Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Ce n’est rien ... c’est le stress !

Ce n’est rien ... c’est le stress !

La banalisation du stress, quand il s’agit d’évoquer des symptômes, peut conduire à passer à côté d’un trouble grave. "Ce n’est pas grave, ça doit être le stress !"

Voilà une phrase qu’on entend facilement. Une phrase pour banaliser un mal physique et/ou psychologique. Il est vrai que le stress chronique provoque toutes sortes de dérèglements mineurs dans le métabolisme. Mais il est tout aussi vrai que ce même stress peut être un facteur déclencheur ou aggravant de troubles qui peuvent mettre en jeu sérieusement la santé.

Par ailleurs, les professionnels intervenant dans le traitement des cancers savent qu’un malade en cours de thérapie a de bien meilleures chances de guérir, et plus vite, s’il n’est pas stressé ou angoissé par les enjeux. A tel point que les psychologues et psychiatres commencent à faire leur entrée dans le processus thérapeutique.

Mais revenons à cette petite phrase à résonance multiple : apaisement, fatalité...
Face à un problème, l’être humain peut réagir de deux manières différentes : la première consiste à être centré sur la résolution du problème. La deuxième est de l’ordre de la fuite.

Face à un problème de santé, deux types de réaction sont donc possibles : la recherche d’une solution qui nécessite plus ou moins de temps et d’énergie, ou au contraire, l’immobilisme.

L’immobilisme peut prendre plusieurs formes. La première est liée à une problématique de méthode : la personne va se focaliser sur ses symptômes plutôt que de chercher des solutions (au moins un diagnostic dans un premier temps). Une nature anxieuse va peut-être l’empêcher de franchir le pas de la consultation. Alors peut se mettre en place le cercle vicieux suivant : anxiété, donc stress, qui peut aggraver le mal qui va se manifester plus visiblement, entraînant une anxiété plus forte. Et plus l’état va empirer, plus le malade va appréhender de consulter, de peur de s’entendre annoncer un verdict grave. Et bien sûr, plus il attendra, et plus sa crainte sera justifiée.

La deuxième forme d’immobilisme correspond à l’attitude de l’autruche : la tête dans le sable.
Et dans ce cas, la petite phrase va tomber à pic pour fournir une réponse toute faite, apaisante face à l’entourage qui s’inquiéterait de l’état de santé. Elle fait d’ailleurs coup double en termes d’autosuggestion ("tout va bien, je vais bien !"). Dans ce cas, le stress ne sera pas présent, mais sera le bon alibi. Pourquoi la tête dans le sable ? Peut-être par mauvaise gestion des priorités ("je n’ai pas le temps, pas une minute à moi dans mon planning !"), par crainte de restriction probable du champ de liberté ("je ne pourrai plus manger, boire, fumer... comme je veux !"), par dysharmonie psychique ("au pire, je meurs, alors quelle importance !")

Il y a bien risque à banaliser le stress. Certains professionnels de la santé participent à la banalisation du stress : "Ce n’est rien de grave ; vous êtes stressé ces temps-ci ? Oui ? Alors, ne cherchez pas ailleurs !".

Un certain nombre de syndromes sont étroitement liés au stress. Ils touchent l’appareil digestif, la peau... Ce ne sont pas des maladies en tant que telles. Et souvent, non seulement les scientifiques n’en connaissent pas les origines ni les rouages, mais il n’existe pas de solutions médicamenteuses. Une fois que le professionnel de santé a écarté une maladie grave et une maladie bien nomenclaturée, il peut être tenté de considérer banalement ce trouble psychosomatique et prendre congé de ce "faux" malade avec désintérêt et nonchalance. Par un tel comportement, ces malades à part entière peuvent ressentir de la honte face à leur trouble : ils souffrent de symptômes (quelquefois douloureux), mais le monde extérieur ne leur reconnaît pas le droit d’être malade.

Certains malades suivent de véritables parcours du combattant pour essayer de trouver une solution à de tels troubles. Et souvent, de guerre lasse, ils finissent par rejoindre le camp des malades qui tombent dans l’immobilisme face à leur problème de santé.

Stress et santé nous concernent donc tous : les malades du stress (c’est un raccourci), l’entourage des malades, et les professionnels de la santé. Une prise de conscience et des efforts sont plus que nécessaires :

  • les malades, pour ne pas nier leur problème et se centrer sur sa résolution ; les malades, également, pour se reconnaître pour eux-mêmes le statut de malade.
  • l’entourage familial, pour accorder au malade son statut de malade, même s’il s’agit d’un syndrome ou de toute autre forme de mal psychosomatique.
  • les professionnels de la santé, pour reconnaître au malade son statut de malade, prendre toutes les mesures pour un diagnostic pluridisciplinaire, et suivre l’évolution du trouble et de sa prise en charge.

Combien de personnes ayant prononcé la phrase "Ce n’est pas grave, ça doit être le stress !" regrettent amèrement, a posteriori, de ne pas avoir pris le taureau par les cornes ?


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Dr Vathos (---.---.242.6) 21 novembre 2005 23:20

    Le « statut de malade », pourriez vous développer ? Pratiquant la médecine générale depuis 30 ans, je reste toujours désireux de m’instruire...


    • GB9 (---.---.24.155) 23 novembre 2005 06:21

      CQFD, docteur !

      Je souffre de SPT (ou PTS) depuis 16 années et personnellement, je suis fatigué de tenter d’expliquer ma maladie à tous les médecins que je rencontre ! Et j’en ai vu, des généralistes, des psys... ! J’en verrai encore.

      Ma vie sociale et professionnelle est dans l’impasse à cause de mes troubles.

      Mais aujourd’hui,je sais que je suis malade et que je dois me soigner, je sais que cela ne « passera » pas comme ça et que j’ai besoin d’une assistance bien spécifique vers laquelle aucun médecin n’a pu m’orienter.

      L’acceptation de mon statut de malade, est un grand pas en avant vers ma guérison.

      Non, le stress n’est plus un mot à prendre à la légère. Je me demande d’ailleurs pourquoi nous l’acceptons sa banalisation depuis si longtemps !

      Je sais que la profession de médecin est difficile et que le « stress » n’est pas forcément une priorité.

      Mais il est important, au moins pour des personnes comme moi, que vous acceptiez, enfin, vous aussi, que c’est une maladie.

      C’est dur, croyez-moi, je le sais.

      http://traumapsy.com/stress-post-traumatique.php


      • Dr Vathos (---.---.237.204) 23 novembre 2005 15:30

        L’importance (grandissante malheureusement) du stress est indéniable.Ce qui me « perturbe » dans votre propos c’est ce terme :« statut de malade » Relisez vous : l’acceptation de mon statut de malade est un grand pas en avant vers ma guérison...Moi je trouve cela un peu bizarre comme raisonnement, enfin tous les chemins menent à Rome, parait il. Je ne sais pas si vous avez pris le chemin le plus court.


        • gb9 (---.---.24.155) 25 novembre 2005 09:36

          Ecoutez monsieur, Je suis malade, j’ai un SPT, j’ai trouvé des adresses de spécialistes et je les poste ici. Ce sont des informations.

          Vous ne savez clairement pas ce qu’est un SPT.

          Poussez déjà votre curiosité jusqu’à lire les liens que je vous avais proposé plus haut, cela vous évitera les jugements à l’emporte-pièce à l’égard de cette maladie et de mon témoignage. merci.

          ***********

          Voici des liens pour les médecins (et patients/victimes) que le sujet intéresse

          Des adresses de spécialistes (sur le même site) :

          http://traumapsy.com/stress-post-traumatique.php?cat=consultation

          Il y a aussi des associations pour les victimes de traumatismes de la route :

          http://www.victimes.org/index.php

          ***********


          • Olivier HOEFFEL (---.---.33.135) 25 novembre 2005 09:51

            Je comprend parfaitement votre point de vue gb9. Le statut de malade est bel et bien une réalité. En quoi aide-il à parvenir plus rapidement à Rome ? Tout simplement parce que pour prendre la décision de consulter un professionnel de la santé, encore faut-il y être prêt et avoir pris conscience que l’on est malade.

            Dct Vathos, je ne sais pas quelle est votre domaine de pratique, mais je suis persuadé qu’inévitablement certains de vos patients ont eu un frein psychologique avant de venir consulter. Venir vous consulter, c’est quelques fois déjà accepter que l’on peut être malade. Ce qui n’est pas évident pour certains troubles, mais cela c’était bel et bien l’objet de mon article.

            Je signale le site de l’Association dont je suis le Président : www.afirtess.org

            Je vous assure pour le pratiquer régulièrement dans mon activité bénévole au sein de cette association : bon nombre de personnes ont besoin d’être écouté et de faire un travail sur eux-même avant de pouvoir prendre la décision de consulter dans des troubles où le stress est une composante (directe ou dérivée).


            • Dr Vathos (---.---.119.176) 30 novembre 2005 13:52

              On ne s’est pas bien compris...La maladie est bien réelle, ce que je n’aime pas c’est le terme « statut »... il y a dans ce terme, un je ne sais quoi de définitif,une espèce de résignation, qui ne me semble pas aller dans le sens de la guérison.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès