Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Religion naturelle et tangrisme

Religion naturelle et tangrisme

La base du tangrisme est étonnamment proche de la religion naturelle de grands philosophes qui se limitait à la croyance en l’Etre suprême et en une éthique universelle.

Dans l'esprit de Diderot et de plusieurs autres penseurs la religion naturelle désigne le dénominateur commun entre toutes les religions, une fois débarrassées de leur folklore et de leur révélation respective, elle comprendrait les croyances les plus universelles. L'avantage d'une telle religion, c'est qu'elle serait par sa nature universelle et exclurait le dogmatisme et le fanatisme sectaires. Mais à la différence du culte de la Raison de la révolution française le tangrisme a des traditions historiques réelles

La science ne peut pas nier l'existence de Tangra, parce qu'il est impossible de nier l'existence de forces, des champs inconnues qui peuvent aider les êtres humains. Dans le même temps, notre définition de Tangra (Dieu) comme de « l’ensemble de toutes les forces, de tous les champs inconnus et des leurs sources, capables d’aider un homme », est compatible avec tous les autres perceptions, par exemple, du Dieu comme du Créateur » ne dit rien de son rôle du Créateur, il n'y a donc aucune négation formelle de ce rôle, ce qui la rend compatible avec la perception de Dieu dans les religions monothéistes.

Le Credo du tangrisme moderne confirme cette compatibilité :« Il y a plusieurs voies vers le Dieu unique et la foi de chaque personne doit améliorer sa qualité de vie sans nuire aux autres » et appelle à la tolérance envers les autres religions et la science : « Que cette foi contribue au rassemblement des gens de bonne volonté afin que l’Humanité puisse vivre en harmonie et résoudre tous les problèmes qui surgissent ! »

Le tangrisme classique servait de fondement idéologique des empires des steppes créés afin d'essayer mettre fin aux guerres sur la Terre et même de créer le Gouvernement mondiale : « Par la puissance du Ciel éternel, du lever du soleil jusqu’à son couchant, le monde entier sera uni dans la joie et la paix », "Comme Dieu a donné à la main plusieurs doigts, de même il a donné aux hommes plusieurs voies vers le Dieu unique". L’Humanité n’essaye qu’aujourd’hui de réaliser ces grandes idées, étonnement modernes, avec les tentatives de la réconciliation des différentes religions, le soutien des mouvements pacifistes, la création de l’ONU et des autres organisations internationales gouvernementales.

Bien heureusement, le tangrisme n'a jamais eu des dogmes fixes et ne les aura jamais à l'ère de l'information. C'est pourquoi, le tangrisme moderne est un ensemble des croyances individuelles et collectives sur la base de l'idée de tolérance. Le spectre de ces visions du monde peut varier des croyances profondément religieux aux convictions athées, car l'existence de Tangra (Dieu), comprise comme l'ensemble des forces et des champs bénéfiques encore inconnue à la science, personne ne peut nier.

La religion est la vision du monde dominante dans la plupart des pays, la majorité des gens se considèrent eux-mêmes comme religieux, il est donc intéressant pour les scientifiques l'occasion présentée par le tangrisme d’interpréter leur vision du monde dans une forme religieuse sans aucune préjudice pour son contenu.

On peut choisir la base naturelle du tangrisme modernisé avec son Credo très humaniste et sa définition universelle du Dieu (Tangra) pour la construction de ces systèmes personnalisés.

Chaque personne peut ériger sur cette base les superstructures correspondant à sa culture natale et répondant à ses besoins d'inspiration, d'amélioration de la qualité de sa vie.

Cela donne beaucoup des possibilités pour la modernisation des religions et des croyances dans les formes, compatibles avec une vision scientifique du monde.

Chacun croit aux théories et aux hypothèses convaincantes pour lui. Mais pour les scientifique cette croyance n'est pas dogmatique, elle est capable à être modifiée sous la pression des faits nouveaux et des théories plus convaincantes. Au lieu de compléter la base du tangrisme par les enseignements traditionnels sur l'âme, qui se contredisent, nous préférons le compléter par les théories scientifiques physiques, cosmologiques, biologiques, psychologiques et autres, qui seront plus tard remplacées par les autres à la suite du développement des recherches scientifiques.

La base du tangrisme peut être aussi appelée son noyau et ses superstructures peuvent être considérées comme ses modules ou ses cellules. Il est commode de se présenter dans ces termes et décrire pour les autres l'architecture cellulaire du tangrisme moderne qui sera développé comme un système complexe, capable d'évoluer et de s'adapter à tous les changements.

Ainsi, le tangrisme moderne est un système : ensemble cohérent d'éléments interdépendants qui peuvent être personnalisés par chacun pour lui-même et développés de façon créative avec l'approfondissement de ses connaissances et l’élargissement et l'enrichissent de sa vision du monde.

L'ensemble des croyances personnelles de chaque personne est un bon indicateur du niveau intellectuel et créatif de cet individu, de ses qualités morales.


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • gogoRat gogoRat 16 novembre 11:59

    WTF ?
     revendiqué comme émanant d’un « ancien fonctionnaire de l’UNESCO »  ?!
    (Serions-nous alors fondés de suspecter la qualité du principe ’méritocratique’ instituant de tels fonctionnaires ?)
     
    à l’heure où certains ressortissants de contrées hantées par d’ex-pourfendeurs de religions se permettent la fierté de polluer nos agoras par une propagande activiste un peu lourdingue,
    il semblerait alors que se réveille cette vieille lune d’une religion d’Etat (ou d’En-pire ?  smiley ) crée de toute pièce par des apparatchiks cherchant à coiffer au poteau cet opium du peuple qu’ils pourfendaient jusqu’à hier !
     
    C’est pas mon petit doigt qui me le dit, mais plutôt ce lapsus :
    ’Mais à la différence du culte de la Raison de la révolution française le tangrisme a des traditions historiques réelles’
     
    ( Certains affirment que même un JJ Rousseau en serait venu à considérer le besoin humain de rituel ... De là à avoir la prétention de créer ou encadrer soi-même, - parce qu’on incarnerait le peuple ?- un ’opium’ blanchi de tout abus de crédulité ? ! )
     
    Et puis la méthode des super-structures-coquilles-vides censées accueillir toutes les bonnes volontés subordonnées qui accourront pour les peupler et leur donner corps, cela a déjà été vu :
    le filon est éventé !
     
     Encore une fois, ok pour le second degré, ça peut être rigolo
     ... mais les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures !


    • Pascal L 16 novembre 12:06

      L’idée même d’un gouvernement mondial fixe des limites à la tolérance. Tout gouvernement utilise la contrainte pour régler les problèmes. 


      La Franc-maçonnerie s’est construite sur des principes équivalents, mais il fonctionnent d’abord pour eux-mêmes et leur tolérance est loin d’être universelle.

      Le tangrisme reste une idéologie parmi les autres. Comment réagissent les « tangristes » quand leurs principes sont contestés ? C’est un peu facile de dire qu’ils sont compatibles avec toutes les religions s’il n’ont pas étudié la possibilité d’une réciproque. Le relativisme en religion n’est jamais une option, car chaque religion a des principes forts qui doivent être préservés. Les grandes religions ne peuvent pas exister depuis des millénaires et être solubles dans une autre religion Pour exister, le tangrisme a besoin d’absorber les autres religions, mais quelle religion se laissera faire ? Personne ne peut être Chrétien et Tangriste, Musulman et Tangriste, Bouddhiste et Tangriste... Quelle place restera-t-il à ses fidèles, coincés derrières les grandes religions ?

      Par ailleurs une religion « à la carte » ne peut être que le fruit d’une société où l’individualisme règne en maître. On ne veut plus subir les contraintes des grandes religions, alors on va faire son marché dans ce qui nous semble compatible avec notre ego, mais le résultat de « l’égoïsme », c’est la guerre et non la paix. L’homme n’est plus très loin de se proclamer Dieu.

      • Tomski 16 novembre 21:29

        @Pascal L

        D’après Wikipédia : « La plupart des Japonais ont une vision neutre de la religion et en pratiquent plusieurs dans leur vie... on comptabilisait 107 millions de shintoïstes (84 % de la population) et 91 millions de bouddhistes (71 % de la population). Une même personne peut aller prier au sanctuaire shinto au Nouvel An japonais pour une bonne année et avant les examens d’entrée à l’école pour implorer son succès, puis plus tard avoir un mariage chrétien dans une église plutôt qu’un mariage shinto, et enfin des funérailles dans un temple bouddhiste. »
        On a la même situation en Yakoutie avec le tagrisme et les autres religions.
        D’ailleurs, l’eglise ortodoxe traduit « Dieu » en langue yakoute par « Tangra ».


      • Pascal L 17 novembre 00:10

        @Tomski
        Les Japonais ont tendance à empiler les cultures sans jamais en renier aucune. Mais les prêtres shintô ne sont pas des moines bouddhistes et réciproquement. Ils n’ont jamais décidé de fondre les deux religions en une seule et je ne crois pas à la solubilité de ces religions là. Ceux qui se convertissent au Christianisme ne gardent plus les religions anciennes, même si ça ne les empêchent pas de garder de bonnes relations.



        La traduction du mot « Dieu » ne veut pas dire grand chose. Les Chrétiens de Syrie appellent Dieu « Allah » (c’est même eux qui ont commencé) et le Dieu qu’ils prient n’a pas grand chose à voir avec le Dieu des Musulmans. Le concept est différent, mais le mot est le même, cela reste assez logique. J’ai un collègue qui invente des mots nouveaux chaque fois qu’il trouve une différence sur un concept. C’est précis, mais personne ne peut le suivre.

      • Tomski 17 novembre 11:54

        @Pascal L

        Frédéric Lenoir écrit : «  Face à la figure d’un Dieu Unique et jaloux, peut émerger la conception d’un Dieu Un et pluriel. UN Dieu Un et ineffable dans son essence, un Dieu pluriel dans ses manifestations... Une telle approche ne constitue-t-elle pas aussi la meilleure réponse théologique aux tentative de l’instrumentalisation des religions à des fins politiques, comme on l’a vu à propos des fondamentalisme musulmans et protestants qui sappuient sur les conceptions inclusivistes ou exclusivistes du salut  ? »
        Cette meilleure réponse théologique a été enregistrée par écrit dans les documents tangrists et par les auteurs européens et musulmans au XIII siècle, mais elle était pratiquée bien avant cette époque !

      • Pascal L 17 novembre 18:37

        @Tomski
        « UN Dieu Un et ineffable dans son essence, un Dieu pluriel dans ses manifestations »

        En écrivant cela, vous faites des hypothèses sur ce Dieu. Ces hypothèses ne peuvent être compatibles avec l’ensemble des religions.
        Le Dieu des Chrétiens n’est pas ineffable ; il se manifeste par tout un ensemble de signes, même s’il n’est pas visible. Il n’est pas possible d’avoir un « plus grand commun diviseur » (PGCD) entre tous les Dieux qui ne soit autre chose que rien. 

        « tentative de l’instrumentalisation des religions à des fins politiques »
        Toutes les religions sont instrumentées à des fins politiques. C’est même le cas pour le Christianisme dont l’enseignement exclu explicitement le mélange des genres. Vous-mêmes faites cet amalgame lorsque vous appelez de vos vœux un gouvernement mondial à l’aide de cette religion.

        La tolérance est une attitude. Les mécanismes de l’intolérance sont les mécanismes de construction d’une idéologie. Le groupe est la structure de base et le groupe s’affirme par son opposition à d’autres groupes qu’il faut parfois aller jusqu’à détruire. C’est quelque part la résurgence de comportements tribaux. Tous les fondamentalismes sont des idéologies, mais les idéologies peuvent se construire sans Dieu (maoïsme, communisme...)
        La tolérance doit permettre à chacun de choisir librement sa religion, pas de se la faire imposer de quelque manière que ce soit. Vouloir réunir toutes les religions en une seule est une forme d’intolérance. Elle n’est pas assez bien, ma religion ?

      • Tomski 18 novembre 08:55

        @Pascal L, Nous percevons une religion comme un ensemble des croyances individuelles qui sont compatibles. Chaque personne pensante aura bientôt son propre système de croyance. La personnalisation de la religion assure la protection contre le l’obsolescence et le dogmatisation d’une religion, car chaque croyant adopte et modifie cette religion pour son identité, en la transformant à SA religion.


      • Pascal L 18 novembre 17:46

        @Tomski
        Je suis désolé, mais nos visions de la religion divergent très largement. Le Christianisme est une religion révélée et ce n’est donc pas au Chrétien de définir sa foi. La découverte de Dieu est progressive, mais ce n’est pas nous qui définissons le chemin. 

        Avec votre méthode, Dieu n’est pas utile, l’homme est tout puisant et fait ce qu’il veut. C’est d’ailleurs l’évolution naturelle des gnosticismes de s’affranchir progressivement de Dieu. 

      • aimable 16 novembre 13:33

        la religion, c’est comme le morpion , ils s’accrochent sur les plus faibles


        • zygzornifle zygzornifle 20 novembre 14:13

          s’il y a un être suprême il doit bien être bien loin de toute ces religions qui ont teintés la terre et les océans en rouge du sang de ceux qu’ils ont considérés comme infidèles mais qui valaient certainement bien mieux qu’eux.....


          • zygzornifle zygzornifle 20 novembre 14:14

            un Dieu est amour.... une religion n’est que haine .....


            • Zip_N Zip_N 26 novembre 00:04

              @zygzornifle

              La prophétie étymologie du mot religion est accomplie. Le monde est relié : physiquement avec les avions, trains, bateaux, avions, fusées, puis aussi relié par l’esprit qui peut être considéré par internet.


            • Zip_N Zip_N 26 novembre 00:16

              Dieu est le symbole de l’être qui absorbe l’être pour s’alimenter. L’être représenté par le vivant Jésus, bouddha, Abraham, Mahomet, Vishnu, Shiva ou Brahma est une signification d’un univers pour et d’être physique vivant et non pour une existence fondée sur l’avoir et les inerties.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès