Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Bactérie hémorragique : la nouvelle thèse du complot

Bactérie hémorragique : la nouvelle thèse du complot

Si vous aimez flipper, si vous avez besoin de flipper, si vous voulez une société qui flippe, si vous voulez que nos enfants vivent dans l’angoisse et la peur du monde et deviennent de bon clients des psy, si vous avez si peu de foi dans le monde, si vous avez besoin de vous faire des cauchemars, si ça gonfle votre ego de véhiculer de nouvelles thèses paranoïaques, croyez en Mike Adams...

Mike Adams et la thèse du complot

Qui est-il ? Un américain activiste, sorte de gourou de la santé au naturel. Il écrit sur un site spécialisé qu'il a fondé, Natural News. Il se définit comme un Ranger : « Mike a fait sa mission de vie à partager la découverte la plus remarquable qu'il fait dans sa quête : la grande majorité de toutes les maladies peuvent être facilement évité et même guérir sans médicaments ni chirurgie. »

Un Ranger : plus qu’un flic, un justicier. C’est son expérience personnelle d’un diabète qui l’a conduit à expérimenter des méthodes naturelles non médicamenteuses. Ayant moi-même accumulé une longue expérience professionnelle de la naturopathie, partisan d'une approche psychosomatique, je suis forcément intéressé par ce genre de démarche dont je tiens compte dans ma pratique. Mais j’en connais quelque peu les limites. Des guérisons par l’attitude mentale la pratique d’une nutrition saine sont toujours possibles. Toutefois je reste prudent quant à généraliser ce genre d'approche pour toutes les maladies et tous les patients.

Mike Adams lui ne s’embarrasse pas de nuances : les médecines douces sont LA solution aux maux de l’humanité et sont victimes d’attaques destinées à les discréditer. Mécanisme victimaire classique que l'on rencontre moins aujourd'hui en Europe, que je croyais généralement en régression. Ce mécanisme suscite chez le patien un acte de foi inversément proportionnel à la force du mécanisme victimaire. S'il s'agit de sa propre santé cela peut être un moteur. Mais appliqué à la société le mécanisme victimaire tourne rapidement à la paranoïa.

Il affirme donc que le colibacille tueur est une souche élaborée et produite en laboratoire, dans le but de tuer des gens, de détruire l’agriculture européenne, de punir l'Espagne pour son refus des OGM et de discréditer le bio. Il fonde ses affirmations sur le fait que la bactérie est résistante à e-coli.jpg8 classes d’antibiotiques et que cela ne peut se faire tout seul.

« Il est pratiquement impossible d'imaginer comment cela pourrait se produire tout seul dans la nature. Par exemple, si cette bactérie est originaire de nourriture (comme nous l'avons dit), alors où va-t-elle acquérir la totalité de cette résistance aux antibiotiques, étant donné que les antibiotiques ne sont pas utilisés dans les légumes ? »

Et plus loin :

« Cette souche a subi des expositions répétées et prolongées à huit différentes classes d'antibiotiques, puis a réussi à apparaître dans l'approvisionnement alimentaire. Comment faire sans un régime bien planifié mené par des scientifiques peu scrupuleux ? Il n'existe pas de « mutation spontanée" dans une souche qui résiste aux huit principales catégories de marque d'antibiotiques vendus par Big Pharma aujourd'hui. Ces mutations doivent être délibérées. »

Il affirme que ces bactéries très résistantes, des superbactéries, sont forcément crées en laboratoires avec une intention malveillante.


Réfutation de la thèse du complot

Mike Adams sait-il vraiment de quoi il parle ? "... il n’existe pas de mutation spontanée" : mais si, justement, les mutations spontanées sont nombreuses. C’est ce qu’a démontré Béchamp à son époque et qui a été confirmé depuis. Comment croit-il que les bactéries se sont formées au fil des milliards d’années ? Par les labos de la CIA ? Par les E.T. ? Ce n’est pas sérieux. Le polymorphisme bactérien est la meilleure réfutation de la thèse de Mike Adams. Que la résistance à 8 antibiotiques plutôt qu’à un seul soit un processus compliqué, long et hasardeux, certes, mais rien ne l’empêche.

graines.jpgDe nombreuses bactéries sont aujourd’hui résistantes à plusieurs classes d’antibiotiques. Cela occupe des pans entiers de la recherche médicale et de la thérapeutique. Le nombre de personnes qui prennent différents antibios, le nombre de bactéries et leur facilité de contact entre elles, avec toutes les interactions que cela entraîne, leur vitesse de reproduction, font que les mutations avec résistance ne sont plus rares aujourd’hui. Pas besoin d’intervention humaine calculée et malveillante.

Quand à vouloir tuer des humains, il y a plus facile : l’épandage du virus Ebola. Radical.

Les superbactéries ne sont pas nouvelles. On en verra de plus en plus à cause de mélanges et de mariages de bactéries habituellement séparées, et à cause de l’usage immodéré des antibios. Mais rien de nouveau côté superbactéries superrésistantes ces deux articles ici et ici en font déjà état depuis plusieurs années.

Des milliards de milliards de milliards de bactéries se promènent partout, sont en contact avec de nombreux milieux, espèces et substances ou médicaments, se dupliquent très vite, et échangent entre elles des matériaux génétiques sans avoir besoin d’être exposées elles-mêmes à toutes les sources. le développement de superbactéries, bien que peu fréquent, n'est pas impossible.

Concernant le complot anti-bio (sans jeu de mots), cette affaire sera vite oubliée et les graines germées reprendront leur place. Il en faudrait plus pour tuer le bio. Déjà il faudrait ne pas en parler. Là au contraire on rappelle au monde entier que le bio existe et qu’il est de plus en plus apprécié. Au final on peut se demander quel est le but poursuivi par Mike Adams.

En vidéo : un interviewer qui mélange tout et Mike Adams qui fonce tel un hussard, bardé d'affirmations, mais sans rien démontrer.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • joletaxi 15 juin 2011 14:22

    Pourtant c’était annoncé par le calendrier Maya ?


    Plus sérieusement, avez-vous entendu parler de ceci :


    • Harfang Harfang 15 juin 2011 14:36

      Mélanger tous les thèmes est aussi peu crédible pour les « complotistes » que pour les « rationalistes »...

      Un gars comme Adams fait inévitablement du tord aux pourvoyeurs d’alertes raisonnables qui nos mettent en garde contre les dérives des industriels/pouvoirs publics/labo pharmaceutiques/etc...

      Mais par vos réactions Jo, vous décrédibilisez les cartésiens qui réfutent les fadaises sectaires/complètement dingues/scientifiquement déficientes des illuminés de tout poil.


    • hommelibre hommelibre 15 juin 2011 15:54

      @ Le Sudiste :

      Comme je vous l’ai dit j’ai lu et approuvé votre article en modération. Comme j’ai déjà voté je ne peux plus avoir accès au nombre de votes. Chez moi il apparaît comme article pour lequel je me suis déjà prononcé. Donc il ne semble pas à la poubelle. Des fois c’est long avant la publication.

      Oui j’ai bien vu votre point de vue, mais je n’ai pas changé le mien. Mais le débat continue.

      Pour le vôtre, si vous voulez au moins le mettre en commentaire ici, c’est ok pour moi. Juste que ce sera un peu long.


    • Harfang Harfang 15 juin 2011 14:48

      Merci pour cet article.

      Attention : je ne donne pas blanc seing aux militaires/gouvernants/laboratoire bien sur (j’entends par là que je ne les estime pas incapable d’avoir ordonné le développement/développé des saloperies de maladies de synthèses). Mais entre les développer et s’en servir, en particulier contre la population, il y a un monde... d’autant que ces choses là sont mal contrôlables et peuvent très bien se retourner contre leurs créateurs. Risque qu’à mon avis ils ne prendraient pas.


      • Harfang Harfang 15 juin 2011 15:07

        Je ne vois pas l’article en modération. Il a dû passer à la trappe.

        Comme je l’ai dit, je ne remet pas en cause l’existence de bactéries et virus de synthèse (militaires ou purement destinés à la recherche médicale). Je suis déjà un chouïa plus dubitatif quand à une origine artificielle de ECEH (excepté peut être en ayant favorisé sa sélection naturelle à force de bourrer le bétail d’antibiotiques), et très très dubitatif sur une utilisation intentionnelle. Comme le dit hommelibre, les virus et bactéries n’ont pas attendu l’homme pour savoir évoluer et s’adapter.

        Mais ça n’est là que mon sentiment. Qu’on me prouve le contraire de manière irréfutable, et j’admettrai mon erreur.


      • hommelibre hommelibre 15 juin 2011 15:55

        Sudiste : Je suis d’accord.


      • Harfang Harfang 15 juin 2011 16:11

        Au temps pour moi : je l’avais déjà modéré positivement, du coup il n’apparaissait plus dans le même cadre que les articles à modérer. En revanche, j’ignore s’il est proche d’être publié ou non, l’état de la modération n’est pas visible après coup à priori.

        Je vais le zieuter attentivement.


      • Harfang Harfang 15 juin 2011 17:12

        @Le Sudiste

        J’ai attentivement l’article. Effectivement, cette histoire est par trop méconnue, et mérite une « publicité » à la hauteur de l’indignation qu’elle soulève. Des expériences menées sur leurs propres troupes, leurs propres populations, voire même les populations de pays alliés par les USA, ça n’est toutefois pas nouveau. Je pense que nombreux sont ceux qui connaissent l’existence du projet MKUltra (connu aussi sous le nom de projet Artichoke) et de ses projets collatéraux dont certains furent menés en Europe par la CIA. Comme je l’ai déjà dit : je crois effectivement ces gens capables de beaucoup de choses, et en particulier du pire.

        Mais dans le cas présent (bactérie ECEH) rien ne démontre une origine humaine et encore moins une diffusion intentionnelle. On ne peut évidemment l’exclure de façon totale... mais dans quel objectif ? Et avec quel garde fou garantissant que ça ne va pas leur revenir en pleine poire ? Et pourquoi l’Allemagne ? Utiliser un agent chimique, c’est un chose, un agent bactérien, c’est autre chose... Chaque nouvelle maladie (H5N1, AH1N1, ECEH, Sida, Ebola...) a été créditée des mêmes hypothèses (« sorti d’un laboratoire... », « dans le but d’exterminer la population... », « expérience qui a mal tourné... »), mais ça ne reste que des hypothèses tant qu’aucune preuve de cela ne sera apportée !

        Je ne doute pas que l’homme soit capable de produire de vraies catastrophes (Fukushima, ...), voire même de conduire sa propre perte à l’extrême par bêtise et négligence, si ça n’est par folie destructrice, mais dans le cas présent je n’y crois décidément pas. Pour moi, ça serait gravement sous-estimer la capacité des bactéries et virus à muter par eux-même pour s’adapter à leur environnement. Naturellement, les modes de productions alimentaires humains peuvent avoir un impact : comme je l’ai déjà dit, on peut à la limite supposer que l’abus d’antibiotiques sur les cheptels de bovins (entre autres) ne peut que favoriser l’émergence de souches bactériennes résistantes. A ce titre, on peut y voir une origine humaine si l’on veut... simplement elle serait alors involontaire.


      • dawei dawei 15 juin 2011 15:18

        complot ou pas complot , l’industrie agroalimentaire ET l’industrie pharmaceutique sont directement responsables car la surabondance d’antibiotiques aussi dangereux qu’inutile a favorisé la mutation et l’invulnerabilité de cette bactérie.


        • hommelibre hommelibre 15 juin 2011 15:58

          @ DaweI :

          De ce point de vue en effet. L’excès d’antibios est une plaie et une catastrophe. De plus il faut des années sans antibios pour que les bactéries résistantes perdent cette résistance. De quoi faire des dégâts. Et d’affaiblir notre immunité naturelle, car celle-ci n’étant pas stimulée est ne réagit plus aussi vite et fort qu’elle le devrait.


        • dawei dawei 16 juin 2011 10:09

          pas du tout, au contraire, j’invite ces puissant lobbyes a prendre leurs responsabilités. Le lobbying ne peut pas etre empeché, par contre on devrait donner des bons points et des mauvais points (bonus/malus) de façons indépendante en fonction de leurs vertues, ce qui fait que le lobby pharmaceutique, le lobby agroalimentaire, le lobby banquier et le lobby industrialomilitaire dont vous parlez seraient naturellement handicapés car trop peu vertueux.

          En effet, le problème societal mondial actuel est que tous ces lobbys sont tout puissanst, on ne peut meme plus les attaquer en justice, ni même (ou trop difficilement) les boycoter. Donc affaiblissons les et incitons les à la raison sur cette base du bonus malus.

          Evidemment je voudrait comme tout le monde qu’il y ai une enquette INDEPENDANTE sur cette bactérie ... et sur le 11 septembre, je ne vois pas en quoi pointer du doigt de loin le probleme fait que le problème est réglé, je n’ai jamais eu ce propos.


        • joletaxi 15 juin 2011 17:47

          « Mais par vos réactions Jo, vous décrédibilisez les cartésiens qui réfutent les fadaises sectaires/complètement dingues/scientifiquement déficientes des illuminés de tout poil. »


          Avez-vous lu le lien ?

          Je suis parfaitement d’accord avec l’auteur pour dire que cet accident, dont il faut relativiser l’ampleur,cela arrive relativement fréquemment des intoxications alimentaires,est quelque chose de tout à fait probable dans notre chaîne alimentaire .
          Que cela touche le bio,est sans doute un hasard.Ce qui l’est moins c’est ce dont parle l’article mis en lien.
          Il y a quelques années, toutes les polices de NewYork étaient sur les dents pour retrouver toutes les personnes qui avaient été en contact avec un passager mort en quelques heures dans un hôpital.Et il semblerait qu’ils avaient des raisons de paniquer.

          Non seulement nous abusons d’antibiotiques,mais en plus nous multiplions les contacts avec des souches que nous n’aurions probablement pas rencontrées il y a 50 ans du fait du brassage incessants des populations.

          Il n’en demeure pas moins que l’hygiène, les antibiotiques, les traitements, phyto et autres ont amélioré notre nourriture, la preuve nous vivons plus longtemps et en meilleur état.
          Nous n’avons pas à avoir des regrets pour les bonnes épidémies du passé,qui faisaient quelques milliers de morts, parfois quelques millions.

          • Loatse Loatse 15 juin 2011 18:58

            Bonjour l’auteur,

            La théorie dite du complot (que j’appelerai plutôt une suspiscion légitime) concernant cette bactérie n’est pas venue comme cela, d’un coup...

            La suspicion dont est née dans nos esprits quand les informations officielles sont devenues de plus en plus incohérentes, de plus en plus imprécises voire contradictoires.. avec détails à la clé (camion de concombre bio qui se déversait roulant dans des déjections, restaurant incriminé (alors que le personnel mangeait exactement la meme chose que les clients), germes incriminés alors qu’on retrouve un reste de concombre au fond d’une poubelle sur laquelle le mot BIO est visible même pour un aveugle..

            Concombre, germe de soja, biogaz... bref on nous a présenté une quantité de coupables, ce qui dénote un manque de professionalisme effarant ! Généralement on attend les résultats d’analyse pour affirmer que tel aliment est porteur d’une bactérie... or, là on a pataugé allégrement tandis que les morts et malades augmentaient et les versions les plus abracadabrantes étaient diffusées d’un ton péremptoire par les médias... Bref la confiance en prend un coup... et là les hypothèses d’une problématique passée sous silence se font...

            Le jour ou les humains ne se poseront plus de question, c’est bien celui ou nous serons tous lobotomisés.. En attendant, on nous a tellement menti, tellement pris pour des imbéciles que cette réaction est tout à fait normale... Saine, je dirai même ! :)





            • exocet exocet 15 juin 2011 21:15

              Effectivement, les caractéristiques de cette affaire peuvent évoquer un complot :

              bactéries résistantes à 8 antibiotiques différents, bactéries « collant aux intextins comme de la colle forte », grand nombre de personnes affectées ce qui est étrange pour une intoxication.

              Cependant, il existerait une explication :
              pour le grand nombre de personnes infectées, qui implique une grande quantité de nourriture contaminée, le biogaz pourrait être cette explication.
              Une installation de biogaz produit du « biogaz » justement, gaz énergétique, et aussi ce qu’on appelle le digestat, épandu par la suite comme engrais sur des terres agricoles.

              Qu’une seule de ces grandes installations ait été contaminée, et ce sont des centaines de tonnes de digestat contaminé qui ont pu être épandues sur des terres agricoles de cultures variées.

              Or, l’installation de biogaz, dite aussi de méthanisation, peut malheureusement se prêter à une telle contamination, avec une progression fulgurante et dévastatrice de la quantité de bactéries présentes.

              Fonctionnement :

              on introduit dans le digesteur du fumier et du lisier (bovin en particulier) comme apport de bactéries digestives, ainsi que d’autres éléments susceptibles d’être digérés, en particulier en Allemagne, résidus de céréales voire céréales elles-mêmes.

              Les bactéries digestives présentes dans le lisier et le fumier sont issues des estomacs des ruminants en question, c’est en quelque sorte un trop plein de bactéries emportées avec le flot hors des estomacs (trois, je crois) de ces ruminants.

              En fonctionnement normal ces bactéries adhèrent à la paroi de ces estomacs, et digèrent les aliments ingérés par ces ruminants.

              Nous avons donc des « bactéries adhérentes », venant de bovins d’élevage boostés, selon les souhaits de la commission Européenne aux...antibiotiques, afin d’accélérer leur croissance.
              Ce qui ne peut manquer de donner, in fine, par le biais de la sélection naturelle, des bactéries résistantes aux divers antibiotiques qu’ont eu, à faibles doses répétées, ces bovins tout au long de leur croissance.

              Reste à vérifier si ces bactéries sont bien résistantes à des antibiotiques utilisés en élevage, ceux de manière autorisée, et ceux qui peuvent l’être de manière clandestine.

              D’autre part, un digesteur à biogaz fonctionne en mélangeant en permanence tout ce qui a été entré, à une température d’environ 35 degrés, ce qui est idéal pour des bactéries d’origine animale ou humaine-but poursuivi.

              Donc, nous pouvons voir, que si on a introduit des déjections, lisier ou fumier provenant entre autres d’une vache malade dans une installation de biogaz, ces bactéries pathogènes auraient pu s’y méler à d’autres, s’y reproduire massivement, et après la production de méthane, à l’épandage du digestat, contaminer massivement terres et cultures.
              Des bactéries résistantes à plusieurs antibiotiques et adhérentes aux muqueuses.


              Cela, ce pourrait être, me semble-t-il, le fonctionnement de cet incident.

              Maintenant, volontaire ou accidentel, c’est ce qui fait la différence entre complot, acte de terrorisme, ou bien accident.


              • herbe herbe 15 juin 2011 23:10

                intéressant comme piste exocet...
                Un article intéressant à lire sur le sujet et assez belle synthèse (3mn !) avec aussi des pistes :

                http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1990 ;e-coli-nom-de-code-o104-h4-bacterie-tueuse.html


              • Loatse Loatse 16 juin 2011 00:19

                C’est intéressant, mais pourquoi les vaches ne sont elles pas malades ??? n’est ce pas dans leur milieu naturel (l’intestin d’un animal ou d’un humain) propice à la vie que ces bactéries mutent, au moment ou celle ci sont obligées de se défendre lorsque le milieu devient hostile à leur survie (à la suite d’une prise d’antibiotiques par exemple) ?

                A moins que toutes soient porteurs sains.. mais dans ce cas, on aurait également et logiquement dû retrouver E.coli dans le lait ou la viande, notamment les abats.. nan ???


              • Loatse Loatse 16 juin 2011 02:48

                LILLE, Nord (Reuters) le 15/06 à 23h24 - Quatre enfants étaient hospitalisés dans un état grave mercredi soir à Lille à la suite d’une infection alimentaire liée à une bactérie Escherichia coli, a annoncé l’agence régionale de santé du Nord-Pas-de-Calais.

                Cinq enfants de 20 mois à huit ans ont été pris en charge après des diarrhées sanglantes dans la journée de mercredi.

                L’un d’entre eux est sorti de l’hôpital le jour même, les quatre autres étaient toujours hospitalisés mercredi soir dans un état grave.

                Les enfants ont tous consommé de la viande hachée qui serait à l’origine de l’infection.

                Cette infection n’est pas celle qui a touché l’Allemagne ces dernières semaines, faisant 37 morts dont 36 en Allemagne, a précisé l’agence régionale de santé.

                (ils sont forts à l’agence régionale de santé. ils ont réussi à faire les analyses en une soirée alors que le minimum de délai pour obtenir des résultats / sur culture solide/ d’escherichia coli est de 24 heures !)


                • hommelibre hommelibre 16 juin 2011 08:21

                  @ Sudiste :

                  Je comprends votre démarche. Je ne la partage pas, je pense qu’il faut d’abord tenter expliquer de manière naturelle. Mais je vous lirai pour voir le développement de votre recherche. En ce qui concerne Mike Adams, je reste très distant. Le personnage me semble excessif, faisant feu de tout bois sans trop s’embarrasser de rigueur. Etant moi-même entre autres naturopathe, je connais la tendance missionnaire que l’on rencontre parfois dans ce milieu et je n’y souscris pas.

                  @ Loatse :

                  Je vous rejoins à propos de l’incohérence des informations diffusées par les autorités sanitaires allemandes. Je ne sais pas ce qui leur a pris. Fallait-il a tout prix trouver un coupable pour rassurer la population ? Ont-elles été prises de paniques et auraient-elles tenté de se rassurer elles-même ? J’imagine que la pression a dû être très forte : les jours qui passent, l’annonce des décès et de la contamination en Europe, la difficulté de retrouver la piste d’une origine unique éventuelle (mais pas certaine).

                  Je mise plus sur la panique et l’impuissance des équipes de recherche et de centralisation de l’information que sur une dissimulation intentionnelle.

                  Sur les cas annoncés hier en France, en effet il semble qu’y a à nouveau une précipitation. A nouveau la panique ?


                  • Loatse Loatse 16 juin 2011 11:44

                    @Homme libre,

                    J’attend les résultats de l’analyse pour savoir de quelle souche il s’agit... les pauvres petits bouts de chou sont dans un piètre état... d’après reuters, ceux ci souffrent de diarrhées hémorragiques (ce qui m’a mis la puce à l’oreille)..

                    Quoiqu’il en soit, je « complote » qu’on prive les animaux d’élevage de leur nourriture naturelle et qu’on les gave d’antibiotiques à des fins mercantiles... ;)


                  • frédéric lyon 16 juin 2011 08:49

                    Les paranoïaques « se posent des questions ». A propos de tout. Absolument tout.


                    Comme les scientifiques, me direz-vous.

                    Oui, vous avez raison, ils sont comme les scientifiques. Parfois ils se prennent même pour des scientifiques. 

                    Sauf que ce ne sont pas des scientifiques, mais alors pas du tout, ils ont même en général un intellect très dégradé. 

                    Et sauf qu’ils ne se posent pas du tout les mêmes questions. D’ailleurs, ils ne se posent qu’une seule question. Toujours la même. 

                    La seule question qu’ils se posent consiste à détecter, au travers de ce que leur dicte leur pathologie particulière, le Deux ex Machina qui est responsable de leurs maux personnels, qui ne sont pas, comme chacun sait, des maux dont ils souffrent à titre personnel et qui pourraient éventuellement les conduire à s’interroger sur eux-mêmes, mais des maux qui frappent l’humanité toute entière et que leurs esprits malades inventent, les substituant aux leurs. 

                    C’est pourquoi ils estiment qu’il est si urgent d’alerter cette pauvre humanité, avant qu’il ne soit trop tard.

                    Et ils se donnent rendez-vous, trois pelés et deux tondus, pour nous tenir informés de nos derniers malheurs et des mesures drastiques et « révolutionnaires » qu’ils comptent prendre bientôt pour se débarrasser de leurs démons intérieurs.

                    Les paranoïaques s’expriment donc beaucoup, les plus lucides n’oseraient pas répéter ce qu’ils nous disent ici dans le cabinet d’un psychiatre de peur de se faire coffrer et ils sont le prix à payer pour que la liberté d’expression existe. 

                    La démocratie n’est pas un don gratuit. 

                    • Loatse Loatse 16 juin 2011 11:25

                      L’abus de TF1 provoque des dégats irréversibles dont les symptômes sont les suivants : crédulité, confiance absolue en nos élites et scientifiques « authentiques » de tous poils, hargne envers qui ne partage pas la pensée unique, puis en dernier lieu, agressivité et écume aux lèvres...

                      Bravo, vous y êtes presque, Frederic ! :)))


                    • bernard bernard 16 juin 2011 13:51

                      Complot....
                      Pas complot ...
                      Complot...
                      Pas complot...

                      Encore... toujours...
                      Pour tout...

                      Alors, il y a complot ou pas ?
                        

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès