Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Spiritualité traditionnelle : Manifestation, création et évolution

Spiritualité traditionnelle : Manifestation, création et évolution

La spiritualité traditionnelle est issue de la tradition primordiale qui possède un caractère Absolu, un caractère transcendant et un caractère universel. Le désordre qui règne actuellement dans notre monde est propice aux "faiseurs" de spiritualité qui nie ou porte à son paroxysme la notion de transcendance. La querelle entre eux est inutile car ils sont les deux faces d’une même position anti-traditionnelle.

La spiritualité traditionnelle est issue de la tradition primordiale qui irrigue le cœur des traditions qui ont pris forme à sa suite. Elle possède trois caractères fondamentaux : un caractère supra humain ; un caractère transcendant et un caractère universel. Le premier nous indique la présence d’un Principe unique et absolu, cause de toutes les causes. Le second nous indique l’Axe sacré que nous devons suivre pour trouver l’équilibre ou l’harmonie et la délivrance. Le troisième nous indique l’infini et la multitude. Cette spiritualité traditionnelle s’exprime par l’étude de la Connaissance et sa réalisation. Sa doctrine place l’esprit au dessus de la matière qui n’est que relativité et contingence alors que l’esprit est immutabilité. Elle nous permet de découvrir le Soi universel et transcendant qui part du Principe pour y retourner.
 
Ces trois termes manifestation, création et évolution ne sont qu’un point de vue auquel on se place pour exprimer l’existence. Le premier, le plus profond est le point de vue traditionnel ou métaphysique. On le rencontre dans les traditions d’Orient, l’Indouisme ou le Taoïsme. Le second est le point de vue religieux que l’on trouve en Occident avec le judaïsme et le christianisme et dans l’Islamisme, c’est déjà un point de vue relatif par rapport au premier. Le troisième est le point de vue profane qui se trouve très éloigné des deux premiers et surtout qui nie l’idée traditionnelle. Dans les deux premiers points de vue, il existe encore la notion de « rattachement », à un Principe dans la tradition, c’est le côté ésotérique, à un Dieu dans la religion, c’est le côté exotérique. Mais dans l’idée d’évolution on ne retrouve aucunement cette notion de « rattachement », c’est le profane qui remplace le sacré.
 
La manifestation contient son Principe dans l’Etre qui est la représentation du non-être. Puisque ce dernier contient le Tout, c’est-à-dire le non manifesté ; l’infini et le manifesté ; représentation relative et contingente du non manifesté. L’Etre est donc contenu dans le Principe universel qui contient la Possibilité. Cette notion de possibilité nous indique donc que la manifestation, au point de vue traditionnel, inclue l’idée de participation. Cette notion de participation est primordiale car elle nous dit que chaque être individuel possède intrinsèquement la capacité de participer au Principe. La manifestation est un support qui doit nous permettre de nous élever à la Connaissance, c’est-à-dire à dépasser notre condition contingente et relative pour dépasser cet état et réaliser les états qui nous conduiront au plus près du principe. Cette capacité de « participation », par notre éloignement actuel du Principe universel, est voilée, voire même profondément enterrée dans le cœur de nombreux individus car notre environnement profondément profane ne nous permet pas de nous consacrer à « lever les voiles ». Cette notion de participation nous indique aussi que tous les être sont égaux au regard du Principe mais que la forme que prend leur individualité fait naître des différences inhérentes à leur nature. La participation de chaque individu ne pouvant se faire que par rapport à leur nature, c’est ce qui marque l’individu qui n’est que l’enveloppe relative et contingente par rapport à la personnalité transcendante et universelle du Soi. La compréhension complète de la manifestation ne peut se résumer à ses quelques lignes très restrictives et incomplètes mais elles indiquent que la spiritualité traditionnelle nous permet d’élever notre esprit au dessus de la matière, seule élévation qui vaille au regard de notre état humain formé d’une enveloppe éphémère qui contient toutefois une étincelle, symbole de la permanence universelle du Soi, qui nous donne la possibilité de participer au Principe.
 
La création est, nous l’avons dit plus haut, un point de vue religieux ou exotérique. C’est un point de vue déjà un peu plus éloigné du point de vue ésotérique de la manifestation. Elle contient encore l’idée de « rattachement » à un Principe ce qui la qualifie comme tradition. La création s’arrête à l’Etre et ne nous permet guère de dépasser cet état. Elle nous indique comment vivre cet état. En elle-même la création est un point de vue relatif et donc incomplet. La création nous indique que Dieu a fait le monde de rien mais nous devons comprendre par rien, rien qui ne lui soit extérieur. C’est-à-dire que le créateur n’a pas utilisé un matériau qui était séparé de lui. Notre état humain nous permet par l’action physique de créer à partir d’un corps étranger au notre, autre chose. C’est ce que l’on nomme l’action humaine. L’action créatrice de Dieu ne s’applique pas de cette façon. C’est une « action » « non agissante » car elle transforme une matéria prima qui n’est pas dissociée de celui qui agit. C’est donc bien une possibilité qui peut être exploitée et cette notion de possibilité nous rattache bien au point de vue de la spiritualité traditionnelle. Mais notre éloignement temporel (relatif) du Principe, nous fait perdre de vue ce rattachement et donc on peut croire qu’effectivement Dieu a créer à partir de rien, notion de néant. Ce rien, néant et extérieur, obscurcie la possibilité de dépasser cette notion de création et conduit même à la négation totale de la création remplacée par l’évolution. C’est bien la perte de la conception traditionnelle de ce « rien » qui conduit aussi aux pires fanatismes au nom de la création extérieure.
 
L’évolution est donc une notion contemporaine et totalement profane qui nie tout rattachement à un Principe et qui découle de l’idée que le « rien » de la création est le néant. Cette idée d’évolution vient en fait combler un vide traditionnel qui s’explique justement par la perte de la tradition. Elle est l’illustration d’un savoir scientifique qui a pris le pas sur une connaissance traditionnelle universelle. Elle n’est que la représentation d’un point de vue exclusivement relatif qui classe la matière au dessus de l’esprit. Mais pour autant ce point de vue n’est que la conséquence normale de notre éloignement de la spiritualité traditionnelle. La science ne doit pas être érigée en connaissance mais elle ne doit pas non plus être bannie ou rejetée. Elle doit nous permettre, dans un cadre de spiritualité traditionnelle, de nous élever mais nous voyons bien que ce n’est pas le cas car elle s’est alliée à la notion de progrès matériel qui nous éloigne de la notion de spiritualité traditionnelle et au-delà elle renforce l’opposition entre la science et la religion, elle exacerbe les rivalités entre les partisans de la théorie de la création et ceux de la théorie de l’évolution. Les partisans de la théorie de l’évolution sont, si on peut dire, logique avec la perte de l’esprit de la spiritualité traditionnelle alors que la grande majorité de ceux qui sont partisans de la théorie de la création, notamment le New âge américain, sont des faussaires car ils utilisent des notions traditionnelles totalement détournées de leur véritable sens.
 
Le désordre qui règne actuellement dans notre monde est propice aux « faiseurs » de spiritualité où la notion de transcendance est, soit absente, soit portée à son paroxysme. La querelle entre eux est donc inutile, du moins du point de vue traditionnel, car ils sont les deux faces d’une même position anti-traditionnelle. 
 
Laurent Mollard

Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 26 mars 2009 15:19

     @ L’auteur 

    "La spiritualité traditionnelle est issue de la tradition primordiale qui possède un caractère Absolu, un caractère trasncendant et un caractère universel".

    Et à part cette tautologie stupide, quoi d’autre ? Pour paraphraser Lénine, "le spiritualisme est la maladie infantile de la spiritualité".

    Quoi d’autre ?



    • Hermes Hermes 26 mars 2009 21:11

       Bonjour,

      La spiritualité est bien au coeur des traditions, mais plus encore au coeur de l’homme qui a su être un homme, et qui une se prend pour rien d’autre de différent. Cet homme de tous temps dira à ses contemporains que le réel est là dans le présent, qu’il y a accès à travers ses sens et que tout le reste n’est qu’interprétations et élucubrations (croyances - le mythe de la caverne).
      Ne crois qu’en une chose "Sois présent" (Yahvé), et pour y parvenir "Connais toi toi même", afin de déjouer les pièges de ton esprit qui t’éloignent de ce présent. En résumé c’est très simple ! Pas très vendeur ni très accrocheur, alors on enjolive quelquefois pour attraper les badauds avec quelques éléments simples qu’ils ne connaissent pas. Puis par inertie des religions apparaissent.

      Les "gourous" (terme non péjoratif dans le contexte d’ou il vient) sont ceux qui ramènent de la pesanteur (gourou=poids) et permettent de se réconcilier avec la sensation de soi dans le présent, et de se sentir libre (libra=équilibre). Ils savent mettre de côté les enjolivures spirituelles car elles ne servent en réalité à rien qu’à créer de nouvelles raisons pour "l’ego" de croire à sa propre réalité. Tout est là maintenant, et c’est une immense joie d’en être. Miracle smiley

      La spiritualité en tant qu’une attitude de l’esprit séparée du monde physique et mettant en évidence des entités abstraites supérieures n’est qu’un objet imaginaire de dépendance et pétris de sérieux sclérosant.
      Alors merci de ne pas l’imposer à d’autres car chacun a son chemin vers sa propre vérité. Bon courage sur le votre, il n’a pas l’air très amusant, mais attention qu’il ne tourne pas en rond. 




      • jeanclaude 26 mars 2009 22:25

        Je trouve que votre compartimentation entre manifestation/création/évolution :

        - ne correspond pas à la réalité complète des différentes sphères de pensée auxquelles vous vous référez

        - n’est pas conforme aux affirmations des représentants les plus éminents de ces trois "univers" de pensée.

        A titre d’exemple de non conformité :

        - la religion catholique n’a jamais vue de contradiction insurmontable entre sa conviction que le monde a été créé et l’évolution, telle qu’elle a été systématisée par Lamarck, puis Darwin, avec tous les développements postérieurs

        - vous postulez qu’il y a une "tradition primordiale", implicitement orientale. Il y avait bien des traditions primordiales aussi chez les peuples indo-européens, et de l’asie mineure, à l’aube de l’émergence des civilisations historiques. Il y avait aussi une tradition primordiales chez tous les peuples allogènes d’amérique, d’Afrique. Je n’y connais pas assez, mais manifestation et création s’y cotoyent souvent. Ou alors votre notion de "tradition promordiale" est purement fictive, pour les besoins de la démonstration, comme l’était la société primitive chez Rousseau.


        - votre emploi du mot "métaphysique" vous est bien personnel. Il y a bien toute la tradition métaphysique occidentale, qui à partir des grecs se déploie comme un pan majeur de l’histoire de la philosophie. Les réflexions sur l’être et le non-être y sont permanentes, et en aucun cas, comme vous l’écrivez intrépidemment "l’Etre qui est la représentation du non-être". En vérifiant rapidement dans un commentaire érudit du Vedanta, j’ai cru comprendre que l’être absolu est indétermination, et non pas non-être ; cette dernière assertion est une contradiction logique.


        - parmi les grands penseurs hindouistes, certains parlent de "révélation", et pas seulement de manifestation. Et dans la religion juive et chrétienne, Dieu se "manifeste" aussi. Donc il n’y a pas qu’opposition, comme vous l’affirmez.

        Etc...

        Comme vous ne définissez pas le sens des mots que vous employez, on a du mal à s’y retrouver : est-ce de la rigueur ou un montage intellectuel à vous propre, qui ne prend de ce qui est connu des différents courants de pensée que ce qui vient enrichir votre thèse ?

        J’ai une sympathie spontanée pour des réflexions comme vous faites, mais votre schéma ternaire tient du syncrétisme. Possible seulement en simplifiant à l’extrême, en éliminant les différences de point de vue qu’il y a à l’intérieur de l’hindouisme, du bouddhisme, et ensuite du reste.


        • T. Albert Gamotte T. Albert Gamotte 27 mars 2009 07:40

          Bravo pour cet article qui montre une belle connaissance et un esprit guénonien bien compris ! Malheureusement il semble que peu de nos contemporains soient en mesure d’approcher ce type de raisonnement. Il permet pourtant d’être témons sans être surpris de l’involution actuelle et de son accélération. (cf "le règne de la quantité") Si j’en crois la c... de certains commentaires vous n’êtes pas plus compris ici que ne le furent en leurs temps nos illustres prédécesseurs ; c’est normal, il faut plus de recul au "public" pour, peut-être, appercevoir une lueur dans l’événementiel. Les affects nous aveuglent, tous plus ou moins. Nous ne sommes que des hommes, recconaissons nous pour tels...

          Fraternellement smiley

          T. Albert Gamotte


          • morice morice 27 mars 2009 12:28

             purée l’allumé...


            • lijialefw 28 mars 2009 08:34

              Glad to see you are wow power leveling on wow power leveling the bailout. Lehman wow power leveling Brothers was left to fail and that is called a mistake.


              • vinvin 12 décembre 2009 18:07

                Bonsoir.


                Merci pour cet article très interressent.

                la spiritualité est quelque chose de très particulier, donc c’ est un long débat, et un livre entier ne suffirait pas pour traiter de la Spiritualité.

                pour moi il existe plusieurs sortes de spiritualités, mais aussi il faut savoir que la spiritualité est un don qu’ il n’ est pas donné a tout le monde de pouvoir développer en soit. La spiritualité est un don, (voir un art, une peu comme le fait de savoir développer l’ art de la musique, de la peinture, le don de chanter, d’ être acteur, etc....). Bien sur par ses faits ce n’ est pas tenu a tout le monde de développer une spiritualité, et certaine personnes peuvent développer leur spiritualité dans beaucoup d’ endroits et en de nombreuses situations, alors que d’ autre personnes ne pourront jamais développer une quelconque spiritualité, peu importe l’ endroit où elles se trouvent.

                Et puis il existe une spiritualité religieuse, mais également laïque, ( pour ne pas dire Athée ).

                Bien sur on peut éprouver de la spiritualité dans des lieux de cultes, comme en se rendant par exemple en pèlerinage a Lourdes, ( ou autres lieux similaires,....) mais on peut aussi éprouver de la spiritualité dans un jardin remplie de fleurs qui sentent bon, au bord d’ une rivière en écoutant le bruit de l’ eau qui glisse sur les galets, et les chant des oiseaux, etc....

                On peut aussi éprouver de la spiritualité devant une oeuvre d’ art, tableaux, constructions particulières, en écoutant de la musique, en écoutant certaines chansons, etc......

                On peut aussi développer une spiritualité avec le partage : Partager un bon repas avec un ou des amis, en partagent une meme passion avec un groupe de personnes, etc......


                A titre d’ exemple : mon père m’ avait mené en pèlerinage a Lourdes vers le milieux des années 70, et a l’ époque nous partions en Train. Je me souviens que dans le train du pèlerinage tout le monde chantait des cantiques, « avé-maria » et autres..... Donc il y avait comme une sorte de spiritualité, d’ alchimie avec l’ ensembles des pèlerins.

                En 1996 je m’ étais rendu a Las Vegas a l’ occasion du concert de Johnny : Dans les avions affrété pour cette occasion, nous étions tous des fans de Johnny a bord des avions, et le personnel de bord nous passait des vidéos de concert pendant le voyage. je me souviens que tous les passagers chantaient en meme temps et tapaient dans les mains. Cela m’ a un peu rappeler le train de pèlerinage de lourdes. Effectivement il y avait une sorte de spiritualité et d’ alchimie entre les passagers de l’ avions, tout comme ceux qui vont a lourdes, ( Mis a part que c’ était un « pèlerinage » plus Rock-and-Roll que religieux ,) mais c’ était quand-meme un partage avec d’ autres personnes partagent la meme passion.

                J’ ai vécu cela comme une expérience formidable, et j’ en garde des souvenir mémorables. 



                Bien cordialement.



                VINVIN. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès