Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Menus sans viande dans les cantines à Lyon : un apartheid est créé (...)

Menus sans viande dans les cantines à Lyon : un apartheid est créé !

Afin de ne pas contrevenir aux interdits alimentaires édictés par diverses religions, la municipalité de Lyon a décidé d’instituer des menus sans viande destinés aux enfants relevant de ces religions. Examinons les faits :

Depuis la fin de la guerre d’Algérie, la municipalité prévoyait (alors que nulle loi ne la contraignait à ce sujet) des menus sans porc dans les cantines scolaires de la ville pour les enfants dont la religion (islam , judaïsme) interdit la consommation de cette viande.

Selon Yves Fournel, adjoint délégué aux affaires scolaires à la ville de Lyon, cet "accomodement" ne suffisait plus. En effet, d’après lui, 30 % des enfants mangeraient sans porc à la cantine et un nombre important ne voudraient même plus manger de légumes lorsque ces derniers ont touché la viande. En effet, même lorsque cette viande n’est pas du porc, elle n’est néanmoins pas préparée selon les rituels "hallal" ou "kasher", et contrevient donc à certains interdits religieux.

Cette extravagante constatation à été à l’origine de la convocation de deux réunions associant des "autorités" religieuses des trois religions dites "du livre" ainsi que des bouddhistes, et des associations se targuant d’être anti-racistes (LICRA , MRAP, Ligue des droits de l’homme, SOS Racisme).

Lors de ces réunions, les représentants des cultes ont commencé par expliquer chacun leurs prescriptions alimentaires. Le grand rabbin a par exemple détaillé les contraintes de la "kasherout" tout en reconnaissant que l’école n’avait pas à s’y plier. A l’issue de ces réunions, il a été conclu que des repas sans viande seraient "moins discriminants". En effet, il n’existe aucune prescription hallal ou kasher en ce qui concerne l’abattage du poisson ou la mise en boîte des oeufs.

Il a donc été décidé de faire des menus sans viande, mais avec poissons et oeufs, à partir de 2008 dans les cantines lyonnaises, option pouvant être prise en début d’année par les parents d’élèves, la municipalité finançant à ce sujet deux nutritionnistes afin que les menus soient quand même équilibrés (sachant qu’une alimentation sans viande reste fortement carencée en fer, quoi qu’on fasse)...

Que penser de cette nouvelle initiative de la municipalité lyonnaise ?

Tout d’abord, on doit s’interroger sur la statistique ayant abouti à cette curieuse décision. Dans un pays, dont un sondage récent de 2007 montrait que 4 % des habitants se disent musulmans, dont seulement un quart de pratiquants, et 2 % de personnes déclarant être de religion juive, il est assez étonnant de trouver 30 % d’élèves ne mangeant pas de porc à la cantine ! On se demande ce que vaut cette statistique...

Ensuite, on ne peut que s’étonner de voir que des élus d’une République constitutionnellement laïque, et ne reconnaissant aucun culte selon l’article 2 de la loi de 1905, violent intentionellement la loi en demandant à des "autorités" religieuses de donner leur opinion sur le menu des cantines scolaires, alors que lesdites autorités n’ont légalement pas à intervenir dans les affaires publiques !

On peut également constater l’apparition d’un syndrôme du "doigt dans l’engrenage". Les revendications alimentaires de certaines "autorités" religieuses ont obtenu, sans base légale, des menus sans porc dans les écoles. Mais cela ne leur suffit pas, maintenant, il faut que la viande servie soit "hallal" ou "kasher", ou bien la remplacer par du poisson ou des oeufs ! Or, il est bien évident que les autorités municipales ne peuvent pas légalement servir de la viande abattue rituellement dans les cantines. En effet les "autorités" religieuses musulmanes, par exemple, prélèvent une sorte de dîme pour estampiller "hallal" la viande, la valeur cumulée de cette "taxe" s’élèverait en France à des sommes exorbitantes ! N’importe quel tribunal, confronté à l’achat de viande "hallal" par une cantine municipale, condamnerait la municipalité responsable pour subvention cultuelle dissimulée, contrevenant à la loi de 1905 !

Ce doigt dans l’engrenage va d’ailleurs continuer. Selon une responsable laïque lyonnaise intrerrogée par France info, de nouvelles revendications seraient apparues à la suite de cette décision municipale. Des parents d’élèves auraient exigé que les "viandes" et les "poissons" ne mangent pas à la même table afin qu’il n’y ait pas confusion dans les assiettes et que les enfants ne puissent pas s’échanger subrepticement leur plat.

On peut aisément imaginer d’autres revendications religieuses sans rapport avec l’alimentation qui ne manqueront pas de s’engouffrer grâce à cet appel d’air. En effet, il est bien connu que l’islam interdit la représentation artistique des êtres vivants, en particulier de l’être humain. Nul doute que certaines "autorités religieuses" ne manqueront pas d’ici peu d’exiger que les élèves musulmans soient dispensés de peindre ou dessiner des êtres vivants ou personnages en cours de dessin, ou d’aller en sortie scolaire visiter les musées. Certes l’Etat protestera mollement en affirmant que les religions n’ont pas le droit d’influencer sur le contenu éducatif des programmes, comme si le menu des cantines scolaires ne faisait pas partie du contenu éducatif de l’école, mais l’Etat finira par céder !

Parlons d’ailleurs d’éducation ! Lorsque des enfants en viennent à refuser de manger des légumes entrés en contact avec de la viande, quitte à avoir faim tout l’après-midi, sous pretexte que cette viande ne serait pas religieusement correcte, il ne s’agit plus d’éducation, mais de bourrage de crâne ! Des parents d’élèves créent volontairement chez leurs enfants une phobie alimentaire aboutissant à un refus de s’alimenter, phobie relevant de la psychopathologie. Il s’agit-là non plus de religion, mais de mauvais traitement à enfants. Il n’est pas normal ni acceptable dans une société moderne qu’un enfant, à l’école primaire, soit, par la faute de ses parents, terrorisé à l’idée qu’il sera l’objet de la vindicte d’un dieu cruel s’il se trompe d’aliments, au point de refuser de s’alimenter !

Enfin, par l’éducation, on apprend que les protéines de porc sont constituées de la même vingtaine d’acides aminés que n’importe quelles autres protéines ! Il n’est pas du rôle de l’école de cautionner des superstitions quant à l’impureté supposée de certains aliments, quand bien même il s’agit de superstitions religieuses. En effet l’école est censée éduquer à la Raison et combattre les superstitions d’où qu’elles viennent. Donner des menus spéciaux dans les écoles, c’est accepter l’idée qu’une certaine catégorie d’enfants seraient, de par l’infortune de leur naissance, incapables d’accéder à la Raison, c’est donc une discrimination insupportable. Il est déjà assez difficile pour des enfants diabétiques ou allergiques d’être soumis à des régimes spéciaux en raison de l’infortune de la maladie, pour qu’en plus on donne des régimes spéciaux à d’autres enfants en raison de l’infortune dont ils sont victimes du fait des superstitions alimentaires de leurs parents !

L’école est aussi censée éduquer à la culture. La gastronomie, art dont je rappelle que Lyon est la capitale en France, fait partie intégrante de la culture française, autant que Victor hugo ou Berlioz . Priver des enfants (lyonnais qui plus est !) des joies de la culture gastronomique est un méfait contre la culture en général !

Enfin , cette décision municipale va être à l’origine d’un véritable apartheid. Les cantines, pour éviter toutes contestations, finiront par faire deux services, l’un pour les "poissons", l’autre pour les "viandes", les enfants ne se mélangeront plus à la cantine. En cours de récréation, les "viandes" joueront avec les "viandes" et les "poissons" avec les "poissons", et formeront des bandes, d’où bagarres prévisibles. Les juifs, qui se retrouveront avec les musulmans dans les "poissons" se feront molester, on leur dira "va jouer avec les viandes". Les parents d’élèves de certaines religions exigeront que ce système de cantine soit appliqué au collège puis, pourquoi pas au lycée ! Les "viandes" en sortie au musée iront au Louvre, alors que les "poissons" iront voir de l’art abstrait à Beaubourg, les garçons "poissons" interdiront aux garçons "viandes" de parler aux filles "poissons" et vice versa, etc. Est-ce vraiment ce cauchemar que l’on veut pour l’école de la République ? Compte tenu en plus du caractère généralement infect du poisson servi dans les cantines , les "poissons" se mettront à jalouser les "viandes", d’où aggravation des conflits.

Il est très curieux que des associations qui naguère, il y a une trentaine d’années, militaient contre l’apartheid en Afrique du Sud, utilisent maintenant les mêmes arguments que ceux qu’utilisait à l’époque le gouvernement sud-africain pour légitimer l’apartheid. En effet, la justification de celui-ci était officiellement que chaque culture vive selon ses coutumes, sans être entravée par les coutumes des autres "races". Eh bien, cette ségrégation alimentaire des enfants dans les écoles répond aux mêmes objectifs que l’apartheid. La société la plus "multiculturelle" ayant jamais existé fut l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid : on ne se mariait pas entre "races" différentes, on n’habitait pas au mêmes endroits, on ne prenait pas les mêmes bus ! Est-ce cela que les associations prétendument anti-racistes veulent pour modèle en France ? Introduire un apartheid alimentaire, prélude à d’autres apartheids bien pires sous prétexte de "multiculturalisme" ?

Pour conclure, je vous invite à réfléchir à l’étymologie du mot "copain", du latin "cum panem" : avec qui l’on partage le pain (pain pris au sens large d’aliments, à l’époque ou le pain était l’essentiel de l’alimentation). Faisons en sorte que les enfants à la cantine soient des "copains" au sens étymologique du terme, et qu’un enfant accepte, sans arrière-pensées religieuses le morceau de sandwich que lui proposera un "copain", quand bien même ce sandwich comporterait du bon saucisson ou de la bonne rosette de Lyon ! Que dans l’école de la République, les enfants ne se voient pas comme musulmans, juifs, catholiques, athées, mais comme "copains" !


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (152 votes)




Réagissez à l'article

710 réactions à cet article    


  • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 5 octobre 2007 11:47

    Si on pousse le raisonnement du pas de viande avec les légumes, on peut parler des hindouistes qui refusent de manger toute viande.

    Ne faudrait-il pas interdire toute présence de viande à la cantine pour ne pas les offusquer !


    • docdory docdory 5 octobre 2007 17:16

      @ Actias

      Désolé de vous contredire , j’ai eu l’occasion à de nombreuses reprises d’examiner des patients végétariens . Chez les filles après la puberté , on observe rapidement des carences en fer catastrophiques avec des taux plasmatiques d’hémoglobine et de fer effondrés , et une réduction importante du volume moyen des globules rouges , et ce en raison de la perte mensuel de fer par le sang des règles ( la viande rouge et le foie apportent bien plus de fer que tout autre aliment ) . Tout ceci se traduit cliniquement par une asthénie profonde , des vertiges , une chute des résultats scolaires , un essoufflement etc ...On est obligé de leur donner du fer en comprimés et de surveiller régulièrement les analyses , ainsi la sécurité sociale rembourse les graves conséquences de leurs lubies alimentaires . Chez les garçons c’est moins pire , mais il y a un manque certain de dynamisme , des furoncles à répétition ou des acnés prolifiques , il faut également traiter , bien sûr !


    • thirqual 5 octobre 2007 17:34

      CE à quoi actias va vous répondre que c’est que leur régime était pas adapté, pas réfléchi correctement. C’est marrant avec un régime végétarien adapté, varié et conséquent j’ai perdu 5 kg en quinze jours, sur une base de 75 pour 1m80, et une perte de force (maximum en développé couché, à la presse) considérable alors que j’avais maintenu mon activité physique (en particulier le judo).

      Ah, des ethnies s’en sortent depuis des siècles sans soucis sans viande, voui, d’accord, et pour quelle raison un tel régime serait-il adapté à un organisme ayant des habitudes alimentaires différentes ? Un exemple frappant est celui du sel lors de l’enfance, dont la quantité conditionne le fonctionnement des reins. Je parle pas de génétique ici, juste d’habitudes prises par le corps depuis l’enfance (même s’il y a aussi probablement des facteurs de ce côté).


    • Niamastrachno Niamastrachno 5 octobre 2007 18:50

      Pour rétablir leur niveau de fer les pros du végétarisme grillent à tout va des steaks bio de soja, ou se bourrent la panse de pillules en tous genre pour rétablie leur métabolisme, et sans vouloir détourner le débat, je me permettrai de rappeler que c’est un aliment dont la culture est hautement gourmande en pesticides et autres engrais, ce genre de choses que vous dénonciez allégrement dans votre papier sur Al Gore smiley

      Bref, pour en connaitre quelques uns et certains même végétaliens, je peux vous dire que sans compléments, c’est la misère gastronomique et l’orgie de pillules assurées !

      Aussi, puisque vous faites allusion aux indous, je me fais fort de vous rappeler - et je pense que le doc vous le confirmera - n’est pas hindou qui veut. Notre estomac est habitué à une certaine variété, à certains types d’aliments, si vous voulez jouer les braves et vous transmuter en padmasanbhava siddharta, vous aurez droit à un beau séjour sur la lunette des chiottes, suivi d’un bon stage sur un lit d’hopital pour vous retransfuser ce que vous auriez allègrement refusé de prendre !

      Ah et puis une dernière petite chose concernant la pseudo culpabilité que vous essayez de donner aux buveurs de sang tel que je le suis moi-même, sachez que le cerveau ne se serait jamais développé si cro-magnon dans un élan intellectuel fulgurant ne s’était pas fait griller sa bidoche tranquilou un soir de pleine lune : la DIGESTION de cet aliment étant bien plus aisée que celle absorbée par ailleurs ce qui a permis le développement de tout notre armada digestif avec pour conséquence de laisser le temps de digestion et donc d’alimentation calculée pour alimenter l’organe le plus consommateur de not’ p’ti corps : le cerveau - et donc l’intelligence. En gros, sans souci culinaire nous ressemblerions probablement à un type de primate dominé par des hordes de rats et de cafards affamés.

      Et donc, probablement pas à tergiverser en ce moment si nous devons ou non manger de la viande, le serpent qui se mord la queue quoi...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 octobre 2007 00:11

      @ Docdory : Article exceptionnel ! Vous décrivez parfaitement la situation et en y mettant le sel de l’humour. Cela dit, on n’a rien réglé, car on ne peut pas demander à l’État à la fois de « respecter » les religions et de « combattre » la superstition. Les coins de ce cercle vont nous créer des ennuis. On a réussi en France, depuis un siècle, à fermer les yeux sur les vésanies chrétiennes parce que notre culture nous y préparait, mais quand les mêmes bizarreries nous arrivent vêtues d’un autre costume, on les remarque...

      Est-ce qu’on attend que la violence éclate, pour comprendre qu’il n’est pas plus souhaitable d’introduire et de nourrir en Europe des cultures qui sont irréconciliables avec la culture occidentale que d’élever une petite girafe dans un appartement de banlieue ? L’Occident EST une culture. Si on le veut multiculturel, il n’est plus rien.

      Et si c’est ce rien qu’on veut, qu’on propose un projet cohérent de société qui réponde à cette juxtaposition de cultures, laquelle donnera un jour une nouvelle culture hybride où l’on jouera Mozart pour oud et balafon.

      Je ne porte pas de jugement anticipée sur cette culture. Je ne la verrai pas. En attendant il faut être cohérent. On ne peut pas forcer les « poissons » à être « viandes » ; c’est une opération que Dioclétien a complètement ratée.

      Il faut arrêter les frais. Respecter ceux qui sont là, aider à s’assimiler ceux qui veulent le faire, tolérer ceux qui ne le veulent pas, mais SURTOUT FERMER LA PORTE. Je suggère à tous la lecture de « Monsieur Bonhomme et les incendiaires ». N’attendez pas que les Français et autres Européens en aient vraiment ras-le-bol.

      http://nouvellesociete.org/5170.html

      Pierre JC Allard


    • docdory docdory 7 octobre 2007 11:12

      @ Jean Taffazoli

      Traiter l’adversaire de fasciste est une façon d’éluder le débat quand on s’aperçoit qu’on n’a pas d’arguments pertinents et courtois à lui opposer . Je précise que j’ai toujours voté à gauche , et qu’un élu socialiste de la région parisienne est du même avis que moi !


    • haddock 7 octobre 2007 11:21

      Doctory ,

      Faites nous comprendre en quoi le fait de voter à gauche , d’ être socialiste donnerait poids pour étayer un argument ?

      C’ est comme dire « je mange du chewing-gum donc j’ ai raison »


    • La Taverne des Poètes 7 octobre 2007 11:30

      D’autant plus que les socialistes ne sont pas à gauche mais qu’ils sont sarkozystes.


    • armand armand 7 octobre 2007 11:32

      ’Cela fait à peine 50 ans que l’Alsace ou la Corse (sic) est française et on ne sait toujours pas où s’arrêtent les frontières de l’UE’

      Relisez vos livres d’histoire, cher Jean, il y a un problème là dans les dates ! Et ne pas savoir depuis quand l’Alsace est française, et quels sacifices ont été nécessaires pour la retrouver c’est indigne d’un résident français !

      La volonté de soumettre les populations allogènes aux usages en vigueur dans notre pays n’est en rien comparable à Vichy. Encore ce sacré point Godwin ! Les juifs raflés étaient discrets, n’emmerdaient personne avec des revendications diététiques ou vestimentaires, étaient bien assimilés dans la population. C’est précisément parce qu’ils étaient quasi-invisibles que l’antisémitisme a pris une tournure hystérique, chacun pouvant soupçonner son prochain de cacher une part juive.

      Je répète, la France est un pays laïc à culture chrétienne. Comme la Turquie, pays laïc de culture musulmane. En d’autres temps on disait de la France qu’elle était "Fille Ainée de l’Eglise’ comme la Turquie était siège du Califat. Or il ne viendrait à l’idée de personne d’écorner la dominante culturelle musulmane en Turquie pour imposer des exigences rituelles chrétiennes ou juives.


    • La Taverne des Poètes 7 octobre 2007 11:41

      à Armand : encore une fois, la décision de la municipalité de Lyon n’est pas d’imposer des pratiques rituelles à la cantine ! C’est même tout le contraire.


    • fouadraiden fouadraiden 7 octobre 2007 12:01

      c’est drôle mais j’avais oublier une expérience un peu similaire à celle de JEAN.

      plus jeune je soignais mon asthme à Ostende dans une colonie prévue à cet effet. et chaque fois qu’on proposait du porc au menu ,les quelques petits marocians présents savaient qu’ils allaient vivre un véritable cauchemar .on nous obligeait a le manger, ni plus ni moins ! j’avais completement oublié ce souvenit avant de lire Jean.

      et quels arguments les Flamands belges avancaient-ils pour obliger les petits marocains à partager avec les autres enfants du porc ? la laicité pensez-vous ? la présence d’Alkaida ou le voile des femmes ? la fin des années 70 ,tous ces conneries islamisantes existait-elle ?

      il est donc « évident » que les miliants xénophobes ne reculeront devant rien tant qu’ils seront persuadés que l’islam est la menace numéro une.

      rappelons que Docory soutient que les terroristes saoudiens du 11.sep sont terroristes parce qu’ils sont musulmans....

      l’argument est aussi vieux que le colonialisme, français : nos règles sont supérieures aux leurs et nous n’avons auncune raison valable des leurs céder la moindre reconnaissance cultuelle,culturelle ou politique.

      a -t-on jamais vu ce type de personnes soutenir ces populations .comment le pourraient-ils ,Docory par exemple, passe sont temps libre à les accuser de tout et n’importe quoi.Doc,va faire du shopping avec ton chien,merde !

      très beau score pour l’article.la haine anti arabe fait vendre !


    • Bulgroz 7 octobre 2007 12:07

      Attention,chaud devant : Commentaires de la taverne.

      Carlo Revelli se cache. Et, effectivement, ce site devient infréquentable. D’ailleurs, je le fréquente de moins en moins...Comme vous, je poste un ou deux commentaires dans les cas graves...enfin je veux dire les plus graves parmi les graves.

      (par La Taverne des Poètes (IP:xxx.x14.136.64) le 6 octobre 2007 à 10H38)

      Et je ne parle même pas de l’autre promoteur du site, Joël de Rosnay, qui, lui, ne se cache pas, puisqu’il a toujours été inexistant...Il cautionne son « enfant » et ses excès nauséabonds.

      (par La Taverne des Poètes (IP:xxx.x14.136.64) le 6 octobre 2007 à 10H44 ).


    • Bulgroz 7 octobre 2007 12:09

      Attention, chaud devant : Commentaires de la Taverne (S.d.B.I)

      Carlo Revelli se cache. Et, effectivement, ce site devient infréquentable. D’ailleurs, je le fréquente de moins en moins....Comme vous, je poste un ou deux commentaires dans les cas graves...enfin je veux dire les plus graves parmi les graves.

      (par La Taverne des Poètes (IP:xxx.x14.136.64) le 6 octobre 2007 à 10H38)

      Et je ne parle même pas de l’autre promoteur du site, Joël de Rosnay, qui, lui, ne se cache pas, puisqu’il a toujours été inexistant...Il cautionne son « enfant » et ses excès nauséabonds.

      (par La Taverne des Poètes (IP:xxx.x14.136.64) le 6 octobre 2007 à 10H44 )


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 7 octobre 2007 12:09

      Eh bien moi on m’a obligée à manger du cheval sans me le dire. Or les Gitans ne mangent pas de cheval.

      Petite, on m’a obligée à manger de la cervelle répugnante, du pis de vache et de la langue de boeuf infecte.

      Au Maghreb, on m’a obligée à manger de la viande d’animal égorgé.

      Dans l’océan Indien, on m’a obligée à manger des larves de guêpe pour ne pas froisser mes hôtes.

      Au Mexique, un plat complet au petit déjeuner avec des haricots rouges.

      J’ai hurlé au racisme ?

      Arrêtez vos conneries, Fouad.


    • fouadraiden fouadraiden 7 octobre 2007 12:18

      mais vivez-vous dans une société où les gitans sont majoritaires ,les Indiens ,les Noirs ou les petites hommes verts aussi ?

      le p’ti marocain que j’étais étais seul et on a tenté malgré moi de me faire bouffer un menu que je ne souhaitais pas alors que j’étais censé étre dans une colonie « amie ».

      la différence avec vos exmples de bourlingeuses est immmmmmmmmmmense !


    • John T. Jean TAFAZZOLI 7 octobre 2007 12:20

      La différence, mon cher Cosmic, c’est que toutes les fois où on vous a « obligé », pour reprendre vos termes, il ne s’agissait pas du contexte scolaire, rien de répétitif. On ne peut pas demander à des parents, d’envoyer leurs enfants en âme et conscience à l’école en sachant pertienemment que leurs enfants seront obligés de trahir leur religion. Vous savez Comic, l’éducation est obligatoire, pas l’école... et les musulmans, les juifs et les autres pourraient aussi bien choisir de dire « non » au modèle d’école que vous prônez.

      Eh oui, organiser un système de « lissage des pensées », organiser à grande échelle une dépersonnalisation et une homogénéisation des moeurs, cela fait partie du racisme. Hitlaer avant vous pensait la même chose. Dans quel camp étaient vos aïeux ?


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 7 octobre 2007 12:31

      Eh bien si, à la cantine on m’a obligée à manger des trucs dégueulasses en contradiction même avec le régime dont j’aurais eu besoin (cholestérol génétiquement auto-créé).

      Et si j’avais effectué ma scolarité au Maghreb, aurais-je eu d’autre choix que de ne pas manger de porc ? Cela dit je m’en fiche, dans la mesure où je mange très peu de viande.

      La question n’est donc pas là pour moi, mais elle pourrait se poser pour d’autres, selon votre propre logique, par exemple des gens qui seraient spirituellement horrifiés par l’égorgement.

      Le fait de bourlinguer, Fouad, aide à relativiser, surtout quand on se retrouve dans des cultures très très différentes de celles que nous connaissons mieux ici, en France, via les vagues successives d’immigration. N’irez-vous donc pas dans un pays où il n’y a pas un boucher allal ? C’est triste pour vous.

      Quant à être une minorité, faudrait savoir : vous vous revendiquez d’une minorité attaquée dès que l’on remet en question certaines idées, et d’une majorité à prendre en compte dès qu’il s’agit d’obtenir des accomodements.

      Quant au nazisme, Jean Tafazzoli, je remarque que vous êtes un spécialiste du point Godwin et que vous vous êtes abstenu de répondre à mes posts précédents.


    • John T. Jean TAFAZZOLI 7 octobre 2007 12:34

      Eh alors ? Il y a une élue de gauche que je connais bien qui pense que la société française ne sera égalitaire que le jour où l’on apprendra aux petits garçons à jouer à la poupée et une élue des verts qui prône dans ses cours que l’Afrique est un continent qui mérite ce qui lui arrive et même un ministre juif de l’ex-gauche qui veut attaquer l’Iran... et vous, dans tout ça ? Dérisoirement minable. Je ne vous compare pas au fascisme, votre article entier pue le fascisme. Vous êtes sûrement de ceux qui tremblent de peur qu’Ahmadinejad utilise un jour une hypothétique bombe ou de ceux qui répètent qu’il veut « rayer Israel de la carte » sans jamais vous être vous-même penché sur la question. Pourtant, à vous lire, vous mettriez bien tous ces « sarrazins » dehors. Si vous ne vous en rendez pas compte, ça porte un nom en médecine, c’est une psychose...

      Malheur à vous, cher collègue, il y a des sarrazins professeurs de médecine et même des chefs de service. Qu’adviendra-t-il quand tous les musulmans de France en auront marre des gens comme vous et de vos délires et décideront de se mettre en grève ? La réponse : la France ne tiendrait pas 2 jours, crise économique et crac boursier... et je ne vous parle même pas des services d’urgence en panne si tous les médecins FFI que vosu payez moitié moins se mettaient en grève... allez ciao, gros naze (au sens littéral).


    • La Taverne des Poètes 7 octobre 2007 12:38

      « On » vous a obligée...Qui « on » ? Pas les immans mais vos parents, je suppose ?


    • La Taverne des Poètes 7 octobre 2007 12:39

      C’était un message pour Cosmic Dancer.


    • Bulgroz 7 octobre 2007 12:46

      On« vous a obligée...Qui »on" ? Pas les immans mais vos parents, je suppose ? dit Taverne (S.d.B.I)

      On : indéfini, suit la règle du masculin

      qui de toute façon ne s’accorde pas avec le « On vous a obligé ».

      OK, Taverne ? Cette règle s’applique dans les cas les plus graves, je veux dire les plus graves de graves.

      Quand cessez vous votre collaboration avec Agoravox ?


    • John T. Jean TAFAZZOLI 7 octobre 2007 12:47

      Concernant l’Alsace ou la Corse, je ne reviendrais pas dessus. Vous pouvez jouer sur les dates, mais entre le FLNC, les Basques et l’Alsace qui a été reprise en 14-18 et réréclamée en 40, je ne vois pas trop où je me trompe.

      Quant à votre exemple, il vient à point nommé. Il y a à peine 4 centres religieux reconnus en France pour les musulmans et qu’on ose appeler « mosquées » (arf) pour 5 millions de musulmans. Il y a à peine 500.000 chrétiens en Turquie et des milliers d’églises. Même dans la Turquie autoritaire que vosu décrivez, le croit au communautarisme est reconnu. Je préfère d’aileurs parler de l’Iran que je connais mieux et où une communauté de moins de 100.000 chrétiens ont obtenu le droit d’avoir leurs propres dates de vacances scolaires, une dizaine d’églises en plein centre de Téhéran et plusieurs cathédrales (à Téhéran, Ispahan, etc.). A vous lire, l’obscurantisme n’est pas là-bas, mais bien ici.


    • Bulgroz 7 octobre 2007 12:49

      Commentaire de la Taverne (il s’agit d’un sujet grave parmi les plus graves.).

      « Docdory, vous êtes un journaliste citoyen qui manque, ici, sacrément d’objectivité, en manipulant les sentiments de peurs. Alors que la sérénité s’est installée dans cette cantine scolaire et que tout le monde est satisfait de la décision prise, de cet accommodement raisonnable. Les quelques revendications marginales que vous présentez prennent presque des allures d’exigences islamiques ! Gardez le sens de la mesure ! »

       smiley smiley smiley


    • fouadraiden fouadraiden 7 octobre 2007 12:51

      non, je me place toujours du point de vue de la minorité et c’est là que vos exemples trouvent rapidement leurs limites.

      un Français qui « vit » au Maroc ne fréquente jamais le peuple majoritaire(pour quelqu’un qui bourlingue on voit vite vos limites à l’oeuvre...) et donc ne saurait être ,même fictivement, confronté à la même situation qu’un petit marocain ici enn Europe.

      l’asymétrie des cas au niveau planétaire plaide contre vous.et mondialement parlant vous êtes minoritaires.les gens mangent des chiens des chats et meme des araignées.

      pourquoi devrions-nous suivrent toujours vos règles ?


    • fouadraiden fouadraiden 7 octobre 2007 12:58

      le message de Taverne est encore mieux dit.

      qui vous a obligé à manger du cheval ,Cosmic ? une autorité publique gitane ou indienne ?

      pour le porc, c’est la direction de la colonie qui contraiganait les petits marocains à s’executer.et au nom de quoi ? de la laicité peut-être ?


    • John T. Jean TAFAZZOLI 7 octobre 2007 13:08

      Le rite « hallal » est un rite qui consiste à tuer un animal en lui faisant le moins de mal possible et dans la limite de la nécessité de manger. Il faut donc que l’animal ait bu, mangé, et ne voit pas l’arme par laquelle il sera exécuté. Par ailleurs, il faut trancher la gorge de l’animal, juste sous la glotte, car il est démontré que c’est la section simulatnée des carotides qui amène une mort la plus rapide et la moins douloureuse pour l’animal.

      Enfin, il faut prier Dieu pour le remercier de pouvoir manger à sa faim et invoquer son nom au moment où la mort est portée à la bête. Comme pour toute prière en Islam, on se tourne vers la Mecque.

      Je ne me place dans aucune tranchée ni aucun groupe. Je ne me sens absolument pas minoritaire, car fort heureusement je n’ai pas l’esprit asse réduit pour limiter mon être à la simple définition d emes croyances.

      Si vous étiez en République Islamique, vous seriez en mesure de manger du porc, justement, par respect de vos us et coutumes. C’est le cas des Chrétiens qui vivent dans des pays musulmans.

      Et si j’étais en terre où la viande hallal n’existait pas, je me débrouillerai peut-être, mais je n’aurais pas obligation, dans ce cas, de trouver ce genre de viande, car ne pas me nourrir serait plus illicite que de manger de la viande hallal (d’ailleurs, je dis « je » mais je mange de la viande non hallal). Mais avoir le choix est un droit qui devrait être inaliénable.

      Enfin concernant le point Godwin, je suis en effet aussi avisé que vous. Mais il m’est libre, fort heureusment, d’adhérer ou non à ce genre de précepte qui voudrait, sion l’accepte, que nul fascisme ne soit dénoncé. Moi quand je vois un chien, je le traite de chien. Vous m’avez bien lu. A bonne entendeur, salut.


    • haddock 7 octobre 2007 13:19

      confirmation ,

      l’ Alsace pendant la guerre était Allemande et redevenue Française àprès celle-ci .Ca nous fait que l’ Alsace est Française depuis 62 ans .

      Alsaciens comme moi mes frères ainés sont nés Allemands entre 1940 et 1945 .


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 7 octobre 2007 13:20

      « Mais avoir le choix est un droit qui devrait être inaliénable. »

      Exact. Et nul ici ne vous contraint à manger de porc.

      Alors traitez-moi de chien si vous le souhaitez, après m’avoir traitée de fasciste, et fuyez sans répondre, surtout, aux questions soulevées dans les posts précédents.


    • haddock 7 octobre 2007 13:27

      C’ était un vieux cheval de retour , comme vous ?


    • Sylvain 7 octobre 2007 14:33

      @ Jean TAFAZZOLI

      Je crains que votre enthousiasme pro iranien ne vous égare quand vous dites :

      « Je préfère d’ailleurs parler de l’Iran que je connais mieux et où une communauté de moins de 100.000 chrétiens ont obtenu le droit d’avoir leurs propres dates de vacances scolaires, une dizaine d’églises en plein centre de Téhéran et plusieurs cathédrales (à Téhéran, Ispahan, etc.). A vous lire, l’obscurantisme n’est pas là-bas, mais bien ici. »

      En Iran seules les communautés chrétiennes arméniennes et syriaques sont officiellement reconnues comme des minorités religieuses, les autres n’ont absolument aucun droit et n’existent pas officiellement.

      Comme les musulmans, les chrétiens doivent se conformer aux codes vestimentaires, à la prohibition de l’alcool et à la séparation des genres en public. De plus le ministère de l’éducation veille à ce que les directeurs des écoles soient des musulmans, que tout les cours soient donnés en persan, que toute les classes de littérature arménienne aient reçu une approbation de l’administration et que toutes les étudiantes observent le port du hijab, le voile islamique, en classe. Je ne crois pas que leur sort soit enviable.

      Quant aux églises en Iran, leur sort n’est pas meilleur. Je vous copie/colle un article sur le sujet :

      Les Eglises en Iran

      La dernière semaine d’avril, je l’ai passée en Iran. Arrive pour déjeuner un prêtre qui annonce : une jeune fille syrienne et chrétienne qui travaillait dans une famille iranienne est sortie sans foulard. Elle a été frappée de 25 coups de fouet. Elle est morte. Provocation de jeune ; provocation trop chère payée.

      Mon voyage était très rapide. Pas de temps pour le tourisme. Je me suis attaché à rencontrer des chrétiens, des laïques, des religieuses, des prêtres et des évêques. L’Eglise en Iran est une toute petite Eglise : elle est en miettes. Il faut y être allé pour se rendre compte de la modestie de l’archevêché d’Ispahan des Latins qui se trouve en réalité à Téhéran. Tout compris, six prêtres, pas un n’est séculier. Aucun prêtre étranger ne peut s’installer à moins que son arrivée ne corresponde au départ définitif d’un autre. Cette disposition est considérée comme un progrès, tant de prêtres ayant été expulsé depuis le début de la révolution il y a 26 ans. Pareillement pour les religieuses.

      Il y a donc 26 ans que l’Eglise attend, tient bon au milieu des tracasseries de tout genre, véritable persécution qui a aussi fait ses martyrs. 26 ans, c’est long pour ceux qui les vivent jour après jour. Malgré tout, j’ai rencontré des petits frères de Jésus qui soignent dans une léproserie aux côtés de sœurs de saint Vincent de Paul : ensemble, ils font un travail remarquable auprès des malades, dont le nombre va heureusement en diminuant, et avec les habitants de la ville de TABRIZ tout à côté : ils sont parvenues à établir un pont de solidarité entre les uns et les autres.

      Rien n’est possible sans autorisation. Autrement dit, tout est dans l’arbitraire. Dans un quartier où il y a quelques chrétiens, les missionnaires du saint-Esprit leur ouvraient leur chapelle. Interdit maintenant parce que cette chapelle n’est pas une église. Il est défendu de dire la messe en farsi, la langue du pays. Ces mêmes religieuses recevaient des handicapés. Interdit. Il faut les recevoir dans un lieu neutre. Pour cela, il faut payer le prix du transport en autocar.

      Les Eglises les plus anciennes sont arméniennes et chaldéennes. Elles ont chacune leur évêque ; il faut aussi compter les orthodoxes. Tous sont regroupés dans les villes comme Ispahan et Téhéran Orumiyeh au Kurdistan et Tabriz en Azerbaïdjan. L’histoire et les difficultés du moment font que les relations ne sont pas simples entre ces minuscules communautés. Et pourtant, ce qui m’a frappé, c’est la vigueur de la foi de ces chrétiens, spécialement de ces jeunes assyro-chaldéennes devenues religieuses. Ils tiennent bon en attendant quoi ? Que ça s’améliore : leur situation me fait penser à celle des habitants des pays d’Europe de l’Est au temps du communisme. Peut-être finira-t-elle de la même manière. En attendant, l’Œuvre d’Orient les aide à tenir le coup.

      Mgr Philippe Brizard

      Sans aucun doute, l’obscurantisme est bien là-bas, et je ne pense pas que le sort des minorités religieuses d’Iran soit enviable à celles de France. Evitez de profiter de cet article pour faire de la propagande pro-iranienne mal placée.

      Sylvain


    • John T. Jean TAFAZZOLI 7 octobre 2007 15:00

      Premièrement, cet article que vous citez, sans doute issu d’un de ces sites de propagande anti-iranienne est très loin de la vérité. Vous pouvez citer bien des papiers, la réalité est celle que je peux voir chaque fois que je me rends dans un pays musulman, et même dans les pires des cas, si même je vous donnais raison, il n’empêche que les milliers d’églises en Iran comme en Turquie sont un fait, et prendre comme contre-argument une lettre d’un cas isolé, d’un prêtre français sorti d’on ne sait où, ne présume en rien de la situation réelle en Iran, mais d’un avis subjectif. Par ailleurs, le sujet traité ici n’est pas celui de l’Iran. Les pages « international » d’Agora vous sont toutes ouvertes pour cela. Avant de terminer, sachez que l’information que vous donnez est erronnée puisque seuls les inspecteurs académiques sont musulmans (dans un pays musulman à 98%, ça parait normal), mais les directeurs des différentes écoles sont bien de chaque religion donnée. Pour moi qui ait vu les deux systèmes, il ne fait aucun doute que le traitement fait aux cent mille chrétiens iraniens est 1000 fois préférable au traitement des 5 millions de Français musulmans. Enfin, mieux vaut une liberté amoindrie dans 1000 églises en Iran qu’un semblant de liberté dans 0 mosquées en France, et oui, j’envie le sort des Assyriens et des Arméniens d’Iran qui d’ailleurs, pour la plupart, sont de fervents défenseurs de la République Islamique, et que cela m’étonne ou vous choque n’y changera rien, c’est un fait et il suffit de s’y rendre pour s’en rendre compte.

      PS : en Iran sont reconnus les communautés chrétiennes existantes. Le catholicisme n’y ayant jamais eu d’implantation, il est normal qu’il ne soit pas listé comme religion « reconnue » par l’Etat. Tout dépend la manière dont on veut présenter les choses ; en l’occurence, ici, vous essayez de faire croire à une sélection des croyances chrétiennes dans un pays que vous ne connaissez même pas et vous vous trompez. J’ai pris l’Iran en exemple parce que ce pays qui fait peur est bien malheureusement pour vous en avance sur les questions de reconnaissance des cultes par rapport à la France, quoiqu’en disent les adeptes de la secte bahaï et leurs sites propagandistes.


    • John T. Jean TAFAZZOLI 7 octobre 2007 15:21

      Vous ne savez donc pas lire Cosmic. Je parlais de l’auteur. Mais vous vous dénoncez vous-même en vous plaçant dans son camp. Je n’ai pas fui au contraire, relisez-moi, je suis même un des commentateurs les plus actifs à ce que je peux voir.

      Et si, on m’a maintes fois forcé à manger du porc dans les cantines françaises, et a posteriori il y a plein de choses que j’ai trouvées honteuses. C’est bien pour cela que je ne peux laisser passer ni cet article ni certains commentaires.

      Alors je dis bravo à la mairie de Lyon qui a su faire preuve de courage (car du courage, il en fallait avec des gens bornés comme vous) et de sagesse en prenant une décision mesurée. Et bravo aux quelques rares jeunes bien-pensants ici présents.

      PS : Cosmic, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, je ne suis dans aucune minorité. Je suis bien parti pour être quelqu’un d’aisé dans cette société et j’ai toujours fait partie de l’élite de la République. Je n’ai eu droit ni même demandé aucune bourse d’études et je payais le ticket tarif E (le plus cher) à la cantine. Alors oui, en tant que majorité intellectuelle qui paie mes impots et apporte mon dû à la nation, j’attends de la nation le respect que je mérite. Pour l’instant, la nation m’a souvent maltraité et j’espère que ce sera différent pour les générations à venir. Apparemenr le processus d’adaptation française est trop lent et les migrations intellectuelles préfèrent désormais la Suède ou le Canada comme pays d’arrivée. La France sans immigration est une utopie et n’a jamais existé. Si cela devait advenir aujourd’hui, Cosmic Dancer Le Pen, c’est d’abord la France elle-même qui aurait à en souffrir.

      Avant de proposer l’immigartion sélective, encore faut-il que les conditions de la société française soient séduisantes pour les étrangers. Actuellement, c’est de moins en moins le cas, d’où la décroissance économique.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 7 octobre 2007 15:33

      Jean Tafazzoli

      Votre perversité ne vous honore pas. Je suppose que tous ceux qui ont lu mon article sur le Front National se prendront les côtes à deux mains en vous lisant, Monsieur de l’Inquisition Pseudo Libérale.

      Oh, vous êtes de la haute société, très bien. Certains de mes amis aussi. Moi non, que voulez-vous, on ne choisit pas sa naissance, mais je me porte bien, merci.

      Je n’ai rien contre deux menus, dont un végétarien, à la cantine. Je l’ai écrit. Lisez un peu avant de parader au nom de je ne sais quel complexe qui vous porte à nous indiquer votre statut en société.

      J’ai tout contre les intégristes.

      Ne vous déplaise.

      A propos, vous n’avez toujours pas répondu aux posts dans lesquels je vous répondais ?


    • Marie Pierre 7 octobre 2007 15:38

      Salut Cosmic,

      C’est bien à cause de sa naissance qu’il ose dire que les gamins (en général) mangent du gigot le soir !!!

      A lire cela, je remets la lutte des classes au menu du jour !


    • Sylvain 7 octobre 2007 15:48

      @ Jean TAFAZZOLI

      Vous dites : « Premièrement, cet article que vous citez, sans doute issu d’un de ces sites de propagande anti-iranienne est très loin de la vérité. ».

      Soit, si c’est vous que le dites, l’Oeuvre d’Orient dont est tiré cet article ne peut être qu’un site de propagande anti-iranienne. D’ailleurs voici ce que l’on peut en lire sur le site de la diplomatie française, à l’occasion du 150ème anniversaire de cette association :

      « L’Oeuvre d’Orient est une association relevant du diocèse de Paris, qui soutient les Eglises orientales catholiques et promeut leurs cultures et leur patrimoine. L’Oeuvre d’Orient est active dans les domaines de l’éducation, de l’aide médicale et de l’évangélisation. Ce 150e anniversaire manifeste la pérennité et l’étroitesse des liens tissés entre la France et ces Eglises, celles du Moyen-Orient (maronite, grecque melkite catholique, chaldéenne, syriaque, arménienne catholique, copte catholique et patriarcat latin de Jérusalem) mais aussi les Eglises grecques catholiques ukrainienne et roumaine, ainsi que les Eglises syro-malabare, syro-malankare et éthiopiennes qui toutes bénéficient des actions de l’Oeuvre d’Orient.

      En participant à l’organisation de cet anniversaire les autorités françaises réaffirment le prix qu’elles attachent à la présence séculaire de ces communautés qui sont une source de richesse et de diversité. Les chrétiens d’Orient ont toujours été un pont entre Orient et Occident ; ils ont contribué, depuis des décennies, à un dialogue des cultures que nous souhaitons voir s’intensifier et s’approfondir. En outre ces Eglises participent au maintien d’une présence francophone au Moyen-Orient à travers l’enseignement et la culture. »

      Quand au prêtre français « sorti d’on ne sait où », il ne s’agit que du directeur général de cette vénérable association de plus de 150 ans d’existence. Un vrai propagandiste anti-iranien comme les lecteurs auront pût le constater par eux-mêmes.

      Mais vous même citez des chiffres, pourriez-vous nous donner quelques unes des sources qui étayent vos affirmations afin que nous puissions juger de leur sérieux et de leur indépendance ?

      Sylvain


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 7 octobre 2007 15:50

      @ Sylvain

      Merci pour la qualité de vos interventions. Je crains cependant que même votre modération ne trouve grâce aux yeux de Jean Tafazzoli. Dommage. Cordialement.


    • haddock 7 octobre 2007 18:27

      surtout que si les gitans mangent le cheval , qui c’ est qui va tirer la verdine ?


    • armand armand 7 octobre 2007 19:03

      Non, Fouad, nos habitudes culturelles ne sont pas supérieures aux vôtres. Et quand je suis chez ’vous’ c’est à dire des pays musulmans dans le sens le plus large, je ne cherche pas à manger du porc, ni même de l’alcool (sauf en Turquie où le raki est un must !), en Egypte je circule en tunique et en turban, eh oui c’est très pratique sous le soleil à près de 50 degrés.

      Mais quand vous êtes chez ’nous’ - à Ostende, par exemple - ce sont NOS pratiques culturelles et culinaires qui priment, et le porc en fait partie, autant que le mouton chez vous. Donc, je n’ai rien contre la diversification des plats, mais s’il n’y a que le porc, à l’occasion, et que cela vous reste en travers de la gorge, alors c’est votre problème. Pas le nôtre.

      D’ailleurs vous vous privez d’un plaisir autrement plus exquis que d’aller en boîte. Tenez : vous ne connaîtrez jamais le plaisir de la choucroute, ces morceaux de porc, aux différentes intensités de rose, offerts sur un lit doré tels les membres épars d’une Vénus du Titien à la fauve chevelure. Le tout éclairé par un rai de soleil qui, passant au travers de la porte ou de la fenêtre d’une brasserie, prend de l’intensité à la rencontre d’un verre de Riesling et éclaire le festin qui s’annonce, auréolant ainsi la chair de la bête ainsi sacrifiée. L’on se sent en tout point reconnaissant envers l’animal sacré, comme le roi Arthur, parvenu à l’aboutissement favorable de sa traque du sanglier Troit et de ses porcelets. On commence par la chair plus fade de la palette, gardant l’oeil sur le généreux morteau, plus piquant, à la carnation foncée. Puis vient le tour de la saucisse de Strasbourg, d’ordinaire prostituée au pain mou et industriel du hot-dog et travesti par une moutarde à bas prix. Ici, rien de tel, elle est craquante, le goût subtil, trop vite achevée. Mais on se rassure en constatant qu’une portion supplémentaire, au moins, nous attend, reposant en majesté sur un plat en acier qui nous fait un clin d’oeil depuis la desserte. Ainsi, on aura la brève illusion d’une réserve inépuisable de victuailles, dignes d’un héros, d’un chaudron de Gundestrup, qui aurait servi à nourrir Wotan, Thor, Brünhilde, Siegfried...


    • armand armand 7 octobre 2007 19:17

      Jean :

      Soyez cohérent - si vous êtes l’élite de la République, alors arrêtez de dire qu’on vous a opprimé. Vous êtes simplement un pleurnichard revendicatif qui a mis son clavier au service notamment d’un régime indéfendable où l’on lapide les ’adultères’, on bâche les femmes, sous la direction éclairée d’un illumoné qui s’imagine que l’Imam Caché va jaillir d’un puits.

      Cosmic : je commence à comprendre, si on ne peut pas apprécier la cervelle (meunière) et la langue de veau (un peu persillé, accompagnée d’une légère vinaigrette) alors il en manque des choses à ton expérience. Mais franchement, les bordées que notre sententieux ’Taf (moins grave, tout de même, que son compatriote débile profond Jerkses) m’ont retourné en ta faveur. C’est dire... Tiens, je serais même prêt à tirer ma rapière pour toi...(no pun intended, of course).


    • jamesdu75 jamesdu75 29 octobre 2007 18:17

      A jean, vous êtes le genre de personnages qui me debecte et qui font qu’un Sarko est au pouvoir a present.

      Sous vos couvert de religion, vous ne fait qu’appovrir la democratie et l’intelligence. Vous deplacer le probleme. Je vie a present au Mexique et je discuté avec une femme qui habite ici depuis 30 ans, elle est d’origine Libanaise. Elle s’etonnait des problemes religieux et de racisme en France.

      Je lui expliquait quel probleme il y avait, les conflits ethnique et inter religieux. Je lui pris l’expemple de la piscine de Montfermeuil, ville ou je travaillait quand je vivais en France. Pendant trois heures le mercredi, était reservée aux femmes et enfants juifs, car les femmes refusés la « nudités » des hommes en même temps qu’eux dans le bain. Suite a cette demande accepté, les musulmans ont voulut de même, resultats ca a fait un conflit car il y avait un sacré manque a gagné pour la ville deja que les piscines sont desertés dans les banlieues.

      Cette femme n’a pas forcement compris, mais m’a retorqué une chose. Ici dans un pays non laique a forte majorité catholique, personne n’accepeterai ce genre de chose. C’est peut etre aussii la grande influence capitaliste. Si tu veut quelques chose, fait le toi même.

      Le probleme dans ces cantines c’est pas le fait de ne donner oupas de la viande, personnelement je pense que ce serais salutaire de baisser le nombre de viande, et tout le monde le sait le porc est pas le meilleur viande existante. Mais c’est la moins cher. SI vous voulez que l’ecole reste gratuite et laique. Il faut agir de la sorte.

      Pour infos il existe des ecoles juive ou les repas sont casher, il n’y en a pas encore beaucoup de musulmane a ma connaissance mais ca ne saurait tardé.

      Si vous pensez que votre religieux ou les autres sont si parfaite et que la France ne la respecte pas. Allez dans les pays a majorité musulmane ou la liberté de culte est quasiment proscrite dans tout les pays (excepté la Tunisie et l’Indonésie). Mais quand on voit certains pays qui ont manifesté pour la liberté du port du voile alors que la democratie n’est mm pas un mot, ca me fait bien rire.

      Salut a vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès