Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Antibiotiques et grossesse : des risques sérieux pour l’enfant (...)

Antibiotiques et grossesse : des risques sérieux pour l’enfant ?

Récemment, un des plus gros portails de santé francophone titrait sur l’un de ses articles : “Antibiotiques et grossesse : pas de risque pour la santé de l’enfant” - l’auteur faisait référence à une “vaste étude canadienne”. L'information diffusée rassura les nombreuses mères enceintes qui font partculièrement attention à toute substance qu’elles ingèrent pour le plus grand bénéfice de leurs petits en gestation.

Alors, est-ce vraiment sans danger de consommer des antibiotiques lorsqu’une mère est en période de grossesse ?

En regardant de plus près cette étude, on constate un fait frappant : les auteurs ont en réalité comparé une famille d’antibiotiques, les macrolides, à un autre antibiotique connu, la pénicilline. Les docteurs et professeurs Bérard et Nordeng indiquent :

“Après une analyse statistique, nous n'avons découvert aucune association significative entre les groupes (ndlr : groupe utilisant les macrolides) comparativement à l'utilisation de la pénicilline.”

Nous n’avons donc pas de données entre d’un côté, des mères qui prennent des antibiotiques durant leur grossesse, et de l’autre, des mères enceintes exemptes de ceux-ci. L’étude ne porte donc pas sur la dangerosité potentielle des antibiotiques sur les femmes mais enceinte, mais bien sur la dangerosité d’une classe d’antibiotique sur une autre.

Et en fouillant un peu, on constate que le titre choisit par le mastodonte médical en ligne qu’est Doctissimo, est une erreur flagrante. Une erreur qui peut coûter très cher puisque comme nous allons le voir, les antibiotiques ont été liés à de nombreux problèmes chez le nourrisson.

 

  1. Un risque accru d’asthme

Selon de récentes recherches*(1) provenant du Danemark, les enfants dont les mères ont pris des antibiotiques au cours de leur grossesse étaient plus susceptibles de développer de l'asthme que ceux dont la mère n’avait pas pris d'antibiotiques. Après avoir pris en compte les autres facteurs de risque, les chercheurs ont estimé que les enfants exposés à des antibiotiques étaient 17% plus susceptibles d'être hospitalisés pour cause d’asthme avant l'âge de cinq ans.

De plus, les enfants dont la mère avait pris des antibiotiques étaient deux fois plus susceptibles de développer de l'asthme si la prise de médicament était effectuée durant le 3ème trimestre, comparativement à ceux dont la mère n'a pas utilisé d’antibiotiques.

 

  1. Un système immunitaire affaibli

Les chercheurs ont constaté que les médicaments utilisés pour combattre les infections peuvent interférer avec le système immunitaire d'un bébé. En revanche, les mères peuvent aider à relancer l’immunité de l'enfant pour éviter la maladie en transmettant certains germes.

Une étude menée par l'Hôpital pour enfants de Philadelphie aux États-Unis*(2) a montré que les bactéries dans l'intestin jouent un rôle crucial dans la promotion de la production rapide de globules blancs qui permettent de combattre l'infection.

Ils ont constaté qu’au même titre que les humains, les souris enregistrent une forte augmentation des globules blancs la naissance approchant. Cette réponse est réduite quand leurs mères ont été soumises à un traitement antibiotique.

Il est donc établi qu’il y a des risques importants à prendre des antibiotiques durant la grossesse. Mais alors dans ce cas, que faire si, en tant que mère enceinte, vous tombez malade ?

Heureusement, il existe de nombreuses alternatives naturelles et sans effets secondaires. Voici trois différentes traitements parmi d'autres que vous pouvez utiliser si jamais vous décidez de ne pas passer par la case antibiotiques :

 

  1. L’argent colloïdal

L’argent est utilisé depuis des millénaires pour ses propriétés antiseptiques, nos ancêtres avaient d’ailleurs pour coutume d’offrir des timbales en argent pour les nouveau-nés afin de les protéger ou de plonger des pièces d’argent dans l’eau ou le lait pour les conserver plus longtemps. L’argent colloïdal serait à même de vaincre plus de 650 pathogènes d’après le Dr. Henry Margraf. Et pour clôre le tout, une étude de l’EPA (Environmental Protection Agency) indique que des femelles rates enceintes auxquelles on a fait ingérer de l’argent n’a entraîné aucune incidence sur leurs portées :

“Dans une étude de toxicité sur le développement de rates enceintes menées en 2002 par le NTP (National Toxicology Program), de l'argent a été administré par gavage durant les jours 6 à 19 de la gestation.

Aucun effets sur le développement n’ont été signalés à des doses allant jusqu'à 100 mg / kg ... Plus important encore, les résultats de cette étude n'ont pas démontré une susceptibilité accrue de la progéniture, ni n'a démontré de toxicité systémique.”

Le docteur Kurt Grange, a tenu ces propos sur la prise d’argent colloïdal pour les femmes enceintes :

“L'argent colloïdal semble être sans danger pour les enfants et les femmes enceintes qui allaitent. Il est insipide, inodore, ne contient pas de radicaux libres, est inoffensif pour les enzymes humaines et n'a pas d'effets indésirables avec les médicaments.”

 

  1. L’ail

Des études ont montré que les composés de l’ail peuvent tuer pas moins de 60 espèces de fungi et plus de 20 familles de bactéries, dont le pneumocoque responsable de la pneumonie ou le staphylocoque doré résistant à la méthycilline.

Les propriétés de l'ail viennent du principe actif l’allicine, substance contenue dans le condiment, qui est un puissant antimicrobien. Son action au niveau des poumons est particulièrement forte car ce composé volatil s’élimine par cette voie, tuant bactéries et virus au passage.

 

  1. Pépin de pamplemousse

Riches en bioflavonoïdes, les extraits de pépins de pamplemousse ont des propriétés antivirales, antifongiques et antiparasitaires. Ils aident à lutter contre bon nombre d’infections, à commencer par celles des voies digestives. Comme il est efficace contre le Candida albicans, un champignon qui colonise le système digestif et vaginal, il est notamment recommandé en cas de gastro-entérite ou d’infections urinaires pour stopper la prolifération microbienne sans déséquilibrer la flore intestinale ou vaginale.

 

Sources :

1 : http://www.jpeds.com/article/S0022-3476(12)01141-9/abstract

2 : http://www.chop.edu/news/gut-microbes-antibiotics-are-clues-immunity-preemies#.VjkItBCrTUI

3 : Environmental Protection Agency, Federal Register / Vol. 74, No. 110 / Wednesday, June 10, 2009 / Rules and Regulations


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Sozenz 4 novembre 2015 15:48

    ils viennent juste de découvrir que les antibiotiques affaiblissaient le système immunitaire ou cela fait 30 ans . non car moi je le sais depuis très très longtemps au moins 30ans et je ne suis pas médecin ou chercheur ....
    je me demande même comment des questions comme celles ci puissent encore se poser .
    Mais bon , faut bien faire tourner la Machina .. Y a du pognon à se faire à tous les étages .
    Et temps que les questions se « posent » encore , on « laisse planer » le doute et le business tourne toujours .


    • sls0 sls0 4 novembre 2015 17:09

      La pénicilline qui est un antibiotique a permis une explosion de la population qui est aussi due à un accès à une énergie abondante.

      Il n’y a pas que des défauts aux antibiotiques.

      Comme toutes choses, l’excès est mauvais, quand il y a de l’argent à gagner et des personnes très sensibles au marketing, l’excès n’est pas loin. Le problème avec les antibiotiques est moins intrinsèque qu’extérieur.

      J’évite les antibiotiques quand ils ne sont pas nécessaire, j’en ai pourtant un bon stock chez moi, je réside dans un pays pauvre, j’ai plus de moyens j’ai donc pour les autres ce qu’il ne peuvent acheter. Comme ces antibiotiques ont empêché quelques amputations, je ne leur jette pas la pierre mais j’évite toujours l’emploi abusif.

      On m’a appris un minimum pour me soigner avec des plantes locales pour mes balades dans la cambrousse, j’ai rarement recours à une pommade style fucidin, par contre avec des enfants pieds nus, les infections qui tournent mal, c’est un tube par mois.

      Le médicament ou non médicament que j’emploie le plus c’est le charbon actif bien devant les antibiotiques, je vis et je mange local, le corps s’immunise, il s’est habitué aux mouches sur la viande.


      • Simple citoyenne Simple citoyenne 4 novembre 2015 19:07

        Bonjour à vous auteur, il y a un reportage à ce sujet, L’Enigme de l’autisme la piste bactérienne ;les antibiotiques comme vous le savez sans doute, modifie la flore intestinale et le résultat peut être terrible pour les jeunes enfants à qui l’on a donné des antibiotiques à vau-l’eau !


        • foufouille foufouille 4 novembre 2015 19:30

          @Simple citoyenne
          faut surtout pas te faire opérer des intestins, tu deviendras autiste.
           smiley


        • sarcastelle 4 novembre 2015 19:26

          Un candidat sérieux au concours de l’article le plus débile et le plus nocif. 


          • foufouille foufouille 4 novembre 2015 19:29

            @sarcastelle
            pas lu vu le titre.


          • Nouri Nouri 18 décembre 2015 19:07

            D’autres aliments naturels recommandés pour femmes enceintes : les dattes (un bon reconstituant surtout après l’accouchement), les figues (le mélange huile d’olive + figues pris quelques semaines avant l’accouchement favorise l’expulsion du bébé) enfin l’huile de nigelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès