Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Philippe Simmonot : l’économie des talents

Philippe Simmonot : l’économie des talents

Comment une puissance spirituelle (l’Eglise) a-t-elle pu devenir une redoutable puissance temporelle, à forte capitalisation financière, mais aussi quels sont les facteurs plus récents de son déclin économique ? Telle est l’Histoire économique des talents ecclésiaux, que nous retrace Philippe Simmonot.

Alors que Les Evangiles ou ses interprètes se méfient de l’argent, des biens et de l’accumulation de ceux-ci, l’histoire de L’Église catholique a montré une redoutable capacité à capitaliser, à s’enrichir ; elle fut pendant des siècles la première puissance financière mondiale. La mondialisation avait déjà ses chapelles ! C’est avec talent que l’économiste Philippe Simmonot (P.S.) nous relate cette épopée financière dans son dernier ouvrage.

La part bénite

A cet égard l’auteur invente le concept de part bénite, à l’instar de Bataille qui employait l’expression part maudite pour montrer les excès que dégage l’économie d’une société dans les pratiques de gaspillage ostentatoire ! P.S. montre que dans toute société, des "braves gens" sont prêts à donner de l’argent pour le salut de leur âme. D’un point de vue économique, c’est un marché, non négligeable, où les nouveaux venus tels l’islam rentrent largement en concurrence . Au-delà de cette part bénite, le christianisme a mis au coeur de son éthique l’amour des pauvres, et la nécessité de les considérer et de les secourir, d’où l’invention et la construction par cette civilisation d’institutions de bienfaisance comme les hospices, les orphelinats, les hôpitaux, les léproseries... L’enseignement clérical a participé de cette considération du pauvre et de sa dignité. A cet égard et pour reprendre l’expression du Pape Grégoire le Grand : "Il faut faire très grande attention à ce que les évêques ne se mêlent pas aux affaires séculières, sauf dans la mesure où la nécessité de défendre les pauvres les y contraint ".

La question sexuelle est aussi économique !

Enfin la question sexuelle est aussi liée à la dimension économique. La papauté, en contraignant au célibat les prêtres, permet d’échapper à la loi successorale qui rend précaires les royaumes temporels. Et P.S. de remarquer que le bénéfice ecclésiastique est institué dans le même temps que le mariage chrétien. La croisade a son explication économique, la papauté "creuse ses canaux" jusqu’à Jérusalem pour mieux profiter de la part bénite  ! La Réforme concurrentielle va emporter ses parts de marché salutaire. Luther et ses disciples vont astreindre l’Église catholique à baisser ses tarifs du salut éternel, c’est la désinflation. La pression fiscale s’imposera alors sur les territoires qu’elle contrôle. Elle devra donc se comporter quasiment comme une puissance temporelle, par la pratique de l’emprunt, de l’impôt... Il faudra attendre le début du XXe siècle (Léon XIII) pour un retour à l’équilibre des finances de la papauté !

La République est-elle mimétique ?

Ensuite, l’auteur montre que la République entre en concurrence radicale avec la papauté, et par un jeu mimétique, crée l’Etat-Providence. Nous nous retrouvons aujourd’hui dans une situation inédite où toutes les puissances en présence se retrouvent appauvries, endettées... L’Etat régalien, l’Etat-Providence (La Sécurité sociale), la papauté !

A lire :
Les papes, L’Église et l’argent. Histoire économique du christianisme des origines à nos jours. Philippe Simmonot. Bayard


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Marsupilami 14 mars 2006 13:41

    Oui, et alors ?

    Les Européens se sont libérés de la dictature cléricale chrétienne. On pourrait peut-être faire un amendement à la loi de 1905 pour taxer lourdement les revenus de l’Eglise et les affecter à l’Etat-Providence ? Vendre le l’archevêché de Paris au profit des Restos du Coeur ?


    • Scipion (---.---.45.131) 19 mars 2006 12:42

      Dites, marsupilami, vous qui avez l’air au courant ?

      Est-ce qu’on peut affirmer que les Européens sont plus sains, plus heureux et plus équilibrés, depuis qu’ils se sont libérés de la dictature cléricale chrétienne ?


    • pierrot (---.---.141.25) 17 août 2006 16:52

      @ Marsu

      Très juste : oui et alors ?

      Il y’a de quoi se marrer tout de même : Alain Peyrefitte, le mal Français II le retour.

      Ben voyons, accuser le Vatican qui ne vis que de don de ses adhérends, faut il le préciser, une puissance financière. tststst. Tout est distribué Messieurs. Quand aux prévarications, bien sûr elles ont existées, mais elles se sont toutes terminées de la même manière que celle de la loge maçonique P2.

      On sent bien qu’à l’approche des élections présidentielles il faut accuser quelqu’un des malheurs de la France actuelle. La propagande, mensongère comme d’hab est en route.

      Quelle dérision !


    • pierrot (---.---.141.25) 17 août 2006 16:56

      @scipion

      C’est pas bien de poser les questions qui dérange LOL


    • (---.---.25.124) 14 mars 2006 17:24

      On peut également parler d’un activisme forcené de captation d’héritages, de sollicitations, d’entremetteurs de guerres et de bien d’autres activités qui d’expliquent que cette richesse n’est pas venue par l’opération du Saint-Esprit.


      • gabriel (---.---.40.224) 15 mars 2006 12:13

        il faut ajouter à la rétribution de l’alliance avec le pouvoir par des rémunérations et prébendes considérables + la soustraitance rétribuée de services publics (services sanitaires, sociaux, éducatifs qui non seulement permettait de récolter de l’argent mais souvent d’être à la source des gisements : cas des décés par exemple et d emaintenir une influence psy sur la population. En ce sens le chemin de St Jacques, pa rexemple, a été une véritable mine d’or pour les Ordres et l’Eglise en général... A la veille de la Révolution (cité par Delumeau dans Le christianisme va-t-il mourir ?) l’Eglise, hors les biens en vilels, possédait 30% du patrimoine français...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès