Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > 50000 emplois pourraient être supprimés chez les assureurs et mutuelles à (...)

50000 emplois pourraient être supprimés chez les assureurs et mutuelles à cause de l’ANI

Le 11 janvier 2013, les trois syndicats (CFDT-CFTC-CFE-CGC) et organisations patronales (UPA,CGE-PME et MEDEF) signaient la « mort » de 50.000 emplois, sans que cela n’émeuve le gouvernement.

Cette situation fera date dans le monde du syndicalisme, qui se targue de défendre les droits et intérêts des salariés ! L’accord national interprofessionnel (ANI) sur la compétitivité et la sécurisation de l’emploi, approuvé par l’ensemble de ces acteurs, entend renforcer les droits des salariés et permet en même temps d’accorder un système de flexibilité pour les entreprises.

Les acteurs signataires ont validé un accord cadre permettant à tous les salariés, d’être garantis par un contrat collectif au sein de leur entreprise. Cet accord devra être mis en application avant le 1er janvier 2016, pour près de 4 millions de salariés du privé, qui ne sont pas encore couverts par des accords de branches. Seuls, les syndicats CGT et FO, n’ont pas signé cet accord dans l’ensemble.

 

Qu’est-ce que la généralisation de la complémentaire santé ?

La généralisation de la complémentaire santé pour les salariés du privé, négocié dans le cadre du dispositif de l’ANI, vise plus de 4 millions de personnes en France, et notamment les salariés des petites et moyennes entreprises. Ces entreprises qui sont souvent des PME, n’ont jamais eu d’accord de branche pour une couverture collective de l’ensemble de leurs salariés. Il est prévu que l’employeur et l’employé financent la moitié des cotisations mensuelles.

La généralisation des mutuelles santé, est en soi, une avancée pour certains salariés ne pouvant se garantir par difficulté de financement. Mais dans cet accord signé le 11 janvier 2013, les syndicats et les organisations patronales ont fait le jeu de certains lobbying, que sont notamment les organismes paritaires, instituts de prévoyance. Les administrateurs de ces ip et organismes paritaires sont pour l’essentiel les mêmes signataires de l’accord national interprofessionnel.

Au vu de cet excès de concurrence manifeste, dénoncé par l’apac (association pour la promotion de l’assurance collective), cette association d’assureurs déposait devant l’autorité de la concurrence une saisine pour dénoncer les « clauses de désignation » d’organismes assureurs lors des accords de branches. Ces clauses avaient pour effet de verrouiller totalement le marché de la santé collective au profit des organismes paritaires qui étaient d’ailleurs partie prenante dans l’accord de l’ANI.

L’autorité de la concurrence dans ses préconisations rendues le 29 mars 2013, recommandait de laisser le libre choix aux entreprises en matière d’assurance complémentaire santé, même si des clauses de désignations existent au niveau des accords de branches. Première bataille gagnée par les assureurs.

 

La généralisation des complémentaires santé aurait un coût de 2 milliard supplémentaire pour la sécurité sociale

Selon Le député PS Gérard Bapt, également président du fond cmu, cet accord aurait pour effet de peser sur les dépenses de la sécurité sociale et de l’état pour 2 milliard d’euros. Ces décisions mettraient à mal un peu plus le déficit de la sécurité sociale alors que l’état français cherche à tout prix à réduire son déficit structurel. Le député a d’ailleurs adressé une note auprès du rapporteur du projet de loi Jean-Marc Germain et du président du groupe socialiste à l’assemblée nationale,Bruno Le Roux, indiquant qu’un véritable "tsunami" se profilait pour les acteurs de l’assurance

 

La décision de l’ANI amènera à la destruction de 50.000 emplois dans le monde de la mutuelle

La généralisation de la complémentaires santé au sein de chaque entreprise, mettent en émoi de nombreux professionnels de l’assurance. Par ces décisions, c’est tout un pan de l’économie de l’assurance santé à, qui on a signifié la destruction de leur emploi et la « liquidation de centaines de structures de courtage et mutuelles ». Ces prises de position syndicales et politiques vont à l’encontre de l’intérêt des salariés et des professionnels du secteur.

Les grands perdants seraient nombreux dans ce marché colossal. Des bancassureurs, les organismes mutualistes de proximité, les courtiers en assurance et les agents d’assurances risquent de perdre gros dans le segment de la mutuelle individuelle avec près de 50.000 emplois détruits. En effet, ce sont près de 4 millions de personnes qui ne seraient plus garanti par des contrats individuels par ces acteurs du marché au 1er janvier 2016.

A contrario, des instituts de prévoyance, les grandes mutuelles, notamment Harmonie Mutuelle, première mutuelle de France, raflent la mise. Harmonie mutuelle s’est fendu d’un communiqué, se disant satisfaite, et a rappelé « son attachement à la généralisation de la complémentaire santé ». De facto, toutes les attentions vont se porter vers les débats réalisés à l’assemblée nationale à compter du 2 avril 2013.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • sleeping-zombie 6 avril 2013 12:34

    Ce que tu décris là, c’est un transfert de charge, pas une destruction d’emploi.

    Les 4 millions de personnes évoquées dans l’article ne vont pas stopper leur couverture santé, ils vont juste changer d’assureur. Y a pas de perte d’emploi, vu que l’emploi c’est la façon de couvrir un besoin, et le besoin ne change pas.

    C’est comme si les gens décidaient d’aller faire leur courses à Auchan plutôt que dans leur épicerie. L’épicier râle et licencie, Auchan est content et embauche.


    • Stof Stof 6 avril 2013 14:12

      C’est justement parceque la cotisation à ma mutuelle nourrissait ces milliers de gens, que j’ai cessé d’avoir une mutuelle.


      • ecolittoral ecolittoral 6 avril 2013 14:55

        50 000 employés qui se sont payé sur notre budget santé !

        S’ils disparaissent, on paiera moins cher. 
        Bonne nouvelle !

        • Gasty Gasty 6 avril 2013 19:20

          Comme les caissières des super marchés qui sont payés avec nos achats.
          Si elles disparaissent on paiera moins cher.

          J’ai tout compris ecolittoral ??? Au fait... ! Vous faites quoi vous ?


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 6 avril 2013 18:07

          mr bapt ex pdt club hippocrate ex « médiator »A UN COMPTE OU ,,,,, ???????

          CAR DEPUIS QU IL FRICOTE AVEC LES GROS LABOS MEDICAUX IL DOIT ETRE

          MILLIARDAIRE...........IL PEUT DONC PAYER LES COMPLEMENTAIRES AU LIEU D ’ ALLER EN PRISON

          ca sera bientot son tour...
          mutuelles et assurances....meme combat faire de la santé UNE MARCHANDISE


          • auguste auguste 7 avril 2013 16:34

            @ TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE

            Bapt porte plusieurs casquettes :

            Une sur son blog, une autre à l’assemblée...

            Et un costard taillé sur mesure.

            Avec des liens, on comprend mieux.


          • njama njama 7 avril 2013 14:55

            Une étape de plus dans le démantèlement de la Sécu !

            Une mesure qui va appauvrir encore plus les bas salaires que l’on va racketer obligatoirement.

            Que devient la concurrence si l’employeur impose une Mutuelle, celle de son choix ? il peut y avoir collusion d’intérêts, puisqu’il fournit les clients. Et ce n’est pas forcément la meilleure rapport qualité / prix de cotisations

            La plupart des Mutuelles, sont à la carte, il y a plusieurs niveaux de garanties, au choix, comme les options dans une voiture. Et donc différents niveaux de prix en fonction des garanties.
            Il faut aussi laisser la possibilité à ceux qui NE VEULENT PAS de Mutuelle de ne pas en avoir, s’ils préfèrent les médecines douces (qui ne seront pas remboursées par les Mutuelles) c’est leur affaire.
            Ou pour ceux qui en ont une, d’en changer selon leurs choix !

            Cette mesure ANI, « mutuelle obligatoire », c’est du racket organisé !
            De plus c’est une mesure qui transforme les employeurs en percepteurs d’Assurance, ce en quoi ils n’ont pas vocation.

            Et c’est un gouvernement de gauche qui nous a pondu ça !!!

            « Ces décisions mettraient à mal un peu plus le déficit de la sécurité sociale alors que l’état français cherche à tout prix à réduire son déficit structurel. »

            C’est évident ! car comme l’Etat est aussi employeur (5,2 millions de fonctionnaires suivant la Cour des comptes mais 6,9 millions, si l’on comptabilise tous les salariés rémunérés avec l’argent public sans avoir le statut de fonctionnaires) et qu’il devra financer 50 % du coût de cette mutualisation obligatoire ... sortez vos calculettes ! même en version mutuelle bas de gamme qu’on appelle panier minimum de soins ici, le coût annuel s’exprimera en centaines de millions d’€uros rien que l’Etat.

            L’article de l’@uteur est très pertinent il représente toute cette branche d’assureurs qui ne sont pas IP soit 59 % de ce marché !

            « Les assureurs estiment souvent que la clause de désignation donne un avantage indu aux institutions de prévoyance (ou IP), spécialistes des contrats collectifs, comme par exemple Malakoff Médéric ou AG2R. Ces IP détiennent 41 % du marché, devant les mutuelles santé (37 %) et les compagnies d’assurance.

            Mutuelle : l’Autorité de la concurrence pour le libre choix des entreprises
            Le Monde.fr | 29.03.2013
            http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/29/mutuelle-l-autorite-de-la-concurrence-pour-le-libre-choix-des-entreprises_3150443_3234.html

            Ces mesures ANI dénaturent par ailleurs l’idée d’Assurance Complémentaire Santé, puisqu’elles mutualiseraient les coûts, qui jusqu’à présent étaient relatifs à l’âge des assurés. Les tarifs sont moins importants pour les jeunes que pour les plus vieux, les risques étant moins grands pour l’assureur.

            On fera donc payer les jeunes pour les vieux ...
            Dans la même genre d’ordre d’idées, suggérons aux vieux de payer les assurances auto des jeunes conducteurs ...


            • ecolittoral ecolittoral 8 avril 2013 14:30
              Pour Gasty 
              Un super marché doit correspondre aux exigence des actionnaires et la suppression des caissières a déjà commencé !!!!!
              Moi, je suis à la CMU que les vendeurs de complémentaires n’ont pas encore réussi à supprimer. 
              Ma fille est sur la complémentaire de sa mère et cette dernière en changera dès que l’ANI sera opérationnelle. 
              Elle préfère avoir droit à des soins de qualité plutôt que de payer des vendeurs.

              • Mugiwara 18 décembre 2014 18:30

                les mutuelles ne sont pas toutes parfaites. un exemple, la mutuelle générale qui a de nombreux adhérents à qui elle n’a toujours pas remboursé. comme on peut le voir sur le site suivant : http://forum.lesarnaques.com/assurances-particuliers-professionnels/probleme-remboursement-avec-mutuelle-generale-t186659.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès