Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Bactéries résistantes : la fin des antibiotiques ?

Bactéries résistantes : la fin des antibiotiques ?

Depuis la découverte de l’antibiotique en 1928, des infections bactériennes longtemps considérées comme incurables pouvaient être soignées. De nos jours, il existe plus de 10 000 molécules antibiotiques au service des malades pour les aider à vaincre différentes maladies telles que la tuberculose, la peste, la lèpre ou le choléra. 

Un bémol cependant : avec le temps, les bactéries ont appris à résister aux attaques des antibiotiques de synthèse. Désormais, un nombre croissant de ces organismes invisibles à l’œil nu et extrêmement virulents peuvent survivre aux antibiotiques.

« Les chercheurs Tellant et coll décrivent un futur dans lequel les patients qui ont besoin d’une chirurgie ou d’une chimiothérapie ne sont plus protégés des infections potentiellement mortelles par l’antibioprophylaxie ».

Cette phrase est l’un des passages les plus marquants de l’article intitulé « Chirurgie et chimiothérapie : les résistances vont devenir un casse-tête pour l’antibioprophylaxie » du portail de santé Medscape France. Cet éditorial nous fait comprendre que la pratique de la chirurgie et de la chimiothérapie est devenue potentiellement dangereuse pour les patients puisqu’ils ne pourront plus entièrement compter sur l’efficacité de certains antibiotiques pour les protéger contre d’éventuelles infections qui pourraient survenir après ou durant l’intervention.

Il nous fait également prendre conscience que seulement 30 % de baisse d’efficacité des traitements à l’antibiotique pourrait engendrer plus de 6300 décès et 120 000 infections. Alors, que pourrait-il se passer si ces remèdes ne pouvaient plus remplir leurs fonctions ?

Les problèmes liés aux antibiotiques ne se limitent pas uniquement à la résistance des bactéries. Il faut aussi penser aux effets indésirables et aux toxicités qu’ils provoquent chez le patient. En effet, ils peuvent engendrer une immunotocixité pouvant se traduire par une vascularite, une hypersensibilité, une cytopénie, une anémie hémolytique, une hyperbilirubinémie, une crise d’asthme, …etc. La toxicité des antibiotiques peut entrainer des manifestations pulmonaires, rénales, neurologiques, hématologiques, hépatiques, ainsi que des allergies et des troubles du système digestif. Il faut également noter qu’une prescription fréquente d’antibiotiques peut contribuer à augmenter de 20 à 50 % les risques de contracter un cancer.

Il va donc être de plus en plus difficile de faire appel aux antibiotiques si l’on veut guérir d’une maladie ou rester en bonne santé.

De meilleures médications conventionnelles en attente pour vaincre les bactéries résistantes

Alors que les antibiotiques synthétiques perdent leur batailles contre les bactéries résistantes du type staphylocoque doré, certains chercheurs tentent de créer de nouvelles souches plus efficaces, tandis que d’autres essaient de trouver un moyen pour inhiber l’action des enzymes bêta-lactamases qui servent de bouclier à ces organismes.

Un scientifique de l'Université Northeastern a réussi à créer un puissant antibiotique (le Teixobactine) basé sur des molécules naturelles. Cependant, sa commercialisation va prendre plusieurs années. En attendant, ces microorganismes continuent de proliférer et de faire des victimes.

En attendant, il existe des alternatives naturelles qui pourraient prendre le relais du difficile combat contre les super bactéries. L'argent colloïdal ou certaines plantes comme l’ail ou la myrtille sont de potentiels candidats à la relève.

1. Vaincre les bactéries résistantes avec l’argent colloïdal

Les vertus de l’argent colloïdal sont nombreuses. Il a de puissants pouvoirs antibiotiques et bactéricides. Cette solution à base d’eau pure distillée et de nanoparticules d’argent bloque le système respiratoire des bactéries pour les éliminer via asphyxie. De cette façon, ces microbes invisibles à l’œil nu ne sont plus en mesure de développer de résistance.

Contrairement aux antibiotiques de synthèse, l’argent colloïdal ne contribue pas à la destruction des enzymes bénéfiques à l’organisme. De plus, il stimule le système immunitaire et le renforce. Il ne faut pas oublier que ce produit agit de la même façon pour les virus, les champignons et les parasites. C’est également le cas avec le spirochète de la Borréliose de Lyme. Que ce soit en usage interne ou externe, l’efficacité de cette préparation est avérée. De nombreuses études scientifiques publiées viennent attester de son efficacité.

Après des études réalisées entre 1978 et 1985, le Dr Becker et son équipe affirment avoir « redécouvert le fait que l'argent tuait les bactéries, ce qui était connu depuis des siècles... II tue même les souches résistantes aux antibiotiques et est aussi efficace contre les mycoses. Il guérit les infections les plus tenaces provoquées par toutes sortes de bactéries et stimule la cicatrisation de la peau et d'autres tissus mous. » 

2. Vaincre les bactéries résistantes avec de la... myrtille ?

La myrtille est connue pour sa propriété antidiabétique. Cependant, c’est aussi un excellent antifongique, antioxydant et bactéricide. De ce fait, elle peut remplacer certains antibiotiques et contribuer à lutter contre les infections de bactéries résistantes. Elle entrave ainsi le développement des microbes et détruit les bactéries. Elle fortifie et stimule l’organisme, tout en détoxifiant le corps et en éliminant les liquides superflus.

3. Vaincre les bactéries résistantes grâce à l’ail

2 à 3 prises quotidiennes de 4 gousses d’ail cuites peuvent aider à lutter contre les bactéries résistantes. Ce serait aussi le cas avec 2 à 3 prises de 2 gousses d’ail cru par jour. Les bienfaits de cet antibiotique naturel ont été découverts par Louis Pasteur.

D’après des recherches récentes, l’ail serait en mesure d’éliminer jusqu’à 60 espèces de champignons et plus d’une vingtaine de bactéries, telles que le staphylocoque doré, l’hélicobacter, le pneumocoque.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • EpiqueTête EpiqueTête 19 décembre 2015 14:18

    Les médicaments devraient être réservés aux douleurs insupportables, on devrait rationaliser leur nombre si ce n’était pas un commerce. En suppléant toujours aux défenses naturelles des organismes, on les affaiblit, et on nous habille de noms très savants des produits très communs. Rien ne m’a jamais fait passer le mal de gorge avec plus de douceur que le miel.


    • alain_àààé 19 décembre 2015 15:14

      j ai été opéré a l hopital dans le grand ouest pour le genou et j ai attrappé un staphilocoque depuis plusieurs mois c est une vrai saloperie.j ai écri au ministére d la santé comment on pouvait etre soigné et de se retrouver avec une autre maladie mortelle entre 12000 a 15000 morts par an soit le triple d accident de la route.j attends toujours sa réponse


      • scorpius scorpius 19 décembre 2015 15:26

        Il se trouve que ces super-bactéries sont aussi plus fragiles face à un système immunitaire normal.

        Elles se développent surtout en milieu hospitalier car la probabilité de rencontrer des immuno-déprimés explose.   smiley

        • Rincevent Rincevent 19 décembre 2015 18:27

          Le problème de l’antibio-résistance commence avec notre alimentation. A force d’ingurgiter des bestioles d’élevage gavées d’antibiotiques, notre corps les prends en compte et, en cas de maladie, il faudra taper dans toujours plus fort, en molécule et en dose, pour obtenir des résultats (et la fois d’après ce sera encore plus fort).

          Ayant attrapé un staphylo, j’ai eu droit aux antibios prévus et c’est passé… jusqu’à la fois d’après, les fois d’après. 8 jours d’antibios puis 15, puis 1 mois. Je ne pouvais pas continuer comme ça et me suis donc retourné vers un traitement alternatif, via une pharmacie-herboristerie (rare de nos jours). Outre l’argent colloïdal de l’auteur, des comprimés de cyprès et d’origan. Résultat : espacement de ces crises, puis disparition.

          Étant infirmier de formation, je regardais la phytothérapie avec sympathie mais sans plus, ma pratique de l’allothérapie me semblant quand même plus sûre. Là, devant le résultat, je m’incline.


          • devphil30 devphil30 20 décembre 2015 06:30

            @Rincevent


            Dans l’alimentation et l’eau du robinet qui est traité mais recycle une grande partie des substances médicamenteuses issus des eaux usées.

            Philippe 

          • foufouille foufouille 19 décembre 2015 19:14
            Antibiotiques et cancer

            Une étude épidémiologique a aussi mis en évidence35,36 que la prise d’antibiotiques était statistiquement associée à une augmentation modeste mais significative du risque de contracter certains cancers chez les participants ayant eu des prescriptions répétées d’antibiotiques36. Cette augmentation était de 20 à 50 % du risque relatif par rapport aux personnes non-exposées (comparée à 2300 % pour l’usage du tabac dans le cancer du poumon). Ces études montrent aussi qu’il n’y a pas de lien causal direct et cet effet n’est pas clairement expliqué37.

            superbe référence comme les aliments magiques

             smiley


            • franck milo franck milo 20 décembre 2015 11:16

              C’est étonnant que vous ne parliez pas de la phagothérapie (trés utilisée encore dans les pays de l’ex Urss)
              je vous conseille ce dossier scientifique en pdf
              https://www.lps.u-psud.fr/IMG/pdf_presentation.pdf?2235/932337396add11fd18eee7f5d4052fbd0a9f0f67
              il y a eu récemment dans xénius arte 2015 une emission sur les phages


              • doctorix doctorix 21 décembre 2015 11:03

                @franck milo
                C’est bien sûr une solution extraordinaire.

                N’importe quel marigot contient assez de bactériophages pour contrer toutes les bactéries les plus virulentes de la terre.
                Il suffit de mettre en contact la bactérie avec l’eau de la mare pour sélectionner les bactériophages qui vont la tuer.
                Ensuite, on met en culture les phages isolés, et en quelques jours on a une solution parfaitement spécifique de la bactérie qu’on veut détruire.
                C’est simple, c’est spécifique, c’est imparable, c’est écolo.
                Mais c’est russe : ça ne peut donc qu’être mauvais...

              • Agafia Agafia 2 janvier 14:30

                @franck milo

                Je suis à fond pour l’utilisation des phages d’autant que j’ai un staph doré en embuscade dans mon organisme (arthrite septique), que le traitement de cheval antibo que j’ai du subir 3 mois a totalement défoncé mon organisme et il m’a fallu 3 autres mois après l’arrêt du traitement pour commencer à remonter la pente et retrouve peu à peur la forme, tant j’étais épuisée, au bout du rouleau.

                Mais quand j’ai évoqué les phages à mon médecin traitant, il était bien emmerdé ^^ et a éludé assez vite la question avec des arguments à deux balles cinquante.... J’aurais eu les moyens, je serais partie direct à Tbilissi me faire soigner. Malheureusement, je n’ai pas pu organiser et m’offrrr ce voyage thérapeutique... A mon grand regret.

                En cas de rechute, je refuserais tout net de passer par là où je suis passée avec les antibio et je me débrouillerais pour partir en Géorgie.

              • Agafia Agafia 20 décembre 2015 11:25

                Peut-être allons nous enfin re-découvrir les phages, ces virus guérisseurs en usage dans certains pays de l’Est comme la Géorgie, avec de très bons résultats.

                Certains patients, résistants aux antibio, ont évité entre autres des amputations grâce aux phages en allant jusqu’à Tbilissi pour profiter d’un traitement, mais pour celà, il faut des moyens financiers.
                Les médecins français qui ont voulu en prouver l’efficacité, et notamment sur le staph doré auraient subi des pressions de Big Pharma, intérêts financiers obligent... 



                • wawa wawa 20 décembre 2015 18:56

                  euh des molécule j’en connais pas 10 000 (çà depasse largement ma mémoire) et pourtant je les connais presque toutes (c’est mon métier)


                  ci joint copier collé de wiki(famille d’antibio) : 150 sont réellement utilisée :: :: :


                  Il existe plus de 10 000 molécules antibiotiques connues, principalement des composés d’origine naturelle. Seulement environ 150 d’entre eux sont utilisés en thérapeutique humaine, parmi ceux-ci environ un quart sont des bêta-lactamines.La plupart des antibiotiques sont produits par :

                  Les antibiotiques d’une même famille sont soit produits par des espèces voisines, qui synthétisent des composés apparentés, soit le résultat de modifications chimiques introduites par l’homme sur une molécule antibiotique de départ, pour obtenir une modification des propriétés pharmacologiques.

                  Sommaire  [masquer

                  • wawa wawa 20 décembre 2015 19:01

                    quand à la myrtille et l’ail conns depuis des siecles, ils n’ont pas vraiment permis d’augmenter l’espérance de vie qui est le resultat avant tout


                    * des vaccins
                    * des « vrai » antibio
                    * du developpement des reseaux d’addction d’eau potable et de l’hygiène


                    • doctorix doctorix 21 décembre 2015 11:20

                      @wawa

                      * des vaccins
                      * des « vrai » antibio
                      * du développement des réseaux d’adduction d’eau potable et de l’hygiène

                      C’est aussi mon métier.
                      Pour l’hygiène, je suis d’accord avec vous.
                      Pour les « vrais » antibio, c’est de moins en moins vrai.
                      Et pour les vaccins, c’est complètement faux.
                      Aucun vaccin n’a jamais enrayé la moindre épidémie. Et même ils peuvent les provoquer, et surtout entraîner des dégâts considérables sur la santé humaine ;
                      je n’en donnerai ici qu’un exemple :
                      Cette pseudo-science issue du moyen âge disparaîtra un jour.
                      Comme disait Einstein, une idée neuve ne s’impose pas parce qu’elle est novatrice et féconde, mais elle s’impose lorsque tous ses détracteurs sont morts.



                    • pemile pemile 21 décembre 2015 12:24

                      @doctorix « Aucun vaccin n’a jamais enrayé la moindre épidémie. »
                      Venant d’un soi disant toubib, c’est grave.

                      Dénoncer les adjuvants et les multivaccins n’est pas remettre en cause le principe d’apprentissage du système immunitaire.

                      Quand à la contamination des vaccins découverte par Judy Mikovits, il ’agissait d’une fausse manip dans son labo, qu’elle a reconnue, non ?


                    • foufouille foufouille 21 décembre 2015 13:32

                      @pemile
                      « Aucun vaccin n’a jamais enrayé la moindre épidémie. »
                      ben, un vaccin est une prévention donc c’est trop tard.
                      le charlatan joue avec les mots.


                    • Rmanal 21 décembre 2015 11:47

                      Toujours rigolo de voir quelqu’un vous prôner l’ail pour remplacer les méchants antibiotiques, alors que l’ail contient un agent antibiotique avec les mêmes effets néfastes potentiels qu’un antibiotique « non naturel ».
                      Restez en à votre nom et ne tentez pas de répondre aux questions.


                      • soi même 21 décembre 2015 13:22
                        Bactéries résistantes : la fin des antibiotiques ?

                        Pourquoi vous avez un doutes, l’histoire humaine est riche en histoire mythique sur la course entre l’épée et le bouclier.... !

                        Je crois que l’on est en train de toucher le fond :

                        Nigeria : une mystérieuse maladie rend aveugle et tue dans les 24 heures

                        • Ruut Ruut 6 janvier 11:09

                          Avec les antibiotiques dans notre viande et notre eau recyclée, il est normal que les virus deviennent résistants.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès