Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Sunnites et chiites

Sunnites et chiites

Les évènements du Moyen-Orient et l’émergence d’un islamisme radical m’ont amené à esayer de comprendre les différences entre les sunnites et les chiites, deux branches de l’islam très présentes au Moyen-Orient.Voici ce que brièvement j’en ai conclu.

Les sunnites sont la branche majoritaire de l’islam. Ils sont environ 800 millions dans le monde. Les chiites sont une branche dissidente, en quelque sorte. Ils sont 100 millions environ, particulièrement présents en Iran, en Irak et au Liban (Hezbollah).

La séparation entre ces deux branches date de la succession de Mohammet après sa mort. Les musulmans élirent alors Abou Bekr comme calife, c’est-à-dire continuateur de la mission de Mahomet, pendant les obsèques de Mahomet dont l’organisateur principal était Ali, le gendre de Mahomet et mari de sa fille Fatima. Deux autres califes lui succédèrent, qui sont toujours considérés comme saints par les sunnites d’aujourd’hui, Omar et Osman. Ali succède alors à Osman comme calife. Il prône alors une grande rigueur dans l’application du Coran, et veut instituer des règles de succession qui limitent aux descendants du prophète la possibilité d’être calife. D’autres différences doctrinales importantes apparaissent, et c’est le chisme entre les musulmans majoritaires et les partisans d’Ali. Chiites signifie d’ailleurs partisans d’Ali. Une guerre s’ensuivra pendant deux générations entre sunnites et chiites, qui s’achèvera par la défaite des chiites à Kerbala, en Irak, où le fils d’Ali et son successeur comme calife, Hussein, seront battus et tués. A partir de là, ce sera la rupture définitive entre sunnites et chiites, et la haine entre les deux camps.

La conception religieuse des sunnites est très différente de celle des chiites. Les sunnites reconnaissent le Coran comme Livre sacré, mais également la Sunna, qui est le recueil des traditions. D’où le nom de sunnites. Pour les sunnites, il n’y a pas d’intermédiaire entre Dieu et le croyant qui est son propre prêtre, et il n’y a pas de hiérarchie religieuse. L’imam sunnite peut donc être n’importe quel croyant, et n’est qu’un organisateur temporel des prières.

Le rite sunnite s’est par contre diversifié en différentes obédiences, le rite malekite (de l’imam Malik), le rite shaféite (de l’imam Chafai), le rite hanefite et le rite hanbalite. Vous avez peut-être entendu parler du wahhabisme, qui est une variante du rite hanbalite pratiqué en Arabie séoudite, et du salafisme, autre variante du rite hanbalite, toux deux plutôt fondamentalistes.

La conception religieuse chiite considère que le Coran n’est pas compréhensible par tout le monde, et qu’il a une forme littérale et une forme ésotérique qui nécessite études et longue pratique. D’où la nécessité d’une hiérarchie religieuse, dont le chef suprême est l’imam, seul habilité à interpréter le Coran, et infaillible dans ses interprétations.Il a un pouvoir temporel et religieux très étendu, et ne se compare en rien avec les imams sunnites sans pouvoir religieux. Les fidèles lui doivent allégeance.

Le dogme chiite reconnaît l’existence de douze imams depuis le premier d’entre eux, Ali. Le douzième a disparu en 874 pour échapper à des poursuites, et son existence est considérée depuis comme "occulte", c’est-à-dire qu’il a une présence intellectuelle et invisible, et peut faire passer ses messages aux fidèles. Il est considéré comme devant réapparaître à la fin des temps sous le nom d’Imam mahdi ou caché. C’est une différence considérable avec le dogme sunnite qui, lui, considère le Coran comme immuable, Mahomet comme le dernier prophète, et rejette toute hiérarchie entre le croyant et Dieu.

Il existe une autre branche du chiisme dont vous avez peut-être entendu parler, les ismaéliens, qui ne reconnaissent, eux, que sept imams depuis Ali. Ils sont présents dans l’Océan indien et en Afrique orientale, et sont dirigés par le célèbre Aga Khan, dont la femme est la Begum.

Enfin, les lieux saints du chiisme, en dehors de la Mecque, sont situés à Nadjaf où est le mausolée de l’Imam Ali, et à Kerbala, où est celui de son fils Hussein. Villes dont vous entendez parler régulièrement dans les nouvelles d’Irak.

D’un côté, donc, une réligion très ouverte et sans chef, de l’autre, une religion très organisée et structurée.


Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (119 votes)



Réagissez à l'article

222 réactions à cet article


  • donegale 7 septembre 2006 13:41

    Il n’y a pas que la différence de conception religieuse entre sunnites et chiites. A l’heure actuelle le monde entier sait que l’Iran est d’obédience chiite, mais très peu de gens savent que l’Iran fut sunnite pendant des décennies. En effet ce n’est qu’en 1501 que chah Ismail proclama le chi’isme comme religion officielle en Iran. La dynastie des Séfévides ou Safavides régna sur l’Iran de 1501 à 1732. Sous l’impulsion d’Ismail Ier, premier souverain safavide, qu’est décidée la conversion de l’Iran au chiisme duodécimain. Cette conversion résulte d’une volonté de s’affirmer face à la domination des Ottomans sunnites. La conversion permet de constituer les bases d’un État fort à partir d’une identité spécifique. Les safavides ont aussi utilisé leurs ressources afin de convertir un grand nombre d’iraniens au chiisme.Cette décision marque la séparation définitive de la Perse avec le monde Arabe et l’Empire Ottoman naissant, tous deux sunnites. L’une des conséquences inattendue fut la fuite de milliers d’intellectuels sunnites, ce qui est d’ailleurs à l’origine du rayonnement de la langue persane en Inde. Néanmoins, cet exode, privant le pays de son intelligentsia, a causé une grande crise interne. Pendant les 10 premières années de son règne, Shah Ismail I conquit l’entièreté de l’antique Perse : l’Iran central en 150, les provinces du sud de la Caspienne en 1504, de 1505 à 1508 il fit la conquête de l’Irak actuel, et en 1510 ce fut la conquête du Khorassan, que les Ouzbeks venaient de reprendre aux derniers Timurides.


    • tif 28 mars 2009 17:39

      Est=il vrai que les chiites sont plus fanatiques que les sunnites ?


    • Laïd DOUANE Laïd DOUANE 7 septembre 2006 14:27

      « Les évènements du Moyen Orient et l’émergence d’un islamisme radical m’ont amené à essayer de comprendre les différences entre les Sunnites et les Chiites, deux branches de l’islam très présentes au Moyen Orient ».

      Je suis désolé de vous le dire ; la manière avec laquelle vous avez abordé un sujet aussi compliqué, prouve que vous n’avez pas compris grand-chose de la problématique. Vos conclusions sont tout simplement, fausses. Pour vos lecteurs, je ne pense pas que vous leur apportez quelque chose. Avec votre approche, vous ne faites que les égarer. Je me demande comment vous réussissez à faire en sorte que les vérités et les contrevérités se collent dans un seul texte. Vous avez écrit, je cite : « Chiites signifie d’ailleurs partisans d’Ali », c’est vrai ! Mais : « Une guerre s’ensuivra sur deux générations entre Sunnites et Chiites qui s’achèvera par la défaite des chiites à Kerbala.. », c’est FAUX !! La guerre a eu lieu entre les partisans d’Ali et les partisans de Mouawya. Dire que « La conception religieuse des Sunnites et des Chiites est très différente », c’est donner la preuve de son ignorance. La question de hiérarchie n’a rien à avoir avec la conception. C’est de l’organisation mon cher ! Quant aux rites, les différences ne sont que superficielles. Quant à affirmer que « La conception religieuse chiite considère que le Coran n’est pas compréhensible par tout le monde.. », ça c’est de l’enfantillage qui donne à rigoler. Mais qui ne sait pas que le « Coran n’est pas compréhensible par tout le monde » ?? C’est vrai que pour le comprendre, il faut faire des efforts linguistiques et parfois, historique, littéraires, philosophique, scientifiques etc. Il n’est pas donné à tout le monde de comprendre le Coran, surtout s’il est dénudé de foi ! L’Islam dans tout ça, n’a besoin ni de clergé ni de guide à qui on doit obéissance et dévouement sauf dans la prière au moment de la prière et dans la guerre, pendant la guerre.. Quant à ce qu’on peut constater au niveau des « écoles », c’est du ressort de la vie en société que les guides généralement auto proclamés ou désignés, dictent ! Enfin, monsieur le’ « entrepreneur des hommes », avant d’essayer de comprendre, il fau essayer de faire la différence entre « tendance » et religion. C’est votre dernière conclusion qui me le fait dire : « D’un coté donc une religion très ouverte et sans chef, de l’autre une religion très organisée et structurée », en parlant de chiisme et de sunnisme qui ne sont que des écoles de pensée dont la référence est commune ; Le Coran !


      • Marsupilami 7 septembre 2006 15:16

        Tiens, v’là Laïc Dédouané, l’islamiste de service...

        Citation texto de l’islamiste Laîc Dédouané dans un précédent fil de discussion d’Agoravox :

        « La laïcité est un terme typiquement français qui veut dire merderie et connerie. Il consiste à emmerder les peuples et les annimaliser.. Laïd DOUANE ».


      • 7 septembre 2006 15:59

        Mais pourquoi donc ces Chiites et ces Sunnites s’entretuent-ils alors, puisque, d’après le Douane éclairé, ils sont d’accord sur le principal ?

        PS : à propos du coran. Il paraît qu’il faudrait connaître l’arabe pour bien comprendre. Si les musulmans sont environ 1.350.000.000, il n’ y a parmi eux qu’environ 350 millions d’arabes dont une majorité sont illétrés ou ne comprennent pas l’arabe dans lequel le coran a été rédigé....En conclusion, la grande majorité des musulmans ne comprennent pas mieux le coran que les infidèles...


      • wrisya 7 septembre 2006 17:59

        LOL. C’est pas forcément faux, mais ce n’est pas forcément vrai non plus. Les « puristes » de l’islam l’affirment qu’il faut absolument comprendre l’arabe pour prétendre saisir l’esprit de l’islam et comprendre le sens du Qran. Un peu pour eux comme si les autres langues seraient « impurs »... En dehors de quelques subtilités de langage à ce que m’en dit une amie qui parle couramment l’arabe dit « littéral », on peut avoir de très bonnes traductions aujourd’hui...

        Cdt


      • 7 septembre 2006 18:59

        Marsupi vous etiez en vacance ? vos reactions islamo-arabo-phobiques nous manquaient presque ............


      • Marsupilami 7 septembre 2006 19:06

        @ Anonyme

        Erreur. Je suis contre l’islam mais antiraciste et par conséquent pas arabophobe. Faut pas tout mélanger mon vieux. La religion n’est pas une race.


      • EricB 9 septembre 2006 11:58

        « C’est vrai que pour le comprendre, il faut faire des efforts linguistiques et parfois, historique, littéraires, philosophique, scientifiques etc. Il n’est pas donné à tout le monde de comprendre le Coran, surtout s’il est dénudé de foi ! L’Islam dans tout ça, n’a besoin ni de clergé ni de guide à qui on doit obéissance et dévouement blah blah blah »

        C’est pas un peu antinomyque tout ça ? D’un coté, tout le petite peuple ne peut pas comprendre le Coran parce qu’il faut avoir, en gros, fait des études supérieures, tout ça, et de l’autre, pas beoins de guiide éclairé pour lire le Coran.

        Remarquez, dans un sens, ca vaut mieux, parce que quand on entend certains prêches d’Imam jusque dans nos banlieuesn, on se dit que ce serait peut-être moins dangereux si les musulmans restaient tranquilles chez eux à essayer de comprendre le Coran par eux-mêmes.

        Enfin, tant qu’ils s’entretuent chez eux, tout va bien. Mais quand ils viennent nous emmerder chez nous pour ensuite prétendre retrouver les 70 vierges au Paradis de Mahomet, là je dis basta.


      • Serpico Serpico 16 septembre 2006 11:24

        A Douane « « Une guerre s’ensuivra sur deux générations entre Sunnites et Chiites qui s’achèvera par la défaite des chiites à Kerbala.. », c’est FAUX !! La guerre a eu lieu entre les partisans d’Ali et les partisans de Mouawya. »

        Hadj Moussa, Moussa Hadj : je ne vois pas la différence.

        L’article est très très bon. Surtout s’il a été écrit par un non musulman.

        C’est un résumé fidèle du monde musulman auquel ne manque qu’un petit détail mais d’importance : les chiite sont pour le califat dynastique. Pour eux Ali était désigné carrément par Dieu pour être calife parce que cousin du prophète et premier apôtre.

        Pour le chiisme, les califes futurs devaient tous obligatoirement être des descendant d’Ali.

        C’est là que l’article contient une lacune : Ali a été assassiné par les Kharejite (de Khawarej, « sortis » de la religion, auto-exclus).

        Or les Kharejite sont pour un mode de succession et un Etat démocratiques. Un tel troisième courant, aux idées si modernes au VII° siècle, est carrément occulté par les orientalistes et les « spécialistes » de l’Islam.

        On en retrouve encore des communautés dans la presqu’île Arabe, la corne de l’Afrique et en Algérie, au Mzab sous le nom de Ibadite.

        Les Ibadite Algériens ont chassé les salafistes du FIS Algérien comme des malpropres, refusant leur intégrisme. Les Ibadite sont connus pour leur sens élevé de l’organisation, le fonctionnement démocratique de leurs institutions et le civisme de leurs adeptes.

        Autre problème -mais l’auteur de l’article n’y est pour rien-, la grande confusion Chariâ-Coran. La charia n’est pas le Coran.


      • Serpico Serpico 16 septembre 2006 11:29

        Douane

        Autre chose : il n’st pas nécessaire d’avoir un doctorat pour comprendre le Coran. L’idée est même contraire aux propos du Coran qui dit s’adresser à tout être doué de raison.

        Prétendre le contraire, c’est faire le jeu justement des Muftis qui, tout en proclamant qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre le croyant et Dieu, s’imposent en seuls interprètes de la parole divine.

        Avec les résultats catastrophiques que l’on sait depuis le XII° siècle jusqu’aux fetwas contradictoires et politiques sur la présence américaine en Arabie saoudite.


      • InfoGratte InfoGratte 7 septembre 2006 14:57

        Ce que vous dites est juste, bien qu’incomplet, mais votre conclusion est bien hative et partiale et ne correspond pas vraiment à la réalité du terrain.

        La Mecque n’est pas uniquement un lieu saint du Chiisme mais un lieu saint Musulman car ville natale du prophète.

        La 2ème ville qui accueille le plus de pélerins chiites chaque année est Mashhad (Nord Est de l’Iran), lieu saint où fut enterré, au début du IXe siècle, l’ Imam Riza. 3 millions de fidèles y convergent chaque été.

        Contrairement aux apparences, la branche sunnite n’est pas plus ouverte que la baranche chiite, loin s’en faut. Le fait de se référer uniquement et strictement à un texte sacré trés ancien n’est pas une marque d’ouverture.

        A l’inverse, la vision chiite de la religion n’a cessé d’évoluer dans le temps en gagnant en souplesse. Pour cette raison, bon nombre d’iraniens (90% de chiites en Iran) vous diront que l’on pourrait faire une comparaison Catholiques-Protestants / Sunnites-Chiites en terme de prise de positions et d’évolutions.

        Vous en doutez ?.... Comparez juste la condition féminine (directement liée à la religion dans ces pays) entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Aprés, on rediscute !!!

        Pour finir, j’étais en Iran cet été et partout dans le pays, des panneaux appelaient à la paix et à l’union entre les chiites et les sunnites. Alors, je me pose juste une seule question : Qui cherche systèmatiquement à opposer ces 2 branches d’une même religion ?


        • 7 septembre 2006 15:04

          « Qui cherche systèmatiquement à opposer ces 2 branches d’une même religion ? »

          > Voilà une question trés importante, pertinente et qui depasse l’article et tous les commentaires ! La réponse à cette question sera en elle-même la clef qui pourra expliquer ce qui se passe au moyen Orient et mettra à nu les adeptes du fameux clash de s civilisations.


        • Voltaire Voltaire 7 septembre 2006 15:11

          Il me semble que l’auteur, par « ouverte », signifiait sans hiérarchie établie, et ne portait pas de jugement de valeur morale. Un tel article est nécessairement incomplet mais replace utilement ces deux branches de l’islam dans leur contexte historique.


        • ZEN zen 7 septembre 2006 17:58

          (IP:xxx.x84.36.157) le 7 septembre 2006 à 15H04

          Intéresannte allusion, mais j’aimerais que vous développiez votre pensée en une courte analyse...


        • Panama 7 septembre 2006 15:18

          Vous ne parlez pas de la troisième ville Sainte de l’Islam : Jérusalem.

          On a souvent comparé le mouvement Chiite au protestantisme. A l’heure actuelle, il semblerait que la grande diversité de l’Islam, et de tous ses courants (Druzes, etc), soit en train de disparaître, au profit des deux principaux courants actuels.

          Merci donc aux pétrodollars, la peste noire de cette région du monde.


          • Forest Ent Forest Ent 7 septembre 2006 22:43

            Il n’est pas du tout évident que les druzes soient musulmans :

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Druze

            Pour ce qui est de l’article, même s’il y a quelques inexactitudes, tout ce qui peut contribuer à ce que les gens se connaissent mieux les uns les autres est bon à prendre.


          • CAMBRONNE CAMBRONNE 7 septembre 2006 15:46

            MON CHER MARSU

            Heureux de te voir sur ce fil sur lequel je suis tombé par hasard .

            Je vois que toi aussi pôvre ignare tu n’as rien compris aux subtilités de l’Islam comme d’ailleurs notre ami Douane n’a pas tout compris aux subtilités du christianisme . Il est évident que nous nous laissons aller à des vues aproximatives sur les autres religions et que l’actualité fait qu’on a souvent à chaud des idées un peu courtes sur la religion musulmane et des jugements inapropriés sur ses fidêles .

            On a tendance par ignorance à penser qu’en Iraq par exemple les Sunites et les Chiites ne s’aiment pas car ils sont comme nous étions en Europe à l’époque des guerres de religions il y a quelques siècles où Protestants et Catholiques s’entre tuaient gaillardement , donnant lieu à des horreurs comme la Saint Barthémémy ou le sac de Prague dans le cadre de la guerre de trente ans .

            Par assimilation on aurait tendance à penser que les différences de religions ou plutot la manière différente de croire et de pratiquer est surtout utilisée à des fins politiques . Les puissants emmenaient derière eux leurs sujets et c’est ainsi que tout un pays basculait dans l’Hérésie protestante ( Je dis hérésie parceque je suis catholique )ou restait ou redevenait catholique .

            Nous en sommes arrivé avec le temps et il faut le dire la perte de nos certitudes à une approche différente et l’oecuménisme a droit de cité chez nous .

            Peut on imaginer que les Chiites et les Sunnites se réconcilieront un jour .Je le crois , mais il faudra beaucoup de temps et de sang versé .

            Marsu , toi tu t’en fous tu es athée et de toute façon tu bruleras en enfer !

            Salut et fraternité .


            • 7 septembre 2006 15:52

              Holà ! Marsu n’est pas athée, mais agnostique....


              • Marsupilami 7 septembre 2006 16:05

                Exactement, et je suis pour un massacre de Saint-Barthélémy de tous les athées, rogntudjuuu...


              • CAMBRONNE CAMBRONNE 7 septembre 2006 20:04

                MARSU

                Athée ou Agnostique tout ça c’est pareil , des sans Dieu !

                Mais quelle queue !


              • 7 septembre 2006 21:08

                Le rêve, une queue de 7m avec laquelle on peut TOUT faire...Veinard, ce Marsu...


              • Marsupilami 8 septembre 2006 09:36

                @ Cambronne

                Athée ou agnostique, c’est pas pareil. Un athée est convaincu qu’il n’existe pas de dieu(x). Un agnostique n’a pas d’autre conviction que celle de son ignorance sur ce sujet. De toute façon, chacun d’entre nous, dès sa naissance, fait la queue qui mène au guichet de la mort, « le plus grand des inconnus » (Lévinas). Et ce n’est pas une queue de marsupial.


              • Cani 11 septembre 2006 06:53

                Salut les gars,

                Je suis un athéee pur et dur. Sûr que je vais aller en enfer mais je pense que j’y suis déja.

                Quand je vois toutes ces atrocités commises en mon nom je n’ai aucune chance d’échapper aux feux de l’Enfer. Et tant pis pour ma gueule ! Je le mérite bien car je n’ai pas sû réagir au moment opportun.

                À mon avis, l’auteur fait une superbe confusion quand il parle de Wahabisme. Le Wahabisme est une hérésie de l’Islam. Il a été créé par les anglais en opposition au mouvement anti-colonialiste qui s’appelait « En-Nahda » c’est à dire La Renaissance. Ce mouvement était dirigé par Mohamed Abdou, un penseur Égyptien et aussi animé par Djamel-Eddine-El-Afghani un anti colonialiste notoire, Afghan de son état et penseur musulman érudit.

                Le mouvement En-Nahda préconisait la lutte contre le colonialisme anglais en se basant sur l’Islam positiviste car il en existe malgrès toutes les délicieuses supputations qu’on peut trouver sur le net.

                Les anglais, très fins, ayant senti le danger, ont créé et financé deux mouvements. Le premier est strictement politique, en l’occurence, la création d’une royauté qui n’a jamais existé en Arabie. Les Ibn Saoud.

                Le second, qui partagerait le pouvoir, serait d’ordre religieux. Et c’est le mouvement Wahabiste (confié à une tribu rivale des Ibn Saoud)qui lui est l’anti-thèse du mouvement progressiste que constituait le groupe égyptien de Mohamed Abdou aidé par Djamel-Eddine -El-Afghani, un Afghan comme son nom l’indique.

                Le mouvement Wahabiste s’est, depuis, développé de manière exponentielle luttant contre les mouvements de libération nationale et pronant une position totalement contre ce que l’enseignement de l’Islam préconise.

                C’est ainsi que l’Arabie dite Saoudite est devenue le premier ennemie des états arabes et musulmans qui préconisaient une quelconque vélléité démocratique ou anti-colonialiste. Rappelez-vous simplement la guerre de libération du peuple algérien contre les français. Les Saoudiens ont tout fait sauf d’aider ce pays à se libérer du joug colonialiste. Par la suite, et durant la guerre « civile », pour ne pas dire la guerre civile qu’on a imposé à ce peuple, les Saoudiens ont été parmis les principaux financiers des mouvements terroristes armés et radicaux qui ont lutté contre des démocrates algériens et qui ont été à l’origine de 200 000 victimes algériennes. Cette guerre, pour des raisons stratégico-économiques, opposant les français aux américains a été initiée en Algérie, par des algériens opposés, financée en partie par les français et en partie par les saméricains via les saoudiens.

                Le Wahabisme, tout comme Oussama ben Laden, sont les ennemis des peuples arabes et musulmans. Ce ne sont, ni plus ni moins que des agents anglo-saxons au service des néo-con du jour.


              • 7 septembre 2006 17:10

                Espèce de....Douane....Na !


                • gem 7 septembre 2006 18:31

                  Cet article était une bonne idée, il partait d’un bon sentiment, mais l’exécution m’en semble totalement foirée. Dommage. Même avec lapartie positive du commentaire de Douane, ça reste raté.


                  • jerome 7 septembre 2006 18:41

                    Marsu est peut etre agnostique , mais c’est lui qui a la plus grande qu..., na !


                    • Frédo45 Cabouin 7 septembre 2006 19:13

                      Merci pour ces précisions. C’est vrai que cette différence m’a toujours interloqué mais je n’avais pas eu l’occasion (et la patience) de cherche. Vous l’avez fait pour moi, je voue en remercie !


                      • Hakim I. 7 septembre 2006 19:52

                        Tres incomplet cet article et donc dangereux car favorisant la désinformation. Cependant, je ne pense pas que ce soit intentionnel.

                        Il ne faut pas oublier les rivalités de l’époque entre Perses (qui sentaient leur culture peu à peu dominée) et Arabes qui ont favorisé cette séparation.

                        Vous avez ommis de parler des différences de croyances fondamentales entre les deux grandes branches. Nottament la profession de foi à laquelle le nom de Ali est ajouté. Aussi, l’allusion par les chiites d’une erreur qu’aurait fait l’ange Gabriel dans une de ses révélations au prophète (erreur justement qui avantagerait la position de Ali par rapport à Mohamed), ce qui nous conduit à une éventuelle altération du Coran. Chose considérée comme hautement blasphématoire par les sunnites.

                        La liste des différences est longue bien que les imams chiites essayent de rassembler les deux camps en évitant de les mettre en avant.


                        • Rocla 7 septembre 2006 21:03

                          Ah y sait aussi dire sauvage,quelle niveau,ça chauffe, fais gaffe t’ as le sang qui bout

                          Rocla


                          • Spirou 7 septembre 2006 21:16

                            « Pour finir, j’étais en Iran cet été et partout dans le pays, des panneaux appelaient à la paix et à l’union entre les chiites et les sunnites. Alors, je me pose juste une seule question : Qui cherche systèmatiquement à opposer ces 2 branches d’une même religion »

                            Ce que vous avez vu est parfaitement normal. En effet, le président Ahmadinedjad est issu du courant Hodjatieh. Ce mouvement est connu depuis près de quarante ans pour sa proximité idéologique des intégristes sunnites de la confrérie des Frères musulmans. Ses cadres ont plus souvent lu et médité le doctrinaire égyptien Sayed Qotb, qu’ils ne sont familiers des classiques iraniens (et/ou libanais, irakiens) du chiisme duodécimain. La pancarte que vous avez vu ne fait qu’exprimer l’un des axes idéologiques des frères musulmans qui est de reconstituer une oumma mythique sans fitna...

                            (Pour compléter le post initial ;) Or, les deux branches de l’islam s’opposent elles-mêmes puisqu’elles portent un jugement différent sur les quatres premiers califes. Les sunnites les appeleront tous les quatres les Râshidûn(bien dirigés)ou pour reprendre un terme coranique« d’inspiration droite ». Les shiites distinguent Califat de Imâma. Ils accorderont le premier aux quatre Rhâshidun, mais affirment que dès le début c’est à Ali seul que revenait l’Imâma.

                            D’un point de vue théologique, les sunnites considèrent que les portes de l’ijtihâd sont fermés depuis le ix(mise en place des écoles juridiques). Les chiites continueront d’en revendiquer l’exercice.

                            De même si les sunnites donnent le titre mujtahidun aux seuls grands fondateurs d’école juridique, le chiisme affuble de ce titre ces plus éminents docteurs.

                            Pour l’élaboration du droit, le sunnisme s’appuie sur le coran, la sunna(tradition du prophète), le raisonnement par analogie(qiyas), le consensus de la communauté(ijma). Dans le chiisme, le raisonnement par analogie cède sa place au aql(notion que l’on pourrait « traduire » par effort d’intelligence. De plus, l’Imâm(à ne pas confondre avec l’imam) est le gardient et l’interprète du Coran.

                            Il existe aussi une grande divergence entre le sunnisme et le chiisme sur le rôle de l’Imâma. En fait, les chiites considèrent que l’Imâma appartient de droit à Ali et à ses descendants(les docteurs chiites citent des traditions où mahomet désigne nommément ali comme son successeur). Il considère que l’inspiration divine du prophète se prolonge à travers l’Imâm, et reste par lui toujours vivante et présente. A partir de ce principe, le fameux concept de l’impeccabilité("beau modèle) est associé non seulement au prophète mais aussi à l’Imâm.(sauf chez les zaydites) D’où le culte non seulement de mahomet mais aussi des Imâms(les plus cèlèbres ali, husayn etc)qui peuvent donner lieu à des mutilations. Autre aspect « novateur » du chiisme, l’importance de la gnose du « sens caché »(bâtin) dans le coran qui s’opposent à celui du « sens apparent » (zâhir). L’importance du « retour » (raj’a) et son contenu dans le chiisme est différente du déroulement de la « parousie » sunnite. Les chiites considèrent qu’il s’agit d’un premier temps de résurrection concernant les saints et les justes s’épanouissant sous la conduite du Madhi avant le grand anéantissement de la fin du monde, la résurrection générale et le Jugement. Les sunnites ne reconnaissent pas cette résurection partielle et anticipée. Le seul« retour » envisagé par lui est celui de la l’humanité tout entière en vue du Jugement des « méchants » comme « des bons », des impies commes des croyants.


                            • InfoGratte InfoGratte 8 septembre 2006 10:01

                              Merci pour ce complément d’info trés « technique ».


                            • visiteur indigène 7 septembre 2006 21:24

                              Dommage qu’agora soit un nid de hasbara....toujours à l’oeuvre pour casser du musulman. Hasbara = officine sioniste de propagande.


                              • Albert 7 septembre 2006 21:25

                                Pardonnez moi , Mais j’avais cru comprendre ,jadis, que les sunnites pensaient quele domaine spitituel était différent du domaine politique ;alors queles chiites eux éxigeaient que le domaine spirituel englobe les deux domaines Un peu comme si l’évèque était le président du Conseil Général du Département Car L’Islam ,se veut,soumission a Dieu -Erreur ?


                                • moniroje 7 septembre 2006 22:18

                                  En tout cas, merci à tous ceux qui nous ont informés sur ce sujet ; la l’article est enrichi par quelques commentaires et j’espère que ce n’est pas fini !


                                  • persona non grata 8 septembre 2006 01:13

                                    Putain on se croierai sur france échos.com , quel bande de rastons primaires j’hallucine !!!

                                    « Diviser pour mieux régner » vous connaissez ? La géostratagie ca vous parle un peu ? Les services secrets ca vous parle aussi ??? Tous les missionnaires occidentaux non déclarés ils font koi au juste ??? Elle est belle l’excuse INCESSANTE du crétin Kamikaze ki se fait péter n’importe ou , n’importe kan...

                                    Bonne médisance.


                                    • visiteur indigène 8 septembre 2006 02:40

                                      C’est une guerre contre l’Islam que mène bush et consorts, dans ce cas chiites et sunnites sont tenus de défendre l’intégrité de leur religion.

                                      La défaite israelienne au Liban prouve que l’unité s’est faite avec le soutien actif des Chrétiens et cela indépendamment de l’appel de 3 pays arabes dont le chef de file séoudien s’est ouvertement corrompue, les ibn séoud gardien des lieux saints de l’Islam n’ont plus ce titre dans la pensée musulmane. Malgré certaines différences entre ces deux dogmes, l’unité subsiste et subsistera tant que les vélléités guerrières américaines et de leur sattelite sioniste continueront.

                                      L’axe Chiite du Qhorasan s’est largement agrandi à l’ensemble du monde arabo-musulman, c’est une donnée que ne mesure pas les agresseurs malgré leurs tentatives de provoquer une guerre civile en Irak. Ceux qui connaissent le respect musulman des lieux de cultes savent que les destructions de mosquées majeures (Kerbala, Samara, Nadjaf, Baghdad, Bassorah etc..) ne sont pas l’oeuvre de chiites ou de sunnites. Ces tentatives de nuisances ont accélérés l’unité religieuse, les réticences séoudiennes le démontre. Les chiites ne sont pas encore entrés dans le bal et l’attaque de l’Iran risque à ce titre d’être dévastatrice quelques soient les armes employées par l’occupant. L’exemple de la résistance Libanaise démontre que ce ne sont plus des résistants pour la sauvegarde d’un territoire mais un combat pour la préservation de la Foi Musulmane et là aucun gouvernement arabe, ni même le pouvoir militaire turque, ne pourra empêcher à plus ou moins court terme un soulèvement général. La coupe est pleine ! Les injustices n’ont que trop durées et face aux combattants de la Foi, présager le devenir de l’occupant est aléatoire.

                                      Ne jamais réveiller un lion qui dort ne semble pas une leçon apprise par les fanatiques des guerres élaborées virtuellement à l’avance, dans de confortables bureaux blindées. Espérons que la diplomatie saura être à la hauteur et que la folie néo-conservatrice u.s. se resaisisse, ce dont je doute fort très sincèrement.


                                      • demian au sud-est-nord-ouest 8 septembre 2006 07:41

                                        quote :

                                        Ah y sait aussi dire sauvage,quelle niveau,ça chauffe, fais gaffe t’ as le sang qui bout Rocla

                                        je sais aussi dire rocla , ca ce prononce comme caca smiley


                                        • Christophe 8 septembre 2006 07:51

                                          "En enlevant des soldats israéliens [le 12 juillet], le Hezbollah libanais a rouvert le front avec Israël. Une fois de plus, le Hezbollah prend le Liban en otage d’une guerre ; une guerre injustifiée aux yeux de la majorité des Libanais depuis le retrait israélien du Sud-Liban en l’an 2000. Dans cette guerre, une part de responsabilité incombe à une communauté internationale silencieuse et au désengagement américain du processus de paix au Moyen-Orient.

                                          Depuis le retrait israélien, le désarmement du Hezbollah est devenu une nécessité pour la stabilité politique et économique du Liban. Mais le Hezbollah, en situation de force, bien armé, présent au Parlement et au sein du gouvernement, ne désarmera que s’il en retire des avantages suffisants. Il est impératif que les parties libanaises soient prêtes à faire des compromis et incitent le Hezbollah à désarmer pacifiquement.

                                          Faute de solutions viables qui soient satisfaisantes pour toutes les parties concernées, le rejet du désarmement par la milice pro-iranienne (chiite) pourrait mener le Liban vers un nouveau conflit civil. L’attitude du Hezbollah, qui refuse toute mise en cause de ses armes, ainsi que ses activités provocatrices à la frontière israélienne poussent inéluctablement les autres communautés religieuses du Liban à se rapprocher de leurs propres extrémistes. Dans le contexte actuel de friction entre sunnites et chiites dans la région, notamment en Irak, tant les Libanais sunnites que chrétiens finiront par ne plus tolérer les armes du Hezbollah. Ils chercheront à se doter de leurs propres moyens militaires pour défendre leurs acquis politiques.", Par Nadim Hasbani, chercheur à l’Institut français de géopolitique, université Paris-VIII ; chercheur associé université de Gand (Belgique).

                                          Bref, maintenant que la guerre est terminée, la belle unité nationale devrait rapidement céder la place aux vieilles querelles interconfessionnelles. Les chiites (après avoir conduit le pays à la ruine) pourraient, s’ils ne désarment rapidement pas le conduire maintenant à la guerre civile (comme en Irak avec Moqtada Sadr qui cherche à jouer le même rôle néfaste que Hassan Nasrallah au Liban, les deux étant au service de l’Iran).


                                          • 8 septembre 2006 11:52

                                            « (comme en Irak avec Moqtada Sadr qui cherche à jouer le même rôle néfaste que Hassan Nasrallah au Liban, les deux étant au service de l’Iran). »

                                            Et toi, tu es au service de qui ? ?

                                          Ajouter une réaction

                                          Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                                          Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                                          FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès