Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Prendre la Bible homo

Prendre la Bible homo

La décision de l’Église Protestante Unie de France d’autoriser la bénédiction des couples de même sexe donne une réponse affirmative à la question posée il y a plus de 30 ans : Les protestants sont-ils solubles dans la société ? Oui : sans sel et avec beaucoup de miel.

Le 17 mai dernier, l’Église Protestante Unie de France (EPUF) a autorisé ses églises locales à bénir les couples de même sexe qui en feraient la demande.

 Autorisé : pas imposé. Voilà l’astuce qui a permis, à l’issue d’un scrutin à main levée, d’obtenir un vote « soviétique » de 94 voix « pour » et 3 « contre ». Cette quasi-unanimité a effrayé même une partie de ceux qui avaient voté « pour », car tout le monde a bien compris que ce vote ne représentait pas la base des Conseils presbytéraux. Certes, les travaux préparatoires avaient fait ressortir une tendance légèrement majoritaire en faveur du « pour » ; mais ce vote est apparu comme une sorte de viol de l’opinion des paroissiens.

Sola Scriptura

 Passons sur la cuisine interne. Le problème, c’est qu’au xvie siècle, le protestantisme s’est construit sur le principe de la sola Scriptura  : l’Écriture seule est souveraine en matière de foi, contre le catholicisme qui lui adjoint la Tradition, avec tous les abus et toutes les contradictions qui se sont stratifiés au cours des siècles.

 Or, dans le document de 4 pages qui a été ratifié par ce vote, l’EPUF s’est montrée incapable de produire le moindre texte biblique pouvant étayer la bénédiction des couples de même sexe. Pour cause : depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, tous les textes relatifs à l’homosexualité, quelles que soient ses formes (anarchie violente des Sodomites ou pédérastie à la grecque) la condamnent sévèrement et sans nuance. Adieu la sola Scriptura  : avec les meilleures intentions du monde, on a plié Dieu aux désirs d’une catégorie particulière au lieu de soumettre nos désirs à ceux de l’Éternel. Quelle que soit l’opinion qu’on a sur cette affaire, cela pose un problème de lecture des textes, d’autant plus que ce sujet-là, contrairement à d’autres (par exemple le mensonge) est traité sans ambiguïté dans la Bible dont ces chers protestants de l’EPUF se réclament.

 Faut-il préciser que tous les protestants sont unanimes pour récuser l’homophobie ? Le problème, c’est que le refus d’accéder à toutes les revendications des gays ou des lesbiennes est ipso facto taxé d’homophobie. Pourquoi ne pas admettre ce qui était évident il y a encore quatre ou cinq ans : l’homosexualité, par définition, impose de passer par des artifices pour accéder à la parentalité. Est-ce de l’homophobie d’avoir simplement un peu de bon sens ?

 Fin de la parenthèse. Maintenant, nous allons montrer comment on peut aisément tordre le sens des Écritures en les citant hors contexte, procédé que diverses sectes (mais aussi diverses églises) ne se privent pas d’utiliser.

Le roi Salomon

Premier exemple : pour soutenir le mariage homosexuel, dans la Bible il existe un texte ; je l’ai rencontré, et je vous le cite : « Salomon s’allia par mariage avec le Pharaon, roi d’Égypte. » (1 Rois 3.1, version Colombe) Salomon, l’homme à femmes, aurait-il donc été un homme à hommes ? Et de surcroît pour des raisons politiques ? La sola Scriptura n’aurait donc pas été violentée pour justifier la bénédiction des couples homosexuels. Apparemment…

En effet, le verset suivant ruine cet espoir fugace de sauver l’âme de l’EPUF : cette « alliance par mariage » se fait via la fille du pharaon, dûment épousée par notre grand sage : « Il prit pour femme la fille du pharaon, et il l’amena dans la cité de David… » « Ouf ! » pour les uns. « Caramba ! encorrre raté ! » pour les autres. Je précise que le verbe hébreu ‘hattan signifie à la fois « s’allier par mariage » et « devenir gendre », les deux sens se trouvant ici réunis.

Ce petit exemple permet à chacun de constater à quoi peut mener l’art de parvenir à ses fins en exploitant isolément certains versets de l’Écriture. Mais en voici un autre.

Mères porteuses dans la Bible

À en croire Lucas Lemenech, l’un des deux pères des jumeaux nés par GPA au Mexique en mars dernier (la porteuse, bonne catholique, estime avoir ainsi fait sa B.A., ce qui devrait lui raccourcir son temps de purgatoire) s’exprimait début juin 2015 sur France Inter en ces termes : « Il y a deux mentions de GPA dans la Bible. Par Abram et Saraï, et Rachel et Jacob. » Antoine Krempf, sur le site de France Info, a publié une vérification biblique tout à fait honnête (http://www.franceinfo.fr/emission/le-vrai-du-faux/2014-2015/le-vrai-du-faux-02-06-2015-02-06-2015-11-53) . Ne pouvant pas avoir d’enfant, Sara, la femme d’Abraham, lui demande de pratiquer ce qui semble avoir été une coutume courante il y a quatre mille ans : faire un enfant à la servante de la femme légitime, cet enfant devenant « officiellement » celui de la légitime. C’est ainsi qu’Abraham engendra Ismaël d’Agar, la servante égyptienne, pour Sara (Gn 16). Pourtant, Isaac allait naître, plus tard, de Sara elle-même.

Deux générations plus tard, la même situation allait se… reproduire avec Jacob. La femme qu’il aime, Rachel, est stérile. Désespérée, elle lui demande de prendre sa servante Bilha, qui devient enceinte de plusieurs enfants « officiellement » attribués à Rachel. Rachel est avec Léa une des deux épouses légitimes de Jacob. Mais Léa, qui a cessé d’enfanter, a la même idée qu’elle et donne sa servante Zilpa à Jacob : deux femmes, deux servantes.

Ce que M. Lemenech oublie de dire, c’est que ces procédés ne sont pas approuvés dans l’Écriture et qu’ils ont eu des conséquences désastreuses. Abraham et Sara ont manqué de foi car, selon la promesse qu’ils avaient reçue, ils enfanteront eux-mêmes l’enfant annoncé. Mais leur tentative bien humaine (certes compréhensible) a produit la rivalité Ismaël/ Isaac qui perdure jusqu’à aujourd’hui (cf. Gn 16.12). Quant à Jacob avec ses quatre femmes, il va devoir traiter des problèmes de jalousie incessants entre elles, sans parler des retombées conflictuelles entre les 12 fils. J’ajoute que Rachel aura fini par enfanter deux fils (mais elle mourra en mettant au monde Benjamin).

La confusion de Babel

 Beaucoup de débats ont eu lieu sur le mariage homosexuel, lequel est évidemment destiné à ouvrir le droit à l’enfant au mépris du droit de l’enfant. Quand un couple homosexuel mâle ou femelle fait fabriquer un enfant (qui, biologiquement, n’est au mieux qu’à moitié le sien), cela implique l’intervention d’un géniteur ou d’une génitrice, qui sera évidemment exclu/e de la famille, voire intégralement effacé de l’histoire de l’enfant. Lorsque l’EPUF recevra des demandes de baptêmes de tels enfants, elle fera une cérémonie à laquelle ne sera pas convié l’un des deux géniteurs biologiques de l’enfant. Voilà ce que l’on est en passe d’entériner ; voilà la confusion qui se développe non plus seulement dans la société, mais jusque dans une Église qui se veut en phase avec l’air du temps davantage qu’avec la Parole dont elle se prétend dépositaire. Au lieu de maintenir une sagesse minimale dans un monde sans boussole, l’EPUF se rallie au mélange des genres attisé par les revendications communautaristes. Comme l’écrivait un éditorialiste protestant : rendez-vous dans cinquante ans pour le bilan. Et tant pis pour les gosses dont la filiation est volontairement brouillée.


Moyenne des avis sur cet article :  2.46/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 12 juin 2015 13:29

    On connaît les condamnations vétéro-testamentaires et pauliniennes, mais les injonctions d’hétérosexualité passent souvent inaperçues  ; or l’arche de Noé (Genèse VI, 19) n’admettait que des couples hétérosexuels.

    Il y a au moins deux injonctions d’hétérosexualité dans le Nouveau Testament : Évangile selon Matthieu, XIX, 4-6 : « mâle et femelle faits par Dieu ; l’homme s’attachera à sa femme ; ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas.  » C’est repris dans l’Évangile selon Marc, X, 7-9. Ma remarque de l’existence de ces injonctions, faite à Mgr Jacques Gaillot lors d’un débat à l’ENS-Ulm (Paris), l’avait laissé sans voix.

    Dans l’Ancien Testament hébraïque il n’existe aucun exemple d’acte homosexuel pardonné ensuite, contrairement au meurtre et à l’inceste.

    Pour trouver une mythologie faisant une place à l’homosexualité, c’est vers les Grecs qu’il faut se tourner.


    • izarn 12 juin 2015 21:19

      @Senatus populusque (Courouve)
      On ne trouve aucune trace dans les évangiles que l’homosexualité ai interessé Jesus Christ.
      Il n’y a pas d’injonction d’hétérosexualité dans les Evangiles ! Mais pourquoi faire ?
      Vous croyez que l’homme se pose la question :
      -Au fait, vais-je etre homo ou hétéro ? Qu’en penses-tu Jesus ? Guide moi vers la lumière !
      Ouaf hahaha ! C’est un gag à la Dieudonné !
      Les Evangiles ne parle pas des mongoliens, des homos, des psychopathes, elle parle des gens NORMAUX. Les autres sont tolérés dans le meilleur des cas.


    • Pale Rider Pale Rider 13 juin 2015 12:42

      @izarn
      Les Evangiles parlent beaucoup des anormaux : Légion, possédé par une légion de démons ; la femme aux sept démons ; tous les lépreux que Jésus a guéris, sans parler des malades divers et variés.
      D’autre part, dois-je rappeler que ce n’est pas Jésus qui a écrit les Evangiles, et que donc, le reste du NT vaut autant que les Evangiles. Dois-je également rappeler que Jésus comme Paul ont dit que non seulement ils gardaient toute la Loi de Moïse, mais qu’ils en renforçaient même les exigences (cf. Matthieu 5.17-47). C’est pourquoi je doute que Jésus ait été favorable à l’homosexualité, même si je suis sûr qu’il a de la compréhension pour les homosexuel(le)s, comme il en a eu pour la femme adultère.


      • popov 12 juin 2015 14:50

        @philouie

        Votre lien ne fonctionne pas.


      • Pale Rider Pale Rider 12 juin 2015 14:51

        @philouie
        Votre affirmation est tout à fait surprenante.
        Quelle sourate ? quel verset ? quelle source ?


      • philouie 12 juin 2015 14:58

        @Pale Rider
        oulala, ne me demandez pas de la justifier.
        je suis très surpris moi-même....


      • philouie 12 juin 2015 15:55

        @Pale Rider

        Une interview de l’Imam Gay

        le thème de Loth revient plusieurs fois dans le Coran
        voici un extrait :

        26.165.
         : Pourquoi choisissez-vous les mâles, parmi les humains, pour assouvir vos désirs,
        26.166 en délaissant vos épouses que Dieu a créées pour vous ? Vous êtes vraiment un peuple pervers ! »
        26.167 « Ô Loth, lui répondirent-ils, si tu ne cesses pas tes admonitions, tu seras expulsé à coup sûr. »
        26.168. « J’ai en horreur, dit Loth, ce que vous faites !
        26.169. Seigneur ! Préserve-moi, ainsi que les miens, de leurs turpitudes. »
        26.170. Nous le sauvâmes alors, lui et toute sa famille,
        26.171. excepté une vieille femme qui fut parmi les exterminés.
        26.172. Et Nous anéantîmes ensuite tous les autres,
        26.173. en faisant fondre sur eux une pluie de pierres. Et qu’elle est funeste la pluie destinée à ceux qu’on avait en vain avertis !

        Pour ma part je m’en tiens à ceci :
        En aucune façon le Coran ne condamne les homosexuels, seulement les pratiques contre-nature.


      • Pale Rider Pale Rider 12 juin 2015 16:12

        @philouie
        Merci. Mais je vois mal comment vous pouvez avoir l’opinion que vous manifestez sur la base de ces versets, qui sont exacts. Vous faites exactement comme l’EPUF.
        Quant aux « pratiques contre nature », je pense que c’est ainsi que le Coran considère l’homosexualité (26.166 est très clair !). Cp. Lévitique 20.13 et 20.15-16. Il est vrai qu’au v.10, l’adultère, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est très naturel, est également puni de mort. Quant au v.9, les amateurs de Nique Ta Mère feraient bien de faire gaffe !...


      • philouie 12 juin 2015 16:33

        @Pale Rider
        Lorsque je rencontre des homosexuels, je ne me sens pas de le droit de ressentir pour eux de l’aversion et du dégout. Je préfère les accepter comme ils sont, sans avoir à les juger, je laisse cela à Dieu et m’interdit de regarder dans la culotte des gens.
        Je sais par ailleurs que je ne suis pas moi-même exempt de vices et de perversion, ce n’est donc pas moi qui leur jetterait la première pierre. je connais également la parole du christ qui dit à la femme adultère « va et ne pêche plus » qui offre à chacun la possibilité de sortir du pêché en cessant de pêcher. Dieu offre sa miséricorde à tous (ici proposer par Loth),et j’espère que s’il est capable de l’accorder à l’homosexuel qui se repend et qui cesse ses pratiques contre-nature, qu’Il saura me l’accorder également pour l’ensemble de mes fautes.
        C’est la position également de l’église catholique : accueillir le pêcheur, condamner le pêché.


      • Pale Rider Pale Rider 12 juin 2015 16:42

        @philouie
        NB : le pêcher, c’est l’arbre. L’offense, c’est le péché/ pécher.
        Pour le reste : oui, tout à fait d’accord avec vous ; et tout à fait d’accord sur votre commentaire relatif à la femme adultère, qui nous renvoie à nous-même.
        Sauf que... je vous invite à pousser votre raisonnement jusqu’au bout : Si Jésus dit à cette femme : « Ne pèche plus », et si l’homosexualité est un péché, conclusion ? On change, on on continue ? Dans ce cas, que l’EPUF aille jusqu’au bout elle aussi, et qu’elle dise : Par rapport à Dieu, l’homosexualité ne pose aucun problème, Dieu l’approuve, ce n’est pas un péché, ni un dysfonctionnement, et tout va bien. Mais elle ne le fait pas ; elle... pèche par absence de conviction.
        Je vous renvoie à l’excellente déclaration publiée par le Temple du Marais, une église réformée en plein quartier homosexuel à Paris :
        http://temple.dumarais.fr/declaration-apres-le-synode-national/


      • philouie 12 juin 2015 17:02

        @Pale Rider
        D’un point de vue religieux, je pense qu’il préférable de parler de pratiques homosexuelles que d’homosexualité, pour éviter de confondre le pécheur et le péché.
        Sinon, évidement, on ne peut pas bénir des pratiques condamnables !

        27.54. Rappelle-toi aussi Loth qui avait dit à son peuple : « Comment pouvez-vous vous livrer sciemment à une telle infamie,

        27.55. en vous adressant à des hommes plutôt qu’à des femmes pour assouvir vos désirs ? Vous êtes vraiment un peuple barbare !


      • izarn 12 juin 2015 21:02

        @philouie
        Ainsi les homosexuels n’ont pas de pratiques contre nature ?
        Vous etes comique vous !


      • izarn 12 juin 2015 21:10

        @Pale Rider
        Je crois que votre sujet ce n’était pas de savoir ce pense telle ou telle religion obscurantiste de la sexualité, c’est de savoir si le mariage homo était autorisé chez les chrétiens et dans l’Islam, le judaisme, le Taoisme, le Boudhisme, etc...
        Que je sache : Jamais.
        Par contre l’homosexualité pouvait etre admissible, ou condamnée, c’est selon le degré de tarisme des religions dont celle du Dieu Unique qui bat tous les records de connerie dans le domaine.

        Quand à vos dieux, je n’y crois pas, peine perdue de toute façon de me convaincre sur le sujet.
        Et ce que dit le Coran ou la Bible, meme protestante, je m’en fiche complétement.
        De toute façon les Evangiles ne parlent JAMAIS de ça.


      • philouie 12 juin 2015 21:11

        @izarn
        je n’ai rien dit qui ressemble de tel !
        Qu’un homme couche avec un homme, c’est une pratique contre nature. que ces hommes soient homosexuels, ou pas.
        Qu’un homosexuel se tienne dans la chasteté ou couche avec une femme, et il n’aura pas de pratique contre-nature.


      • philouie 13 juin 2015 07:21

        @Senatus populusque (Courouve)
        Bonjour,
        je suis globalement en phase avec ce qui est dit là. Quelques remarques.
        - La question de la pédérastie au Maghreb montre bien la distinction qu’il faut faire entre homosexualité et actes contre nature : ici les actes contre nature, ne sont pas liés à une appétence particulière des hommes entre eux mais à un manque de matière féminine. Aussi la formule « Le Coran stigmatise l’amour entre hommes » est erronée. L’amour entre homme pouvant se manifester dans l’amitié étant tout à fait légitime.
         
        - sur 4:16, la question de l’homosexualité n’est pas explicite mais est déduite par les commentateurs : « si deux d’entre vous » s’adresse aux hommes.
         
        -« S’ils reviennent et s’amendent, laissez-les. » est une constante de l’enseignement coranique invitant l’homme à conformer son action sur la miséricorde divine, laissant une large place au repentir et au pardon.
         
        - à contrario, votre formulation « hormis par le biais de la destruction de Sodome, la peine de mort expressément prévue par le Lévitique, n’est pas reprise. » est maladroite, laissant entendre qu’il pourrait y avoir une équivalence entre la peine de mort et la destruction de Sodome et Gomorrhe. Le péché contient en lui-même le germe du châtiment du pêcheur qui se produit inévitablement (hors repentir) par simple voie de conséquence. Ainsi la « vengeance » dans l’ancien testament ne peut se comprendre que comme une prérogative divine : l’homme qui cherche a se venger doit être considérer comme un idolâtre se mettant à la place de Dieu.
        La peine de mort, elle, est un acte humain, conséquence d’un jugement humain. son objet est double : lorsqu’elle est appliquée, il s’agit de supprimer du corps social le germe de la corruption, lorsqu’elle est simplement énoncée, elle a valeur propédeutique en signifiant au pécheur que son pécher conduit à la mort.


      • gerard5567 13 juin 2015 10:03

        @philouie
        L’homosexualité est fille de nature. Elle est vieille comme le monde, beaucoup plus vieille que la Bible, rédigée au VIIlème siècle avant Jésus-Christ, dans un contexte précis.


      • Allexandre 13 juin 2015 10:49

        @izarn
        Parce que vous êtes docteur ès nature ? Avant de dire de tels lieux communs, commencez par étudier la nature humaine !!!


      • Pale Rider Pale Rider 13 juin 2015 12:48

        @izarn
        J’ai écrit ici même que l’Antiquité gréco-romaine, qui pratiquait beaucoup l’homosexualité, n’avait pas eu « l’intelligence » d’inventer le mariage homo. Elle savait qu’un enfant est issu d’un homme et d’une femme. Or, je vois que même cela, il faut maintenant l’expliquer !!!
        Demandez-vous pourquoi aucune religion n’a autorisé le mariage homosexuel. Et, au lieu de les mépriser, demandez-vous s’il n’y aurait pas quelque chose à puiser dans leur sagesse. Vous pourriez lire leurs écrits, ce qui ne vous oblige pas à vous convertir (même si je vous recommande fortement de vous convertir à Jésus-Christ).


      • Allexandre 14 juin 2015 12:06

        @Pale Rider
        Excepté que le terme « homosexualité » n’existait pas en grec. C’était bien autre chose.


      • Vhesper 21 avril 15:01

        @gerard5567
        Merci ! Enfin quelqu’un arrive à prononcer la formule ! Je me suis tapé tous les commentaires jusqu’à celui-ci pour m’assurer que quelqu’un allait ouvrir les yeux et l’écrire...

        Les animaux n’ont aucun à-priori social, ils suivent scrupuleusement un « protocole » que la divinité en laquelle vous croyez leur a mis dans la tête ; l’« instinct ». Et dans cet instinct, il y a une case « homosexualité » qui concerne environ 10% des espèces. Chiens, chats, lions, girafes, éléphants, dauphins, pingouins, bonobos, etc... adieu (c’est le cas de le dire) chasteté tant enviée de nos amies les bêtes ! L’homosexualité fait partie de la nature puisque les bêtes, grandes représentantes du vouloir divin, s’y adonnent sans complexe ! 

        Ce qui m’effraie le plus lorsque je lis des articles comme celui-ci (arrosé par tant de commentaires de la même veine), c’est que je réalise que pas un seul instant vous vous posez la question « et si j’avais tort ? » (car oui, l’humilité est une vertu, et pas des moindres) Figurez-vous l’espace d’une seule seconde que vous vous êtes trompé toute votre vie sur ce sujet en particulier et que votre dieu pense le contraire... Lorsque votre vie sera passée au peigne fin, là-haut, vous aurez intérêt à serrer les fesses... 

        Le problème des religions, c’est leur besoin névrotique de se répandre. Si vous êtes sûr de votre coup, contentez-vous de coucher avec des femmes, ne touchez pas aux hommes, satisfaites le dieu en lequel vous avez décidé de croire, mais laissez les autres mener leur vie comme ils l’entendent...
        (Et désolé d’avoir ressorti un sujet si vieux...)

      • soi même 12 juin 2015 14:44

        Un vote « soviétique » effraient toujours les oies blanches, les Protestants n’est une branche du Catholicisme qui a opté pour se fondre avec le pouvoir séculier.....
        Un bon protestant, il a une gueule a ce faire du fric facile .....

         


        • Sarah Sarah 12 juin 2015 15:21

          @soi même

          Branche du Catholicisme ??

          Ils s’y sont opposés et s’en sont détachés complètement.


        • Pale Rider Pale Rider 12 juin 2015 15:32

          @Sarah
          Merci de voler à mon secours, chère Sarah.
          Quant aux protestants et au fric, même préjugé que pour les Juifs. Notre ami aurait aussi pu souligner que les protestants ont une certaine réputation d’intégrité, y compris dans les affaires... et dans la politique.
          Sur Loth, votre autre post est très bien. J’ajouterai que l’Eternel a été bien bon envers ce neveu pas très reluisant qui, notamment, propose de livrer ses deux filles en pâture aux Sodomites ; sort qui, heureusement, leur sera évité par les 2 anges.


        • gerard5567 13 juin 2015 10:09

          @Sarah
          Disons avatar du catholicisme


        • soi même 13 juin 2015 14:16

          @Pale Rider, et bien regarde la monté des télévangélistes cela te donnera un indice vis à vis de ma remarque !

           


        • Pale Rider Pale Rider 13 juin 2015 19:03

          @soi même
          Ah ! oui, comme si les télévangélistes étaient représentatifs de tous les protestants ! Alors moi, qui ai même fait de la radio dans le protestantisme, je peux te dire que si j’avais voulu être riche, j’aurais fait autre chose ! smiley


        • Sarah Sarah 12 juin 2015 15:18

          Extrait de Béréchit (18,6 ... 87a) : … Après le départ des anges, Avraham plaide devant D.ieu et lui demande d’épargner la ville corrompue de Sodome car Il a décidé de la détruire. Mais Avra­ham ne peut empêcher cette décision de se réaliser car il n’y a plus de juste dans cette ville et seul Loth , son neveu, sera sauvé. Deux des trois anges arri­vent à Sodome où Loth leur offre l’hospitalité et les protège des intentions malveillantes de la foule. Les deux anges révèlent qu’ils sont venus pour détruire la ville et sauver Loth et sa famille. 


          • Sarah Sarah 12 juin 2015 15:22

            Le mariage est l’union d’un homme et d’une femme ; il n’y a aucune dérogation possible.


            • Allexandre 13 juin 2015 23:02

              @Sarah
              Qui a décrété cela ? Vous ? Alors cela n’a aucune valeur


            • jacques 12 juin 2015 15:29

              rab 


              • gruni gruni 12 juin 2015 15:44

                Bonjour Pale Rider


                Le mariage homo ne sera toujours que civil. Est-ce une raison pour ne pas l’admettre. Vous écrivez que son but était le droit à l’enfant. Je vous rappelle que les homosexuels avaient des enfants avant que la loi ne soit votée. Ceci dit chacun son opinion sur le sujet.

                bonne journée

                • Pale Rider Pale Rider 12 juin 2015 15:55

                  @gruni
                  Bonjour Gruni,
                  Oui, le mariage homo ne sera que civil, surtout dans le protestantisme où le mariage n’est pas un sacrement, et donc pas un mariage religieux, mais une bénédiction.
                  Vous soulevez des problèmes intéressants : certes, les homos ont parfois des enfants, surtout dans les cas où des hétéros deviennent homos. Moi, ce qui me choque, c’est la fabrication sur commande d’enfants à disposition de ces personnes.
                  D’autre part, le problème auquel est confronté toute société, et aussi toute église : faut-il ratifier ce qui se fait ? J’entendais hier au sujet d’Uber Pop et autres boîtes analogues qu’elles finiront par s’imposer. Parce que notre économie est ultra-libérale et que le gouvernement n’a rien à faire des chauffeurs de taxi qui ont acquis leur licence à prix d’or. Mais voilà : ça se fait, donc on légalisera peu à peu. Comme le travail le dimanche, etc.
                  Ce genre d’attitude (et je crois que c’est ce sur quoi alerte votre article), c’est le retour menaçant de la sauvagerie. Car la société ne crée pas des valeurs, actuellement : elle revendique de ne plus appliquer celles qui existent. Bis repetita placent (un peu de latin pour faire plaisir à Najat, à qui ses agents traduiront) : c’est la fin de l’Empire romain que nous vivons.


                • gruni gruni 12 juin 2015 18:09

                  @Pale Rider


                  « faut-il ratifier ce qui se fait »
                  Voilà un bon sujet d’article et de débat en tout cas.

                  Très bonne soirée




                • Pale Rider Pale Rider 13 juin 2015 12:51

                  @gruni
                  Excellent sujet de philo du bac, avant que Najat n’ait ruiné l’Education Nationale à un point tel que plus personne ne sera en mesure de penser contre elle et ses complices smiley


                • izarn 12 juin 2015 20:58

                  Tout le monde confond de manière naive ou volontaire, les pratiques sexuelles, et l’organisation sociale.
                  L’homosexualité a probablement toujours existé, ainsi que la bisexualité.
                  Mais les sociétés religieuses, ou non ; c’est à dire modernes, refusent de reconnaitre les unions homosexuelles.
                  Il ne s’agit pas du tout, mais pas du tout d’homophobie.
                  Il s’agit d’une loi de survie de l’espèce humaine, comme de l’espèce des chevaux ou des ours, en passant par les fourmis.
                  Certes l’escargot à cette chance : Il est hermaphrodite. Mais nous non.
                  L’organisation de l’humanité a besoin d’une métaphysique, d’un besoin immanent de son existence. Donc toute marginalité, qui ne represente pas d’interet évident n’est pas honorée en tant que valeur humaine fondamentale.
                  Brutalement : Le mariage homosexuel de sert à rien du tout, et ne fait que dégrader la perception de la reproduction de l’espèce, vers un nombrilisme égoiste et autodestructeur.
                  Quand Poutine dit qu’on ne pourchasse pas les homos en Russie, mais qu’on interdit toute propagande à leur sujet, il a ontologiquement raison.
                  En fait la Russie est obligée de faire de lois car l’Occident devient extrément pro-actif sur le sujet, très prosélyte.
                  Un truc qui m’a ébahi, lors de l’hommage d’un dessinateur de Charlie Hebdo, devant tout un gratin de ministre de l’Enseignement et de la Culture, l’ancien compagnon de la victime vocifera « Ha ! Combien je t’ai enculé !... »
                  C’est ça la civilisation ?

                  .


                  • elpepe elpepe 13 juin 2015 00:31

                    finalement je trouve ca bien il est toujours preferable de s enculer avec la benediction des anges et des archanges


                    • philouie 13 juin 2015 07:38

                      je voudrais ajouter qu’à mon sens la question de l’union homosexuelle est une question beaucoup plus grave qu’une simple question de liberté et de tolérance.
                      Elle remet en cause la façon dont nous ordonnons le monde par la pensée au moyen des oppositions qui existent entre le masculin et le féminin, le jour et la nuit, le bien et le mal. La distinction des genres a valeur structurante et la discrimination est le principe même de l’acte créateur.
                      De plus, l’union des contraires dont le mariage est le symbole, et le Yin/yang taoiste est la plus belle représentation, montre que la résolution des oppositions ne se trouvent que dans l’union et non dans le conflit, ouvrant par là la voie de la sagesse qui est voie du milieu.
                      Ainsi, à titre d’exemple, il n’y a de bonne éducation que dans l’alliance de la fermeté et de la douceur. L’excès de fermeté, donnera de la dureté et brisera l’enfant. L’excès de douceur donnera le laxisme qui entrainera dissolution et corruption.
                      Si nous ne savons plus où est le haut et le bas, le bien et le mal, le feminin et le masculin, nous ne savons plus qui nous sommes et ne saurons plus nous conduire. La destruction de Sodome est la conséquence de l’errance de l’homme qui ayant perdu ses valeurs et son sens de l’orientation se dirige droit dans un mur qui au final, s’écroule sur sa tête.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès