Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Une certaine hypocrisie historique

Une certaine hypocrisie historique

Les jeux Olympiques ou comment faire son marché dans l’Histoire.

Les jeux Olympiques !

Derrière ces quelques mots se cache une longue histoire, auréolée de prestige et de symbole. Seulement, si les Jeux jouissent de valeurs nobles, invitant au dépassement de soi et au rassemblement entre les individus, il y a une autre histoire dans l’Histoire. Des petits détails volontairement occultés.

Mais d’abord, petit récapitulatif.

Originellement tenus dans la Grèce antique, les jeux Olympiques ont été remis au goût de l’époque et réintroduits par le baron Pierre de Coubertin à la fin du XIXe siècle. Les jeux Olympiques modernes ont lieu depuis 1896 tous les quatre ans, hormis lors des deux guerres mondiales.
C’est ce qui est généralement retenu ; les jeux Olympiques modernes sont une "restauration" des jeux Olympiques antiques. Ce qui signifie qu’on remet en place ce qui se faisait avant. Oui, mais avant, qu’elle était l’origine des Jeux ?
Jadis donc, les jeux Olympiques - antiques - étaient un concours sportif pentétérique (qui a lieu tous les quatre ans) organisé entre les cités grecques antiques en l’honneur de Zeus Olympien, ce qui donna l’adjectif olympique. Ils prennent place pour la première fois en 776 av. J.-C. et perdurent pendant plus de mille ans.

Intéressant.

Très intéressant, puisque, même si aujourd’hui les Jeux sont unanimement considérés comme une compétition sportive - et surtout une incroyable manne financière, ils n’en restent pas moins une fête religieuse. C’est un fait avéré dans la mesure où on fixe traditionnellement les derniers Jeux en 393 ap. J.-C., peu après l’édit de Théodose ordonnant l’abandon des lieux de cultes de la religion grecque, au profit du christianisme. Même éclipsée, cette dimension religieuse demeure bien ancrée dans la réalité, puisque l’adjectif "olympiques" reste collé au mot "jeux", et que la flamme est allumée en Olympie, lieu de résidence de ce cher barbu maître de la foudre. Alors, même si personne ne le sait, n’y pense ou ne le dit, les jeux Olympiques modernes restent à ce jour l’ultime célébration à l’échelle planétaire d’un culte païen.

Intéressant donc de voir que des pays de type musulman participent aux jeux Olympiques sachant que l’islam est contre toute forme de culte païen. A croire que l’argent saurait être plus fort que la foi...

Mais ça ne s’arrête pas là.
Était précédemment mentionnée la flamme olympique. Si les Jeux ont plusieurs symboles, le plus important est sans conteste la flamme olympique.
La flamme olympique.
Également appelée torche olympique, la flamme est allumée au cours d’une cérémonie par des femmes vêtues de tuniques similaires à celles portées par les Grecs de l’Antiquité. La cérémonie se déroule à Olympie, en Grèce, à l’aide de rayons du soleil concentrés par un miroir parabolique. Un fois embrasée, la flamme sacrée est communiquée à une torche qui est portée, si possible à pied, vers la ville organisatrice des Jeux. La grande prêtresse remet elle-même le flambeau au premier relayeur. Chaque participant porte ensuite la torche olympique sur une courte distance et la remet à un autre porteur. La fin du relais de la flamme olympique annonce la cérémonie d’ouverture des Jeux. Le dernier porteur, généralement un champion sportif du pays organisateur des Jeux, allume avec la torche olympique une vasque monumentale, laquelle brûle pendant toute la durée des Jeux.
La flamme est finalement éteinte lors de la cérémonie de clôture.
Ce que la majorité des gens ignorent, c’est d’où provient cette tradition de la torche.
Tout remonte aux jeux Olympiques d’été de 1928, à Amsterdam, où la flamme olympique a brûlé pour la première fois. Il n’y avait pas encore de relais pour porter la torche. Puis, sur une idée de Carl Diem, retenue par un certain Joseph Goebbels et approuvé par un non moins célèbre A. Hitler, le premier relais avec la torche eut lieu lors des jeux Olympiques d’été de 1936 à Berlin. Dès lors, à chaque Jeux, les sportifs trimballent fièrement la flamme de par le monde, ignorant qu’ils participent indirectement à la glorification du IIIe Reich, puisque tel était le but à l’origine.

Un fois encore, intéressant donc, de voir que les Jeux célèbrent à la fois une religion et un régime totalitaire respectivement disparue et battu. Le passé a ainsi un tel poids qu’on en viendrait presque à se demander le bien-fondé d’appeler de nos jours cet événement les jeux Olympiques MODERNES ...

En fait, si la flamme et l’Olympie ont toujours cours, c’est davantage pour l’aspect mythologique. L’Histoire et les petites part d’ombres sont ainsi laissées à l’écart au profit des symboles.

Toutefois, si les symboles perdurent, une autre tradition des Jeux n’est plus.
En effet, dans l’Antiquité, parallèlement aux Jeux, une trêve était proclamée par des hérauts qui parcouraient toute la Grèce, ceci dans le but d’assurer la sécurité des athlètes et des visiteurs qui se rendent à Olympie. Les cités grecques n’avaient ainsi plus le droit de se livrer à des guerres, et ce durant toutes la durée des compétitions. Et, si guerre il y avait, les contrevenants étaient sévèrement punis.

Il est ainsi regrettable qu’en restaurant les Jeux Pierre de Coubertin n’ait pas porté un soin plus approfondi à sa démarche historiciste. Car, en ces temps troubles, une telle trêve eût été la bienvenue.

Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Krokodilo Krokodilo 10 avril 2008 10:40

    Je trouve le thème intéressant mais pas vraiment réussi. Il est abusif de dire que les jeux célèbrent une dictature au motif que l’idée de la flamme serait venue d’un nazi. Le feu est un symbole universel, à la fois source de chaleur, d’énergie, et destructeur, en gros c’est un symbole puissant. Peut-être l’inventeur de la roue battait-il femme et enfants ?

     

    Par contre, manque un chapitre sur l’hypocrisie des jeux, les compromissions, le refus de beaucoup de pays d’organiser une vraie lutte contre le dopage (USA, entre autres, refus des contrôles aléatoires toute l’année), de la corruption pour obtenir les jeux (forts soupçons aux derniers jeux USA) . Bref, les jeux sont notre propre reflet, imparfaits, hypocrites, ambigus.


    • faxtronic faxtronic 10 avril 2008 13:44

      Les JO sont depuis tres longtemps une preuve de puissance du pays hote. C’est aussi vrai pour la Chine.


      • Max 10 avril 2008 17:08
        Le cynisme du régime chinois et du cio : une cérémonie en l’honneur de la flamme olympique va être organisée sur la place Tiananmen, le CIO précise qu’il s’agit de l’une des "plus fameuses places publiques du monde", et se décharge sur les organisateurs pékinois pour la décision d’en avoir fait de la place le point de départ du marathon. 

        • mars 10 avril 2008 18:43

          "Intéressant donc de voir que des pays de type musulman participent aux jeux Olympiques sachant que l’islam est contre toute forme de culte païen. A croire que l’argent saurait être plus fort que la foi..."

          rappeler les origines de l’olympisme c’est intéressant. Maintenant M. Polgrad, c’est quoi cette assertion ? Faut-il vous rappeler que les grands pourvoyeurs et fossoyeurs d’un certain esprit olympique sont les nations à forte connotation chrétienne ? (USA, GB, France, Australie...)

          Cet extrait m’amène à réfléchir sur les nombreux articles qui conchient l’islam sur agoravox, et tendent à oublier ces autres religions monothéistes : juive, catholique ou chrétienne. Religions qui elles ne respectent pas les autres monos, ni dans leurs textes, ni sur les plages.

          Le CIO est un ramassis d’hommes d’affaires.

          Parfois les religieux ont des propos beaucoup plus avisés sur l’état de notre monde.

          A thè, rarement à café.

           

           

           


          • Grasyop 11 avril 2008 01:38

            « les sportifs trimballent fièrement la flamme de par le monde, ignorant qu’ils participent indirectement à la glorification du IIIe Reich » et « les Jeux célèbrent à la fois une religion et un régime totalitaire respectivement disparue et battu. »

            Un symbole mort... est mort. Ou alors, j’ai bien peur de glorifier un tas de trucs sans le savoir !

            « Intéressant donc de voir que des pays de type musulman participent aux jeux Olympiques sachant que l’islam est contre toute forme de culte païen. »

            D’abord « pays de type musulman », c’est vague et ça ne veut pas forcément dire théocratie. Ensuite les religions ont pour habitude de phagocyter les cultes de celles qui les ont précédées ; c’est aussi une manière de s’imposer.


            • Polgrad 11 avril 2008 19:56

               Je pense que mon propos n’a pas été compris tel que je voulais initialement l’exprimer.

               
              Mon but n’est pas de montrer que la flamme est réellement une glorification du nazisme, et les Jeux celui d’un culte ancien, mais plutôt de montrer que les brillants individus qui organisent l’événement utilisent à leur convenance des symboles sans se soucier de leur véritable signification, pour en inventer une nouvelle.
               
              De plus, mon article est davantage une suite de remarque ; et l’unique chose que je critique est le fait qu’on est repris tant de symbole, fais tant d’effort pour auréoler les Jeux de prestige sans reprendre l’antique trêve olympique, ce qui aurait été d’une grande intelligence et d’une utilité plus vaste et plus pertinente que celui de faire traverser une flamme partout dans le monde.
               
              Pour répondre à Mars, mon assertion à propos des musulmans est de l’ironie pour montrer à quel point tout le monde, organisateur comme participant, est hypocrite. Tout le monde fais des compromis et agis comme ça l’arrange bien, mettant de côté ce qui pourrait paraître gênant, et surtout, pas rentable.
              Mon allusion à l’Islam ne tend pas à discréditer cette religion, disons que je l’ai pris comme exemple car elle est très rigide sur ces principes.
               
              Pour répondre à Grasyop, le symbole du Reich est effectivement mort. Mais cela est du grâce à la volonté des organisateurs d’imprimer un autre symbole à la flamme. En gros, les symboles ne sont pas immuables comme on veut nous le faire croire, et on les remanie à sa sauce quand ça arrange, et c’est cela que j’avais voulu appuyer au travers de mon texte.
               
              Enfin, merci d’avoir lu et commenté.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Polgrad


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès