Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Ah, la folie

Ah, la folie

(Histoires vécues d’un infirmier) quelques extraits

Le mystère qui entoure la « maison de fous » ou comme la plupart des gens l’appelait l’asile psychiatrique, garde toujours ses secrets, ses tabous ; sauf pour ceux et celles qui y ont travaillé, et qui ont contribué à soulager les malades.

Voici donc quelques histoires vraies que j’ai grand besoin de révéler et ainsi briser le tabou du silence autour de ce sujet. Au début de ma carrière, l’effectif infirmier était pléthore par rapport à aujourd’hui, la formation était à la fois classique (somatique) et surtout psychologique. Nous apprenions aux côté des « anciens » qui nous encadraient pendant 3 semaines par mois, l’autre semaine étant consacrée au théorique.

A cette époque nous avions beaucoup plus de temps à consacrer aux patients, la base de toute relation soignante étant l’écoute et le respect de la personne.

Quotidiennement confrontés à cette violence verbale et physique, certains de nous avons pris des risques calculés et assumés affin d’entrer en communication avec ces malades en souffrance.

Souvent notre présence assidue et notre bienveillance à leur endroit suffisait à les apaiser, et faire connaissance…

Maintenant, passons au concret, au vécu par quelques petites histoires de ma vie avec les fous !

Récemment diplômé, je fus confronté à la prise en charge de Rémy. L ; il m’avait choisi comme référant. Souffrant d’un psychose paranoïaque et d’hallucinations, potentiellement violent, il terrorisait les patients mais surtout mes collègues femmes ou hommes et qui m’autorisaient à rester avec lui et seulement avec lui et ce, pendant tout mon temps de travail ; ainsi mes collègues pouvaient faire leur travail en toute quiétude. Rémy, tout comme moi pratiquions des arts martiaux, cela l’aidait à se défouler ; à travers le sport de combat, il cherchait à retrouver le contrôle de lui-même. Utilisant cette envie de sortir de son mal être, nous nous retrouvions souvent dans le parc de l’hôpital pour confronter nos techniques de combat selon les règles de respect mutuel.

Or il est arrivé une fois qu’après ces jeux, ma cheville fût mise à mal (foulure). Culpabilisé par cet incident, c’est lui qui me ramena au pavillon en me soutenant, il m’a demandé de ne rien dire de ce qui s’était passé.

Cela me paraissait évident, son angoisse fût de ce fait tout à fait apaisée. A la suite de cet incident, notre relation de confiance fût renforcée, ce qui m’a permit d’aller encore plus loin dans cette relation duelle pour l’aider à sortir de son isolement.

Dés lors, la confiance était installée entre nous, la liberté de communiquer était avérée.

Quand l’angoisse le submergeait, il savait que j’étais là pour lui, disponible à tout moment pour l’écouter et l’apaiser. Lorsqu’il était en souffrance, il me disait : « J’ai mal dedans, et ce n’est pas un mal de dents ».

Difficile de trouver une réponse à ça ; heureusement nous ne sommes pas seuls, nos alliés sont médecins psychiatres, les psychologues et surtout nos collègues infirmières qui nous permettent de gérer le stress d’une telle prise en charge. Lors d’une période de travail de nuit en binôme avec Charly, un collègue ancien et très expérimenté ; nous nous sommes retrouvés face à une situation très délicate. Rémy nous a menacé avec une lame de rasoir à la main, il était manifestement angoissé et avait commencé cette angoisse en agressivité patente. Mon collègue et moi avons œuvré pour faire baisser cette angoisse par la parole plutôt que par la contrainte physique ; ça a fonctionné, il a lâché la lame et s’est effondré en pleurs dans mes bras ! Il nous a fallu rester une heure avec lui pour la rassurer, le dés-angoisser puis l’endormir. La relation de confiance qui s’était installé entre nous a permis cette intervention sans violence ni traumatisme. Comme ça on dirait que c’est simple, sauf que Rémy nous a transmis son angoisse, et il nous a fallu la digérer ensemble avec Charly. Par la suite, cet incident l’ayant affecté, se sentant culpabilisé, l’humour et la dérision ont permis de dédramatiser l’événement de la veille. La pratique de l’auto-dérision de ma part a contribué à le rehausser dans sa propre estime, ce qui permet d’ouvrir encore un peu plus cette fenêtre de communication, ouvrir une fenêtre dan sa bulle protectrice, la tout petite lucarne vers le monde extérieur, sans qu’il se sente en danger.

Bien sûr, le traitement médicamenteux qu’il acceptait de prendre a contribué en grande partie à rendre possible une relation duelle entre le soigné et le soignant.

Un autre atout, sa femme, qui par son courage, sont amour a permis d’envisager une sortie de l’hôpital pour Rémy ; son épouse était sa bouée de secours, un vrai point d’ancrage dans le monde extérieur. En accord avec l’équipe infirmière et surtout avec le psychiatre qui soignait Rémy, et bien sûr son épouse ; Rémy sortit définitivement de l’hôpital. Il était apaisé et aussi très ému par notre séparation, tout comme moi. Par la suite, il a repris une vie quasi normale, chez lui, avec l’amour de sa vie, cette épouse bienveillante à son encontre.

La satisfaction du devoir accompli, se sentir utile, nous emplit de plaisir à ce moment là.

Durant quelques années, Rémy ne fut pas hospitalisé, ce grâce à un suivi de l’équipe infirmière qui travaillait en extra-hospitalier et bien sûr de son psychiatre.

Tout d’abord, il faut décrire le lieu où était soignés les patients ; entre nous soignants, nous appelions cela un « cul de bosse fosse » ! Le bâtiment était insalubre, au rez de chaussée se trouvaient les patients plus au moins grabataires, à quatre par chambre et une seule salle de bains avec une baignoire, une douche qui jouxtait les seuls « chiottes » de cet étage ; désolé pour cette expression vulgaire mais aucun autre mot ne peut désigner ce genre d’endroit.

Malgré des conditions de travail dures nous trouvions le moyen de les supporter à travers le jeu ; il fallait simplement se mettre au même niveau que les malades, et là, tous nous prenions du plaisir. Un patient que tous appelaient « Mimi » était hospitalisé depuis l’âge de 3 ans ; victime de trois méningites en une année. Il était sourd ou presque, ce qui l’obligeait à parler fort pour qu’il puisse entendre ce qu’il disait ; il avait acquis un peu de langage, et était presque autonome ; plutôt que de le laisser dans son coin à ne rien faire, mon collègue Jacky et moi le sollicitions souvent, pour jouer. Un jour où tout était calme, les patients étaient tous à leur place habituelle en cercle dans le réfectoire, la télé ne fonctionnait pas. Le seul qui était actif et venait facilement vers les soignants, Mimi (Michel) ; et lorsqu’il nous adressait la parole d’un langage particulier et difficile à comprendre, nous engagions une sorte de discussion avec lui.

Comme Il parlait fort, au bout de quelques minutes, nos deux collègues infirmières invectivsé en disant : « Vous allez arrêter de l’emmerder, on ne s’entend plus parler ! » Pas de commentaires… Mon collègue Jacky venait travailler avec son chien, un cocker tout noir et très sympas avec tout le monde ; le médecin chef lui donnait même quelques caresses lorsqu’il enjambait le toutou qui était étalé de tout son long en travers du couloir ! C’est pour dire qu’à cette époque, la tolérance était de mise, aujourd’hui c’est impensable, car ce sont les protocoles qui commandent, toute initiative est pratiquement étouffée dans l’œuf. Mimi adorait « No Body » le chien de Jacky, il le caressait souvent en disant : « il est gentil le toutou » ; le petit chien qui par sa présence éveillait stimulait les patients était de faire thérapeutique.

Il est arrivé que l’on pousse le jeu soignant un peu plus loin ; Mimi était toujours en chausson, et il y tenait beaucoup. Avec la complicité de « No Body », nous prenons un chausson pour le lancer afin quelle chien se l’approprie et joue avec devant le patient.Ce fut la première fois que je vis Mimi courir après le chien, pour récupérer son chausson, et il hurlait : « Enculé le toutou » et à plusieurs reprises ! Nous étions ravis du résultat de cette expérience car cela s’est terminé par des câlins, des léchages entre le patient et le toutou.

Il est possible de s’amuser en travaillant tout comme travailler en s’amusant, car nous sommes plus efficaces dans ces conditions de travail.

Fidèles à nos convictions sur la méthode de travail à adapter avec ce type de malades nous avons continué dans ce sens, à savoir la dérision toujours, ce qui engendrait des rapports chaleureux avec nos patients. Le patient dont il s’agit maintenant souffre du syndrome de Korsakoff, après d’être alcoolisé pendant toute sa vie, il lui était impossible d’avoir une mémoire immédiate, mais il se rappelait un peu de cette mémoire antérieure comme de ses faits de soldat pendant la deuxième guerre mondiale, déporté en Allemagne pour le STO (Service de Travail Obligatoire).

Auparavant il exerçait le métier d’ouvrier chauffagiste, il entretenait et montait des radiateurs pour un patron qui tenait un café-bar. Mr F, le patient dont il est question se souvenait de quelques bribes de sa vie ; il lui arrivait de nous confier qu’il « buvait sa paye au bistrot de son patron » !

Dans le pavillon, il passait son temps collé au radiateur du couloir, et personne ne venait parler avec lui, étant donné que son cas était désespéré, incurable, et qu’il ne posait pas de problèmes. Par contre, lors du réveil, c’était une autre histoire, car il baignait dans son urine et dégoulinait pendant qu’il se rendait à la salle de bain, les poings serrés, il était très potentiellement agressif ! Un matin au moment du réveil, il était très remonté contre moi, sortant de sa chambre d’un pas rapide, il saisit le balai d’une "technicienne de surface" et me menace jusqu’à la salle de bain. Le seul secours possible était de me cacher dans la douche en attendant environ 30 secondes pour qu’il oublie ce pourquoi il était là, avec un balai, ; et cela a marché, sauf que j’avais oublié que dans les latrines juste à côté de la douche se trouvait un patient qui avait pour habitude de jeter ses excréments par-dessus la cloison vers la douche…

C’était un grand moment de solitude et d’humilité quand je pus sortir de ce cauchemars ; ensuite après avoir donné une cigarette à Mr F, tout était rentré dans l’ordre.

Et le côté positif de cette mésaventure fut l’hilarité de mes collègues quand ils m’ont vu sortir de la douche, pratiquement maquillé grave ; il m’a fallu de toute urgence regagner les douches réservées au personnel soignant ; mais après avoir donné sa cigarette à Mr F ! On a tout de même sa dignité.

 

Toujours dans ce même pavillon vétuste, j’ai assisté à une scène choquante, bien plus grave que de la maltraitance. Le malade âgé de soixante ans était tranquille dans le cour, à l’extérieur du pavillon lorsqu’il a franchi la limite autorisée. Le cadre infirmier est intervenu et au moment de le maîtriser, le patient s’est défendu légitimement et lui a donné une petite gifle, se sentant humilié devant tous les collègues il m’a demandé de l’aider à conduire le patient en chambre d’isolement. Et là, le cadre lui a asséné plusieurs coups de poing au visage, puis il m’a dit : « Je me paye ». Stupéfait par cette violence gratuite, je suis resté muet et profondément choqué par cette scène.

 

Voilà ce que devait être l’asile quand les soignants de l’époque utilisaient ce type de méthode pour asseoir leur domination sur les malades. La mal-traitance a changé de visage, elle est moins visible mais très pernicieuse, c’est le mépris des soignants pour les malades mentaux et qui peut aller jusqu’à l’abandon de ces rapports humains qui sont indispensables à la communication.

A l’époque de l’asile, il n’y avait pas de médicaments pour soulager la souffrance, seuls les moyens de contention étaient d’usage courant, il fallait attaché les plus violents, les cambrioler, etc…

Dans ce temps, rien a changé, les résultats sont les mêmes.

 

Une vidéo Rare sur l'histoire du CHSR de sotteville-lès-rouen

Enquêtes sur la mémoire infirmière dans un hôpital psychiatrique de Rouen


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Dwaabala Dwaabala 6 octobre 2014 15:38

    Je viens de terminer la lecture d’un roman, Le Don du Roi ( Rose Tremain), dont la deuxième partie se déroule dans un Bedlam tenu par des Quakers dans les Fens au XVIIe siècle.


    • Pinkette234 Pinkette234 6 octobre 2014 16:18
      • Aujourd’hui les gens...ne se parlent PLUS...il n’y a pas plus de dialogues !

      • howahkan howahkan Hotah 6 octobre 2014 18:07

        salut....dans la veine de vol au dessus d’un nid de coucou...
        cela qui est dit ii me rappelle ce que j’ai vécu à 20 ans..sauf que a cette époque en 1975 il y avait des médicaments bien sur
        j’ai passé 3 mois en psy parce que je refusais l’armée, avec vie dans la balance...tu veux pas tuer, tu vas en prison psy...cela donne un éclairage subtil a l’intelligence humaine , à la pseudo évolution,enfin à toutes ces conneries mensongères..ça n’est pas parce que on sait faire des machines que .............
        essayez donc de faire un nid avec votre bouche ,vous allez comprendre smiley

        je rejoins la fin du propos qui dit

        Voilà ce que devait être l’asile quand les soignants de l’époque utilisaient ce type de méthode pour asseoir leur domination sur les malades. La mal-traitance a changé de visage, elle est moins visible mais très pernicieuse, c’est le mépris des soignants pour les malades mentaux et qui peut aller jusqu’à l’abandon de ces rapports humains qui sont indispensables à la communication.

        A l’époque de l’asile, il n’y avait pas de médicaments pour soulager la souffrance, seuls les moyens de contention étaient d’usage courant, il fallait attaché les plus violents, les cambrioler, etc…

        Dans ce temps, rien a changé, les résultats sont les mêmes.

        ------------------------------------------

        et comme dit pinkette 234 : on ne se parle plus .....ou si oui de quoi donc...que du banal ou de la haine,rien entre les deux..

        Avons nous des rapports ouverts ou des relations de profit avec les autres, y compris de profit psychologique ou sexuel, monétaires ,etc etc bien sur...

        je ne fus pas maltraité ,sauf une fois ou ils ont voulu me renvoyer en caserne, j’ai pété tous les câbles avec une violence extrême car je ne seras de toutes façons pas retourné car le refus était devenu total... je suis rentré dans l’infirmerie ,ai commencé à casser pas mal de choses ,mais à 4 dessus moi je n’ai pas fait le poids bien sur, ....une bonne dose de piqûre et au lit pour un certains temps..

        il se créât entre les « refus de l’armée avec tentative de suicide » , on était 10 pour une zone militaire de environ 5000 soit 0.01 % ,après on se demande pourquoi ,comment les guerres !! et les fous normaux une connivence assez étonnante, si je peux dire une bonne atmosphère régnait entre tous, un peu beaucoup comme dans ce film avec jack Nickolson ,fly over a cuckoo nest .je passe sur des détails de la vie ordinaire marrants, pour revenir à la violence infirmière infecte d’un seul, non justifiée sur certains pourtant calme .....il était tout petit,cela explique peut être je ne sais pas...la plupart du personnel ça allait bien ..meme très bien pour certains visiblement aptes et talentueux pour cette vocation..car ça ne peut être un métier ..

        un jours on eut notre miracle, un gars qui avait perdu la tête (démence, mémoire défaillante,analyse perturbée etc etc)) suite à une sorte d’avc un soir il tomba de son lit,ça lui avait remis le cerveau en bon ordre pour un moment...juste avant le pire de sa fin peu après..on était devenu amis avec la famille...rémission passagère mais rémission,grâce à une chute.. !! il est parti en reconnaissant les siens, bien ou pas qui sait ? pas moi toujours ...dans son obsession il voulait retrouver la source d’une rivière ,rien d’autre ne l’intéressait ...

        un jours un de nos « comrad piqua l’ ambulance pour revenir le soir....moment de folie chez les fous smiley

        je vomissais mes médicaments car je savais..j’aurai du partager cette info, et en meme temps je me méfiais d’être découvert car je connaissais les risques., 3 mois d’ingestion intensive de médoc de ce genre on ne s’en remets pas de sitôt voir pas du tout selon les doses données...et je sais de quoi je parle pas pour moi mais pour d’autres.... certains sont rentrés plutôt en forme avec seulement une grosse déprime pour ressortir intoxiqués aux médicaments,dépendants à ces drogues, un désastre..... vous savez ce regard qui devient vague, accroché à rien, perdu,mais pas dans une sorte de paradis non pas du tout....

        certains étaient vraiment décalés mais le contexte faisait que ça n’était pas un problème .....

        bon ceci est superflu par rapport a cet article mais je voulais en venir à ceci..

        après 3 mois, enfin libre de l’hôpital et de l’armée, lorsque je suis sorti seul dans la rue...les gens du dehors m’ont paru étrange, bizarres, glauques ,tristes, en peine, courant après quoi ??? etc etc...39ans après c’est pareil meme pas en pire,pareil ...eux c’est moi,....moi c’est eux,mais rien n’oblige à rester là dans ce glauque est ce que je sais..

        Les gens qui ont pété un câble ,pour moi ,ont une longueur d’avance sur les gens de la rue..ne pas aller bien dans ce monde est le début de l’intelligence qui essaye de s’éveiller....hélas »on« ne sait généralement pas quoi faire de cette souffrance, j’ai appris par et pour moi aidé par des petits miracles qui se produisent tout seul comme ils veulent .............mais sans cela cette souffrance qui alors n’est plus du tout une éventuelle chance devient une galère énorme et ce au niveau personnel mais aussi par amplification exponentielle au niveau de la société , pour moi il est clair que les pires fous sont dehors et que »nous« travaillons pour eux...........

        celui qui souffre essaye tout pour fuir.,certains s’en prennent au monde entier, pour moi la plupart des leaders actuel sont en souffrance deviennent déments et poussent au pire,car eux mêmes sont suicidaires...et nous on bosse pour eux smiley mais d’autres s’en prennent à eux mêmes seulement,leur souffrance ne se reporte pas sur les autres ou très peu et souvent sans ... ...tout les »coups« sont permis pour fuir, drogue,boulot,argent,pouvoir,religions etc etc etc ....or j’ai trouvé pour moi meme qu’il ne faut pas fuir parce que on ne peut pas...ça n’est pas une découverte en soi,d’ailleurs pour moi je sais maintenance qu’il n’y a jamais de découverte par les humains, il y a seulement la »vie" qui des fois se révèle à nous dans certaines conditions et circonstances ..

        pauvre de nous...cela dit j’ai une sorte d’affection naturelle pour le paumé de base qui n’a pas de pouvoir , je n’en ai aucune pour la personne de pouvoir...il va falloir devenir naturellement collectif donc pas comme une idée, et les maîtriser

        merci à l’auteur de ce sujet .


        • Bobby Bobby 7 octobre 2014 06:50

          Le vocabulaire en dit toujours plus sur l’émetteur que sur celui ou celle a qui il est destiné !

          Aujourd’hui, il apparait clairement que la prétendue folie de ceux que l’on interne, n’est que la limite de ceux qui en décident. La folie est aujourd’hui de se soumettre à l’autorité (dont la dynamique mène tout droit la tête dans le mur ! notre économie capitaliste « friedmanienne » est une aberration...qui sera poursuivie jusqu« au crash final (ceci n’est qu’un exemple)).

          Notre époque voit une récession économique mondiale qui va augmenter de plus en plus, une »crise« qui s’auto-alimente comme une boule de neige dévalant une colline. Gérer la décroissance ? une »utopie" indispensable !..... quant à la gérer après le chaos qu’elle engendre...(cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Latouche) je préfère ne pas y penser.


          • howahkan howahkan Hotah 7 octobre 2014 08:56

            La folie est aujourd’hui de se soumettre à l’autorité (dont la dynamique mène tout droit la tête dans le mur ! notre économie capitaliste « friedmanienne » est une aberration...qui sera poursuivie jusqu« au crash final (ceci n’est qu’un exemple)).

            salut..bien vu et résumé...de mon point de vue, assez joli....sur la campagne Irlandaise..

            si crash énorme il y a, pour le moment il n’y en a pas..il y a une montée injuste graduelle de la pression par une sorte de chaos organisé avec fausses ou vraies mauvaises nouvelles constantes et aussi il y a une montée injuste graduelle de la répartition totalement injuste et injustifiée du travail collectif oui..de + en +, comme pour faire délibérément mal, toujours le rapport maitre soumis, berger mouton..quand je pense que le mouton n’a pas besoin de berger...
            cela dit une majorité en occident n’a, par comparaison jamais eu autant et n’a probalement jamais eu aussi peur de perdre ce qu’il tenait pour sur..

            le bon peuple participe a ce jeu dément.....aussi..sauf exceptions...

            salutations....


          • Philippe Stephan Philippe Stéphan 8 octobre 2014 07:25

            Merci a tous pour vos témoignages
            et votre participation.

            j’ai été surpris par la rapidité de la parution de cet article (quelques heures) et n"ai pu
            m’organiser pour vous répondre.


            • alinea alinea 17 avril 2015 22:32

              Dommage que je l’aie loupé à l’époque ! cela donne envie de tenir des mains...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès