Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Ces députés (presque) insensibles au lobbying...

Ces députés (presque) insensibles au lobbying...

Lorsque l'on évoque les impacts du lobbying industriel, nos députés n'ont de cesse de revendiquer leur indépendance d'esprit. En substance, "il ne suffit pas de nous inviter en week-end dans des châteaux et financer nos activités pour orienter nos actions". Nous avons déjà eu l'occasion de dénoncer à plusieurs reprises l'existence de "clubs" de parlementaires comme le Club Hippocrate, créé et présidé par le député PS Gérard Bapt, et financé par la firme pharmaceutique GlaxoSmithKline ou encore le "Club Avenir de la Santé", également financé et géré par Glaxo.

Avec Servier et Sanofi, GSK est incontestablement l'une des firmes les plus influentes auprès de nos élus. Rappelons que le club Hippocrate rassemblait plus d'une centaine de parlementaires sous l'oeil bienveillant de la firme britannique. Le Club Avenir de la Santé a de son côté influencé pendant plus de vingt ans tout le tissu législatif.

Mais ces actions ne se limitent pas à l'hexagone.

Nos cousins belges viennent de faire les frais d'élus très certainement moins inflexibles que les nôtres. Dans un article intitulé "Comment GSK s'est taillé une loi fiscale sur mesure", le journal Le Vif (Groupe L'Express) dénonce une énième campagne de lobbying de la firme GSK pour faire passer une loi qui lui a permis d'économiser... 405 millions d'euros d'impôts. "réunions discrètes avec le top du gouvernement hors syndicats, étude confidentielle mettant la Belgique en concurrence avec six autres pays, menaces de délocalisation..." La firme GSK a même poussé le cynisme jusqu'à faire rédiger elle-même la Loi par son propre cabinet d'avocat :

"Rédigée par un grand cabinet d’avocats payé notamment par GSK, la loi a été votée à la Chambre sans aucun débat de fond, noyée dans une loi-programme de 42 pages."

L'article du Vif dénonce la "Plateforme R&D", un lieu stratégique de tout premier plan pour l’industrie pharmaceutique qui y bénéficie d’un accès privilégié aux très hautes sphères politiques et administratives.

"C’est une plateforme qui fonctionne de manière tout à fait informelle. Il n’existe aucune base légale, aucune description officielle, aucun budget. Il s’agit d’un lieu de contact entre le gouvernement et le secteur pharma." (...) "Une des idées lancées au sein de cette plateforme a été la réduction de la taxe de société sur les revenus de brevets." Nous apprenons que GSK a pu déduire 2,6 milliards et ainsi ne pas payer 892 millions d’euros d’impôts entre 2008 et 2011...

Heureusement, ce n'est pas en France que de telles obscures influences sur le gouvernement pourraient se produire. A défaut d'être transparents, nos hommes politiques sont au moins intègres !

Et en France, le chantage à l'emploi en période de crise ne serait pas très réglo de la part d'une entreprise pharmaceutique dont le Directeur Général, Hervé Gisserot, deviendra prochainement le prochain numéro 1 du LEEM (Les Entreprises du Médicament).

Tu touches au Seretide, je ferme une usine !

Le samedi 27 octobre, nous apprenions que "le député UMP de l'Eure, Bruno Le Maire, a évité que le Seretide, médicament fabriqué à Evreux, soit substitué. Cent emplois étaient en jeu."

Cent emplois étaient en jeu. Au moins la messe est dite !

Le journaliste nous indique qu'"une nouvelle menace sur l'emploi a pesé cette semaine sur le site ébroïcien, qui emploie plus de 1 100 salariés."

"C'est à l'Assemblée nationale, où est débattu le projet de loi de finance de la Sécurité sociale, qu'un amendement visant à faire des économies a bien failli se solder par la perte de cent emplois dans la capitale de l'Eure. Ainsi, une députée avait proposé de remplacer le Seretide par d'autres produits inhalés similaires."

Un amendement qui sera finalement retiré après l'intervention de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. Bruno Le Maire, député de l'Eure est également monté au créneau pour s'opposer à l'amendement et défendre l'emploi du site ébroïcien de GSK.

L'article poursuit :

Les produits de substitution préconisés par l'amendement seraient moins chers que le Seretide, médicament de référence pour le traitement de l'asthme et de la broncho-pneumopathie chronique obstructive : « Ces produits ne seraient pas fabriqués par GSK, ni même en France probablement », alertait un représentant du personnel.

Apprécions le "ni même en France probablement". En clair, le véritable problème est que ce produit ne serait pas fabriqué par GSK. Pour renforcer ses dires, ce représentant du personnel agite la menace de délocalisation.

Heureusement, nos élus se sont rués à la rescousse de la firme.

A l'Assemblée Nationale, Bruno Le Maire n'a pas fait dans la dentelle :

"Cela me préoccupe d’autant plus que, dans ma circonscription – je le dis pour être totalement transparent –, une grande entreprise du secteur pharmaceutique emploie plus de 1 300 personnes. Cette entreprise, GlaxoSmithKline, ou GSK, fabrique des médicaments comme le Bécotide ou le Sérétide. Substituer à ces médicaments produits en France des médicaments génériques produits en Inde ou dans d’autres pays pose des questions très sérieuses en matière d’emploi."

Comme prévu, l'amendement a donc été rejeté.

Lois fiscales en Belgique, mesures anti-génériques en France, si des mesures globales permettant de défendre l'emploi sont louables, elles deviennent détestables lorsqu'elles ne sont qu'un prétexte à servir les intérêts économiques de grandes firmes industrielles. Les employés de ces centres ne servent que de monnaie d'échange, de simple outil de négociation, pour permettre à Big Pharma de continuer son business.

Pour protéger notre démocratie, il est essentiel de rendre transparents l'ensemble des liens d'intérêts des députés et des sénateurs avec toute entreprise privée, qu'elle soit française ou étrangère.

Sources

Mediator : les parlementaires mis en cause , Le Figaro, 25/02/2011

Le Club Avenir de la Santé : 23 années de lobbying pharmaceutique intensif, Agoravox, 09/12/2011

Comment GSK s'est taillé une loi fiscale sur mesure, Le Vif, 23/11/2012

Eure : GSK a encore eu chaud !, Paris-Normandie, 27/10/2012

Assemblée nationale - XIVe législature - Session ordinaire de 2012-2013 - Compte rendu intégral - Deuxième séance du vendredi 26 octobre 2012

Ces élus qui se font subventionner par les firmes pharmaceutiques ..., Agoravox, 17/09/2011


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 30 novembre 2012 10:53

    Je vous invite à regarder l’excellent documentaire consacré aux

    lobbys au cœur de la République pour se convaincre que, derrière les cris d’orfraie, le pouvoir, au sens large, s’accommode très bien des réseaux en tout genres.

    documentaire en 5 parties
    1/5
    2/5
    3/5
    4/5
    5/5

    Depuis la seconde guerre mondiale et le régime de Vichy qui avait réinstauré le système des corporations, l’influence (version communicante), le lobbying (version anglo-saxonne) ou les relations publiques (version hypocrite), n’ont cessé de croitre en France. Certes moins qu’aux Etats-Unis, où le lobbying y est installé constitutionnellement.

    Rappelons que le lobbying consiste à peser sur le législateur afin de modifier, améliorer, promulguer une loi ou un décret qui sert les intérêts d’une profession ou d’une entreprise. Chacun comprend aussitôt, qu’à côté des lobbys du tabac, des alcools, des constructeurs automobiles, de l’armement, les stratégies d’influence se développent afin de garantir et de préserver les intérêts d’un groupe ou d’une marque.

    source

    Entre autres influences, le lobbying est une communication d’influence parlementaire, une pression de l’intérêt particulier sur l’intérêt général qui s’exerce prioritairement à l’assemblée nationale. Le lobbying est un sujet tabou en France et nécessite un effort de transparence car il est proche en définition du trafic d’influence. Une première étude menée par le collectif « regards citoyens », à défaut de bien informer le grand public, place la communication comme l’un des éléments fondamentaux du débat démocratique.

    Le lobbying et le trafic d’influence

    Le trafic d’influence est un délit qui consiste à recevoir des dons (argent, biens) pour favoriser les intérêts d’une personne physique ou morale auprès des pouvoirs publics. C’est une forme de corruption. Source : wikipedia.

    Exemples d’agences de communication d’influence

    A Paris, les cabinets de communication dits « corporate » comme Clai Communication ou le cabinet Krieff sont composés de personnalités issues du monde politique et œuvrent pour les grands groupes. Ils ne sont pas suspects de trafic d’influence.

    Le cabinet de communication d’influence Global Cross Media par exemple agrège à Paris 90% des influenceurs professionnels pour le compte de groupes industriels et chefs d’entreprises.

    En revanche, d’autres affaires ont pu ébranler l’assemblée nationale comme celle de Frédéric Lefebvre qui s’est récemment fait « épingler » pour avoir touché des dividendes de son agence de lobbying, mettant en lumière le conflit d’intérêts que représente la double casquette d’homme politique et de professionnel privé de la communication d’influence.

    source


    • Ruut Ruut 30 novembre 2012 16:45

      La corruption est la gangrène de notre société.


      • chmoll chmoll 30 novembre 2012 17:14

        dans l’fond ,j’me dit ,si une grande partie des raclures costards 3 pièces
        siphonne votre pognon
        c’est qu’ils savent que vous ne les empêcherez pas , en se sachant intouchables, vous ne feriez pas la même chose vous ?

        mois si je syphonne vot pognon, et j’vous paye des loisirs et autres, mais toujours avec votre pognon, qui me sert aussi a payer les miens de loisirs et ,a faire embaucher la famille aider les ami(es) , toujours avec votre pognon


        • bigglop bigglop 30 novembre 2012 18:21

          Bonsoir à tous,

          Merci pour cet autre article sur le lobby pharmaceutique en France.

          Pour enfoncer le clou un peu plus, en ce qui concerne l’Union Européenne, elle renforce l’intégration économique d’Israel, par un accord commercial avec le groupe pharmaceutique TEVA, leader mondial des médicaments génériques


          • Bubble Bubble 30 novembre 2012 18:22

            "Les produits de substitution préconisés par l’amendement seraient moins chers que le Seretide, médicament de référence pour le traitement de l’asthme et de la broncho-pneumopathie chronique obstructive : « Ces produits ne seraient pas fabriqués par GSK, ni même en France probablement », alertait un représentant du personnel.

            Apprécions le « ni même en France probablement ». En clair, le véritable problème est que ce produit ne serait pas fabriqué par GSK. Pour renforcer ses dires, ce représentant du personnel agite la menace de délocalisation.« 

            J’aimerais quand même nuancer ce propos, même si ce n’est pas vraiment le fond de l’article. Je crois que l’argument »fabriqué en France" a encore un peu de valeur aujourd’hui pour les médicaments.
            On a eu nos scandales sur les implants mammaires et le Mediator récemment, qui ont encore une fois prouvé que les firmes pharmaceutiques n’étaient pas toutes roses ici, mais je tiens à dire que ça peut être bien pire ailleurs, et que ces firmes, à défaut d’être intègres, produisent en général des médicaments qui marchent. Pour rien au monde je n’achèterais des médocs en Chine ou en Inde, pas fou, ça tue trop de gens là-bas. Ici nos procédures de contrôle tournent encore, même si souvent décriées.

            Et justement, un médicament 5 fois moins cher aujourd’hui je m’en méfie, parce qu’on arrive au bout de la gamme de molécules qui constitue nos médocs et qu’il faut découvrir une nouvelle famille de médicaments. Et ça coûte cher en frais de recherche pour nos firmes, ce qui impacte d’autant sur le prix des médicaments qu’elles parviennent à mettre sur le marché. Je suspecte hautement qu’un médoc 5 fois moins cher que l’existant soit un carré de sucre vendu 10.000 fois son prix.


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 30 novembre 2012 21:17

            • gicou 1er décembre 2012 10:55

              bonjour
              je voudrais déjà dire que beaucoup de médicaments et de principes actifs sont produits hors de France, sans que vous n’en pâtissiez particulièrement. Quant à trouver de nouvelles molécules, c’est effectivement urgent pour les antibiotiques, dont nous avons abusé mais peut-être pas tant que ça pour nombres de pathologies déjà amplement pourvues. personnellement je préfère être soignée par une bonne vieille molécule qui a fait ses preuves et dont on connait les risques que par une « petite jeune » sur laquelle nous n’avons aucun recul, à moins qu’elle soit ma dernière chance de survie. enfin quand je lis qu’il n’y a aucun lanceur d’alerte en France, il me semble bien que la revue Prescrire a dénoncé ce produit depuis belle lurette. je vous invite également à lire « le grand secret de l’industrie pharmaceutique » de Philippe Pignarre, avec lequel je n’ai aucun conflit d’intérêt.
              Au fait quelqu’un a-t’il des nouvelles de la sitagliptine ???????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès