Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Occident et islam : comment venir à bout de l’intégrisme (...)

Occident et islam : comment venir à bout de l’intégrisme ?

En plus de l’implacable lutte d’influence sur les plans économique et stratégique que se livrent depuis toujours, entre elles, les grandes puissances, le monde assiste depuis quelques dizaines d’années à un combat inhumain entre ces mêmes grandes puissances (et plus particulièrement les Etats-Unis et l’Europe) d’une part et les courants islamiques d’autre part : attentats meurtriers, échanges d’accusations et menaces, prolifération d’écrits et d’enregistrements hostiles, sans parler des émissions de radio et télévision et sites sur internet.

Les Occidentaux accusent les islamistes d’être des terroristes sanguinaires des fous d’Allah, et des aventuriers qui cherchent à semer la terreur, à détruire les acquis de la civilisation et à déséquilibrer l’ordre existant.

De leur côté, les islamistes reprochent aux Occidentaux d’être des puissances colonialistes qui exploitent les pays du tiers-monde et pillent leurs richesses.

Chaque clan estime être dans une position légitime et entend se défendre par tous les moyens contre l’ennemi : lutte antiterroriste pour les uns, guerre contre l’impérialisme et guerre sainte pour les autres. Mais jusqu’à quand va durer ce langage de sourd ? Pourquoi ne pas trouver un terrain d’entente ? Pourquoi persister dans un entêtement nuisible à tous, dont sont victimes des milliers de personnes innocentes et dont personne ne sortira un jour gagnant ?

Dans l’intérêt de l’humanité entière, ne doit-on pas cesser de faire de ce problème un sujet tabou et essayer d’étudier sans passion aucune et sans parti pris les arguments des uns et des autres, engager le dialogue afin de sortir une fois pour toute de ce labyrinthe et d’épargner à nos enfants et aux générations futures larmes et souffrances.

Bien entendu le problème n’est pas aussi simple qu’on peut le croire. Et c’est précisément pour cette raison que nous avons jugé utile de revenir quelque peu en arrière dans le temps, pour mieux comprendre les choses.

LA COLONISATION DES PAYS DU TIERS-MONDE PAR L’OCCIDENT

A la fin du XVIIIe siècle et durant tout le XIXe, l’Angleterre, la France, la Belgique, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas et l’Italie se sont livrés à une véritable course pour l’occupation des pays africains, asiatiques et du continent américain. D’immenses empires coloniaux ont ainsi été bâtis par ces puissances, la plupart du temps par la force des baïonnettes et des canons. Des milliers d’indigènes de ces pays furent massacrés par les armées européennes commandées par des généraux spécialistes de ce genre d’opération.

Mais peu de temps après, des mouvements de libération sont nés partout dans ces pays pour, d’abord, dénoncer et ensuite combattre les occupants et demander leur départ.

Une élite d’indigènes formés pour la plupart dans les écoles coloniales se sont mis à la tête d’organisations de libération, ce qui n’a pas manqué de provoquer chez les occupants une contre-offensive traduite par des arrestations collectives, des incarcérations et des déportations. Pour les Européens, il s’agissait d’action normale contre des rebelles, accusés d’actes illégaux et subversifs. Pour les organisations locales, la lutte contre l’occupant était un combat légitime, une action de libération nationale. Langage de sourds, entêtements, refus de reconnaître la réalité ? C’était un peu tout cela.

Quelques années plus tard, ces mêmes leaders indigènes autrefois qualifiés d’éléments subversifs sont devenus des chefs d’Etats et ministres dans leurs pays et bien souvent des personnes vénérées dans l’histoire de leurs nations. Citons à titre d’exemple : Gandhi, Nehru, Ho Chiminh, Chou Enlai, Sukarno, Bourguiba, sans parler de l’Algérien Abdelkader, du Marocain Abdelkrim Khattabi et de bien d’autres encore.

Devant la pression des mouvements de libération, organisés en cellules clandestines et appuyés par les masses populaires, l’administration coloniale a fini par céder. Et ce fut, peu à peu, la dislocation de l’empire colonial et la naissance d’Etats indépendants.

LE NEO-COLONIALISME

L’Occident a cependant continué à s’intéresser au tiers-monde en intervenant dans leur politique intérieure et surtout en contrôlant de près leur économie et leur évolution sociale.

Avec les Américains et les Européens d’un côté, l’URSS et la Chine de l’autre, on assiste depuis quelques années à une autre forme de domination des pays du tiers-monde, pour ne pas dire à un néo-colonialisme.

L’existence au Moyen-Orient de grandes réserves de pétrole et de gaz a amené l’Occident et notamment les Etats-Unis à vouloir à tout prix s’investir dans cette région du monde et à imposer leur volonté. Les islamistes considèrent que la création de l’Etat d’Israël et de certains régimes arabes comme la Jordanie et quelques mini-états du Golfe n’est tout simplement qu’une implantation d’avant-postes de l’impérialisme au Moyen-Orient.

La protection de certains régimes arabes considérés comme acquis aux Etats-Unis, et ce, malgré leur caractère archaïque et autoritaire et le sabotage fait à certaines jeunes républiques opposées à l’hégémonie occidentale, ont créé et enraciné dans l’esprit des jeunes générations arabes une méfiance, voire une certaine haine, à l’égard de l’Occident et des Etats-Unis en particulier.

Les islamistes font de cette question leur véritable cheval de bataille et assoient tous leurs discours sur ce thème. Ils considèrent qu’il est intolérable que le monde musulman, qui a rayonné sur le monde durant un millénaire (Califats et empire Ottoman), se retrouve dépecé et en grande partie placé sous la tutelle des puissances coloniales européennes (L’Encyclopédie libre Wikipédia).

L’intervention américaine en Irak et la destitution de Saddam Hussein ainsi que les menaces exercées actuellement sur l’Iran renforcent encore davantage la haine des jeunes générations arabes à l’égard des Etats-Unis. Alain Gresh, journaliste du mensuel Le Monde, né en Egypte, écrit : « Aussi longtemps que les opinions feront un rapport entre la politique américaine actuelle et l’instabilité permanente au Proche-Orient, Al-Qaïda continuera à se renforcer et à étendre sa sphère d’activité ».

OCCIDENT ET RENAISSANCE MUSULMANE

Les Etats-Unis semblent oublier en effet que la jeunesse arabe d’aujourd’hui n’est pas du tout celle qui vivait aux XVIIIe et XIXe siècles. Nul n’ignore plus l’hostilité ressentie et exprimée à l’égard de l’islam dont l’Occident semble avoir peur comme d’un danger imminent.

Personne ne peut actuellement enlever de l’esprit des jeunes musulmans que la faiblesse de leurs pays respectifs vient d’une part de la mainmise des Occidentaux sur leurs régimes et par conséquent sur leurs richesses et, d’autre part, sur l’empêchement du monde musulman de s’épanouir et de se renforcer dans le cadre d’une union pana-islamique et pan-arabe, capable de rivaliser sur les plans économique, technologique et, pourquoi pas, militaire, avec l’Europe, les Etats-Unis, l’URSS ou la Chine. Les grands penseurs et leaders politiques islamiques considèrent que la faiblesse actuelle du monde musulman résulte de la désunion et de l’existence à la tête des Etats arabes notamment, de dirigeants acquis aux Occidentaux, orientés et soutenus par ces derniers, dans le but d’empêcher toute évolution et toute émergence des élites intellectuelles, partisanes de l’émancipation des pays musulmans et arabes. Ce fut le cas dit-on dans l’intervention franco-anglaise dans le conflit du canal de Suez, contre Nasser, dans la chute du Dr Mossadegh en Iran, dans l’arrêt du processus électoral algérien où les islamistes étaient sur le point d’accéder « démocratiquement » au pouvoir, c’est le cas aujourd’hui dans l’intervention américaine en Irak, au Soudan et ailleurs, c’est le cas encore dans les menaces et l’hostilité manifestée à l’égard de l’Iran, de la Syrie, etc. La lutte engagée par les islamistes contre l’impérialisme inclut par conséquent non seulement les Etats-Unis et l’Europe, mais également tous les régimes arabes et autres, inféodés à l’Occident ou alliés.

Selon les islamistes, la lutte engagée contre l’impérialisme n’est pas une chose circonstancielle, mais une guerre de libération de longue haleine, un combat historique légitime et moralement indispensable, s’agissant de la défense de l’islam, menacé dans sa pureté, par l’invasion de cultures et de modes de vie absolument impies et immoraux d’où le vocable de « jihad » utilisé par eux pour donner à leur action une justification religieuse légitime.

QUEL AVENIR POUR LES MOUVEMENTS ISLAMISTES ?

Les mouvances islamiques sont très nombreuses et très diverses. Elles n’ont pas toujours les mêmes buts ni les mêmes façons d’agir. Leur diversité provient d’abord, et avant tout, de leur manière d’interpréter les textes coraniques d’où, très souvent, les nombreuses divergences dans les discours, les prises de position et dans l’action.

Certaines organisations se concentrent sur la stricte application de la Charia d’où leur appel permanent à respecter les concepts du Coran et à effectuer un retour aux fondements de la religion et à sa pureté originelle au cours de la période des Quatre Califes, se limitant ainsi à l’aspect strictement moral de la religion islamique.

D’autres organisations, par contre, cultivent un dessein politique et révolutionnaire, voulant faire du monde musulman une puissance mondiale qui aura son poids dans l’équilibre international. Pour ces penseurs, l’islam n’est pas seulement un mode de pratique religieuse, mais aussi et surtout un système d’organisation politique, économique et sociale d’où leur volonté de la conquête du pouvoir.

Les visées des organisations islamiques peuvent donc varier d’un pays à un autre et d’une région à une autre : Al-Qaïda, les talibans en Afghanistan, la Gama’ islamya en Egypte, le Hisbollah au Liban, le Hamas en Palestine et bien d’autres organisations en Arabie saoudite, en Inde, en Indonésie et ailleurs n’ont pas toujours les mêmes objectifs, mais un ennemi commun, il faut le reconnaître : les Etats-Unis.

La plupart de ces organisations ont une action limitée à une région déterminée. Seule Al-Qaïda semble avoir aujourd’hui une zone d’action internationale et par conséquent être une menace plus sérieuse pour la sécurité mondiale. Ceci dit, rien n’empêchera à l’avenir ces différentes organisations d’avoir des actions concertées plus organisées et mieux coordonnées, étant donné que leur but essentiel est et demeure la défense de l’islam et la lutte contre l’impérialisme occidental.

Le danger que constitue l’islamisme pour l’Occident réside par conséquent, et comme on le voit, dans la multitude et la diversité des organisations islamiques qui forment une nébuleuse impénétrable et une toile d’araignée où les services de renseignements occidentaux risquent bien de se perdre.

COMMENT LUTTER CONTRE LE TERRORISME ISLAMIQUE ?

Ce qualificatif de terrorisme islamique est, à notre avis, impropre. Le terrorisme n’a jamais été, quoi que l’on dise, une fin en soi ou un but des musulmans.

De tout temps, le terrorisme a été l’arme des faibles face aux puissants, étant donné que les premiers ne peuvent combattre les seconds avec des armes égales, ni se soumettre et se laisser piller sans se défendre. Pour sortir le monde de la menace terroriste, les Occidentaux devront repenser leur manière de concevoir leurs rapports avec les pays du tiers-monde et traiter avec eux d’égal à égal.

Lutter efficacement contre le terrorisme consiste d’abord et avant tout à chercher et à connaître les raisons et les causes véritables des actions terroristes. Nous entendons par là le terrorisme politique.

Nous avons évoqué plus haut l’invasion de l’Afrique, de l’Asie et du continent américain par les Européens, nous avons parlé du néo-colonialisme et nous avons enfin fait état de la pression exercée par ces mêmes Occidentaux sur certains jeunes Etats progressistes arabes et la protection et l’aide militaire accordée à des régimes arabes archaïques, autoritaires et impopulaires du Moyen-Orient et de l’Afrique, considérés par tous comme des bases arrière et des relais de l’impérialisme.

L’Occident ne doit plus rester aveuglé par ses seuls intérêts économiques et stratégiques, sans quoi il risque, à l’avenir, de tout perdre. Nous l’avons déjà dit, le monde musulman vit aujourd’hui une autre ère, un renouveau plein d’espoir d’émancipation et de liberté. Ne laissons donc pas des intégristes occuper le terrain, profiter du désespoir de ces masses arabes opprimées auxquelles ils font de vaines promesses d’un avenir meilleur. Le moyen le plus efficace de combattre l’intégrisme et donc le terrorisme, c’est de le devancer et de tendre la main aux vrais leaders des jeunes générations arabes pour la mise en place de régimes réellement démocratiques. Comme les Occidentaux, la grande majorité des musulmans craignent l’avènement intégriste, mais, pour le moment, ils le préfèrent aux potentats actuels qui gouvernent leurs pays.

La civilisation musulmane, par sa richesse, a beaucoup apporté à l’Europe. Que ce soit en mathématiques, en astronomie, en médecine, en physique et chimie, en architecture, en philosophie, elle a énormément contribué à l’évolution du monde occidental. De même, les pays arabes et musulmans ont également tiré profit de la technologie moderne européenne et américaine, durant ces dernières années.

Aujourd’hui, les démocrates arabes et musulmans ont besoin de l’Occident et de ses acquis sur les plans scientifiques et technologiques, et l’Occident a besoin du monde arabe et musulman pour ses richesses humaines et naturelles.

C’est donc en fonction de ces besoins réciproques que l’Occident et le monde musulman doivent collaborer et établir leurs relations, et non pas sur une exploitation unilatérale.

Les Etats-Unis doivent comprendre que l’emploi de la force ne servira à rien. La chute de Saddam Hussein, le massacre d’un million d’Irakiens, les menaces actuelles contre les régimes syrien et iranien, n’apporteront à coup sûr aucun résultat positif et ne feront qu’attiser encore davantage la haine et approfondir le fossé qui sépare l’Occident et les musulmans.

Les Etats-Unis risqueront de se ruiner par leurs dépenses de guerre et de couler indubitablement en poursuivant leur politique de chasse aux régimes progressistes et islamiques opposée à leurs intérêts économiques et stratégiques.

Les temps ont changé et Washington doit obligatoirement, à son tour, changer de conception dans ses rapports avec le reste du monde, si les Etats-Unis désirent survivre...


Moyenne des avis sur cet article :  2.7/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 26 février 2008 11:58

    ... aucun moyen, tant que des bombes à la ceinture, les voitures piégées exploseront dans ou contre un bus ou au milieu d’un marché !

    La terreur n’a pas de religion, de parti ou de legitimité NULLE PART. Si l’islam, ses representants officiels ou officieux et le peuple ne veut pas le comprendre, ils vont donner une identité forte à la terreur, si cela n’est pas déjà fait, et il leur faudra des millenaires pour laver tout ça.

    Seul une prise de conscience (dans le meilleur des cas) ou un retournement de situation global des masses musulmanes silencieuses et des arabes en particulier pourrait limiter les terribles effets de plus de 30 ans de terrorismes qui ont donnés ce que l’on connait aujourd’hui : invasion, guerre, ressentiment et peur.

    Mais peut être est-ce le but recherché ?

    Quand a la faillite de l’occident face aux dépenses de la guerre, là c’est une illusion, ce sont les pays musulmans qui les finances, alors....

    Alors, messieurs les moinsseurs de quel coté êtes vous ? de ceux qui comprennent les bombes ou de ceux qui ont un cerveau ?

     


    • chabou chabou 27 février 2008 12:12

      vous employez un mot qui est une reference en matiere , la sagesse, mohammed confusius jesus christ (st paul) bouddha saint augustin, font partis des sages, vous citez ici l’enjeu, la sagesse qui pour etre comprise par tous implique au minimum d’avoir lu confusius,

      l’incomphreention a mon sens provient du fait que le coran cite jesus comme parole de verite, or cette parole ne figure pas explicitement dans le coran, mais au debut du coran le lecteur est invite a lire la parole des sages cites y compris jesus

       


    • chabou chabou 28 février 2008 10:55

      ok ok bien vu


    • chabou chabou 28 février 2008 16:02

      je vais tenter une fois encore d’expliquer

      en matiere d’enseignement religieux , sont les ecritures y compris la loi de moise, auquel on rajoute l’enseignement des prophetes jesus christ et muhammad

      le coran ainsi que l’epitre aux romains, epitre aux galates de saint paul(jesus), la genese sont des textes dans la collection sagesse edition flammarion

       

      le coran inclut la loi de moise, la loi de jesus christ sourate LXXXVII 18 19

       

      expliquer ce qui change

      jesus, fervent non violent, philosophe et religieux s’inspire de confucus 500 avant,

      il clame sa parole devant des romains qui ne pratiquent que la violence,

      il n’eut d’autre recours pour faire passer son message de paix, d’amour et de sagesse que de se laisser crucifier, afin d’ effacer le caractere violent de la loi de moise, dite loi du talion

      ce qui a ete modifie

      la bible fut donc complete par la loi de jesus

      a l’epitre aux romains 10 4, on peut lire , car la fin de la Loi(moise), c’est christ, pour que soit donne la justice a quiconque croit,

      ensuite on peut lire son enseignement, rapports mutuel : humilite et charite, l’amour mutuel, soumission aux autorites :c’est pourquoi il faut se soumettre, non seulement a cause de la colere mais aussi de sa conscience, etc etc

      recapitulons, le prophete muhammad englobant l’ensemble du fait religieux ecrivit 700 ans apres jesus christ le Coran, qui integre egalement des notions propres a la philosophie et a l’histoire de l’orient

      l’enseignement de muhammad dans le coran, fut donc necessairement inspire par le prophete jesus, puisque’on ne trouve plus , dans l’enseignementt de Muhammad,le caractere violent de La Loi de moise


    • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 29 février 2008 14:58

      Mon cher Chabou,

      Il n’empêche que l’Islam du XIIème siècle a marqué la fin de la grandeur du monde arabe qui rayonnait sur le monde de Cordoue, à Bagdad, et de Samarcande, il a voulu imposer à ses philosophes la vision et la loi religieuse comme Avéroes et Avicenne après quatre siècles de lumière. Avéroes à du s’exiler au Maroc et avec lui c’est Aristote et la raison dans la foi qui a disparu plongeant l’Islam dans l’obscurantisme dans lequel il est encore plongé aujourd’hui.

      Quant aux pays musulmans progressistes donnez moi des noms, lorsque l’on voit la dérive des dirigeants turques les poussant doucement vers le fondamentalisme en éloignant leur pays de l’Europe et de l’occident, Bien sûr que la guerre n’a jamais été une solution sauf à se défendre lorsque l’on nous attaque, il faut au contraire redonner à l’Islam la lumière qu’elle a perdue et ce ne sont pas les imams ou les émirats corrompus qui la lui redonnera mais, de mon point de vue, la Femme musulmane voulant se libérer du carcan des traditions et d’une lecture déviante du Coran.

      La Femme musulmane est l’avenir de l’Islam car elle porte en elle les futures générations et enseignera à ses enfants le combat qu’elle aura du mener pour ce libérer de l’obscurantisme qui l’a opprimé depuis des siècles.

      Nous le voyons déjà chez nous ou des femmes musulmanes dans nos banlieues font bouger les choses et les mentalités rétrogrades comme Fadela Amara et tant d’autres anonymes.

      Cordialement.

       

       


    • chabou chabou 29 février 2008 21:19

      en reponse, cher bateleur,

      mon but fut de resoudre la question de l’auteur a savoir la divergeance de vue entre le coran et

      l’enseignement de St Paul epitre aux romains livre de jesus

      Muhammed prophete reconnait la parole de jesus christ prophete sourate LXXXXVII,

      donc , le fait religieux de l’epoque sert de prealable a la conception de la propre philosophie du prophete Mohammet

      ras

       

       

       

       


    • Cascabel Cascabel 26 février 2008 12:08

      Si une guerre franche existait entre le monde musulman et l’Occident, le paysage géo-politique actuel serait bien différant. L’Arabie Saoudite, le Pakistan, la Turquie ou la Bosnie ne seraient pas considérés comme des alliés américains. Sadam Hussein n’aurait pas été inquiété pour avoir envahit le Koweït. Ou encore, la CIA n’aurait jamais appuyé la révolution islamiste faite contre le shah d’Iran.

      Il existe même une thèse selon laquelle les USA appuient et encouragent le développement de l’islam dans le monde arabe pour lui interdire tout espoir de développement. L’exemple de l’Irak va dans ce sens. Plus inquiétant pour l’Europe, la présence de populations musulmanes en quantités importantes créent un facteur d’instabilité sociale favorable au projet mondialiste de domination globale.

       


      • chabou chabou 28 février 2008 10:57

        elle peut etre aussi l’arme de l’ignorance en leur propre prophete, dommage, pour eux surtout,


      • Dominique Larchey-Wendling 26 février 2008 12:19

        Une assez bonne analyse mais quelques petites erreurs. En particulier :

        De tout temps, le terrorisme a été l’arme des faibles face aux puissants, étant donné que les premiers ne peuvent combattre les seconds avec des armes égales, ni se soumettre et se laisser piller sans se défendre.

        Le terrorisme n’est absolument pas l’apanage du faible face au fort mais c’est souvent l’unique moyen d’action du faible. Le fort aussi utilise le terrorisme (voir encore plus si on compte les morts). Le terrorisme consiste à utiliser la violence sur les populations civiles pour les soumettre ou les contraindre par la peur qu’il engendre.

        Quel nom officiel portait l’intervention américaine en Irak : "Shock and Awe" càd "Choc et terreur/effroi".

        Aujourd’hui, le mot terroriste est utilisé en substitution du mot ennemi car il ajoute un caractère moral à l’action des USA. Elle n’a pourtant rien à voir avec la morale et tout à voir avec le contrôle stratégique du pétrole au Moyen-Orient.


        • HELIOS HELIOS 26 février 2008 12:59

          ah ouais ? ... j’ai encore jamais vu un américain se faire sauter dans un bus d’enfants !

          Si le terrorisme est ce que vous dites, toutes les guerres sont terroristes. Hélas pour vous, le mot terrorisme ne s’applique pas a une armée qui fait la guerre a ceux qui en face portent des armes. Il n’y avait pas de porteurs d’armes selon ce sens, dans les tours jumelles, pas plus que sur les marchés de bagdad.


        • Dominique Larchey-Wendling 26 février 2008 13:52

          Voci par exemple la définition de l’encyclopédie Hachette :

          "Le terrorisme désigne les actions violentes menées contre la population, de telle sorte que leur retentissement psychologique – terreur et peur – dépasse largement le cercle des victimes directes pour frapper l’opinion publique concernée."

          ou du petit Robert :

          "Emploi systématique de la violence pour atteindre un but politique (…) et spécialement ensemble des actes de violence, des attentats, des prises d’otage civils qu’une organisation politique commet pour impressionner un pays (le sien ou celui d’un autre)."

          La guerre d’une armée contre une autre armée n’est pas du terrorisme mais le bombardement de population civiles par une armée est une forme de terrorisme. "Shock and Awe".

          Votre conception du mot le cantonne peut-être aux attentats suicides mais ces attentats sont bien moins meurtriers que des bombardements par exemple. Votre conception n’est pas l’acception générale du terme et permet de protéger les actions US de l’accusation de terrorisme : c’est de l’hypocrisie.

          Lisez par exemple "The Shock Doctrine" de Naomi Klein et vous comprendrez que la torture est aussi une forme de terrorisme dont l’objectif est de soumettre une population rétive par la peur qu’insprire le fait de pouvoir être torturé. C’est n’est pas du tout un moyen d’obtenir des informations fiables.


        • Nobody knows me Nobody knows me 26 février 2008 14:00

          j’ai encore jamais vu un américain se faire sauter dans un bus d’enfants !

          Non, par contre, on les a bien vu pêter des écoles depuis leur gros bateau, à coup de sous-munitions qui exploseront dans qqs mois voire qqs années. Ne commençons pas à compter les points. La liste serait longue des deux côtés.


        • Vincent Frédéric Stéphane 26 février 2008 14:15

          Vous voulez sans doute démontrer la supériorité morale de l’homo americanus sur les autres êtres humains de cette terre. Alors je réponds par l’existence d’américains capables de dézinguer d’autres américains à l’arme de guerre et de se faire ensuite sauter le caisson, c’est une variante certes de l’attentat suicide.


        • Vincent Frédéric Stéphane 26 février 2008 14:19

          La première réaction, oh combien innocente vous en conviendrez, que j’ai eue aux évènements du 11 septembre a été de penser que désormais les USA se mettraient à négocier avec leurs ennemis.

          Quand des mecs sont capables de mourir pour te tuer, c’est pas en les tuant que tu résouds le problème, c’est en comprenant comment ils peuvent en venir à cette extrémité et en agissant de concert pour que les causes disparaissent ! Ou alors, il faut génocider à tout va ! J’ai un penchant marqué pour la comprehension mutuelle.


        • nephilim 26 février 2008 15:43

          certains ont la memoire courte : LE VIETNAM PAR EXEMPLE


        • chabou chabou 28 février 2008 11:23

          apres la revelation ultime, qu’effectivement mohammed fut le dernier prophete, que ce qui est dit dans le coran est son enseignement personnel, qu’il tient compte de l’enseignement de tous les prophetes y compris jesus christ, comment peut on encore s’imaginer que quiconque est superieur a quiconque, il n’enonce que des verites, ses verites de prophete de l’orient, qui peuvent effectivement par certains points n’etre pas en concordance avec le point de vue europeen, je pense que les traditions de l’orient y tienne une grande part

          mais qui pourrait s’en offusquer chacun est libre de sa propre vie a partir du moment ou rien n’est impose

          on entre la dans le domaine de la morale

          la morale francaise est ce qu’elle est et definit par la loi, elle n’est pas en contradiction avec la morale de l’orient, il n’y a pas de gendarme sur la planete, les libertes individuelles existent, le seul critere et on en revient a la notion de respect le choix de chacun doit etre respecte il ne peut y avoir soumission, car la soumission implique une derogation au principe deontologique de la morale qui n’est autre que le respect


        • chabou chabou 28 février 2008 11:47

          en conclusion penchons nous sur le droit des enfants et voyons ce qu’ils nous crient haut et fort en BD

           la liberte des uns s’arretent la ou commence celle des autres

           

           


        • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 29 février 2008 15:28

          Mon cher Dominique Larchey-Wendling

          Si je suit votre raisonnement se faire exploser dans un bus avec des femmes et des enfants est un acte humanitaire car il fait moins de morts ponctuellement, c’est un point de vue difficile à défendre, parlez nous aussi de l’extermination des populations noires du Darfour par les milices islamiques ce doit être sans doute pour leur bien de votre point de vue.

          @Chabou :

          Vous nous dites "...mais qui pourrait s’en offusquer chacun est libre de sa propre vie a partir du moment ou rien n’est imposé"

          Non sa propre liberté à ses limites, la loi et la morales sont là pour y veiller, Montesquieu disait "Entre la liberté et la loi, c’est la loi qui libère" l’éthique est pour moi le socle des civilisations, j’avoue avoir du mal à accepter qu’un homme de 70 ans épouse une fillette de 9 ans, fusse-t-il prophète dans son pays, et aller se faire exploser dans une mosquée ou dans un bus au nom de l’Islam sort de la liberté de chacun de disposer de lui-même, c’est simplement intolérable.

          Cordialement.

           


        • chabou chabou 29 février 2008 17:36

          evidemment, il etait inspire de l’esprit de cette epoque, gardons nous de juger, enfin je ne me permettrai pas de porter un jugement, mais l’info telle qu’elle est peut choquer

          c’est pour cette raison que je dit qu’il est urgent de vulgariser le coran,et de son auteur j’indique si dessous 2 piste Chouraqui et voltaire

          la science , y compris la science des religions sont publies sur le net, il suffit de trouver le bon site,

          il me semble n’avoir qu’une petite cervelle comme tout un chacun, et comme tout un chacun mes connaissances sont tres limites, surtout en matiere litteraire, utiliser un maximum le moteur de recherche google et on a acces a l’information, attention aux sites tres nombreux qui enseignent une philosophie tres limitee du prophete


        • Mohamed BOUHOUCH Lecomte 26 février 2008 13:09

           Il est regrettable que certains amis lecteurs,au lieu d’essayer au moins une fois, de se pencher sans passion et de manière absolument neutre,sur les véritables causes du terrorisme, se laissent toujours guider par leurs sentiments religieux et donnent libre cours à leurs idées anti X ou anti Y.

           Je confirme encore une fois qu’il faut avoir la franchise et le courage de dire que le terrorisme qui est un acte de "folie" condamnable mais aussi de désespoir, ne peut s’expliquer que par la riposte contre l’invasion, l’occupation, l’injustice, l’exploitation du faible par le puissant. Sans l’invasion de l’Irak est-ce qu’il y aurait eu tous ces attentats kamikazes ?Certainement non !

           

           


          • Alain Jean-Mairet 26 février 2008 13:20

            En fait, une réelle étude des motivations des Musulmans, contenue dans les textes sacrés de cette religion (coran, ahadith, sira, tafsir), révèle que le terrorisme islamique est né avec la fable de Mahomet et l’histoire de l’Islam indique clairement qu’il a toujours été la marque des Musulmans puissants, et non des pauvres.


          • HELIOS HELIOS 26 février 2008 14:11

            "...acte de folie condamnable..." oui, la on peut vous suivre...

            "...acte de desespoir..." non, la on ne vous suis plus car cela est un acte inhumain. Un assassinat est un crime, explicable par la raison. Le terrorisme n’entre pas dans ce cas là, ce n’est ni un crime ni un acte de desespoir.

            le vrai desespoir de l’homme, c’est la soumission, au pire le suicide... mais un suicide personnel sans impliquer personne d’autre avec soi.

            Les terroristes qui se font sauter ne se suicident pas, ils gagnent leur "paradis" en massacrant les autres. Ce n’est pas du desespoir, c’est de l’intoxication, pas la peine de vous expliquer par quoi.

            Les terroristes (comme a Madrid) qui posent des bombes sans se suicider sont des terroristes lâches en plus qui n’ont même pas l’excuse de gagner leur paradis, ce sont des bêtes inhumaines qui ne meritent pas d’être intégrés dans le genre humain. ils sont malades de la tête, par nature ou par apprentissage, peu importe, mais ce n’est toujours pas du désespoir. c’est également du vice.

            Alors, comme vous le dites, toujours tenter d’expliquer le terrorisme par la domination des uns par rapports aux autres, par la richesse ou la spiritualité n’a aucun sens. Ce qui se cache toujours derriere ce discours c’est une manoeuvre intellectuelle qui dure effectivement depuis Mahommet chaque fois que l’islam n’a pas été dominateur. L’islam demande le droit a l’equité quand il est faible et impose sa dictature lorsqu’il domine. Il se trouve que ses methodes ne brillent pas par un humanisme dont ils se drappent et par les apports a l’occident qu’ils auraient fait.

            Effectivement l’occident s’est développé grâce a l’islam et malgré l’islam et va continuer a le faire. "Grace" à l’islam parce que l’exemple de ce qu’il s’y passait sur le dernier petit millenaire a vacciné tout un monde contre le dogmatisme et les soubressauts subsistent encore par endroit... "Malgré" l’islam, parce que l’occident continue de construire une societé d’humanité, de raison et de droit (je vous passe tout le reste) avec des defauts et des contraintes dont l’islam est encore une fois a l’origine.

            Folie, c’est evident, mais est-ce a nous a intervenir lorsque cela ne nous concerne pas me direz vous ? oui, trois fois oui, car les droits de l’homme ne doivent pas rester un vain mot devant les mutilations et le inegalités de genre. Comment peut on se regarder dans la glace si la voisine prend une taloche tous les matin, que sa fille est excisée et qu’elle ne vit que par procuratrion d’un homme ?

            Desespoir, c’est une maladie qui se soigne avec du Prozac et un lavage de cerveau coté religion.

            Terrorisme, Cela ne s’excuse pas, ne s’explique pas et cela s’ecrase comme un scorpion avant qu’il ne vous pique ! (pauvre scorpion, il ne mérite pas une telle comparaison...)


          • Mjolnir Mjolnir 26 février 2008 14:20

            Certains jeunes se kamikasent surtout parce qu’on leur a bourré le crane avec un paradis peuplé de vierges !

            L’"occident" a bon dos !

             

             


          • Nobody knows me Nobody knows me 26 février 2008 14:20

            Desespoir, c’est une maladie qui se soigne avec du Prozac et un lavage de cerveau coté religion.

            Donc en Irak par exemple, avec le blocus, pour se procurer le Prozac on faisait comment ??? Ou alors pour passser les checkpoints en Palestine pour atteindre la pharmacie la plus proche ? J’ai l’impression qu’il est toujours plus facile de toper du semtex que les premiers soins... grâce à qui ??

            Plus sérieusement, la recette est simple, beaucoup de misère, d’injustice, une pincée d’instrumentalisation et le tour est joué. Si l’Islam n’avait pas le monopole dans les pays du moyen-orient, je vous dis pas le fric que se feraient les scientologues ou les raëliens...


          • Dominique Larchey-Wendling 26 février 2008 15:03

            @ HELIOS

            "Terrorisme, Cela ne s’excuse pas, ne s’explique pas et cela s’ecrase comme un scorpion avant qu’il ne vous pique !"

            C’est en comparant son ennemi à un animal, en le décrivant comme non-humain que la nation la plus avancée et la plus "civilisée" du début du 20ième siècle s’est lancée dans l’un des pires crimes de masse de l’Histoire. Visiblement, l’idéologie qu’il portait alors n’est pas morte avec le régime.

            Le terrorisme ne se limite absolument pas aux attentats suicides. Et l’attaque suicidaire n’est pas nécessairement du terrorisme (cf. les kamikazes japonais.)

            L’utilisation que l’on fait de ce mot le cantonne de plus en plus à décrire les formes de violence que l’Occident ne peut mettre en oeuvre parce que les individus qui le composent ne sont plus près au sacrifice de leur vie pour défendre leur indépendance. Aussi sont-ils dégoutés par "l’attentat suicide" mais ne voient-ils rien à redire aux bombardements aériens de civils, et leur cortège de morts et de destruction.

            Pourtant, les Occidentaux étaient près aux sacrifices de masse il y a à peine un siècle, pourvu qu’on leur explique que l’ennemi était inhumain (cf Première guerre mondiale.)

             


          • Dominique Larchey-Wendling 26 février 2008 15:15

            Le but de la propagande est de :

            1. que notre camp ne veut pas la guerre
            2. que l’adversaire en est responsable
            3. qu’il est moralement condamnable
            4. que la guerre a de nobles buts
            5. que l’ennemi commet des atrocités délibérées (pas nous)
            6. qu’il subit bien plus de pertes que nous
            7. que Dieu est avec nous
            8. que le monde de l’art et de la culture approuve notre combat
            9. que l’ennemi utilise des armes illicites (pas nous)
            10. que ceux qui doutent des neuf premiers points sont soit des traîtres, soit des victimes des mensonges adverses (car l’ennemi, contrairement à nous qui informons, fait de la propagande).

          • Mjolnir Mjolnir 26 février 2008 15:23

            "Aussi sont-ils dégoutés par "l’attentat suicide" mais ne voient-ils rien à redire aux bombardements aériens de civils, et leur cortège de morts et de destruction."

            Faut pas exagérer, de nombreuses personnes, dans divers pays, étaient contre la guerre en Irak !

             

            Déshumaniser l’autre en le comparant à un animal est effectivement un prétexte pour justifier n’importe quel moyen pour le vaincre. Cependant, si on se réfère aux propos de l’auteur de cet article :

            " Je confirme encore une fois qu’il faut avoir la franchise et le courage de dire que le terrorisme qui est un acte de "folie" condamnable mais aussi de désespoir, ne peut s’expliquer que par la riposte contre l’invasion, l’occupation, l’injustice, l’exploitation du faible par le puissant. "

            On devrait, selon l’auteur, en déduire que les terroristes seraient des "résistants" (risposte contre l’invasion), des "justiciers" (risposte contre l’injustice) et "des défenseurs du faible" (riposte contre l’exploitation du faible). Je trouve ce discours très pernicieux, bien qu’il prétend superficiellement condamner le terrorisme.

             

            Drôles de justiciers et de défenseurs : ils tuent des innocents aveuglément et ils savent pertinemment que leurs actes vont provoquer des ripostes qui, à leur tour, vont toucher des innocents.

             

             

             

             


          • armand armand 26 février 2008 15:25

            N’importe quoi. Même dans l’offensive la plus coûteuse le soldat a l’espoir qu’il peut s’en sortir. ça n’a rien à voir avec l’illuminé qui se fait sauter dans un restaurant. Et les offensives qu’on savait condamnées à l’avance étaient le fait non pas d’illuminés se réjouissant d’accéder au paradis des 70 vierges mais de troupes souvent peu motivées, allant à l’abattoir car ils savaient qu’en cas de désertion c’était la mort garantie.

            De même, au cours de la 1ère G. mondiale, même si on usait de toutes sortes de vocables bestiaux à l’égard de son adversaire, dans les faits, les prisonniers étaient bien traités, les blessés ennemis soignés, et il existait de l’estime réciproque entre combattants.

            Et ne mélangez pas les kamikazes jamonais qui s’écrasaient contre des vaisseaux de guerre à des zombies qui font sauter des autocars. Et même les kamikazes japonais étaient beaucoup moins cvolontaires qu’on ne le pense - et nombreux étaient ceux qui se réjouissaient d’âtre épargnés par pénurie de carburant !


          • armand armand 26 février 2008 15:26

            Mjolnir :

            Je m’adressais à Larchey-Wendling, bien sûr.


          • Mjolnir Mjolnir 26 février 2008 15:33

            Aucun problème, Armand.

            "Et ne mélangez pas les kamikazes jamonais qui s’écrasaient contre des vaisseaux de guerre à des zombies qui font sauter des autocars."

            Cependant, il me semble qu’il y a quand même quelques points communs : on endoctrinait les jeunes pilotes en jouant sur le patriotisme et on leur promettait le paradis.

            La recette est un peu près la même pour lobotomiser.


          • Dominique Larchey-Wendling 26 février 2008 15:46

            @ Mjolnir

            Faut pas exagérer, de nombreuses personnes, dans divers pays, étaient contre la guerre en Irak !

            Certes, mais que fait-on depuis ? Est-ce qu’on a décidé de boycotter les Etats-Unis pour manisfester notre exaspération ? Poursuit-on les dirigeants US qui ont déclenché cette guerre sur la base de mensonges avérés comme des criminels de guerre ?

            Drôles de justiciers et de défenseurs : ils tuent des innocents aveuglément et ils savent pertinemment que leurs actes vont provoquer des ripostes qui, à leur tour, vont toucher des innocents.

            Avez-vous regardé le réportage sur France 2 "Résistance" de la semaine dernière, premier épisode. Le gaulliste interpèle le communiste et lui demande pourquoi les militants communistes assassinent des allemands tout en sachant très bien que la riposte allemande se retournera en priorité contre les militants communistes eux-mêmes. En que répond ce chef militant. Bien-sûr, mais ces exactions allemandes vont radicaliser les français contre l’occupation et faire grossir les rangs des résistants, même s’il y a par ailleurs des pertes. Il présente la haine de l’allemand comme le principal moteur de la résistance.

            La stratégie de la résistance française était donc exactement la même que celle de ceux qui résistent à l’occupation américaine en Irak. L’occupant ne peut pas gagner car il est illégitime. Au final, sa violence qu’il croit invincible le condamne par la large réaction de rejet qu’elle engendre.

             


          • Mjolnir Mjolnir 26 février 2008 15:55

            Dominique

            "Certes, mais que fait-on depuis ? Est-ce qu’on a décidé de boycotter les Etats-Unis pour manisfester notre exaspération ?"

            Et que voudriez vous qu’on fasse ? La guerre aux USA ??

             

            "La stratégie de la résistance française était donc exactement la même que celle de ceux qui résistent à l’occupation américaine en Irak. L’occupant ne peut pas gagner car il est illégitime."

            L’occupant ne pouvait pas gagner surtout parce que les alliés allaient débarquer ! Tous les résistants n’étaient pas des militants communistes, ils n’étaient pas tous d’accord avec cette "stratégie".

            Et je vous rappelle que "ceux qui résistent en Irak" tuent actuellement plus d’irakiens que d’occupants. Les résistants français avaient ils poser des bombes pour tuer des dizaines français par jour dans les marchés, les bus ?


          • Dominique Larchey-Wendling 26 février 2008 15:55

            @ armand

            Et les offensives qu’on savait condamnées à l’avance étaient le fait non pas d’illuminés se réjouissant d’accéder au paradis des 70 vierges

            Vous croyez vraiment que c’est là leur motivation ? A votre avis, 70 vierges ça intéresse une femme kamikaze ou un enfant kamikaze ?

            mais de troupes souvent peu motivées, allant à l’abattoir car ils savaient qu’en cas de désertion c’était la mort garantie.

            Ah oui, c’est encore plus reluisant pour ceux qui les envoyaient à l’abatoir ... au lieu de les convaincre par l’endoctrinement, on les contraignait carrément sous peine de mort ... par centaine de milliers.

            Les kamikazes ne représentent qu’une petite fraction des militants islamistes. Souvent des gens qui ont tout perdu dans des "dommages collatéraux" ou qui ont été victimes de torture... Le coup des 70 vierges, c’est pour gaver les gogos comme vous ! Mais ça marche bien vu que vous répétez cette absudité en boucle.

             


          • HELIOS HELIOS 26 février 2008 16:16

            @ Dominique Larchey-Wendling ...

            Quand je parle de terrorisme, je ne parle pas de personnes... mais je vous comprends.


          • Alain Jean-Mairet 26 février 2008 16:24

            Coran 9:111 
            Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent, et ils se font tuer.

            Sahih Bukhari (les ahadith les mieux authentifiés) :
            Volume 4, Book 52, Number 41 ; Narrated Abdullah bin Masud :
            I asked Allah’s Apostle, "O Allah’s Apostle ! What is the best deed ?" He replied, "To offer the prayers at their early stated fixed times." I asked, "What is next in goodness ?" He replied, "To be good and dutiful to your parents." I further asked, what is next in goodness ?" He replied, "To participate in Jihad in Allah’s Cause." I did not ask Allah’s Apostle anymore and if I had asked him more, he would have told me more.

            Volume 4, Book 52, Number 46 ; Narrated Abu Huraira :
            I heard Allah’s Apostle saying, "The example of a Mujahid in Allah’s Cause— and Allah knows better who really strives in His Cause----is like a person who fasts and prays continuously. Allah guarantees that He will admit the Mujahid in His Cause into Paradise if he is killed, otherwise He will return him to his home safely with rewards and war booty."

            On peut estimer à quelque 270 millions le nombre de victimes de cette doctrine (et ceci presque uniquement à l’arme blanche...), qui a fait loi (étude des bases légales islamiques du djihad par Averroès) pendant un bon millénaire. Ainsi, les Musulmans qui se font exploser aujourd’hui ne font qu’utiliser les techniques actuelles pour réaliser un très vieux projet.

            Et rien n’indique qu’ils cesseront aussi longtemps qu’ils pourront croire à cette supercherie vénéneuse logée au plus profond du saint des saints islamique. C’est donc là qu’il faut intervenir pour « venir à bout de l’intégrisme ». Le reste, à une époque où plus de crédules que jamais dans l’histoire sont en mesure de lire ces textes, ne fait guère qu’attiser la flamme.


          • karpediem karpediem 26 février 2008 17:58

            Thématique biblique tronquée par des tributs bédouines hétérodoxes, sectaires et hérétiques ; récupération litigieuse par un prophète analphabète ; textes inauthentiques et falsifiés 200 à 300 ans plus tard ; contradictions entre le coran et des millions de hadiths depuis l’An Mil. Et aujourd’hui, matraquage d’analphabètes + bourrage de crâne de populations en situation de grande précarité ; jalousie envers les pays riches ; formes et excès du jihad ; vierges et houris promis en récompense paradisiaque comme lu plus haut. Avec interdiction de plus en plus formelle de commenter, analyser et critiquer quoique ce soit des-dits « textes » « sacrés », fusse par les croyants eux-mêmes. Les clignotants ne sont guère à l’ouverture ni au dialogue !… Effectivement c’est avec regret qu’on peut considérer combien cette « religion »  peut être détournée par des violents et des pervers. Alors peut-elle devenir, entre leurs mains, la religion la plus c… du monde comme le dit Michel Houellebeck.

             

            (Se disant conçu par des croyants non musulmans), parmi d’autres moins agressifs, un site assez « brutal » relève en français certaines de ces contradictions : www.contrelislam.org/intro.htm  

             

             


          • armand armand 26 février 2008 18:12

            Révisez vos informations : les kamikazes sont tout sauf des innocents qui ont perdu les leurs. Ce sont le même type de personnes qui affluaient vers le Temple Solaire ou le Révérend Jones. Et qui n’ont rien à voir avec l’Islam véritable.

            Et si le coup des 70 vierges est caricatural, des jeunes musulmans britanniques ont pu être sensibles à un endoctrinement qui les proclame guerriers du djihad là où ils n’étaient que gérants de fish and chips !

            Le danger, hélas, c’est que de nombreux musulmans, allégants des humiliations et crimes vrais ou présumés qu’ils subissent, trouvent à comprendre une dérive cancéreuse étrangère à l’extrême aux traditions islamiques.


          • armand armand 26 février 2008 18:18

            Personnellement je ne verrais aucun inconvénient à ce que Bush soit jugé pour crimes de guerre ou, tout au moins, utilisation de mensonges pour déclencher une guerre.

            De même, je ne considère pas comme terroriste l’"insurgé" qui tire sur les soldats U.S. ou déclenchent même des bombes à distance. D’ailleurs, l’Armée U.S. trouve généralement à s’entendre avec cette résistance-là.

            Par terroristes on mélange tout et son contraire. Le kamikaze qui massacre des centaines de de pélerins chiites, ou des Afghans coupables d’assister à une bataille de chiens, comme celui qui se fait sauter dans un restau à Tel Aviv, voici le véritable ennemi. Et, j’en conviens, cela aurait dû relever à l’origine de la police et de la psyuchiatrie que de la guerre. 


          • chabou chabou 27 février 2008 12:37

            tout a fait d’accord avec vous, le cheminement pour comprendre l’incomprehensible fut long mais il fut,une logique toute bete est de suivre les faits religieux par ordre chronologique, et la verite est la siderante bete comme chou, il suffit de comprendre pour quelles raisons, jesus (dans les ecritures) a sacrifie sa vie


          • chabou chabou 27 février 2008 21:58

            je complete donc mon analyse, jesus, prophete s’offrit a la crucifiction, car il ne pouvait se resoudre a utiliser la violence, il faut se souvenir de la violence que les romains faisaient vivre aux populations locales a cette epoque, il fut crucife, l’offrande de sa vie leva le caractere sanglant de la loi de moise, se qui est consigne dans l’epitre aux romains par saint paul, dans la bible

            Mohammed, prophete tient compte de l’ensemble de la doctrine biblique y compris les livres de moise et de jesus, sourate Lxxxvii

            bonne lecture du coran, il gagne a etre connu , de meme que l’ecrivain algerien mohammed arkoun qui signe la preface

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès