Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > A mort le sucre blanc !

A mort le sucre blanc !

Ce n’est qu’à partir du XVIIème siècle que le sucre de canne devient populaire en Occident. Rare et cher, il n’était pas du tout utilisé avant, on lui préférait d’autres substances sucrantes comme le miel ou les sirops végétaux.
Depuis l’époque de sa démocratisation, la consommation de sucre tel qu’on l’entend aujourd’hui n’a cessé d’augmenter : Avec l’avènement de la production industrielle dans nos assiettes, la consommation de sucre blanc a été multipliée par 15 au cours des cinquante dernières années. Notons qu’on consommait 1 kilo de sucre par personne et par an en France dans les années 1900 contre 35 kilos pour un français moyen aujourd’hui. (Pour comparaison, l’américain moyen est à 75 kilos par an).
Il est présent partout : Évidemment dans les produits directement sucrés (gâteaux, bonbons, sodas, chocolats) mais aussi insidieusement dans les plats ou produits salés (Pain, sauces, plat préparés, produits congelés).

Exactement comme pour le sel dont on ne conserve que le chlorure de sodium (sel blanc très salant sans aucun intérêt nutritif), le sucre de notre quotidien contient plus de 99% de saccharose. Il est purifié et blanchi, ne contient plus aucun de ses minéraux ou vitamines naturels : C’est le cas du sucre cristal, du sucre glace, du sucre mi-blanc, des sucres en morceaux, du sucre roux (sucre blanc raffiné coloré avec du caramel obtenu à partir de sucre blanc raffiné, ce n’est en aucun cas du sucre intégral, ne vous trompez pas !), de la cassonade, etc.

Les dangers de cette sur-consommation de sucre raffiné sont très bien connus : Dépendance alimentaire qui mène au sur-poids, à l’obésité, au diabète ou autres maladies cardio-vasculaires.
Il favorise les carences (il n’apporte aucun nutriment intéressant au corps) et affaiblit les systèmes digestifs (perturbation de la flore intestinale) et immunitaires. Ce saccharose purifié est l’aliment de prédilection des bactéries dentaires (caries), des bactéries et champignons intestinaux, et bien sûr des cellules cancéreuses.

Face aux conséquences sanitaires de cette surconsommation dans nos pays, l’AFSSA s’est fixé pour objectif une diminution de 25%, en cinq ans, de la consommation de sucres simples ajoutés. Malheureusement seule une politique alimentaire globale pourrait être efficace, et non pas d’insignifiants « Manger-bouger / Ne manger ni trop gras ni trop sucré » sur les publicités de chocolats aux heures où les enfants regardent la télévision...

Si on utilise dans la cuisine française des substances sucrantes depuis toujours, ce sucre blanc raffiné n’a aucune place dans nos placards. Voilà pourquoi nous mettons en vente sur Au bon sens du sucre de canne NON RAFFINÉ, non traité, autrement appelé sucre complet ou sucre intégral. Il est totalement pourvu de la mélasse et des minéraux naturels de la canne à sucre, il est obtenu par pressage direct après évaporation de l’eau. Il est indispensable que la production soit certifiée biologique puisqu’aucune purification ne lui est imposée.
Il est de couleur brune entre autre grâce au fer présent, il a un goût de réglisse/vanille assez différent du sucre blanc mais s’accommode bien en pâtisseries, dans les yaourts ou les boissons.
Par l’apport de minéraux et d’oligo-éléments, il renforce le système immunitaire et supprime quasiment le risque de caries chez les enfants : En effet, il y a un siècle, les caries ne touchaient aucun enfant (le sucre était cher et réservé aux malades ou aux fêtes). Aujourd’hui à l’âge de 6 ans, les 2/3 des enfants ont eu au moins une carie. Le sucre complet non raffiné diminue le risque de carie par 15 (Étude du Dr Béguin – Comparaisons de l’incidence des caries chez des enfants nourris au sucre blanc et au sucre complet).

Voici un tableau comparatif des apports alimentaires du sucre blanc raffiné et du sucre complet intégral :

  SUCRE BLANC SUCRE COMPLET
Saccharose (g) 99,8 75
Glucose (g) 0 2,11
Fructose (g) 0 8
Protéines (g) 0 0,8
Potassium (mg) 4 850
Magnésium (mg) 0 140
Calcium (mg) 13 120
Phosphore (mg) 0,3 50
Fer (mg) 0,1 4
Provitamine A (mg) 0 3,9
Vitamine B1 (mg) 0 0,14
Vitamine B2 (mg) 0 0,14
Vitamine B6 (mg) 0 0,4
Vitamine C (mg) 0 38
Comparatif des apports des différents sucres, par portion de 100g.

Le sucre de canne intégral reste du sucre et doit être consommé avec modération. D’autres produits sucrants peuvent intervenir dans notre cuisine et ont de grandes qualités nutritionnelles : Le miel et le sirop d’agave (sirop végétal du cactus agave mexicain, il a un goût neutre qui se marie avec tout et un pouvoir sucrant supérieur au sucre) mais aussi les malts de céréales (blé, riz, orge, maïs) et les sirops végétaux (érable, coco, palmier dattier, …).
À proscrire évidemment (on ne le dira jamais assez) tous les édulcorants de synthèse type aspartame dont les conséquences sanitaires sont désastreuses.

Souvenons nous que pour une alimentation saine et équilibrée les meilleurs des sucres rapides restent les sucres naturels et complexes comme ceux des fruits.


A bientôt sur www.aubonsens.fr !


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • ARMINIUS ARMINIUS 24 mai 2012 18:10

    Bien ! deux articles sur la malbouffe le même jour, on finira bien par y arriver...
    J’ai essayé la Stevia : faut aimer le gout de réglisse, poubelle...Le sirop d’agave sucre bien sans arrière gout, le sirop d’érable est sympa dans les yaourts mais bonjour les calories...pour la patisserie le meilleur sucre vient aussi d’Amérique du sud mais la marque allemande Rapunzell à mis la main dessus ( le rapadura ) et se sucre avec, il doit être assez proche du sucre non raffiné que vous proposez...


    • cimonie cimonie 24 mai 2012 21:35

      Avez-vous essayé le miel ? C’est local et 100% naturel ... (- ;


    • Le printemps arrive Le printemps arrive 24 mai 2012 22:22

      Le miel local c’est génial !

      Mais le rapadura pour diversifier c’est délicieux !

      Alerte : en 10 ans la production de miel a été divisée par 2 !

      C’est la faute aux grèves !


    • kane85 kane85 24 mai 2012 18:22

      Sucre intégral à 5,4 euro le kilo sans compter les frais de port !!! Même si je ne sucre presque pas, c’est trop cher pour moi !!

      Pourquoi ce prix s’il y a moins à faire pour l’obtenir ?

      J’irais voir le prix à ma boutique Bio au cas où...


      • amipb amipb 24 mai 2012 19:28

        Sûrement parce qu’il y a beaucoup moins de demande, et donc de ventes.


      • cimonie cimonie 24 mai 2012 21:33

        Tous les produits raffinés sont à déconseiller fortement et tous les sucres roux ne sont pas des sucres additionnés de caramel. Il suffit d’en lire la composition. Le sucre de cannes Daddy est un pur sucre non raffiné alors que le sucre de cannes St-Louis est caramélisé.


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 25 mai 2012 04:57

          Article bienvenu.

          Le sucre blanc est une drogue.

          Elle en a toutes les manifestations, dont l’état de manque.

          La populace est droguée au sucre et surtout gravement malade à cause de cette consommation.

          Le livre qui lancé le processus de prise de conscience est un must pour faire le tour de la question de fond en comble. Notamment dans les aspects historiques.

          Il s’agit de « Sugar Blues » pour le titre original.

          En français, je ne sais pas, mais il a été traduit.


          • Marc JUTIER Marc JUTIER 25 mai 2012 08:45

            Le sucre ce doux poison !

            http://www.jutier.net/contenu/5815.htm  :

            Sugar blues - le sucre - cet ami qui vous veut du mal écrit par William Dufty en 1975, nous apprend que le sucre est une drogue qui provoque une accoutumance au même titre que l’héroïne ou la morphine. Le mal du sucre écrit par Danièle Starenkyj en 1981 aux publications Orion inc., nous prévient que des symptômes tels que la dépression, l’anxiété, les phobies, le manque d’énergie, l’irritabilité, l’insomnie, les allergies, les maux de tête, les douleurs dans le dos et l’alcoolisme ont comme première cause la consommation de sucre raffiné.

            Le sucre : " vous n’en mourez pas ! Mais il vous donne l’envie d’être mort ".

            Harvey Ross. L’histoire du sucre des temps modernes commence mal. En effet, en 1768 à la Sorbonne, on condamne et on brûle le livre de Claude Adrien Helveticus parce qu’il ose y dire : " Il n’y a pas un tonneau de sucre qui arrive en Europe qui n’est pas taché de sang. Lorsque l’on pense à la misère de ces esclaves, quiconque a un chœur devrait renoncer à cet article et refuser la jouissance de ce qui est acheté au prix des larmes et de la mort d’innombrables créatures malheureuses. "

            Le mal du sucre, vous le trouvez dans les voyages du Portugal, de l’Espagne, de l’Angleterre, de la France et de la Hollande en route vers de nouveaux horizons ainsi que dans leurs entreprises commerciales et leurs développements industriels dans la mère-patrie. Vous le trouvez dans l’émigration des Quakers vers le Nouveau Monde. Vous le trouvez dans les richesses colossales du nouveau et de l’ancien monde érigées sur les taxes du sucre. Vous le trouvez dans toute la carrière et les activités de Napoléon, un suceur de bonbons notable ; dans celle de Freud, accroché à la cocaïne et au sucre ; dans celle de Hitler, un consommateur effréné de sucreries. Cherchez, raisonnez de cause à effet et vous le verrez, le mal du sucre, c’est l’histoire d’un monde qui, en quelques siècles, a développé un goût obsédant pour une denrée qui jusque-là, n’avait jamais figuré à son menu...

            Le dogme de l’évolutionnisme, forçant la foi et la raison de l’humanité moderne a envahi toutes ses disciplines, pétri toutes ses philosophies et contribué au mal du sucre. Le dogme de l’évolutionnisme nous dit que l’homme était une brute, un chasseur, un carnivore déchirant sans élégance une proie qu’il mangeait le dos rond et le front baissé. L’homme préhistorique chasseur et carnivore est un mythe. Le Dr Vaughn Bryant, chef du département d’anthropologie à l’université du Texas, l’affirme. Et cette affirmation se base sur des études, étalées sur plusieurs années, de coprolithes - excréments fossiles. En dehors des chimères, toutes les données actuelles de la science, de l’histoire et de la tradition s’accordent pour affirmer et prouver que l’homme a toujours été végétarien. L’introduction de la viande dans son régime fut accidentelle et son usage, jusqu’à tout récemment, toujours très restreint. Par contre, il n’y a pas d’hésitation : brute évoluée ou paisible végétarien, l’homo-sapiens n’a jamais consommé de sucre. Pendant des millénaires sont alimentation a été composée strictement, exclusivement et uniquement d’aliments tirés du sol et consommé tel quel. Le sucre raffiné n’est consommé, au regard de l’histoire de l’humanité, que depuis très peu de temps.

            Le sucre est à la fois une drogue et un poison !

            Le sucre, drogue douce... ?

            http://www.terre-inipi.com/Presse/pouliquen1.html

            par Laure Pouliquen

            Publication du Groupe Naturopathie-Nutrithérapie de Laure Pouliquen

            Des chiffres

            En 1840, chaque Français consommait en moyenne 2,4 kg de sucre /an,

            En 1974, cette quantité était de 40 kg /an,

            En Angleterre, elle était de 2 kg de sucre / an en 1700,

            De 8 kg / an en 1800,

            De 38 kg / an en 1900,

            De 54 kg / an en 1970 (il y a 30 ans déjà)

            De toute évidence, ces chiffres sont édifiants...

             

            Le sucre est à la fois une drogue et un poison...

            Il est regrettable que la grande majorité du public ne soit nullement conscient du fait que les sucres industriels et les farines raffinées sont tout aussi dangereux pour la santé que l’alcool et le tabac, voire que les drogues dites « dures ». En effet, le sucre, tout particulièrement, crée une dépendance aussi forte que la morphine ou la cocaïne.

             

            La toxicomanie au sucre est devenue l’une des affections les plus répandues et les plus meurtrières de notre temps.

            Lorsqu’on voit les dégâts immenses que l’abus de sucre et de farines cause dans la santé des populations occidentales, il devient impérieux d’informer le public des dangers qu’il court.

             

             Le rôle immunodépresseur du Sucre

             

            Le sucre provoque notamment des désordres hormonaux, voire l’épuisement des glandes, y compris les surrénales et la thyroïde. Il diminue également l’efficacité des globules blancs et le système immunitaire en général. On peu dire qu’il est, à terme, IMMUNODEPRESSEUR. Chez certains sujets, on peut même parler d’une intolérance, voire d’une allergie.

             

            Une véritable dépendance

             

            Consommer du sucre donne souvent une sensation d’euphorie, sensation bien agréable du manque comblé. On retrouve là la notion bien connue de dépendance. Combler mon manque devient ma principale préoccupation. Nous comblons le vide de notre existence en mangeant des biscuits, des bonbons, du chocolat, etc.

             

            Nous ne savons pas si c’est le « sucrisme » qui entraîne une dépendance ou un état de dépendance qui entraîne une « sucromanie », laquelle est susceptible de se déplacer vers d’autres dépendances (tabacomanie, toxicomanies, alcoolomanie, etc.) Cette dépendance pouvant être psychologique mais aussi physique.

             

            http://www.celnat.fr/pages/livre_maldusucre.htm

            http://melodie3.skynetblogs.be/archive/2009/11/05/le-mal-du-sucre.html

            http://www.ateliersante.ch/sucre.htm

            http://www.masantenaturelle.com/chroniques/chroniques2/hypoglycemie-1.php

            http://les100solutions.blogspot.com/2010/03/le-mal-du-sucre.html


            • Thorgal 25 mai 2012 10:19

              J’ai eu moi-meme des periodes ou je me laissais aller a manger un tas de saloperies bourrees de sucre raffine. A chaque fois, c’etait la meme chose :

              - fatigue
              - insomnie
              - prise de mauvais poids
              - dependance
              - tombais malade regulierement (en comparaison avec ma femme)

              Et puis j’arretais completement de me gaver. Sevrage total, plus un gramme de sucre raffine. Les changements sont rapides ! Et systematiquement, vers le 2eme / 3eme jour de sevrage : grosse migraine qui heureusement ne dure qu’une journee a peu pres.

              Je suis actuellement dans une enieme phase de sevrage et j’espere que je ne retomberai pas dans la « blanche » ...

              J’utilise maintenant le miel d’acacia et les fruits pour mes « besoins ».
              C’est assez difficile de jouer a l’antisocial pendant les anniversaires ou autres moments entre potes mais j’y arrive.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès