Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Tiens voilà du Bouddha, voilà…

Tiens voilà du Bouddha, voilà…

Steven Seagal aurait été identifié par Penor Rinpoché, maître de l'école bouddhiste tibétaine nyingmapa, comme tulku, c'est-à-dire réincarnation d’un grand Lama tibétain (Chungdrag Dorje) (source).

Avant de devenir acteur, Steven Seagal a exercé plusieurs métiers :

-Passionné d’Aïkido dans sa jeunesse, il accède très vite au rang de maître et est le premier étranger à ouvrir un dojo au Japon. Tiens, tiens, le Japon, ce n’est pas la voie royale pour aller vers le bouddhisme tibétain,...

-Il a travaillé pour la CIA, puis est devenu garde du corps du président Reagan. (source).

 Quand on connait les liens entre les camps d’extermination japonais en Chine, avant et durant la 2ème guerre mondiale, et les bouddhistes tibétains .... quand on connait la soumission du Japon aux USA dans les années 68 (quand Steven Seagal s’y est installé), et quand on voit maintenant l’engagement pro bouddhisme tibétain de l’acteur, les choses intriguent, non ?

 Le Lama Seagal Steven, de par ses films et son attitude, est donc très loin de représenter la preuve vivante de la non violence, telle que prônée par le bouddhisme tibétain depuis le XIXème siècle. Je le vois plus près des pratiques de la Charia et de la Loi du Talion. 

Du statut de Lama :

Partant de cet exemple surréaliste, il convient d’aller voir du côté de ce qu’est un Lama. Et là, patatras, je tombe des nues, ce n’est pas un Bouddha qui existe au Tibet, ils sont plus de 100 actuellement en vie !

Le Dalai Lama, lui, c’est le super Bouddha, un peu comme Bush ou Obama qui commandent, via l’OTAN, les états vassaux et leurs petits chefs qui en sont membres.

Ils sont donc, au Tibet, plus de cent à être réincarnés, à bénéficier d’un statut de demi-dieu, à avoir le droit permanent de ne rien glander … quand personnellement je me bats pour le droit à une retraite décente ….

Mais enfin, il faut que je me raisonne, et que je m’adapte ; si je me tonds et si je m’habille en robe rouge, j’aurai très certainement aussi droit à des subsides de la CIA, « purée, comme là-bas » ! Cela comporte quand même un risque avec les fachos, s’ils voient ma coupe de cheveux ils vont me laisser tranquille, par contre ma robe rouge risque de leur rappeler la gay pride. Pas simple !

Une religion à géométrie variable :

Cette ambiguïté dans la tenue n’est pas un hasard, elle reflète toute l’adaptabilité que cette religion a su démontrer au long de son existence. En effet la robe de bure, universelle chez les religieux, et parfois transformée en robe de burnes par les prêtres catholiques, elle est en tous cas un élément féminin, donc un signe de paix. La longue barbe poivre et sel, qui décore le visage des religieux grecs et les fait passer souvent pour des popes hautains, est un signe de sagesse. Le crâne rasé, lui, envoie un tout autre message.

Il y a donc à la base une contradiction dans l’acte et le message, dans le discours et le fait, et surtout une constante : le bouddhisme tibétain n’a jamais renié la violence !

Mais alors d’où vient cette image de pacifistes, de bons moines bien gentils et propres sur eux, sinon de nos propres fantasmes, besoins et identifications. Je me suis donc un peu promené de l’autre côté du miroir …

Jusqu’au XIXème siècle et depuis un paquet d’années pour ne pas dire de siècles l’ordre « monacal » règne sur le Tibet. On y coupe allègrement les bras, les jambes, les langues, on viole et on exploite les « serfs », on assure la reproduction pour les femmes et la pédophilie en général, l’illettrisme est de l’ordre de 100% chez ceux qui ne sont pas religieux, ils n’ont aucun droit, de vote évidemment mais aussi de propriété, de salaire. Bref tout va pour le mieux du moment du moment qu’aucun européen ne vient briser ce doux ordre établi (cf. Mon combat pour un Tibet moderne, récit de la vie de Tashi Tsering, Editions Golias).

Mais voila, au XIXème les voyages commencent à former la jeunesse et arrivent des exogènes, des Helena Blavatsky, des Alexander Csoma, qui viennent étudier et comparer, voire y chercher des sources.

Historiquement les caractéristiques du bouddhisme sont de se développer dans les régions extrêmement pauvres, et de s’allier avec le pouvoir en place, quel qu’il soit : en Inde avec le roi Açoka de l’Empire Maurya, en Grèce avec Ménandre, en Chine avec les Tang puis les Tubo puis les Mandchous, ensuite avec les anglais.

Mais il existe une autre caractéristique, son adaptation à l’environnement et notamment en intégrant les cultures des pays et peuples où il s’installe. Les idées révolutionnaires issues des théories de Hegel, Darwin, Marx mettent en danger l’ordre établi, Helena Blavatsky va faire venir le bouddhisme en Europe, lutter contre le matérialisme par la spiritualité, la compassion, la soumission. Son aboutissement, le concept de race-racine, prône l’établissement d’un nouvel ordre mondial fondé sur une métaphysique raciale (Alice Bailey et la métaphysique de la race www.voxnr.com ). La société théosophique voit le jour, elle va faire des émules notamment Alexandra David-Neel, C.G.Jung, et des dissidents tel Rudolph Steiner.

Mais c’est la tradition universelle poussée par René Guénon (extrême droite française) qui va permettre à l’italien Julius Evola (national-socialiste italien) de mettre au goût du jour l’idée et les valeurs d’une civilisation supérieure, d’une race pure, élucubrations sorties du Tantra de kalachakra et se référant à une guerre apocalyptique … et juste.

Mussolini puis Hitler ont surfé sur ces théories, Himmler ordonnant des recherches sur les traditions des peuples nordico-aryens via l’institut Ahnenerbe. Une mission regroupant 5 scientifiques allemands et 20 membres des SS est envoyée au Tibet en 1939 … l’un de ces membres, Heinrich Harrer deviendra durant des décennies le conseiller personnel du Dalai-Lama, et son livre, Sept ans au Tibet, va inspirer Jean-Jacques Annaud …

Depuis, voyageant du nazisme au bio, les 60 dernières années ont montré de nouveau l’adaptabilité du bouddhisme tibétain, sa grande capacité à emmener les gens vers la soumission à l’ordre établi, quel qu’il soit du moment qu’il n’est pas issu des théories Hegeliennes.

 

Autres liens-sources utiles :

http://www.chine-informations.com/actualite/chine-nouvel-an-tibetain-les-tibetains-prient-bouddha_18309.html

http://fr.328tibet.cn/05/01/200902/t265749.htm

http://fr.thefreedictionary.com/Bouddha

http://www.comprendrebouddhisme.com/connaitre/bouddhisme-bouddha.html


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Andydrew 14 février 2011 09:53

    Rarement lu un tel tissu d’âneries en si peu de mots ! Une méconnaissance totale de l’histoire du Tibet et du Bouddhisme...


    • Onegus Onegus 15 février 2011 02:54

      C’est à pisser de rire, même l’agence chine nouvelle n’ose pas pousser si loin la connerie dans sa propagande et son révisionnisme historique...


    • volpa volpa 14 février 2011 10:24

      Pourquoi un pays ne peut il évoluer ?

      C’est toujours une affaire de religion.

      Y en a marre des gourous.


      • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 14 février 2011 14:40

        Absolument camarade : le bond prodigieux vers la liberté et l’avance technologique de toutes les dictatures prolétariennes d’inspiration marxiste montrent bien qu’en exterminant les religieux et en rasant les lieux de culte, le pays évolue plus vite. 


      • Deneb Deneb 15 février 2011 08:06

        Le seul moyen dont l’Humain dispose pour combattre les religions est l’Humour. Les ridiculiser (en plus c’est facile) est de loin préférable aux attaques physiques. Les caricatures danoises ont fait bien plus de dégâts à l’islam que toutes les diatribes et appels à la haine du Fhaine. L’Humain aime rigoler, c’est bon pour la santé et ça rend le monde plus agréable. Il faut vraiment être tordu pour ne pas s’en rendre compte.


      • Gabriel Gabriel 14 février 2011 10:57

        Cet article est à mourir de rire, faire des mélanges entre la CIA, le Bouddhisme tibétain (Lamaisme) ou japonais (Ecole Zen), un acteur raté, l’Aïkido (Pratiquant moi-même), A.D.N (Première Européenne à entrer au Tibet) et le nazisme OUF !!! Un tel mélange et un tel bordel pseudo intellectuel déclenche en moi une profonde tristesse face à tel ramassis de conneries ! Si vous détesté le Bouddhisme qui entre parenthèse n’est pas une religion mais une philosophie n’y adhérez pas mais arrêtez cette propagande à deux balles qui vous ridiculise ….


        • Gérard Luçon Gerard Lucon 21 février 2011 13:43

          une superbe philosophie, le peuple tibétain en a beaucoup profité .....


        • FritzTheCat FritzTheCat 14 février 2011 11:25

          Article d’un rare crétinisme.

          No more comments.


          • ZEN ZEN 14 février 2011 11:27

            On trouve tout aux Galeries agoravoxiennes smiley


            • Tarouilan Tarouilan 14 février 2011 11:39

              Article rafraichissant, un angle nouveau qu’il faut prendre avec recul, ...

              Que savons-nous sur le Dalaï-lama ? >>> Salarié de la C.I.A, c’est certain, les archives US déclassifiées en attestent.... et il a fini par le reconnaitre, ...financé par la NED, officine de la CIA, c’est aussi incontestable, DONC UN PION, dans système mondialisé de contrôle quasi-absolu des USA, sur le monde.

              Quand a lavage de cerveau médiatique permanent des médias USRAELIEN français, qui ont façonnés avec patience ce qui reste de neurones aux malheureux français, il a réussi à faire passer le pire régime théocratique n’ayant jamais existé au monde, en paradis terrestre...... chapeau, cette propagande à des longueurs d’avance en efficacité sur celle de l’Allemagne Nazie.... !


              • m.anuel 12 février 2013 14:44
                Il est acquis que la résistance tibétaine a bénéficié de l’’aide de la CIA dans les premières années ayant suivi l’invasion chinoise du Tibet. Peut-on pour autant reprocher aux tibétains d’avoir accepté la seule aide qui leur était alors offerte, alors que le monde entier se désintéressait du sort de ce petit pays ? Pour les anti-tibétains, certainement, qui auraient préféré que l’invasion chinoise, opération de libération selon les critères du parti communiste, se déroulât selon les voeux de celui-ci et que la résistance tibétaine fusse immédiatement écrasée dans le sang. On sait aussi que cette aide a ensuite cessé, réalisme politique oblige, puisque la puissance économique de la Chine contraignait à fermer les yeux sur ses exactions, lesquelles perdurent à ce jour.

                Il est établi que les Etats-Unis ont cessé d’’apporter tout soutien financier au gouvernement tibétain en exil à compter du début des années 1970 (sources : ’clichés tibétains’ de Françoise Robin et ’les guerriers du Bouddha’ de Mikel Dunham). Faut-il donc que les détracteurs du Dalaï Lama manquent cruellement d’’arguments pour nous ressortir plusieurs décennies après cet événement, qui déjà à l’’époque méritait d’’être discuté et sûrement pas d’être condamné sans discernement.

              • Cocasse cocasse 14 février 2011 11:47

                Bouddhisme n’est absolument pas synonyme de non violence. La violence peut parfaitement être utilisée, du moment que celui qui l’use soit certain de sa nécessité, et le fasse en gardant la paix de l’esprit. Il y a une anecdote du Bouddha qui aurait tué des bandits sur un bateau, car ces derniers mettaient en péril tout le navire et ses passagers.
                Ensuite, le Bouddhisme n’est pas nécessairement tibétain, et il est aussi présent au Japon.

                Il y a toujours eu un certain trouble sur le passé de Steven Seagal, tout ce qu’on sait vraiment c’est que :

                - il s’est installé au japon en tant que maitre d’aïkido de 7ème dan, et a été le premier occidental a ouvrir un dojo là-bas. C’est donc une référence en la matière, il fait partie des véritables acteurs « expert en art martiaux » de très très haut niveau, à l’instar de Jet Li.

                - c’est un acteur assez minable et inexpressif, mais qui a utilisé avec succès pour la première fois des techniques d’aïkido ou voisines à l’écran, avec quelques films de série B plutôt assez bien réussis finalement, dont deux à gros budget. Depuis quelques années ses déboires financiers l’ont obligé à tourner navet sur navet pour cachetonner, même si le niveau de ses direct-to-video s’est un peu relevé dernièrement.

                - bien que très patriote américain, il a porté plusieurs fois le message de la dérive du système américain des grandes sociétés pétrolières, de l’armement, du « gouvernement invisible », et de l’opacité des officines secrètes.


                • lerenard lerenard 14 février 2011 12:56

                  la religion quelle quelle soit est de nos jour obsolète mais nous pouvons lui dire merci car sans elle : de nos jour il y aurai pu avoir une classe dominante mettant d’autre humains en élevage
                  un pour la main d’œuvre gratuite deux pour la viande


                  • m.anuel 14 février 2011 13:32

                    Derrière un titre ressortant du comique troupier, on retrouve les poncifs totalement éculés concernant le Dalaï Lama, révélant qu’en définitive, on ne doit pas avoir grand chose à lui reprocher pour ressasser les mêmes refrains.

                    C’est la version actuelle du dicton « quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage ». Aujourd’hui, quand on n’aime pas quelqu’un, on l’associe aux nazis et à l’extrême-droite, ça évite de réfléchir.


                    • Deneb Deneb 14 février 2011 14:23

                      La crédule théocratie tibétaine a été une proie bien trop facile pour les hordes maoïstes, champions du génocide toute catégorie.


                      • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 14 février 2011 14:25

                        Cet article d’une rare indigence intellectuelle témoigne d’une totale méconnaissance du sujet qu’il prétend aborder. Il atteint une profondeur dans la prétention stupide qui dépasse tout ce que j’ai lu jusqu’à présent sur Agora. Bref, pourquoi diable vouloir transmettre son ignorance ?


                        « depuis un paquet d’années pour ne pas dire de siècles »
                        Mais pourquoi ne pas le dire ? On sent le gars qui maîtrise la partie historique de son dossier.

                        « Sa grande capacité à emmener les gens vers la soumission à l’ordre établi »
                        Ca ne semble pas être l’avis de l’administration chinoise

                        « ce n’est pas un Bouddha qui existe au Tibet, ils sont plus de 100 actuellement en vie ! »
                        Il y a de quoi organiser plusieurs équipes de foot, on dirait.

                        « voyageant du nazisme au bio »
                        Là je ne sais pas quoi dire... 

                        J’ai quand même un doute : c’est un article comique ou une expérience d’écriture automatique sous LSD ? 



                        • popol 14 février 2011 19:05

                          Vous n’avez manifestement aucune connaissance du Bouddhisme (*).
                          Ceux qui pratiquent la désinformation font généralement preuve de plus de subtilité.
                          En toute logique : vous êtes un crétin, au sens clinique du terme et sans vouloir vous insulter -vous vous en chargez seul avec brio-).
                          Offrez-vous un cerveau. Attention au choc. Préparez des Cleenex.
                          Nonobstant, le rire est l’ami de l’homme. Dès lors, continuez.

                          (*) : « Ce n’est pas un Bouddha qui existe au Tibet, ils sont plus de 100 actuellement en vie ! »
                          Le Bouddha originel atteste que nous sommes tous, déjà, des Bouddhas. À nous d’ôter le(s)
                          voile(s).
                          Étudiez la mystique (chrétienne, soufie, etc.).


                          • Gérard Luçon Gerard Lucon 15 février 2011 20:57

                            qu’ils sont beaux, les non violents intellectuels bouddhistes, quand ils reagissent ... bien entendu sans violence, juste en qualifiant de cretin, indigent ... revisionniste ... alors pourquoi vous offusquer, messieurs les anonymes, quand j’ecris que votre religion n’a jamais rejete la violence ? La violence de vos mots en attestent !

                            Toutefois il manque une qualification a vos appellations : cryptocommuniste, vous faiblissez, messieurs les nazillons en robe ! J’eus apprecie cette insulte plus que toute autre ...

                            et puis revisionniste ... juste une petite remarque ... sur ce sujet, sachant que l’histoire n ;’est que propagande, nous pouvons aussi nous baser sur les chiffres, les ecrits mentionnes par les deux camps entre 1936 et 1945 :

                            Durant la seconde guerre mondiale, combien de bouddistes tibetains ont-il ete tues dans des camps de concentration en Europe ?
                            REPONSE : ZERO !
                            par contre des jifs, des tziganes, des communistes, des ukrainiens ... a la pelle

                            Bon, normal direz-vous peut-etre, a l’eppoque on trouvait difficilement des tibetains en Europe sauf ..... allons, ne soyons pas mauvaise langue ...

                            Donc dirigeons-nous vers l’ex-Mandchourie, la ou les japonais avaient installe leurs camps d’extermination reserves aux asiatiques ...
                            Combien de bouddhistes tibetains y sont-ils morst ?
                            REPONSE : ENCORE ZERO

                            Mais alors, durant la 2eme guerre mondiale, il n’y aurait pas eu un seul tibetain « extermine » par les italiens, allemands et autres japonais ? Non ... pas un, zero, nada ... comme quoi le bouddhiste se dilue bien dans la tyrannie et l’ignominie ... QED

                            Enfin pour celui qui me qualifie d’indigent ... si vous pouvez me faire parvenir les livres qui composent votre bibliotheque,je parle de l’integrale, ce serait sympa, en effet je n’ai pas reusi a obtenir ce qui constitue vos livres de chevet :
                            -les mesaventures de Bessanitude sur la grande muraille (edition 2007) 
                            -le petiot Nicolas vendeur de navions en Chine


                            • Mammon 15 février 2011 22:15

                              @ l’auteur

                              Mais que vous arrive-t-il ???
                              Vous débordez littéralement de haine et de morgue envers le bouddhisme et pas seulement tibétain...
                              Votre article, j’ai le regret de vous le dire, n’est qu’un ramassis de bêtises...il y en a au moins une par phrase ! vous ne connaissez rien, mais alors strictement RIEN de l’objet de votre détestation...
                              Votre réponse même pour assimiler bouddhisme tibétain et nazisme est pathétique... C’est quoi ce délire sur la composition des camps d’extermination japonais (et je suis gentil, car votre interrogation sur le nombre de tibétains internés en Allemagne atteint les sommets du ridicule, ou comment parler pour ne rien dire) ??? Pour votre culture générale :
                              - les japonais n’ont érigé ces camps que dans les régions qu’ils occupaient, en Chine et dans le reste de l’Asie
                              - ils n’ont jamais, lors de leur guerre en Chine, atteint les régions tibétaines, leur avancée maximale s’arrêtant dans le Shaanxi et le Hubei...
                              - le Tibet, indépendant de facto, n’a jamais mené d’action militaire coordonnée avec l’armée Showa (il est resté neutre). Chongqing, capitale du Guomingdang pendant la guerre, n’a jamais été attaquée par l’ouest...
                              - des Tibétains en Mandchourie, il n’y en avait pas des masses... leur nombre devait avoisiner le zéro... Il faut dire que ce sont deux coins complètement à l’opposé de la Chine et la circulation dans le pays à cette époque était très très dangereuse...
                              - des chinois ... bouddhistes dans les camps, en revanche, il y en a eu un paquet... (quoique la plupart des 9 millions de victimes civiles chinoises n’ont pas péri dans les camps mais ont été massacrées sur place comme à Nanjing)

                              J’ai l’impression qu’il vous est arrivé quelques chose de mauvais avec les tibétains ou leurs sympathisants, genre vous être fait casser la figure ou piquer votre femme, pour que vous en fassiez une telle fixation sur eux...
                              Pour livre de chevet, je vous conseille l’excellent livre de J-Louis Margolin, l« Armée de l’Empereur », où sont décrit minutieusement toutes les atrocités commises par l’armée Showa en Asie. Mais curieusement, il n’est écrit nulle part que les Tibétains leur aient donné un coup de main...


                            • Gérard Luçon Gerard Lucon 22 février 2011 17:10

                              c’est marrant, parler contre le bouddhisme tibetain c’est etre plein de haine , de morgue ... quelle marrade de voir tous ces bouddophiles bobo-tondus et possiblement atteints de cretinisme des alpes ... encore qu’il existe peut-etre aussi le cretin du Tibet, non ?
                              Et pour ceux qui ne peuvent imaginer ni accepter les liens entre ce bouddhisme et le Japon de l’epoque nazillonne, veuiller lire « Histoire du bouddhisme Tibetain » de Elisabeth Maertens, Edition L’Harmattan, pages 154 a 157 et 216-217 , entre autres ... c’est EDIFIANT !

                              je sais, Mme Maertens ayant critique le bouddhisme, elle est elle aussi forcement communiste pro-chinois, indigente, haineuse, etc ... ah quelle belle tolerance que celle des ces neo-fascistes a la mode goche-caviar, je vous envie ..... enfin .. pas vraiment .... 

                              Mais il est vrai que quelque chose est particulierement inquietant, sans etre blanc comme neige Hu Jin Tao a moins de sang sur les mains que georges bush ou votre dalai-lama ... ironie de l’histoire, non ?


                            • m.anuel 12 février 2013 14:31
                              Le mythe de la connexion entre le Tibet et les Nazis est une création tardive d’auteurs français : le premier, Terry Legrand, publia en effet en 1933 [1] un roman intitulé « Les Sept têtes du dragon vert » dont un passage fut repris et développé par Louis Pauwels et Jacques Bergier dans leur célébrissime « Le Matin des magiciens » (1960). Cela a été démontré très clairement par Isrun Engelhardt (Université de Bonn), reconnue dans le milieu scientifique pour la qualité de ses travaux sur le Tibet et les Nazis.

                              Après plusieurs refus du gouvernement tibétain, l’expédition de Schäfer au Tibet (1938-1939) fut autorisée à pénétrer au Tibet, atteignit Lhassa le 19 janvier 1939 et y resta deux mois. Schäfer ne put pas rencontrer le XIVème Dalaï Lama, alors âgé de quatre ans : en effet, ce dernier n’avait même pas commencé le long voyage qui, de sa région d’origine (Amdo), l’amena à Lhasa seulement le 8 octobre 1939. En revanche, il rencontra le Régent, Reting Rinpoche. Sur l’insistance du scientifique allemand qui voulait une preuve de son succès, le Régent adressa une simple lettre de courtoisie et quelques présents à Hitler. Malgré cela, il n’y eut jamais de contact officiel entre le gouvernement tibétain et les Nazis. Le fait que Schäfer ne put faire parvenir la lettre du Régent à Hitler que trois ans après son retour suffit à montrer le manque d’intérêt du gouvernement allemand pour le Tibet.

                              Il semble qu’il y ait eu confusion entre deux personnages : E. Schäfer, le scientifique d’un côté, et H. Harrer, l’alpiniste de l’autre. Ce dernier quitta l’Allemagne en avril 1939 pour une expédition d’alpinisme au Nanga Parbat (aujourd’hui au Pakistan). Il fut capturé à Karachi, ainsi que tous ses compagnons, par les Britanniques trois jours avant le début de la guerre. Avec un compagnon de captivité, Peter Aufschnaiter, il s’échappa et atteignit Lhassa en janvier 1946. La première entrevue entre H. Harrer et le Dalaï Lama n’eut lieu qu’en 1949. Ils se rencontrèrent ensuite durant un an avec l’autorisation du gouvernement tibétain qui encourageait ainsi l’ouverture du jeune hiérarque sur le monde extérieur, et ses dispositions pour les connaissances techniques. Néanmoins, aucune source n’a jamais fait apparaître H. Harrer chargé d’une mission par Hitler. H. Harrer quitta le Tibet en 1951, à la suite de l’invasion chinoise.

                            • m.anuel 12 février 2013 14:37

                              Quelques livres pour avoir une autre vision que celle, totalement orientée de Madame Martens (dont l’ouvrage est le livre de chevet des anti-tibétains, qu’ils soient d’extrême-droite comme d’extrême gauche) :


                              Le Tibet est-il chinois, de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille
                              Clichés tibétains, de Françoise Robin
                              La civilisation tibétaine, de Rolf Stein
                              Fascination tibétaine, de Donald S. Lopez

                              Quatre livres sans aucune complaisance à l’égard du Tibet, pas de vision idéalisée, mais pas de déformation idéologique grossière à la Martens : des recherches fouillées, des études en profondeur et du travail de longue haleine, ce que Martens est trop paresseuse pour réaliser.

                            • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 15 février 2011 22:04

                              Je viens de comprendre que l’auteur plaisantait. J’avais d’abord cru qu’il était réellement fou, mais ses dernières saillies sont si outrancièrement drolatiques que l’ironie en déborde comme le lait bouillant d’une casserole. Sacré farceur ! De toutes ses blagues, c’est celle-ci ma préférée : 

                              "Durant la seconde guerre mondiale, combien de bouddistes tibetains ont-il ete tues dans des camps de concentration en Europe ?
                              REPONSE : ZERO !«   
                               smiley

                              Et quel talent d’arriver à nous faire rire avec un sujet si grave, surtout quand on connaît la similitude entre les atrocité des nazis et celles que les occupants chinois ont fait subir aux Tibétains : assassinats en masse, confiscation des biens, tabassages, tortures à l’électricité, tortures par suspensions, amputations des doigts des moines pour qu’ils ne puissent plus tourner les pages de leurs livres de prières, viols des religieuses à la matraque électrique, obligation d’étendre les excréments à la main sur les cultures du camp, interdiction de recevoir des soins médicaux conduisant à la mort, tortures psychologiques par la menace de tourmenter les membres de la famille, etc. Sur le premier lien on voit tous les beaux instruments servant à apporter le progrès en extirpant les superstitions locales de la tête des indigènes. Les autres sont des témoignages très instructifs. 

                              http://www.tibet-info.net/www/La-torture-au-Tibet.html

                              http://www.tibet-info.net/www/Un-ancien-detenu-tibetain-parle-de.html

                              http://www.amis-tibet.lu/dossiers/torture-2.html

                              http://chine.aujourdhuilemonde.com/un-militant-ecologiste-tibetain-temoigne-de-la-torture-en-prison

                              http://inside.amnestyinternational.be/isavelives/fr/node/6394

                              http://www.liberation.fr/monde/0101643677-proces-grand-guignol-d-un-tibetain-en-chine

                              Gérard Ducon (un nom de scène, j’imagine) est de toute évidence un clown qui fait la promotion de ses spectacles.  Dans quel théâtre vous produisez-vous, cher ami ? 


                              • Gérard Luçon Gerard Lucon 22 février 2011 17:14

                                Gaspard Delanuit, zero article et un QI d’huitre ... alors vous pouvez m’appeler comme vous voulez, povre residu anonyme ! Et si je vous gene, c’est avec un grand plaisir ! Quand a vos liens que nous pouvons aussi trouver sur le site de la CIA et celui des sarkoboys, quel interet ? Propagande ringarde .... triste sire, ce monsieur qui ne sortira pas delanuit 


                              • m.anuel 12 février 2013 14:47

                                Il vaut assurément mieux n’être l’auteur d’aucun article que d’en avoir pondu d’aussi nuls.


                              • Gérard Luçon Gérard Luçon 12 février 2013 15:38

                                quand on s’appelle manuel, on ne se la joue pas intellectuel, mon cher professeur d’histoire revisitee

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès