Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Rythmes scolaires et religion

Rythmes scolaires et religion

L’école publique fait débat depuis de nombreuses années entre « spécialistes » et « experts » de tout poil : selon la couleur politique des décideurs, on passe alternativement d’un pédagogisme éthéré et/ou relativiste à un enseignement conservateur et intimement lié aux doctrines favorables au libéralisme économique.

Il arrive même que, au nom d’objectifs pourtant opposés au départ, ces deux tendances réussissent à s’allier sur certains thèmes pour désorganiser encore plus cette institution vitale pour le devenir du pays.

Tout cela sous l’œil de plus en plus désespéré de nombreux parents et citoyens qui eux, constatent au quotidien la lente dégradation (et qui paraît inexorable) de cette institution initialement porteuse d’émancipation par l’instruction et vecteur de promotion sociale.

C’est dans ce contexte que le Ministère concerné a lancé à la fin du printemps 2010 une grande opération intitulée « Conférence nationale des rythmes scolaires » (pour rappel, la question des rythmes scolaires est posée depuis 1962…).

Le début de l’année 2011 a vu la production d’un rapport de synthèse censé alimenter le comité de pilotage dans sa réflexion pour la réalisation d’un rapport d’orientation à présenter pour mai 2011 : espérons seulement que tout ce nouveau travail n’ira pas simplement alimenter la pile d’études et de rapports qui doivent encombrer le bureau du ministre…

A la lecture de ce premier document, et sans rentrer dans le détail, une métaphore vient immédiatement à l’esprit : « la quadrature du cercle » ; en effet, il y est souvent rappelé que les besoins de l’enfant sont au centre du débat mais qu’il convient aussi de prendre en compte le contexte socio-économique et l’évolution sociale… En clair, que l’enfant et l’école doivent s’adapter et ce même si ces adaptations sont plus ou moins contradictoires avec la finalité première… Et si nous faisions l’inverse et que nous adaptions l’organisation de la société à l’être humain en priorisant la famille et la répartition des richesses ? Car c’est en combinant ces deux notions que nous pourrions résoudre nombre de problèmes se posant à l’école… Et pas qu’à l’école d’ailleurs, car c’est ce cheminement vers une société de fourmis qui pose souci alors que nos racines sont fondamentalement attachées au mode relationnel des mammifères…

Le propos de cet article n’est toutefois pas de commenter le rapport sur le fond mais d’attirer l’attention sur une bizarrerie de la procédure de consultation.

En effet, on y trouve les représentants des cultes es qualité en tant que catégorie particulière… C’est pour le moins étonnant quand on se réfère à l’article 2 de la loi de 1905 qui précise « La République ne reconnaît aucun culte,… »

S’il aurait pu être entendable que des représentants religieux puissent être invités dans la catégorie « représentants du monde associatif » au même titre que des responsables d’autres activités associatives, on voit bien là le résultat d’une volonté politique de dénaturation de l’idéal laïque (concept de laïcité positive si cher à la droite afin de la détruire et de laïcité « plurielle » ou « ouverte », source d’accommodements déraisonnables pour une partie de la gauche).

Les pages 51 à 54 du rapport présentent les points de vue des représentants religieux.

On y trouve quelques « perles » qui indiquent bien la « difficulté » de certains à accepter la laïcité telle que voulue par nos aînés et ce particulièrement de la part des catholiques et des musulmans qui n’ont manifestement pas abandonné l’espoir de régenter la vie du peuple comme dans les siècles passés pour les premiers ou dans leur vision globalisante de la place de la religion dans la cité pour les seconds.

Les catholiques avancent que « La liberté religieuse étant une liberté fondamentale (article 1 de la loi de 1905), l’éducation religieuse est un « droit » au sens plein, garanti et protégé par la République « (conférence des évêques)

Or, l’article 1 de la loi de 1905 dit en premier « la République assure la liberté de conscience » et dans un second temps « Elle garantit le libre exercice des cultes » : ce n’est pas la liberté religieuse qui est une liberté fondamentale mais la liberté de conscience… Et c’est parce qu’il y a cette liberté de conscience, qu’il peut y avoir garantie du libre exercice des cultes : nuance…

Quant à l’éducation religieuse, elle découle simplement du libre exercice des cultes et ne saurait être un droit garanti et protégé par la République : à l’inverse de l’appréciation indiquée page 52, elle n’est pas une « offre ouverte à tous » mais uniquement un choix personnel d’individus (le mercredi n’ayant d’ailleurs jamais été « reconnu » comme journée prévue pour l’exercice de l’éducation religieuse)

Les musulmans énoncent que « La loi de 1905 ne rend pas antagonistes Ecole et religion, elle n’enjoint pas d’ignorer l’existence des croyances religieuses (page 54) » : ni antagonisme, ni ignorance… La loi de 1905 ne reconnaît tout simplement pas les cultes, ce qui ne veut évidemment pas dire qu’elle s’en désintéresse vu le rôle que ces derniers peuvent jouer au niveau du désordre public.

Que ce soit sur la question du « temps pour l’éducation religieuse » (5.2.1) ou « du temps libre, mais pas de temps vide » (5.3.6), on retrouve cette notion inquiétante de réflexion globale (globalisante ?) sur la formation de l’identité spirituelle comme si on ne pouvait (devait ?) pas vivre sans…

L’école n’a pas à se préoccuper de la formation spirituelle des élèves mais à enseigner comment les religions influent sur la culture et le fonctionnement politique des civilisations par les disciplines suivantes : histoire, géographie, philosophie et instruction civique et citoyenne.

L’approche globalisante est également confirmée par la phase « optimiser le temps libéré mais ne pas laisser de place au temps vide » : comme pour les adultes, Dieu devrait sans doute être partout ?… (ou tout du moins les messages ou options - rédigés par des individus avides de pouvoir temporel il y a de nombreux siècles et repris à l’heure actuelle par d’autres individus tout autant avides de pouvoir temporel – devraient-ils régir la vie de tout le monde ?).

Notons toutefois que les musulmans ne sont pas les seuls à vouloir régenter la vie des enfants du lever au coucher, alors que bien sûr que si, les enfants ont fondamentalement besoin de temps vide (comme les adultes d’ailleurs). C’est peut-être ce qui manque cruellement aux enfants à l’heure actuelle pour devenir des adultes équilibrés et autonomes (tout cela sous le contrôle de parents responsables et émancipés, et c’est bien là que le bât blesse…)

Les représentants juifs, eux, se contentent essentiellement d’insister sur la concordance entre calendrier scolaire et fêtes juives : c’est vrai que notre société est organisée sur les rythmes des religions chrétiennes et c’est bien à ce genre de « détail » influant la vie quotidienne qu’on se rend compte que la chrétienté a profondément marqué les cultures européennes…

Il a en effet bien fallu organiser la société à un moment donné et à l’époque, c’était le moyen de faire avancer socialement les choses (jours fériés, congés hebdomadaire et annuels, etc.) tout en ne perturbant pas l’organisation personnelle de la grande majorité des citoyens.

Par contre, la vraie question qui mérite d’être posée est : faut-il ne rien changer ? Ou amender notre organisation maintenant qu’une société multiculturelle (au sens religieux) se profile à l’horizon ? La réponse démocratique et laïque qui vient à l’esprit est naturellement : oui, il faut changer.

Mais comment ? Et c’est à ce niveau que se repose le débat entre tenants de la laïcité sans aucun adjectif et adeptes de la laïcité amendée : soit on « reconnaît » toutes les croyances diverses et variées et dans ce cas, cela risque d’être l’anarchie la plus totale vu leur nombre impressionnant sur cette planète et donc la quantité phénoménale de jours fériés que cela impliquerait de mettre en place (à moins de faire acte de discrimination…), soit on ne tient absolument plus compte d’une quelconque référence religieuse (afin qu’il n’y ait plus aucun favoritisme et que nous nous acheminions paisiblement vers une société véritablement laïque dans laquelle les jours fériés n’ont pas de lien officiel avec les fêtes religieuses).

Quant au culte protestant, il semble être le seul à avoir réellement intégré le concept de laïcité tel qu’imaginé par nos aînés (ceci dit sans aucune flagornerie car il convient de se souvenir qu’historiquement, cette religion a également été capable de persécution et qu’à l’heure actuelle, certains groupes s’en revendiquant proposent, tout autant que les religions rétrogrades qui tiennent « le haut du pavé », des visions arriérées de la société).

Mais quand même, il convient d’apprécier à sa juste valeur la formule « QUITTE A BOUSCULER TRADITION ET HABITUDES (page 53 ») que les autres organisations cultuelles feraient bien de méditer…

Notons enfin que le mot « philosophie » n’est pas employé une seule fois alors que le mot « spiritualité » l’est régulièrement : c’est pourtant bien en étudiant les principes et les causes expliquant les fondements des valeurs humaines au niveau le plus général que la spiritualité religieuse peut éventuellement trouver sa place dans l’esprit de chacune et chacun.


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • eric 19 mars 2011 17:33

    A l’auteur : Bon, premier temps, vous lisez vraiment l’ensemble des textes définissant le modèle laïque français. Second temps, vous lisez leur historique. Les protestants n ;ont pas « intégrés » ils sont largement a l’origine et des concepts et des textes de compromis qui ont défini et permis la coexistence a peu prêt pacifique.Troisième temps, http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-rapport-obin-courageux-mais-peu-15843
    Quatrième temps, si vous le souhaitez, je suis prêt a dialoguer avec vous sur le thème, comment ranimer la guerre scolaire sert de paravent a une profession enseignante en perte de référence et paniquée devant des échecs auxquels elle a prit plus que sa part.
    Maintenant pour aller plus vite et résumer, on est au bord d’un rejet de l’école publique telle qu’elle existe auourd’hui. Un des bons moyens de catalyser une reaction de rejet est sans doute de se lancer dans des combats anti religieux, mettant en cause notre compromis laïque tel qu’il est et non tel que vous le revez. Cela ne suffira pas a cacher les vrais problèmes.

    Quant a ce qui est des Protestants, ne vous faites pas trop d’illusions, les catholiques sont gentils, ouverts, tolérants et souvent prêt a avaler bien des couleuvres. SI vous continuez a chercher les religions, vous risques de découvrir que si nos sommes les plus la"iques, nous sommes aussi ceux qui défendrons le plus radicalement la vraie laïcité contre des gens comme vous


    • Patrick Lefèvre 24 mars 2011 22:19

      Bonjour,

      Peut-être n’ai-je pas votre érudition en matière de laïcité mais je pense toutefois connaître correctement la question pour m’y interesser depuis un certain temps.

      Ceci dit, les protestants ne sont pas largement à l’origine des concepts et des textes sur le laicité mais par contre, oui, y ont participé ; ils y trouvaient un avantage « politique » indéniable par rapport à la situation antérieure et ont donc soutenu cette évolution (comme les juifs d’ailleurs) ; quelques religieux catholiques réformateurs ont d’ailleurs aussi contribué 

      je partage certains de vos commentaires sur le rapport Obin et en particulier le prosélitisme politique d’une partie du corps enseignant ainsi que leur difficulté à être autre chose que des « électrons libres » : oui, les enseignants portent une responsabilité dans les problèmes actuels mais ils sont loin d’être les seuls...

      Il y a belle lurette que la guerre scolaire a été allumée : en fait, elle n’a jamais été éteinte depuis le XIXème siécle et a connu son apogée en 1959 avec la loi Debré

      Il n’y a pas de vraie ou de fausse laïcité : elle est tout simplement... Elle est à la fois un concept d’émancipation et des textes juridiques : le problème se situe dans le fait que ces textes sont transgressés depuis le départ (dès 1907 pour la loi de séparation) et de plus en plus par un retour affirmé du cléricalisme sur le champs politique

      Quand à votre dernier paragraphe, vous ne m’étonnez pas car il suffit de regarder ce que vous avez fait à travers les siècles passés pour comprendre aisément que vous pouvez être très radicaux...


    •  C BARRATIER C BARRATIER 19 mars 2011 18:40

      Il est vrai que les enfants sont massacrés et que les déclarations sont mensongères. L’intérêt des gosses est d’avoir du temps et des lieux encadrés pour jouer, ceci toute l’année, et des lieux d’enseignement obligatoire répartis sur beaucoup plus de semaines (un mois seulement de congé estival serait une excellent chose)
      En parlant des rythmes on cache d’autres problèmes comme l’effectif des classes. 24 maxi dans le second degré, 20 dans l’enseignement élémentaire, si non c’est du gâchis humain et économique, car le rendement est alors nul pour un grand nombre d’enfants.
      La séparation des enfants appelés à travailler plus tard ensemble n’est pas la meilleure solution ; écoles privées pour riches, à but lucratif. Ecoles privées confessionnelles ouvertes à tous et privilégiées par rapport aux classes publiques. Séparation des niveaux dans les Regroupents pédagogiques intercommunaux (RPI, les Cours élémentaires regroupés dans une commune , les cours moyens dans une autre) n’ont rien de pédagogique car ce qui le serait serait d’abord de ne pas faire perdre du temps de sommeil aux enfants dans des transports d’ailleurs supprimés par intempéries..
      Nous paierons cher ce gâchis, mais nous pouvons le combattre.

       voir http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=155

      il faut revenir aux fondamentaux du temps de Jules FERRY, de la laïcité de toute la société : la laïcité n’est pas du tout anti religieuse ou anti athée, elles doit la liberté de conscience à chacun qui devrait être capable de se mobiliser si on touchait à la liberté de conscience de groupes humains, pour les défendre, bien qu’ils ne pensent pas comme lui. La laîcité n’est pas une opinion, c’est la liberté d’en avoir une et d’en changer. La majorité des chrétiens de France est aujourd’hui laïque je pense, les juifs aussi, et beaucoup de musulmans qui rejoindront peu à peu les autres !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès