Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Une exégèse scientifique du Coran

Une exégèse scientifique du Coran

Bruno Bonnet Eymard a entrepris de rénover la traduction du Coran en se fondant sur les techniques de la linguistique. Il part du texte coranique en ne tenant compte que des consonnes, et en s'aidant des langues voisines (hébreu et araméen) pour éclaircir les obscurités. Il aboutit à un sens relativement différent de celui des traductions classiques.

Bruno Bonnet-Eymard a entrepris ce qu'il appelle une exégèse scientifique du Coran. Il présente le résultat de ses recherches dans une série de vidéos accessibles sur internet, qui sont le seul mode d'approche de ses travaux pour le grand public, car sa traduction, écrite avant 1997, n'est pas publiée à grande échelle à notre connaissance.

L'auteur appartient à un mouvement contesté, la Contre-Réforme catholique, ce qui a probablement causé du tort à ses travaux. Nous ne souhaitons pas nous interesser ici à ses idées générales, mais seulement à sa démarche scientifique originale, que nous souhaitons juger en elle-même. Le lecteur interessé pourra écouter ces vidéos très détaillées. Il pourra ou non être d'accord avec tout ou partie des conclusions de Bruno Bonnet, mais il constatera en tous cas qu'il s'agit d'un travail sérieux.

Sachant que les premiers manuscrits du Coran sont nettement postérieurs à la période supposée de la vie de Mahomet ; sachant également qu'un grand nettoyage par le vide a été fait dans les sources, au cours des premiers siècles, par les religieux musulmans, il reste essentiellement, pour essayer d'approcher la genèse du texte, les ressources de la linguistique, et c'est elles que Bonnet-Eymard a décidé d'interroger.

On commencera par noter qu'aucun texte écrit en arabe n'existe avant le Coran. Dans ces conditions, comment résoudre une obscurité linguistique ? Que faire devant un terme inconnu ? Longtemps, les traducteurs ont accepté d'"éclairer" (si l'on peut dire) le sens du Coran au moyen de textes para-coraniques (les hadiths, la sira, ou vie du Prophète), qui eux-mêmes se voyaient parfois "éclairés" par des interprétations pas toujours évidentes du Coran lui-même. Le serpent se mordait la queue. Le texte A était validé par le texte B qui lui-même tenait son autorité du texte A, ou plutôt de la compréhension que les autorités religieuses souhaient imposer de ces deux textes. En réalité, les hiérarchies donnaient aux mots du texte le sens qu'elles voulaient, et il est surprenant que des traducteurs modernes, en principe scientifiques, aient accepté de leur emboîter le pas sans montrer plus d'esprit critique.

Devant ce chantier en folie, Bruno Bonnet adopte la seule attitude scientifique possible. Refusant d'éclairer un terme inconnu par des textes qui lui sont postérieurs, il reprend le texte coranique à la base. Il en supprime les voyelles, puisque celles-ci ont été rajoutées a postériori, et peuvent fortement changer le sens d'un mot. Devant un mot inconnu, il se réfère aux langues voisines, à savoir l'hébreu et l'araméen. Il aboutit ainsi à un texte fort différent de celui des traductions classiques, mais cohérent. En particulier, le mot "islam" aurait été mal traduit. Il ne serait pas demandé aux musulmans d'être soumis, mais d'être parfaits.

Gérard Brazon nous résume le résultat de ces tavaux :

"Mettre de côté la Sira lui permet également de réfléchir au monde arabe d'avant le Coran. Décrit comme une terre païenne et polythéiste, l'Arabie de l'époque était selon lui largement judaïsée et christianisée, peuplée d'ariens, ce qui remet en cause les textes traditionnels autour de la naissance de l'islam et de son contexte. En outre, il existe des vestiges ainsi que des écrits anciens dans la région du Yémen et de Syrie, datant de cette époque, qui seraient assez proches de ce qui allait devenir l'arabe et qui seraient, aux dires du frère, des écrits chrétiens.

Tout cela servira de base à sa traduction, mais aussi à définir la personnalité de l'auteur du texte. Le nom de Mohamed signifierait tout simplement "Le bien-aimé" et ne serait en aucune façon un prénom. Selon le frère Bruno, l'auteur serait bien arabe, mais un arabe christianisé, et issu de l'arianisme, qui tente de réconcilier les juifs et les arabes autour d'un nouveau texte. Son éxégèse l'amènera à faire des recoupements historiques allant dans le sens de sa théorie (...)

Le frère Bruno, qui écrivait tout cela avant 1997, sera rejoint par la suite. Christoph Luxenberg, philologue allemand, arrive indépendamment à la même conclusion que lui, en affirmant, dans un ouvrage paru en 2000, que "les sources du Coran proviendraient de l'adoption de lectionnaires syriaques destinés à évangéliser l'Arabie (citation de wikipédia)" ce qui est aussi, en gros, la thèse soutenu par le frère. Cela lui permet notamment de retraduire le mot "houri", ces fameuses vierges du paradis, pour trouver en traduction des... "raisins blancs". Selon Christoph Luxenberg, cette nouvelle approche permet de découvrir des sens nouveaux et plus profonds au texte, en se passant des textes tels que la Sira, justement..."

Bonnet dépeint ainsi l'auteur du Coran : il ne vit pas à la Mecque, qui n'existe pas avant l'islam. L'Arabie dans laquelle il vit abrite de nombreux juifs, et des chrétiens ariens, c'est à dire refusant la trinité et la divinité de Jésus. L'auteur du Coran connait les écrits de Saint Paul ainsi que les Evangiles. Il tente une synthèse entre un judaïsme sous sa forme la plus légaliste et un christianisme sous sa forme arienne. Il prêche la guerre de conquête. Il souhaite abolir le christianisme sous la forme que nous lui connaissons aujourd'hui et prend le contrepried des Evangiles et des écrits de Saint Paul.


Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Miss Fischer-Brown 17 février 2011 11:32

    Bonjour 

    Je l’avais écris ailleurs :

    L’histoire de islam est a rapproché de l’histoire de la langue arabe :
    La première attestation d’un texte en alphabet arabe remonterait à 512 de l’ère chrétienne. Il s’agit d’une dédicace trilingue (grecsyriaquearabe) trouvée à Zabad, en Syrie. Le modèle utilisé ne comprend que vingt-deux caractères dont seuls quinze ont un tracé différent, servant à noter vingt-huit phonèmes.

    C’est au viie siècle que l’on prit conscience des limites d’un tel alphabet trop ambigu et ne comprenant pas assez de signes pour les sons propres à la langue arabe : le modèle araméen possède moins de phonèmes que l’arabe et l’écriture des origines a donc dû confondre par une même lettre plusieurs phonèmes. De vingt-deux signes, l’alphabet dut passer à vingt-huit (la hamza étant une invention encore plus récente et servant à remplacer ʾalif, dont la valeur phonologique s’est estompée)

    Pour en savoir plus :

  • Catherine Segurane Catherine Segurane 18 février 2011 12:52

    Bonjour Miss Fischer-Brown

    Merci de ces infos complémentaires qui ont l’ai passionnantes et que je vais lire à tête reposée.


  • samir7 17 février 2011 12:15

    Exegeses scientifique ?

    « Bonnet dépeint ainsi l’auteur du Coran : il ne vit pas à la Mecque, qui n’existe pas avant l’islam. »

    il est beau le scientifique

    Still more, we know that the Kaaba was of old the holy Masjid of the Arab tribes at large ; for we learn from Diodorus Siculus, sixty years before the Christian era, that it then existed (Bk. iii.)

    Peut etre n’a t il jamais entendu parler de l’historien grecque Diodorus Siculus qui au 1er siecle avant JC disait qu’en Arabie (en parlant de la Kaaba de la Mecuqe) il y avait un temple connu et vénéré par les arabes...



    • samir7 17 février 2011 12:22

      Le « scientifique » a du confondre avec Ryiad invention recente des Saouds


    • COVADONGA722 COVADONGA722 17 février 2011 12:26

      yep , on s’etonnera qu’un intégriste catholique se mele d’expliquer et de commenter le socle d’un autre integrisme n’y a t’il pas un adage relativement commun aux tenants des religions
      du livre je crois que cela fais allusion " la paille dans l’oeil du voisin .....


    • samir7 17 février 2011 13:53

      et Naturellement cathos et musulmans sont tous des integristes et vous COvaDonga Seul etes depositaire de la lumiere de la sagesse c’est ca ? j’ai bon ?


    • COVADONGA722 COVADONGA722 17 février 2011 16:14

      bonjour Samir7 prenez la peine de relire
      « un integriste catholique » ce monsieur est membre d’un mouvement intégriste
      « socle d’un autre integrisme »ce referer uniquement a un« livre saint »pour tout ce qui concerne la vie et la pensée c’est faire preuve d’intégrisme.
      Il n’est écrit nulle part que tout les catholiques sont intégristes et je connais insuffisement l’islam pour percevoir des variantes je suis confortés dans l’idée que la majorité est integriste quand je lis les diatribes auquels ont droit tout intervenant se declarant musulman et n’etant
      pas dans ligne « orthodoxe » des gardiens de votre foi qui ecrivent sur ce forum.


    • wpjo 12 novembre 2014 03:19

      M Bruno Bonnet-Eymard connaît l’araméen, l’hébreu classique et l’arabe classique (plus le grec et le latin mais ça, c’est du b-a-ba et « presque » pas la peine de mentionner) . En plus, il est fin théologien, bien au courant avec l’histoire, les apocryphes et les textes talmudiques qui circulaient au moyen-Orient avant MHMD.

      Je vous accorde volontairement qu’il me paraît assez arrogant dans ses vidéos mais dans ses livres ?? Il n’y cache nullement son admiration pour le génie de l’auteur du Coran mais cela ne l’empêche pas du tout de chercher la traduction de chaque mot, de le mettre dans son contexte. Puis, il est bien le seul traducteur que j’ai lu qui a le courage d’argumenter ses choix ou de faire part de ses doutes. Il en résulte plus de 1000 pages pour traduire seulement les sourates de 1 à 5 !

      Le résultat est donc une traduction qui est parfois d’une maladresse littéraire épouvantable mais en même temps, d’une rigueur scientifique EXEMPLAIRE ! le résultat est aussi qu’il est très, très peu cité par ses collègues mais que tout le monde s’inspire directement de lui (la première traduction des sourates 1 & 2 est publié dès 1980 et pas en 1997 !) et va jusqu’à reprendre ses concepts et même, ses phrases à la lettre.

      Je note un peu dans le désordre et au pif : la nécessité de maîtriser le syriaque et l’araméen, la nécessité de connaître à fond les écrits religieux du temps de MHMD au sens large (y compris le Talmud ou les apocryphes), la nécessité de bien étudier l’histoire perse et byzantine, l’idée que l’islam ne s’est pas d’abord développé en Arabie mais bien plus au nord en Palestine, l’importance de la pierre noire du ka’aba, la preuve que les sourates 1 à 5 ont comme sujet la conquête de Jérusalem et pas la Mekke, les mauvaises traductions des mots comme SLM (pas islam mais aslim), le mauvais diacritisme dans le coran actuel, pas seulement pour les pour les voyelles mais aussi pour les consonnes (N, B Y etc. qui se confondent !), l’idée d’une exégèse positive qui rejette par principe tout ce qui vient après le coran (y compris le sira ou les 1.5 million de hadiths — un hadith pour chaque demie-heure de la vie de MHMD, sommeil compris, — et écrits deux cents ans après sa mort), etc ... Toutes ces idées ont été empruntées directement à M Bruno Bonnet-Eymard mais personne n’ose l’avouer.

      Vous pouvez donc toujours le désavouer et le ridiculiser ; il serait plus juste et plus honnête de le lire d’abord. C’est bien le livre le plus original et le plus intelligent que j’ai lu depuis 30 ans.


    • wpjo 12 novembre 2014 03:22

      Je n’aime pas Staline ou Hitler. Pourtant, quand ils affirement que « 1 + 1 = 2 », je ne peux que les donner raison sur CE point. Mais si je vous comprends bien, il faudrait leur donner tort ?!


    • Emile Mourey Emile Mourey 17 février 2011 12:17

      @ Catherine Segurane

      Pour une complète information de vos lecteurs, vous auriez dû ajouter le père Edouard-Marie Gallez qui, lui, a publié ses travaux d’exégèse dans deux ouvrages « Le messie et son prophète » ainsi que le livre incontournable de Alfred-Louis de Premare « Les fondations de l’islam ». J’oserais ajouter mes sept articles publiés sur Agoravox dont le dernier « A la recherche du Mahomet historique » http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/a-la-recherche-du-mahomet-81224.

      Tout le monde s’accorde à dire que l’exégèse de l’islam n’en est qu’à son début. La raison en est que cette religion l’interdit. Les écrits étant considérés comme venant de Dieu, le croyant se met en situation de péché s’il se pose des questions. Et à celui-là, la réponse du dignitaire religieux est de lui déconseiller de lire les écrits « non canoniques » pour ne pas mettre sa foi en péril.

      Le point commun des deux prêtres précités, et leur différence, est d’avoir essayé d’extraire du contexte historique le courant de pensée qui a donné naissance à l’islam. Pour le premier, ce serait – à vous lire - le courant arien, pour le second, un courant judéonazaréen. Ce n’est pas faux, mais pour ma part, je me contenterais d’y voir l’ancien courant juif essénien qui est ressuscité dans le mouvement d’opposition des communautés d’Orient aux décisions du concile de Nicée.

      Dans la démarche des deux prêtres précités, la pierre d’achoppement est que ce sont des chrétiens croyants de pensée catholique même si celui que vous citez semble plutôt se situer en marge de l’Eglise dans la prolongation du courant de l’abbé Georges de Nantes. Il s’ensuit qu’en ne remettant pas fondamentalement en question la nature du fondateur de leur propre religion, ils ne sont pas amenés, fondamentalement, à faire de même pour le fondateur de l’islam alors que, pourtant, nous sommes dans le même fil d’une pensée d’origine judaïque qui se déroule dans le temps. La conséquence en est qu’ils écartent pratiquement de leur raisonnement l’étude approfondie de la vie du Prophète, la Sîra. Cela s’explique, en partie, parce qu’ils prennent comme texte de référence le livre d’Ibn Hichâm, alors qu’à mon sens, il faudrait porter l’effort d’exégèse sur celui de Tabari.

      Mais la plus grande contradiction dans cette histoire, et paradoxe fondamental, est la position du ministère de la Culture dont la mission serait pourtant de faire en sorte que la connaissance puisse progresser mais qui, non seulement ne l’encourage pas par pusillanimité, mais la brime. La conséquence en est l’impossibilité d’enseigner objectivement le fait religieux à l’école et une sorte de compromis bâtard avec des systèmes de pensée qui ne veulent pas évoluer.


      • Catherine Segurane Catherine Segurane 17 février 2011 13:07

        Merci de ces précisions. Toute piste est intéressante.

        Je retiens surtout que l’éxégèse du Coran en est à ses balbutiements. Les scientifiques qu’on laissera s’y interesser ont là un très gros terrain à défricher.

        Parmi toutes les méthodologies possibles, j’aime bien celle de Bruno Bonnet : partir de la langue.

        En effet, les autorités politiques (califat de Damas) qui ont mis en forme le Coran et les textes para-coraniques ont fait un gros nettoyage par le vide dans les documents antérieurs au texte qu’ils ont établi, ce qui complique la tâche des exégètes sérieux, ceux qui cherchent à travailler sur le manuscrit le plus ancien possible pour avoir une version du texte qui soit vraiment datable.

        Quand on a 200 ans minimum de nettoyage au karcher dans les manuscrits (je parle de manuscrits physiques, qui seraient dans l’idéal contemporains du texte qui est écrit dessus), on a un vrai problème pour raconter l’histoire des débuts de l’islam en étant sur de ce qu’on dit.

        Commencer par établir le sens des mots me semble une autre base solide, celle que Bruno Bonnet a choisie. Et il me semble qu’il raisonne sainement en refusant de valider la traduction d’un mot au moyen de textes postérieurs et d’interprétations intéressées venant de ces mêmes courants religieux qui ont fait du nettoyage par le vide dans les manuscrits.

        C’est assez basique comme méthode :

        1 essayer d’établir un bon gros dico fiable selon des méthodes linguistiques modernes
        2 quand on n’a pas le sens d’un mot, se référer aux langues voisines plutôt qu’à des textes postérieurs (souvent de plusieurs décennies, voire siècles).

        Les méthodes de travail de Bruno Bonnet m’ont parue assez saines pour que parle de lui. Et il importe peu que je n’aie pas vraiment ses idées religieuses (catho plus qu’intégriste).


      • Emile Mourey Emile Mourey 17 février 2011 13:25

        @ Catherine Segurane

        Bien d’accord ; j’approuve tout à fait les travaux linguistiques de ce frère jésuite, particulièrement intéressants, mais je fais des réserves sur sa tendance à valoriser, en comparaison, ses propres croyances, de même que sur la statue de la vierge Marie qui figure en arrière plan d’une de ses vidéos.


      • Serpico Serpico 17 février 2011 19:02

        Segurane : « Je retiens surtout que l’éxégèse du Coran en est à ses balbutiements. »

        **********************

        Ouais, parce que Mme et quelques occidentaux s’y mettent, on fait comme si des siècles d’exégèse musulmane ne comptent pas.

        Rien ne vaut un bon cerveau occidental pour démêler tout ça.

        Le Tafsir signifie quoi d’après vous ?

        Ghazali, ça vous dit quoi ? le doute méthodique est né chez lui.

        Ne vous vexez pas mais vous êtes la voie de la nullité, de la bassesse, de l’arrogance du crétin.


      • Lorelei susy 18 février 2011 22:07

        Interessant de lire des propos intelligent..


      • Emile Red Emile Red 17 février 2011 12:58

        Au moins la Segurane ne cache pas ses penchants quant à ses lectures, bondieuseries, arianisme et tradi-faf, joli catalogue du maboulisme bouddhique et marinier.

        C’est à se plier de rire ensuite quand l’extrême droite vient nous parler de laïcité... encore plus quand les pseudo-laïcs de Tasin viennent nous parler d’union de circonstance...


        • LADY75 LADY75 17 février 2011 16:32

          Lady Panam’ se marre :

          « Manque plus à c’catalogue que la divination par les runes, les Templiers et Mu le continent perdu !
          Pas étonnant, la bonne vieille »Nissa la Bella" est fort bien fournie en librairies ésotériques où l’on trouve pêle-mêle gadgets New Age, théories fumeuses comme on les aimait à l’Ahnenerbe Forschungs und Lehrgemeinschaft.

          Et, dans ce climat propice à l’extrèmisme xénophobe et à certaines formes de spiritualité, s’étonnera-t-on que la très doitière Mairie de Nice soutienne la Sokka Gakkai ?

          Aide aux associations :
          Il faut changer la « procédure habituelle » !

          Une exposition intitulée « GANDHI, KING, IKEDA : le choix de la non violence » s’est récemment tenue à l’espace Nice Association, géré par la Ville de Nice. Il était d’ailleurs précisé que cette rétrospective était faite « en partenariat avec la Ville de Nice ».

          Nous apprenons qu’elle était organisée par Daisaku IKEDA, président de la Soka Gakkai, répertoriée comme une secte dans trois rapports parlementaires successifs.

          Que la Ville de Nice ait soutenu une association de ce type n’est pas, en soi, blâmable. Compte-tenu du nombre de demandes à traiter, une erreur peut toujours se produire...

          Par contre, que les services municipaux expliquent que « ce dossier a suivi la procédure habituelle » et qu’il « ne s’est rien passé de particulier » est plus inquiétant. Ainsi donc, il n’a été constaté aucun dysfonctionnement. Et la « procédure habituelle » a conduit la Ville de Nice à apporter, sans sourciller, son aide et son crédit à une secte. Nul doute, d’ailleurs, que la Soka Gakkai utilisera ce partenariat comme future référence pour aller sévir dans d’autres villes...

          Il est donc nécessaire de changer la « procédure habituelle ». L’instauration d’un minimum de contrôle s’impose. En l’espèce, une simple recherche sur Internet - en tapant sur un moteur de recherche le titre de l’exposition ou le nom de l’organisateur - aurait permis de déceler le pot aux roses. Et cela n’aurait pris qu’une poignée de secondes.

          http://www.ccmm.asso.fr/spip.php?article1234



        • brieli67 17 février 2011 16:40

          Tartiflette oui ?

          Tartiflette ? non ? 


          M. Estrosi a beaucoup fait pour l’arrière-pays en finançant des travaux routiers et des remises en état des villages, lorsqu’il était président du C.G.06.

          Comme quoi sans les Médecins, sans la Catherine 
          y savent y faire.

        • brieli67 17 février 2011 17:36

          on complète merci Wiki 



          Remarquez il était temps de faire sortir de l’ombre ce « penseur » trop méconnu, dont l’influence dans la reconstruction idéologique de la Droite est non négligeable.

          Sa fascination pour Carl Schmitt, indissociable de son approche fondamentalement agonistique du politique, de même que son engagement dans la revue Nouvelle École du Groupe de recherche et d’études sur la civilisation européenne (GRECE ; il fait partie du comité d’honneur de la revue) et sa contribution à la revue d’extrême droite Nationalisme et République ainsi qu’aux publications du Thule Seminar de Pierre Krebs, ont fait de lui un penseur controversé.

          Toutefois, Julien Freund a intégré dans ses travaux une grande partie du libéralisme antique et renaissant (AristoteMachiavel). Une place plus importante est accordée à l’individualisme méthodologique wébérien et au réalisme hobbesien.

          Ses travaux ont fortement influencé deux de ses anciens élèves, la philosophe Chantal Delsol et le sociologue Michel Maffesoli3, mais aussi Pierre-André Taguieff.


        • galien 17 février 2011 13:24

          Le prête a évidement une position orienté, cependant il a le mérite d’avoir passé sa vie à s’intéresser à la chose.

          Combien de ses détracteurs zélés, fustigeant son ’mépris’, connaissent l’araméen, l’arabe, l’hebreux ancien comme lui.
          C’est lui faire un bien mauvais procès d’intention, il n’y a ni mépris, ni haine, ni arrogance, mais je crois une profonde attirance pour l’orientalisme chez cet homme.
          Si il se trompe il faut lui répondre autrement que par l’attaque ad hominem.

          signé Jésus smiley


          • TOHT 18 février 2011 11:57

            « Position orienté... » oh, oh !!! je n’aurai pas osé pour un cureton, pour l’auteur par contre il nous faut les vidéos d’époque qui vont avec. Vous allez bien nous trouver ca !!


          • robin 17 février 2011 13:28

            A l’auteure :

            D’après -vous pourquoi y’ at’il de plus en plus d’articles sur la religion ces dernières années, fusse (principalement d’ailleurs) pour s’en gausser ?

            Une petite trouille que les susdites religions aient raison sur la proximité de l’apocalypse peut être.......lol ?


            • robin 17 février 2011 15:20

              Au cas ou t’aurais pas remarqué, on a pas besoin de religion pour se foutre en l’air.
              Alors remballes tes religions et ton lol.


              Alors je repose ma question pourquoi y’a t’il tant d’articles dessus alors ?


            • jullien 17 février 2011 18:13

              Alors je repose ma question pourquoi y’a t’il tant d’articles dessus alors ?
              Pour plusieurs raisons :
              1°) La chronologie donne un premier indice en montrant que c’est à partir de 2004-2005 que la vague actuelle d’anticléricalisme a commencé à s’exprimer, ce que j’attribue à la réélection de Bush junior et à l’agonie de Jean-Paul II (ces deux évènements ont montré ou rappelé que contrairement à ce que croyait la Gauche en gros entre 1960 et 1990 la religion n’est pas un archaïsme destiné à disparaître prochainement),
              2°) l’agonie de Jean-Paul II et l’élection de Benoît XVI ont montré par le rappel des évènements historiques pour la première et par l’exemple pour la deuxième que le temps joue contre le christianisme libéral et que celui-ci est souvent en pleine déconfiture,
              3°) la réélection de Bush Junior, la polémique sur les racines chrétiennes de l’Europe et la lutte révolutionnaire que mènent les islamistes ont montré que les opinions religieuses avaient encore une influence sur le cours des évènements politiques, influence qui est souvent jugée désagréable par les habitants de l’Europe occidentale ou du moins les médias de cette région du monde,
              4°) la Gauche est porteuse d’un projet historique, celui de la construction d’une humanité sans dieu et sans roi (les rois ayant pu être ceux de la finance) ; après être resté groggy sous le choc du discrédit du marxisme et de l’effondrement de l’URSS dans les années 1980 qui l’ont amené à se rallier à l’ordre établi, elle s’est ressaisie et justifie désormais son existence par la défense de la liberté sexuelle (par héritage de Mai 68) et « laïque » qui présentent l’avantage de fournir un discours de Gauche sans remettre en cause le capitalisme,
              5°) parce que la laïcité fournit un prétexte commode pour dissimuler des haines ou des objectifs moins avouables,
              6°) parce que c’est la mode et que l’instinct grégaire est très puissant chez les êtres humains.



            • Catherine Segurane Catherine Segurane 18 février 2011 13:05

              Bonjour Parkway

              100 % d’accord !
              Le but n’est pas de retrouver la vérité révêlée.
              Mais, si l’on réussit à établir scientifiquement l’état du texte à telle et telle époque précise, on apprend au moins ce que pensaient les gens de cette époque là en ce lieu là.
              Ce qui n’est déjà pas si mal.


            • dup 17 février 2011 13:51

              islam de merde , ça n’est ni spirituel , ni scientifique .

              http://www.youtube.com/watch?v=PQvpyOn7OuE&feature=youtube_gdata_player

              heureusement je suis pres de la porte de sortie . Vous devrez votre enfer aux bobo_gauchistes_droit_de_l_homme_de_68


              • posteriori 18 février 2011 10:23

                On doit surtout notre enfer quotidien au vote imbécile et en masse pour nicolas petit 1er de tous les fachos_reac_lepenophile_au_qi_demoule.


              • dup 17 février 2011 14:14

                oui ce serait bien qu’ils restent chez eux

                http://www.youtube.com/watch?v=3Ca0xCAw6_o&feature=related


                • Walid Haïdar 17 février 2011 14:38

                  Ouah,


                  dup découvre qu’il y a des extrêmistes islamistes ! Que chez les enturbanés, il y a aussi des abrutis...

                  Heureusement que vous êtes là pour nous éclairer !

                  Enfin non, plutôt, heureusement que M6 et ses émissions pleines de profondeur et de recul, sont là pour nous éclairer.

                  Misère...

                • dup 17 février 2011 17:11

                  oh , je peux en mettre des tonnes de preuves . Rien ne sert. J’aurai pas d’arguments ,seulement des menaces et des insultes. Il n’a pas de bonne religion ,et encore mons de saints livres. Tout ceci n’est que peur et paresse intellectuelle.

                  http://www.youtube.com/watch?v=-jn09pNIOTw&feature=player_embedded


                • Martin D 17 février 2011 14:38

                  Comme à l’accoutumé, la segurane pratique dans le mensonge éhonté :

                  1/ Sachant que les premiers manuscrits du Coran sont nettement postérieurs à la période supposée de la vie de Mahomet ; sachant également qu’un grand nettoyage par le vide a été fait dans les sources, au cours des premiers siècles, par les religieux musulmans,
                  ==> Le saint Coran fut appris par cœur par les musulmans durant le vivant du sceau des prophètes envoyés par Dieu. Plusieurs scribes du vivant du prophète écrivait sur tous type de support comme les os de chameau , vache, sur le cuir\ peau des animaux, etc...20 ans après, sous le califat de Othman, suite à de multiples conversions, les musulmans se sont aperçu que les convertis faisaient des fautes dans la récitation du Coran, et a donc décidé de supprimer tous les écrits existants pour n’en garder qu’un, celui qui est le plus proche de celui qui est récité en prière (les musulmans récitent le coran minimum 5 fois par jour !!!)
                  Donc, le saint Coran d’aujourd’hui et 100% le même qu’il y a 15 siècle !
                  2/ On commencera par noter qu’aucun texte écrit en arabe n’existe avant le Coran.
                  ==> totalement faux ! voir commentaires des internautes + haut

                  3/ Le nom de Mohamed signifierait tout simplement « Le bien-aimé » et ne serait en aucune façon un prénom.
                  ==> tous les prénoms arabe signifient une vertu !!!

                  4/ Bonnet dépeint ainsi l’auteur du Coran : il ne vit pas à la Mecque, qui n’existe pas avant l’islam. L’Arabie dans laquelle il vit abrite de nombreux juifs, et des chrétiens ariens, c’est à dire refusant la trinité et la divinité de Jésus. L’auteur du Coran connait les écrits de Saint Paul ainsi que les Evangiles.
                  ==> Mohammed n’est pas l’auteur du Coran, il n’est que le messager ! Dans le saint Coran, Jésus est mentionné 500 fois plus que le nom de muhammad !!! comment un auteur encenserait un autre auteur plutot que lui-même ??? ce qui prouve que le Coran est bien de DIEU !!! la Mecque existe depuis le 1er Homme : Adam. C’est lui qui a construit la kaaba, puis rénover pas des prophètes successifs comme Abraham et d’autres. C’est la 1ere ville au monde à avoir été créé. Les chrétiens d’arabie et du moyen-orient n’ont pas été influencé par les sectes qui pululaient en europe, donc sont resté très proche du message de Dieu.


                  • Walid Haïdar 17 février 2011 14:48

                    Tu vois dup, y en a même qui sont français de souche comme Martin, et ont un avatar style manga.


                    Sinon Martin, les affirmation selon lesquelles La Mecque est la première ville fondée et qu’elle existe depuis Adam sont impressionnantes.

                    Donc Adam, comme il s’emmerdait sec, a construit une ville entière pour y vivre dedans avec eve.

                    Il s’est dit « je vais faire des maisons, parce que je le vaut bien ». ou un truc dans le genre.

                    Votre « preuve » que le Coran est divin tient en ce qu’il cite plus souvent Jesus que Momo. Bon, il vous en faut peu alors, mais souffrez que cette « preuve » soit non seulement insuffisante à nos yeux, mais même profondément pathétique.

                    Si l’Islam vous a aidé à trouver une voix meilleure pour guider vos pas, tant mieux sincèrement, mais c’est pas une raison pour devenir idiot non plus, et encore moins une raison pour raconter n’importe quoi au sujet d’un livre « saint » que vous ne faites ainsi que décrédibiliser, vous, et tous les allumés qui nous parlent de preuves alors qu’il ne s’agit que de foi, qui par définition s’en passe.

                  • DACH 17 février 2011 16:39

                    Encore une signature qui se condamne à rester enfermé à la maternelle toute sa vie !!! DAChH


                  • ffi ffi 18 février 2011 00:42

                    Si les musulmans récitent le Coran 5 fois par jour, c’est que leurs journées sont longues.


                  • bakounine 17 février 2011 15:05

                    Et un étron de plus laché par Ségurane la fausse laique mais la vrai nationale socialiste.
                    Bravo Ago la barre virait a droite on peut dire qu’elle est definitivement passé à l’extreme.


                    • papi 17 février 2011 15:34

                       Pitié n’en jetez plus  !!!!

                      On passe de l’exégèse du Coran au national socialisme !! c’est pitoyable et regrettable..


                      • njama njama 17 février 2011 16:51

                         Actes des apôtres (5/34-40), paroles de Gamaliel devant le sanhédrin ...

                        "Si cette entreprise ou cette œuvre vient des hommes, elle se détruira ; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d’avoir combattu contre Dieu.Ils se rangèrent à son avis."


                        • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 17 février 2011 16:56


                           smiley smiley smiley

                          encore un fil mythique sur AV : ici s’opère la jonction entre la zozolingustique du zozstorien en chef d’AV et la fafferie bugadieriste....je note aussi les efforts des wikipédistes et googlistes qui (en tant que linguiste) ne peuvent que me satisfaire... smiley

                          sinon plus prosaïquement mes petits choux : la linguistique comparée dans le champ des langues sémitiques, la linguistique appliquée dans le champ de la langue arabe, de même que l’analyse linguistique du corpus coranique : ben ça demande quelques compétences et beaucoup d’années de travail et de recherche...

                          ce qui fait malheureusement défaut aux curetons réactualisant ad aeternam la thèse d’un pasteur oriental depuis les années, et ce qui a tué la carrière prometteuse de l’amateur (certes doué...et encore) Luxenberg...

                          sur ce, ayant déjà développé x et x fois sur ce thème et considérant qu’un fil bugadieriste est le dernier endroit pour être sérieux : bien simple topo rapide : toutes les recherches actuelles en matière de corpus coranique démontent ces thèses épisodiques et récurrentes qui n’ont de succés que par leur aspect polémique et non par leur pseudo-contenu scientifique (puisqu’il n’y en a pour ainsi dire pas) : so 1. l’analyse du corpus coranique tend à une écriture à une main (ou une tête= un auteur)
                          2. les altérations postérieures sont minimes et concernent avant tout le champ syntaxique et non les champs sémantique ou stylistique (stylistique confirmant au fur et à mesure la thèse du UN auteur et une oeuvre originelle « originale » )
                          3. les fameux « manuscrits de Sanaa » qui avaient tant excité l’islamophobie savante (bien imprudente sur le coup) aux dernières nouvelles elles confirment une fixation et diffusion trés précoce du texte...
                          4 comme dit précédemment les « altérations » sont minimes et concernent (aux dernières recherches) une part limitée du corpus ; la seule problématique est la réduction pour certains vocables du champ sémantique (facteurs essentiels : évolution en parallèle de la langue arabe non-coranique ; puis bien entendu interprétations diverses&variées selon les écoles&courants de l’islam) enfin
                          5. faille essentielle des thèses citées ( so essentielle que généralement on fait l’impasse...ha ha ha) en se fondant sur l’araméen : elles omettent de préciser que la fixation de la grammaire araméenne est postérieure à celle de l’arabe et que pour le coup c’est l’arabe qui influa sur l’araméen et pas vice-versa ; la fixation sur les diacritiques permet uniquement d’embrouiller les pistes : linguistiquement parlant l’usage antérieur de diacritiques de nature épisodique laissent à penser que cela relevait de la pratique de la langue écrite et non d’une absence.

                          sur ce, pas mal de site en ligne permettent de s’initier à la linguistique ou tout au moins de comprendre les bases de travail des chercheurs et permet d’éviter d’écrire des conneries du genre :

                          1 essayer d’établir un bon gros dico fiable selon des méthodes linguistiques modernes
                           
                          un bon gros dico fiable ? ça suffit pas et dans le cas des langues sémitiques avec polysémie « naturelle » des vocables ben faut plus qu’un bon gros dico...on répertorie les racines tri-, quadri-, ou bi- etc... puis on passe par la case ontologie sémantique pour avoir une idée DES sens originaux possibles ou probables

                          2 quand on n’a pas le sens d’un mot, se référer aux langues voisines plutôt qu’à des textes postérieurs (souvent de plusieurs décennies, voire siècles).

                          oui, on se réfère aux langues voisines mais d’abord on cherche dans la langue même : ça ils vous l’ont pas dit vos curetons qu’ils évitaient de le faire et selon leur goût ils zappaient des mots existants dans le corpus de la langue arabe et qu’ils passaient direct à la case araméen (dont la fixationelle est postérieure : le comble !)...encore plus absurde que pour connaitre l’ordre chronologique des transferts entre langues sémitiques ben il faut (ce qui a fait défaut à ce bon Luxenberg et à nos petits pépères) une SACREE connaissance plus que développée des diverses x langues sémitiques, des migrations historiques, des points de rencontre, etc..etc...bref là on fait appel à d’autres spécialistes (archéologues, anthropologues, historiens, etc..etc...) sans compter que pour l’essentiel du fond « racinaire » ben il faut passer par la case « proto-sémitique » et là on est encore à des années d’avoir un corpus racinaire exhaustif...

                          so conclusion : avant de présenter des thèses comme allant de soi, parce que leur aspect polémique vous titille : devriez d’abord regarder un peu partout et notamment considérer le fait que ces thèses ben vont jamais trés loin, et ne sont que recyclées régulièrement et périodiquement : bref elles stagnent parce qu’elles ne valent rien du point de vue scientifique.


                          • brieli67 17 février 2011 17:15

                            die Schlange sticht nicht ungereizt


                            aus dem Willy 

                            STAUFFACHER.

                            Doch könnten Worte uns zu Taten führen.

                            TELL.

                            Die einzge Tat ist jetzt Geduld und Schweigen.

                            STAUFFACHER.

                            Soll man ertragen, was unleidlich ist ?

                            TELL.

                            Die schnellen Herrscher sinds, die kurz regieren.

                            – Wenn sich der Föhn erhebt aus seinen Schlünden,

                            Löscht man die Feuer aus, die Schiffe suchen

                            Eilends den Hafen, und der mächtge Geist

                            Geht ohne Schaden, spurlos, über die Erde.

                            Ein jeder lebe still bei sich daheim,

                            Dem Friedlichen gewährt man gern den Frieden.

                            STAUFFACHER.

                            Meint Ihr ?

                            TELL.

                            Die Schlange sticht nicht ungereizt.

                            Sie werden endlich doch von selbst ermüden,

                            [932] Wenn sie die Lande ruhig bleiben sehn.

                            STAUFFACHER.

                            Wir könnten viel, wenn wir zusammenstünden.

                            TELL.

                            Beim Schiffbruch hilft der einzelne sich leichter.

                            STAUFFACHER.

                            So kalt verlaßt Ihr die gemeine Sache ?


                            sous le caractère de Tell ou de Stauffacher geschlüpft, Herr Hofrat ? 


                          • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 17 février 2011 17:27


                            YA Herr Doc... smiley

                            renvoi juste et nécessaire à ce cher Friedrich ! Die Räuber est pas mal dans le genre aussi smiley


                          • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 17 février 2011 17:28


                            j’aime bien le perso de Franz Moor : nein aucune inclination pour tout ce qui sonne comme Franz ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès