Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Sunnites et chiites

Sunnites et chiites

Les évènements du Moyen-Orient et l’émergence d’un islamisme radical m’ont amené à esayer de comprendre les différences entre les sunnites et les chiites, deux branches de l’islam très présentes au Moyen-Orient.Voici ce que brièvement j’en ai conclu.

Les sunnites sont la branche majoritaire de l’islam. Ils sont environ 800 millions dans le monde. Les chiites sont une branche dissidente, en quelque sorte. Ils sont 100 millions environ, particulièrement présents en Iran, en Irak et au Liban (Hezbollah).

La séparation entre ces deux branches date de la succession de Mohammet après sa mort. Les musulmans élirent alors Abou Bekr comme calife, c’est-à-dire continuateur de la mission de Mahomet, pendant les obsèques de Mahomet dont l’organisateur principal était Ali, le gendre de Mahomet et mari de sa fille Fatima. Deux autres califes lui succédèrent, qui sont toujours considérés comme saints par les sunnites d’aujourd’hui, Omar et Osman. Ali succède alors à Osman comme calife. Il prône alors une grande rigueur dans l’application du Coran, et veut instituer des règles de succession qui limitent aux descendants du prophète la possibilité d’être calife. D’autres différences doctrinales importantes apparaissent, et c’est le chisme entre les musulmans majoritaires et les partisans d’Ali. Chiites signifie d’ailleurs partisans d’Ali. Une guerre s’ensuivra pendant deux générations entre sunnites et chiites, qui s’achèvera par la défaite des chiites à Kerbala, en Irak, où le fils d’Ali et son successeur comme calife, Hussein, seront battus et tués. A partir de là, ce sera la rupture définitive entre sunnites et chiites, et la haine entre les deux camps.

La conception religieuse des sunnites est très différente de celle des chiites. Les sunnites reconnaissent le Coran comme Livre sacré, mais également la Sunna, qui est le recueil des traditions. D’où le nom de sunnites. Pour les sunnites, il n’y a pas d’intermédiaire entre Dieu et le croyant qui est son propre prêtre, et il n’y a pas de hiérarchie religieuse. L’imam sunnite peut donc être n’importe quel croyant, et n’est qu’un organisateur temporel des prières.

Le rite sunnite s’est par contre diversifié en différentes obédiences, le rite malekite (de l’imam Malik), le rite shaféite (de l’imam Chafai), le rite hanefite et le rite hanbalite. Vous avez peut-être entendu parler du wahhabisme, qui est une variante du rite hanbalite pratiqué en Arabie séoudite, et du salafisme, autre variante du rite hanbalite, toux deux plutôt fondamentalistes.

La conception religieuse chiite considère que le Coran n’est pas compréhensible par tout le monde, et qu’il a une forme littérale et une forme ésotérique qui nécessite études et longue pratique. D’où la nécessité d’une hiérarchie religieuse, dont le chef suprême est l’imam, seul habilité à interpréter le Coran, et infaillible dans ses interprétations.Il a un pouvoir temporel et religieux très étendu, et ne se compare en rien avec les imams sunnites sans pouvoir religieux. Les fidèles lui doivent allégeance.

Le dogme chiite reconnaît l’existence de douze imams depuis le premier d’entre eux, Ali. Le douzième a disparu en 874 pour échapper à des poursuites, et son existence est considérée depuis comme "occulte", c’est-à-dire qu’il a une présence intellectuelle et invisible, et peut faire passer ses messages aux fidèles. Il est considéré comme devant réapparaître à la fin des temps sous le nom d’Imam mahdi ou caché. C’est une différence considérable avec le dogme sunnite qui, lui, considère le Coran comme immuable, Mahomet comme le dernier prophète, et rejette toute hiérarchie entre le croyant et Dieu.

Il existe une autre branche du chiisme dont vous avez peut-être entendu parler, les ismaéliens, qui ne reconnaissent, eux, que sept imams depuis Ali. Ils sont présents dans l’Océan indien et en Afrique orientale, et sont dirigés par le célèbre Aga Khan, dont la femme est la Begum.

Enfin, les lieux saints du chiisme, en dehors de la Mecque, sont situés à Nadjaf où est le mausolée de l’Imam Ali, et à Kerbala, où est celui de son fils Hussein. Villes dont vous entendez parler régulièrement dans les nouvelles d’Irak.

D’un côté, donc, une réligion très ouverte et sans chef, de l’autre, une religion très organisée et structurée.


Les réactions les plus appréciées

  • (---.---.---.68) 7 septembre 2006 15:59

    Mais pourquoi donc ces Chiites et ces Sunnites s’entretuent-ils alors, puisque, d’après le Douane éclairé, ils sont d’accord sur le principal ?

    PS : à propos du coran. Il paraît qu’il faudrait connaître l’arabe pour bien comprendre. Si les musulmans sont environ 1.350.000.000, il n’ y a parmi eux qu’environ 350 millions d’arabes dont une majorité sont illétrés ou ne comprennent pas l’arabe dans lequel le coran a été rédigé....En conclusion, la grande majorité des musulmans ne comprennent pas mieux le coran que les infidèles...


Réagissez à l'article

222 réactions à cet article

  • donegale (---.---.---.1) 7 septembre 2006 13:41

    Il n’y a pas que la différence de conception religieuse entre sunnites et chiites. A l’heure actuelle le monde entier sait que l’Iran est d’obédience chiite, mais très peu de gens savent que l’Iran fut sunnite pendant des décennies. En effet ce n’est qu’en 1501 que chah Ismail proclama le chi’isme comme religion officielle en Iran. La dynastie des Séfévides ou Safavides régna sur l’Iran de 1501 à 1732. Sous l’impulsion d’Ismail Ier, premier souverain safavide, qu’est décidée la conversion de l’Iran au chiisme duodécimain. Cette conversion résulte d’une volonté de s’affirmer face à la domination des Ottomans sunnites. La conversion permet de constituer les bases d’un État fort à partir d’une identité spécifique. Les safavides ont aussi utilisé leurs ressources afin de convertir un grand nombre d’iraniens au chiisme.Cette décision marque la séparation définitive de la Perse avec le monde Arabe et l’Empire Ottoman naissant, tous deux sunnites. L’une des conséquences inattendue fut la fuite de milliers d’intellectuels sunnites, ce qui est d’ailleurs à l’origine du rayonnement de la langue persane en Inde. Néanmoins, cet exode, privant le pays de son intelligentsia, a causé une grande crise interne. Pendant les 10 premières années de son règne, Shah Ismail I conquit l’entièreté de l’antique Perse : l’Iran central en 150, les provinces du sud de la Caspienne en 1504, de 1505 à 1508 il fit la conquête de l’Irak actuel, et en 1510 ce fut la conquête du Khorassan, que les Ouzbeks venaient de reprendre aux derniers Timurides.

  • Laïd DOUANE (---.---.---.20) 7 septembre 2006 14:27
    Laïd DOUANE

    « Les évènements du Moyen Orient et l’émergence d’un islamisme radical m’ont amené à essayer de comprendre les différences entre les Sunnites et les Chiites, deux branches de l’islam très présentes au Moyen Orient ».

    Je suis désolé de vous le dire ; la manière avec laquelle vous avez abordé un sujet aussi compliqué, prouve que vous n’avez pas compris grand-chose de la problématique. Vos conclusions sont tout simplement, fausses. Pour vos lecteurs, je ne pense pas que vous leur apportez quelque chose. Avec votre approche, vous ne faites que les égarer. Je me demande comment vous réussissez à faire en sorte que les vérités et les contrevérités se collent dans un seul texte. Vous avez écrit, je cite : « Chiites signifie d’ailleurs partisans d’Ali », c’est vrai ! Mais : « Une guerre s’ensuivra sur deux générations entre Sunnites et Chiites qui s’achèvera par la défaite des chiites à Kerbala.. », c’est FAUX !! La guerre a eu lieu entre les partisans d’Ali et les partisans de Mouawya. Dire que « La conception religieuse des Sunnites et des Chiites est très différente », c’est donner la preuve de son ignorance. La question de hiérarchie n’a rien à avoir avec la conception. C’est de l’organisation mon cher ! Quant aux rites, les différences ne sont que superficielles. Quant à affirmer que « La conception religieuse chiite considère que le Coran n’est pas compréhensible par tout le monde.. », ça c’est de l’enfantillage qui donne à rigoler. Mais qui ne sait pas que le « Coran n’est pas compréhensible par tout le monde » ?? C’est vrai que pour le comprendre, il faut faire des efforts linguistiques et parfois, historique, littéraires, philosophique, scientifiques etc. Il n’est pas donné à tout le monde de comprendre le Coran, surtout s’il est dénudé de foi ! L’Islam dans tout ça, n’a besoin ni de clergé ni de guide à qui on doit obéissance et dévouement sauf dans la prière au moment de la prière et dans la guerre, pendant la guerre.. Quant à ce qu’on peut constater au niveau des « écoles », c’est du ressort de la vie en société que les guides généralement auto proclamés ou désignés, dictent ! Enfin, monsieur le’ « entrepreneur des hommes », avant d’essayer de comprendre, il fau essayer de faire la différence entre « tendance » et religion. C’est votre dernière conclusion qui me le fait dire : « D’un coté donc une religion très ouverte et sans chef, de l’autre une religion très organisée et structurée », en parlant de chiisme et de sunnisme qui ne sont que des écoles de pensée dont la référence est commune ; Le Coran !

    • Marsupilami (---.---.---.171) 7 septembre 2006 15:16

      Tiens, v’là Laïc Dédouané, l’islamiste de service...

      Citation texto de l’islamiste Laîc Dédouané dans un précédent fil de discussion d’Agoravox :

      « La laïcité est un terme typiquement français qui veut dire merderie et connerie. Il consiste à emmerder les peuples et les annimaliser.. Laïd DOUANE ».

    • (---.---.---.68) 7 septembre 2006 15:59

      Mais pourquoi donc ces Chiites et ces Sunnites s’entretuent-ils alors, puisque, d’après le Douane éclairé, ils sont d’accord sur le principal ?

      PS : à propos du coran. Il paraît qu’il faudrait connaître l’arabe pour bien comprendre. Si les musulmans sont environ 1.350.000.000, il n’ y a parmi eux qu’environ 350 millions d’arabes dont une majorité sont illétrés ou ne comprennent pas l’arabe dans lequel le coran a été rédigé....En conclusion, la grande majorité des musulmans ne comprennent pas mieux le coran que les infidèles...

    • wrisya (---.---.---.82) 7 septembre 2006 17:59

      LOL. C’est pas forcément faux, mais ce n’est pas forcément vrai non plus. Les « puristes » de l’islam l’affirment qu’il faut absolument comprendre l’arabe pour prétendre saisir l’esprit de l’islam et comprendre le sens du Qran. Un peu pour eux comme si les autres langues seraient « impurs »... En dehors de quelques subtilités de langage à ce que m’en dit une amie qui parle couramment l’arabe dit « littéral », on peut avoir de très bonnes traductions aujourd’hui...

      Cdt

    • (---.---.---.3) 7 septembre 2006 18:59

      Marsupi vous etiez en vacance ? vos reactions islamo-arabo-phobiques nous manquaient presque ............

    • Marsupilami (---.---.---.171) 7 septembre 2006 19:06

      @ Anonyme

      Erreur. Je suis contre l’islam mais antiraciste et par conséquent pas arabophobe. Faut pas tout mélanger mon vieux. La religion n’est pas une race.

    • EricB (---.---.---.103) 9 septembre 2006 11:58

      « C’est vrai que pour le comprendre, il faut faire des efforts linguistiques et parfois, historique, littéraires, philosophique, scientifiques etc. Il n’est pas donné à tout le monde de comprendre le Coran, surtout s’il est dénudé de foi ! L’Islam dans tout ça, n’a besoin ni de clergé ni de guide à qui on doit obéissance et dévouement blah blah blah »

      C’est pas un peu antinomyque tout ça ? D’un coté, tout le petite peuple ne peut pas comprendre le Coran parce qu’il faut avoir, en gros, fait des études supérieures, tout ça, et de l’autre, pas beoins de guiide éclairé pour lire le Coran.

      Remarquez, dans un sens, ca vaut mieux, parce que quand on entend certains prêches d’Imam jusque dans nos banlieuesn, on se dit que ce serait peut-être moins dangereux si les musulmans restaient tranquilles chez eux à essayer de comprendre le Coran par eux-mêmes.

      Enfin, tant qu’ils s’entretuent chez eux, tout va bien. Mais quand ils viennent nous emmerder chez nous pour ensuite prétendre retrouver les 70 vierges au Paradis de Mahomet, là je dis basta.

    • Serpico (---.---.---.176) 16 septembre 2006 11:24
      Serpico

      A Douane « « Une guerre s’ensuivra sur deux générations entre Sunnites et Chiites qui s’achèvera par la défaite des chiites à Kerbala.. », c’est FAUX !! La guerre a eu lieu entre les partisans d’Ali et les partisans de Mouawya. »

      Hadj Moussa, Moussa Hadj : je ne vois pas la différence.

      L’article est très très bon. Surtout s’il a été écrit par un non musulman.

      C’est un résumé fidèle du monde musulman auquel ne manque qu’un petit détail mais d’importance : les chiite sont pour le califat dynastique. Pour eux Ali était désigné carrément par Dieu pour être calife parce que cousin du prophète et premier apôtre.

      Pour le chiisme, les califes futurs devaient tous obligatoirement être des descendant d’Ali.

      C’est là que l’article contient une lacune : Ali a été assassiné par les Kharejite (de Khawarej, « sortis » de la religion, auto-exclus).

      Or les Kharejite sont pour un mode de succession et un Etat démocratiques. Un tel troisième courant, aux idées si modernes au VII° siècle, est carrément occulté par les orientalistes et les « spécialistes » de l’Islam.

      On en retrouve encore des communautés dans la presqu’île Arabe, la corne de l’Afrique et en Algérie, au Mzab sous le nom de Ibadite.

      Les Ibadite Algériens ont chassé les salafistes du FIS Algérien comme des malpropres, refusant leur intégrisme. Les Ibadite sont connus pour leur sens élevé de l’organisation, le fonctionnement démocratique de leurs institutions et le civisme de leurs adeptes.

      Autre problème -mais l’auteur de l’article n’y est pour rien-, la grande confusion Chariâ-Coran. La charia n’est pas le Coran.

    • Serpico (---.---.---.176) 16 septembre 2006 11:29
      Serpico

      Douane

      Autre chose : il n’st pas nécessaire d’avoir un doctorat pour comprendre le Coran. L’idée est même contraire aux propos du Coran qui dit s’adresser à tout être doué de raison.

      Prétendre le contraire, c’est faire le jeu justement des Muftis qui, tout en proclamant qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre le croyant et Dieu, s’imposent en seuls interprètes de la parole divine.

      Avec les résultats catastrophiques que l’on sait depuis le XII° siècle jusqu’aux fetwas contradictoires et politiques sur la présence américaine en Arabie saoudite.

  • InfoGratte (---.---.---.193) 7 septembre 2006 14:57
    InfoGratte

    Ce que vous dites est juste, bien qu’incomplet, mais votre conclusion est bien hative et partiale et ne correspond pas vraiment à la réalité du terrain.

    La Mecque n’est pas uniquement un lieu saint du Chiisme mais un lieu saint Musulman car ville natale du prophète.

    La 2ème ville qui accueille le plus de pélerins chiites chaque année est Mashhad (Nord Est de l’Iran), lieu saint où fut enterré, au début du IXe siècle, l’ Imam Riza. 3 millions de fidèles y convergent chaque été.

    Contrairement aux apparences, la branche sunnite n’est pas plus ouverte que la baranche chiite, loin s’en faut. Le fait de se référer uniquement et strictement à un texte sacré trés ancien n’est pas une marque d’ouverture.

    A l’inverse, la vision chiite de la religion n’a cessé d’évoluer dans le temps en gagnant en souplesse. Pour cette raison, bon nombre d’iraniens (90% de chiites en Iran) vous diront que l’on pourrait faire une comparaison Catholiques-Protestants / Sunnites-Chiites en terme de prise de positions et d’évolutions.

    Vous en doutez ?.... Comparez juste la condition féminine (directement liée à la religion dans ces pays) entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Aprés, on rediscute !!!

    Pour finir, j’étais en Iran cet été et partout dans le pays, des panneaux appelaient à la paix et à l’union entre les chiites et les sunnites. Alors, je me pose juste une seule question : Qui cherche systèmatiquement à opposer ces 2 branches d’une même religion ?

    • (---.---.---.157) 7 septembre 2006 15:04

      « Qui cherche systèmatiquement à opposer ces 2 branches d’une même religion ? »

      > Voilà une question trés importante, pertinente et qui depasse l’article et tous les commentaires ! La réponse à cette question sera en elle-même la clef qui pourra expliquer ce qui se passe au moyen Orient et mettra à nu les adeptes du fameux clash de s civilisations.

    • Voltaire (---.---.---.37) 7 septembre 2006 15:11
      Voltaire

      Il me semble que l’auteur, par « ouverte », signifiait sans hiérarchie établie, et ne portait pas de jugement de valeur morale. Un tel article est nécessairement incomplet mais replace utilement ces deux branches de l’islam dans leur contexte historique.

    • zen (---.---.---.166) 7 septembre 2006 17:58
      ZEN

      (IP:xxx.x84.36.157) le 7 septembre 2006 à 15H04

      Intéresannte allusion, mais j’aimerais que vous développiez votre pensée en une courte analyse...

  • Panama (---.---.---.59) 7 septembre 2006 15:18

    Vous ne parlez pas de la troisième ville Sainte de l’Islam : Jérusalem.

    On a souvent comparé le mouvement Chiite au protestantisme. A l’heure actuelle, il semblerait que la grande diversité de l’Islam, et de tous ses courants (Druzes, etc), soit en train de disparaître, au profit des deux principaux courants actuels.

    Merci donc aux pétrodollars, la peste noire de cette région du monde.

  • CAMBRONNE (---.---.---.174) 7 septembre 2006 15:46
    CAMBRONNE

    MON CHER MARSU

    Heureux de te voir sur ce fil sur lequel je suis tombé par hasard .

    Je vois que toi aussi pôvre ignare tu n’as rien compris aux subtilités de l’Islam comme d’ailleurs notre ami Douane n’a pas tout compris aux subtilités du christianisme . Il est évident que nous nous laissons aller à des vues aproximatives sur les autres religions et que l’actualité fait qu’on a souvent à chaud des idées un peu courtes sur la religion musulmane et des jugements inapropriés sur ses fidêles .

    On a tendance par ignorance à penser qu’en Iraq par exemple les Sunites et les Chiites ne s’aiment pas car ils sont comme nous étions en Europe à l’époque des guerres de religions il y a quelques siècles où Protestants et Catholiques s’entre tuaient gaillardement , donnant lieu à des horreurs comme la Saint Barthémémy ou le sac de Prague dans le cadre de la guerre de trente ans .

    Par assimilation on aurait tendance à penser que les différences de religions ou plutot la manière différente de croire et de pratiquer est surtout utilisée à des fins politiques . Les puissants emmenaient derière eux leurs sujets et c’est ainsi que tout un pays basculait dans l’Hérésie protestante ( Je dis hérésie parceque je suis catholique )ou restait ou redevenait catholique .

    Nous en sommes arrivé avec le temps et il faut le dire la perte de nos certitudes à une approche différente et l’oecuménisme a droit de cité chez nous .

    Peut on imaginer que les Chiites et les Sunnites se réconcilieront un jour .Je le crois , mais il faudra beaucoup de temps et de sang versé .

    Marsu , toi tu t’en fous tu es athée et de toute façon tu bruleras en enfer !

    Salut et fraternité .

  • (---.---.---.68) 7 septembre 2006 15:52

    Holà ! Marsu n’est pas athée, mais agnostique....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès