• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Quel avenir pour la « mosquée libérale » de Berlin ?

Quel avenir pour la « mosquée libérale » de Berlin ?

Le vendredi 16 juin a été ouverte une « mosquée libérale » à Berlin. Comment a réagi le monde musulman ? Ce type de mosquée est-il appelée à essaimer ? Telles sont les questions qui se posent après l’inauguration de ce lieu de culte transgressif à plusieurs égards...

JPEG - 169.3 ko
Seyran Ateş (photo Libération)

Saluée par les uns, décriée par les autres, l’ouverture de la mosquée « progressiste » Ibn Rushd-Goethe à l’initiative de l’avocate allemande d’origine turque Seyran Ateş* a suscité la curiosité de nombreux médias internationaux et engendré de multiples réactions dans le monde musulman. Et pour cause : hommes et femmes y prient ensemble, et non seulement ces dernières ne sont pas tenues au port du voile, mais le port du niqab et de la burqa y sont interdits, comme celui du tchador. Qui plus est, ce lieu de culte – où les prêches sont prononcés en langue allemande –.est ouvert à tous les fidèles musulmans, qu’ils soient d’obédience chiite, sunnite, soufie ou alévi, cette dernière très représentée dans la communauté turque. Enfin, tous les tabous sexuels y sont levés, les homosexuels et les transgenres étant les bienvenus dans cette mosquée.

Le nom lui-même qui a été choisi par ses fondateurs pour dénommer la mosquée berlinoise – Ibn Rushd-Goethe – interpelle les musulmans traditionnalistes. Le philosophe et scientifique arabo-andalou du 12e siècle Ibn Rushd, plus connu en Europe sous le nom d’Averroes, est en effet encore considéré par beaucoup dans le monde islamique comme un hérétique, du fait notamment de son ouverture aux sciences profanes et de sa vision progressiste incompatible aux yeux des fondamentalistes avec les enseignements du prophète. Qui plus est, voir ce nom contesté accolé à celui du philosophe allemand Goethe, tout à la fois libre-penseur, franc-maçon et sympathisant de l’ouverture d’esprit des musulmans salafistes, n’est évidemment pas de nature à réjouir les tenants d’un Islam prônant les dogmes les plus rigoureux. 

Comme l’on pouvait le pressentir, les réactions négatives ne se sont pas fait attendre après que la première séance de prière ait été conduite conjointement par deux imams, un homme et une femme, tous deux acquis à la cause défendue par Seyran Ateş. Autrement dit, à un esprit d’ouverture et d’œcuménisme, clairement symbolisé par la localisation de cette mosquée, une salle annexe de l’église évangélique Johanniskirche dans le quartier Moabit. Le ton en a été donné par la Diyanet İşleri Başkanlığı (Direction des Affaires religieuses) : soutenu par certains médias, cet organisme a dénoncé l’incompatibilité entre 14 siècles d’histoire islamique et les pratiques de la nouvelle mosquée visant, selon ses porte-parole, rien de moins qu’à « dépraver et détruire la religion » !

La Charia est une guerre contre les femmes

Des médias turcs proches du pouvoir sont même allés, pour les discréditer, jusqu’à accuser Seyran Ateş et ses amis de liens avec le mouvement de Fethullah Gülen, ce que dément avec fermeté l’avocate pour qui cet intellectuel en exil** défend une vision de l’Islam « trop conservatrice » à leurs yeux. Du côté de l’Égypte, c’est encore pire : la puissante Dar al-Ifta al-Masriyyah (Autorité étatique en charge des édits religieux) a elle aussi déclaré le fonctionnement de la mosquée Ibn Rushd-Goethe « incompatible avec l’Islam » et en conséquence a lancé une fatwa à son encontre. Ces réactions, ajoutées à celles qui sont venues d’autres pays musulmans, ont été à l’origine de milliers de courriels contenant insultes et menaces de mort à l’encontre de Seyran Ateş.

Dans de telles conditions, et dans le climat de radicalisation qui pervertit un monde musulman confronté à de multiples contradictions, l’on comprend que les fidèles puissent se montrer méfiants par crainte de représailles envers eux-mêmes et leur famille. Cela ne refroidit toutefois pas la détermination de l’avocate allemande qui s’attendait à ce phénomène et mise sur le volontarisme des musulmans progressistes – « Nous sommes des millions », affirme-t-elle avec conviction – pour donner corps à une dynamique en laquelle elle croit fermement, allant jusqu’à affirmer à propos des femmes soumises par la religion à un pouvoir patriarcal inacceptable et dépassé : « La Charia est une guerre contre les femmes, rien d’autre ! ». D’ores et déjà, Seyran Ateş est en recherche d’un local pour fonder prochainement au Royaume-Uni une mosquée du même type que celle de Berlin, et elle espère pouvoir ouvrir des lieux de culte similaires dans tous les pays d’Europe.

Un pari audacieux ! Il suffit pour mesurer les difficultés qui attendent Seyran Ateş de se remémorer l’expérience tentée en 2014 à Cape Town par le théologien britannique d’origine sud-africaine Taj Hargey (cf. L’exemplaire « Mosquée ouverte » du Cap). Une tentative vouée à l’échec, et cela d’autant plus que le fondateur de ce lieu de prière prônait déjà la levée des tabous de genre et d’orientation sexuelle. Foncièrement, le combat de Seyran Ateş rejoint celui de Taj Hargey ; il consiste à lutter contre la propagande pernicieuse de l'Islam extrême véhiculée par les doctrines de théologie dévoyée issues du salafisme et de sa variante le wahhabisme, soutenus dans le monde musulman planétaire de manière plus ou moins occulte par les pétrodollars du golfe persique.

Menaces de décapitation

Il y a urgence : les communautarismes musulmans sont de plus en plus présents dans les pays européens, et les éléments radicalisés qu’ils engendrent de plus en plus influents. C’est le Royaume-Uni qui, de loin, est le plus touché par ce phénomène inquiétant, potentiellement porteur de profondes divisions de la société. Mais des pays comme l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark et la Suède sont également menacés par des dérives identitaires, et à bien des égards obscurantistes. Une réalité que ni les pouvoirs publics ni les musulmans « libéraux » ne peuvent plus ignorer, sauf à voir se déliter le lien social et faire le lit des tenants du « djihad » infiltrés dans la population et possibles vecteurs d’un « terrorisme dormant  » pouvant être activé à tout moment. 

Dans ce contexte préoccupant, l’initiative de Seyran Ateş est à suivre avec beaucoup d’intérêt. Mais il ne faut sans doute pas en attendre trop : les résistances orchestrées par les puissances salafistes pourront prendre des formes violentes, que ce soit en actes ou en anathèmes virulents, tels cet incendie partiel de la mosquée du Cap ou ces menaces de « décapitation » qui ont été adressées à Taj Hargey durant l’hiver 2014-2015. D’ores et déjà, les fidèles de la mosquée Ibn Rushd-Goethe sont en nombre réduit, et il est à craindre que leur effectif ne s’amenuise encore.

Mais peut-être ce pessimisme est-il sans objet : l’Arabie saoudite vient (le 19 juillet) de relâcher sans la moindre inculpation, et par conséquent sans être menacée de la traditionnelle peine de fouet, une jeune fille qui – vidéo à l’appui sur les réseaux sociaux – s’était exhibée sans voile, en mini-jupe et nombril apparent dans un site historique. Cette manifestation ténue de rébellion non sanctionnée est-elle le signe avant-coureur d’une plus grande tolérance des autorités du golfe ? Il est trop tôt pour le dire. Mais il est difficile de croire que le patriarcat religieux saoudien soit prêt à lâcher si facilement du lest dans la lutte engagée par les femmes pour leur émancipation. Rappelons à cet égard qu’elles sont tenues de porter une abaya en public, qu’elles n’ont le droit de conduire qu’en étant accompagnées par un homme de leur famille, et qu’elles ne peuvent faire des études ou travailler qu’en étant placées sous tutorat masculin !

Or, la mosquée Ibn Rushd-Goethe est, par sa levée quasi-totale des tabous, une provocation inacceptable aux yeux des néo-fondamentalistes. Le lieu de culte fondé par Seyran Ateş connaîtra-t-il le sort de celui de Taj Hargey ? A contrario, l’avocate allemande réussira-t-elle à essaimer le modèle berlinois sur le continent européen ? Réponses dans les prochains mois...

L’avocate Seyran Ateş, militante des Droits des femmes, est notamment connue pour avoir défendu des victimes de « crime d’honneur ». Elle vit sous protection policière et suit elle-même une formation théologique pour devenir la première femme imam d’Allemagne.

** Fethullah Gülen est accusé par Recep Tayyip Erdogan d’avoir été à l’origine de la tentative de coup d’état de juillet 2016. Il vit en exil aux États-Unis depuis 1999.

 

JPEG - 105.2 ko
Deux imams : un homme et une femme (photo L’Express)

Moyenne des avis sur cet article :  2.38/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er août 09:33

    Fergus a enfin trouvé une tribu de musulmans agnostiques !


    • foufouille foufouille 1er août 10:08

      vouloir importer des musulmans et espérer qu’ils ne voudront pas imposer leur religion féodale est peu réaliste.


      • leypanou 1er août 10:29

        @foufouille
        espérer qu’ils ne voudront pas imposer leur religion féodale est peu réaliste : à qui ils vont imposer leur religion ? Pour le moment, c’est la religion du néo-libéralisme -et de l’eurobéatisme- qui est imposée, et il y en a même qui applaudissent en disant que ce n’est pas assez et qu’il faut aller plus loin dans la vassalisation.


      • foufouille foufouille 1er août 10:49

        @leypanou
        le libéralisme est justement l’idéal pour imposer une religion.
        regardes donc l’angleterre.


      • Fergus Fergus 1er août 11:09

        Bonjour, foufouille

        Il ne s’agit pas là d’« importer des musulmans » mais de donner à ceux qui vivent en Europe des possibilités de vivre leur culte d’une manière ouverte en matière de questions sociétales et en harmonie avec les autres religions.


      • Fergus Fergus 1er août 11:16

        Bonjour, leypanou

        « c’est la religion du néo-libéralisme (...) qui est imposée »

        Parfaitement exact, et cette religion-là - ancrée de facto dans une lutte des classes souterraine - est celle qui pose le plus gros problème aux CSP les plus modestes.

        Quant à l’Union Européenne, elle est ce que veulent qu’elle soit les majorités au pouvoir dans les pays membres. Ce n’est pas l’idée européenne qui est en cause, mais la couleur des partis dominants sur le continent, et l’on rejoint là le constat ci-dessus.


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er août 12:11

        @Fergus

        vivre leur culte (...) en harmonie avec les autres religions.

        Vous en avez beaucoup en stock, des imbécillités de ce style ?
        Soit c’est une de ces phrases creuses qui vous assurent le succès dans les salons mitoyens, soit...

        Pour ce qui est des questions sociétales, bien que l’Allemagne ne soit pas un pays laïc, je ne vois pas bien quel pourrait être le rapport avec la pratique d’une religion. Comment un croyant pourrait-il adapter la parole divine aux aléas des modes sociétales (surtout quand ce sont celles d’humanistes de carnaval dans votre genre) ?

        Le galimatias multiculturaliste dont vous êtes un adepte serait-il la vraie religion ENFIN révélée par l’Élite des Forces du Bien, du Beau et du Vrai ?

        Associer Averroes et Goethe dans le nom d’une mosquée ! Très drôle ! Ça doit plaire dans vos milieux...

        PS : il n’y a que chez les faussaires mitoyens qu’on prétend qu’Averroes a été considéré comme hérétique en raison « de son ouverture aux sciences profanes et de sa vision progressiste ».

        Encore une de ces fumisteries dans vous êtes le prophète ! Voilà que vous inventez le progressisme médiéval. Vous devriez intervenir en duo avec Cabot de la Loire sur l’estrade de son université carolingienne.

        Averroes est tombé en disgrâce pour des raisons politiques et philosophiques (théologiques).


      • Fergus Fergus 1er août 13:22

        Bonjour, Robert Lavigue

        Merci pour ces précisions et réflexions exprimées avec courtoisie et dénuées de tout esprit polémique.


      • foufouille foufouille 1er août 14:41

        @Fergus
        il s’agit bien d’importer puisque la plupart ne se sont pas convertis.
        je ne parlais de cette initiative assez risquée de vouloir moderniser une religion féodale.



      • Fergus Fergus 1er août 17:22

        Bonjour, Pierre JC Allard

        Voilà un billet intéressant qui interpelle le lecteur occidental, appelé à se poser des questions, tout à la fois sur l’Islam et la représentation qu’il en a, et sur ce que pourrait être un Islam occidentalisé, à moins que ce ne soit un Occident islamisé. Très franchement, je ne sais pas ce qui se passera dans l’avenir en Europe, mais compte tenu du désarroi de nombreux compatriotes, à peu près tout est possible. Et c’est vertigineux. 


      • Bernie 2 Bernie 2 1er août 23:02

        @Fergus

        dénuées de tout esprit polémique.

        Voilà l’esprit des fergus. Tu peux commenter, mais toujours dans le sens de mon article. Tu es le bienvenu quand tu penses comme moi. Je pense quoi ? Que le retraités sont bretons-auvergnats-bordelais-nordiqtes bien évidemment. Mais en même temps, je comprends les retraités qui n’ont pas tout ça.

        Je comprends les salariés-chomeurs bien évidemment, y a quelques années, j’étais au cœur du réacteur, mais en même temps, je reproduis les schémas de 68, avec du travail, tout se résous. Je te jure, j’en ai parlé avec un ébéniste de la creuse. Mais en même temps c’est plus vrai. on espère de la croissance même si c’est con. De la croissance infinie dans un monde fini.

        Juste à voir votre périple de retraité, j’ai envie de vous dire, profitez de cet intervalle qui est le votre. Jamais vos ainés, et jamais vos descendants n’auront cette chance.

        Profitez, et ne donnez pas de leçon, par pitié. Merci


      • Fergus Fergus 2 août 09:33

        Bonjour, Bernie 2

        Vous vous trompez complètement sur mon compte. A cet égard, je vous invite à lire les commentaires que j’ai adressés ci-dessous à mmbbb et francesca2. Je n’ai rien à voir avec les bisounours que vous dénoncez en creux, ce qui ne m’empêche pas de tenter de porter le regard le plus objectif possible sur les situations sociales ou politiques auxquelles je suis confronté. Mais sans les anathèmes, les invectives et trop souvent les parti-pris sectaires qui fleurissent sur le site.

        « Donner des leçons », moi ? Jamais ! J’exprime des opinions, et chacun est libre de les approuver ou pas. Je ne représente d’ailleurs que moi-même, contrairement à certains qui tentent d’assoir leurs propres opinions sur une légitimité partisane. C’est pourquoi dans ma fiche de présentation, je me suis présenté comme « électron libre », ce que j’ai toujours été dans ma vie, aussi bien en entreprise que dans les rôles associatifs que j’ai assumés.


      • Le Panda Le Panda 6 août 14:31

        @Fergus

        @Fergus
        Bonjour Fergus

        Cadeau d’une très bonne soirée à toi mélomane ainsi qu’à tous les autres fervents ICI Bien cordialement


      • gruni gruni 1er août 10:19

        Bonjour Fergus


        « Quel avenir ? ». Une cible probablement pour les « fous d’Allah », malgré la surveillance policière. Enfin, une initiative qu’il faut quand même saluer.

        • Fergus Fergus 1er août 11:18

          Bonjour, gruni

          Je suis moi-même assez pessimiste sur l’avenir de cette expérience basée sur la tolérance. A suivre, mais je le crains sans trop d’illusions tant est grande l’influence des salafistes sur les cerveaux des plus fragiles.


        • mmbbb 1er août 21:26

          @Fergus Ne vous inquiétez pas , ce sont les enfants des bisounours du « vouloir vivre ensemble » qui apprécieront le choix futur du « pays monde » . Ils risquent de maudir leurs aieux !


        • Fergus Fergus 1er août 22:22

          Bonsoir, mmbbb

          Le pire n’est jamais sûr !


        • mmbbb 1er août 23:00

          @Fergus nous en avons deja les prémices, ne me faites pas croire que nous vivons au pays de la concorde Quant j’etais jeune, je prenais le train, il n y a avait pas de police ferroviere par exemple. A cette epoque la gauche aurait crie au delire securitaire de droite . Et desormais cette police ferroviere est acceptée . Quand j avais adhere au syndicat a la CFDT je m etais fais traiter de react etc C’etait dans les années 1987, la belle epoque de « Ne touche pas a mon Pote » Harlem Desir au passage a su vivre des subventions, et bien vivre donc j affirmais qu il y aurait des armes et des heurts dans les banlieues J ’ai recu une pluie de quolibets Desormais meme les profs demandent des flics dans certains lycees alors que leurs aieux n ont pas cesse de cracher sur les flics Idem des syndicats de la SNCF qui arrêtent le travail lorsqu un controleur se prend une torgnole Le pire n’est jamais sur oui vous êtes comme Fi Brindacier de media qui me traita de react de vouloir propager la haine mais qui n a jamais traine ses mocassins dans une banlieue chaude . La est votre defaut comme tant d ’autres Et pourtant nul peut nier aujourd hui cette violence M Bensoussan ( les territoires perdus de la republique ) ne recu que mepris et rejet lorsqu il publia son essai . Entre temps Cabu s est fait degomme C’etait impensable dans les années 1990 2000 Le pire n est jamais sur , ce n est pas moi qui le verrait si cela devait advenir.


        • Fergus Fergus 2 août 09:22

          Bonjour, mmbbb

          « il n y a avait pas de police ferroviere par exemple. A cette epoque la gauche aurait crie au delire securitaire de droite . Et desormais cette police ferroviere est acceptée » 

          Sans doute. Mais depuis des décennies, l’incivisme n’a cessé de se,développer, et avec lui la fraude. Or, des études menées aussi bien à la SNCF qu’à la RATP ont montré que la typologie des mis en cause était beaucoup plus variée et inattendue (nombreux cols blancs par exemple) que la représentation que l’on pouvait en avoir.

          Cela dit, pour le reste vous prêchez un convaincu. Cela fait 20 ans que je dénonce la politique d’isolement des banlieues et la dangereuse stratégie - toutes couleurs politiques confondues - de ce que j’ai nommé « la part du feu », autrement dit le fait pour les exécutifs successifs de laisser se développer des trafics et des dérives sociétales. La situation est donc - sauf divine surprise à laquelle je ne crois pas - appelée à empirer, je vous le concède bien volontiers.


        • troletbuse troletbuse 2 août 13:42

          @gruni
          Le bisou, le bisou, le bisou, le bisou  smiley


        • mmbbb 2 août 20:22

          @Fergus les banlieues l Etat depense 5 milliards chaque année. Mais bon quand vous avez des gentils « sauvageons » qui ne pensent qu a detruire, saccager , ce que la collectivite leur apporte , cela me semble pas le bon chemin. J ai connu ces « gentils sauvageons » il faut un moment arrêter de vous vouloir fermer les yeux et d avoir uniquement une analyse a charge contre l Etat Ces phénomenes « sociétaux » sont le fruit d un laisser aller et les parents sont responsables de leurs gamins. LA gauche a une tres grande responsabilite Je connais cette problematique sur le bout des doigts. lien https://www.youtube.com/watch?v=-QYOCnhcW8c
          Une tete claque l intello a lunettes Un petit con qui ne connait pas le terrain C’est peut etre FI FI de ce media


        • Fergus Fergus 3 août 09:21

          Bonjour, mmbbb

          Désolé, mais on ne peut pas sérieusement dissocier les responsabilités des familles des responsabilités des pouvoirs publics - de gauche comme de droite ! - dans la gestion des cités.

          Difficile par exemple pour des parents qui parlent à peine français de se faire entendre de leurs gamins trafiquants qui s’emplissent les poches dans un contexte où le poids des jeunes de la dalle compte beaucoup plus que la parole parentale, et où progressivement tous les symboles de l’Etat sont devenus des cibles par le biais d’un doxa délinquante que l’on a laissé s’installer puis prospérer sur des cerveaux influençables.

          Or, je le répète, les pouvoirs publics ont eu une grande responsabilité dans cette dégradation qui s’est accomplie sur à peu près 3 décennies. Car le fric dont vous parlez a été dépensé en pure perte tant il a été mal ciblé par des technocrates dont les engagements financiers n’étaient que des alibis pour ne pas agir à la racine.

          Il est évident que Bauer a raison, mais cet extrait ne montre pas comment on est arrivé à cette situation dont il est aujourd’hui terriblement difficile de sortir. En réalité, c’est comme le cancer : pris à temps, on aurait pu éradiquer les cellules atteintes ; après, il était trop tard, ou alors il faudrait envisager de la chirurgie lourde, et cela ne peut pas se faire sans de gros dégâts.


        • bob14 bob14 1er août 10:29

          Dans la mosquée « progressiste » on y enseigne (comme dans toute les religions) les mensonges sur les origines des humains !


          • Fergus Fergus 1er août 11:27

            Bonjour, bob14

            C’est le problème de la plupart des religions.

            Par chance, de nombreux fidèles de ces religions, de mieux en mieux éduqués et ouverts aux sciences, font désormais la part des choses. En Europe, même chez les personnes élevées dans la religion musulmane, le nombre des agnostiques et des athées est en augmentation. Un cheminement certes plus lent, mais comparable à celui des personnes élevées dans une foi chrétienne.

            En réalité, ce n’est qu’une minorité qui pose problème. Mais une minorité potentiellement dangereuse, sinon en termes de passage à des actes violents, du moins en termes de délitement du lien social par le biais de l’imposition de pratiques communautaristes.


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er août 15:36

            @Fergus
            « En Europe, même chez les personnes élevées dans la religion musulmane, le nombre des agnostiques et des athées est en augmentation. Un cheminement certes plus lent, mais comparable à celui des personnes élevées dans une foi chrétienne. »

            DONC, l’avenir est à l’agnosticisme ! ! !
            Le IIIe millénaire sera agnostique ou ne sera pas !

            http://www.sincerites.org/article-le-iiie-millenaire-sera-agnostique-ou-ne-sera-pas-39212053.html


          • Fergus Fergus 1er août 16:02

            Bonjour, Jean-Pierre Llabrés

            Merci pour ces liens. Qui sait ? Peut-être cette évolution se vérifiera-t-elle ? Cela n’aurait rien d’étonnant. Mais à notre échelle de vie nous n’en verrons que les signes avant-coureurs.


          • mmbbb 1er août 21:29

            @bob14 La Turquie veut enlever des manuels scolaires l enseignement de l evolution Cela fait tres plaisir a la mouche du couche un tare de premiere et evidemment cela n augure rien de positif . 


          • zygzornifle zygzornifle 1er août 10:53

            Quel avenir pour les milliers d’églises d’Europe ??????


            • Fergus Fergus 1er août 11:31

              Bonjour, zygzornifle

              Une question à poser aux catholiques qui se détournent toujours plus de la religion, au moins en termes de pratique du culte.

              Cela dit, même s’ils ne les fréquentent plus ou les fréquentent peu, les Européens catholiques restent attachés à leurs églises, au moins par fidélité à leur culture.


            • Pascal L 1er août 18:45

              @Fergus
              « Une question à poser aux catholiques qui se détournent toujours plus de la religion, au moins en termes de pratique du culte » Ne croyez pas que les églises se vident. Il semble que le mouvement s’inverse par endroits si j’en juge par la fréquentation de ma paroisse et le nombre des demandes de baptême par des adultes. Peut-être que le vide spirituel proposé par ailleurs et les menaces de grand remplacement y sont pour quelque chose, mais il me semble aussi que la foi a également progressé. Non seulement il y a plus de monde le dimanche, mais les moments de prière en semaine ont augmenté.


            • Fergus Fergus 1er août 19:17

              Bonjour, Pascal L

              « ne croyez pas que les églises se vident. »

              Permettez-moi de douter : que ce soit en Bretagne - pays naguère de forte tradition catholique - ou en Auvergne d’où je suis originaire, les églises sont bien peu fréquentées, c’est le moins que l’on puisse en dire.

              Peut-être votre paroisse fait-elle exception à la règle. Car ce n’est, semble-t-il, pas de religion qu’il y a une demande, mais de spiritualité ; et cela, ce n’est pas un rite religieux qui peut y pourvoir, en l’état actuel de la société.


            • mmbbb 1er août 21:56

              @Fergus l egise de mon enfance est desertee et je pleure pas Elle deviendra peut etre une mosquée puisque cette region est peuplee de Turcs. Par ailleurs le recteur de la Mosquée de Paris un lundi de Paques ( je me souviens plus de l annee ) avait suggéré à l etat de donner ses lieux de culte puisque selon lui il manquerait 2000 mosquées en France . .


            • Fergus Fergus 1er août 22:28

              @ mmbbb

              En effet, je me souviens de cette proposition.


            • Pascal L 2 août 10:36

              @Fergus
              La zones rurales ne voient pas que les églises se vider. L’avenir est aujourd’hui dans les villes et les plus grandes de préférences. La moitié de la population mondiale est dans les villes et ce mouvement n’est pas près de s’inverser. J’habite dans la banlieue d’une grande métropole. Une petite commune dont la population est en recul du fait de l’absence de terrains constructibles et de l’augmentation des divorces. Et malgré cette diminution, l’Eglise déborde de plus en plus et cela fini par devenir le problème du maire qui est responsable de la sécurité de l’édifice. La loi de 1905 peut se transformer en casse-tête. Nous ne sommes pas un cas isolé. J’observe le même mouvement dans toutes les paroisses proches et dans celles du centre ville. L’Eglise est pleine de jeunes et les messes de scouts remplissent l’église à eux seuls avec leurs familles. 

              Il est vrai qu’il existe des quartiers proches ou la population musulmane est devenu majoritaire et cela pose un problème pour les chrétiens d’origine africaine (y compris le Maghreb) qui habitent ces quartiers. Ilsi se font harceler parce qu’ils ne sont pas Musulmans avec des lieux communs comme : « L’Islam est la religion des peuples martyrisés par l’occident, donc les noirs et les Arabes doivent être Musulmans ». Forcément, cela resserre les liens et cette présence pose beaucoup de questions à des personnes qui ne s’en posaient pas.

            • Fergus Fergus 2 août 11:13

              Bonjour, Pascal L

              Peut-être y a-t-il en effet un renouveau de la pratique catholique ici et là, et notamment dans votre lieu de résidence. Mais il sera difficile d’inverser la tendance sur le territoire : une étude de l’Ifop datant de 2010 montrait que la participation des catholiques à la messe était tombée à... 7 % contre 20 % en 1972.

              Je serais curieux de voir ce qu’il en est de nos jours. Mais l’abandon de nouvelles églises par les fidèles, et même leur vente ici et là par les municipalités pour des usages profanes ne semble pas aller dans le sens d’un renouveau de la pratique. Sans doute y a-t-il des différences régionales, et peut-être, comme vous le soulignez, une réaction des catholiques dans les quartiers multiculturels. Bref, un phénomène à suivre...


            • Fergus Fergus 2 août 11:16

              Précision complémentaire :

              7 % de 65 % de Français « se disant catholiques » en 2010 contre 20 % de 87 % en 1972.


            • Pascal L 2 août 20:20

              @Fergus
              En fait la pratique a beaucoup changé dans les grandes villes. Lorsque j’étais étudiant à Paris dans les années 70, les églises ne se remplissaient que le dimanche. Aujourd’hui, pour les mêmes paroisses, on peut trouver tous les jours une adoration du Saint-Sacrement, un chapelet ou une prière pour les malades. Beaucoup de personnes qui travaillent profitent de la pose de midi pour se ressourcer dans l’église la plus proche et les horaires se sont adaptés. Si vous avez l’occasion, passez le jeudi après-midi à l’église Saint-Nicolas des Champs à Paris. Même debout, il est difficile de trouver une place après 17-18h et ce, jusqu’à 19h40. Ce Christianisme là, jeune et dynamique, n’a pas peur de se montrer et d’affirmer ce qu’il est, y compris dans la rue.

              Ces mouvements sont principalement installés dans et autour des grandes villes, mais il y a fort à parier qu’ils vont se multiplier et essaimer. Avec la multiplication des prières, la présence du Christ et de l’Esprit-Saint se fait plus visible.


            • Fergus Fergus 3 août 09:38

              Bonjour, Pascal L

              Tant mieux pour vous !

              Mes sœurs et moi avons été élevés dans la religion catholique dont nous sommes tous très vite sortis durant notre adolescence pour devenir des athées convaincus.

              Peut-être ai-je été plus rapide que mes sœurs grâce à mon passage (durant 2 ans 1/3) en internat dans une institution religieuse où j’ai été confronté aux comportements d’une brochette de prêtres effarants de mesquinerie et de méchanceté gratuite qu’était loin de compenser l’attitude digne et juste de deux des leurs.

              Depuis cette époque, et jour après jour, j’en ai fait le constat en observant ma famille, mes collègues, mes amis, mes voisins : il n’y a pas la moindre différence entre les comportements des croyants et ceux des agnostiques ou des athées ! Ce qui démontre que la religion, ses dogmes et ses pompes ne sont que des leurres sans le moindre effet sur la nature profonde des individus.


            • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 août 09:52

              @Fergus

              Mes sœurs et moi avons été élevés dans la religion catholique dont nous sommes tous très vite sortis durant notre adolescence pour devenir des athées convaincus
              Toutes mes félicitations à votre famille proche. Enfin la preuve que l’intelligence est héréditaire... Ça devrait intéresser votre comparses Gruni.

              il n’y a pas la moindre différence entre les comportements des croyants et ceux des agnostiques ou des athées ! Ce qui démontre que la religion, ses dogmes et ses pompes ne sont que des leurres sans le moindre effet sur la nature profonde des individus.
              Outre que cela est faux (il y a bien entendu des différences de comportement), c’est idiot.
              On pourrait tout aussi bien déduire de votre verbiage que l’athéisme ou l’agnosticisme sont sans le moindre effet sur la nature profonde des individus.

              Le terranovisme mitoyen dans toute sa splendeur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires