Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Visite du Karmapa aux Etats-Unis, portes ouvertes à Paris du Temple pour la (...)

Visite du Karmapa aux Etats-Unis, portes ouvertes à Paris du Temple pour la Paix qui lui est lié

Orgyen Trinley Dorjé est le 17e de la lignée de réincarnation des Karmapa apparue au Tibet au XIIe siècle après que le précurseur laissa avant de décéder des instructions pour rechercher son successeur. Le 17e Karmapa qui avait dû fuir le Tibet pour l’Inde est en visite aux Etats-Unis entre le 15 mai et le 1 juin 2008, c’est sa première visite en Occident.

Le précédent Karmapa, né au Tibet, exilé en Inde :
Le 16e Karmapa qui était né au Tibet en 1924 dans le Kham, le Tibet oriental. En 1959, peu de temps avant le 14e Dalaï-Lama, il avait dû fuir son pays envahi par l’armée chinoise confrontée à un mouvement de résistance tibétaine dans le Kham et l’Amdo contre l’occupation et les réformes du régime communiste. En exil en Inde, il a installé son siège en exil au monastère de Rumtek au Sikkim. Dans une perspective à long terme pour la survie du bouddhisme tibétain et pour le monde, il avait envoyé certains des plus éminents lamas de son école en Occident. Chogyam Trungpa Rinpoché a fondé plusieurs centres en Ecosse et aux Etats-Unis tandis que Kalou Rinpoché fonda plusieurs centres en France dont Kagyu-Dzong à Paris et Vajradhara-Ling en Normandie. Le 16e Karmapa visita ensuite dans les années 70 les Etats-Unis et l’Europe. Après un dernier voyage en Occident, il décédera en 1981 à l’hôpital de Chicago.

L’actuel Karmapa, né au Tibet, exilé en Inde :
Son successeur, Orgyen Trinley Dorjé est né le 26 juin 1985 dans une famille de nomades du Kham. Tout comme ses prédécesseurs, le 16e Karmapa avait laissé une lettre prédisant sa réincarnation, qui fut trouvée en 1992 dans une amulette qu’il avait remise à Taï Sitou Rinpoché. En 1992, Orgyen Trinley Dorjé fut découvert par une équipe envoyée au Tibet par ce lama. Cette même année, le 14e Dalaï-Lama puis les autorités chinoises reconnurent officiellement Orgyen Trinley Dorjé comme le 17e Karmapa. Il fut conduit au monastère de Tsourphou, siège traditionnel des Karmapas, près de Lhassa. Un des 3 lama les plus importants du bouddhisme tibétain avec le Dalaï-Lama et le Panchen Lama, le 17e Karmapa est le seul lama réincarné à avoir été reconnu à la fois par le Dalaï-Lama et le gouvernement chinois. Cependant, au fil du temps, les lourdes contraintes imposées par l’administration chinoise se révélèrent un obstacle majeur à sa formation.

Aussi, à 14 ans, prit-il la décision courageuse de fuir son pays. Le 17e Karmapa a planifié son évasion du Tibet contrôlé par la Chine. Sa résolution est devenue plus ferme alors qu’il n’était pas autorisé à voir son tuteur, Taï Sitou Rinpoché, et qu’en 1998 une tentative de meurtre sur sa personne était suggérée après la découverte de deux intrus chinois équipés de couteaux et d’explosifs au monastère de Tsourphou. En décembre 1999, avec quelques compagnons choisis, il entreprit courageusement la traversée de l’Himalaya qui, au prix de bien de difficultés et de dangers, allait le mener jusqu’à la résidence du Dalaï-Lama à Dharamsala dans le nord de l’Inde. Le 17e Karmapa a exprimé son souhait de rester en Inde. Il a notamment déclaré "l’Enseignement bouddhiste le plus important est la compassion, mais pour essayer de le pratiquer, on doit être libre". Tashi Wangdi, ministre de la Religion et de la Culture du gouvernement tibétain en exil avait expliqué que le 17e Karmapa était très inquiet de l’érosion de la culture tibétaine à Lhassa : "Il veut vraiment travailler au développement culturel et religieux du peuple, mais est très inquiet par la répression concernant les activités religieuses et la dilution délibérée de la culture tibétaine par les autorités".

En Inde, le 17e Karmapa a trouvé refuge et, depuis, il reçoit les Enseignements des Grands Maîtres Tibétains exilés en Inde. Il reçoit la visite de disciples du monde entier, donne déjà des enseignements, et écrit des poèmes. En 2008, il réside toujours au monastère de Gyuto à Sidhbari près de Dharamsala.

Visite du Karmapa aux Etats-Unis en 2008 :

Le 17e Karmapa a pu visiter les États-Unis entre mai et juin 2008. C’est la première visite qu’il effectue à l’étranger depuis son arrivée en Inde en 2000. Il s’est exprimé sur la situation au Tibet, marquée par les troubles au Tibet en 2008, affirmant qu’elle a atteint un état d’urgence. Visitant « Ground Zero » au World Trade Center Tribute Center, il y a écrit sur le livre d’or « Par des cœurs pacifiques, des sentiments pacifiques et une intelligence pacifique, puisse ce monde réellement passer de l’ombre à la lumière ».

Il s’est rendu à New York, à Woodstock, où son prédécesseur avait consacré un monastère qui est devenu le siège principal du Karmapa en Occident.

Lors de sa visite aux États-Unis, le Karmapa a annoncé qu’il souhaite passer 2 mois par an pour enseigner dans la communauté bouddhiste dans ce pays, montrant l’importance qu’il lui accorde. Le Karmapa a déclaré "Mon travail ne sera pas conduit seulement dans les autres communautés bouddhistes, mais aura pour objectif d’aider tout le monde."

Visite du Karmapa en Europe et en France :

Ainsi, ce premier voyage en annonce beaucoup d’autres aux Etats-Unis, ainsi, que comme nous pouvons l’espérer en Europe et notamment en France comme avant lui son prédécesseur.

Ce dernier n’avait-il pas déclaré comme aiment à le répéter les membres de Vajradhara-Ling que ce centre de Normandie serait amené à jouer un rôle important en Europe pour l’étude du bouddhisme tibétain ?

Ce centre a pour projet de bâtir un Temple pour la Paix de 700 m2, qui sera un lieu d’enseignements, de manifestations interconfessionnelles, culturelles et scientifiques, et sera dédié à la Paix dans le monde. En 1995 et en 1998, Lama Gyourmé en pèlerinage au Tibet avait présenté ce projet au 17e Karmapa.

Les 31 mai et 1er juin 2008, deux journées portes ouvertes à la Pagode du Bois de Vincennes (route de la Ceinture du lac Daumesnil 75012 Paris - Métro Porte Dorée) ont pour but de promouvoir ce projet de construction. On pourra y admirer une exposition d’œuvres d’art autour du bouddhisme, écouter les chants tibétains de Lama Gyourmé et Jean-Philippe Rykiel, le samedi soir, et faire l’expérience de la méditation.

Un blog rend compte de la visite du Karmapa aux Etats-Unis : http://karmapavisit.blogspot.com/


Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 29 mai 2008 10:46

    il n’est guerre étonnant qu’un pays gouverné par une secte, préférant la supposée réincarnation aux scrutins populaires, fut une proie aussi facile pour la dictature chinoise.


    • Weinstein 29 mai 2008 11:20

      Hum cette association a sans doute quelques accointances avec agoravox, au vu des articles qui se succèdent....

      A part ça, Dened a tout résumé, le Tibet tel qu’il était il y a 50 ans était un pouvoir obscurantiste, et le Dalai Lama continue cette tradition, lui qui se prétend être la réincarnation d’un saint

      J’aimerai savoir ce qu’il entend par démocratie Tibétaine, une invention médiatique pour appitoyer les Bobos occidentaux à sa cause, pitoyable et manipulateur. 

      Bien à vous.


    • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 29 mai 2008 23:07

      Le Bouddhisme n’a pas de fondement sectaire, ce n’est pas non plus une religion théiste. Le Bouddha historique demandait à ceux qui l’écoutaient de ne pas suivre aveuglement son enseignement, mais de voir par eux même si cet enseignement avait quelque utilité. A sa mort, le Bouddha demanda de ne pas s’attacher à sa personne, mais à son enseignement.

      Concernant l’histoire de l’invasion du Tibet par la Chine, il y a plusieurs causes. Celles liées au nationalisme chinois (et la Mongolie, le Turkestan oriental et la Mandchourie en ont fait aussi l’expérience). Celles liées à l’isolement du Tibet sur le plan international, et son manque de préparation aux relations internationales. Celles liées aux responsabilités internationales de pays occidentaux comme la Grande Bretagne qui en envahissant le Tibet au début du siècle à sucité le nationalisme chinois, et les pays qui ont préférer fermer les yeux sur la colonisation chinoise du fait de leur propre politique coloniale.

      Espérant avoir apporter un peu de lumière.


    • manusan 30 mai 2008 07:22

      marrant comme les mouvements obscurentiste à l’agonie se découvrent de gentils démocrates, il y a qu’a regarder la LCR chez nous.


    • Tarouilan Tarouilan 30 mai 2008 09:37

      plus épouvantable régime théocratique qui n’a jamais existé de par le monde ou l’esclavage de la population était la règle, population torturée et mise à mort au grès des lubies, de ces fous religieux.

      Bouddhisme........ vraiment pas tant que cela.....Le bouddhisme revendiqué, n’est qu’un verni d’apparence, ce système religieux, relève beaucoup plus du chamanisme des origines (Bo, les bonnets noirs) avec hélas le sacrifice humain au premier plan de pratiques religieuses....., de nombreux exemples de ces étranges pratiques existent, comme par exemple, le cadeau au Dalaï-Lama d’une peau d’enfant (sacrifié pour cette occasion) et d’objets réalisés dans des cranes d"enfants pour l’anniversaire de ses dix huit ans, de nombreux autres exemples de sacrifices récents existent, en 1948, par exemple ou 21 enfants ont été tués, une autre pratique pour le moins critiquable, c’est d’enterrer rituellement de jeunes enfants vivants sous les fondations des monastères en construction pour la consécration de ces édifices, etc.....

      Aujourd’hui, le Dalaï-Lama, revendique de prendre des distances avec ces pratiques, admettons, mais il semble aussi être financé par la CIA et un organisme dépendant du Congrès US, et les intérêts géostratégique du Tibet, semblent être la préoccupation compulsive actuelle de ce grand pays pacifique que sont les USA..... que l’on retrouvera aussi, derrière les sectes évangéliques, qui s’en prennent aux populations chinoises jusqu’en France, un quartier chinois comme celui de Belleville est infesté de ces sectes, leurs dirigeants, ont tous un fort accent américain, ce dont je me suis assuré récemment, il est temps de réagir face à ces sectes.


    • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 30 mai 2008 17:11

      Encore un bel exemple de propagande chinoise, c’est exactement le discours (mensongé, c’est tellement "gros"...) de l’ancienne propagande chinoise. Même la désinformation actuelle n’ose même plus raconter parielles inépties.


    • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 17:20

      @ Weinstein @ Deneb

      J’ai vu le XVIIème Karmapa à son arrivée à Dharamsala après s’être fait la belle de son monastère de Tsurpu près de Lhassa au nez et à la barbe des autorités chinoises. Une forte pointure ce garçon. Avec le dalaï-lama les deux font la paire !

      Vous savez depuis 1950 et l’invasion chinoise, le bouddhisme tibétain a considérablement évolué et des centres, monastères et instituts ont été disséminés tout autour du globe. Les Enseignements restent à la base les mêmes tout comme la force spirituelle des Maîtres mais leur public a ô combien changé. Cette confrontation a permis une régénération.

      Il n’y a dès lors plus de rapport entre le clergé tibétain d’aujourd’hui et le clergé tibétain du Tibet traditionnel.

      Et c’est tant mieux car les rituels eux n’ont rien changé à leur sublime beauté.


    • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 17:32

      @ Tarouilan

      Prenez du Prozac, bon sang ! Le bouddhisme tibétain de l’an papa, c’est fini ! Le bouddhisme tibétain s’est civilisé en Suisse et aux Etats-Unis, en France comme au Canada. Le bouddhisme tibétain s’est tellement civilisé qu’on n’y égorge plus les jeunes vierges avant de les dépouiller de leur peau pour en garnir les tambours rituels. C’est tout dire ! Les Bonnêts jaunes ne sont plus au pouvoir et les Bonnêts rouges ne cherchent plus à leur faire la nique. Le bouddhisme tibétain s’est mué en centres, instituts et fondations disséminés tout autour de la planète et son public, c’est la jeunesse. De Taiwan à Israël et du Brésil à Hawaii. Tarouilan vous êtes un raccorni de la matière grise, votre cortex c’est que des bulles de savon. Allez suivre les Enseignements du dalaï-lama à Nantes au moins d’aôut, ça vous fera du bien. Croyez-moi. Votre cas n’est pas encore totalement désespéré, alors faîtes toute pour qu’il ne le devienne pas.


    • Tarouilan Tarouilan 31 mai 2008 12:11

      C’est malheureusement vrai et toujours actuel, votre secte devrait être interdite sur le territoire français : http://bouddhismes.info/14.html


    • Cug Cug 29 mai 2008 10:57

      Généalogie coloniale du Dalaï-Lama

      par Michel Tibon-Cornillot, écrivain

      Au cours de sa longue histoire, le Tibet fut marqué par la pénétration définitive du bouddhisme au 11ème siècle. Ce point est essentiel dans la mesure où le bouddhisme tibétain eut à plusieurs époques une forte activité missionnaire renforcée par la position stratégique du pays au centre du continent asiatique. C’est à partir des 11ème et 12ème siècles que furent fondés les grands monastères auxquels furent attribués des territoires importants, monastères qui entrèrent en concurrence avec de grands propriétaires terriens. Il faut cependant nuancer cet aspect car la dimension agricole au Tibet concerne des régions précises où l’agriculture est possible, les parties orientales et méridionales ; mais d’autres régions désertiques, celle du haut Tibet par exemple, étaient et sont encore parcourues par des populations nomades.

      Quelques précisions supplémentaires ; dans la première moitié du 13ème siècle, les mongols de Gengis-Khan et de ses successeurs qui dominaient toute l’Asie et dirigeaient la Chine (dynastie Yuan) s’intéressèrent au Tibet. Pour éviter une invasion dont ils avaient compris qu’elle serait désastreuse, les nobles et abbés des grands monastères envoyèrent en émissaire un homme remarquable Sa-Skya Pandita qui fit reconnaître le bouddhisme tout en acceptant la suzeraineté mongole. Le grand Kubilaï Khan permit le développement du bouddhisme parmi les élites mongoles et adopta une écriture inspirée par l’écriture tibétaine. Les liens entre les tibétains et les mongols furent et sont donc anciens et étroits.

      Mais il en est aussi de même avec les Hans, les chinois. Lorsqu’il devint évident que la domination et l’influence mongole s’amenuisaient, que la dynastie Yuan passait la main, les émissaires des grands monastères entrèrent en contact avec les représentants de la nouvelle dynastie chinoise, celle des Ming, et ce dès le 14ème siècle. Ces liens devinrent de plus en plus étroits. Après de longues luttes internes entre monastères et tendances religieuse, la secte des bonnets jaunes, ainsi qu’on appelle la tendance dominé par rGyalba Rin-Po-Che, accéda à la fin du 15ème siècle au pouvoir politique. Ce dernier fut soutenu dans sa lutte par un prince mongol Altan Khan qui lui décerna que le titre mongol de Dalaï Lama. Ce titre fut transmis ensuite aux réincarnations successives. Parmi les réincarnations, il faut citer un Dalaï Lama remarquable, celui qu’on appelle le grand Cinquième, nommé Pan-Chen Rin-Po-Che, qui partit pour la Chine de 1651 à 1653 et fut reçu en grande pompe, avec la plus grande déférence, par l’empereur de Chine lui-même.

      L’autonomie politique de plus en plus grande des bonnets jaunes, celle des Dalaï Lamas, n’eut pas que des effets bénéfiques : la prévalence des Dalaï Lamas entraîna des troubles puis des guerres civiles assez catastrophiques entre monastères et factions diverses. Le vainqueur de ces luttes fratricides, Po-lha-nas, (1689-1747), devint souverain du Tibet pendant vingt ans d’un règne calme et tranquille. Il avait le titre chinois de Wang et fut reconnu par l’empereur de Chine. A sa mort, de nouveaux troubles menèrent de nouveau le Tibet vers la guerre civile ; c’est dans ce contexte que vers 1750, sur demande du nouveau Dalaï Lama, une commission impériale envoyé par l’empereur de Chine participa à la formation d’un conseil de quatre ministres, trois séculiers et un moine, commission qui fut chargée d’aider le Dalaï-Lama ou le Régent. Le gouvernement jouissait d’une très large autonomie, les ambans, ces quelques représentants de l’empereur n’étant là que pour surveiller et envoyer des rapports à la cour de Pékin. Ce nouvel équilibre s’avéra solide et perdura jusqu’en 1910.

      On voit donc que le système théologico-politique lamaïsme lié au leadership des monastères des bonnets jaunes s’est installé après bien des batailles politiques, des guerres, des coups d’état, et ne put survivre que grâce à l’appui, somme toute, éclairé et très distancié, de l’administration du régime impérial chinois. Cette large autonomie s’est maintenue en très bons termes pendant quatre siècles environ.

      Pendant les événements lamentables du 7 avril 2008 qui se sont passés à Paris au moment du passage de la flamme olympique, les innombrables “pro-tibétains” français ont montré leur très profonde ignorance des liens entre la Chine et le Tibet, manifestant ainsi le fond de leur âme, celle de “petits-blancs” racistes toujours prêts au lynchage “anti-chinois”. Si ces imbéciles s’étaient informés, ils auraient appris que les liens entre la Chine et la culture tibétaine sont innombrables et que la religion tibétaine fut officiellement la religion officielle des empereurs chinois d’origine mongol, les Yuan, des empereurs chinois d’origine han, dont ceux de la dynastie des Ming, des empereurs chinois d’origine Mandchoue, et ce jusqu’à l’effondrement de la dynastie Qing en 1911 ? Peut-être alors auraient-ils pu résister à l’incroyable campagne “anti-chinoise” orchestrée par les médias “blancs”.

      En tout cas, au niveau politique, le dossier des relations entre la Chine et le Tibet n’est vraiment pas à l’avantage du lamaïsme des deux derniers Dalaï Lamas, sans cesse alliés depuis plus d’un siècle aux pires aspects du colonialisme occidentale. Pour comprendre la situation il faut d’abord se rappeler l’existence des guerres de l’opium menées par les anglais contre la Chine à partir de 1840 pour pouvoir introduire librement en Chine des caisses d’opium. Ces guerres ont abouti, comme nous le présentons plus en détail dans deux épisodes de la rubrique Notes de Lectures au démantèlement de l’empire chinois et à son dépeçage, événements qui, de famines en guerres civiles, ont fait au moins 120 millions de morts en un siècle, d’après les évaluations les plus sérieuses .

      Le deuxième élément permettant de comprendre un peu l’histoire politique du Tibet lamaïste des bonnets jaunes apparaît clairement si l’on se rappelle que sur l’autre versant himalayen se trouve l’Inde et que l’Inde était aussi dominé par les coloniaux anglais. Ainsi en 1904, les troupes anglaises venues d’Inde entrent à Lhassa. Les autorités tibétaines compradores et les moines bouddhistes occupés à rechercher le Dieu vivant chez les petits garçons, signent un traité ouvrant les frontières avec l’Inde. De facto, les relations avec la Chine sont rompues sachant que par ailleurs les anglais sont aussi en Chine où ils contribuent à piller, intoxiquer le peuple chinois et à désintégrer les derniers vestiges de l’administration impériale. En 1909, la dynastie chinoise déjà chancelante décide de réagir et envoie des troupes pour rétablir son autorité. Lhassa est occupé en 1910 et le 13ème Dalaï-Lama se réfugie en Inde (déjà) pour se mettre sous la protection des anglais. Avec la fin de la dynastie mandchoue et l’accélération de la désagrégation de la Chine, le 13ème Dalaï-Lama revient à Lhassa en 1912, toujours avec l’aide des anglais.

      Le soutien constant des anglais, les malheurs inouïs du peuple chinois menèrent les deux derniers Dalaï-Lamas à rompre les liens très puissants et anciens qui reliaient le Tibet à la Chine. Pendant la deuxième guerre mondiale les autorités tibétaines se rapprochèrent aussi des américains. Il se trouve que ces orientations se révélèrent désastreuses. Les 13ème et 14ème Dalaï Lamas, le 14ème étant le héros de notre histoire, ont joué les cartes du colonialisme alors qu’en 1947, les anglais quittaient l’Inde et qu’en 1949, la république populaire de Chine était créée. Les nouvelles autorités chinoises reprirent à leur compte le fait que les différents régimes chinois précédents n’avaient jamais reconnus l’indépendance du Tibet proclamée dans un pseudo-accord sans valeur entre le 13ème Dalaï-Lama et les autorités coloniales anglaises, accord qui ne fut jamais reconnu internationalement. Elles décidèrent donc de restaurer leur autorité sur cette province.

      Ces rappels n’ont d’intérêt que pour mieux faire comprendre ce que représente et qui est le 14ème Dalaï-Lama, le nôtre. Il est le représentant de catégories sociales qui ont dominé de façon scandaleuse la population rurale tibétaine pendant la période de disparition de l’autorité régulatrice chinoise en 1895. C’est en effet à cette date que le 13ème Dalaï Lama prit le pouvoir et mit le Régent, le représentant de l’administration chinoise, en prison où il fut suicidé à bout portant en 1899. Cette fois, le clergé récupérait tous les pouvoirs tout en ménageant la position de l’aristocratie. Ces moines se précipitèrent alors pour se mettre au service des anglais puis des américains illustrant ainsi l’admirable formule de Cicéron « et ruerunt in servitudinem » (et ils se ruèrent dans la servitude).

      La soi-disant indépendance du Tibet fut l’un des innombrables fruits empoisonnés du colonialisme anglais et s’est fondée sur le contexte du plus grand génocide de l’histoire de l’humanité, celui provoqué par les guerres de l’opium en Chine. Il ne s’agit pas de justifier la politique chinoise mais de rappeler que la médiatisation actuelle du Dalaï-Lama fait partie d’une guerre menée par les Etats-Unis et leurs alliés, blancs européens, australiens, Néo-Zélandais, etc., contre la Chine. Dans ce contexte, l’énorme soutien médiatique, la présentation de cet homme comme un saint gourou est une affaire déplaisante. En tout cas, il faut savoir que cette reprise occidentale du bouddhisme tibétain est en train de le détruire de ses racines asiatiques et de le rapprocher des catégories sociales occidentales les plus aisées et les plus déplaisantes, publicitaires, cinéastes, journalistes, financiers, etc. tous ceux qui sont en mal de "significations" capables de leur permettre de supporter leurs affreuses activités de décervelage et d’escroqueries. Une rumeur insistante circule partout en Asie où elle contribue à isoler complètement les bouddhistes d’obédience tibétaine des autres bouddhistes ; elle touche maintenant les meilleurs spécialistes européens et américains de l’histoire de la Chine et du Tibet, à savoir que le Dalaï-Lama est un agent de la CIA. Qu’il soit payé par les américains, cela est une affaire ancienne et personne n’en doute mais son engagement dans tous les trucs publicitaires de l’occident industriel implique sa participation active à la guerre générale qui se joue en Asie entre les occidentaux et ceux qui refusent leur retour.


      • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 30 mai 2008 00:06

        Bel exemple de propagande sino-centrique faisant l’apologie du nationalisme chinois et cultivant désinformation et révisionnisme de l’histoire. 


      • Djanel 30 mai 2008 02:28

         

        .

        .

        .

        France Tibet votre réplique est un peu courte et sans signification. Tout ce que Cug a écrit est vérifiable.

         

        Quant à Monsieur Cug, je tiens à lui dire que son commentaire est remarquable par sa précision et qu’il est un condensé de tout ce que l’on peut savoir sur le Tibet. Il aurait dû le publier dans un article pour se donner une chance d’être référencé dans un moteur de recherche.

         

        Malheureusement les gens ne savent rien de l’histoire et des liens historiques qui unit le Tibet à la Chine. Ils ne savent rien du rôle qu’ont joué les services secrets occidentaux dans la fuite du Dalaï lama ni des échanges et des pressions occidentales sur l’Inde pour que ce pays accueille les réfugiés tibétains.

         

        Or ces réfugiés sont des nobles, des moines et des hauts fonctionnaires, c’est à dire les nantis qui sont partis avec leur richesse du tibet. Il faut savoir que le Tibet était un système féodal où 5% de la population possédait 95 % des richesses de la nation. Le dalaï lama n’est pas un démocrate mais un aristocrate. Il possède l’idéologie qui va avec. Il est en quelque sorte ce loup qui a trempé sa main dans la farine de la démocratie pour se permettre de crier haut et fort : ma main est blanche, je suis un démocrate comme vous. Il ne peut pas dire le contraire car il y perdrait sa popularité. Il faut savoir que le gourou de la secte Aoun était d’obédience tantrique. Il trouvait aussi ses idéaux dans le bouddhisme-tantrique. Il ne faut pas croire que le bouddisme-tantrique est pacifique. Il est même plutôt violent mais comme tout est conçu virtuellement depuis son exil, le dalaï lama s’en défend en disant que ce ne sont que des images mentale pour éprouver les novices. Attention, le système est aristocratique, c’est à dire qu’il y a des enseignements tenus secrets aux autres et réservés à l’élite.

         

        Il y a encore quelque chose qui ne va pas avec le bouddhisme tibétain que l’on présente non pas comme une religion mais comme une philosophie dont la quête serait une connaissance de soi-même. C’est entièrement faux parce que c’est d’abord une religion fondée sur la croyance dans un au-delà avec les réincarnations. La différence avec les autres religions est que le bouddhisme-tantrique ne situe pas le bonheur dans un paradis comme les chrétiens mais dans les temps futurs après la mort dans une réincarnation ce qui revient au même car selon la constitution de notre intuition nous ne pouvons pas séparer la perception du temps avec celui de l’espace. Donc ceux qui vont vers le bouddhisme croyant rompre avec les croyances chrétiennes d’un paradis ou d’un enfer mérité retombent immanquablement dans le mêmes type de croyances. Ils n’ont fait qu’une galipette pour se retrouver dans la même position.

         

        Bande de nazes, la culture occidentale offre suffisamment de philosophie pour que chacun puisse partir à la quête d’une connaissance de soi-même. Vous n’avez qu’à lire Kant. Si vous n’y comprenez rien, c’est parce que vous ne savez rien sur vous-même. De toute manière ces connaissances sont subjectives et vous seul pouvez les apprécier et vous ne pouvez pas les recevoir d’autrui sinon qu’une initiation à la réflexion pour vous aider.


      • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 30 mai 2008 17:14

        A ceux qui s’interessent, à l’histoire du Tibet, il est utile de voir la page wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Tibet

        Les versions chinoises et tibétaines y sont présentées. Il ait aisé de comprendre la différence, et la raison de cette différence.

         


      • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 17:44

        @ CUG

        Dîtes-vous : "les innombrables “pro-tibétains” français ont montré leur très profonde ignorance des liens entre la Chine et le Tibet, manifestant ainsi le fond de leur âme, celle de “petits-blancs” racistes toujours prêts au lynchage “anti-chinois”.

        Que je sache les Tibétains ne sont ni blancs ni européens pas plus que les Chinois !!! Les Tibétains et les Chinois qui, séparément, ont porté plainte pour génocide, crimes contre l’humanité et tortures devant la Justice espagnole sont-ils, eux, des “petits-blancs” racistes  ?

        Arrêtez de répéter comme un perroquet la propagande de vos Maîtres dont vous vous comportez en parfait laquais comme tous les "idiots utiles" pour reprendre l’expression chère au Camarade Lénine.

        Le bouddhisme tibétain des siècles passés n’est plus. Il a vécu tout comme le clergé théocratique. Ouvrez les yeux, le public du bouddhisme tibétain c’est la jeunesse. La jeunesse en Europe et en Amérique. La jeunesse en Israël. La jeunesse en Chine (Taiwan, Hong Kong, Outre-Mer).

        C’est ce dont les vieilles barbes autocratiques et autres despotes totalitaires ont le plus peur à Pékin. Peur que la jeunesse chinoise, si elle n’était conditionnée par l’abjecte propagande du PCC, en vienne à baiser les pieds du XIVème dalaï-lama et du XVIIème Karmapa.


      • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 17:51

        `@ Djanel

        "Le dalaï lama n’est pas un démocrate mais un aristocrate" dîtes-vous alors que sa Sainteté est née dans une simple famille de paysans ! Le dalaï-lama n’appartient à aucune aristocratie. Il est totalement indépendant de l’aristocratie tibétaine. Le XIIIème dalaï-lama était lui aussi totalement indépendant que l’aristocratie tibétaine qu’il s’était mis à dos par ses critiques fournies.

        Prenez votre Prozac, mon vieux, en attendant cette lobotomie qui vous fera le plus grand bien !


      • Gzorg 29 mai 2008 11:25

        @L’auteur


        Franchement et pour information , nous sommes ici en France dans une république Laïc et si on peu encore tolérer des visites du ou au Vatican pour des raisons historiques et de cultures propres à note civilisation, il est également bon de savoir que les propagandistes pro-tibet soumis a Washington et financés par la CIA ne sont aucunement pour moi un exemple quelconque de vertu ...quand bien même celle ci se drape de la Toge sanglante de la Théologie.

        Vous y croyez, grand bien vous fasses...mais moi je suis Républicain et laïc (mes croyances je les gardes pour moi et ne les affiches pas) et la venu d’un cureton de quelques religion dans mon pays n’est pas une grande nouvelle mais juste l’annonce du recul de la théorie fondatrice de notre démocratie, la Laïcité.

        Qu’il aille donc directement aux USA, là bas ça aura beaucoup plus d’importance et ils ouvrent grands les bras à tout les fanatismes.


        • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 30 mai 2008 17:25

           La CIA a aidé la résistance tibétaine pendant plusieurs années, pour gêner la Chine communiste, quoi que de façon limité, et leur but était surtout de récupérer des informations des Tibétains, et pour combattre le communisme, mais pas par sympathie vis à vis des Tibétains, qu’ils ne connaissaient d’ailleurs pas plus que nous en Europe.
          Puis en 1971, Nixon a souhaité nouer des relations avec la Chine qui est entrée à l’ONU et la CIA a brutalement cessé son aide et a laissé les Tibétains se faire écraser.
          Aujourd’hui Bush privilégie le business et ne critiquer pas trop les exactions de la Chine, et malgré le massacre de centaines de Tibétains suite au troubles au Tibet en 2008, il a annoncé qu’il ira bel et bien à Pékin à l’ouverture des JO.
           


        • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 17:57

          @ Gzorg

          Belle "Laïcité" que celle qui prévaut à la dissémination dans la société des perversions sexuelles les plus abjectes et protège la pédérastie des notables ......


        • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 18:54

          @ France-Tibet Ile-de-France

          C’est encore heureux que les Américains et leur CIA aient tant soit peu volé au secours des pauvres Tibétains passés à la moulinette chinoise de l’Armée rouge de Mao !

          Que Georges Bush soutienne le dalaï-lama, c’est formidable, bien que ce ne soit que du bout de la langue et des doigts. Comme quoi même le pire imbécile est capable d’une lueur d’intelligence et que rien n’ait jamais tout à fait perdu !

          La visite du Karmapa aux USA est une excellente nouvelle. Peut-être verra-t-on un jour le dalaï-lama et le karmapa y donner des Enseignements croisés .... ? Pourquoi pas en France également ?

           


        • Tarouilan Tarouilan 31 mai 2008 13:33

          Qui sont ses sponsors ?

           De 1959 à 1972 :

           - 180 000 dollars par an pour lui personnellement, sur les fiches de paie de la CIA (documents libérés par le gouvernement américain ; le dalaï-lama a nié la chose jusqu’en 1980)

           - 1,7 million de dollars par an pour la mise en place de son réseau international.

           Ensuite le même montant a été versé via une dotation du NED, une organisation non gouvernementale américaine dont le budget est alimenté par le Congrès, et qui continue à le subventionner....Le Dalaï-Lama dit que ses deux frères gèrent « les affaires ». Ses deux frères, Thubten Norbu (un lama de rang supérieur) et Gyalo Thondrup avaient été embauchés par la CIA dès 1951, le premier pour collecter des fonds et diriger la propagande et le second pour organiser la résistance armée.

          Le Dalaï-Lama...... n’existerait pas sans les USA.....


        • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 29 mai 2008 12:43

          Vue la guerre des religions qui s’annonce et se prépare, avec la montée de l’intégrisme islamique, j’aimerais moi aussi que les fantiques et sectaires de tous bords aiilent faire leur cochoneries ailleurs qu’en France. Parce que le jour où ça va péter, nous les laïcs, on sera au milieu et nous n’avons rien demandé tout ce bordel.

          Ah qu’un monde sans religion (et sans secte) serait agréable ! ce serait vraiment le paradis…


          • faxtronic faxtronic 29 mai 2008 12:58

            bien sur, mais il n’est pas ainsi. Le monde est une porcherie.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 mai 2008 23:07

            Je suis contre toute religion. J’ai dit souvent pourquoi en quelques mots simples, mais comme personne n’a eu l’imprudence de relever le gant, je trouverais malséant de répéter mon petit sorite encore une fois. Parlons plutôt de folklore. 

            J’aime le folklore. J’ai embrassé des douzaines de reliques sacrées, avec assez d’inspiration pour que deux (2) fois des badauds me demandent ma bénédiction. J’ai gravi de nuit les 7 000 marches de Sri Pada à Ceylan et marché jusqu’à Compostelle. Moi, je les trouve très bien les lamasTibetains. Pas au pouvoir - ciel non ! - mais en exil ou en méditation, je trouve qu’ils apportent une dimension charmante au paysage. 

            Je suggère donc qu’on émette une licence poétique à celui-ci comme aux autres, qu’on les encourage a donner des conférence aux USA, ce qui sera un énorme plus pour la culture américaine et même en France, où d’autres éléments sont plus dangereux pour la laïcité . Une religion qui prêche la paix est un facteur d’équilibre

            Si on veut faire la chasse aux calottes, pouquoi ne pas fermer Lourdes, qui créée des embouteillage sur la route d’Espagne et est une insulte à la mémoire des Parfaits qu’on a massacrés pas si loin ? Je suis au contraire très favorable au Mont Saint Michel et à la Sainte Chapelle, tout en soulignant que Fatima, c’est vraiment TRES laid... Vous voyez, on peut se parler sans se fâcher...

            Pierre JC Allard

            http://nouvellesociete.org/5187.html


          • Djanel 30 mai 2008 03:01

             

            Faxtonic

             

            .

             

            Oh ! Grand philosophe, si le monde est une porcherie, vous êtes son porcher.

             

            Songez donc à ne plus mépriser les cochons en le comparant aux hommes car le cochon est animal propre contrairement à ce que l’on croit.

             

            Figurez-vous que ce n’est pas le cochon qui est sale mais les paysans qui l’ont enfermé pour l’engraisser et qui par fainéantise de curer sa bauge, l’ont laissé se coucher sur ses excréments. Ensuite ces paysans par cynisme et aussi pour cacher leurs vices, ont dit :

             

            __ « Regardez comme il est sale, il se couche sur ses excréments et fouille dedans avec son groin pour y trouver de la nourriture. »

             

            __ « Ce n’est pas le cochon qui est sale mais vous le porcher qui êtes fainéant. » Répondit le sage.

             

            Au boulot donc, Faxtonic, c’est un travail d’hercule que de curer cette porcherie qu’est le monde à vos yeux


          • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 09:56

            Je vais commencer par toi alors !


          • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 18:02

            @ Méric de Saint Cyr

            Avec la pensée unique de la Franc-Maçonnerie ? Avec la pensée unique des Staliniens, Trotskystes et Néo-Maos à la sauce Mélenchon ? Avec la grande fraternité des pédérastes associés ?

            Non, merci !


          • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 18:15

            @ JC Allard

            Oui, vous avez raison les lamas tibétains "apportent une dimension charmante au paysage". Leurs mandalas de sable sont des oeuvres d’art magnifiques. Et quand ces sages s’amusent à souffler dans leurs trompes, on a l’impression d’entendre John Coltrane, Eric Dolphy et Albert Ayler à la fois. De plus, ces inspirés sourient tout le temps, ce qui est agréable. Est-ce parce qu’ils ont atteint la connaissance suprême ? Celle de savoir comment extirper plein de roupies ou de dollars de la poche de leurs pieux fidèles sans même avoir à tendre la main !

            Les lamas tibétains sont des artistes donc et aussi des poètes au language fleuri, guirlande infinie de symboles,que leurs traducteurs séchinent, suant sang et eau, à traduire avec élégance dans les idiomes du monde entier.

            Pourquoi alors se priver de leur compagnie ?


          • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 18:33

            @ Djanel @Faxtonic

            Justement, le dalaï-lama et le Karmapa sont là pour nous donner un coup de main. Voilà les vrais porchers !

            A lire : Tibétains et Chinois défèrent le régime de Pékin devant la Justice espagnole.

             


          • Emile Red Emile Red 29 mai 2008 12:57

            Assez de la propagande, entre la curetaille du libéralisme vorace et la curetaille des bondieuseries rétrogrades.

            Merde ça fait chier, allez précher dans vos églises et ne venez pas répandre votre prosélytisme partout comme un vomi de vieille cuite.

            Le Tibet n’est pas dans la catastrophe humanitaire bien qu’il fasse la une de la presse privée grace à votre incessant battage.

            Si vous aviez un tant soit peu un comportement humaniste, celui que vous réclamez de vos lecteurs, vous vous préoccuperiez un peu plus des peuples qui crèvent par la faute de vos financiers.


            • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 18:20

              @ Emile Red

              Les peuples qui crèvent ? Le peuple birman (Pékin soutient la Junte) ? Le peuple du Darfour (Pékin soutient le Soudan à l’origine du génocide des Darfouri) ? Les victimes des Khmers rouges cambodgiens soutenus eux aussi par Pékin ?

              "Tibétains et Chinois défèrent le régime de Pékin devant la Justice espagnole". Ci-dessous :


            • vinvin 29 mai 2008 13:14

              Bonjour.

               

              LE 17 EME KARMAPA.

               

              J’ aimerais bien rencontré ce bonhomme, moi ! .........

               

              Il a fui le Tibet le 28 Décembre 1999, et il est arrivé a Dharamsala le 05 Janvier 2000 après avoir parcouru environ 1400 kilomètres dans les montagnes eneigés du Tibet.

               

              (Voir le livre de GILLES VAN GRASDORFF : La fabuleuse évasion du petit Bouddha aux éditions MICHEL LAFON).

              Livre passionant..............

               

               

              Cordialement.

               

               

              VINVIN.


              • Marcelle Combaluzier 29 mai 2008 13:37

                Un moine tibetain marche sur une route glacée de montagne et entend un faible pépiement. Il regarde autour de lui et voit aux pieds d’une haie, un tout petit moineau à moitie mort de froid.Il le prend et le rechauffe dans ses mains. 


                Que faire, s’interroge-t-il ? 
-Si je le garde avec moi, il va salir ma robe et au monastère le chat le mangera. Si je le laisse ici, il va mourir de froid. 


                Soudain une idée lui vient. Pour le protéger du gel, il place l’oisillon dans une bouse fumante de yak sacré, et poursuit son chemin, l’âme en paix.

                L’oisillon se rechauffe et commence à chanter à plein gosier sa joie d’être encore vivant.Un renard qui passe par la, entend la bouse de yak chanter. Intrigué il s’approche, découvre notre moineau et le croque.

                Trois moralités à cette histoire. 


                1) Celui qui te met dans la merde ne te veut pas forcement du mal.

                
2) Celui qui t’en sort ne te veut pas forcement du bien.

                
3) Quand tu es dans la merde .... ferme ta gueule ! 

                 

                 


                • Lino Pralino La Praline 29 mai 2008 13:43

                   Et merde, c’est reparti avec la propagande des lévitationnistes fanatiques sur Agoravox.

                  Ras-le-bol, remballez vos emplumés payés par Bush !


                  • Lino Pralino La Praline 29 mai 2008 13:51

                    J’ai bien envie d’éparpiller façon puzzle toutes ces bondieuseries !


                    • Libr'Op Libr’Op 30 mai 2008 18:37

                      @ La Praline

                      Bondieuseries ?

                      Il n’y a pas de bon dieu chez les bouddhistes.

                      Voire ! "Tibétains et Chinois défèrent le régime de Pékin devant la Justice espagnole". Lien ci-dessous :


                    • Gaston Broussac Gaston Broussac 29 mai 2008 14:46

                      On peut penser ce que l’on veut des religions, des sectes et du boudhisme tibétain en particulier, il est cependant régrétable que de nombreux Tibétains soient emprisonnés et torturés par les autorités chinoises.


                      • Emile Red Emile Red 29 mai 2008 15:05

                        Là on est d’accord.

                        D’où viennent les tyranies, rien ne les disculpe.


                      • Djanel 30 mai 2008 03:27

                         

                        .

                        .

                         

                        Broussac, vous affirmez une chose, je veux bien vous croire mais je suis cartésien, il me faut une preuve. Apportez nous donc les preuves qui vous ont convaincu. Vous ne devriez pas aller bien loin pour les trouver puisque vous y pensez, elles sont donc encore en votre mémoire.

                         

                        Emile Red, c’est facile d’obtenir des points positifs sur AVOX. Je fais mieux que vous.

                         

                        Je condamne solennellement toutes les tyrannies futures, présentes et passées d’où qu’elles viennent.

                         

                        + 6 c’est plus que mérité.


                      • Lino Pralino La Praline 29 mai 2008 16:56

                         Népal : les réfugiés oubliés du Bhoutan (victimes du racisme du régime tibéto-bouddhiste)

                         

                        http://www.liberation.fr/actualite/monde/228794.FR.php

                         

                        Dans les années 80, le petit royaume du Bhoutan, l’un des pays les plus fermés au monde, coincé entre l’Inde et la Chine, a introduit une série de lois ethno-nationalistes visant à préserver à ses yeux son identité, majoritairement bouddhiste. La nouvelle loi sur la citoyenneté, notamment, a abouti à l’expulsion de milliers de membres de la communauté lhotshampa, une minorité ethnique d’origine népalaise, majoritairement hindoue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès