutes les nations me rendront les honneurs qui me sont dus ; toutes me béniront, toutes m’adoreront.

                  27. La terre sera délivrée de toute corruption, de tout crime, de tout châtiment, de toute souffrance ; et elle n’aura plus à craindre de moi un déluge exterminateur.

                  +

                  Le livre d’Hénoch

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_d%27H%C3%A9noch



                  • moebius 17 novembre 2009 21:21

                     amis de l’ésotérisme salut....avec lucifer on est pas du tout la dedans dans la dualité des contraires dans la dialectique, celle du ying et du yang on est dans la lux , la lumiére qui pointe a l’horizon, le matin....Lucifer, le porteur de lumiére, l’étoile du matin, Vénus, l’aurore, Jésus aussi....et ...l’orgueil aussi celui de tout les matins du monde qui pointe dans à l’horizon aprés la nuit. appuyez sur votre interrupteur et vous y étes. Contemplez votre écran . LUX..la lumiére quoi..lucifer si vous éteignez vous etes dans le noir et aprés essayez donc de retrouver vos pantoufles


                    • Capone13000 Capone13000 17 novembre 2009 21:38

                      Le Diable n’existe que pour justifier l"existence d’un Dieu, l’un permet de justifier l’existence de l’autre.
                      Sans celà l’homme retourne à ses questions métaphysiques, questions sans réponses, la nature à horreur du vide, et nous sommes un bout de cette Nature ...


                      • rikiki 17 novembre 2009 22:20

                        Feu, Lumière, ça peut être terrible.

                        Petite parabole de Nasr Eddin Hodja :
                        Rentrant fort tard de la maison de thé, Nasr Eddin laisse tomber, devant le seuil de chez lui, l’anneau qu’il porte au doigt.
                        Aussitôt l’ami qui l’accompagne s’accroupit pour chercher à tâtons. Nasr Eddin, lui, retourne au milieu de la rue, qu’éclaire un splendide clair de Lune.
                        - Que vas-tu faire là-bas, Nasr Eddin ? C’est ici que ta bague est tombée !
                        - Fais à ta guise, répond le Hodja. Moi je préfère chercher où il y a de la lumière.

                        Oui on parle de Nature et d’écologie comme si c’était en dehors de nombre de personnes, alors que tous nous sommes la Nature, Pan, le Tout.


                        • moebius 17 novembre 2009 22:25

                          Regarde ton écran et voit la lumiére car la lumiére te voit. Tu est fait de lumiére et , la lumiére est en toi et illumine le fond obscur de la cuvette de tes water closet tant tu irradies de la lumiére car sache Oh ! internaute que ton anus est solaire et que chaque matin il illumine notre monde de sa comprhénsion et que sans la lumiére le monde serait obscur et que l’on ne verrait absolument rien et que l’on se prendait les pieds dans le tapis et ce qui pourrait occassionner une chute et donc un arrét de travail et en conséquence un creusement du trou de la sécu et ce qui serait assez facheux et somme toute on ne verrait rien du tout et sache que si tu veut voir dans le noir il faut allumer la lumiére car sans la lumiére il fait tout noir et l’on ne voit rien du tout alors bénis la lumiére qui tout les matins dissipent les ténébres 


                          • moebius 17 novembre 2009 22:26

                            et achéte des piles


                            • Jean-Fred 18 novembre 2009 12:01

                              Bonjour,

                              Vous semblez bien connaître le sujet et j’aimerais vous soumettre une interprétation de ce qu’est Lucifer pour moi. Toutes critiques étant la bienvenue (positive et aussi négative) !!

                              Cette interprétation, je l’ai lu quelque part ou j’ai alors fait des corrélations entre différents textes, mais je connais pas l’origine de cette pensée. Si vous avez une idée, merci de me le dire !!

                              Le départ de l’Homme sur terre, c’est quand il a mangé la pomme à cause du serpent.
                              Le serpent est en fait l’incarnation de Lucifer sur Terre.

                              Lucifer fut le premier Ange créé par Dieu, il était le plus fort, le plus beau, ...
                              Dieu avait confié une Mission à Lucifer car il était le porteur de la Lumière (le savoir absolu), il lui avait demandé d’éclairer les Hommes dans leur chemin, mais il ne comprenait pas vraiment le but inavoué de Dieu.

                              Pourquoi l’avait-il crée ? Il était le plus beau, le plus fort, et porteur de la Lumière, qu’elle était l’objectif inavoué de Dieu ? Que voulait-il (Dieu) qu’il fasse vraiment ?
                              Dieu lui avait ordonné d’éclairer les Hommes, mais il ne devait en AUCUN CAS donner la lumière aux hommes.

                              Lucifer s’est alors révolté et puisqu’il était porteur de la lumière, il pensa être capable de créer son propre Univers.
                              Dieu reconnu la pensée de Lucifer, et le chassa du Paradis. Lucifer s’est alors incarné en serpent dans le jardin d’Eden pour offrir la pomme (La connaissance) aux Humains.

                              Instantanément, L’Homme a pu se reconnaître et se situer car la dualité est indispensable pour se reconnaître et se situer. Par exemple : nous reconnaissons le bien parce que le mal existe, ...

                              Adam dans le jardin d’Eden était incapable de se situer ne connaissant pas le mal, ...
                              Il ne pouvait pas non plus se reconnaître (première réaction : Pudeur).

                              C’est grâce à Lucifer que l’homme se reconnaît en tant qu’entité indépendante, mais nous ayant transmis la négation, nous connaissons toutes les joies et les peines associées.

                              Jésus Christ (le réconciliateur) est alors arrivé, il dit aux Hommes :
                              Aime ton prochain, et plus encore celui qui te déteste. Si quelqu’un te frappe, tends l’autre joue.

                              Jésus est mort sur la croix pour pardonner nos péchés, mais bien plus encore, il a fait signer un pacte entre Dieu, nous et Lucifer.
                              Jésus Christ en nous demandant de pardonner à notre prochain, nous demande en faite de pardonner à Lucifer qui nous a donné Sa Lumière (bien ténébreuse d’ailleurs)

                              D’après ce que j’ai pu lire, Dieu lui même n’aurait pas voulu cette histoire (on n’en sait rien en fait), et c’est son fils Jésus Christ qui est intervenu pour nous réconcilier avec Dieu.
                              Bref, il a tenté de « raisonner » son Père, et fait en sorte de racheter nos fautes auprès de lui pour que nous puissions de nouveau accéder au paradis.

                              La condition pour retourner au paradis : Pardonner à Lucifer


                              • bright13 bright13 18 novembre 2009 14:29

                                heuuu pas nécessairement pertinent de prendre les symboles pour argent comptant...


                              • Krusty Krusty 18 novembre 2009 14:39

                                (Jean-Fred) « La condition pour retourner au paradis : Pardonner à Lucifer »

                                Ok, je commence :

                                Je te pardonne, Nicolas S....argh...non c’est trop dur je n’y arrive pas...

                                Sinon j’ai connu une certaine Ludivine à une époque, mais contrairement aux dires de l’Auteur, c’était pas vraiment une lumière. Paradoxalement, elle allumait tout ce qui passait...


                              • Shaytan666 Shaytan666 18 novembre 2009 15:01
                                Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre
                                C’est la phrase exacte reprise dans l’évangile de Mathieu.C’est une phrase intéressante sur laquelle il y a moyen de disserter.
                                Le mot « droite » a toute son importance et c’est même le mot « clef », en effet il est impossible pour un droitier de gifler quelqu’un sur la joue droite avec la paume de la main, il est obligé d’employer le dos. A l’époque frapper quelqu’un au visage avec le dos de la main était une marque de non-respect, le maître frappait son esclave de cette façon.
                                Par cette phrase Jésus a voulu dire, non pas tu me frappes à droite recommence à gauche, il a simplement voulu expliquer, si quelqu’un te frappe, montre lui qu’il peut le faire si tu l’as mérité mais qu’il le fasse avec respect.
                                J’ai également lu cette explication quelque part, je sais plus où, mais elle m’avais bien plu.

                              • saint_sebastien saint_sebastien 18 novembre 2009 18:42

                                Pourquoi devoir pardonner à Lucifer ?

                                Pourquoi vouloir aller au Paradis ? pour le bonheur éternel ? mais quel est l’intérêt d’un bonheur éternel ? On peut apprécier la vie parce qu’on souffre , on peut apprecier le bonheur parce qu’il est court et furtif. Comment apprécier le bonheur si il est infini ? 

                                La vie sans la lumière qu’apporte Lucifer à l’homme est une vie de l’ordre animal , pas de l’humain ... manger , dormir , se reproduire.

                                Etre conscient de sa propre condition , de ses propres limites et défaut et souffrir est ce que qui fait l’homme l’homme. 

                                Lucifer n’est donc pas le démon de péché qui influencerait l’homme afin qu’il désobéisse à Dieu , Lucifer est la lumière qui fait que l’homme est ce qu’il est...

                                Bien sur ni Dieu ni Lucifer n’existent , en tout cas ceux décrits par les religions. Mais utiliser ce langage symbolique est un exercice intéressant , qui me fait revendiquer un certain Culte de Satan , qui loin d’être le malin représente la lumière et la connaissance , face à l’obscurantisme religieux.

                              • dom y loulou dom 18 novembre 2009 14:54


                                votre texte est un amalgame douteux.


                                on y lit toutefois comment l’ancien testament a été écrit. Essentiellement pour plaire à ses auteurs et nous envoyer tous de berzerk.

                                L’Edin des sumeriens ne ressemble en rien à un jardin, mais à une plaine minière où les anunaki cherchèrent de l’or pour sauver leur planète d’origine.

                                Vous parlez des sumeriens on omettant absolument tout de leurs récits.

                                sauf le terme de Sat-Am donc...encore un terme bénin diabolisé par les babyloniens donc.

                                Les « divinités » sumeriennes ne flottent pas dans l’astral olympique des richesses matérielles ni sur un nuage abstrait et devant lesquels l’humnaité ne pourrait que se prosterner en soumission absolue tandis qu’ils font n’importe quoi et surtout manipulent à l’envi les destins des aom.

                                Le dieu de l’ancien testament est un sadique complet puisqu’il pose ses enfants dans un jardin limité uniquement pour attendre qu’ils tombent dans son piège, il glorifie les massacres pour donner de la terre à ses ouailles et adore apparemment les massacres et les sacrifices en chaîne.

                                Il se présente exactement comme Marduk dans les récits sumeriens comme « dieu au-dessus de tous les dieux » et Vénus provient elle aussi de babylone, Inanna la « déesse » du sexe et de la perversité transformée en Marie reine du ciel par le vatican. Eloignant les esprits de la mémoire de Ninmah sumerienne qui fut selo eux la mère de l’humanité.

                                Les « dieux » sumeriens sont très différents, Ils sont aussi instructeurs qu’enseignants pour les aom,ils vivent et sont très libertins, ils font des bourdes dont ils apprennent^, comme toutes les créatures. Ils sont donc des êtres de chair et d’os.

                                les sumeriens n’ont aucune divinité du mal ou du bien absolu. Cette scission de l’esprit et le maintien de l’humanité dans le jugement permanent leur est inconnu.

                                Leurs ANUNAKI, venus d’une autre planète donc, sont investis d’une civilisation infiniment plus avancée que ce que connaissent les aom, ils marchent et vivent parmi eux en faternité et leur enseignent toutes les facettes de la civilisation selon leurs récits.Ils sont bien des gens physiques et des personages ayant existé. Contrairemnt aux différenzts panthéons de dieux aussi abstraits que flottant au-desus de l’humanité en vue de les rétribuer ou de les punir. Juste rien à voir.

                                L’exact opposé de ce que Marduk, premier fils d’Enki et qui dégénéra en prenant babylone par la force en se déclarant « dieu au-dessus de tous les dieux » produit dans lâge du bélier à l’aide de Shamgaz et des deux cent Igigi renégats qui se rebellèrent contre la noblesse de l’être, refusant de voir les aom comme leurs égaux et mettant toujours tout en oeuvre pour les maintenir en soumission et en docilité complète devant les terreurs imposées.


                                Mettant tout en oeuvre pour les ramener à l’état de singes ameliorés, abusant du terme de dieux uniquement par leur supériorité mentale et technologique sur les pauvres peuples qui durent les subir.


                                Les similitudes avec le système médiatique d’aujourd’hui sont frappantes.


                                Et tandis que durant 4000 ans la cosanguinité a ravagé leur potentiel génétique la conscience des aom n’aura, elle, fait que grandir.

                                On ne s’étonne plus du tout de leur obsession de faire percevoir la lumière et à fortiori la lumière de la connaissance comme le mal absolu.




                                • Shaytan666 Shaytan666 18 novembre 2009 15:06

                                  Si j’ai bien compris mais je peux me tromper, le but de l’auteur n’est pas de nous convaincre de l’existence ou de la non existence de Satan, mais de tenter d’expliquer ce qu’il représente dans les trois grandes religions monothéistes.
                                  On peut comme moi être tout à fait athée et s’intéresser aux religions, à leurs symboles et à ce qu’ils représentent.


                                • rikiki 18 novembre 2009 16:31

                                  A dom

                                  Désolé si mon texte vous semble douteux. Par contre j’aime assembler des éléments, c’est intéressant et peu importe la logique ou la chronologie ! Je commence a découvrir avec mes moyens des parties d’un ensemble et il y aurait un ou plusieurs livre à écrire la dessus, ce que s’essaye à faire l’auteur Anton Parks, notamment à propos de l’Eden. J’aurais tenté le coup de proposer un texte en essayant de sortir de la tradition de la pensée duelle. Il manque certainement plein de choses là-dedans, mais c’est une ébauche et en l’état du moment... Peut-être que dans dix ans... Tout bouge tout le temps !

                                  La lumière possède le sens de déploiement sous une forme unifiée et dynamique et sur tous les plans.

                                  Avant de se libérer il y a la sagesse : ça-je-être ; quand à la con-naissance elle est nouvelle naissance.

                                  Quelques précisions.
                                  En sumérien, Sa-tam (avec un accent sur le S) indique : fiable, crédible, commissionnaire.
                                  Sa (avec un accent sur le S) indique : cœur, intérieur, entrailles, dans.
                                  Santana : herboriste, horticulteur.
                                  Sandan : horticulteur.

                                  A-Dam
                                  A : père : A-UGU4 : père qui a engendré.
                                  Dam : époux, dans le sens de rattaché à.
                                  À-Dam : prélèvement, impôt d’installation.
                                  Donc A-Dam indique : père (premier), attaché à, soumis à.
                                  Anton Parks traduit À-Dam par : animaux, colonisation. On a donc également le sens de : rattaché à, soumis à.

                                  En Égypte ancienne.
                                  Troupeaux se dit cwt (aout)
                                  Mal, maladie (voulue par un dieu), coup : stc (seta, sata).

                                  L’Aimant attire le Fer, le Faire, le courant de « être au courant » des choses.

                                  Autour du mot Dieu :
                                  - Dé : Dieu, dieu, dé à jouer.
                                  - Dei : doigt.
                                  - Deie : largeur du doigt.
                                  - Deité : personne divine, nature divine.
                                  - Deitier : indiquer.
                                  - Deu, Dieu, Dé : Dieu des chrétiens, dieu païen.
                                  - Deus, Dois, Dous : chiffre deux.
                                  - Deviser : diviser, distinguer, énumérer.
                                  - Devot : pieux, dévoué.
                                  - Diable : Deable : le diable.
                                  - Diame : diadème.
                                  - Dieunardie : hypocrisie.
                                  - Dies : jour.
                                  - Diues : jeudi.

                                  Actuellement on a :
                                  - Devin : théologien (sens au Moyen Age), découvre l’avenir et se met un peu à la place du « Créateur ».
                                  - Deviner : enseigner, raconter, signifier, souhaiter, induire en erreur.
                                  - Diva (italien) : déesse, chanteuse célèbre.
                                  - Divin : qui appartient aux dieux.

                                  Maintenant pour compliquer les choses, et selon le Wikipédia, il est curieux que le mot français dieu vienne du latin deus, lié aux mots dies (jour), et divum (ciel ouvert) ; il est aussi apparenté au sanskrit div et diu, (ciel, jour et luminosité). Dieu peut aussi dériver de la racine indo-européenne Dei, signifiant : lumière brillante.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès