Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Une burqa dans la crèche

Une burqa dans la crèche

Au moment où le nouveau maire de Béziers lance une nouvelle polémique, propre en envenimer les tensions communautaires, en installant, peut-être par provocation, une crèche dans sa mairie, tentant de donner à notre République laïque, une dominante chrétienne, il n’est pas inopportun de s’interroger sur les origines de la Burqua.

Cette tenue qui a suscité tant de polémiques n’a peut-être aucune raison d’être portée par les musulmanes dites « intégristes »…comme on va le découvrir. lien

À la lumière de quelques recherches, il est en effet possible de se forger une opinion.

Lors d’une conférence, Ghaleb Bencheikh, ce docteur es-sciences, physicien, et aussi présentateur de l’émission « Islam  » sur France 2, (lien) expliquait : « quand les femmes musulmanes sortaient le soir, elles risquaient d’être importunées. Si une femme musulmane pense que sa relation à Dieu passe par le port du foulard, il faut le respecter ; mais si elle ne veut pas, il faut aussi l’accepter. Est-ce une recommandation, une obligation ? Le port du voile tiens plus de la tradition que d’un acte de foi. Le voile n’est pas une nécessité absolue (…) sur le parvis de la Mecque, les femmes sont sein à l’air et cheveux au vent pour celles qui sont de basse extraction. Elles se pavanent. Les autres ont des tenues héritées du temps des Assyriens ». lien

Dans la sourate Al Ahzaab, verset 53, on peut lire qu’Allah ordonna aux musulmans de ne s’adresser aux femmes qu’à travers un voile…sauf que dans d’autres traductions, il s’agirait d’une cloison et non d’un voile. lien

Contre toute attente, la pratique de la Burqa viendrait du culte d’Astarté dans la Mésopotamie antique, où pour honorer la déesse de l’amour physique, toutes les femmes, sans exception, devaient se prostituer une fois l’an dans les bois sacrés qui entouraient les temples de la déesse. lien

Cette légende est considérée par nombre d’internautes comme un hoax, affirmant que la burqa aurait été introduite en Afghanistan au début du 20ème siècle sous le règne de l’émir Habibulla, qui pour éviter que les 200 femmes de son harem ne puissent susciter le désir d’autres hommes, leur aurait imposé ce vêtement. lien

Pourtant, au 9ème siècle avant JC, c’est Téglath-Phalasar 1er, un roi assyrien, qui avait demandé que la prostituée du temple soit voilée, tout comme la déesse Ishtar  ; cette pratique ayant été étendue ensuite dans tout le Proche Orient.

En tout cas, la première preuve textuelle du port du voile vient bien de la Mésopotamie.

Le culte de la déesse Ishtar était associé avec la prostitution sacrée, et la déesse, appelée Hiérodule d’An (An étant le plus ancien dieu des Sumériens) était toujours représentée voilée. lien

À l’époque l’activité sexuelle dans le culte était symboliquement liée à la fertilité.

Chaque nouvel an, le souverain devait « épouser » l’une des prêtresses d’Inanna, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femmes.

Lors de la cérémonie le Roi et son hiérodule pratiquaient l’acte sexuel en public. lien

D’autres font remonter l’origine de la Burqa à la dynastie Aquemenide de l’Empire Perse au 5ème siècle avant JC, mais d’autres encore affirment que le voile était aussi utilisé en Assyrie 13 siècles avant JC, bien avant l’apparition de la religion musulmane. lien

Enfin certains affirment que ce vêtement était tout simplement le vêtement traditionnel des tribus pachtounes d’Afghanistan. lien

Mais revenons à Astarté.

On trouve son équivalent dans pratiquement toutes les religions : elle est l’Aphrodite des grecs, l’Oholiba des juifs, l’Anahita des perses, la Nephtys des égyptiens, la Marie-Madeleine des chrétiens, l’Allat des arabes, l’Ishtar des mésopotamiens…lien

Astarté, fille de Sin, dieu de la Lune, et sœur de Samas, Dieu du Soleil, considérée par la religion judéo-chrétienne comme la démone de la débauche, était en Mésopotamie la déesse du Ciel Etoilé, de la Fertilité, de la Fécondité et de la Prostitution. lien

Pour ne pas être reconnues, alors qu’elles étaient obligées une fois l’an de se prostituer, les femmes de Mésopotamie n’hésitaient pas à se voiler complètement, pour des raisons faciles à comprendre.

Au début du 20ème siècle, le célèbre Atatürk, Mustapha Kémal, 1er président de la Turquie, hostile au voile, avait déclaré : «  mais pourquoi nos femmes s’affublent-elles encore d’un voile pour se masquer le visage, et se détournent-elles à la vue d’un homme ? Cela est-il digne d’un peuple civilisé ? Camarades, nos femmes ne sont-elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ? Qu’elles montrent leur face sans crainte et que leurs yeux n’aient pas peur de regarder le monde ! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple !  ». lien

Cette déclaration a été publiée dans l’ouvrage de Jacques Benoist-Méchin : « Mustapha Kémal ou la mort d’un empire » (éditeur Albin Michel-1954-page 373).

Atatürk avait donc décidé une loi toute simple, avec effet immédiat, permettant à toutes les femmes turques de se vêtir comme elles le désiraient…cette loi s’appliquant à toutes les femmes, sauf aux prostituées, qui elles, pour des raisons historiques, devaient porter la burqa.

Inutile de dire que cette loi cloua le bec aux intégristes de l’époque, car dès le lendemain de la proclamation de cette loi, plus aucune femme ne porta de Burqa en Turquie afin de ne pas passer pour une prostituée.

Mais les temps changent, et Erdogan a décidé récemment de mettre un terme à cette loi, autorisant à nouveau le voile. lien

Une fois de plus, c’est donc peut-être une méconnaissance de l’histoire qui est à l’origine d’une pratique qui se veut pourtant légitime par rapport à l’enseignement musulman.

À un autre niveau, sur la question chrétienne, choisir la crèche de Noël, l’un des symboles de cette religion, et l’installer dans un lieu représentant la république laïque comme vient de le faire le nouveau maire Biterrois, est bien évidemment contestée par les autorités républicaines. lien

Ceci dit, des provocateurs taquins pourraient pousser le bouchon un peu plus loin en rappelant que notre calendrier est censé commencer lors de la naissance du Christ, ce qui avait d'ailleurs poussé les révolutionnaires de 1792 à modifier ce calendrier.

Ils pourraient ajouter que notre république laïque ne s’interdit pas de mettre au compte des jours fériés des dates religieuses.

En effet, du lundi de Pâques au jeudi de l’Ascension, en passant par le lundi de Pentecôte, l’Assomption, ou même Noël, notre république laïque n’a pas hésité à valider comme jours fériés des dates à forte connotation religieuse. lien

Ce calendrier républicain de 1792 avait logiquement été institué pendant la révolution par la convention de 1792, proposant des noms poétiques comme Germinal, le mois de la germination, Floréal, celui des fleurs, Prairial, celui des prairies, finissant par Ventôse, le mois du vent. …lien

Calendrier logiquement annulé par Napoléon qui avait sa vision bien particulière de la République…puisqu’il en avait fait par la suite une quasi monarchie, se nommant lui-même empereur, comme on le sait. lien

Faut-il donc appliquer les règles laïques autant à la burqa, qu’à la crèche de Noël… voire en revenant au calendrier républicain ?

Que se passerait-il si un élu français de culte musulman installait dans sa mairie des signes ostentatoires de sa foi ?

Dans toute ces péripéties, il y a en marge la volonté de faciliter, ou pas, l’intégration des citoyens d’origine étrangère, quel que soit leur culte, mais ou se trouve la ligne jaune à ne pas dépasser ?

Chez nos voisins d’outre-Rhin, les responsables du CSU avaient proposé une solution pour le moins étonnante : obliger leurs immigrés à pratiquer la langue allemande non seulement dans l’espace public, mais aussi, en interne, dans leurs propres habitations…

On se pose logiquement la question du contrôle d’une telle pratique : des fonctionnaires allemands auraient-ils eu le droit de s’introduire dans les appartements des immigrés pour vérifier que la loi était bien respectée ?

Fort heureusement, cette proposition a provoqué un tollé parmi la classe politique dans son ensemble, et vient d’être abandonnée. lien

Tout cela est en mettre en résonnance avec 2 magnifiques films « qu’Allah bénisse la France  », qui vient tout juste de sortir, réalisé par le rappeur strasbourgeois Abd Al Malik dont le message est clair : «  avec toute notre diversité, ensemble on peut être mal partis (…) mais in fine, on construit notre histoire ensemble, et on va réussir ensemble  » et « Timbuktu », un film sur la résistance malienne aux jihadistes qui avaient occupé Tombouctou, que l’on doit à Abderrahmane Sissako, lequel évoque « un islam pris en otage par un groupe de gens qui parlent au nom d’une religion pour accomplir ce qui n’est pas religion ». lien

Comme dit mon vieil ami africain : « la faucille dont on change le manche reste une faucille ».

L’image illustrant l’article vient de « leconomiste.com »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

C’est un juif qui rencontre un autre arabe

Mais où sont passés nos Héros

Coup de blouse à Béziers

Les religions, parole d’évangile ?

Dérapages en mairies FN

Ces français qu’on aime

Noirs, nous sommes tous noirs


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 10 décembre 2014 09:14

    Merci pour cet article nous démontrant les incohérences de cette religion assaisonnée à toutes les sauces selon les époque...La femme (La matrice du monde) y est traitée comme un sous produit.. ?


    • diogène diogène 10 décembre 2014 09:31

      C’est sûr que le christianisme (en particulier le catholicisme) qui mélange le polythéisme du culte des saints avec la sainte trinité et se fait passer pour monothéiste est beaucoup lus cohérent !


      La fable de l’immaculée conception et du christ fils de dieu dont les adeptes mangent le corps au cours de réunions rituelles est beaucoup plus évoluée.

      Les rémunérations de femmes et leur accès aux postes de responsabilités sont bien plus intéressants, etc

    • fred.foyn Le p’tit Charles 10 décembre 2014 09:56

      heu vous répondez à côté comme d’habitude.. ?

      Bizarre votre comportement......

    • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 10:22

      le p’tit charles

      oui, c’est ce qui m’a frappé le plus en écrivant l’article, c’est en découvrant que la pratique de la burqa était infiniment plus antérieure à la religion islamiste...il s’agirait donc d’une récupération.
      Et n’est-ce pas une façon d’humilier la femme, en utilisant des arguments qui ne tiennent pas la route une seconde ?

    • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 10:25

      diogène

      j’avais écris il n’y a pas si longtemps un article démontrant une mauvaise lecture de la bible, au sujet du nom « élohim »...
      en effet, dans la bible, c’est élohim qui aurait crée l’homme, puis la femme, mais il y a un problème, c’est que élohim est le pluriel de éloha !
      ce qui signifierait clairement que le christianisme fait une erreur en parlant de Dieu, puisqu’il y aurait des Dieux= élohim (des dieux) eloha (un Dieu)
      étonnant non ?

    • fred.foyn Le p’tit Charles 10 décembre 2014 10:29

      Bonjour...Il y a tout juste quatorze siècles, dans les temps préislamiques, la femme n’avait virtuellement aucune existence. Et elle avait été éteinte ainsi depuis longtemps. La raison toute simple de ceci est le fait qu’elle n’était pas considérée comme faisant partie de la société. C’était une société majoritairement masculine où la femme était lourdement écrasée de devoirs, mais ne jouissait d’aucuns droits. Elle était oppressée et négligée par tous les aspects. Elle avait à porter et élever les enfants à la maison et servir son mari comme une esclave servirait son maître. Les nouveaux nés filles pouvaient être enterrés vivantes et une femme veuve pouvait épouser légalement ses beaux fils ou ses fils adoptifs.

      Sous ces traditions dominaient un chaos insondable, une anarchie et un sexisme extrême faisaient loi, puis la miséricorde divine intervint et l’Islam arriva en héros, en sauveur. Il a élevé la femme négligée, socialement ostracisée, et dont les droits étaient bafoués des abysses profondes et sombres de la sauvagerie et de l’oppression en élevant leur statut et en plaçant littéralement les bénédictions sur sa tête et le Paradis sous ses pieds.....(Une femme violée dans l’islam est la condamnée a la peine de mort par son mari)..de nombreuses exécutions ont eu lieu dans les pays du Golfe en Afghanistan et au Pakistan...


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 10:32

      le P’tit Charles

      pas mieux... je partage.
      merci

    • mmbbb 10 décembre 2014 19:38

      @ Par olivier Cabanel Vous en avez de bonne J’habite pres de Lyon il n’est pas rare de voir des femmes voilees dans un espace public Ces laicards integristes ne vont pas les emmerder puisque toutes les associations seraient debout afin de les defendre Mais il commence a pointer un contre effe de ce zele ; certains maires prennent aux mots ces laicards integristes et proposent desormais certains jours ou le menu le prévoit de la viande de porc en vertu que ces choix alimentaires sont des préceptes religieux et ne doivent pas etre imposes dans un cadre laic On allume un petit feu avec des allumettes et tout ceci risque de finir dans un brazier . Quand la maire de Lille ouvrent uniquement la piscine a des femmes mulsumanes a des horaires reserves quand certaines universites ajournent les cours pour le respect des fetes religieuses les francais un jour prendront un coup de sang puisque leur religion semble etre stimatisee Moi le premier


    • Ouallonsnous ? 10 décembre 2014 19:52

      Il y a une façon et une seule de régler ce problème, appliquer rigoureusement la laïcité, dans l’espace public tout d’abord, ce qui est élémentaire, dans les institutions de la République ensuite !

      Tout individu se réclamant et participant d’une théologie religieuse infirmant les principes de la République, ce qui est le cas des religions monothéistes et sectes infectant notre communauté nationale, ne pourra être éligible à une quelconque fonction publique ou même administrative.

      Cette interdiction devra être applicable à tout individu ayant suivi une formation et par conséquent, un conditionnement à l’étranger ou pour des intérêts étrangers.

      Nous y verrons plus clair quand nous auront appliquées ces sages et légitimes précautions, l’état de sujétion à l’étranger de nôtre pays est d’abord lié au laxisme dans l’application de ces précautions fondamentales pour ne pas se trouver colonisés de l’intérieur !

      Dehors les imams, rabbins et autres FAF, qui pululent actuellement.

       Dehors les représentations prétenduement diplomatiques des monarchies ou états théocratiques et ceux qui les soutiennent !


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 22:22

      ouallonsnous

      excessif il me semble...
      la liberté du culte est républicaine.
      chacun peut exercer (ou pas) sa foi, tant que ça reste dans le domaine autorisé.
      une mairie est un bâtiment public, et on ne devrait y voir ni burqa, ni crèche.
      pas besoin, comme vous le faites, d’en appeler à la haine des religions.
      vous parlez de sagesse ?
      dans votre commentaire, il y a tout, sauf de la sagesse.
      allez en paix.
       smiley

    • Ouallonsnous ? 11 décembre 2014 10:41

      Désolé, O Cabanel, je me suis mal fait comprendre, il s’agit de corriger la dérive qui s« est installée dans l’application des principes de notre République, grâce à l’intervention d’une »cinquiéme colonne« venue de l’extérieur au cours des années pour saper les bases du vivre ensemble dans notre pays.

      Désolé également que vous voyez de la haine dans cette démarche, mais souffrez que la correction soit douloureuse pour être efficace, d’autre part l’exercice des religions n’est pas menacé si elle restent dans le domaine personnel de nos consciences, là où prennent naissances les »croyances« et sans ostentation ni prosélytisme !

      C’est quand ces prescriptions seront respectées d’un commun accord par tous les citoyens »vrais" de notre communauté nationale Républicaine laïque que nous pourrons aller et vivre en paix les uns avec les autres !


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 décembre 2014 11:38

      ouallonsnous

      vous devriez relire attentivement votre premier commentaire.
      il dénote clairement des choses pas très positives, excessives, et je ne pense pas vous avoir mal compris...
      a moins que ces mots aient dépassé votre pensée...
      mais dans ces cas là, on se relit avant de publier.
       smiley

    • Ouallonsnous ? 11 décembre 2014 18:54

      Je crois pour conclure que vous n’aimez pas ne pas avoir le dernier mot,

      J’ajouterais quand même que ce que vous trouvez excessif ou pas trés positif, n’est en fait que le correctif de cette situation « excessive » dans laquelle nous nous trouvons, contraire aux principes de notre société.

      Plus nous attendrons pour y remédier, moins ce ne sera « positif », et plus ce sera difficile à mener à bien  !


    • César Castique César Castique 10 décembre 2014 10:07

      « Au moment ou le nouveau maire de Béziers lance une nouvelle polémique, propre en envenimer les tensions communautaires. »


      Les tensions communautaires ne seront jamais que le fait de ceux qui, chez les Romains, refusent de faire comme les Romains, créant par là-même un choc de civilisations. Qui se vit au quotidien, sur le palier, bien différent que celui qu’annonçait Huntington.

      Et il est un peu général. Alors qu’à Bergame (Lombardie), le directeur de l’école De Amicis, où plusieurs classes sont à majorité étrangère, a interdit le traditionnellissime « presepe », le maire de Rapallo, la ville ligure du Traité, a ordonné, hier et par écrit, l’installation d’une crèche dans chacune des écoles de la commune.

      C’est ça, les joies du multiculti, de la mixité, du métissage. La nouveauté, cette année, c’est que ceux qui devraient se pousser pour faire une place à des « EUX » par forcément bienvenus, non seulement résistent, mais ripostent. 

      La baudruche « vivre ensemble » commence à se dégonfler...

      • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 10:31

        cesar castique

        il est vrai que l’acharnement de quelques uns à stigmatiser des français pour la seule raison qu’ils sont d’origine étrangère, même si certains le sont depuis des générations..., n’est pas de nature à leur donner l’envie de s’intégrer comme on dit...
        mais heureusement ils sont plus nombreux que l’on croit, ces stigmatisés, qui font preuve de citoyenneté, et défendent républicainement le « vivre ensemble ».
        c’est d’ailleurs le thème du très beau film que je cite en fin d’article.

      • César Castique César Castique 10 décembre 2014 11:10

        « ... n’est pas de nature à leur donner l’envie de s’intégrer comme on dit... »



        Si j’étais musulman même moyennement assidu, ce n’est pas dans d’anodines figurines que j’irais chercher des raisons de ne pas m’intégrer, mais plutôt dans le ci-devant démentiel mariage d’hommes entre eux.


        « mais heureusement ils sont plus nombreux que l’on croit, ces stigmatisés, qui font preuve de citoyenneté, et défendent républicainement le « vivre ensemble ». »


        Et bien, ceux-là sont, au pire à l’installation de crèches dans les mairies, les écoles et autres lieux publics. Mais on ne les a pas entendus beaucoup.


        « c’est d’ailleurs le thème du très beau film que je cite en fin d’article. »


        Quoi qu’on en dise, un film, ça reste du cinéma. Ça n’engage que celui qui l’a réalisé et ce n’est pas avec ça qu’on fera revenir les centaines de milliers de Français qui ont déménagé - white flight - pour échapper à un voisinage inadapté, et inadaptable à leurs habitudes, moeurs, us et coutumes, sandwich jambon-beurre et demi avec ou sans faux-col inclus.

      • César Castique César Castique 10 décembre 2014 11:22

        « ...au pire indifférents à l’installation de crèches... »


      • mmbbb 10 décembre 2014 19:44

        @ Par olivier cabanel  « à leur donner l’envie de s’intégrer comme on dit... » Je ne sais ou vous avez vecu mais il me semble que c’est quand meme de la philosophie de salon parce que la realite helas vous rappelle a l’ordre Beaucoup font d’enormes efforts pour que l’on les haissent.


      • cathy30 cathy30 10 décembre 2014 10:19

        Olivier 

        Vous en avez oublié une, la déesse de la Raison/République. Cette prostituée nommée comme telle par M. de Villepin. Elle fut célébrée avec une prostituée en 1793 :
         
        - 10 novembre 1793 : Fête de la Liberté célébrée à Notre-Dame de Paris dans le cadre du Culte de la Raison.
         
        Le Culte de la Raison fit son apparition à Notre-Dame de Paris le 10 novembre 1793, avec la Fête de la Liberté. Ce culte fut organisé par Pierre-Gaspard Chaumette, et le maître-autel se vit ainsi transformé en autel de la déesse Raison. Fin novembre de cette année, le culte catholique fut d’ailleurs interdit à Paris. La cathédrale fut ensuite transformée en entrepôt de vivres. 


        • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 10:27

          cathy

          en effet, c’est très intéressant.
          merci de m’avoir fait découvrir ça, et qui complète parfaitement l’article.
          passionnant !

        • njama njama 10 décembre 2014 11:13

          de la crèche à la burqa !!!
          vous avez réalisé un saut quantique olivier cabanel, quel exploit smiley


          • eric 10 décembre 2014 11:15

            J’ai dans les ténèbres des articles non validés par la modération un texte qui, il me semble, apporte certains éclairages sur les questions que vous vous posez.
            Notamment, il est clair qu’en décidant du contenu religieux ou pas du voile ou de la burqua, certaines sphères publiques se lancent dans une labellisation du religieux qui pose pas mal de questions.
            La laïcité, c’est que les religions ne sont pas présentes en tant que telle dans l’état, et que l’état ne se mêle pas du tout de leurs affaires. En particulier de dire ce qui est religieux ou pas.
            Un peu la même question qu’avec la MIviludes, qui s’était mise dans la t^te de définir ce qui étati une bonne religion et ce qui était une mauvaise ( secte) au dela du simple respect de la loi.
            Si c’était un effet de votre grande ouverture d’esprit de plusser cet article pour validation...
            http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=160474

            D’un autre côté, en matière de crèches dans des Mairies on est déjà fixé puisque la cour européenne des droits de l’homme a décidé de leur légalité dans le cadre de sa jurisprudence...Voir l’arrêt Lautsi.



            • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 13:32

              eric

              je ne connais pas cet « arret lautsi », mais vous pourriez nous donner un lien pour valider cette info.
              pour le reste, ce qui est religieux est respectable, au nom de la liberté du culte, mais n’a rien à faire dans un bâtiment municipal....d’autant que la place ne manque pas ailleurs.
              mais ce n’est que mon modeste avis.
               smiley

            • Pierre Régnier Pierre Régnier 10 décembre 2014 15:47


              "d’autant que la place ne manque pas par ailleurs"

               

              C’est bien ce qui m’épouvante : on voit encore un peu partout, en cette saison, de terribles petits Jésus dans une crèche et des monstrueux pères Noël qui portent des jouets dans une hotte pour aller les déposer au pied de dangereux sapins.

               

              Heureusement que de courageux Cabanel consacrent leur temps et leur intelligence à nous présenter avantageusement la religion et la culture qui vont balayer tout ça !

               

              Des mitraillettes pour tuer des enfants dans des écoles juives ou des touristes visitant un musée juif, des couteaux pour égorger des mécréants français qui vont randonner en Kabylie, de sains enseignements jusque dans nos villages de montagne pour faire comprendre à nos jeunes paumés qu’on peut trouver du sens à sa vie en allant participer à la grande humanisation entreprise par l’État Islamique, tout ça me rassure tout de même un peu.



            • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 16:24

              pierre régnier

              heureusement que vous êtes là pour pointer du doigt ces milliers d’assassinats qui se produisent dans nos pays, du à des fanatiques, armés de mitraillettes, de couteaux, et qui contrairement à ce que l’on pensait ne sont pas des cas isolés, comme Merah...pour lequel, il n’est pas possible que tout ça ne soit qu’une opération de manipulation qui ait mal tourné...
              donc je résume le fond de votre pensée : tous, sans exception, ou du moins une grande majorité de ces « mauvais français » sont armés jusqu’aux dents, et demain, ou plus tard, vont passer à l’action.
              on ne pourra pas dire que vous ne nous aviez pas prévenu.
              et quel mauvais esprit pourrait prétendre que vous en appelez à la haine raciale ?
              je me demande un peu !
               smiley

            • eric 10 décembre 2014 17:25

              La Cour de Strasbourg admet finalement la présence de crucifix dans les salles de classe d’écoles publiques en Italie.

              C’est dans un contexte tendu que la Cour européenne des droits de l’Homme a rendu, neuf mois après l’audience, son arrêt de grande Chambre dans l’affaire Lautsi et autres c. Italie relative à la conformité au droit à l’instruction et à la liberté de pensée, de conscience et de religion de la présence obligatoire de crucifix dans les salles de classe d’écoles publiques. En effet, l’arrêt de Chambre avait constaté, à l’unanimité, une violation de l’article 2 du protocole n° 1 conjointement avec l’article 9 de la Convention aux motifs, notamment, que « l’exposition obligatoire d’un symbole d’une confession donnée […], en particulier dans les salles de classe, restreint le droit des parents d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions ainsi que le droit des enfants scolarisés de croire ou de ne pas croire » (CEDH, 3 nov. 2009, Lautsi c. Italie). Cet arrêt avait suscité un tollé au sein de la classe politique italienne.

              Certainement soucieuse de ne pas souffler sur les braises, la Cour de Strasbourg renverse la solution dégagée par la Chambre. Elle admet donc le 18 mars 2011 que « le crucifix est avant tout un symbole religieux », et qu’en principe « la décision de perpétuer ou non une tradition relève en principe de la marge d’appréciation de l’État défendeur ». En particulier, selon la Cour, « les États contractants jouissent d’une marge d’appréciation lorsqu’il s’agit de concilier l’exercice des fonctions qu’ils assument dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement et le respect du droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques ». Dès lors, « la Cour se doit […] en principe de respecter les choix des États contractants dans ces domaines, y compris quant à la place qu’ils donnent à la religion, dans la mesure toutefois où ces choix ne conduisent pas à une forme d’endoctrinement ».

              Or, s’appuyant sur une étude de droit comparé dont ne disposait pas la Chambre, la grande Chambre insiste sur « la circonstance qu’il n’y a pas de consensus européen sur la question de la présence de symboles religieux dans les écoles publiques ». Affirmant, ensuite, que « le crucifix apposé sur un mur est un symbole essentiellement passif », la Cour considère qu’il n’est pas possible de « lui attribuer une influence sur les élèves comparable à celle que peut avoir un discours didactique ou la participation à des activités religieuses ». Par ailleurs, selon la Cour, « les effets de la visibilité accrue que la présence de crucifix donne au christianisme dans l’espace scolaire » doivent être « relativisés » aux motifs que, d’une part, cette présence « n’est pas associée à un enseignement obligatoire du christianisme », d’autre part, que « l’Italie ouvre parallèlement l’espace scolaire à d’autres religions ».

              En refusant de constater une violation des exigences conventionnelles dans cette affaire, la grande Chambre rend une solution d’apaisement et ménage la susceptibilité des États. On peut toutefois s’interroger sur la cohérence de cette décision au regard de sa jurisprudence antérieure, notamment concernant le port du voile islamique au sein d’écoles (CEDH, 15 févr. 2001, Dhalab c. Suisse  ; CEDH 24 janv. 2006, Kurtulmus c. Turquie).

              CEDH, gde ch., 18 mars 2011, Lautsi et autres c. Italie, n° 30814/06


            • Pierre Régnier Pierre Régnier 10 décembre 2014 17:44


              Olivier Cabanel

               

              Le problème n’est pas, en France, celui du nombre de fanatiques qui mettent en application ceux des préceptes coraniques qui sont criminogènes, c’est celui de l’implantation, de la consolidation et du développement de la religion qui, depuis toujours, diffuse et justifie les enseignements criminogènes du prophète Mohamed et des rédacteurs du Coran.

               

              Le plus grave problème est même devenu, maintenant, celui du nouveau négationnisme créé et alimenté continuellement par des militants qui se disent et se croient de gauche. Et, plus grave encore, qui se disent laïques. Je n’ajoute pas ici « et qui se croient laïques » car, avec le temps, je pense qu’ils ont parfaitement compris ce qu’ils sont réellement devenus sur ce point précis : des militants anti-laïques et complices d’une religion criminogène. La question que je me pose alors c’est : comment des militants de gauche, dont bon nombre de mes camarades proches, ont pu tomber dans cette lamentable dérive  ?

               

              Je ne sais pas ce que c’est qu’une opération de manipulation qui aurait mal tourné quand un individu massacre des enfants dans la cour d’une école mais je sais que, depuis toujours dans l’histoire, les théologies et les enseignements religieux criminogènes conduisent très logiquement certains croyants à commettre des crimes.


              Les enseignements islamiques de la prétendue « bonne barbarie » - dont le prophète a lui-même donné l’exemple - conduisent encore et toujours très logiquement à la barbarie islamique actuelle.

               

              Aux éditions Riposte Laïque ont peut se procurer notamment :

               

              - Reconquista ou mort de l’Europe par René Marchand

              - Pas de voile pour Marianne par Élisabeth Lelesart

               et plus récemment, ce livre que je n’ai pas encore lu :

              - Musulmans vous nous mentez par Hubert Lemaire



            • Pierre Régnier Pierre Régnier 10 décembre 2014 18:03

              On peut se procurer,


            • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 18:24

              pierre reigner

              je vais être plus direct.
              vous savez que les médias avaient qualifié Merah de loup solitaire...
              justement, le loup !
              cet animal, dont personne ne conteste la prédation, puisque c’est sa mission sur terre, a été éradiqué de France et je crois que le dernier a été tué en Isère dans les années 50...
              pourquoi l’avoir supprimé de notre paysage ?
              sur cette même logique, on pourrait éradiquer cet autre prédateur qu’est, pour les poissons, le brochet...
              on a éradiqué le loup a cause de quelques loups solitaires, chassés par la meute, et devenu fou...
              c’est comme si on décidait de tuer tous les hommes parce qu’un tueur sadique et pervers à tué d’autres humains.
              le problème, c’est que dans votre commentaire, on comprend très bien ce qui vous guide.
              pour vous, ce sont tous des Mérah en puissance, et c’est ça votre problème.

            • César Castique César Castique 10 décembre 2014 18:44

              « ...sur cette même logique, on pourrait éradiquer cet autre prédateur qu’est, pour les poissons, le brochet... »


              Il faudra forcément en arriver là, quand ils se mettront à égorger 20 ou 30 moutons, en une nuit.

            • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 18:51

              cesar quastique

              bon, vous sortez du sujet, mais allons y.
              il existe beaucoup de systèmes pour protéger les moutons, et puis il ne faut pas oublier que celui ci est un animal domestique.
              il n’est donc pas de taille à lutter contre le loup.
              non pas que je conteste la logique de la transhumance, mais lorsqu’on déplace un troupeau, le laisser sans surveillance une nuit entière, c’est un appel à la prédation très clair.

            • Pierre Régnier Pierre Régnier 10 décembre 2014 21:56


              Olivier Cabanel

              Vous commencez la réponse que vous m’adressez par ces mots « je vais être plus direct », mais vous la terminez en disant : « dans votre commentaire, on comprend très bien ce qui vous guide, pour vous, ce sont tous des Merah en puissance, et c’est ça votre problème ».

              S’il vous plaît, soyez plus direct : qui sont ces « tous », et qu’est-ce qui, selon vous, « me guide » ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 22:16

              pierre régnier

              apparemment tout le monde à compris ce que je voulais vous expliquer, sauf vous...
              ou alors vous faites l’âne pour avoir du son ?
               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 22:18

              jarnicoton

              effectivement, je vous confirme, les moutons ne vont pas au cinéma.
              ils sont devant la télé.
              plaisanterie mise à part, un berger peut tout à fait rentrer les moutons dans leur bergerie, et aller voir un film.
              mais vous qui êtes si intelligent, ça me surprend que vous ne l’ayez pas compris ?
               smiley

            • Pierre Régnier Pierre Régnier 11 décembre 2014 11:58


              Olivier Cabanel


              Vous résumez parfaitement ici - ou encore le 10 à 16 h 24 quand vous me dites : quel mauvais esprit pourrait prétendre que vous appelez à la haine raciale ? - les bases intellectuelle et spirituelle de la « gauche » dans son action résolument anti-laïque et complice des islamistes : on suppose, on devine , on comprend que ceux qui résistent à l’islamisation de la France le font par racisme - car on décide aussi que l’islam est une race !


              Mais vous résumez sans dire explicitement, comme c’est souvent le cas dans le prolongement et l’adhésion, sur les médias libres, de l’odieuse politique officielle de ceux que je qualifie de « gauchistes d’extrême droite » (*) (voir aussi, plus haut, votre adhésion à la thèse très médiatisée du « loup solitaire » quand un musulman fanatisé tue au nom de son Dieu Allah).


              Mais cette fausse gauche a tout de même besoin que les choses soient dites en clair et de nombreux journalistes indignes se chargent d’exprimer très explicitement l’odieux mensonge, depuis des années, dans les « grands » médias : l’islamophobie c’est du racisme, de la xénophobie, de la haine de l’autre parce qu’il est différent.


              Je milite, moi, pour que la gauche - ma gauche - retrouve le respect de son peuple, l’honnêteté, la raison, l’intelligence et la libre spiritualité. Et quelle se remette enfin à proclamer et appliquer le droit et le devoir de considérer les religions en fonction


              - de leurs bases théologiques,

              - de la manière dont celles-ci sont ou non verrouillées pour qu’on ne puisse les faire évoluer,

              - de leur rapport à la conception, belliqueuse ou pacifique, de la vie des peuples,

              - de leur mise en application, dans leur vie personnelle, par ceux qui les ont énoncées,

              - des résultats, dans l’histoire, de leur mise en application par la masse des adeptes,

              - de la durable fanatisation ou non par le dogmatisme comme premier des devoirs exigés,

              - de leur compatibilité ou non avec les sociétés ayant évolué vers la liberté de penser, de s’exprimer, de s’affirmer athée,

              - de leur compatibilité ou non avec notre très précieuse laïcité...

              - de leur rapport à la barbarie religieuse toujours très concrètement et très massivement mise en application dans le monde d’aujourd’hui.


              Exercez, bon Dieu, Olivier Cabanel, votre chance d’avoir encore, vous comme moi, la liberté de penser et s’exprimer hors de la soumission aux préceptes de la religion la plus barbare !


              Et hors de la lâche et imbécile soumission de la fausse gauche à ceux qui sont déjà soumis.

               

              (*) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ceux-de-la-gauche-qui-ne-veulent-77346



            • Garance 10 décembre 2014 12:11

              Eh oui Cabanel....


              Autres temps ; autres moeurs

              Aux temps jadis les femmes voilée c’étaient rien que des putes

              Aujourd’hui elle se voilent pour faire croire qu’elles ne le sont plus

              Au temps jadis les preux chevaliers allaient voir leurs belles sur de fiers destriers le haume au vent 

              Aujourd’hui que voit-on ?

              Un président-barrique-casqué allant dés potron-minet visiter sa pute sur un scooter

              • OMAR 10 décembre 2014 19:54

                Omar33

                Bien vu gars-rance  !!!!!!

                Et j’ajoute, cette future présidente, Marine, qui va partouzer jusqu’en Autriche....
                http://www.liberation.fr/monde/2014/01/24/des-milliers-de-manifestants-contre-le-bal-de-l-extreme-droite-a-vienne_975417

                Pas possible, les valeurs de la France partent en java...

                PS : t’as oublié un « S » à « voilée »..
                Oui je sais, l’habitude de te servir d’un ’S" uniquement comme crochet de boucherie...

                Ton pote Ali-Baba-Noél....


              • juluch juluch 10 décembre 2014 12:23

                Bonjour olivier.


                comme quoi se genre de pratique ne doit pas avoir cours chez nous.

                Toutes ces communautés attisent la colère et les réactions comme le Maire de Béziers.

                Il ne faut pas oublier que nous sommes d’essence chrétiennes et que nous avons des traditions qui font partit de notre identité culturelle.

                Pour ma part, la crèche, le sapin ou le marché de Noel ne me dérange en aucun cas......

                ..........et c’est un athée qui vous le dit.... smiley

                • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2014 13:29

                  juluch

                  le sapin, la crèche, le marché de Noël...ça ne me dérange pas non plus.
                  mais ne mélangeons pas tout.
                  le sapin, c’est un culte païen, 
                  le marché de noël, c’est du commerce
                  et la crèche, c’est une croyance.
                  cette dernière, autant respectable soit-elle, ne devrait pas avoir sa place dans un bâtiment républicain.
                  la place ne manque pas dans une ville, alors pourquoi choisir la mairie ?
                  vous devriez vous poser la question.
                  merci de votre commentaire.

                • juluch juluch 10 décembre 2014 14:29

                  Olivier, Noel a toujours existé et a bercé notre enfance et continue à nous bercer de par son ambiance festive et mystérieuses dont sont friand les enfants.....et les petits enfants.  smiley


                  Se sont NOS traditions.

                  Bien sur, on ne voyait pas dans les 70’s et 80’s des crèches dans les Mairies, juste de la décoration.....
                  .....mais, les événements qui ont court depuis quelques années avec le communautarisme fait qu’en réaction les milieux chrétiens, qui ne faisaient pas grand bruit jusqu’à présent, font en sorte de nous rappeler nos valeurs, nos traditions et notre folklore.

                  Personnellement, je me fiche de la religion comme de l’An 40, mais face au raffut communautaire encouragé peut ou prou par nos politiques, je me range du coté du Maire de Béziers, ville que je connais bien d’ailleurs.
                   smiley
                  L’Eglise et l’Etat sont séparés et DOIVENT impérativement le rester. Ceci étant, ne rejetons pas nos traditions alors que d’autres religions nous rabattent les oreilles avec leurs fêtes.

                  Je me suis posé la question bien sur, pour répondre à votre question de la décision de la Mairie de Béziers.

                  Je me pose aussi la question du halal et du casher dans nos supermarchés, de la publicité tapageuse sur le Ramadan, des burqas à foison dans les villes, de la djellabas portés par des barbus fondamentaliste, de la kippa etc.

                  Tout cela étaient avant très rare et fragmentaire, à présent par soucis d’égalité ou du politiquement correct on y met pas fin ou du moins un coup de frein, il est logique par conséquence que les Chrétiens majoritaires réagissent.

                  J’espère vous avoir convaincu par mes réponses ou du moins que vous compreniez ma réaction et par rebondissement celle de la Mairie incriminée.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès