Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Ramadan, un vrai phénomène de société

Ramadan, un vrai phénomène de société

Quand un groupe de jeunes réclament, pour la première fois de l’histoire du Maroc, et probablement du monde musulman, leur droit de ne plus devoir manger en cachette pendant le Ramadan, ceci relève d’un courage hors pair et d’un exploit individuel et collectif.

Cette petite histoire qui a tout de même tourné au vinaigre, à une intervention musclée des forces de l’ordre et à un acharnement violent de part et d’autre, reflète le degré d’enracinement d’un rite collectif dans notre société.
 
 En effet, il est plus toléré de ne pas faire ses cinq prières quotidiennes (pourtant considérées par les Religieux comme le principal pilier de l’Islam), de ne pas donner la zakat … mais ne pas faire le Ramadan, ceci relève du pêché extrême. Pourquoi cette importance donnée à ce rite en particulier ? En Islam, faire le Ramadan ne consiste pas seulement à s’abstenir de boire et de manger, de faire l’amour et de fumer mais il s’agit d’un mois sacré. C’est normalement l’occasion d’approfondir sa spiritualité et sa relation avec dieu à travers la prière, la méditation, la bonté et une conduite sociale exemplaire. Or que se passe-t-il réellement pendant ce mois dans nos sociétés contemporaines ?

1. Une ruée sans égale sur la consommation et la nourriture 
Il n’y a pas besoin d’aller au marché pour se rendre compte de cette consommation démesurée, l’état de nos poubelles est un indice de choix ! Certains, voire beaucoup de mes compatriotes n’arrêtent presque pas de manger et de grignoter la nuit durant. Pendant la journée, particulièrement rude cette année-là, ils n’en finissent pas d’imaginer des scénarios et des formules de rupture de jeûne et de faire le plein de denrées qui pour la plupart seront jetées sans être consommées. Pour information et pour ne citer qu’une seule et grosse conséquence, cette ruée nuit gravement à l’économie nationale. 

2. Une prolifération de la colère, des disputes et des accidents de circulation 
La colère, les disputes et les accidents, en voilà un cercle vicieux ! Mais comment l’éviter, surtout à l’approche de l’heure de rupture sachant que des fumeurs se mêlent aux buveurs de café, les sniffeurs de tabacs aux picoleurs des autres jours et aux impatients de tout bord.
Ramadan se décale de son esprit de base pour créer des situations désolantes et extrêmement violentes dans nos rues, nos marchés et nos routes.
 
3. Une montée de la prostitution et des jeux de hasard
Pourtant considérés comme pêchés capitaux, la prostitution et les jeux de hasard (essentiellement les jeux de cartes) connaissent un succès détonnant pendant le mois de Ramadan. Ceci nous éloigne considérablement des fondamentaux spirituels de ce mois. Un programme qui arrange vraisemblablement une catégorie de la société : une journée de jeûne à faire dodo puis une nuit mouvementé et pleine d’activités stimulantes !

4. Une baisse de rendement au travail
Qu’adviendra-t-il du rendement au travail avec le manque de sommeil et la privation de nourriture ? La question n’est peut-être pas là car les travailleurs m’a-t-on dit se mettent dans un tel état suite à leur manque de foi et de spiritualité. Ces derniers, deviennent une proie facile à la démotivation et au piège de l’attente qui les poussent à reporter sans cesse. Quant aux travailleurs manuels, ceux-là endurent un mois difficile, voire impossible dans certains cas.

Conclusion
Que faire, jeûner ou ne pas jeûner ? La réponse est peut-être ailleurs que dans des débats de sourds entre pro et anti Ramadan. Au-delà de toute subjectivité, la tolérance, la vraie et l’authentique qui a toujours fait la force de notre pays, la liberté de culte et la diversité religieuse qui ont marqué notre histoire, notre ouverture sur de multiples civilisations, notre richesse ethnique, notre culture multidimensionnelle favorisée par un emplacement géostratégique, … Tout ça et bien d’autres traces que la mémoire collective ne peut remettre en question. Les transformations transversales que vit la planète tout entière sont également des éléments à prendre en considération : Ecologie, Ethique, Gouvernance… sont des valeurs à prôner individuellement et collectivement.
La question du Ramadan relèvera alors d’une liberté à respecter de part et d’autre dans les règles de l’art et de la bonne conduite, non d’un devoir imposé et imposable mais d’un choix spirituel. 

Yasser Monkachi
19.09.09

Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

142 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 21 septembre 2009 10:16

    Les orthoréxies d’obédience religieuse sont dangereuses, pas seulement pour la santé d’un individu, mais aussi pour la société. La déshydratation chronique, surtout par temps chaud, fait d’irreversible dégats dans l’organisme. Sans parler de la mauvaise ambiance que ces gens, qui se rendent volontairement malades, rayonnent autour d’eux. Ils viennent de vandaliser un train à Nice, ma ville. Et casser quelques vitrines, se bagarrer avec les flics.... Pourqui ? Ils on les boules de voir les autres manger et boire normalement. Islam : religion de paix et de tolérance !


    • Fergus Fergus 21 septembre 2009 10:33

      Bien que naturellement porté à la tolérance envers les pratiques religieuses, je suis assez d’accord avec Deneb sur les riques de dérives. D’autant plus que la question du ramadan dépasse maintenant nettement chez les jeunes le fait religieux pour devenir un symbole identitaire.

      Autre chose, et sans vouloir vous froisser : « hors paire » s’appliquerait plutôt à... un eunuque, la bonne orthographe étant « hors pair », soit sans équivalent.

      Bonne journée !


    • nephilim 21 septembre 2009 13:54

      Pauvre Deneb toujours à aller chercher l’exception.
      Mais petit Deneb, partout je dis bien partout on trouvera toujours un comportement reprehensible quelque soit la religion quelque soit le parti politique.
      t’es qu’un lerma bis rien dans la tête tout à l’instinct, une petite bebete quoi !!
      Comme quoi !! plus minable on ne fait pas car l’association malsaine d’islam=voyou ne vous grandit pas.
      Petit petit petit petit petit on va se coucher maintenant bonne nuit Deneb


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 septembre 2009 14:59

       smiley N’est-ce pas de ça qu’on parle ? smiley


      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 septembre 2009 15:11

      Si l’Islam accepte un comportement public déviant, c’est l’’acceptation de la séparation de la religion et de l’État, l’ouverture à la laicité et la vraie civilisation commence, comme en Europe apres les guerre des religion. Je reverrai mon Huntington, et j’’irai amender mes articles les plus vitrioliques qui demandent que les Islamistes pratiquants ne soient pas admis en Occident . 


      Si le Maroc le fait, ce sera un grand jour pour la paix.


      Pierre JC Allard 

    • nada 21 septembre 2009 18:19

      pierre JC Allard vous avez oublier le réchauffement de la planète, Israël n’a plus d’eau
      ici et ici

      Puisque les Israéliens sont doués pour faire pousser des arbres les palestiniens proposent de garder uniquement les terres dans les zones non arides et de laisser les zones arides aux Israéliens.


    • Ahlen Ahlen 22 septembre 2009 00:05

      @Deneb

      Rien qu’à vous voir en tête de liste dans les votes, moi, je m’éclipse : Vous êtes le déni personnifié de la vertu et dans tous les débats malheureusement. Raciste. 


    • manusan 21 septembre 2009 10:23

      bonjours Yasser merci pour votre article,

      j’ai lu un article assez similaire sur rue89 et sur courrier internationale, il semble bien loin le temps d’Hassan 2 disaient certains commentaires. Qu’en pensez vous ?

      un pote franco-marocain, en vacances au Maroc, me racontait que même pour aller acheter des clopes, le vendeur t’emmerdait en te lancant des piques « on fume pas pendant Ramadan ». C’est mal vue de fumer mais pas de vendre des cigarettes, bravo la schizophrénie.

      Ce que je trouve paradoxale, c’est que pour une période de jeune, donc de restriction pour éprouver sa foi, les dépenses domestiques crèvent les plafonds en dépits du bon sens, comme en témoigne le journal al arham weekly en Égypte. Bref, ca devient Noël.

      http://www.courrierinternational.com/article/2009/09/17/les-exces-du-ramadan


      • Paradisial Paradisial 21 septembre 2009 18:21

        Non, ce n’est pas que cela devienne Noël (encore les clichés tordus), mais c’est que certaines denrées typiquement ou particulièrement consommées durant le Ramadan subissent de fortes spéculations de la part des négociants et des commerçants sans vergogne, qui n’hésitent pas à renchérirent les prix, ce qui n’a rien d’islamique comme attitude.

        Il faudrait ne pas oublier que le sommet des circuits des marchés est monopolisé par des gens qui appartiennent ou qui sont en connexion avec la gente dirigeante et/ou la haute bourgeoisie, ce qui explique le peu d’enclin de l’Etat à réguler les marchés et bannir la spéculation comme il le prétend dans la plupart des pays peu développés.

        Comme quoi, loin des clichés tordus, la vérité se trouve toujours ailleurs.


      • barbouse, KECK Mickaël barbouse 21 septembre 2009 10:46

        bonjour,

        il est démontré que par mis les traits de caractère qui s’affirment dans la privation, il y a celui de ne plus supporter ceux qui ne se privent pas. Alors a l’échelle d’une population...

        amicalement, barbouse.


        • jakback jakback 21 septembre 2009 12:11

          confirmation de l’intolérance des ventres et têtes creuses
          http://www.google.com/hostednews/af
          http://www.laprovence.com/article


        • amipb amipb 21 septembre 2009 23:30

          C’est un argument bien ridicule s’il fait fi de la société dans laquelle nous vivons. De tous temps il y a eu des gens qui jeûnaient, sans qu’il y ait forcément conflit avec une population qui ne jeûne pas. Mais peut-être que le jeûne, c’est comme la solitude, ça se mérite et ce n’est pas donné à tout le monde.


        • armand armand 21 septembre 2009 10:46

          Article courageux qui met les points sur les i. Et qui montre une inquiétante dérive intolérante au Maroc.
          En Turquie, en revanche, où j’ai passé le plus clair du Ramadan, on pouvait trouver dans le même restaurant des personnes qui attendaient l’appel du soir pour commencer leur repas, d’autres qui avaient fini déjà. Même des familles traditionnelles qui ne dédaignaient pas un thé ou un verre d’eau pendant la journée - dans les faits, le Ramadan admet des entorses pour raisons de santé, travail, voyage.
          Très édifiant aussi - les familles croyantes qui attendent la ruture du jeûne mais qui font manger les petits enfants, naturellement exclus de cet effort sur soi-même qu’ils ne sont pas à même de comprendre et dont la croissance et la santé peuvent s’en trouver altérés.

          Il n’empêche, comme le souligne l’auteur, qu’il n’est jamais sain d’alterner abstinence et excès - j’ai constaté un nombre impressionnant de vctimes d’indigestions aux urgences d’Ankara le matin du premier jour de jeûne...

          Et avec cela j’apprends qu’on tolère en France que des enfants en bas âge, élèves de l’école républicaine, soient affamés par leurs parents et interdits de cantine... Sans que le recteur de la Grande Mosquée ne fasse de mise en garde publique contre de telles pratiques. Ou que l’administration scolaire n’ouvre une instruction pour maltraitance.


          • jakback jakback 21 septembre 2009 12:14

            Pas sur que cela dure encore longtemps.
            http://www.youtube.com/watch?v=


          • muhyidin 21 septembre 2009 10:54

            Converti à l’islam depuis de nombreuses je ne cesse de « dénoncer » cette schizophrénie, sorte d’hypocrisie radicale et généralisée. Pourtant :


            -il n’y aucune obligation de jeuner pour les malades, les femmes enceintes, celles et ceux qui craignent pour leur santé...)
            -les premiers musulmans (considérés comme des modèles de piété) rompaient le jeune avec quelques dattes et du lait
            -aucune contrainte en religion (verset coranique)
            -le mois de ramadan est avant tout un mois spirituel dont le but est le ressourcement au milieu de toute cette frénésie consumériste

            Comme l’auteur de l’article l’a bien soulevé le ramadan est un peu devenu le Noel musulman étalé sur 1 mois lunaire. Il fait parti du Folklore et a perdu son essence originelle.

            Par contre Deneb mettre le vandalisme sur le dos du ramadan c’est un peu fort ce café. Déjà il ne faut pas faire l’amalgame entre musulman et « arabe » (j’ai des amis « arabes » chrétiens par exemple) et surtout les actes de ces jeunes ne sont que du vandalisme rien de plus.

            • Ali 21 septembre 2009 13:23

              peu-t-on m’expliquer pourquoi des personnes d’origines maghrébine se référant à l’islam :

              - ne pratiquent pas la salât
              - ne paient pas la zakât

              mais suivent scrupuleusement le jeûne du mois de ramadan ??


            • fouadraiden fouadraiden 21 septembre 2009 15:03

              au pif , parce qu’ils pensent que l’islam repose sur un seul pilier.


            • Serpico Serpico 21 septembre 2009 15:35

              Ali : « peu-t-on m’expliquer pourquoi des personnes d’origines maghrébine se référant à l’islam :

              - ne pratiquent pas la salât
              - ne paient pas la zakât

              mais suivent scrupuleusement le jeûne du mois de ramadan ?? »

              ******************

              Parce que tout simplement, le ramadan est le plus VISIBLE.

              1. Un musulman fait 5 prières par jour : il peut en sauter et les rattraper. Il prie chez lui s’il veut. Personne ne le voit.

              2. Un musulman doit « témoigner » qu’il n’y a qu’un Dieu et que Mohamed est son prophète. Il n’a pas besoin de le crier à tue-tête. Il peut même le faire dans son lit de mort, silencieusement. Personne ne voit ni n’entend.

              3. L’aumône est par prescription, discrète : on n’a pas le droit de dire partout qu’on a donné quelque chose, sinon l’effet en est nul. Et de toutes façons, on n’est pas obligé d’en faire tous les jours ni tous les mois. Personne ne voit ni ne peut faire le compte.

              4. Le pélerinage est une épreuve physique et financière : c’est le « pilier » le plus fragile : il est expressément dit que ce n’est obligatoire que pour celui qui peut le faire : argent, âge et santé en limitent la possibilité.

              5. Le ramadan : du lever du jour au crépuscule, on ne doit ni manger, ni boire, ni draguer, ni avoir des rapports sexuels, ni se masturber, ni avoir de mauvaises pensées. A moins de se cacher toute la journée, vous n’échapperez pas au regard. Le ramadan est surtout une manifestation « sociale ». Pendant un mois, vous avez un comportement a-normal : si vous êtes « normal », vous êtes anormal.

               :)

              C’est donc plus un comportement social que religieux. Le respect du jeûneur vous impose un comportement. D’où cette observation stricte (plus ou moins) du ramadan par les jeunes et les moins jeunes. Même ceux qui boivent d’habitude deviennent des jeûneurs émérites pendant le ramadan.


            • docdory docdory 21 septembre 2009 16:28

              @ Ali


              C’est le même genre de raison qui font que les musulmans emprisonnés pour vol demanderont des menus sans porc à la cantine de la prison, mais qu’aucun d’entre eux ne réclamera d’avoir la main coupée en sanction du vol pour lequel ils sont en prison !

            • Deneb Deneb 21 septembre 2009 10:54

              Manusan : sauf que noël a une justification astronomique : le solstice d’hiver. Tandis que le ramadan, même si la période soit déterminée par les astronomes du Roi (!) ne correspond en fait à aucun evenement astronomique significatif, comme un solstice ou un equinoxe - c’est juste les erreurs de calcul dûs au manque de précision qui font qu’il ne tombe jamais à la même pêriode. Dans un monde réglé par la science, nous n’avons pas besoin de l’astronome du roi pour prédire des evenements celestes : les efemerides, disponibles de partout (google earth !), font merveilleusement l’affaire. Alors que les pontes de l’islam essaient fallacieusement de faire croire à leurs fidèles que c’est suite aux obsérvations de l’astronome du roi que le Ramadan vient de commencer ou de se terminer : les fidèles, maintenus volontairement dans l’ignorance, gobent tout.


              • manusan 21 septembre 2009 11:20

                pour la petite histoire, on peut même remonter plus loin, puisque Noël avant d’être une fête chrétienne était une fête Mithraïste, et d’ailleurs certainement une autre fête religieuse avant ça. Pour le calcul du Ramadan, je viens de regarder en 10 min, ca a l’air mathématiquement un peu brouillon en effet (surement voulu, le calendrier lunaire chinois, tout le monde peut le comprendre et ca marche depuis plus 2000 ans sans décalage). C’est pas de refus qu’on m’explique, mais par pitié, pas de sourates à la Paradisial, pas de poésie, rien que des math, une formule mathématique simple et universelle.


              • DESPERADO 21 septembre 2009 14:06

                Quelle inculture, d’une trristesse, c’est affligeant de conneries, mais tu dois y être habitué maintenant.


              • Deneb Deneb 21 septembre 2009 16:49

                Mais encore, desperado, au lieu d’insulter, donnez-nous votre explication éclairée !


              • nada 21 septembre 2009 17:42

                Les musulmans utilisent un calendrier lunaire de 12 mois :6 mois de 29 jours et 6 mois de 30 jours.Ce qui fait une année de 354 jours, donc une différence de 11 jours avec le calendrier solaire Européen.Le ramadan commence 11 jours plus tôt chaque année solaire, mais toujours le 1er du mois de Ramadan dans le calendrier lunaire musulman.Chaque mois commence lorsque le premier croissant de la nouvelle lune est visible.

                Sur wikipédia


              • muhyidin 21 septembre 2009 10:59

                 Le ramadan est décalé de 11 jours chaque année car le calendrier musulman se base sur des mois lunaires. Chaque année le ramadan commence au même moment c’est juste qu’il se décale par rapport au calendrier grégorien. Il est basé sur des calculs astronomiques et varie d’une région du globe à une autre


                • manusan 21 septembre 2009 11:24

                  capitche

                  calendrier semi-lunaire, donc décalage de 11 jours tous les ans.


                • Deneb Deneb 21 septembre 2009 17:05

                  « basé sur des calculs astronomiques »

                  on va dire éphemérides, c’est plus court. Surtout ça fait moins mystico-astrologique. N’importe qui est capable d’interpreter les éphémérides, il n’y a pas de quoi inventer l’eau chaude. A l’ere d’internet, chacun peut explorer le ciel passé, présent, futur ... sur google earth, par exemple.

                   Décalé de 11 jours. C’est qu’avec toute sa « science », l’islam n’a jamais été foutu de calculer combien de temps met la terre pour faire un tour. Alors qu’avant l’islam, ces peuples avaient une astronomie des plus developpées. Comme ils voyageaient entre la Chine et l’Europe, ils ont nommé la plupart des etoiles. Mais ce progrés s’est arreté avec l’Islam.


                • nada 21 septembre 2009 18:05

                  @manusans Le calendrier musulman est lunaire. le calendrier semi-lunaire c’est le calendrier hébreux ICI.

                  @daneb la nouvelle Lune n’est pas visible partout en même temps, les dates de début et de fin du mois dépendent de ce qui est visible dans chaque lieu. Par conséquent, les dates varient d’un pays à l’autre, mais généralement d’un jour seulement ; ceci est le résultat du cycle lunaire.La majorité des musulmans insiste sur l’observation locale du croissant de lune pour marquer le début du ramadan, mais d’autres insistent sur le calcul de la nouvelle Lune ou sur la déclaration saoudienne pour déterminer le début du mois.
                   
                   ici

                  « Alors qu’avant l’islam, ces peuples avaient une astronomie des plus developpées. Comme ils voyageaient entre la Chine et l’Europe, ils ont nommé la plupart des etoiles. Mais ce progrés s’est arreté avec l’Islam. »

                  non c’est depuis le début de l’Islam que les sciences se sont développées dans le monde musulman, mais tous les empires ont une fin, et un autre empire le remplace, et ainsi de suite.


                • amipb amipb 21 septembre 2009 23:43

                  Deneb, je ne suis pas musulman (vous l’aurez constaté à mon avatar) mais vos commentaires me répugnent autant que les actes que vous n’associez qu’à une ethnie, comme si toutes les autres ethnies n’avaient jamais commis d’excès.

                  Les perses, les arabes, les indiens, les mongols, les africains, les amérindiens, les aztèques, etc, etc, ont tous eu leurs heures de gloire et de progrès comme d’horreurs. Que faites-vous du temps de tolérance durant le royaume d’Al-Andalus ? Et de la belle tolérance chrétienne qui élimina arabes comme juifs durant la Reconquista ?

                  Si vous pensez que tous vos problèmes ont pour origine l’Islam, vous n’êtes pas au bout de vos désillusions.


                • Deneb Deneb 22 septembre 2009 07:03

                  Amipb : Mais je parle de premiers musulmans. Voici ce qu’il en dit le Koran.

                  «  Nous avons créé (le premier) l’être humain d’un ensemble d’argile fine. Ensuite d’une Noutfa (cellule) que nous déposons dans un lieu sur, ensuite nous la transformons en Alaka (un caillot de sang qui s’accroche ou se fixe), ensuite Moudgha (en une sorte de pate comme machée). De cette Moudgha, Nous formâmes les os que nous recouvrîmes de chair. Nous accomplissons Notre création en l’animant. Béni soit Dieu, Le Meilleur des créateurs. »

                  Pour connaitre les détails de ce genre, il faut pratiquer la dissection. Vu la cruauté des guerres tribales à l’epoque de l’hégire, je pense que les sujets d’étude ne manquaient pas.


                • Deneb Deneb 22 septembre 2009 07:12

                  On m’a frauduleusement plussé dans la nuit pour me discréditer.


                • amipb amipb 22 septembre 2009 16:12

                  Oui, il faut faire de la dissection, on ne peut qu’être d’accord là-dessus, mais ce qui me gêne c’est votre citation sur le « nombre » de femmes enceintes disséquées ainsi que l’omission de l’état de ces femmes enceintes au moment de la dissection.

                  A priori, notre société moderne pratique également des dissections, sur des personnes décédées, alors pourquoi ne pas dire que ces femmes enceintes étaient très certainement décédées ? Et pourquoi en faire une remarque négative alors que cela a permis de faire progresser la science, tout comme cela est toujours le cas de nos jours ?


                • Deneb Deneb 22 septembre 2009 22:48

                  C’est qu’à l’epoque de l’hégire, les humains étaient beaucoup moins nombreux qu’aujourd’hui, où l’on peut trouver des femmes décedées à n’importe quel stade de la grossesse assez facilement parmi de millions de personnes. Il n’y avait qu’un chéf de guerre comme Mahomet à pouvoir voir suffisament de cadavres frais des populations civiles, qui se faisaient à l’epoque allegrement massacrer. Et, conaissant sa propension pour des petites filles comme Aisha (6 ans), il était peut être aussi anatomiste-amateur, qui sait.

                  Mahomet serait certainement d’accord avec Guaino, qui dit qu’Internet constitue une dictature par sa transparence.

                  Mais Allah a crée Internet.

                  Et Internet va tuer Allah. C’est con, mais il faudra s’y faire un jour.


                • DESPERADO 30 septembre 2009 04:46

                  Deneb tu es définitivement foutu.
                  Plus débile y a pas moyen.
                  http://www.astronomes.com/c0_histoire/p014_islam.html
                  Ton qi ne doit pas dépasser ta température corporelle/


                • Gasty Gasty 21 septembre 2009 11:02

                  Les religions sont arrivées à une situation de marginalité en comparaison à l’évolution des sciences que de la société. Aucune recherche de spiritualités mais un totalitarisme religieux soutenu par des extrémistes interprétant des textes comme on interprète aisément Nostradamus selon l’époque et la mode , les derniers représentants d’eux-même, sans dieu ni foi à la recherche d’une reconnaissance par la terreur.


                  • Deneb Deneb 21 septembre 2009 11:39

                    Gasty : Bravo !


                  • manusan 21 septembre 2009 11:57

                    quand moins de 5 % d’une population sait lire, on a de nouvelles religions ; quand on dépasse les 50%, on a le code civile.


                  • amipb amipb 21 septembre 2009 23:48

                    La religion et les rois sont à l’origine de l’éducation en France. On est bien loins des arguments que vous pouvez asséner. Bien sûr, il faut défendre une éducation laïque, mais encore une fois, on cherche parfois où se niche la tolérance chez certains athés.

                    Le pouvoir est ce qui corrompt tout. Vous pouvez l’associer à n’importe quelle idéologie, athée ou religieuse, ses effets seront les mêmes. Faut-il être aveugle pour voir que le communisme a fait au moins autant de morts que les horreurs des croisades et de la Saint Barthélémy ?

                    Un peu de modération ne fait jamais de mal, merci.


                  • Gasty Gasty 22 septembre 2009 07:42

                    En d’autre temps révolus depuis, que faut-il voir dans la capitalisme aujourd’hui ? Le monde avance et les questions sur la place public (laïc) ne sont pas d’ordre spirituelles, les erreurs doivent être corrigées et comme la roue est à l’origine des autoroutes on va pas revenir aux charrues et au chemins creux, sauf pour les nostalgiques mais à condition qu’ils restent sur le bas côté...


                  • Serpico Serpico 21 septembre 2009 11:15

                    Dans les pays musulmans, il y a plus de rites que de religion.

                    Il y a comme une fin de l’Histoire : les salafistes et autres acharnés du « retour aux sources », tout en condamnant la bidâa (l’Innovation) en viennent eux-mêmes à inventer des « traditions », des rites et des sunnas pour asseoir leur autorité.

                    Ce n’est pas que le ramadan.

                    Le problème naît du principe coranique (pourtant très noble) que nous sommes tous égaux devant Dieu et devant la vie. Tout musulman a le droit de devenir Calife.

                    Comme il est impossible d’avoir 300 millions de Calife, nos prosélytes « exercent » leur droit à l’égalité en se comportant comme des chefs et même comme des tyrans.

                    Cet état d’esprit qui donne le droit à n’importe qui (mais alors vraiment n’importe qui) d’interpréter et d’imposer sa vision de l’Islam a des conséquences gravissimes.

                    1. A partir du principe d’égalité, il se trouve que n’importe quel cancre ou rebut de la société trouve dans la « culture » coranique un moyen d’attirer la considération : les sociétés musulmanes respectent les gens qui « savent », en l’occurence les escrocs qui baragouinent quelques versets. Il s’ensuit que le tocard qui hier encore se sauvait devant la police pour avoir commis un larcin se met tout d’un coup à jouer les imams d’occasion habillé en gandoura et du k’hol dans les yeux.

                    2. Les mêmes qui invoquent le principe d’égalité ne s’embarrassent pas de réflexion pour vous répondre, quand ils sont coincés, que tel ou tel « oulema » (savant, docteur de la foi) a émis une fetwa. La lâcheté accompagne la suffisance et l’ignorance. Leur prétention à « légiférer » s’efface devant leur tendance quasiment héréditaire à s’en remettre aux anciens et aux « plus savant ». Or d’après le Coran, « Ceux qui font les fetwas sont les plus près de l’Enfer » et nos apprentis docteurs de quartier ont peur de l’Enfer. Ils préfèrent la version avec 70 vierges.

                    3. L’Islam rappelle que chacun est responsable individuellement de ses actes, de ses pensées et de ses intentions. Personne n’intercèdera pour personne et personne n’a le droit d’imposer quoi que ce soit. Mais nos islamistes trouvent toujours des interprétations qui les arrangent et s’affranchissent de tout. Ainsi traduisent-ils le Jihad et la nécessité d’inciter au bien : le « bien » pour eux est, non pas d’aimer son prochain ou d’aider les gens mais de se garantir une place au Paradis en échange de leur aumône bidon et surtout en échange de leur « combat » pour la religion de Dieu.

                    Pour eux, veiller à l’observance stricte de ce qu’ils ont « compris » est un acte de bien donnant droit à des « bons points » chez le Tout-Puissant.

                    4. Dans les pays musulmans, face à la pratique calme de l’Islam, il y a toujours les manipulateurs du discours religieux : les islamistes déclarés et souvent l’Etat : Le roi du Maroc qui se fait passer pour le « commandeur des croyants », héritier direct du Prophète, en Algérie une nomenklatura bigote, favorable à une islamisation qui prend en tenaille la population et qui joue sur le principe du respect absolu de l’autorité en terre d’Islam.

                    Bourguiba a été un grand casseur de tabou. Il démontrait en direct que le ramadan ne devait pas être une contrainte : il mangeait à la télé.

                    Il y a les islamistes affichés et les autres : les policiers, les gendarmes, les représentants de l’Etat ayant une quelconque autorité ne sont en fait que des islamistes objectifs quand le policier vous demande si la femme qui vous accompagne est votre légitime ou quand ils arrêtent un couple au parc zoologique d’Alger en train de « casser » le ramadan...et qu’ils les enferment dans la plus triste prison algéroise pour « atteinte à l’islam et au prophète »...les juges sont des cancres et ils ne pensent pas à inculper dans ce cas les Dupont et les Smith qui bouffent. Un blasphème est un blasphème : pourquoi un « infidèle » serait-il épargné ? parce qu’on assimile tout algérien, tout marocain et tout arabe à un musulman. Même si Jean Dupont est algérien, on ne lui tiendra pas rigueur de ce qu’il mange pendant le ramadan.

                    Et dire qu’il n’y a pas si longtemps, Alger gardait ses cafés et restaurants ouverts même pendant le ramadan...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès