Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Pourquoi des musulmans prient-ils dans la rue ? Un musulman (...)

Pourquoi des musulmans prient-ils dans la rue ? Un musulman répond

Je voudrais répondre à cette polémique en exposant le point de vue du musulman que vous voyez prier dans la rue le vendredi.

Musulmans priant dans la rue

Chers compatriotes,

Les vieux démons de la France ressurgissent à chaque fait divers concernant l'Islam ou les musulmans, constat amer d'un musulman français.

Malgré mon amertume, je voudrais simplement répondre à cette polémique en exposant le point de vue du musulman que vous voyez prier dans la rue le vendredi.

Les raisons qui me poussent à cet extrême, blâmable par ailleurs mais j'y reviendrai par la suite, est tout simplement l'obligation de cette prière en groupe à la mosquée.

N'ayant pas forcément le choix d'aller prier ou je veux car mon emploi ne me permet pas d'avoir plus d'une heure de pause déjeuner durant laquelle je vais prier et c'est donc à la mosquée la plus proche que je me dois d'aller.

Islamiquement parlant, il est pourtant interdit de prier sur la voie publique et de gêner de quelque manière que ce soit le voisinage ! Mais de deux maux, ne pas prier la prière du vendredi qui doit obligatoirement se faire à la mosquée ou prier sur la voie publique, j'avais auparavant choisi de prier sur la voie publique.

L'expérience m'ayant fortement déplu dans la gêne occasionnée et étant interdite par la loi, j'ai décidé de ne plus le faire et de demander à avoir une pause déjeuner plus longue le vendredi (que je compense le soir même), et ainsi pouvoir prier dans une mosquée moins bondée.

D'autres musulmans n'ont pas forcément cette possibilité et n'ont d'autre choix que de prier ainsi, ce qui est fort désagréable pour tous.
D'autres encore, choisissent la mosquée dans laquelle ils vont prier le vendredi eu égard au "niveau" de la prêche de l'imam, c'est un rendez-vous hebdomadaire très enrichissant si l'imam est de bonne formation et de bonne pédagogie, mais il peut être aussi terriblement lassant sinon.

Musulmans comme non musulmans espèrent que cette situation va changer au plus vite et que les mosquées seront en plus grand nombre ou en plus grande superficie afin que chacun puisse vivre un voisinage serein, mosquées qui devront être fina

Que la paix soit sur vous chers compatriotes et ne nous en tenez pas rigueur !

N'écoutez pas non plus tous ces discours enflammés sur l'islamisation de la France dont la prière de rue serait un moyen, pure méconnaissance au mieux, pure mensonge au pire. L'aspiration du musulman en France n'est nullement d'islamiser ce pays, juste vivre sa foi le plus sereinement possible dans le respect de l'état de droit, le plus discrètement possible.


Moyenne des avis sur cet article :  2.49/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • MayBeReal MayBeReal 18 décembre 2010 13:27

    D’un côté je comprends bien le problème, d’un autre côté je me demande pourquoi vous ne pouvez pas simplement prier quelque part où ça ne gène personne. Je ne sais pas, au bureau, dans une pièce libre quelque part ou quelque chose comme ça...


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 14:32

      Faux.
      C’est l’orthodoxie stricte qui l’exige, pas l’islam d’une manière générale.
      Faux, car une enquête a montré qu’il s’agit de prieurs venus d’ailleurs.
      Faux, car l’imam Chalghoumi a reconnu (sur F. Inter) que les prêches en question sont fondamentalistes.
      Faux, car il y a de nombreuses mosquées dans ce quartier.
      Faux, car nombre de musulmans sont en désaccord avec ces pratiques provocatrices et ostentatoires.
      Mais fais-toi plaisir, tous ne sont que d’immondes fascistes islamophobes aux dents sanguinaires...


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 14:39

      Selon Michel Neyreneuf, adjoint au maire du XVIIIe arrondissement chargé de l’urbanisme et du logement, les prières ont commencé dans la rue au début des années 1990. « Mais il y a une explosion du nombre de fidèles depuis trois ans. Notamment en raison de la fermeture de la mosquée de la rue de Tanger, dans le XIXe, qui accueillait 3 000 personnes dans un ancien entrepôt que le propriétaire a fait abattre dans l’espoir de construire une grande mosquée cathédrale sur fonds privés. Mais il n’a pas encore trouvé les financements. La Mairie de Paris a alors mis à disposition un grand local Porte de la Villette pour les fidèles, mais les croyants se rabattent plutôt ici. Le local est trop loin », explique-t-il.

      Trop loin ? Pourtant, une partie des fidèles qui se retrouvent chaque vendredi dans le XVIIIe viennent d’Aubervilliers et de Saint-Denis. En témoignent les habitants arabophones du quartier, comme les plaques d’immatriculation des véhicules garés dans les rues adjacentes à l’heure de la prière. Certains invoquent le marché africain hebdomadaire, qui rassemblerait les fidèles tant pour les courses que pour la prière. Il faut savoir que dans le quartier, des grossistes tiennent commerce sous enseignes de détaillants, ce qui, en sus d’être interdit par la loi, provoque embouteillages et surpopulation les jours de marché. Il faut savoir aussi que tout le monde ne vient pas écouter le même imam : on se retrouverait plutôt fonction de nationalités d’origine, de langues pratiquées, de points de vue théologiques. Même si « le sermon se fait toujours exclusivement en arabe »
      .

      La montée de l’islam politique a imprimé ici un caractère idéologique. Tous les vendredis, les mosquées sont des forums, des points d’accumulation de rapports de force.

      Mohammed M. (1), d’origine algérienne, vit ici depuis le début des années 1960 : «  Ce n’est pas le vendredi mais le samedi matin que les Maghrébins viennent de banlieue acheter leur couscous aux grossistes. Les gens qui viennent le vendredi viennent car la mosquée de la rue Myrha est politiquement marquée. Et ils s’y reconnaissent. C’est aussi le cas de la mosquée de la rue Polonceau. Traditionnellement, au bled comme en ville en Orient, les mosquées sont des lieux de convivialité et de sociabilité : si vous débarquez sans connaître personne, vous vous y ferez des amis ; si vous avez faim, vous pourrez y manger… Mais ce n’est pas ce qui se produit en France de nos jours. La montée de l’islam politique a imprimé ici un caractère idéologique. Tous les vendredis, les mosquées sont des forums, des points d’accumulation de rapports de force. »

      Source


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 14:42
      La prière du vendredi : une obligation coranique pour tous les musulmans orthodoxes

      Les trois jeunes responsables du centre de préfiguration de l’ICI sont formels : cette situation ne convient à personne ; elle ne saurait durer car, outre le trouble à l’ordre public, elle n’est pas digne pour les fidèles.

      En effet, si les musulmans attachés à une stricte orthopraxie sont contraints de prier dans les rues parce que le Coran exige qu’ils se réunissent collectivement chaque vendredi, « hormis l’esclave, la femme, l’enfant, le malade » (1), paradoxalement l’islam commande la discrétion et, par conséquent, déconseillerait plutôt cette exhibition hebdomadaire (2).

      D’autre part, cette obligation coranique ne peut être parfaitement respectée dans les conditions actuelles. Le vendredi, les fidèles doivent en principe avoir pris un bain rituel, revêtir leurs plus beaux habits et se parfumer.

      Pourtant, rien ne saurait détourner les pratiquants de leur ferveur : «  Il s’agit d’une prière collective le vendredi, qui a vraiment une importance particulière dans l’islam. Il faut faire un travail pédagogique de part et d’autre pour essayer de comprendre quelle est l’importance du vendredi pour les musulmans. On ne s’en rend pas compte, on n’en a pas conscience. Et quelle est l’importance aussi, pour les riverains, de pouvoir circuler un vendredi. Ca c’est votre travail en tant que journaliste. Expliquez. Cherchez. Allez poser la question à un musulman, à une personne qui ne prie même pas dans la semaine mais par contre qui ira prier le vendredi, et pourquoi. »

      Interrogé, M. Mohammed M. (1), installé dans le quartier depuis cinquante ans, assure quant à lui que, en tout état de cause, aucune mosquée n’est indispensable à l’exercice de la foi. Il confirme que l’orthodoxie musulmane exige que la prière du vendredi ait lieu à la mosquée.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 14:53

      Faux, ce n’est pas un problème de financements :

      Puissantes, sans doute, puisque selon M. Moussa Niambélé, futur président à tiers de l’AMO, « les pistes (de financement) sont innombrables. Je ne vais pas entrer dans les détails. Une chose est sûre, la somme sera réunie. Nous n’avons pas de doute à ce niveau-là, parce que notre foi repose là-dessus. Il y a des musulmans très riches aussi, vous le savez. Le financement, nous n’en faisons pas un problème  ».

      « Pas un problème » selon M. Niambélé et l’AMO. Ce n’est pas ce que laissait entendre M. Neyreneuf l’hiver dernier, ni ce qu’ont affirmé les divers élus au fil des discussions des années précédentes pour justifier l’investissement municipal, arguant que les musulmans de France, population récente et défavorisée économiquement, n’avaient pas les moyens de financer des lieux de culte.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:09

      Il existe plus de deux mille mosquées en France, plus de deux cents projets sont en cours.
      Et il existe surtout UNE LOI : celle de 1905 : l’Etat ne finance pas les cultes.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:17

      Rien à l’Etat ? 28 millions d’euros aux Parisiens, dont 5 à 8 pris en charge à priori, et plus de 600 000 euros de budget de fonctionnement annuel, sans compter l’entretien.
      Mais bien sûr ce n’est rien, des broutilles, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour Allah. C’est bien plus important que les SDF.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:22

      Faux.

      "Des mosquées, il y en a quatre dans le quartier :
      • la mosquée Khalid Ibn El Walid, 28, rue Myrha, sise dans un local privé et dont le recteur est l’homme d’affaires et politique algérien Hamza Salah, proche de la branche du FIS (Front islamique du salut) proche du FLN (Front de libération national) ;
      • la mosquée Al Fath, à l’origine au 53 rue Polonceau, financée dans les années 1980 par un donateur saoudien via un résident malien désireux de proposer à ses compatriotes et coreligionnaires un lieu de prières. Suite à un constat d’insalubrité, ses propriétaires ont été expropriés et relogés par la Ville dans un bâtiment préempté pour ce faire, au 56 rue Polonceau, où elle se trouve actuellement ;
      • la mosquée de la rue Cavée, tenue par la discrète communauté habache qui loue les locaux ;
      • la mosquée de la rue Philippe de Girard, tenue par une confrérie tabligh propriétaire des locaux ;
      • plusieurs salles de prière principalement dans des foyers."

      Il ne semble pas que les riverains s’en plaignent.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:26

      Chacun pratique sa religion sans demander de subsides aux contribuables, c’est tout. Y’a pas d’Allah qui tienne. En France, c’est pas lui qui décide.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:27

      Et ce n’est PAS une question de manque de place, comme démontré dans cette enquête.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:29

      Enormément ne le sont pas et tombent en ruine, faute de moyens. Celles qui le sont relèvent du patrimoine historique au titre de la loi de 1905. Rien à voir.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:30

      Je ne dénie rien du tout, je LIS. Prends la fuite, ça évite de reconnaître tes torts et tes affirmations basées sur rien de concret.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:31

      (Et n’oublie pas de moinsser, ça change la face du réel smiley )


    • ali8 18 décembre 2010 15:49

      les églises sont impérativement entretenues par les communes ne t’en déplaise et n’en déplaise au Dr doctory qui dans le passé me soutenait le contraire et me conseillait de porter l’affaire devant le Tribunal Administratif

      chaque commune dans son budjet prévoit l’entretient de ces biens d’Etat

      les mosquées appartiennent à des associations musulmanes et les fidèles financent de A à Z l’achat, la location et l’entretient

      rien n’empêche les communes de donnner à une association, un budget est prévu pour çà

      pourquoi les associations musulmanes n’en profiteraient-elle pas ?? mais on est pingre vis à vis des muslims



    • docdory docdory 18 décembre 2010 15:57

      @ Ali 8

      Justement , je suis pour l’interdiction progressive des subventions publiques aux associations. 
      Les contributions des citoyens sont destinées aux dépenses d’administration et à l’entretien de la force publique ( cf la déclaration des droits de l’homme de 1789 ), et non à rendre le citoyen cotisant obligatoire d’une association à la raison sociale de laquelle il n’est pas obligé d’adhérer !

    • ali8 18 décembre 2010 16:06

      la mosquée El -Fath appartient à l’association El-Djamaa El Fath et propose 300 place

      la mosqué Khalid Ibn Walid appartient à l’Association islamique pour la Culture, le Progrès et la Paix et propose 600 place

      300+600=900 places

      allez, musulmans, empiler vous !!

      et surtout pas de mensonges par omission


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 16:14

      Et les autres ? Il y en a 4 + la salle de remplacement de celle du 19eme.


    • ali8 18 décembre 2010 16:25

      Docdory

      vous avez le droit d’assister à une scéance du conseil municipal

      allez y lors du vote du budget ; les dates de délibérations sont affichées à la mairie


    • docdory docdory 18 décembre 2010 17:24

      @ Ali 8

      Si le culte musulman décide, à l’instar de ce qui se fait dans les églises catholiques, de faire 3 ou 4 messes musulmanes successives dans les mosquées le vendredi, ça fera non pas 900 places, mais 2700 à 3600 places !
      Messieurs les musulmans, adaptez-vous !

    • docdory docdory 18 décembre 2010 17:27

      @ Ali 8 

      Je ne suis pas parisien , je ne peux donc pas assister aux séances du conseil municipal de Paris !

    • mcjb 19 décembre 2010 15:22

      pour montrer leurs culs c’est d’ailleurs pas ce qu’ils ont de plus beaux 


    • kitamissa kitamissa 18 décembre 2010 13:55

      Médo89...


      nous,on veut bien croire à votre sincérité et à votre désir de vivre votre croyance dans un endroit de culte adapté ,c’est ce que tout le monde demande,mais ne croyez vous pas également qu’il y a aussi une part de provocation de la part de certains de vos coreligionnaires ?

      j’habite en résidence privée à Fontainebleau,il y a en Seine et Marne une forte population Musulmane,il y a des locaux de prières un peu partout ,comment expliquez vous qu’une bande d’intégristes barbus et habillés comme au Moyen Orient arrive de tous les côtés pour venir prier sur la pelouse qui je répète fait partie d’un domaine privé là ou jouent les enfants et se rendent les familles résidentes ? sachant je répète qu’il y a des locaux prévus à cet effet !

      la police ne voulant pas intervenir,c’est nous quelques résidents qui leur avons demandé d’aller ailleurs ...à part quelques menaces de punitions divines et quelques « enculés de Français on vous nique votre race .. » c’est dans la Coran ça au fait ? ils sont partis en trainant des babouches ,mais partis quand même .

      • OMAR 18 décembre 2010 19:30

        Omar 33

        Kitamissa :" ils sont partis en trainant des babouches ,mais partis quand même .

        Admettez dons, qu’ils ne sont aussi extrémistes, entétés ou encore terroristes comme le suggére cette flambéee islamophobe tout azimuth.

        De plus, est-ce que deux heures de prières par semaine méritent tout ce tintamarre ?


      • kitamissa kitamissa 18 décembre 2010 22:04

        oui mais pas obligés de nous traiter d’enculés de Français !


      • psain psain 18 décembre 2010 14:05

        « ’ » l’obligation de cette prière en groupe à la mosquée.«  »«  »

        Désolé mais il n’y a aucune obligation d’aller prier à la mosquée.
         Quand elle n’existe pas il suffit de prier chez soi.
         Pourquoi ce phénomène de prier dans la rue est il si récent ?alors que la population de confession musulmane est nombreuse depuis des décennies et n’avait jamais envahie des rues pour la prière, malgré le manque de mosquées . Je pense pour ma part que la stigmatisation de la religion musulmane a créer un repli confessionnel qui ne fait qu’accroitre l’islamophobie .
        Si un croyant est sincère il lui importe peu d’exposer sa foi aux yeux de la population. Ceux qui agissent bêtement de la sorte en bloquant les rues font du mal à leur religion et oublient une règle essentielle :
        Il faut s’adapter au milieu dans lequel on vit et ne pas adapter le milieu à soi est un gage de bien vivre ensemble en harmonie.


        • cathy30 cathy30 18 décembre 2010 14:15

          Il y a en France beaucoup de confessions chretiennes telles que évangélique, darbiste etc. Savez-vous qu’ils ne prient pas dans la rue ? Ils louent une salle pour se réunir, prêcher, et prier. Faites de même, Allah ne vous en tiendra pas rigueur. J’en suis certaine.


          • juluch 18 décembre 2010 14:19

            Je suis désolé medo89, mais le prétexte de place ou de Iman lassant......non !


            Si toute les communautés en font autant on a pas fini les gars !!

            Par contre moi, je vois un but politique à ces « rassemblements » dans les rues.

            D’autres mosquées ou plus grandes ?? Non !

            C’est pas compliqué, vous êtes trop nombreux à présent pour nos capacités d’accueils et j’ajoute, que le fait de faire ces démonstrations de « forces » dans les rues ne vont pas vous aider !!
             Croyez moi tout au contraire ça vous dessert !

            priez chez vous tout simplement comme le fond une majorité de croyants..................

            • docdory docdory 18 décembre 2010 15:06

              @Médo89.

              1°) Il y a au moins mille ou deux mille musulmans qui prient dans cette rue. A supposer qu’ils soient tous du quartier ( en réalité , les observations laissent penser qu’ils viennent pour la plupart de la banlieue parisienne et non de la goutte d’Or ), ils ont un moyen très simple de régler le problème : chacun d’entre eux emprunte 2000 ou 3000 euros à sa banque, ils mettent tous l’argent dans un pot commun, avec les deux ou trois millions d’euros collectés , ils vont voir un agent immobilier, qui leur vend ou leur loue un local désaffecté. Ils se retroussent les manches et aménagent ce local désaffecté pour en faire une mosquée, et vont prier dans cette mosquée qu’ils auront payé de leur propre argent .

              Alors , pourquoi ne le font ils pas ? C’est tout simplement que ces prières dans la rue sont un chantage pour obtenir une révision de l’article deux de la loi de 1905 qui dit ceci : « la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte » . En fait, à Paris, les prieurs illégaux ont trouvé des élus municipaux suffisamment corrompus pour leur financer en toute illégalité un prétendu « institut des cultures de l’islam » qui n’est rien d’autre qu’une mosquée déguisée, pour laquelle la somme astronomique de 28 millions d’euros va être volée aux contribuables parisiens, si rien n’arrête ce projet !

              2°) Une religion est une distraction propre à un groupe d’individus. Lorsque la loi déclare que « la République ne reconnaît aucun culte » elle dit que la République ne s’occupe pas des questions religieuses, qui ne concernent que les adeptes des religions et personne d’autre, pas plus qu’elle ne s’occupe des règles édictées par la fédération française du jeu de tarot ou du jeu d’échecs, par exemple.

              Par conséquent, l’exercice des religions est libre, de même que l’exercice du football, de la belote ou du poker, pourvu que cet exercice ne trouble pas l’ordre public.

              Imaginez qu’un autre groupe de citoyens parisiens du quartier de la Goutte d’Or, amateurs de tennis, ne puissent pas, du fait de l’absence de terrains de tennis dans le 18 ème arrondissement , faire de partie de tennis à la pause déjeuner de leur entreprise ( de la même façon que vous, vous ne pouvez pas aller à la mosquée à votre pause déjeuner le vendredi ). Est-ce que groupe d’afficionados de tennis seraient , selon-vous, en droit de barrer la rue Myrrha, d’y installer un filet de tennis et de jouer une partie en trois sets en demandant à une milice privée d’installer des barrières dans la rue pour empêcher la circulation et leur permettre ainsi de jouer ?

              Non, bien sûr ! Alors pourquoi ce qu’un adepte du tennis ne se permettrait pas dans une société civilisée, un adepte d’une religion se le permettrait-il ? Pourquoi la France devrait-elle faire deux poids et deux mesures ?

              3°) Vous dites qu’il n’y a pas assez de mosquées pour les prières du vendredi. Mais pourquoi les musulmans ne sont-ils pas capables d’envisager une adaptation très simple ? De même que dans les églises catholiques, il y a trois messes le dimanche matin, afin que chaque adepte du catholicisme puisse aller à la messe et avoir une place assise, il serait très simple aux adeptes de la religion mahométane de s’organiser pour qu’il y ait trois messes musulmanes consécutives dans les mosquées le vendredi .

              Dans la vie, il faut s’adapter ou disparaître . Si les adeptes de l’islam veulent pérenniser leur religion, ils doivent adapter ses règles au réel, et non adapter le réel aux règles de l’islam.


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:14

                Faux.
                La mairie de Paris vient d’allouer un budget de fonctionnement (pour un an) de plus de 600 000 euros.


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 15:23

                T’as pas compris ce que disent les gens comme Chalgoumi et d’autres ou tu ne veux pas comprendre ?


              • docdory docdory 18 décembre 2010 15:33

                @ Perséus 

                A supposer que vous ayez raison ( ce qui n’est pas le cas ), il n’empêche que la Mairie de Paris s’est mêlée des affaires d’un culte, ce qu’elle n’avait pas à faire : les affaires du culte musulman ( insuffisance réelle ou prétendue du nombre de mosquées ) ne sont que du ressort du culte musulman et ne sont absolument pas l’affaire de la Mairie de Paris.
                Pour celle-ci, s’occuper de construire une mosquée, c’est la reconnaissance et la subvention d’un culte ,c’est donc illégal .

              • docdory docdory 18 décembre 2010 15:38

                @ Perséus 

                A supposer que la partie « mosquée » de l’institut des cultures musulmanes soit effectivement payée un jour par les musulmans ( ce dont je doute ) , il n’en reste pas moins que la partie prétendument « culturelle » de l’édifice est payée par le contribuable parisien.
                Or, une dépense « culturelle » islamique est , de facto, elle aussi une dépense cultuelle, car elle laisse supposer que les musulmans, de par leur religion, ne pourraient pas aller dans les centres culturels « normaux » . Pour un non musulman, ce centre ne présente aucun intérêt !

              • docdory docdory 18 décembre 2010 15:41

                @ Perséus

                Pas illégal, ça reste à voir ! Pour l’instant aucun contribuable parisien n’a porté plainte devant le tribunal administratif, mais je ne suis pas sûr que, dans l’hypothèse d’une plainte, le plaignant serait débouté.
                En tout cas, ce montage financier est totalement opposé à l’esprit de la loi de 1905, même si des arguties juridiques tentent de le faire passer pour conforme à sa lettre .

              • docdory docdory 18 décembre 2010 15:49

                @ Perséus 

                Si à l’époque du moyen-âge, les villes étaient construites autour d’une église , telle n’est plus actuellement le cas. Les villes ont en général chaque centimètre carré de terrain occupé par quelque chose.
                Par conséquent, dans une ville comme Paris, dans laquelle l’offre de logement est bien plus faible que la demande de logement, une municipalité responsable aurait du construire des logements HLM sur les milliers de mètres carrés qu’elle utilisera, contrairement à tout bons sens, pour édifier cet « institut des cultures de l’islam » ! 
                Je suis même persuadé que , si on avait demandé leur avis aux musulmans, bon nombre d’entre eux auraient préféré l’édification de HLM en lieu et place de cette mosquée.
                A une époque, on demandait à certains de choisir entre le beurre et les canons.
                Maintenant, il faut choisir entre les logements et les mosquées, on ne peut pas tout avoir .


              • docdory docdory 18 décembre 2010 15:52

                @ Cosmic dancer 

                Perséus n’a pas compris que si la mosquée de Paris est vide, c’est que les prêches qui s’y tiennent et qui font semblant d’être vaguement « modérés » n’ont pas l’heur de plaire idéologiquement aux prieurs de la rue Myrrha ( sinon, ceux-ci iraient à la mosquée de Paris ! )

              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 16:12

                En effet, Dalil Boubakeur a invité les officiants à prier dans « sa » mosquée, mais ils ont refusé : « trop loin »... C’est sûr, pousser jusqu’au 5eme arrondissement quand on vient d’Aubervilliers et alentours c’est « trop loin ».
                (Perseus ne comprend JAMAIS rien, il traque les fascistes islamophobes du Net en compagnie de son ami 666.)


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 16:12

                En effet, Dalil Boubakeur a invité les officiants à prier dans « sa » mosquée, mais ils ont refusé : « trop loin »... C’est sûr, pousser jusqu’au 5eme arrondissement quand on vient d’Aubervilliers et alentours c’est « trop loin ».
                (Perseus ne comprend JAMAIS rien, il traque les fascistes islamophobes du Net en compagnie de son ami 666.)


              • ali8 18 décembre 2010 16:14

                bel exemple Chalgouni
                 qui ne représente que lui même

                ses soutients sionistes d’état l’imposent pour comme dit Sarko développer un Islam de France et non un Islam en France

                mais l’Islam est en France smiley


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 décembre 2010 16:15

                Tiens, comme je suis stupéfaite de constater qu’Ali8 ne supporte ni Chalgoumi ni Boubakeur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès