Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Une voix musulmane pour la raison

Une voix musulmane pour la raison

Le 24 octobre dernier, l’Université de Montréal accueillait l’avocate iranienne et prix Nobel de la paix Shirin Ebadi. Le message qu’elle a alors livré est clair : le choc des civilisations est une pure invention de ceux qui ont intérêt, de part et d’autre, à instrumentaliser l’islam.

Ebadi a d’abord rappelé qu’avant la chute du régime soviétique, il n’y avait pas de débat sur la compatibilité entre démocratie et islam. Les groupes islamistes étaient amis de l’Occident. Les femmes voilées étaient tout au plus vues comme l’équivalent des soeurs chrétiennes. Après la chute, la démocratie, les droits de l’homme et la modernité, soi-disant nés en Occident, sont soudain devenus incompatibles avec l’islam.

Il est vrai que pour une partie des musulmans, il faut s’en remettre à Dieu. Seule la charria est acceptable. Ceux-ci ne reconnaissent pas la légitimité des représentants du peuple, sauf s’ils s’en remettent à la charria, source de toutes les lois. Tout opposant est ennemi de Dieu et de l’islam.

Il y a cependant, insiste Ebadi, un courant de penseurs modernes de l’islam. Ce courant mène le combat contre les régimes religieux. Ce courant n’a pas de nom, pas de dirigeants, pas d’organisme central, mais un objectif commun : concilier foi et démocratie.

En vérité, l’islam est une religion d’égalité, soutient Ebadi. Le Prophète Mohamad est un prophète de tolérance. Il avait un très grand respect envers sa fille. Comment alors accepter la place inférieure que l’islam des islamistes assigne à la femme ? Comment parler d’incompatibilité culturelle entre l’islam et la démocratie ?

Le vrai problème n’est pas au coeur de l’islam. C’est que les régimes ne veulent pas donner l’image d’un islam compatible avec les droits de l’homme, la démocratie et les libertés.

Contre cette attitude, le nouveau courant intellectuel prône un islam dynamique. L’objectif est de mettre en place des législations qui respectent l’islam tout en s’accordant avec les enjeux contemporains. Le moyen est d’enseigner que l’on peut être musulman tout en respectant les droits de l’homme et la démocratie.

Ebadi est convaincue que grâce à cet apprentissage progressif les régimes autoritaires ne pourront plus imposer leurs vues ni justifier les injustices qu’ils commettent au nom de la religion.

Ne nous y trompons pas, insiste-t-elle. L’instrumentalisation de la religion n’est pas propre aux musulmans. L’histoire est marquée par de nombreuses injustices et atrocités commises au nom d’une idéologie religieuse ou laïque, par exemple l’Église au Moyen Âge, ou plus récemment le marxisme.

La solution rationnelle, face à l’islamisme, est l’utilisation de l’éclairage de la science et du savoir pour mettre en évidence les abus de la religion. C’est une tâche énorme que doivent accomplir les défenseurs de la religion et de la liberté. Il faut que les intellectuels musulmans se lèvent et expliquent que l’islam peut être dynamique plutôt que de demeurer figé.

Pour Ebadi, s’en tenir à la critique des régimes en place ne sert à rien et ne suscite pas la mobilisation de la population. Il faut plutôt montrer sans relâche que la foi n’est pas incompatible avec l’amélioration des conditions de vie.

Shirin Ebadi renvoie dos à dos les groupes opposés aux intellectuels éclairés : d’une part les fanatiques et les régimes dictatoriaux, d’autre part ceux qui promeuvent l’islamophobisme, réduisant l’islam au terrorisme et à la violence.

Les deux côtés contribuent à freiner la mise en place d’un islam dynamique.

Les fanatiques posent sur leurs visages dictatoriaux un masque culturel. En revanche, on ne peut pas non plus piétiner les droits de l’homme comme le font ceux qui luttent contre le terrorisme.

Il ne faut pas seulement condamner le terrorisme, mais s’attaquer à la racine du problème : l’ignorance et l’injustice.

Contre l’ignorance, il faut la connaissance des différentes cultures. La vérité se trouve en chacun de nous.

Contre l’injustice, il faut la reconnaître et la corriger.

Quand un peuple sans voie vit sous le seuil de la pauvreté depuis plusieurs générations, qu’il est dominé par des régimes dictatoriaux avec la passivité de la communauté internationale, il n’est pas étonnant qu’il se tourne vers la violence et la terreur.

L’harmonie est impossible tant que 80 % des richesses du monde seront entre les mains de 1% de la population.

Comment combattre le terrorisme alors que des millions de personnes meurent chaque année, faute d’eau potable et d’hygiène ? Il faut d’abord combattre l’injustice pour que diminuent la violence et la terreur.

La mondialisation sera positive si elle apporte une diminution de la pauvreté et des inégalités.

L’écoute téléphonique et l’espionnage des courriels des citoyens, la maltraitance et l’expulsion des immigrés, le mépris de la religion et des races non occidentales ne feront pas non plus diminuer la violence et la terreur.

Ni l’Occident, ni les régimes islamistes non démocratiques n’ont le droit d’instrumentaliser l’islam.

Les pays occidentaux n’ont surtout pas le droit d’instrumentaliser et d’exploiter la démocratie et les droits de l’homme comme justificatifs pour attaquer un pays. La démocratie n’est pas une marchandise exportable. Elle n’est pas un cadeau qu’on peut offrir. On ne peut pas apporter la démocratie avec des bombardements.

Chaque action violente a été suivie de réactions encore plus violentes après le 11 septembre 2001. Les États-Unis ont fait de la lutte contre le terrorisme l’enjeu majeur. Or celui-ci n’a pas diminué. Pour vivre dans un monde de paix et de sérénité, il faut être contre toute forme de violence.

Shirin Ebadi sait qu’elle cultive une utopie dans un monde en crise, mais elle croit que l’utopie fait avancer l’immunité. Il faut être utopiste dans nos pensées, mais réalistes dans nos actes.

À une remarque de l’auditoire concernant la place des femmes dans l’islam, Ebadi a répliqué qu’il y a différents points de vue et différentes interprétations possibles, tout comme dans la chrétienté. Une interprétation plus égalitaire est tout à fait compatible avec l’islam.

À une autre question portant sur la lapidation des femmes en Iran, elle a parlé du mouvement qui cherche en ce moment à recueillir, en Iran même, plus d’un million de signatures de femmes (we-change.org). Le but est de prouver que les femmes iraniennes sont contre les lois discriminatoires et pour l’amélioration de la condition féminine.

Pour Ebadi, la victoire du mouvement féministe ouvre la voie à la démocratie.

Pour visionner en ligne la conférence : Franchir les frontières : l’islam, les droits de la personne et l’Occident. Le lien vidéo est dans le bas de la page.

In the name of the God of Creation and Wisdom.( Nobel prize 2003. Shirin Ebadi.)


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Demian West (---.---.157.94) 13 novembre 2006 11:42

    Merci à Michel,

    Il est du plus savoureux de lire cet article qui paraît dans un organe qui laisse cacher les commentaires majoritairement musulmans ou islamophiles, et qu’il laisse tous bons points aux commentaires résolument islamophobes et d’extrême-droite.

    Comme disait Boris de la famille Vian, il y a quelque chose qui cloche là-dedans, faut que j’y retourne immédiatement.

    Demian West


    • Michel Monette 13 novembre 2006 13:06

      J’ai de la difficulté à comprendre votre raisonnement. On a beau ne pas approuver la vision du monde de Shirin Ebadi, il s’agit tout de même d’une vision différente de celles des islamistes. Serait-elle islamophobe, elle qui aime son pays au point de mettre en danger sa vie même ? Certes c’est une voix de la droite, j’en conviens. Mais elle condamne l’utilisation de la religion pour maintenir des populations sous le joug de régimes autoritaires. Serait-elle persona non grata dans le cercle des bien-pensants occidentaux ? Moi qui suis athée, je salue son courage et lui reconnaît le droit de chercher à mettre fin à la dérive des islamistes en les attaquant sur leur terrain.


    • Marie Pierre (---.---.88.151) 13 novembre 2006 11:44

      Avant la chute du mur, il y avait déjà un débat sur la condition féminine et le démocratie, notamment en Iran après le retour de Khomeyni. Peut-être n’était-il pas repris par les gouvernants ou les officiels ! Mais il existait. Amnesty International s’en faisait l’écho, des femmes et des hommes se battaient contre l’excision et autres tortures subies par les femmes parce que femmes.

      Comparer le voile des musulmanes à celui des bonnes soeurs est tout de même un sacré raccourci, d’autant que ces dernières n’ont plus le droit depuis longtemps de le porter dans les établissements publics (hôpitaux, écoles...).

      Cependant, il est très utile que des femmes comme Shirin Ebadi prennent la parole pour inciter les démocrates musulmans à faire de même.

      Mais intéressent-ils les media ?


      • Michel Monette 13 novembre 2006 12:55

        Shirin Ebadi faisait état de la perception occidentale jusqu’aux années 1990. Elle caricaturait évidemment pour faire ressortir l’indifférence quasi-généralisée envers ce qui se passait réellement dans les pays musulmans. J’ai tenté de rapporter le plus fidèlement possible ses propos, car il s’agit une croyante qui soutient la thèse de la compatibilité des valeurs démocratiques et de la foi musulmane. Il vaut la peine d’entendre ce qu’elle a à dire. Cela change du discours habituel.


      • Marie Pierre (---.---.88.151) 13 novembre 2006 13:47

        Monsieur Monette,

        C’est bien ce que j’ai voulu dire dans la dernière phrase : laisser la parole à tous ceux qui agissent comme S. Ebori

        Bien à vous et merci pour votre article


      • Gasty Gasty 13 novembre 2006 12:50

        Et WAFA SULTAN son combat contre le fanatisme est un exemple pour tous.

        Je dis bien pour tous !

        http://www.dailymotion.com/video/65587


        • T.B. T.B. 13 novembre 2006 13:48

          Excellent interview de Wafa Sultan que je ne connaissais pas : prise de position franche, courageuse, déterminée, concise et étayée. Rien à voir avec cet article tiédasse.

          L’Islam s’est toujours comporté comme l’Eglise au moyen-âge. Il ne faut cependant pas sous-estimer l’hypocrisie du monde chrétien d’aujourd’hui. La droite catholique au pouvoir en Europe ou la droite pentecôtiste US jettent sans cesse de l’huile (ou du pétrole) sur le feu, incitant comme des petits chiens hargneux le retour aux croisades.

          On parle de pollution environnementale. On ne parle pas assez des pollutions mentales que sont les religions. A noter que le pape et les imams restent muets au sujet du massacre, par les hommes aveugles et avides, de la faune et de la flore chaque jour de plus en plus menacées. Au contraire, ces fous de dieux, prêchent une politique nataliste à outrance. Nous ne sommes pas déjà assez nombreux sur la planète ?


        • Grouik (---.---.112.26) 13 novembre 2006 13:27

          Je trouve que l’oxymore du titre (religion et raison) ne permet pas d’aborder l’article de manière sérieuse. Dommage.

          Compatibilité islam / démodratie ? Pourquoi pas, tout dépend de la façon dont on interprête les textes. Pour l’instant, les interprétations qui dominent dans le monde ne sont pas très encourageantes. Mais dans la mesure ou il s’agit de textes humains interprétés par des humains, tout est possible (c’est l’optimiste qui parle).

          A mon avis il y a plus simple pour améliorer la condition humaine que de changer l’interprétation d’un texte religieux (en l’occurrence le jeter à la poubelle), mais tant que certains ne pourront pas s’en passer faisons avec et encourageons ceux qui en ont une interprétation humaniste.


          • Michel Monette 13 novembre 2006 13:44

            Le titre m’est venu à entendre cette tentative de concilier la foi musulmane et la « raison » occidentale. Je crois aussi qu’il faut qu’une interprétation plus humaniste de l’islam s’impose. Le fanatisme est une grave erreur qui nuit à l’ensemble des musulmans. Quelqu’un en sait davantage sur le courant de penseurs d’un Islam compatible avec la démocratie et les libertés individuelles qu’évoque Ebadi ?


          • lolo_uk (---.---.70.9) 4 janvier 2007 11:14

            Je ne crois pas qu’il y ait une interprétation possible de l’Islam. L’Islam n’est qu’un et le Coran est la parole directe de Dieu et Mahomet le prophète qu’il faut imiter. Je vous invite à lire le Coran, les Hadiths et la vie du prophète... Les ordres de Coran sont clairs, il n’y a qu’une interprétation possible. Les musulmans qui sont « humanistes » et qui vivent de façon compatible avec nos valeurs occidentales ne sont pas de bons musulmans, et il faut espérer qu’ils soient nombreux...


          • Persia (---.---.199.232) 13 novembre 2006 15:49

            Je préfére Wafa Sultan et je l’admire. Elle casse un tabou et dis les non-dits, sans peur et sans retenue.


            • (---.---.17.125) 13 novembre 2006 17:42

              Y’ka faucon !


              • David Adel (---.---.180.80) 13 novembre 2006 17:14

                @ Michel Monette,

                Article très intéressant.

                Prix Nobel, Shirin Ebadi a toujours défendu la voix de la raison. Reste à savoir si l’Occident peut ouvrir (ou accepte-t-il d’ouvrir)des « tribunes » à d’autres voix comme la sienne.

                Comme vous, je serais curieux de savoir si « Quelqu’un en sait davantage sur le courant de penseurs d’un Islam compatible avec la démocratie et les libertés individuelles qu’évoque Ebadi ?

                Le Soufisme , par exemple, pourra-t-il être l’un de ces courants ?

                Cordialement,

                David A.


                • domdi (---.---.206.161) 23 novembre 2006 04:16

                  peut-être bien q^’on en trouve vraiment passablement juste là, en France, aux quatre coins... du globe. smiley


                • Anto (---.---.178.10) 13 novembre 2006 17:29

                  J aime bien cet article mais bon, il y aura plus de gens pour dire que Shirin Ebadi est niaise et que le prix nobel de la Paix qu’elle a reçu, en fait un chantre de la « bien pensance ». Dommage.

                  En tout cas, l’oxymore du titre est n’effectivement pas nouveau car de nombreux intellectuels musulmans se réclament même « des lumière de l’Islam ». (Dans le nouvel obs, j’avais même lu à une époque l’expression Voltaire de l’Islam). C’est comme si ils désignaient une civilisation et non une religion...

                  J’ajouterai qu’ayant regardé en vitesse la biographie de Wafa Sultan sur wiki, je me méfie énormement du contenu de ses propos. Elle accredite trop unanimement les thèses islamophobes à mon gout, pour ne pas être l’objet de récupération, de cette fameuse instrumentalisation de l’Islam. Mais là encore, je spécule. Alors, que recherchait Al jazeera avec cette interview ? Démontrer que la chaîne ne peut pas être accusée d’obscurantisme ou bien s’agit il d’augmenter la haine des extremistes ?


                  • T.B. T.B. 13 novembre 2006 18:16

                    « Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes et qui, en conséquence, est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ? » Dictionnaire philosophique, Voltaire (1694-1778)


                  • Patrick Adam Patrick Adam 13 novembre 2006 17:39

                    @ l’auteur

                    Article pétri de dégoulineries de la bien-pensance qui ne mangent pas beaucoup de pain (ni de cochon). Une fois de plus les problèmes de modernité des musulmans seraient de la responsabilité des Occidentaux et cette fois il faudrait aller creuser du côté du mur de Berlin !... Pourquoi ne pas les faire remonter aux premiers pas de Neil Armstrong sur la lune en 69 ? Je connais pas mal de musulmans qui affirment que les Américains n’y ont jamais mis les pieds et que toutes les images ont été tournées en studio à Hollywood et dans le désert californien. Pensez donc à leur désarroi et la déchirure qui les a alors emportés loin des rivages d’un Occident manipulateur d’un cosmos ou Allah règne en pacha de toute éternité.

                    Shirin Ebadi fait l’apologie de groupes de musulmans éclairés. Mais qui sont-ils, et surtout où sont-ils ? Vous-mêmes, vous en connaissez beaucoup qui arrivent à prendre la parole ouvertement ? Vous n’avez aucun exemple précis à nous citer ? Personnellement j’en connais quelques-uns au Maroc, mais par les temps qui courent dans ce pays, ils font plutôt profil bas. Je puis vous assurer qu’ils ne font pas partie de ceux à qui on tend un micro ou à qui on laisse imprimer un texte appelant à la remise en cause des déviances dont cette religion témoigne tous les jours de par le monde. Et ne remontez pas aux Croisades. Vous pensez donc sérieusement que l’Occident vit encore au XIème siècle ? Alors que sous bien des aspect l’islam : oui. Toutes les religions ont connu des déviances, mais « l’originalité » de l’islam aujourd’hui c’est de vouloir s’en orgueillir.

                    Comme le dit l’intervenant précédent : « faucon, yaka et embrassons-nous folle kasba ».

                    Patrick Adam


                    • Marsupilami (---.---.224.211) 13 novembre 2006 17:54

                      @ Patrick Adam

                      J’allais écrire à peu près la même chose que toi. Quelle naîveté de la part de cette femme courageuse, et quelle naïveté de la part de l’auteur de cette sucrerie liophyllisée !


                    • NoNow (---.---.180.80) 14 novembre 2006 11:32

                      Commentaire injuste et à agressivité gratuite envers l’auteur. Il est « pétri de dégoulineries ( ?) de la « mauvaise »-pensance qui ne mangent pas beaucoup de pain (ni de cochon) » (pour reprendre exactement les mêmes termes du commentateur).

                      Quant à « Je connais pas mal de musulmans qui affirment que les Américains n’y ont jamais mis les pieds et que toutes les images ont été tournées en studio à Hollywood et dans le désert californien », cela ne peut prêter qu’au sourire, tellement que l’allégation est grossière et infondée.

                      Après les russes, c’était notre scepticisme qui avait fait rage concernant ce premier voyage vers la lune. Quelques arabes et/ou musulmans avaient peut-être suivi notre mouvement, des chinois, des esquimaux et des bouddhistes, des athées, des aborigènes, des canadiens aussi... Alors de là à en faire un argument de polémique, c’est vraiment n’importe quoi !

                      Inutile de reprendre le reste du commentaire point par point, bavardage de kasbah, car il me semble qu’il a été posté que pour invectiver gratuitement l’auteur et distiller, au passage, un peu de propagande anti-islam. Parler ensuite d’autres « voix de la raison » relève de la gabegie en vue d’un tel post.

                      NoNow


                    • Michel Monette 14 novembre 2006 12:57

                      Je n’ai, hélas, pas lu beaucoup de commentaires qui font avancer la compréhension de questions beaucoup plus complexes que la pauvreté des propos de ceux qui commentent, à quelques belles exceptions près évidemment. À ce que je lis, certains se complaisent dans la critique guimauve noircie. Allez voir ce qu’avait à dire Shirin Ebadi. Je vous rappelle qu’il y a un lien vidéo au bas de mon article. Vous reviendrez ensuite critiquer, si je n’ai pas bien rendu ses propos.


                    • domdi (---.---.206.161) 23 novembre 2006 04:12

                      Sa voix est pourtant bien plus constructive que la vôtre Patrick Adam, car où comptez-vous aller avec votre hargne ?

                      Mme.Shirin Ebadi ne met pas la faute sur l’Occident de la non-modernité des pays musulmans, Elle soutient que 80% des richesses sont la propriété de 1% de personnes, on ne peut que faire cette désolante constatation avec elle et contrairement à ce que vous avez cru lire elle n’en impute pas la seule responsabilité à l’Occident ou alors vous ne savez plus lire.

                      A aucun moment ne pourrez-vous soutenir que la modernité excluerait toute forme de dictature.L’occident en connait tant, des dictatures de petits tyrans abuseurs de fonction il y en a tant, des profusions de manipulations en tout genres. Dans votre jargon celà deviendra sans doute « la nature humaine ». C’est bien à celà que nous ramène madame Ebadi et pour vous-même et ceux qui tonitruent ici à tout bout de champ que les musulmans modérés n’existent pas puisqu’ils n’élèvent pas leur voix et qu’on ne les entendrait pas, voici que vous devriez la remercier puisqu’elle répond parfaitement à votre requête. Aviez-vous oublié l’avoir formulée ? smiley


                    • Persia 13 novembre 2006 17:42

                      Pour mieux connaitre l’Iran http://www.irania.fr


                      • Cosmic Dancer (---.---.31.192) 13 novembre 2006 18:22

                        Allez donc jeter un œil sur le site Iran-resist (je ne sais pas comment le mettre en lien) : http://www.iran-resist.org/article2732. Les infos sur Ebadi sont tout à fait intéressantes. On y découvre un féminisme et un sens de la « modernisation de l’islam » affriolant...


                        • Cosmic Dancer (---.---.31.177) 14 novembre 2006 18:08

                          Excusez-moi, mais je réitère. Vous dites vouloir sincèrement discuter de ce que Ebadi peut apporter de pacifiant et de progressiste, alors je vous renvoie à ce lien que vous n’avez peut-être pas vu hier, et je poursuis mes recherches sur le sujet, parce qu’il semble bien que d’authentiques progressistes musulmanes, évidemment plus radicales que l’avocate iranienne, aient un autre discours à produire que celui de cette dame. http://www.iran-resist.org/article2732


                        • Cosmic Dancer (---.---.31.177) 14 novembre 2006 19:06

                          Oui, bien sûr, ça semble tout à fait bienvenu, et ô combien. Mais d’un autre côté, le site d’iran-resist me paraît très documenté, et qui plus est souvent très pertinent. Faudrait-il donc entendre dans les dicours de Ebadi une pratique de la takia, chère à Tarik Ramadan ? C’est la question que je me pose, et sur laquelle je planche.


                        • CITADELLE CITADELLE 13 novembre 2006 19:11

                          Shirin Ebadi est venu expliquer à l’occident que la terre est ronde, alors forcement tout le monde l’écoute !

                          L’Islam est une religion, donc on ne peut pas la voir ,pas la toucher, par contre il y a des pratiquants. Tout y est dans cette religion et je pense que seul un musulman peut comprendre vraiment ce que dit Shirin Ebadi !

                          Moi quand je parle de l’occident, je ne dis jamais le christianisme, alors pourquoi ne pas parler d’orient !

                          L’occident a fait son histoire, elle a us ses rois puis ses dictateurs, et est aujourd’hui démocratique « donc plus moderne » l’orient c’est un peu l’occident tout deux suivent un chemin parallèle depuis des siècles, ils évolluent de la méme façon. L’histoire de l’orient est différente et il n’y a plus de guerres, de colonisations. Il faut donc a l’occident de nouveaux ennemis, et les sioniste-journaux trouvent un interet à en rajouter.

                          Le meilleur moyen de combattre « l’islamisme », c’est expliqué au islamistes qui ne le savent pas que longtemps ils ont travaillé pour l’Amerique et que c’est l’Arabie Sahoudite leur allié qui s’sest chargé de les recruter ! Aujourd’hui le numéro un serait Ben Laden ennemi de tout le monde et se serait même disputé avec le rois de Sahoudite.

                          « c’est bien joli tout ça !!! » smiley


                          • (---.---.123.173) 14 novembre 2006 03:16

                            L’homme descend du singe. Or, l’homme est fait à l’image de Dieu. Donc, Dieu est King-Kong. François Cavanna


                            • (---.---.37.70) 14 novembre 2006 09:36

                              Mouais, avant la chute, les pays Arabes admiraient l’URSS et le Socialisme (comme chez nous les intellos, les journalistes et les enseignants). Mais son colossal échec à finis par être percu même par les masses. Or, les Etats Arabes restent des dictatures Socialisante, où l’économie est au ordre du politique, donc d’une minorité de fonctionnaires. Le peuple doit donc lutter contre. Comme il ne peut accepter le libéralisme (étant donné le formatage Marxiste des esprits), il ne lui reste que l’Islam. Et comme nos gauchiste tier mondiste lui ont appris que tout était la faute du libéralisme et de l’occident, il ne faut pas s’étonner qu’ils nous attaquent.

                              Cela dit, depuis que l’Islam existe, il à toujours était en conflit avec l’Europe (c’est pour cela que nous avons finis par coloniser, pour avoir la paix, et loin d’être dans une crise nous retournons à la normal), et partout ou il y a Islam dans le monde il y a conflit ou esclavage, et ca, il ne faudrait pas l’oublier. Ces gens là sont nos ennemis, ils le veulent, et la guerre Nord-Sud n’est pas pret de se terminer, (du moins tant qu’on n’utilisera pas des méthodes vraiment rationels, des méthodes définitives).

                              « L’Islam s’est toujours comporté comme l’Eglise au moyen-âge. »

                              Propos inepte, l’Eglise n’ayant rien à se reprocher au moyen age.


                              • (---.---.180.80) 14 novembre 2006 10:32

                                 smiley smiley smiley


                              • domdi (---.---.206.161) 23 novembre 2006 03:27

                                vous n’avez apparemment pas beaucoup étudié l’Histoire. smiley


                              • Michel Monette 14 novembre 2006 13:01

                                Je n’ai, hélas, pas lu beaucoup de commentaires qui font avancer la compréhension de questions beaucoup plus complexes que la pauvreté des propos de ceux qui commentent, à quelques belles exceptions près évidemment. À ce que je lis, certains se complaisent dans la critique guimauve noircie. Allez voir ce qu’avait à dire Shirin Ebadi. Je vous rappelle qu’il y a un lien vidéo au bas de mon article. Vous reviendrez ensuite critiquer, si je n’ai pas bien rendu ses propos.


                                • Marsupilami (---.---.224.211) 14 novembre 2006 13:04

                                  @ Michel Monette

                                  Ce que tu devrais surtout remarquer, c’est que la bande de chacals islamistes qui sévit sur Agoravox a boycotté ton article, ce qui est rarissime dans le cas de textes parlant de l’Islam. Peut-être devrais-tu te poser des questions, toi qui vis dans un pays où la charia a failli être appliquée en Ontario...


                                • Mjolnir (---.---.159.247) 14 novembre 2006 13:35

                                  Je suis aussi étonné par l’absence de bon nombre d’intervenants qui étaient présents pour la discussion sur la critique de l’Islam.


                                • Michel Monette 14 novembre 2006 13:40

                                  Il y a eu tout un tollé de protestations en Ontario. Cette tentative d’introduire des tribunaux islamistes a dû être une bonne leçon. Cela ne passera jamais.

                                  En Iran, ce qu’appelle Shirin Ebadi serait déjà un grand pas dans la bonne direction. Être croyant est une chose, utiliser la foi comme instrument de domination en est une autre. Autant Shirin Ebadi condamne la lutte au terrorisme qui ne s’attaque pas aux vrais problèmes économiques et sociaux, autant elle condamne les islamistes qui soutiennent le terrorisme et briment les libertés.


                                • Cosmic Dancer (---.---.31.177) 14 novembre 2006 18:09

                                  Excusez-moi, mais je réitère. Vous dites vouloir sincèrement discuter de ce que Ebadi peut apporter de pacifiant et de progressiste, alors je vous renvoie à ce lien que vous n’avez peut-être pas vu hier, et je poursuis mes recherches sur le sujet, parce qu’il semble bien que d’authentiques progressistes musulmanes, évidemment plus radicales que l’avocate iranienne, aient un autre discours à produire que celui de cette dame.http://www.iran-resist.org/art...


                                • Michel Monette 14 novembre 2006 18:48

                                  Désolé, je n’avais en effet pas visité le lien que vous aviez mis. Ce qu’on y lit est troublant. L’appel à un Islam ouvert à la démocratie et aux libertés individuelles qu’elle a fait à Montréal me semble très sincère. Peut-être a-t-elle changé ? Peut-être est-ce supercherie de sa part ? Je ne le sais pas trop. En tout cas, elle condamnait bel et bien les régimes religieux, les régimes dictatoriaux, les fanatiques, et l’utilisation de la religion ou de toute autre idéologie pour justifier l’injustifiable. Le message était clair. J’ai aussi perçu un autre message : il y a des croyants musulmans prêts à accepter ce qu’implique le respect de la démocratie et des droits de l’homme. Ça me semble encourageant, non ?


                                • Cosmic Dancer (---.---.31.177) 14 novembre 2006 19:06

                                  Oui, bien sûr, ça semble tout à fait bienvenu, et ô combien. Mais d’un autre côté, le site d’iran-resist me paraît très documenté, et qui plus est souvent très pertinent. Faudrait-il donc entendre dans les dicours de Ebadi une pratique de la takia, chère à Tarik Ramadan ? C’est la question que je me pose, et sur laquelle je planche.


                                • moi (---.---.67.228) 15 novembre 2006 12:03

                                  monsieur patrick adam je souhaiterais savoir quel est votre plus grand enemi : les musulmans ou les bobos ? merci ps : je connais un musulman bobo qui habite paris 18ème ! mon dieu quelle horreur !! la totale !! si vous le souhaitez je peux vous communiquer ses coordonnées en vue d’une lettre de dénonciation à la kommandantur de votre quartier.et allez hop direction drancy bien à vous un pro rouge smiley


                                  • Hal Eurode (---.---.118.66) 21 novembre 2006 11:19

                                    Bon, je trouve qu’a l’heure internet, cette dithyrambe de Shirin Ebadi et de sa position, montre que l’auteur n’a pas pris le soin de s’informer sur, comment l’opposition iranienne la perçoit.

                                    Il faudra que les lecteurs prennent le temps d’essayer de savoir ce qui se passe en Iran et comprendre que la République des mollahs se réserve une opposition acceptable et calculée pour masquer la vraie, celles des victimes.

                                    Un peu d’esprit critique !

                                    Hal

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès