Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Porté disparu

Porté disparu

Ca commence comme un film de Costa-Gavras : un petit garçon tibétain âgé de 6 ans, Gendhun Choekyi Nyima, disparaît ainsi que ses proches, le 17 mai 1995. Certaines rumeurs laissent à penser qu’ils ont été kidnappés et emmenés à Pékin. A compter de ce jour tragique et comme dans tous pays où la dictature règne en maître, ce petit garçon n’est jamais réapparu.

Le 25 avril prochain, Gendhun aura 18 ans et restera dans l’histoire des nations comme étant le plus jeune prisonnier politique du monde, victime de violations de la liberté religieuse et de violations des droits de l’enfant.

Pour comprendre à quel point cet enfant a fait peur à l’envahisseur chinois, il faut remonter au 14 mai 1995, jour de sa reconnaissance par le dalaï-lama comme le 11e panchen-lama. Le panchen-lama est le deuxième plus haut chef spirituel du bouddhisme tibétain Guélougpa (école dite des bonnets jaunes). L’origine du mot Panchen est la combinaison de deux mots "pandita", qui signifie "érudit" en sanscrit et "chen-po", qui signifie "grand" en tibétain. Panchen se traduit donc par "grand érudit". Lama signifie "maître spirituel". Le panchen-lama est considéré comme une émanation du Bouddha Amitabha "de lumière infinie" emedium_amitabha.gift se situe juste après le dalaï-lama dans ce système hiérarchique.

Le 28 janvier 1989, dans son monastère de Tashilhunpo, à Shigatsé au Tibet, le dixième panchen-lama, Lobsang Trinley Lhundrup Choekyi Gyaltsen, meurt d’une crise cardiaque, à l’âge de 50 ans. Les Tibétains disent qu’il a été empoisonné quelques jours après son discours historique critiquant la politique chinoise et affirmant sa loyauté envers le dalaï-lama. Le panchen-lama avait notamment déclaré que le progrès apporté au Tibet par la Chine ne saurait compenser la somme de destructions et de souffrance infligée au peuple tibétain. Après sa disparition, le Parti communiste chinois chargea Chadrel Rimpoché, le responsable du monastère du Tashilhunpo, croyant qu’il leur était favorable, de trouver la réincarnation du panchen-lama. Le dalaï-lama propose à Pékin de dépêcher une délégation de hauts dignitaires religieux pour "assister" Chadrel Rimpoché. Mais l’offre est rejetée par la Chine qui la qualifie de "superflue". Le dalaï-lama et les autorités tibétaines commencent à organiser les recherches pour trouver sa réincarnation suivant les traditions tibétaines. Au Tibet, Chadrel Rimpoché retient trois enfants aux qualités remarquables. Parmi eux, le petit Gendhun Choeky Nyima, fils de nomades tibétains. Chadrel Rimpoché informe une équipe envoyée clandestinement au Tibet par le dalaï-lama. Le 14 mai 1995, après avoir étudié les différents candidats, il est officiellement reconnu par le dalaï-lama comme étant le onzième panchen-lama. Trois jours plus tard, Chadrel Rimpoché, lui, est immédiatement arrêté et emprisonné pour avoir informé le dalaï-lama, et Gendhun disparait ainsi que sa famille. Ce n’est qu’un an plus tard que Pékin avouera détenir le petit garçon.

En 1996, son cas fut examiné par le Comité des droits de l’enfant de l’ONU et les autorités chinoises ont admis pour la première fois avoir "pris l’enfant pour sa sécurité". Le Comité a demandé à rendre visite à Gendhun, mais les autorités chinoises n’ont pas donné suite à cette requête. Le dossier n’a pas avancé depuis lors. Aujourd’hui, Gendhun serait toujours détenu par les autorités chinoises. Une alerte " Amber " mondiale a d’ailleurs été lancée par le monastère Tashilhunpo (siège en exil en Inde du panchen-lama) et une récompense est offerte à toute personne fournissant une information susceptible de localiser et d’entrer en contact avec le jeune garçon.

La Chine refuse toujours de fournir des informations sur l’endroit où il se trouve. Malgré des demandes répétées de la communauté internationale, des observateurs indépendants n’ont pas pu obtenir d’accès au panchen-lama, pour voir s’il est en bonne santé et s’il reçoit une éducation appropriée. Au Tibet, la photo de Gedhun Choekyi Nyima est interdite et les Tibétains n’ont pas le droit de lui rendre hommage.

En annonçant le nom de l’enfant, le dalai-lama en appelait au gouvernement chinois pour qu’il élargisse sa compréhension, sa coopération et son assistance "afin de permettre au jeune Gendhun de recevoir l’éducation religieuse lui convenant et d’assumer ses responsabilités spirituelles". Au cours des dernières années, le dalaï-lama a fait un maximum d’efforts en vue d’arriver à une solution acceptable pour les deux parties concernées par le problème du Tibet, dans un esprit de réconciliation et de compromis. Cette approche qui est celle de la "voie du milieu" vise avant tout à garantir au Tibet une véritable autodétermination. Il est à regretter que le Chine ait rejeté chacune des initiatives de gouvernement tibétain en exil, en vue d’un règlement pacifique et négocié de la question tibétaine. Récemment le gouvernement chinois déclarait : "La lutte entre nous et la clique du dalaï-lama, ne concerne pas la question de la liberté religieuse et de l’autonomie. C’est un combat entre nous et l’ennemi".

Alors que la Chine a pendant longtemps dénoncé le bouddhisme tibétain et son système de réincarnations comme étant "féodal" et "réactionnaire", le régime athée semble plus que désireux d’abandonner sa position antireligieuse virulente dans le cas du panchen-lama car, fait sans précédent dans l’Histoire, la Chine a désigné un autre enfant, fils d’un membre du Parti communiste chinois, pour le manipuler à des fins politiques. En désignant leur propre panchen-lama, la Chine a politisé les questions purement religieuses.

Le mépris de la Chine pour les sentiments religieux du peuple tibétain, tel qu’il ressort de leur attitude autoritaire vis à vis de la reconnaissance du panchen-lama, manifeste la vraie nature de leur dictature au Tibet. La réalité d’aujourd’hui c’est que le Tibet est un pays occupé par une puissance coloniale.medium_dalai2.jpg

Le dalaï-lama a déclaré un jour : "Je crois véritablement que les individus peuvent faire la différence dans la société. Il appartient à chacun de nous d’utiliser au mieux son temps pour aider à créer un monde plus heureux."

medium_v-cierge_sur_piques.jpg

Tibet Info a lancé une opération de bougies virtuelles : des milliers de bougies ont été allumées dans plus de 125 pays afin d’accompagner en pensée le jeune Gendhun : pour allumer la vôtre, cliquez ici  ! Car au-delà de la question politique et religieuse, il s’agit d’un enfant que la Chine a privé de liberté depuis plus de dix ans, sans que l’on sache le sort qui lui a été réservé durant toutes ces années. Et ça, c’est inacceptable  !

Pour plus d’informations sur le panchen-lama, cliquez ici !


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Avatar (---.---.23.130) 10 avril 2007 15:55

    दिसो दिसं यं तं कयिरा वेरीवा पन वेरिनम् ।

    मिच्छापनिहितं चित्तं पापियो नं ततो करे ॥

    Diso disaṃ yaṃ taṃ kayirā verī vā pana verinam, Micchāpanihitaṃ cittaṃ pāpiyo naṃ taṃ kare.

    Quel que soit le mal qu’un ennemi fasse à un ennemi ou un haineux à un haineux, Un cœur mal dirigé fait un mal encore plus grand.

    (Dhammapada, « Cittavaggo tatiyo » [Versets sur le cœur], verset 42)


    • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 11 avril 2007 23:14

      Merci Phileas pour votre article, reprenant l’article de France-Tibet Ile de France sur agoravox

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=21197

      et les pages de wikipédia, préparés en vu de la MANIFESTATION pour demander la LIBERATION du jeune Panchen Lama, ce sera à PARIS LE SAMEDI 21 AVRIL 2007 A 15H au Parvis des droits de l’homme, Place du Trocadéro, Métro : Trocadéro A l’appel de la Communauté Tibétaine en France, France-Tibet Ile-de-France, Etudiants pour un Tibet Libre.


    • Tarouilan (---.---.167.241) 10 avril 2007 17:40

      Voyons voir, ce que dit la Chine à propos du Tibet........

      « Depuis la dynastie des Yuan, au XIIIe siècle, le Tibet est administré par le gouvernement central chinois et depuis lors, fait partie intégrante de la Chine. La question de statut du Tibet n’a jamais été posée jusqu’à la fin du dernier siècle. Or, au début de ce siècle, des forces étrangères, des Anglais et des Américains en particulier, cherchaient par tous les moyens à séparer le Tibet de la Chine pour leurs propres intérêts. Dès la fondation de la Chine nouvelle en 1949, la CIA a commencé à contacter les forces séparatistes du Tibet pour les aider à créer des bases d’entraînement aux États-Unis. Dans les années 60, l’entourage du Dalai Lama obtenait chaque année, de la CIA, un soutien financier de l’ordre de 1,7 millions de dollars US et le Dalai Lama, lui-même, 180 000 dollars US par an. On peut dire que le soi-disant problème de l’indépendance du Tibet est en réalité un produit de l’agression US. Même le Dalai Lama, lui-même, a avoué dans un reportage diffusé récemment à France 2... » ..................... et si la Chine n’avait pas totalement tord avec de tels propos........

      Et si, ce sympathique Dalaï-lama, n’était qu’une des formes de déstabilisation anti-chinoise, financé de l’étranger, le Tibet étant un secteur des plus stratégique pour la Chine du point de vue militaire, ne perdons pas cela de vue, même si les guerres futures seront d’abord d’ordre « géo-économique » des bruits de bottes accompagnerons sûrement ces nouveaux conflits, (par exemple actuellement, les réserves pétrolières d’Irak).

      Comme dans un autre registre, des sectes évangéliques d’origines US, qui se développent en Chine, de façon exponentielle, pourquoi ... ? ces sectes sont très riches, d’où vient l’argent..... ? , quel but poursuivent-elles,...... nous pouvons du reste l’observer en France, dans les quartiers chinois, d‘innombrables sectes évangéliques, dont les énormes moyens financiers sont plus qu’étranges, j’ai pour ma part chercher à comprendre, avec le concours d’un ami, la gène manifeste des acteurs de ces sectes, à expliquer leur démarche, leur financement, lorsqu’on les interroge, apparemment, ce ne sont pas les « fidèles » qui mettent la main à la poche, ces derniers, sont du reste des Chinois qui n’ont pas d’argent, ......... quand on sait qu’en Chine, ce genre de sectes US est très répandu, quid des buts poursuivis........ ?


      • phillipe l’arabe empereur de rome (---.---.84.31) 10 avril 2007 18:16

        qu’est ce qu’ils attendent ces chinois pour se debarraser des sectes sataniques « evangeliques » ?sont ils naives ? il est temps que les chinois rejoignent l’axe du bien arabo russo chinois pour en finir avec les cochons anglo saxons.


      • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 11 avril 2007 23:25

        Tarouilan, ce que vous affirmez au sujet du Dalaï Lama est de la désinformation. Vous citez une interview sur France2 sans donner de date ni d’émission. Que la CIA ait aidé la guerrilla tibétaine, c’est une réalité bien connu. Ce qui l’est moins, c’est que le Dalaï Lama s’est opposé à cette guerrilla, pour des raisons de non-violence que le Dalaï Lama a toujours prôné. De plus, depuis 1979, et pour répondre à la proposition de Deng Xiaoping qui disait « en dehors de l’indépendance, tout peut être discuté », le Dalaï Lama a fait de multiple déclarations en ce sens, expliquant qu’il souhaite négocier avec la Chine au sujet d’un statut de réelle autonomie du Tibet à l’intérieur de la Chine et dans le cadre de sa constitution. Depuis 1979, la Chine n’a pas encore répondu à sa demande de négociation : aucun contact direct n’a à ce jour été établi. Comme vous le voyez, il y a encore du travail, et c’est dans ce sens qu’il faut se diriger, dans l’intérêt commun du Tibet et de la Chine, c’est même urgent de le faire avant qu’il soit trop tard. Distiller la désinformation et la défiance ne ménera qu’à des désastres et à la désunion.


      • bruno (---.---.89.19) 11 avril 2007 09:00

        Malheureusement, les choses ne vont pas s’améliorer au Tibet. Vu que l’on a découvert des réserves gigantesques de pétrole dans les hauts plateaux. Cela représente 20% des réserves mondiales. Même un gouvernement démocratique chinois ne laissera jamais le Tibet devenir réellement indépendant. Mais le mal cache souvent un bien : cela a permis au bouddhisme tibétain de se répandre à travers le monde et d’apporter une paix intérieure à ceux qui le pratiquent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès