Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Amis Hyperactifs, faites une pause !

Amis Hyperactifs, faites une pause !

Si vous connaissez des hyperactifs, faites-leur lire ce texte et si vous en êtes, alors bonne lecture les amis !

Bien entendu, nous avons tous la conviction que le monde va plus vite que nous, et que nous devons nous battre pour ne pas être à la traîne. Mais en réalité le monde ne va nulle part, ou plutôt il va dans tous les sens, car les multiples actions des uns et des autres se contrarient et se compensent mutuellement. Alors finalement le monde ne va nulle part, puisqu’en fait il ne sait pas où aller.

Pour ne prendre qu’un seul exemple, les moyens de communication sont de plus en plus performants, et pourtant le message diffusé reste toujours aussi pauvre. Disposer de moyens surpuissants, ne suffit pas pour savoir quoi en faire.

En vérité, le seul objectif clair que les grands de ce monde ont trouvé, pour utiliser au mieux les moyens dont ils disposent, c’est de s’en servir pour gagner de l’argent, puis d’utiliser cet argent pour conquérir plus de pouvoir, de manière à obtenir encore plus d’argent et ainsi de suite.

Le monde n’a nulle part où aller, seule l’humanité peut lui donner un sens. Le sens de l’humain est la boussole qui manque aux agités. Retrouvons cette boussole, et aussitôt nos actions prennent de la valeur. Un homme qui rame droit, est plus utile et plus puissant que cent hors-bord s’affolant dans tous les sens.

Une hypothèse à vérifier

J’aimerais changer notre conviction selon laquelle « le monde va trop vite et nous, en tant qu’individus, nous peinons à le suivre ». J’aimerais que nous misions pour une fois sur une autre hypothèse : « nous n’avons pas à rattraper le monde ». A chaque jour suffit sa peine, si nous faisons au mieux de notre désir profond.

Arrêtons-nous un moment, tout en sachant que notre mental va en être terrorisé. Il va être terrorisé par le retard qu’il prend dans les actions qu’il effectue par devoir, et qui découlent de promesses faites aux uns et aux autres sans même en avoir conscience, sans même leur en avoir parlé. Des promesses tacites mais limitantes.

Des quantités de gens font des quantités de choses pour protéger d’autres personnes sans leur demander leur avis. Des directeurs de supermarchés obligent les paysans à baisser leurs prix de quelques misérables centimes, parce qu’ils croient que c’est important pour le consommateur, alors que ce dernier n’a pas été consulté. Des fabricants de cosmétiques font faire en cachette des tests sur les animaux pour protéger leurs clientes d’effets secondaires dont elles n’ont jamais entendu parler. Des fabricants de vêtements envoient en Turquie des jeans tout neufs, afin qu’ils soient usés par jet de sable, sans dire à leurs clients que les ouvriers chargés de cette opération mourront plusieurs années plus tard dans d’abominables souffrances. Ces fabricants croient que leurs clients désirent des jeans sablés pour suivre la mode, mais les clients les achètent sans être au courant des conséquences. Par l’effet du débordement de l’imagination humaine, des tas de gens font des quantités d’actions nuisibles, pour le compte d’autres personnes, alors que ces dernières s’y opposeraient si on leur demandait leur avis.

Demandons au mental une trêve : courir après le temps, c’est ce que nous avons fait depuis toujours. Et pourtant, on n’a jamais réussi à rattraper le temps perdu. Le fait que nous courrons encore, prouve que la recette ne marche pas. Et c’est une raison suffisante pour en essayer une autre.

J’aimerais vous convaincre que nous serons toujours en retard si nous continuons à courir ainsi, et vous en avez fait l’expérience. Essayons autre chose. J’aimerais vous convaincre de faire une pause, même si cela effraie votre mental à cause de promesses non tenues : elles ne le seront pas, quoique vous fassiez. Vous en avez déjà fait l’expérience.

Et c'est là qu'une pause s'impose...

Faites une pause et ressentez le plaisir que vous trouvez dans le simple fait de faire une pause. Faites une pause et ressentez le plaisir d’être sur la Terre sans savoir pourquoi. N’attendez pas le moment de la mort pour demander à la vie encore un peu de temps, encore une seconde, juste une minute de plus, et sentir comme c’est une chance d’être là. Ce temps vous l’avez déjà, ne le fuyez pas. Il est à vous maintenant, juste le temps d’une pause.

Pourquoi sommes-nous là, quelle idée a eu la Vie, ou Dieu, ou je ne sais quelle force mystérieuse ? Quelle idée a eu la vie pour faire en sorte que nous soyons ici ? Je ne parle pas de nos parents, ils ne sont qu’un instrument de la vie, faisant partie d’un ensemble plus vaste. Nos parents ont pu nous mettre au monde pour toutes sortes de raisons : dans le meilleur des cas nous avons été désirés, dans d’autres cas ils ont pensé à tout autre chose... Si nous étions des amibes, nous ne perdrions pas de temps à nous demander si nos parents étaient au courant de notre venue.

Pourquoi sommes-nous là, la question est vaste. Si vaste, qu’il n’est pas nécessaire d’y répondre tout de suite. Toutefois il est bon de laisser la question raisonner en nous : vous êtes là, n’est-ce pas déjà merveilleux ?

Le plaisir d’être en vie, c’est ça la vie mes amis !

Bon, mais comment agir ? Sommes-nous des amibes, qui n’ont rien d’autre à faire que d’être là ? Ou des étoiles de mer ? Ou des oursins, qui n’ont pas d’autre action à faire, que d’attendre que la nourriture vienne à eux ? Sommes-nous des êtres passifs ? Non, certainement pas.

Mais entre « être passif » et « être agité », il y a sûrement un juste milieu, même si nous ne l’avons pas encore trouvé.

L’action doit devenir un état d’être. On doit s’y sentir bien. On ne doit pas agir pour un résultat mais pour le plaisir d’être dans la direction choisie. Pas en fonction des autres ou des promesses faites. Mais peut-être, en fonction du plaisir d’être avec les autres.

J’aimerais vous convaincre que ce juste milieu existe : être ensemble, pour le seul plaisir de se regarder dans les yeux, voilà sans doute la première pierre à poser.

Se poser, comprendre que la présence est plus importante que l’action, et que l’action doit devenir un état d’être, un doux ronronnement, une toile de fond, et non le sujet principal.

Comme les abeilles bourdonnent, ou comme les oiseaux lancent leur cri dans le ciel !

Régis Fagot-Barraly,

auteur de livres sur la gestion du stress

A propos... désirez-vous faire une pause respiratoire ?


 

Ou bien une pause méditative ?



 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • BOBW BOBW 9 juin 2011 20:45

    Hyperactifs : Devant les nouvelles de l’Actualité ??

    -Les Syndicats concernés ( Oui ,heureusement) alors que la plupart des commentateurs les calomnient honteusement !
    - La plupart des Médias, Presse,Télé..., les sites et blogs même !(À part l’Huma)
    -Presque tous les partis politiques (À part le front de Gauche et le PC.villipendés par de nombreux posteurs « bien pensants »)

    -Les Travailleurs victimes concernés !


    -Les citoyens qui bientôt vont voter !

    Français, Il est encore temps de vous réveiller et d’exprimer publiquement votre indignation,avant que notre bateau coule ! smiley





    • Ashou 10 juin 2011 10:02

      A lire en rapport à cette réflexion, Le Droit à la Paresse de Paul Laffargue, paru en 1880.

      Il est très vindicatif sur certains points, notamment la religion, mais son discours a le mérite d’apporter une vision neuve sur le travail dés la révolution industrielle.Il fait apparaitre que l’industrialisation, avec son augmentation de la productivité, doit nous libéré sinon elle n’a aucun sens…

      Il serait intéressant de reprendre cette réflexion aujourd’hui, et de voir au vue de notre productivité actuelle, quelle est la quantité de travail réellement nécessaire au fonctionnement de notre société.

      Le lien avec l’article, c’est bien sur qu’il est question de prendre plus de temps pour soi, afin de se cultiver, d’affiner ses talents, de réflechir, et donc de se libérer.


      • Jean-Pierre 10 juin 2011 13:36

        Gna-gna-gna.


      • Jean-Pierre 10 juin 2011 12:42

        Comme il est touchant,votre message !..Moi aussi,j’aimerais convaincre les gens que le martinet est un oiseau exceptionnel,qui ne se pose JAMAIS,car il est profilé exclusivement pour le vol,et donc ses pattes sont atrophiées:s’il tombe ,il est fichu.Le martinet est le génie du vol plané:levez la tête,ce sont ces oiseaux noirs aux longues ailes en forme de lames de faux,ces oiseaux qui poussent des cris stridents lorsqu’ils se regroupent,et quadrillent leur territoire,en en faisant le tour dans les rues des villes et villages:non,ce ne sont pas des hirondelles !Les martinets,se nourrissent en vol,copulent en vol,dorment en vol,à des hauteurs insensées:2000 mètres,peut-être plus-il a fallu l’invention de l’avion(guerre de 14-18)pour s’en apercevoir !Les martinets ne peuvent que s’accrocher à leur nid,sous les gouttières,pour nourrir leurs petits-et leur seule pause est lorsqu’ils y couvent leurs oeufs.Levez la tête,et suivez -en un des yeux,un seul:vous assisterez à un spectacle largement digne du salon du Bourget ! // Je sais:tout le monde s’en fout !


        • rosa luxemburg 10 juin 2011 12:55

          QUE DE PHILOSOPHIE DANS CE BAS MONDE QUI COURE A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU !!!

          FAIRE UNE PAUSE CHAQUE SOIR DE 20 MINUTES PERMET DE REFLECHIR AU POURQUOI ET AU COMMENT DE SA JOURNEE AFIN D’ELIMINER TOUT CE QUI EST NEGATIF POUR SOI ET POUR LES AUTRES.C’EST EN QUELQUE SORTE COMPRENDRE QUE NOUS SOMMES TOUS RELIES ET QUE NOUS DEVONS EVOLUER ,NON DANS LE SENS DU VENT,MAIS DANS CELUI DE L’ACTE CREATEUR POUR LE BIEN COMMUN.

          C’EST AUSSI ACCEPTER DE DETRUIRE SON PETIT EGO MESQUIN POUR DEVENIR UN HOMME A L’IMAGE DE DIEU !

          CROYEZ VOUS QUE CEUX QUI NOUS GOUVERNENT PUISSENT LE FAIRE ?

          J’EN DOUTE C’EST UNE CALCULATRICE QU’ILS ONT DANS LE CERVEAU PAS DES NEURONES VIVANTES !!!

          « LE TEMPS PERDU SE RATTRAPE TOUJOURS. MAIS PEUT-ON RATTRAPER CELUI QU’ON N’A PAS PERDU ? »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès