Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Bonjour, déshabillez vous !

Bonjour, déshabillez vous !

Ou les racines de la mesquinerie médic(in)ale. Ce sont les évènements récents, et probablement les futurs proches, qui imposent d’intervenir pour dénoncer sans lâcheté, par quel ordre la situation mondiale en est arrivée là où nous en sommes, au bord de la falaise. Mon souhait n’est pas de nous aider, moi et vous, à faire un grand pas vers l’avant, mais plutôt, vers l’après. Ces évènements sont entièrement issus d’une politique du mensonge grotesque, programmé de longue date dans un travail de sape de longue haleine, et qui était presque voué à la réussite sans l’avènement de ce puissant support informatique si contesté par les autorités, l’internet.

La preuve exacte des évènements est difficile à établir puisque des décisions mesquines se sont prises dans les alcôves des réunions secrètes privées, sans aucunes traces écrites, par des élites aujourd’hui enterrées. La chronologie précise est plus facile à établir puisque ces décisions ont dû faire l’objet de transmissions à travers toute la hiérarchie jusqu’au petit peuple, le dernier destinataire de ces contrats visés par des lois rendues publiques. Seulement, malgré les textes de journaux officiels, traduits par les journalistes professionnels et vulgarisés au possible, l’intégralité dudit peuple n’est pas inamissible ( qui ne peut se perdre ). Au sein de ce même peuple, il y aura toujours des gaulois incrédules, capables d’imposer à la hiérarchie de se justifier sur le sens exact des petites lignes, afin de comprendre la réelle motivation des décisions premières. En un mot bien campagnard, de les étayer. C’est ce qu’autorise l’internet, et c’est pour cela qu’il est si controversé en haut lieu.

Parmi toutes les autorités influentes, certaines, médicales, ont désormais leur temple qu’on appelle hôpitaux, leur propres écoles, et leurs produits dérivés diffusés dans des officines qu’on appelle pharmacie, avec pignon sur rue en plein centre de chacune de nos villes. Leur enseigne représente d’ailleurs aussi une croix mais rassurez vous, elle est verte et n’a aucun rapport avec aucune religion connue...

Ces autorités ont donc pris une place très importante dans nos vies puisqu’aucun d’entre nous n’y a pas un jour eu recours, ne serait-ce qu’au premier jour, mais, car il y a un mais, elles représentent l’assurance que tout risque social pourra être pris, puisqu’elles réparent les dégâts. Et c’est bien la somme de ces risques dont n’ont pas su nous protéger nos autorités sociales qui ont fait la position maitresse de cette institution médicale. Elle sévit cet an-ci, à la une de tous les journaux papiers, télévisés ou internet, y compris par des spots publicitaires incessants particulièrement à l’heure où les retraités digèrent. Parmi les plus grands noms connus, placardés au frontons de ces temples immunes, les auteurs de ces mensonges enfouis. Je dis « mensonges » au regard des promesses de guérison passées, sur quelques maladies bientôt généralisées.

 

D’abord, la publicité faite autour de Pasteur et son premier vaccin contre la rage a permis de reprendre la main sur le pouvoir dominant ancestral de l’Eglise catholique vieillissante. Cette jeune institution médicale a, petit à petit, remplacé le rôle de confesseur dont jouissait le clergé, et usé de son pouvoir naissant jusqu’à la séparation de ce dernier d’avec l’Etat. Forte de sa jeune influence grandissante, elle a même constitué un contre pouvoir important, participant à soumettre les opposants au régime, les rebelles, libres penseurs, résistants à l’autorité, et autres insoumis... pour les faire taire ou les enfermer afin que ne s’installe enfin, notre brillante démocratie. Ce premier mensonge aidant, il devenait facile de faire ensuite avaler n’importe quelle potion magique tout en s’appuyant sur les effets psychique internes notoires. Évanescences, hallucinations, hilarité etc... peuvent en appuyer les effets, traduits comme bienfaits, comme sous celui de l’alcool, avec lequel il devient aisé de faire signer n’importe quel papier ou contrat, Bill Clinton en sait quelque chose, il a ri Clinton !

Puis, Pierre et Marie Curie doivent tout au peuple étasunien. Ils ont poursuivi cet effort de mobilisation massive envers leur recherche, sauvé par l’appel de Marie Curie mobilisant les femmes de New York afin de trouver un gramme de radium, et ainsi, sauver leurs travaux. Ils ont participé à laisser croire que la radioactivité pouvait être l’un des remèdes contre le cancer qui touchait à l’époque 3,5 % de la population. Trente ans plus tard le cancer concernait 10 % de plus de malades et aujourd’hui, ce chiffre a encore doublé. Ce simple constat autorise à mettre en doute les avancées claironnées par la presse officielle de l’époque qui annonçait fièrement : SUR LA VOIE DE LA GUERISON LA PLUS RECENTE ETAPE, LA DERNIERE PEUT-ETRE : LES HORMONES, ou encore, LA PREMIERE BATAILLE, CELLE DU DIAGNOSTIC EST GAGNEE .

Cette presse, la même qui a embourbé l’affaire Grégory et causé la mort par assassinat de son oncle, celle-là même qui poursuivait Lady Di le soir de son fatal accident, existe toujours et participe encore à la désinformation désormais flagrante dans son n°2533, page 94 : MARION, 27 ANS, FOUDROYEE PAR LA GRIPPE A ( en rouge sang ).

Constatant avec le recul, l’échec des recherches médicales dans cette direction, et malgré les milliards d’aides accordés à de fieffés mendiants tels Jacques Crozemarie, il deviendrait presque évident que seule, la plomberie organique...enfin la chirurgie, pourrait être la réelle avancée médicale, si elle n’était pas déjà reconnue sous Ramse II (pdf) . Toute autre formulation chimique n’est que poudre aux yeux ou leurre placébo au regard des réelles facultés médicinales des vraies plantes naturelles pratiquées depuis les lustres ancestrales.

Une telle vérité dévoilée par ce nouvel organe mondial ici présent, malgré bien des tentatives de le censurer, peut déclencher de la part de l’institution médicale plusieurs voies de secours. Celle pratiquée par le président irakien en quittant le Koweit, la politique de la terre brulée ou de l’humanité vaccinée, celle du suicide, ou celle de l’aveu. Tout phénomène sectaire, petit ou grand soit-il, basé sur le mensonge, est confronté un jour à faire face à ce grand mur, Cette vidéo participe à mettre en doute les facultés de ce support numérique et véhicule la conviction qu’internet est bidon. Mais Internet est si vaste et si puissant qu’à défaut de détenir la vérité, il traduit assurément le mensonge et échappe ainsi forcément aux grands menteurs de tout poil.

 

L’Etat a besoin d’internet pour gagner les prochaines élections

La carte de France des délocalisations pharmaceutiques

Une scène de ce film témoigne des recherches médicales en temps de guerre

Histoire de la télé-hypnose médicale et apparemment sexuelle

Au premier rang en matière de chiffre de plaintes pour viol, l’institution médicale

 

un grand merci aux Oliviers...Clerk et Cabanel.

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Halman Halman 13 janvier 2010 10:28

    C’est grâce à ces discours là que ma soeur a pris en grippe définitivement le système médical classique.

    Même quand le cancer l’a prise.

    Persuadée de ce genre d’idées là elle a toujours refusé de se soigner.

    Elle est morte dans d’atroces souffrances il y a 3 mois.

    Il a fallu la mettre dans un coma artificiel pour lui éviter le pire.

    Elle se serait faite soignée dès le debut elle serait guérie aujourd’hui.

    Ma colère n’a pas de mot assez fort.

    Pigé ?

     smiley


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 10:55

      Je n’interdis à personne de se soigner, mais à l’institution médicale de mentir.


    • werther_original werther_original 13 janvier 2010 13:05

      halman , désolé pour votre soeur

      Mais elle a fait ce qu’elle a voulu et cru bon.

      D’ailleurs , qui sait si elle se fut fait soigné que l’issue en aurait été tout autre ?

      J’ai un contre exemple si vous voulez,

      une personne à qui on donnait 3 mois , qui n’a pas voulu suivre de traitement (malgré la pression des médecins) et qui est morte 20 ans plus tard. (sans les effets secondaires classiques (vomissment , chute de cheveux , faiblesse , avc)

      mon père , qui est aussi mort du cancer , à qui l’ont donnait 6 mois , qui a tenu 3 ans sous traitement mais dont toutes les journées était faites de vomissement non stop et d’une extreme faiblesse.

      Quoi dire ?

      Bien à vous.




    • brieli67 13 janvier 2010 23:15

      @ Ma Dame 

      Je n’interdis à personne de se soigner, mais à l’institution médicale de mentir.

      Vous connaissez une administration, une institution qui vous sourit ?

      C’est d ’homme à homme que celà se passe ! Que des rapports humains ou inhumains, comme vous voulez. A deux ! L’un sait, l’autre pas ou pas encore ou l’a deviné... Un cheminement, de la vie à partager ! 

      Le burn-out des professions médicales et para-médicales vous connaissez ? En hématologie des enfants ? Aux urgences psychiatriques ? En soins palliatifs ? 

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_d’épuisement_professionnel

      Votre aide bénévole en ces services sera très appréciée.

       


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 10:56

      S’il te plait, c’est pas le moment de rigoler.


    • brieli67 13 janvier 2010 23:26

      @ mA DAME

      Vos solutions et vos réponses ne font que pleurer ! Mettez la main à la pâte au lieu de deviser dans votre chênaie.

       Mieux vaut en rire que de devoir métaboliser vos doutes et vos interrogations.

      Pourquoi ces questionnements incessants de votre part ? Ca date de quand ces angoisses existencielles ? Avant ou après le sevrage ? 


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 11:09

      « Rien que des nouveautés... » a quand un article sur le sujet sur ce que vous savez de nouveau ?

      Les trois derniers décès familiaux le sont pour causes de cancer, et mon père après six mois de traitements est mort dans d’affreuses douleurs. Permettez que je pose les question cruciales.

      http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/mieux-que-les-bonnes-reponses-les-48871

      http://www.lepost.fr/article/2009/03/17/1459637_selon-michel-drucker-cancer-considerable-enjeu-economique.html

      Alors... ?


    • brieli67 13 janvier 2010 23:47

      Zut ! Ma Dame.. de vous reprendre.

      Le même cancer ? Les mêmes lignées de cellules qui s’anarchisent ?

      En médecine « occidentale » traditionnelle enseignée en toute fac/CHU 

      L’éspérance de sur/vie d’un cancer de la thyroïde du a Tchernobyl c’est plus de 35 ans. L’espérance de sur/ vie d’un cancer de la prostate est supérieure à 25 ans

      Conclusions : Choppé/détecté deux ou 5 ans plus tôt, le cancer de la prostate ne changera pas grand chose. Pour ce cancer ( tout chien mâle de 11 ans a une prostate cancéreuse), la médecine préventive n’est d’aucun intérêt. 

      Et sans le Docteur Kubler aux rouflaquettes et ses médecines, le FM de Jarnac se mêlerait encore de notre quotidien et dégusterait en bonne compagnie son assiette d’ « ortolans » sous la serviette


    • JL JL 13 janvier 2010 11:18

      En contrepoint du témoignage de Halman, très modestement j’aimerais vous relater celui qu’a vécu mon amie, décédée à 45 ans.

      Cela avait débuté par une grande fatigue. Elle a été hopitalisée sans autre forme de procès, en vue d’examens. La « recherche » a duré 1, 2 ou 3 mois ?, je ne sais plus. Tout y est passé en matière de haute technologies. Ils ont trouvé. Un vendredi soir, à la veille du WE, une femme toubib est venue lui dire : « c’est un cancer des os ». Le traitement a commencé le lundi suivant, a duré qulques mois. Puis elle est morte dans son dernier sommeil, artificiel.

      Je n’en tire pas de conclusions, mais j’ai davantage connu de cas de ce type que de cas tels que celui que relate Halman ci-dessus.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 11:42

        Bonjour JL, désolé pour votre amie,

        les chiffres du cancer sont effarants et désormais chez les enfants. L’institution médicale cherche surtout à ne pas enrayer les causes afin de faire des malades les cobayes pour un futur vaccin, notre humanité est contaminée de partout et elle en fait ses choux gras...Que pensez vous qu’il adviendra.

        un dossier ce matin sur la maltraitance en milieu hospitalier témoigne d’une dérive inquiétante, terminée par ces mots, « Prenez votre morphine et fichez nous la paix ! »

        Les deux en un sont explosifs.


        • mrdawson 13 janvier 2010 13:30

          En fait l’explosion du nombre de cancers trouve surtout sa source dans un effet bien connu de la médecine : le diagnostic préventif. Si l’on suit la même logique on peut même dire qu’au moyen age ils étaient super forts en médecine : 0% de cancéreux... La prévention autour du cancer est énorme et les diagnostic en amont sont très fréquents à partir d’un certain âge. Et, si vous suivez bien la logique, plus de diagnostics = plus de cancers décelés.
          Je ne remet pas en cause l’explosion du nombre de produits chimiques (pesticides et autres) ou d’ondes mais il est clair que si l’on a aujourd’hui 10% de prévalence dans la population vs. 4% il y a 60 ans c’est juste que l’on teste beaucoup plus fréquemment à partir d’un certain âge et donc que l’on en décèle plus. Par ailleurs je serais curieux de savoir combien de cancers sur ces 10% mènent à une rémission vs. il y a 60 (ou, si l’on suit toujours la même logique, les cancers étaient décelés que tardivement).

          Quand aux bêtises sur les vaccins dans l’article il suffit juste de regarder les maladies existantes avant pasteur et celles existantes aujourd’hui. Etrange non que les maladies pour lesquels nous avons des vaccins sont en recul ?

          Le monde médical est gangréné par beaucoup de lobbying et détournements d’intérêt mais il faudrait être ignare pour considérer que la médecine rationnelle d’aujourd’hui est moins efficace/sauve moins de monde que des expérimentations à bases de plantes il y a 200 ans.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 17:16

          Chanteclerc,

          " J’ai vraiment beaucoup de mal à vous suivre : le nombre de cancers explose , mais je doute que les médecins en soient responsables ..Cela fait un siècle de recherche pendant lequel il est passé de 3,5 à 26,5 de la population concernée. On cherche dans la mauvaise direction et surtout pas les causes sanitaires sociales.

          Vaccin, dites vous ? Il faudrait que les cancers aient une origine microbienne ...http://www.cancerfungus.com/cancer-champignon/

          " Tout laisse à penser que ceux-ci ont un lien avec les isotopes radioactifs dispersés dans l’atmosphère ou dans l’eau suite à des essais nucléaires , des fuites, des accidents type Tchernobyl et avec toute la chimie , en particulier agro alimentaire . Et je n’aborde pas le problème des rayonnements électro magnétiques , dont les portables, les wifi etc : si c’est le cas, nos ados qui sont en contact permanent au niveau du cerveau ou des gonades risquent d’avoir des lendemains tragiques ...." Tout à fait, nous sommes entourés de poisons légaux contaminateurs et poursuivons la dissémination, et particulièrement à l’autre bout du monde où nous exportons nos déchets et acceptons les normes que nous avons définies chez nous comme seuil de danger.

          " PS : avez-vous une idée de ce qu’est la cancérologie et la foi des médecins et équipes soignantes qui s’y attèlent ? Si vous devez hurler ,c’est pour exiger qu’ils aient les moyens de faire leur métier avec toute l’humanité que cela implique ... " Si j’interviens, c’est pour dénoncer le monde médical au comportement de plus en plus sectaire notamment dans l’affaire pandémique, et s’il y a besoin de moyens, qu’ils soient attribués à une réelle prévention tous azimuts.

          Bien à vous.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 18:13

          @ Mmarvin,

          " plus de diagnostics = plus de cancers décelés. « http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/sida-vih-et-stress-oxydatif-50938 Tout est question de seuil, et si vous partez du principe que l’on nait avec le cancer à l’état latent, céder au diagnostic donne le pouvoir au médecin de trancher ou non. nous naissons avec ce champignon et c’est peut-être notre mode de vie qui définit son évolution ou non.

           » Quand aux bêtises sur les vaccins dans l’article il suffit juste de regarder les maladies existantes avant pasteur et celles existantes aujourd’hui. Etrange non que les maladies pour lesquels nous avons des vaccins sont en recul ? « http://www.google.fr/search?q=vaccin+cancer&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a Tout est étrange, sauf que le cancer n’a jamais autant évolué que depuis l’époque de Pasteur. Je n’invente rien, le vaccin contre le cancer de l’utérus avec dépistage des petites filles dès 13 ans, ça ne vous semble pas suspect ?

           » Le monde médical est gangréné par beaucoup de lobbying et détournements d’intérêt mais il faudrait être ignare pour considérer que la médecine rationnelle d’aujourd’hui est moins efficace/sauve moins de monde que des expérimentations à bases de plantes il y a 200 ans. la médecine rationnelle d’aujourd’hui est entièrement basée sur les leçons apprises et découvertes dans les forêts vierges et dans les découvertes archéologiques égyptiennes. Le détournement que vous évoquez tend à laisser bruler les forêts primaires du monde entier et tâcher de synthétiser les molécules pour les privatiser par brevets. en couvrant les épaules des indiens de l’amazone, on leur a apporté lespremières maladies, puisque la pluie et l’humidité qui glissait sur leur peau s’est fixée sur les polos aux marques de grands groupes mondialisateurs. Lisez le livre émouvant de Bernard Giraudeau, le meilleur que Eric Naulleau ait déclaré avioir lu, c’est vous dire.

          L’arnaque ne concerne pas seulement nos territoires, mais bien la planète entière.

          http://www.lyon.fr/vdl/sections/fr/environnement/proprete_dechets/seringues _abandonnee


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 19:05

          Tout à fait Philippe,

          voici le lien vers la page gogole que je voulais exposer à l’étude : http://www.google.fr/search?q=cancer+champignon&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a c’est une erreur de ma part d’avoir cliqué non dans la barre mais sur la première adresse. Je n’ai aucun intérêt dans aucune médecine « dite » de charlatan, mais ai été bleuffé par l’ostéopathie, médecine non reconnue ni remboursée alors qu’elle fait un travail fantastique. J’ai malheureusement trop souffert du dos pour en voir tous les bienfaits. En effet, d’une simple rotation du poignet, le pratiquant détermine les vertèbres qui sont déplacées et les remet à leur place d’un seul coup. Ce geste permet à tout l’organisme de fonctionner bien plus rond et juste après, c’est ferrarri !

          Toutes mes excuses pour cette malencontreuse erreur.


        • JL JL 13 janvier 2010 19:26

          Merci Lisa. Une précision : quand je dis que tout y est passé en matière de haute technologie, je dois préciser, afin qu’on comprenne bien : elle avait une très bonne mutuelle. A bon entendeur ...


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 janvier 2010 00:02

          Nerêve,

          " Jeter une telle suspicion sur les institutions médicales est prendre le risque terrible que des malades leur refusent toute confiance et se réfugient dans des charlataneries. " Tel n’est pas mon but et je n’ai aucun contre poison à vendre. Par contre, encourager chacun à conserver un doute sur toutes décisions externes peut déclencher un réflexe d’auto-prise-de-responsabilité-sur-sa-propre-vie. Et là, cela peut être le début d’une acceptation de combat interne personnel sur son propre mal avec ses propres armes.


        • Alpo47 Alpo47 13 janvier 2010 14:45

          Pour ma part, à 50 ans, il y a 35 ans que je n’ai pas vu un médecin ;

          Question : Est ce parce que je n’ai pas vu de médecin que je suis en bonne santé, ou parce que je suis en bonne santé que je n’ai pas eu à voir de médecin ?

          Je ne suis vraiment pas certain de la réponse ...


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 16:54

            @ Alpo,

            " Pour ma part, à 50 ans, il y a 35 ans que je n’ai pas vu un médecin ; Question : Est ce parce que je n’ai pas vu de médecin que je suis en bonne santé, ou parce que je suis en bonne santé que je n’ai pas eu à voir de médecin ? "

            J’opterais pour la seconde. Nous sommes bien nés ici dans notre pays équilibré, et c’est un facteur important le bien-être le confort et la joie. Elevés aux choux et tomates du jardin et le dimanche, un poulet au four...si tu es en bonne santé, tu le dois à ton quotidien et ta lignée de descendance, ta responsabilité et ta ligne de vie.


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 16:45

            Trop Léon,

            je suggère, puisque je ne me contente pas que de râler, que le cancer soit décrété « maladie de civilisation », et qu’en conséquences, les assurances soient appelées à la rescousse pour en déterminer les causes, exactement comme elles le font en cas d’accident routier. Ainsi, pourrait être engagées des études sur le quotidien de chaque patient, les produits qu’ils respirent chez luix, en voiture, au boulot, etc...afin de faire les recoupements nécessaires à définir les produits chimiques dangereux ainsi que les boulots qui tuent et les éliminer.

            Mon père, nullement médecin, mais président de la médecine du travail de son département, a eu un ouvrier qui fondait du moka pour fabriquer des bandages élastomères et qui est mort du cancer à 35 ans. Dans ces conditions précises, les autorités sanitaires se révèlent d’une incompétence incalculable. http://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/enquete-sur-le-suicide-au-travail-22341

            Je ne suis pas non plus médecin, mais vu les valises sous les yeux, il y a surmenage...


            • JL JL 14 janvier 2010 10:56

              Spéciale dédicace au trop léon : « Les multinationales de la pharmacie et de l’agrochimie sont sur les rangs pour fabriquer davantage de nano-aliments. A l’opposé de systèmes alimentaires organisés localement et écologiquement soutenables, se prépare une nouvelle révolution alimentaire, basée sur l’accaparement par quelques firmes privées des éléments constitutifs de la matière et de notre alimentation. Après la malbouffe, nous voici transformés en cobayes de la nano-bouffe, avec le silence complice de l’État. »


              Il est où, le principe de précaution ?

              Nano-particules : l’amiante du 21ème siècle ?  : « L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), après avoir rappelé que des études extérieures montrent de possibles altérations de l’ADN par les nano-particules, confesse « l’impossibilité d’évaluer l’exposition du consommateur et les risques sanitaires liés à l’ingestion de nanoparticules. » .. « On demande aux fabricants de travailler dans des salles blanches, avec des scaphandres. Et juste derrière, on met les produits sur le marché. C’est aberrant ! ».


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 13 janvier 2010 17:02

              Voilà un torchon extrémiste délirant qui aurait dû être modéré, sauf que son excès parle lui-même de son insanité.


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 17:38

                SR,

                cet article a passé la modération parce qu’il est lui même assez modéré, bien plus que votre avis sévère et talibanesque. Vous n’êtes pas vous même assez souple d’esprit pour accepter d’en discuter. Les doutes que j’émets à propos des grands noms, pères fondateurs de la médecine actuelle, sont étayés, mesurés, et appuyés sur les résultats au regard des promesses et des financements importants dont ils ont joui depuis un siècle. Il n’y a effectivement qu’à propos de la presse papier glacé que j’ai été plus rude et accusateur, mais ne le mérité-t-elle pas ?

                Dans tous les cas, vu la réforme que subit le monde hospitalier, la maltraitance qui y règne, sujet d’europe1 ce matin même, et la comparution de notre ministre ces jours-ci, et surtout, avant que la folie pandémique et son juteux et coûteux marché ne redémarre, c’est maintenant ou jamais pour peser sur cette gabegie dévastatrice ignoble.

                Pour expliquer cette dérive, j’ai pensé que le mieux était d’aller chercher le mal à la racine. Bav. 


              • JL JL 14 janvier 2010 09:08

                « torchon extrémiste » (reboul)

                Est-ce la peine de rappeler que « chacun voit midi à sa porte » ?


              • ddacoudre ddacoudre 13 janvier 2010 19:03

                bonjour lisa

                tu as choisit un sujet bien difficile. il n’y a aucun lieu qui n’échappe à la vanité humaine qui s’accomode du mensonge pur parvenir a ses fins. le monde scientifique n’y échape pas pourquoi celui de la médecine en serait épargné ; mais au delà de cela il y a le fait que chaque découverte médicale à nourri chez l’homme une espérance supérieure à ce qu’il pouvait en attendre. je dois la vie non au « médecine » mais aux technique d’imagerie qui ont localisé mon cancer avant qu’il ne me tue.
                les saignés d’antan ont du sauver des vies de gens peu malade et ont certainement accélérer les plus graves, nous sommes toujours sous ce rapport, avec plus d’efficacité comme en témoignent l’allongement de la vie. notre connaissance toujours plus approfondie de notre être n’est pas sans risque médical et social.

                nous devons notre plus grand drame humain à la science (l’aryennisme), celui de demain aussi sera issu de la science (eugénisme). si voulant soigner nos maux la médecine fait ressortir l’étendu de ceux-ci elle ne peut en être blâmé car nous savons que chaque porte que nous franchissons dans le domaine de la connaissance en découvre d’autres qui sont closes.
                mais il en est tout autre de ceux que tu dénonces qui en fond un usage socioéconomique dans lequel la chimie tend à démontrer ses risques à long terme, pour autant elle reste d’un usage curatif immédiat incontestable malgré ses risques.

                j’ai mon fils qui se soigne par la médecine chinoise qui est très proche de celle de nos ancêtres utilisaient par les plantes, mais elle exige une hygiène de vie que nous n’avons plus. il y a d’autres médecines douces mais elles ne peuvent soigner la boulimie du consumérisme et la nocivité des pollutions chimiques, un vaste sujet. car la médecine exige une forme de complétude entre le corps et l’esprit ce que nous avons perdu depuis long temps en pensant que nous pouvons nous livrer à tous les excés la médecine nous en sortira.

                cordialement.


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 23:02

                  Slu DD

                  " la médecine exige une forme de complétude entre le corps et l’esprit ce que nous avons perdu depuis long temps en pensant que nous pouvons nous livrer à tous les excès la médecine nous en sortira. " Voilà, c’est bien cela que j’exprime ainsi : Ces autorités ont donc pris une place très importante dans nos vies puisqu’aucun d’entre nous n’y a pas eu recours, ne serait-ce qu’au premier jour, mais, car il y a un mais, elles représentent l’assurance que tout risque social pourra être pris, puisqu’elles réparent les dégâts. Et c’est bien la somme de ces risques dont n’ont pas su nous protéger nos autorités sociales qui ont fait la position maitresse de cette institution médicale.

                  Pendant près de cent ans on roulait en voiture sans aucune ceinture de sécurité apparue en 1954 sur l’excellente de Preston Tucker, et vers 1974 chez nous. les dizaines de milliers d’éjectés par le pare brise constituaient une excellente matière première pour former des générations de chirurgiens qui désormais se recyclent dans les organes féminins, d’où le titre qui a attiré de curieux trolleurs.

                  On se tire sur la couenne pour suivre le flux tendu de nos sociétés industrielles, et quand ça casse, la médecine s’organise pour nous renvoyer au boulot le plus vite possible après quelques jours à cinq cent euros la nuit. Pour ce prix là, on peut passer un mois dans les iles.

                  Comme disait Huxley, qui vous dit que la terre n’est pas l’enfer d’une autre planète ?

                  Corps diamant. L.S.


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 23:18

                  « je dois la vie non aux »médecines«  mais aux techniques d’imagerie qui ont localisé mon cancer avant qu’il ne me tue.  » merci pour ce témoignage. Il y en a d’autres sur ce site dont on n’a pas de nouvelles, J’ai effectivement choisi un sujet de chaude actualité que j’ai pris le risque de pimenter d’un scepticisme osé. Je m’attendais à pire comme réactions preuve qu’on peut tout dire ici. mais surtout, j’aimerais qu’ils sachent que personne ne peut rien pour toi si tu ne te bats pas toi-même, de manière responsable, contre ton propre mal. a+.


                • loco 13 janvier 2010 22:25

                  Inutilité, nocivité de la médecine qui ravage les pays développés alors que l’ancien temps, celui d’avant s’en passait si bien..... la preuve en est là, étalée sous nos yeux, dans le florissant état de santé des pays dont la salvatrice pauvreté chasse médecins et hôpitaux, cette Afrique ou ce Kurdistan où, si l’on a échappé à la mortalité infantile, il fait si bon mourir à 30 ans déguisé en vieillard. Vos propos sont ingrats, ridicules, mensongers, dangereux, et condamnables (quand les sectes sont condamnées, c’est souvent pour avoir, en refusant l’idée même de soins, mené des adeptes à la mort). Que l’art médical soit exercé par des hommes et non par des dieux infaillibles n’est difficile ni à comprendre, ni à admettre. Que la prévention soit la base, oui, et c’est pour cela que le corps médical lui-même la met en œuvre. Enfin, je réaffirme avec tous ceux qui ont survécu, avec tous ceux qui souffrent, ma gratitude pour ceux qui ont sauvé mes amis et ceux qui m’ont tiré des griffes du destin.


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2010 23:41

                    C’est vrai, j’y suis allé fort dans la fourmilière. Mais c’est la dérive actuelle flagrante qui me pousse à aller chercher le mensonge chez les officiels comme le méritent certains de leurs concurrents. Seulement, sans être dieu, si la médecine n’ouvrait pas de failles génantes, aucune autre ne viendrait s’y insinuer, et si la porte restait ouverte à la concurrence, bien d’autre pourraient s’y épanouir. Mais, comme je l’écrivais hier à propos de la grippe A : Pourquoi le Mexique ? Peut-être un début de réponse : http://www.lepost.fr/article/2009/0... . Extrait :

                    La pervenche de madagascar étudiée avant que ce pays ne devienne politiquement instable, a été retrouvée dans une région aux conditions tropicales équivalentes, bien que dans l’hémisphère nord, le Mexique, dans la région de Veracruz. Le chercheur qui l’a retrouvée, cherchait un endroit du monde aux conditions atmosphériques similaires. De surcroit, l’ayant étudiée, il a constaté qu’elle contenait beaucoup plus de principes actifs que sa sœur lointaine.

                    La nature est la meilleure source de molécules utiles à la pharmacologie, et cette histoire témoigne à quel point il est urgent de protéger celle-ci contre les ravages humains.

                    Un grand labo américain, ayant eu connaissance de cette découverte, a collecté la plante, et immédiatement installé un laboratoire à la hauteur du sujet et de l’immense marché qui tourne autour de cette maladie. En effet, celui qui découvre le remède au cancer se voit immédiatement offerts à la demande de dizaines de millions de clients, enfin de patients. Il a donc aussitôt installé des hectomètres de serres en plein désert américain et cultivé cette plante. Des dizaines de laborantins se sont activés pendant un an jusqu’à maturation de la plante et commença l’étude de la composition chimique de l’heureuse élue. Patatras ! La plante avait toute l’apparence de sa soeur tropicale, mais n’avait plus aucun principe actif...

                    Malgré tout, il faut absolument rentabiliser ces lourds investissements. Par quel moyen ? Peut-être une bonne pandémie...tout simplement ! Voilà le scénario de où partent nos sous. et j’ajoute : 

                    " La communication n’a plus de sens si elle n’est qu’à sens unique. " 3 000 médecins adeptes, d’après l’Ordre national . Fait relativement nouveau et inquiétant : l’emprise des sectes sur la santé et le paramédical. Ils seraient 3000 médecins à utiliser en traitement une “méthode” dispensée par un mouvement sectaire. Leur relation privilégiée avec les patients et paramédicaux en fait d’excellents prosélytes. Ils peuvent aussi conseiller des stages de remise en forme, des substances ou lectures commercialisées par la secte, qui leur verse une commission. " Source : http://www.zetetique.info/archives/00000141.html

                    La méthode ne ressemble-elle pas à la scientologue ?

                    Sinon, nouvelle fraiche entendue ce soir sur fr2, la pandémie est terminée et l’alerte a été enlevée ! OUF ! Bonne santé à tous. Lisa Sion 2.


                  • frédéric lyon 14 janvier 2010 07:36

                    Article ridicule. Un de plus à mettre à l’actif d’Agoravox, qui ne brille décidément pas par la qualité de ses rédacteurs. 


                    Voilà qui devient inquiétant, puisqu’Agoravox, qui existe déja depuis plusieurs années, aurait du avoir le temps de sélectionner des « journalistes citoyens » plus sérieux. Or ce n’est pas le cas, bien au contraire, et le charlatanisme est donc bien une composante essentielle de la ligne éditoriale de ce site.

                    Constatons aussi que les sujets médicaux font partie des thèmes traités le plus souvent dans les colonnes d’Agoravox.

                    Et il faut voir de quelle façon !

                    Une bonne cinquantaine d’articles de Bernard Dugué, notre spécialiste de la grippe, reconnu internationalement. Un « philosophe » doublé d’une « scientifique » et triplé d’un « écrit vain » qui s’est fait foutre dehors de partout et qui ne trouve pas d’emploi.

                    Et puis Lisa Sion, « qui lutte contre tous les impérialismes », et qui va probablement devenir notre spécialiste du cancer.

                    On croit rêver, mais on ne rêve pas. Donc la conclusion est facile à tirer.

                    Espérons qu’Agoravox est payé par la DST pour attirer et détecter tous les cinglés du pays afin de les surveiller ! 

                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 janvier 2010 09:28

                      Si j’avais voulu rassembler les sérieux conformistes dans votre genre, soumis et incapable d’aucune critique mesurée et réfléchie, j’aurais gagné mon pari. Vous pensiez ce site aligné sur la trame des échos du pouvoir dont vous léchez les bottes, vous vous trompiez. Néanmoins, je vous remercie de m’avoir lu, regrette votre interprétation de mes propos et espère avoir entrainé dans votre esprit étriqué un début de réflexion. Lyon n’est ni Paris ni Marseille. Dure déconvenue. si cela ne vous plait pas, écrivez vous même vos articles, merci. L.S.
                       
                       


                    • L'enfoiré L’enfoiré 14 janvier 2010 09:10

                      Lisa,

                       Comment prendre votre billet ?
                       Je viens d’en prendre une « pilule » hilarante avec ma ménisquerie.
                       J’ai pu le prendre sous cette forme parce que j’ai eu de la chance, jusqu’ici de ne pas avoir recours à la médecine pour des maladies bien plus graves.
                       Il vaut toujours mieux être beau, riche et bien portant.
                       Il y a certainement des excès d’assurance dans le chef de la médecine.
                       Ce n’est pas une science exacte.
                       Il est clair que grâce à la médecine, on a allongé la vie de nos populations.
                       Allonger n’est pas toujours nécessairement « mieux vivre ».
                       Un patient dans les mains d’un médecin reste un cobaye.
                       Est-ce normal ? Je dirais que oui. Quand on n’est pas sûr de soi, on teste. Cette méthode a été ma raison d’existence dans le développement informatique.
                       Non, rien n’est plus difficile de définir, en observateur, comment tout cela fonctionne.
                       Nous sommes tous différents. L’évolution l’a voulu ainsi. On croit toujours qu’elle s’est arrêtée au niveau de l’espèce. C’est complètement faux. Insensiblement, elle continue à chercher, elle aussi. Et elle gagne ou perd.
                       Ce n’est pas pour rien que TOUS les médicaments ont une posologie avec des effets secondaires.  
                       J’ai lu des livres sur des médecins déçus par leur métier.
                       Lisez celui du fils de De Funes « Médecin malgré moi » et vous n’aurai qu’un exemple.
                       La seule chose que je n’aime pas, c’est qu’un médecin a des tendance à prendre ses patient pour des cons en se réfugiant derrière un vocabulaire trop technique.
                       Internet a pu changer les choses. Oui, mais...
                       L’automédication et les pirates guettent.
                       J’ai réagi comme un citoyen lambda dans un article .
                       Conclusion : rien n’est plus dangereux que de vivre et surtout de continuer. smiley


                      • JL JL 14 janvier 2010 09:24

                        Merci l’enfoiré pour ces liens. Lisez cet article relatif au livre « Médecin malgré moi ». Lisez les commentaires. On constate que nos trolls qui sévissent ici, et qui étaient déjà agoravoxiens y brillent par leur absence. Se sont-ils radicalisés depuis, ou bien ont-ils été recrutés par le lobby ? Je pencherais pour une troisième hypothèse, du moins pour certains d’entre eux.


                      • JL JL 14 janvier 2010 09:29

                        Mon hypothèse pour expliquer la violence des trolls idiots utile qui sévissent depuis peu, la voici : ces individus se sont attelés à la tâche de détruire Agoravox, et pour cela, ils ont délibérément épousé la pensée unique pour les grandes questions de société et viennent ici nous servir la soupe des grands médias avec en prime les procédés terroristes de la police de la pensée. Je serais le chef de ladite police, je leur offrirais des stages de formation. C’est peut-être ce qui a été fait. Ou alors, ils sont « doués » et apprennent vite. 


                      • JL JL 14 janvier 2010 09:41

                        Une formation ? Non , un manuel !

                        Curieusement, cette radicalisation des trolls s’est opérée l’année dernière. Or en début 2009, il y s’est produit un événement particulièrement clivant : l’opération « Plomb durci ». Lisez cet article très instructif : « Propagande et désinformation à l’israélienne (I) »

                        Extrait :

                        Je signalais, dans un précédent envoi, cet article de Serge Dumont dans le quotidien suisse Le Temps (8 janvier) : « Israël muscle sa riposte sur le Net ». On y lisait notamment : « Peu après la fin de l’opération “Plomb durci” (l’invasion de la bande de Gaza en janvier dernier), Tzipi Livni, alors ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement d’Ehoud Olmert, a rapidement pris conscience de l’ampleur de la vague de protestations soulevée par la destruction massive des infrastructures civiles palestiniennes. Elle a alors autorisé son département à recruter des jeunes fans d’informatique pratiquant parfaitement une ou plusieurs langues étrangères afin de répondre aux critiques qui fusaient dans les blogs ainsi que dans le courrier électronique des grands journaux européens et américains. »
                        "
                        Au-delà, c’est toute une entreprise de propagande qui se met en place à partir d’Israël. Et elle se traduit par un manuel diffusé par The Israel Project, une officine de désinformation très professionnelle, et dont l’exergue est : « Pour la liberté, la sécurité et la paix » – celle des Israéliens, bien sûr, et d’eux seuls. Ce manuel s’intitule The Israel Project’s 2009. Global Language Dictionary (PDF) et est destiné à la propagande aux Etats-Unis, mais ses « règles » s’appliquent sans doute ailleurs.

                        C’est un document d’une centaine de pages, divisé en dix-huit chapitres. Curieusement, il porte la mention « interdit à la distribution et à la publication ». Il semble que ce texte n’était donc pas destiné à être diffusé largement."

                        etc.


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 janvier 2010 18:25

                        Merci l’enfoiré pour ce point de vue modéré et ces liens en rapport.

                        j’ajoute un post éclairant le sujet dans le détail :

                        Par njama (xxx.xxx.xxx.106) 14 janvier 16:46

                        streptococcus pneumoniae
                        Les streptocoques sont parmi les nombreuses bactéries qui vivent dans notre corps. La présence de la bactérie ne pose en temps normal ni problème ni symptôme. C’est ce que l’on appelle des « porteurs sains ». La présence de streptococcus pneumoniae  n’est donc pas un signe clinique de maladie, puisqu’elle est naturelle.
                        Pneumocoques ou A/H1N1 ?
                        Les experts en question ! La manie de notre époque de rechercher des responsables ? ou ... des prolégomènes pour remettre en question des théories ?

                        Et (si) Pasteur s’était trompé ? « Le microbe n’est rien, le terrain est tout »

                        Le pléomorphisme bactérien, (du grec pléôn : plus abondant, et morphê : forme) est la capacité que possède un organisme (essentiellement les bactéries) de revêtir des formes différentes dans certaines conditions ou sous des influences déterminées.

                        Les travaux de Béchamp
                          Trente ans avant l’instauration de l’idée du monomorphisme (théorie de Pasteur), le microbiologiste Antoine Béchamp, docteur ès-Sciences, docteur en médecine, en chimie, et en pharmacie, découvrait, à la suite de travaux expérimentaux et d’observations minutieuses, que toute cellule animale ou végétale est constituée de petites particules capables, sous certaines conditions, d’évoluer pour former des bactéries qui continuent à vivre après la mort de la cellule dont elles proviennent.
                         
                         Béchamp appela ces petits éléments autonomes, des « mycrozimas ».
                        ...
                         Pasteur défendait la théorie selon laquelle toute maladie infectieuse était causée par des micro-organismes invariables dans leur forme et provenant TOUJOURS de l’extérieur de l’organisme, le milieu intérieur de tous les organismes vivants étant stérile.

                          Béchamp voyait à la maladie une origine interne, et affirmait que toute matière organique est sujette à des modifications naturelles dus à des processus normaux de fermentation. Ces processus provoquent, dans des conditions pathologiques, le développement des mycrozomas et aboutissent à la formation de bactéries ayant des propriétés de putréfaction et de fermentation.

                         Pasteur, était chimiste, ...
                         
                           Pourtant, sur son lit de mort, Pasteur aurait reconnu la pertinence des travaux de son rival en énonçant cette phrase célèbre : « Béchamp avait raison, le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

                        Interview du Dr. Stefan Lanka, virologiste et biologiste moléculaire

                        "De même que les bactéries dans toutes nos cellules, qui respirent notre oxygène, les mitochondries, ou les bactéries dans toutes les plantes qui produisent l’oxygène, les chloroplastes, les virus sont des éléments de cellules.
                        Contrairement aux bactéries dans nos cellules, les mitochondries, ou les bactéries de chaque plante, les chloroplastes, qui ne peuvent pas quitter la cellule commune, puisque son métabolisme en dépend, les virus peuvent quitter la cellule, puisqu’ils n’y effectuent aucune tâche de survie essentielle.
                        ...
                        Ainsi, les virus sont des composants de cellules, qui ont remis entièrement leur métabolisme à la cellule commune et peuvent aussi la quitter. En dehors de la cellule commune, ils aident d’autres cellules, dans lesquelles ils transfèrent des matériaux de construction et de l’énergie. On n’a jamais observé chez eux une quelconque autre fonction.

                        Ces virus concrets dont l’existence a été scientifiquement démontrée exécutent, dans des processus très complexes des interactions entre différentes cellules, de l’aide, du soutien, jamais de fonction destructive.

                        En outre, en réalité dans le cas des maladies, ni dans l’organisme malade, ni dans les fluides corporel, n’a jamais été vu ou isolé une quelconque structure que l’on puisse caractériser comme un virus. La proposition qu’il y a un quelconque virus fabricant une maladie quelconques est une escroquerie évidente, un mensonge mortel avec des conséquences dramatiques. "


                      • werther_original werther_original 15 janvier 2010 11:19


                        En outre, en réalité dans le cas des maladies, ni dans l’organisme malade, ni dans les fluides corporel, n’a jamais été vu ou isolé une quelconque structure que l’on puisse caractériser comme un virus. La proposition qu’il y a un quelconque virus fabricant une maladie quelconques est une escroquerie évidente, un mensonge mortel avec des conséquences dramatiques. "

                        Le dernier paragraphe condamne de facto le virus du sida , n’est-ce pas ?


                      • JL JL 15 janvier 2010 11:29

                        @ 5ANH, que répondez-vous à cela, je cite le post ci-dessus : « en réalité dans le cas des maladies, ni dans l’organisme malade, ni dans les fluides corporel, n’a jamais été vu ou isolé une quelconque structure que l’on puisse caractériser comme un virus. La proposition qu’il y a un quelconque virus fabricant une maladie quelconques est une escroquerie évidente, un mensonge mortel avec des conséquences dramatiques. »

                         ?


                      • JL JL 15 janvier 2010 18:29

                        Ha ! Il n’y a plus personne, là !


                      • JL JL 14 janvier 2010 09:14

                        « Espérons qu’Agoravox est payé par la DST pour attirer et détecter tous les cinglés du pays afin de les surveiller ! » (frédéric lyon)

                        Oui, c’est ça, lyon en appelle à l’autocensure. Peut-être qu’il oeuvre pour la police de la pensée ?

                        Lyon a publié ici un seul article. Voici ce qu’en disait le commentaire le plus apprécié : « Saluons une excellente analyse de Mr Lyon et qui n ’est pas le lui et... qui date de 1996 et qui figurait déjà dans un rapport de Dianne L.Smith. Comme quoi les sources c’est important, surtout quand on ne le cite pas... »


                        • L'enfoiré L’enfoiré 14 janvier 2010 09:15

                          J’oubliais : allez vite voir cette vidéo avant qu’elle ne disparaisse.
                          Je suppose que vous devriez matière à un autre article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès