Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Rupture : le premier chanoine divorcé

Rupture : le premier chanoine divorcé

Par tradition, le chef de l’Etat français est chanoine honoraire de la basilique de Saint-Jean-de-Latran à Rome, siège de l’évéché romain. Cette tradition nous vient du don de l’abbaye de Clairac que fit Louis XI à l’évéché de Rome en 1482, don confirmé par Henri IV. Ladite abbaye fut reprise par la Révolution et c’est Napoléon III qui restaure le titre de chanoine en accordant une subvention pour l’entretien d’une chaire dans la cathédrale romaine.

Le titre de chanoine lui-même, s’il est honorifique pour les présidents français, n’en demeure pas moins un titre ecclésiastique exigeant, accordé notamment à de vieux prêtres particulièrement méritants, lorsque vient l’heure de la retraite. Le chapitre canonial, composé de chanoines, constitue, au siège de chaque évéché, le conseil autour de l’évèque. C’est à eux que sont réservées les stalles que l’on admire souvent, sans pouvoir y pénétrer, dans les grandes cathédrales gothiques et baroques.

Un chanoine est donc un membre du clergé, soumis, comme l’étymologie de son nom l’indique, à une règle canonique, à savoir en premier lieu le respect des préceptes de l’Eglise. Si un laïc peut devenir chanoine, il a cependant obligation de se plier à certaines règles fondamentales qui fondent le "don eucharistique", c’est-à-dire le sacrement de l’alliance nouvelle.

Nicolas Sarkozy, en prenant place dans la stalle réservée aux rois et présidents français, deviendra de facto chanoine honoraire de la basilique de Saint-Jean-de-Latran, comme le firent avant lui Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing et Charles de Gaulle. A ceci près que Nicolas sarkozy est divorcé et qu’à ce titre il ne peut prétendre à la communion ou aux autres sacrements de l’Eglise.

L’attribution du titre de chanoine honoraire au président Sarkozy ouvre donc la voie à une jurisprudence du droit canon concernant les divorcés. En effet, en faisant d’un divorcé un membre de son clergé, l’Eglise catholique adopte une position contraire à ce qui fut pendant longtemps une règle intangible : le divorce n’est plus une cause d’exclusion des sacrements et devient donc autorisé par le droit canon. L’ex-cardinal Ratzinger n’a sans doute pas pesé les contradictions de cette nomination, lui qui se caractérise par une rigidité résolue sur les questions de principes de la vie catholique. La raison d’Etat, fût-elle celle du plus petit Etat du monde, mais aussi du plus symbolique, l’a emporté sur des principes séculaires.

Les chrétiens divorcés sauront désormais que les portes de l’Eglise leur sont grandes ouvertes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.46/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • docdory docdory 20 décembre 2007 13:20

    @ Jean Dominique Reffait

    On se demande comment la République Française , constitutionnellement laïque , et ne reconnaissant aucun culte selon l’article II de la loi de 1905 , continue à tolérer de pareils anachronismes anti-laïques ( un autre de ces scandaleux anachronisme est la persistance du statut concordataire d’Alsace Moselle , et l’existence d’un « Ministre des cultes » qui est le Ministre de l’Intérieur ) !!! J’observe que Mitterrand , selon votre article , ne s’est pas livré à cette mascarade incongrue ( dans le cas contraire , un chanoine athée aurait été encore plus bizarre qu’un chanoine divorcé !!! )


    • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 20 décembre 2007 14:34

      Ni Mitterrand, ni Pompidou ne se livrés à cette pantalonnade, effectivement.


    • ronchonaire 20 décembre 2007 15:53

      @ docdory :

      Vous avez oublié l’anachronisme le plus scandaleux de tous : la messe tous les dimanches matins en direct sur la première chaîne publique !


    • Black Ader 20 décembre 2007 16:01

      Les catho payent la redevances aussi. On ne voit pas pourquoi seul le socialiste (le socialisme est aussi une religion) auraient droit à des sermons. Déja que pour eux les journalistes se décarcasse aux Journaux, ca fait deux heures chaques jours de propagande. Alors, une heure le dimanche, ce n’est pas bien méchant.


    • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 20 décembre 2007 16:16

      Les chasseurs de papillons payent aussi la redevance. De même que les joueurs de bridge, les péripatéticiennes, et autres catégories de la population. Le service public n’est pas au service de chaque catégorie mais de tous. La laïcité est inscrite dans la Constitution de la France, que cela plaise ou non. Je signale que le Grand Orient de France (obédience maçonnique) a demandé au CSA la possibilité pour les athées et libres penseurs de disposer d’un créneau le dimanche, en regard de tous les autres créneaux offerts aux religions : refus pour le moment. La Laïcité est donc interdite d’antenne : C’est un comble !


    • Black Ader 20 décembre 2007 16:34

      « Les chasseurs de papillons payent aussi la redevance. De même que les joueurs de bridge, les péripatéticiennes, et autres catégories de la population. Le service public n’est pas au service de chaque catégorie mais de tous. »

      Arf ! Non, c’est un service Public controlé par la CGT, avec des journalistes tous de gauches, et qui sert les interet du PSF et de l’extréme gauche. D’ou le niveau lamentable, d’ailleur.

      « La laïcité est inscrite dans la Constitution de la France, que cela plaise ou non. »

      Voila justement pourquoi les catholiques ONT DROIT à la messe le dimanche, et l’Etat n’a pas son mot à dire, car c’est LUI qui est laique.

      « Je signale que le Grand Orient de France (obédience maçonnique) a demandé au CSA la possibilité pour les athées et libres penseurs de disposer d’un créneau le dimanche, en regard de tous les autres créneaux offerts aux religions : refus pour le moment. La Laïcité est donc interdite d’antenne : C’est un comble ! »

      Les maçons ne sont pas laiques, mais maçons. Effectivement, il n’y a plus de place pour eux le dimanche. Il faut les mettre avec les Musulmans, le Vendredi. En même temps, ces types qui se déguisent en super héros sont combiens, exactement ? C’est plus une secte qu’une religion comme groupuscule. Si on prend ces gens, faudra prendre n’importe qu’elle autre sectes. C’est délicat. Mieux vaut garder l’antemne aux religions plutôt qu’aux secte, non ?


    • Adama Adama 21 décembre 2007 09:17

      Quand vous parlez de pantalonnade, vous faites référence aussi au mentor menteur ami de Touvier, dit Mitterand fonctionnaire zélé du gouvernement de Vichy pétain et mitterand et adorateur des voyantes qu’il consultait avant de prendre une décision politique !


    • LaEr LaEr 20 décembre 2007 14:02

      « deviendra de facto chanoine honoraire de la basilique de Saint-Jean-de-Latran, comme le firent avant lui Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing et Charles de Gaulle. »

      Il me semble justement que VGE, Mitterand et Chirac avaient refusé cet « honneur » au nom de la laïcité Française... Mais c vrai que Sarko prône la « rupture »... (de la démocratie ? ).


      • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 20 décembre 2007 14:36

        Non, seuls Mitterrand et Pompidou ont refusé. Les autres l’ont accepté, mais ils n’étaient pas divorcés...


      • docdory docdory 20 décembre 2007 14:46

        @ La Er

        Une chose est certaine , c’est que Sarkozy est partisan d’une rupture avec la laïcité ( cf entre autres sa préface du tristement célèbre rapport Machelon )


      • SbII 20 décembre 2007 14:23

        Avec le Chanoine Docre (in « La Bas » de J.K. Huysmans), il y aurait plus d’ambiance smiley


        • Black Ader 20 décembre 2007 14:56

          « En effet, en faisant d’un divorcé un membre de son clergé, l’Eglise catholique adopte une position contraire à ce qui fut pendant longtemps une règle intangible »

          Tssssss...


          • docdory docdory 20 décembre 2007 15:06

            @ Black ader

            Non, pas Tssssss ! plutôt TSS !


          • Marsupilami Marsupilami 20 décembre 2007 17:01

            @ Tous

            Attention, l’horrible troll NPM (ex-Adolphos, ex-Nicolas) est de retour sous le nouveau pseudo de Black Ader. DON’T FEED THE TROLL !!!

            @ L’auteur

            Merci pour ces intéressantes précisions historiques. Nous avons désormais un chanoine bling-bling. Le verra-t-on en robe de bure Prada lors de son mariage avec Carla ? Insoutenable suspense... Sans parler des questions qu’on peut lui poser à propos de la laïcité...


          • Romain Baudry 20 décembre 2007 15:22

            Ce titre de chanoine honoraire est lié à l’une de mes coutumes désuettes préférées : le droit pour le Président de la République d’entrer à cheval dans la basilique Saint-Jean de Latran. Sarkozy osera-t-il ?

            A noter que l’élection de Ségolène Royal aurait également entraîné un précédent : la première femme chanoine !


            • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 20 décembre 2007 15:39

              Mais pas divorcée (n’ayant jamais été mariée) donc pas pêcheresse...


              • ZEN ZEN 20 décembre 2007 15:41

                Le Monde :(20/12)

                « BENOIT XVI MISE SUR M.SARKOZY POUR DEFENDRE EN EUROPE LES VALEURS DE L ’EGLISE....Il va assister à une messe pour la France ».."

                Rien que ça !!

                Le « chanoine honoraire » sera-t-il à la hauteur de cette nouvelle croisade ?...


                • drzz drzz 20 décembre 2007 16:33

                  Le cri d’alarme d’un policier français des banlieues

                  http://leblogdrzz.over-blog.com/article-14811353.html


                  • Imhotep Imhotep 20 décembre 2007 17:18

                    Avez-vous vérifié que le titre de chanoine honoraire est bien l’équivalent d’un chanoine stricto sensu ? En effet un docteur honoris causa n’est pas un diplômé, un chanoine honoraire c’est exactement la même définition (honoraire = honoris). Il me paraît vraisemblable que ce genre de chanoine n’en fait pas un ecclésiastique.


                    • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 20 décembre 2007 18:53

                      Le côté « honoraire » fait que l’homme ne détient le titre de chanoine qu’en vertu de sa qualité de président français et durant le temps de son mandat. En vérité, comme le titre a été créé pour les rois de France, ceux-ci l’étaient en fait à vie. La République n’entrait pas dans la logique de l’Eglise de l’époque et ce n’est qu’en 1895 (Toas d’Alger) que l’Eglise française signe la réconciliation avec la République. Il n’en demeure pas moins que durant son mandat, N. Sarkozy est bel et bien chanoine, c’est-à-dire membre du clergé catholique, tout divorcé qu’il soit.


                    • Imhotep Imhotep 20 décembre 2007 19:54

                      Excusez-moi mais vous ne répondez pas à ma question. D’une part les rois de France n’avaient pas besoin d’être chanoines pour être ecclésiastiques du fait qu’ils étaient de religion catholique (voir Henri IV) et chef de l’Eglise par essence divine et même s’ils pouvaient être excommuniés. Il a bien fallu attendre la séparation de l’Eglise et de l’Etat pour que lien Eglise et Etat disparaisse, du moins en surface. Vous dites qu’honoraire les rend temporaires mais les fait chanoine à plein. Cela me paraît toujours douteux. Honoraire veut dire comme si et non in veritas. Ils sont comme des chanoines et non des chanoines.


                    • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 21 décembre 2007 11:46

                      A ceci près qu’ici, la stalle de chanoine de N. Sarkozy existe bel et bien et qu’il a le droit de s’y asseoir et d’y prendre parole. Le titre n’est pas attribué de façon automatique et purement honoraire : Mitterrand et Pompidou ne l’ont pas pris. Il faut venir prendre « possession » de la stalle de chanoine pour jouir des attributs qui y sont attachés. D’autre part la qualité d’« honoraire » prend dans l’Eglise le sens d’une dispense : il existe des chanoine honoraire ailleurs et qui sont prêtres mais qui, vu leur grand âge, sont dispensé de siéger au chapitre canonial. Il y a des curés honoraires pour les mêmes raisons, qui ne sont pas moins curés. Il n’y a donc pas ici un titre très spécial attribué au président français : le titre de chanoine honoraire concerne le plus souvent des prêtres.


                    • Arnaud 27 décembre 2007 00:26

                      Je crois qu’il est important de préciser ce qui suit :

                      1- Tous les chefs d’Etat français sont chanoine d’honneur de Saint-Jean de Latran, à compter de leur prise de fonctions et jusqu’à la fin de celles-ci, ce canonicat étant attaché à la charge de chef de l’Etat. Simplement Pompidou et Mitterrand se sont abstenus de venir prendre possession de leur stalle.

                      2- Tous les chanoines ne sont pas clercs. « honoraire » ici n’a pas le sens de « ancien » ou ex-« , mais de »honorifique". L’analogie avec les diplômés honoris causa est pertinente. Il existe d’ailleurs d’autres cas de chanoines laïcs. Par exemple, le Président de la République est également chanoine d’honneur de la cathédrale d’Embrun (Hautes-Alpes).

                      3- Seuls sont clercs, depuis 1972, ceux qui ont été ordonnés diacre (ou prêtre, ou évêque, a fortiori). Ce n’est pas le cas de M. Sarkozy qui n’a jamais été ordonné.

                      4- M. Sarkozy, qui est adultère aux yeux de l’Eglise (hier avec son épouse Cécilia, aujourd’hui avec Carla Bruni) est exclu de la communion sacramentelle : il ne peut pas communier. C’est pour contourner cette difficulté que la prise de possession de sa stalle au Latran a eu lieu lors de l’office des vêpres et non au cours de la messe.

                      5- Conclusion : s’il y a en effet un clin d’oeil ironique de l’histoire dans le fait qu’un divorcé devienne chanoine d’honneur, cela ne change rien à la discipline de l’Eglise sur le mariage, ni à la situation personnelle de M. Sarkozy.


                    • ZEN ZEN 20 décembre 2007 17:40

                      « Le chanoine honoraire » pourrait peut-être aussi se faire sonner les cloches...

                      http://www.marianne2.fr/Le-grand-malaise-des-catholiques_a82250.html


                      • Rodbertus 20 décembre 2007 20:11

                        Quoi qu’il en soit, Ratzy et Sarko ont parfaitement réussi leur coup médiatique : attirer l’attention sur eux et saturer les esprits par des couillonnades d’un autre âge ! Et pendant ce temps...


                        • ZEN ZEN 20 décembre 2007 20:38

                          Un grand-prêtre à l’Elysée !

                          Ici Radio-Vatican, le nouveau « chanoine » vous parle :

                          CITE DU VATICAN (Reuters) - Nicolas Sarkozy a fait jeudi au Vatican l’éloge d’une laïcité positive mais aussi de la foi, gage d’espérance à ses yeux, tout en comparant son parcours politique à un sacerdoce.

                          « On n’est pas prêtre à moitié, on l’est dans toutes les dimensions de la vie. Croyez bien qu’on n’est pas non plus président à moitié », a-t-il déclaré devant des dizaines de prêtres et de cardinaux réunis au palais de Latran, au terme d’une visite officielle d’une demi-journée au Vatican."


                          • Parpaillot Parpaillot 20 décembre 2007 23:54

                            @ Auteur :

                            Merci pour cet article très intéressant ...

                            « Les chrétiens divorcés sauront désormais que les portes de l’Eglise leur sont grandes ouvertes. »

                            Quel soulagement pour moi que de l’apprendre ! smiley

                            Cordialement !


                            • ZEN ZEN 21 décembre 2007 08:35

                              Un Parpaillot catholique ? étonnant... smiley


                              • brieli67 21 décembre 2007 09:07

                                TOUTE LA LIGNEE des Sarkosy sont des PROTESTANTS

                                y en a marre de ces récups !

                                ET SI ON PARLAIT DE SES RAPPORTS AVEC LA SCIENTOLOGY

                                IL A RECU TOM CRUISE A BERCY ET AU MINISTERE DE L’INTERIEUR

                                A se demander si ce bonhomme est tombé dans le pot aux roses des religions petit et n’émerge toujours pas de ce chaudron.

                                C’est d’un anachronisme ! De 1049 à 1054 : Bruno d’Eguisheim est Pape sous le nom de Léon IX. Sous son règne et par son action naissent le « Nicolaïsme » ou instauration du célibat des prêtres et provoque l’établissement du culte orthodoxe et la « Simonie » ou fin du trafic d’objets sacrés, des biens spirituels ou charges ecclésiastiques, la royauté ne nomme plus les prélats.


                                • docdory docdory 21 décembre 2007 13:16

                                  @ Briel 67

                                  Les rapports de Sarkozy avec la scientologie , l’église et l’islam,montrent bien que ce qui est le fond de la pensée Sarkozyenne , c’est non pas la laïcité , mais le multicléricalisme !


                                • Vilain petit canard Vilain petit canard 21 décembre 2007 10:07

                                  Merci pour cet éclairage intéressant sur le droit canon et l’ouverture (involontaire) aux divorcés. Comme quoi d’un côté Ben Sixteen le Pÿschorigide qui veut draguer les cathos français un peu en déshérence, et Nicolas Starac’kozy qui craque devant les médailles au chocolat, ça nous fait une réforme inattendue....


                                  • slaf 22 décembre 2007 17:34

                                    Très intéressant cet article car il démontre parfaitement la méconnaissance de la chrétienté.

                                    Le divorce est forcement accepté depuis des lustres.

                                    Par contre le divorce religieux n’existe pas car en fait, ce n’est pas en terme de pardon et de punition que se présente ce problème. Si l’Église ne permet pas le remariage religieux des divorcés, c’est qu’elle ne peut pas le faire. Elle ne peut pas rompre le lien sacré du mariage et faire un second mariage.

                                    Donc N. Sarkozy a bien raison de vouloir relancer la reconnaissance de la culture chrétienne à la vue de tant d’ignorances si ce n’est que sur le plan culturel. Quand on voit dans le dernier Hors série « la vie » que 50% des français ignorent (à peu près) la naissance de Jésus il y a de quoi se poser de grandes questions.

                                    bien à vous tous


                                    • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 22 décembre 2007 18:11

                                      Le divorce, fut-il civil puisqu’il n’existe pas religieusement dans le catholicisme, est cependant condamné par l’Eglise : « Nous connaissons la tristesse de ceux qui n’ont pas accès à la communion sacramentelle à cause de leur situation familiale non conforme au commandement du Seigneur. Certains divorcés remariés acceptent douloureusement de ne pas communier sacramentellement et l’offrent à Dieu. D’autres ne comprennent pas cette restriction et vivent une frustration intérieure. Bien que ne pouvant partager leur choix, nous réaffirmons qu’ils ne sont pas exclus de la vie de l’Eglise. » Extrait du site de l’Episcopat français (www.cef.fr) Les divorcés sont donc tenus éloignés de la communion et il s’agit bien ici de divorcés civils. L’article ne dit pas autre chose. Ajoutons à cela que N. Sarkozy ajoute à la « faute » du divorce" le péché de l’adultère bien plus grave, et pourtant ostensiblement manifesté à Disneyland peu de temps avant d’aller au Vatican. Vous avez donc tort, désolé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès