Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Noirs dessins

Noirs dessins

Comme le disait hier une femme sur France-Inter : l’intérêt de ces réactions musulmanes à de médiocres crobards pour la plupart, c’est que ça nous fait toucher du doigt les valeurs auxquelles on tient, et qui nous semblent si évidentes qu’on en oublie de les chérir : le droit de penser différemment du consensus, la liberté d’expression, la libération des femmes, la démocratie, la laïcité, toutes choses absentes du monde arabo-musulman.

Le MRAP vient de porter plainte contre France-Soir pour incitation à la haine raciale, ce qui est parfaitement stupide, puisque les caricatures danoises attaquaient une religion, et non une race ou une ethnie. Il est vrai que le Français moyen ne fait en général pas de différence entre race et religion, ce qui est évidemment préjudiciable aux rares personnes athées vivantes issues de la culture arabo-musulmane. Mais il est tout aussi vrai que les Arabo-musulmans ne la font pas non plus, cette différence, comme le montre ce texte paru sur un site musulman * :

« Croquer Ben Laden dans toutes les postures imaginables ne suscitera de réactions émues que chez une marge infime des musulmans. Dépeindre le prophète de l’Islam sous les traits de l’assassin, c’est induire par amalgame « décomplexé » que l’ensemble d’une branche de l’humanité - avec ses croyants, ses incroyants, ses laïcs, ses athées et ses tout ce que l’on voudra, même ses élites violemment éclairées ces jours-ci - sont des criminels potentiels, que l’Islam est fondamentalement sanguinaire et menace la paix du monde ».

Ce texte a été écrit par des « intellectuels » musulmans, et il est parfaitement clair dans la perversité fondamentale de son double langage : même « incroyant », « laïc », « athée », un être issu de la culture arabo-musulmane est tenu de se sentir concerné par les critiques que des athées ou incroyants issus d’une autre culture adressent à Mohammed. Traduction : « Toi qui es né par hasard dans la culture musulmane, même si tu deviens athée, tu restes un musulman ». Une invivable injonction paradoxale formulée à mots couverts (et probablement inconsciemment, étant donnée l’absolue fusion-confusion entre pensée et religion dans l’Islam) à laquelle un bas-du-front national franchouillard ne peut qu’acquiescer en la traduisant dans son propre langage par « les bougnoules, tous pareils, de la vermine islamique ». La boucle est bouclée : entre fachos de bords opposés, on se comprend, puisqu’on partage au fond la même connerie fondamentale, la même haine de l’autre. J’ai un copain algérien qui est athée et qui lit Spinoza en ce moment. Il conchie le prophète, picole, mange du porc, est de gauche, et refuse qu’on l’appelle « musulman ». Il est clair.

Autre remarque : l’incroyable asymétrie des réactions des musulmans lorsqu’ils veulent comparer les caricatures anti-islamiques aux caricatures anti-juives dont ils se repaissent chaque jour sur leurs télés. L’un d’entre eux se demandait ce que les juifs penseraient si on dessinait un juif arborant une croix gammée, ou un bébé juif embroché par la baïonnette d’un SS. On pourrait le comprendre, si les caricaturistes danois avaient croqué un Mohammed affublé du sigle de l’ETA, de l’IRA, des Tigres tamouls ou de n’importe quelle organisation terroriste non-islamique. Mais ce n’était pas le cas : dans ces caricatures, l’islam était associé au terrorisme islamique, pas à un autre et encore moins à son contraire (dans le cas du rabbin arborant une croix gammée comme dans celui du bébé juif et du SS). Par contre, il aurait été légitime de croquer Mohammed arborant une croix gammée, en rappelant que pendant la IIe Guerre Mondiale, l’islam était l’allié des nazis, et qu’à la fin de la guerre, tous les pays musulmans ont offert refuge aux criminels nazis...

Pour finir, j’adresse ma sympathie et ma compassion à tous ceux qui sont nés dans la religion musulmane et qui ont eu le courage de devenir athées ou agnostiques.

*http://oumma.com/article.php3?id_article=1906


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

241 réactions à cet article    


  • 2Spartiate (---.---.189.176) 8 février 2006 12:18

    Choqués comme dix millions de Belges l’auraient été si on les avait tous assimilés à des pédophiles parce qu’ils viennent du pays de Marc Dutroux.

    Le problème n’est pas l’aspect blasphematoire, mais l’amalgame qui résulte de la représentation du symbole dans lequel se retrouve tout les musulmans du monde : Mahomet. Le racisme s’insinue partout ou la confusion règne. Attention donc a bien faire la part des choses entre blaspheme et amalgame. Ce ne sont pas les extremistes qui se réclament de Mahomet qui sont représentés ici, mais Mahomet lui-même. Le symbole est clair : Mahomet prophetisant l’Islam comme finalité terroriste. Dans un pays (un continent ??) où l’Islamophobie est en plein essor, cette histoire fait, certes le jeu des integristes, mais, en ce qui concerne l’opinion publique francaise, européenne, le jeu de l’extrême droite.

    Un rapide coup d’oeuil sur les blogs qui relatent cette affaire fait peur. Nombre de commentaires indique que ces « stupides arabes » n’ont décidemment rien compris a la Démocratie. A croire que la Novlangue orwellienne soit parmis nous : même certains « intellectuels » se drapent dans de grandes valeurs démocratique, telle que la liberté d’expression, ou de la presse, pour revendiquer ces carricatures. Ces memes libertés d’expression, de la presse, auraient donc légitimé les carricature antisémites des années 30 ? Charlie Hebdo n’est décidément plus ce qu’il etait.

    Ce qui serait intéressant ici, c’est d’essayer de comprendre l’enjeu politique de cette affaire, au meme titre que celle des banlieus il ya quelque semaines, ou celle du voile il ya quelque mois. Dans un contexte de tension internationale face au monde musulman, certains on besoin d’arguments supplémentaires pour montrer la barbarie de « ces gens ». ...pour mieux aller leur casser la gueule, et precher la Démocratie a la sauce US, à l’image des colons évangélisateurs du XVIIIeme siecle.


    • BB (---.---.217.74) 8 février 2006 15:53

      A bon, les belges ne sont pas tous pédophiles ?


    • (---.---.201.141) 8 février 2006 22:16

      J’imaginais que BB se voulait humoristique !!

      Mais en lisant tous ses commentaires l’on peut en douter... C’est sans doute l’humour « dubistrotducoin »


    • (---.---.162.15) 9 février 2006 12:09

      BB a tout a fait raison. Le fait de laisser croire que tous les belges sont pédophiles est dérisoire, aussi bien pour les belges que pour les non belges. Ce n’est vraiment pas digne d’attention. Le fait de laisser croire que tous les musulmans sont terroristes n’apparaît pas dérisoire. Cherchez les explications en Syrie, par exemple, ou la réaction a été la plus forte, plutôt qu’au Danemark...

      Demandez-vous aussi si le journal danois s’adressait aux syriens ou aux palestiniens...

      Par ailleurs, ces dessins illustraient un texte. En connait-on la teneur ? Enlever un dessin de son contexte peut en transformer le sens...

      Les journaux français qui ont publié les dessins danois l’ont fait en les commentant. De ce fait, il leur ont donné un nouveau sens.

      Quant aux musulmans qui manifestaient au proche orient, dans quelles conditions ont-ils vu des dessins qu’ils ne veulent pas par eux-mêmes reproduire ?

      J’ai entendu dire, par deux origines différentes, qu’on aurait même montré là-bas des dessins attribués aux danois et qui ne sont pas d’eux (avec représentation de porcs...). Il est bien possible que ce soit faux, mais ça illustre le décalage important entre une dessin publié dans un pays permissif et sa perception dans des pays rigoristes à qui ils n’étaient pas du tout destinés.

      G


    • Richard (---.---.166.211) 9 février 2006 12:53

      Origine des caricatures :

      Eté 2004 : Kaare Bluitgen, auteur d’un livre sur Mahomet (« Koranen og profeten Muhammeds liv », Le Coran et la vie du prophète Mahomet), ne trouve pas un seul dessinateur acceptant d’illustrer de son nom son ouvrage. La religion musulmane interdit toute représentation du prophète. Dans la foulée, le quotidien conservateur danois Jyllands-Posten relève le défi de la liberté d’expression et demande à une quarantaine de caricaturistes de faire des portraits du prophète.

      30 septembre 2005 : Jyllands-Posten, premier tirage du pays, publie une douzaine de caricatures et dessins représentant le prophète Mahomet sous le titre « les visages de Mahomet ». Dans la foulée, les chefs religieux musulmans au Danemark exigent le retrait des dessins et demandent des excuses officielles. La rédaction du quotidien rejette ces exigences au nom de la liberté d’expression.

      Source : le Nouvel Observateur.

      Suite à l’assassinat de Théo Van Gogh, les dessinateurs danois avaient peur... on les comprend.

      Aujourd’hui, la direction du Jyllands-Posten s’est piteusement excusée.

      Prions pour saint Théo Van Gogh...


    • BB (---.---.233.2) 9 février 2006 13:26

      . « Les musulmans sont contre la peinture car après lui avoir coupé l’oreille il ont assassinés Van Gogh ! »

      BB le blogeur de comptoir


    • (---.---.102.65) 8 février 2006 12:54

      « ...le droit de penser différemment du consensus, la liberté d’expression, la libération des femmes, la démocratie, la laïcité, toutes choses absentes du monde arabo-musulman. »

      Si ca c’est pas une belle généralisation islamophobe qui pue un certain fascisme bien pensant ...


      • Richard (---.---.225.74) 8 février 2006 13:55

        Ce n’est pas de la « généralisation islamophobe », c’est un fait. Prouvez-moi que j’ai tort avec des arguments et références factuelles convaincants. De plus je ne suis ni fasciste ni bien-pensant, mais agnostique et démocrate, et je peux vous le démontrer...


      • BB (---.---.217.74) 8 février 2006 15:58

        Notre problème, ce n’est pas les étrangers, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus d’étrangers qu’avant la guerre, mais ce n’est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d’avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des Noirs [...] Comment voulez-vous que le travailleur français qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler... si vous ajoutez le bruit et l’odeur, hé bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela...

        Jacques Chirac le 19 juin 1991.


      • Christophe (---.---.22.191) 8 février 2006 16:57

        « ...le droit de penser différemment du consensus, la liberté d’expression, la libération des femmes, la démocratie, la laïcité, toutes choses absentes du monde arabo-musulman. » Si ca c’est pas une belle généralisation islamophobe qui pue un certain fascisme bien pensant ...

        Ce n’est pas de la « généralisation islamophobe », c’est un fait. Prouvez-moi que j’ai tort avec des arguments et références factuelles convaincants.

        Juste un seul exemple : l’Irak avant l’intervention occidentale.

        Pour nos valeurs, c’est bien, nous les avons. Les pays arabes ont les leurs, et alors ? Qui peut dire ce qui est mieux. Que nous refusions que ces pays tentent d’instaurer leurs valeurs chez nous, OK. Mais alors, inversons le problème et arrêtons de vouloir instaurer nos valeurs chez eux !


      • (---.---.162.15) 9 février 2006 12:13

        Hé bien, sur ce point, je suis d’accord avec vous Christophe. Ca vaut d’être noté...

        Am.


      • Richard (---.---.223.125) 10 février 2006 15:05

        A l’adresse de Christophe :

        Alors comme ça, pour vous le régime irakien d’avant l’invasion des cowboys néocons était un exemple de pays musulman prônant « le droit de penser différemment du consensus, la liberté d’expression, la libération des femmes, la démocratie, la laïcité » ?

        Vous délirez ou quoi ?

        C’est à ne plus rien comprendre à l’anthropologie différentialiste et autres langues de bois cognitivistes, ou pas.


      • Christophe (---.---.58.18) 11 février 2006 10:09

        Pour l’Irak, mis à part la démocratie, vous retrouviez bien des valeurs que nous retrouvons en France. La liberté d’expression existait même si la liberté de la presse n’existait pas (Sur ce point, même en occident, la liberté de la presse est contestable puisque liée au pouvoir financié). La condition des femmes était bien avancée. Je l’ai constaté dans mes différents voyages dans ce pays ; et quel culture, quel niveau culturel de ses habitants !

        Vous savez Richard, dans les pays occidentaux, la laïcité n’existe institutionnellement qu’en France. Bien des pays ont un lien plus ou moins fort entre pouvoir et religion. Même la plus grande nation occidentale, les USA ont une devise bien ancrée : « In God we trust ! »


      • Richard (---.---.163.135) 11 février 2006 10:27

        Christophe, je maintiens que l’Irak était une dictature. Certes, le nationalisme arabe du Baas a essayé d’imposer quelques progrès, du moins au début. Mais ça n’a été qu’un feu de paille, et avant même que les cowboys néocons interviennent dans ce pays, la situation des femmes s’était déjà dégradée.

        Comme vous pouvez vous en rendre compte en lisant mes interventions, je ne suis sûrement pas pour autant pro-américain : il existe un réel danger que les USA se transforment en une dictature évangélique. Mais si les circonstances m’obligeaient à choisir entre vivre dans un pays musulman et vivre aux USA, il n’y aurait pas photo : je choisirais les USA, plutôt dans le Montana ou encore dans l’Ohio, où s’est réfugié Ibn Warraq, l’auteur de « Pourquoi je ne suis pas musulman ». Extrait de ce livre écrit par un ex-musulman pakistanais :

        « La vérité, c’est que l’islam ne parviendra jamais à la démocratie ni au respect des droits de l’homme aussi longtemps qu’il s’en tiendra à la charia et qu’il n’y aura pas de séparation de l’Église et de l’Etat. Mais, comme Muir le fait si justement remarquer : »Une religion réformée qui remettrait en question l’autorité divine sur laquelle elles (les institutions de l’islam) reposent ou qui essayerait, par des choix rationnels ou des compromissions, de mener à bien un changement, ne serait plus l’islam« . » (Ibn Warraq / Pourquoi je ne suis pas musulman / 1999)


      • Christophe (---.---.58.18) 11 février 2006 10:30

        Autre point essentiel concernant l’Irak, Richard.

        En occident, nous avons une mémoire sélective, très sélective même. Les gaz utilisés sur les Kurdes étaient fabriqué grâce à l’aide de l’Allemagne et de la France. Ces gaz avaient été utilisé par l’Irak contre les iranien dans cette guerre qui a duré 12 ans. Les irakiens disposaient des conseils militaires des USA qui savaient que l’Irak utilisaient des armes chimiques (les français et allemand aussi puisque nous fournissions le matériel nécessaire à sa fabrication).

        En 1991, les chiite du sud se sont révoltés une fois que l’armée régulière irakienne avait été repoussée du Koweit. Les alliés maitrisaient totalement l’espace aérien ; aucun aéronef irakien ne pouvait décoller sans autorisation des alliés. Pourtant, plusieurs hélicoptères irakiens ont pu mener une mission de représaille avec des gaz contre les chiites ... obligatoirement avec l’assentiment des occidentaux !

        Et aujourd’hui, nous nous posons en tant que donneurs de leçons ! Avons-nous des valeurs et concepts à géométrie variable ou une mémoire plus que sélective ! En 1991, Saddam aurait pu être renversé sans que les armées occidentales ne foulent le territoire irakien mais nos intérêts (autre que nos valeurs sans doute) nous ont fait réagir pour soutenir ce dictateur !


      • Richard (---.---.163.135) 11 février 2006 10:40

        Christophe, tout ceci est parfaitement exact. Le cynisme des nations et des marchands de canons n’a jamais eu de limite. L’Histoire est tragique. Et alors ?

        Rien à voir avec l’affaire des caricatures et de le la haine envieuse des islamistes envers l’occident largement sécularisé, dynamique et créatif. Guerre d’Irak ou pas guerre d’Irak, les musulmans auraient réagi de la même façon à cette démonstration de liberté d’opinion. La montée de l’islamisme intolérant ne date pas du 11 septembre 2001, que je sache.


      • Christophe (---.---.58.18) 11 février 2006 11:41

        Tout à fait d’accord sur le fait que cela n’aurait pas empêché certaines nations d’user de la religion musulmane pour assoir leur pouvoir ; par ailleurs, lors de la guerre Iran-Irak, l’Iran était sous tutelle d’un régime islamique.

        Ce type d’erreur que nous commettons fréquemment, particulièrement nos errements qui mettent en évidence que la démocratie peut baffouer ces propres valeurs pour des intérêts supérieurs, pose la problématique d’un certain rejet des valeurs démocratiques par des nations qui ne les ont pas encore mis en application.

        Nous avons fait une erreur en Afghanistan en laissant Massoud totalement isolé, nous avons fait une autre erreur en ne laissant pas au peuple irakien le soin de se libérer de la dictature. Nous n’avons pas voulu que ces peuples s’autodéterminent ; nous avons voulu imposer le déterminisme occidental au nom de la démocratie, de la liberté. Nous donnons ainsi la plus mauvaise image des valeurs dans lesquelles beaucoup de musulmans, particulièrement en Irak, avaient foi.

        La montée de l’islamiste radical ne date pas du 11 septembre, je vous l’accorde ; l’islamisme radical a plusieurs décénnies. Bien des groupuscules terroristes islamiques ont vu le jour sous l’impulsion de pays occidentaux ; le GIA était financé par les USA pour lutter contre les intérêts français en Algérie, guerre économique oblige, et Ben Laden et ses groupes ont été financés, armés et entraînés par les USA (Ben Laden a même été formé par la CIA). L’islamisme radical s’est développé, et des pays occidentaux ont oeuvré dans le sens de ce développement tant que cela pouvait servir leurs intérêts ; mais pas obligatoirement nos valeurs. Nous constatons aujourd’hui les dégâts !

        Aujourd’hui, sérieusement, que des caricatures emmettent une critique contre l’extrémisme musulman ne poserait aucun problème. Mais laisser entendre dans certains dessins que tous les musulmans sont des terroristes (Mahomet en bombe humaine) est non seulment mensongé mais ne peut qu’abonder dans le sens des extrêmes au détriment des modérés.

        Je ne dis pas que les médias n’ont pas ce droit d’expression, et je défendrai ce droit si il venait à être attaqué. Cependant, je considère que cette attaque contre tous les musulmans est à mettre au crédit de nos erreurs. Partant du principe que la liberté d’expression consiste à emmettre des critiques dans un but constructif et non dans le but d’agresser, compte tenu de l’attaque implicite des caricatures (du moins certaines) contre l’ensemble des musulmans de la planète, ces caricatures dépassent, pour moi, la frontière raisonnée de la liberté d’expression.

        De surcroit, sachant que les extrémistes instrumentalisent une religion pour leurs ambitions personnelles, entendu que leurs actes ne se réfèrent qu’à l’interprétation qu’ils veulent bien donner au Coran, l’amalgame avec les vrais musulmans, ceux qui abordent leur religion uniquement dans un but de foi, est une véritable insulte à leur égard.

        Le choix que nous imposent ces journalistes danois consiste à prendre position pour un extrême ou un autre. Pour ma part, je veillerai sur nos valeurs comme je l’ai toujours fait, mais dans cette affaire, je reste d’une neutralité modérée en soutien aux véritables musulmans.

        Une précision, quand même ; je suis agnostique !


      • Christophe (---.---.58.18) 11 février 2006 11:56

        Autre petite contradiction occidentale, il me semble :

        Après cet ignoble traitement des juifs lors de la seconde guerre mondiale, pourquoi avoir choisi le point géographique actuel de l’Etat d’Israël ? N’est-ce pas relatif aux écrits de cette religion ?

        Que nous refusions qu’une religion nous impose ses préceptes, nous serons d’accord. Alors pourquoi sommes-nous en accord avec le fait d’imposer les préceptes d’une religion à d’autres ? N’est-ce pas là une contradiction supplémentaire ?

        Je ne suis ni antisémite, ni anti-sioniste, seulement, je recherche la cohérence de nos discours, de nos positions. Et cet exemple me semble être le seul qui mette en évidence que les occidentaux ont imposé aux palestiniens, dans laquelle co-habitait paisiblement plusieurs religions, l’application d’un texte religieux, d’une religion !


      • Richard (---.---.35.29) 11 février 2006 13:54

        Je ne fais pas partie de ceux qui s’autoflagellent dans le « sanglot de l’homme blanc ». L’Histoire est tragique et l’avenir ne se construit pas en regardant le rétroviseur. L’occident a instrumentalisé les islamistes pendant la guerre froide ? C’est évident. Les Israêliens ont instrumentalisé le Hamas et le Jihad islamique ? C’est tout aussi évident. Mais on n’instrumentalise que ceux qui sont instrumentalisable. En l’occurrence, l’Occident avait besoin de féroces guerriers fanatiques et sans scrupules pour combattre le communisme. L’Occident le les a pas créés ex nihilo : il a pris ce qu’il avait sous la main, et comme par hasard c’étaient des islamistes.

        Si les Arabes étaient restés en Arabie, il n’y aurait pas de mosquée à Jérusalem. Mais comme le dit très bien Ibn Warraq, « alors qu’on culpabilise tous les Européens avec le colonialisme et l’impérialisme occidentaux (...), l’impérialisme arabe est au contraire présenté comme un objet de fierté pour les musulmans. (...) Personne ne s’avise de faire remarquer que l’islam a colonisé des territoires qui appartenaient à des civilisations anciennes, et que ce faisant, il a écrasé et réduit à néant de nombreuses cultures. »


      • Christophe (---.---.58.18) 11 février 2006 14:09

        Nous sommes donc d’accord sur un point essentiel ; nous avons tous fait des erreurs !

        Alors pourquoi sommes-nous encore porteur de ce type d’erreurs ; notre évolution n’est-elle que poudre aux yeux ?

        Tant j’admets que nous devons réagir à toute agression, tant je condamne toute agression de toute origine. Pour les caricatures, nous sommes les agresseurs ; c’est du moins ce que je perçois !

        Je ne peux donc que condamner cette agression, cela me semble cohérent. Mais cela ne s’interprète nullement comme un soutien aux radicaux de tout bord.


      • Richard (---.---.42.114) 11 février 2006 14:28

        Toujours le rétroviseur... D’un point de vue rétrospectif, on peut toujours juger qu’on aurait pu éviter de faire ces caricatures. Personnellement, j’aurais préféré que ce soient les caricatures de Charlie-Hebdo qui déclenchent cette tempête : au moins, toutes les religions dérouillent. Mais voilà : c’est fait, et c’est parce que cela a été fait que nous avons cette discussion. On ne peut pas revenir en arrière.

        Ces caricatures ont agi comme un révélateur. Si elles n’étaient pas parues, d’autres sujets (le voile, les écoles musulmanes, le porc, n’importe quoi touchant aux interdits de l’islam, et ils sont légion) les auraient remplacées de toute façons pour que la Oumma puisse manifester ses humiliations auto-entretenues, sa vindicte vieille de douze siècles et son impuissance devant une modernité que l’Islam lui-même refuse.

        J’ai une infinie compassion pour les malheureux esprits libres qui naissent dans un tel carcan religieux. Je n’en n’ai aucune pour les foules fanatisées. Et je tiens par dessus tout à la liberté.

        Peu importe


      • Christophe (---.---.58.18) 11 février 2006 14:54

        Toujours le rétroviseur... D’un point de vue rétrospectif, on peut toujours juger qu’on aurait pu éviter de faire ces caricatures.

        Pour moi, ce n’est pas regarder dans le rétroviseur. J’ai une approche de la liberté d’expression qui admet théoriquement que l’on peut tout dire. Cependant, notre niveau culturel, nos autres valeurs telles que le respect d’autrui sont tout aussi applicable.

        L’un des éléments essentiel que j’associe à la liberté dans son ensemble est la notion de responsabilité. C’est le frein à l’anarchie, la liberté totale. Avant de dire ou faire, il faut mesurer les conséquences de l’action que l’on compte mener, et ce a priori.

        Nous traitons d’une problématique qui a été initiée par l’édition de caricatures ; je juge d’abord cet acte en lui associant un niveau de responsabilité. Ainsi, je détermine si cet acte entre dans ce que je considère comme étant une liberté légitime et responsable ou non. Tant je comprends que, dans une des associations dans laquelle j’oeuvre, expliquer la notion de responsabilité à des adolescents sous l’angle de la mesure a priori des conséquences de nos actes est normale ; ils n’ont pas toujours la maturité nécessaire pour appréhender cette problématique ; tant je ne peux accepter que des adultes, qui plus est s’exprimant au travers d’un journal, puissent laisser croire que la liberté consiste à faire et dire ce que bon nous semble.

        Prendre en considération, dans une affaire, l’élément déclencheur ne me semble pas être un regard dans le rétroviseur. Donc je juge condamnable les caricatures. Cependant, je condamne tout autant les réactions de violence qui ont suivi. Il fallait s’attendre à des réactions ; et la majorité des musulmans ont réagi sans violence ; du moins, je n’ai pas vu plus d’un milliards de personnes user de violences.

        Pour le boycott, disons que c’est une réaction pacifique (physiquement parlant), même si chacun a le droit de ne pas l’admettre. Mais comment réagir au niveau international contre une attaque psychologique de la sorte ? La réaction des musulmans européens reste exemplaire ; donc quel souci avons-nous ?


      • Christophe (---.---.58.18) 11 février 2006 15:11

        sa vindicte vieille de douze siècles et son impuissance devant une modernité que l’Islam lui-même refuse.

        Je ne suis pas d’accord avec vous sur le point du refus de modernité de l’Islam. Certes, tous les textes religieux ont cette tendances, mais l’interprétation individuelle de chaque croyant, ainsi que l’adaptation du religieux aux concepts de la République sont courant dans notre pays.

        Combien de musulmans travaillent dans le monde de la recherche ? Combien d’enseignants chercheurs sont musulmans ? Ne vous y trompez pas, j’en connais tant en France que dans bien des pays.

        Ce n’est pas un problème d’adaptation du religieux qui pose problème ; d’autres religions ont passé ce cap ; mais c’est bien l’utilisation qui est faite de cette religion qui est condamnable ; celle qui consiste à maintenir les peuples dans l’ignorance pour des besoins de manipulation !


      • Richard (---.---.167.106) 11 février 2006 15:24

        Je suis entièrement d’accord : pas de liberté sans responsabilité (pas de liberté sans qu’on trinque ?). Mais ce qui est fait est fait, et comme dit le proverbe, « avec des ’si’ on pourrait mettre Paris en bouteille ».

        La publication de ces caricatures constituait-elle un acte responsable ? Je pense plutôt que non, tout en étant contre les dogmatismes religieux en général et celui de l’islam en particulier. Il n’y avait pas besoin de jeter de l’huile sur le feu. Etant moi-même dessinateur et caricaturiste et ayant dirigé des rédactions de revues (entre autre), je sais de quoi je parle.

        Mais comme je vous le disais dans ma dernière intervention, cela n’a au fond pas grande importance : si ce n’avait pas été ça le déclencheur des colères musulmanes, ça aurait été autre chose. Une religion qui appelle au meurtre ceux qui la critiquent, et qui incite ses ouailles à passer à l’acte, n’a que ce qu’elle mérite. De plus en plus, les musulmans testent les limites de la tolérance européenne (je vous rappelle que l’Europe est considérée par les islamistes comme un « dar el islam », une terre de conquête).

        Ce test est actuellement en cours par la médiation des caricatures. Ce test-là, il est certain que les musulmans ne l’ont pas initialisé (mais peut-être en ont-il secrètement rêvé ?). Pour une fois que ce ne sont pas eux qui sont à l’origine d’une provocation...


      • Richard (---.---.167.106) 11 février 2006 15:37

        Il y a modernité et modernité. Les islamistes n’ont pas inventé la poudre mais il savent très bien se faire exploser avec au milieu d’innocents. Pas de mention de kalashikovs ni d’internet dans le Coran, mais les islamistes du monde entier savent très bien s’en servir. Quant au cas de l’Iran, il est... caricatural : après transferts massifs de technologies occidentales (inventées par des chiens d’ infidèles donc), ce pays qui vit sous l’emprise d’une dictature théocratique moyennâgeuse s’apprête à entrer dans le club des puissances nucléaires, où le Pakistan, autre dictature islamiste l’a précédé.

        Bref on peut utiliser des instruments modernes tout en vivant selon des préceptes et une vision du monde datant d’il y a 12 siècles.


      • aria (---.---.48.253) 8 février 2006 14:49

        « belle généralisation islamophobe qui pue un certain fascisme bien pensant »

        Généralisation, hein ? Mettez donc un peu plus en valeur vos intellectuels, vos poetes, vos hommes de foi ou de loi qui pronent de telles valeurs.

        ça évitera la généralisation

        Mais m’étonnerait qu’il y en ai beaucoup. Si il y en a vous les avez fait taire. Parce que justement, ils auraient pensé. Or il ne faut pas penser

        Pour la simple raison que le « droit de penser différemment du consensus, la liberté d’expression, la libération des femmes, la démocratie, la laïcité » semble très incompatibles avec l’islam. Ce n’est pas... dans le Coran.

        Je retire ce que j’ai dit. Certaines valeurs y sont bien. Mais quand on voit ce qu’ils en font...


        • Richard (---.---.225.74) 8 février 2006 15:20

          Il y avait des êtres qui affichaient leur athéisme ou leur agnosticisme sous le règne de l’Inquisition chrétienne, et on sait comment ils étaient ostracisés et martyrisés. Mais heureusement, l’église portait en elle-même (dans le message évangélique) les germes de son autodestruction, qui aura quand même pris du temps. Des « libres penseurs » (rien à voir avec la secte rationaliste du même nom qui sévit en francophonie), il y en a aussi sous le règne des fatwas musulmanes actuelles. Ils sont rares, c’est vrai, mais ce qui est rare est cher.

          Ceci dit, le dernier numéro de Charlie Hebdo est génial.


        • 2Spartiate (---.---.189.176) 8 février 2006 16:09

          Richard , « Ce n’est pas de la »généralisation islamophobe« , c’est un fait. Prouvez-moi que j’ai tort avec des arguments et références factuelles convaincants. »

          Très bien, je repondrai a ton attente. Tout d’abord, caricaturer un homme n’a rien de problématique, c’est le symbole qui l’est. Car il relie en son sein TOUTE la communauté musulmane, les pacifistes, comme les intellectuels, le Hamas comme les terroristes. Ainsi, montrer Mahomet, c’est montrer 2Milliards de musulmans. Montrer Mahomet avec une bombe sur la tete, sur laquelle figure l’inscription de la profession de foie, reviens a dire que tout ceux qui se reconnaissent dans la foie musulmane sont terroristes.

          Hormis certain faibles d’esprit (notament ici), on s’accorde a dire que la télévision n’est pas représentative de l’islam. Or faire un pont entre Islam et Terrorisme de maniere aussi evidente est très dangereux pour la démocratie. Car on connait que trop bien l’impact politique de telles caricatures (on se rappelera des caricatures antisemtites des années 30...)

          Si l’extreme droite avais voulu dresser l’europe contre les musulman, elle n’aurait pas mieux fait. Depuis cette affaire on vois apparaitre des commentaires, sur des blogs tels que celui ci, de plus en plus injurieux, aux limites de la xenophobie, envers les musulmans. « Ces stupides musulman ne comprennent pas notre Démocratie » ... quelle cynisme


          • Richard (---.---.225.74) 8 février 2006 16:22

            Contrairement aux croyants de n’importe quelle religion ou idéologie, je ne m’identifie pas à un « être suprême » qui serait censé me représenter. On peut même caricaturer mon propre moi-je agnostique, ça ne fait ni chaud ni froid. Je suis solidaire de tous ceux qui affirment leur liberté de penser autrement contre toutes les dictatures idéologiques, scientistes ou religieuses. C’est clair, non ?


          • bob (---.---.89.179) 8 février 2006 16:12

            Un beau proverbe français dit « La Haine attise la Haine ». Je pense que provoquer dans le simple but d’irriter autrui, que ce soit sur son appartenance religieuse, sa couleur de peau, ou encore son origine, est inadmissible.

            La liberté d’expression est un droit que tout être, même musulman accepte et se doit d’accepter. Certaines limites ne sont pas à dépasser, cela afin d’éviter de toucher aux sentiments de chacun.

            Mais revenons à l’histoire de ces caricatures. Quels étaient les buts des auteurs de ces dessins ? Et quels sont les vrais buts de ceux qui continuent à renchérir ?

            Est-ce que cela serait judicieux de dessiner le nouveau Pape Benoit XVI avec une bombe dans la main lors d’une messe dominicale ? et bien sur de diffuser ce dessin par millier ??

            J’en appel simplement au bon sens de chacun. Respecte autrui et autrui te respectera...


            • Richard (---.---.225.74) 8 février 2006 16:35

              Benoît XVI avec une bombe ? Pourquoi pas, mais ce ne serait pas réaliste. Nous nous sommes débarrassés de la dictature catholique, et tout ce que peut brandir le pape, c’est un pétard mouillé, et c’est tant mieux. Achetez tous le dernier Charlie Hebdo.


            • BB (---.---.54.32) 8 février 2006 20:44

              Il y a quelque chôse de pourri au royaume de Danemark.


            • (---.---.162.15) 9 février 2006 12:34

              Benoît XVI avec une bombe, ça ne se remarquerait pas, ce serait dérisoire. Mais avec une capote sur la tête, ou en tapette gay, oui et ça en choquerait... Car c’est porteur de sens et de tels dessins existent d’ailleurs, je pense. Mettre une bombe dans le turban de Mahomet relève du même irrespect et le problème pour les musulmans, c’est que ça a un sens fort (à défaut d’être juste). Ne pas l’admettre, c’est finalement nier la vérité qu’il y a derrière le miroir très déformant des caricatures.

              La statue de la liberté, qui inspire la politique guerrière de Bush, avec un arme à la main, on l’a vue souvent. Pourquoi s’interdire d’en faire autant avec Mahomet, qui inspire les poseurs de bombe islamistes ?

              Je retiens votre phrase (fausse d’ailleurs dans les pays islamiques) : « La liberté d’expression est un droit que tout être, même musulman accepte et se doit d’accepter. ». Dommage que vous n’en assumiez pas les conséquences...

              G


            • Richard (---.---.166.211) 9 février 2006 12:43

              De toute façon, Benoît XVI n’a attendu personne pour s’autocaricaturer en coiffe de père noël en décembre dernier. On aurait du lui décerner un hotte d’or.


            • Richard (---.---.225.74) 8 février 2006 16:12

              Vulgaire xénophobie. Rien à voir avec le débat. Ceci dit, il est apparemment certain qu’il est relativement plus facile d’intégrer des étrangers partageant les mêmes valeurs culturelles et religieuses. Mais cette apparence est en partie fausse : les immigrés chinois ou de la péinsinsule indochinoise ne posent pas le même genre de problème. Le problème des immigrants issus de cultures lslamiques est bien là.


              • Ah (---.---.193.182) 8 février 2006 16:23

                Il faut voire comment on mesure l’intégration, si on regarde par rapport au nombre de mariage mixtes la palme revient aux personnes dites musulmanes. Pour les communautés que vous décrivez c’est parceque vous ne les voyez pas qu’elle ne s’intègre pas.

                Les manifestations d’agriculteurs, de marins pecheurs, de routiers, de dockers ne sont pas moins violentes elles font bien partie de la tradition française


              • Ah (---.---.193.182) 8 février 2006 16:18

                C’est bien un article islamophobe. Si vous comparer Mahomet et les muslmans aux nazis, je vous signale qu’une communauté juive vie en iran et elle n’a jamais été agressée par les molahs pourtant c’est bien un régime intégriste. Voyagez un peu cela vous rendra moins intolérant


                • Richard (---.---.225.74) 8 février 2006 16:30

                  Je n’ai pas comparé l’islam et son prophète aux nazis, relisez-moi. J’ai simplement rappelé que pendant la IIe Guerre Mondiale, la majorité des pays musulmans était l’alliée objective des nazis dont ils avaient hébergé les criminels après la défaite des forces de l’Axe : nuance.


                • bertrand (---.---.197.36) 8 février 2006 16:19

                  La je tique. Je ne suis pas musulman (Eleve en catho mais plutot agnostique) ni marocain (origine franco-belge) mais je sais que TOUS les pays musulmans n’etaient pas allies aux Nazis. Le roi Mohamed V du Maroc donna refuge a tous les juifs durant la seconde guerre mondale. Un pelerinage est oraganise par les juifs tous les ans pour alle sur sa tombe et son portrait est courrant sur les murs des maisons juives en Israel. Ca fait deja un pays de moins... Si l’autheur de ce texte a « oublie » cet example pourtant evident, n’aurait-il pas fait de meme avec d’autres faits ? Alors que je suis plutot d’accord avec son opinion, il n’aurait pasdu afaiblir son argumentation avec des demis verites.


                  • Richard (---.---.225.74) 8 février 2006 16:25

                    Vous avez raison. J’avais oublié le Maroc. Mea culpa, comme disent les cathos...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Derniers articles de l'auteur

Tous les articles de cet auteur




Les thématiques de l'article


Palmarès