Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Cet alu qui tue

Cet alu qui tue

Le plomb était considéré par les romains comme une révolution, tant il simplifiait le transport de l’eau, et remplaçait si avantageusement les canalisations en pierre.

Aujourd’hui, on sait que les particules de plomb se dissolvent dans l’eau, et l’eau bue peut amener le saturnisme. lien

Ce progrès n’était donc qu’une illusion.

Et contrairement à une idée reçue il reste encore beaucoup de ménages français qui reçoivent de l’eau distribuée par des canalisations en plomb.

lien

Pour l’aluminium, remis dans l’actualité avec la catastrophe de Hongrie, c’est du pareil au même.

On peut lire avec intérêt cet article qui va au delà de la catastrophe.

Nous savons aujourd’hui que le progrès qu’il semblait représenter amène son lot de dangers pour notre santé.

Des casseroles, cocotte minute ou autres, aux vaccins, en passant par la filtration de l’eau, les déodorants (a base de sels d’aluminium), le dentifrice, la bière, le papier d’aluminium dans lequel vous allez cuire vos pommes de terre dans la cendre, les barquettes d’aluminium que vous allez mettre au four, les canettes de boisson, l’aluminium est partout. lien

Les risques pour notre santé sont connus, même s’ils sont encore l’objet de polémiques.

On peut lire sur ce lien un article qui conteste la responsabilité totale de l’aluminium dans la maladie d’Alzheimer.

Pourtant, s’il est vrai que 10% à 20% des cas de maladie d’Alzheimer soient d’origine génétique, il reste que la majorité des autres cas a des raisons différentes.

Des doutes importants font état depuis les années 80 de l’implication de l’aluminium dans cette terrible maladie.

A cette époque, des millions d’ustensiles de cuisine en alu ont été jeté, les consommateurs préférant se tourner vers l’inox, ou d’autres matériaux.

Lorsque la dose d’aluminium reçue quotidiennement est élevée, on constate des déficits de la mémoire, des altérations du comportement, qui peuvent aller jusqu’à la dépression.

Dans la maladie d’Alzheimer, on trouve fréquemment des taux élevés d’aluminium à l’intérieur du cerveau. lien

L’aluminium est donc considéré comme un facteur de risque dans le développement de cette maladie.

D’après le docteur Bengt Moberg, l’aluminium fragilise les os.

Robert Cumming, épidémiologiste de l’université de Sydney affirme que l’utilisation de casseroles en aluminium dès l’âge de 20 ans double le risque de fracture du col du fémur, quarante ans plus tard.

Une étude canadienne récente conclut que « les risque de développer la maladie d’Alzheimer est 2,5 fois plus élevée lorsque la teneur en aluminium de l’eau dépasse 100 mg par litre. lien

Daniel P.Perls de l’université du Vermont et Arnold C. Brody du Research Triangle Park de Caroline du Nord ont détecté en 1980 des taux anormaux d’aluminium dans les cerveaux de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Ces deux médecins ont étudié des prélèvements cérébraux des personnes décédées de cette maladie. Ils ont fait appel à des méthodes d’analyse très fine pour la localisation et l’identification des tissus biologiques. lien

Pour répondre à ceux qui affirment que l’augmentation de la quantité d’aluminium est une constante chez les personnes âgées, des travaux récents portant sur des bébés démontrent des cas d’altération du développement mental lié à l’aluminium.

En effet, des prématurés ont été alimentés par perfusion avec des solutions nutritives qui comportaient de l’aluminium.

D’autres pas.

Or, seulement ceux qui étaient nourris avec ces solutions comportant de l’aluminium, ont des problèmes de développement mental.

Le Docteur Roger Deloncle, chercheur en chimie bio-inorganique à la faculté de pharmacie de Tours, et le Docteur Olivier Guillard, chercheur en biochimie et toxicologie à la faculté de médecine de Poitiers ont acquis une certitude :

L’aluminium accélère le processus de vieillissement.

Après avoir intoxiqué des jeunes rats avec de l’aluminium, ils ont constaté une destruction massive des neurones. lien

Le professeur Van Den Bosch de Aguilar, chercheur en biochimie à l’université de Louvain-la-Neuve, en Belgique l’avait déjà prouvé auparavant :

« avec l’âge, l’aluminium s’accumule dans le cerveau, plus précisément dans ce qu’on appelle les plaques séniles, (…) ces plaques provoquent la nécrose des cellules environnantes et, en grossissant, coupent la communication entre les neurones ». lien

Si on fait un tour d’horizon des produits suspectés d’être les vecteurs d’Alzheimer, on pourrait commencer par l’aluminium dans les vaccins.

Il sert d’adjuvant de l’immunité, et entre dans la composition de la majorité des vaccins.

Il s’agit de l’hydroxyde d’aluminium, considéré comme un poison toxique pour l’organisme à partir de 60 mg. (Microgramme)

Avant l’âge de 15 mois un bébé en a reçu 10 000 mg.

La plupart des vaccins contiennent des doses d’aluminium 50 à 80 fois supérieures aux normes européennes (15 microgrammes).

Mais les vaccins ne sont pas seuls à contenir de l’aluminium : on en trouve aussi dans l’aspirine enrobée, dans certains médicaments antiacides, des médicaments contre la diarrhée (600 mg d’aluminium par comprimé) lien

Cette vidéo du docteur Bernard Montain fait un tour assez complet sur la question des vaccins.

Passons aux ustensiles de cuisine en alu.

A température normale, des aliments tels le poisson, le lait, le porridge, la pâte à gâteau n’altèrent pas l’aluminium.

Toutefois, lorsque de l’eau bout dans une casserole en alu et que l’on y ajoute certains aliments (rhubarbe, tomate, citron, cassis), l’aluminium passe dans ces aliments à hauteur de 170 mg par kilos.

Après 15 minutes de cuisson, la concentration de l’aluminium est multipliée par 400, et il est multiplié par 1000 lorsqu’un peu de liquide acide est ajouté à l’eau.

Alors bien sur, le consommateur va se tourner vers les casseroles munies d’un revêtement antiadhésif.

Le PFOA (acide Perfluorooctanoïde) qui entre dans la composition du Téflon, pour ses facultés antiadhésives a été pointé du doigt pour les risques qu’il fait courir à notre santé.

DuPont de Nemours qui fabrique le Téflon (polytétrafluoroéthylène = PTFE) promet de résoudre les risques potentiels d’ici 2015, sous peine d’être interdit à la commercialisation. lien

Plus la température de cuisson est élevée, plus le revêtement se dégrade rapidement.

Il commence à émettre des produits toxiques des 230°. lien

Il se décompose encore plus rapidement si on nettoie les casseroles avec un produit abrasif, ou si on frotte des ustensiles en métal sur ce matériau.

Le PTFE est nocif pour les humains, d’autant qu’il n’est pas biodégradable, et que les doses s’accumulent dans le corps.

mais revenons à l’aluminium

Il nous faut évoquer ici l’eau du robinet.

Fr3 a diffusé il y a peu un bon documentaire réalisé par Sophie Le Gall (du poison dans l’eau du robinet) évoqué dans cet article.

On sait que la concentration maximum d’aluminium tolérée dans l’eau a été fixée à 0,2 mg/l en 1989.

Or certaines communes sont alimentées avec une eau qui contient jusqu’à 20 mg/l d’aluminium.

Selon une enquête épidémiologique de l’INSERM, la proportion de personnes atteintes delà maladie d’Alzheimer augmenterait avec la concentration d’aluminium dans l’eau potable à partir de 0,1 mg/l, car la norme n’empêche pas le danger.

Intéressons nous aussi aux déodorants : dans la plupart de ceux-ci on trouve des sels d’aluminium (sels inorganiques) parfois dans de fortes proportions (jusqu’à 25%)

Ils ont pour mission de boucher les pores pour empêcher à la sueur de sortir.

Ce qui est idiot, puisque ces déodorants empêchent le corps d’éliminer des toxines.

De plus, les sels d’aluminium sont susceptibles de passer dans le corps avec les dégâts prévisibles que l’on imagine.

Sur ce lien une liste des déodorants qui ne contiennent pas de sels d’aluminium.

Du déodorant au dentifrice il n’y a qu’un pas.

Celui-ci contient, pour la plupart des marques, du fluor.

Or le fluor est l’un des principaux dérivés de la fabrication de l’aluminium. C’est une toxine puissante du système nerveux central agissant sur le cerveau, mais le lobby industriel à financé des études dans les années 1950, attestant l’innocuité des produits fluorés et leurs effets bénéfique à faible dose. lien

Tout n’est donc pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, mais comme dit mon vieil ami africain :

« Un grain de maïs aura toujours tort devant une poule »

 

L’image illustrant l’article provient de fr-fr.connect.facebook.com

Références articles ou revues :

On peut lire avec intérêt cet article paru dans agoravox :

http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/al-al-comment-82747

« les maladies émergentes » (pour la science, hors série, octobre 1995

Menace sur l’eau, sciences et vie hors série n° 211, juin 2000

Le risque alimentaire « la recherche n° 339, février 2001.


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 20 octobre 2010 10:23

    Salut Olivier,
     Voilà que tu confirmes ce qui m’a été dit dans un commentaire lors de mon dernier article.


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 10:59

      oui Guy,
      j’avais lu ton article, et je l’ai trouvé intéressant, bien sur.
      mais disons que j’ai voulu aborder sous un angle un peu différent le problème du lien entre l’alu et Alzheimer
      merci de ton commentaire.
       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 11:04

      d’ailleurs Guy, je cite ton article à la fin du mien...
      çà ne t’a pas échappé ?
       smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 20 octobre 2010 12:40

      Je n’avais pas remarqué, c’est vrai. Merci, à toi
      Bonne journée
       smiley


    • zelectron zelectron 20 octobre 2010 10:45

      Il faut revenir aux casseroles émaillées ou en fer* avec le célèbre « atoizamoi » la paille de fer ou encore des pots de terre ?
      *pas en inox à cause du nickel et oublier le teflon...


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 11:02

        zelectron,
        peut être pas quand même !
         atoizamoi peut être dépassé.
        oublier le téflon, bien sur, je l’évoque dans l’article.
        mais je pense que la fonte émaillée, outre qu’elle a l’avantage de bien répartir la chaleur me semble bien plus sure.
        elle permet une cuisson lente, ce qui évite de bruler le fond du plat.
        je te conseille d’essayer de couper des quartiers de pommes dans un plat en fonte fermé, d’y mettre quelques noix, un morceau de baton de vanille, un poil de sucre, et de l’oublier deux heures à feux doux...
        attention les papilles.
        pour l’inox, je me renseigne.
        dangereux ? je compte sur les lecteurs pour nous aider à y répondre.
        merci de ton commentaire.
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 11:07

        zelectron,
        sur ce lien, un premier élément de réponse,
        lire le deuxième commentaire :
        http://www.eco-bio.info/forum/upload/topic/1862-teflon-inox-pyrex-alu-tole-pour-cuisiner/
        à+


      • zelectron zelectron 20 octobre 2010 11:38

        « http://www.eco-bio.info/forum/upload/topic/1862-teflon-inox-pyrex-alu-tole-pour-cuisiner/ »

        A la suite de ton lien par « principe de précaution » il ne nous reste plus qu’à manger dans nos mains peut-être que des écuelles en bois à jeter à chaque usage ? (il va falloir planter de sacrés surfaces de forêts) le verre n’a pas l’air d’être trop cité (sauf cristal avec 20 à 30% de plomb ?)


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 17:03

        Zelectron,
        sauf que le verre, il commence a se désagréger à des températures bien plus importantes...
        et l’émail sur fonte semble donc être une solution acceptable.
        les lecteurs scientifiques et avisés nous apporterons leur lumière.


      • Defrance Defrance 20 octobre 2010 18:18

        Revenons aux tables en chêne du moyen age, avec les écuelles creusées dans le plateau ? Le tanin du chêne ne doit pas être dangereux, il parait même qu’il aurait des vertus cardiaques ? sinon il faux jeter le Bordeaux .

        Je passe bien sur sur le lobby de l’electromenager qui aurait moins de vaisselle a laver ?


      • pierrot pierrot 22 octobre 2010 18:25

        Bonjour,
        l’émail est un composé qui présente une très grande inertie vis à vis des produits chimiques et qui a une excellente tenue en température.
        C’est pourquoi, les équipements industriels de chimie sont en émail sur support métallique, cuits à 900 °C environ.
        Leur seule faiblesse est vis à vis des composés fluorés (utilisation du platine dans ce cas) et une mauvaise tenue en milieu alcalin fort (pH : cologatythme desconcentrations en ions H+) c’est à dire supérieur à pH14.
        L’émail est un matériau vitrifié contenant des sels de métaux (par exemple du cobalt ...).
        Donc excellent pour une utilisation culinaire.

        L’utilisation de casseroles en cuivre ou aluminium est à déconseiller pour un usage permanent.Pour un usage exceptionnel, le risque sanitaire serait quasi nul.
        Idem pour les vaccins qui ne sont pas des produits de consommation réguliers.

        L’utilisation de casseroles en acier inoxydable (fer, nickel, cobalt) et quelques autres métaux en faible teneurs) est satisfaisant.
        En effet un alliage n’est pas un simple mélange de métaux.


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 11:15

        Vertuchou,
        je vous propose d’envoyer votre commentaire aux scientifiques qui ont produit les données que j’ai publié,
        je ne doute pas une seconde qu’ils vont être très intéressés par vos calculs savants.
        à moins qu’ils ne déclenchent une profonde hilarité.
        rendez vous au cabanon.
         smiley


      • JL JL 20 octobre 2010 11:24

        C’est intéressant. Nous savons que Nicolas Sarkozy a déclaré la guerre à la maladie d’Alzheimer : ceci explique peut-être cela ?

        La démo de vertuchou est untéressante, et me fait penser que j’ai lu, un peu rapidement je l’avoue, Sciences et vie d’octobre.

        Au Sommaire, cet article : ET SI LA MALADIE D’ALZHEIMER N’EXISTAIT PAS ?
        Sa définition reste vague. Aussi, des voix s’élèvent aujourd’hui pour contester la réalité de cette affectation.

        Moi je dis ça, je dis rien !

        ♪♫


      • JL JL 20 octobre 2010 11:27

        Vous aurez noté ci-dessus le mot « Affectation » : j’ai fait un copié collé. Cela met-il en cause le sérieux de l’article ?
         
        En revanche, le mot « untéressant » est bien de moi.  smiley

        Cordialement.


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 12:54

        JL
        j’attends que vous ayez eu l’opportunité de lire entièrement l’article pour répondre a un nouveau éventuel commentaire.
         smiley


      • marignan155 20 octobre 2010 13:08

        à Vertuchou

        allez voir ici http://www.naturosante.com/rubriques/chroniques/abs31/abs31.php?2 

        j’y lis :

        La cuisson d’aliments acides attaque les ustensiles de cuisine en aluminium. Ainsi, après avoir été cuits et conservés pendant toute une nuit dans un récipient en aluminium, 100 g de tomates peuvent renfermer 6,5 mg d’aluminium. Après cuisson, 100 g de rhubarbe et d’abricots peuvent en contenir respectivement 4 mg et plus de 7 mg. Les quantités peuvent aller jusqu’à 7 mg pour 100 g d’aliments acides.

        Je note le « jusqu’à », il y a probablement d’autres données.

        En 1992, des chercheurs finlandais ont mesuré les teneurs de divers aliments, après qu’ils avaient mijoté dans des ustensiles d’aluminium. Le porridge, le lait, la pate à gâteaux, le poisson, peu acides ne souffrent pratiquement pas du voisinage avec l’aluminium. Les choses se gatent avec l’eau portée à ébullition et surtout avec des aliments acides comme le cassis ou la rhubarbe, qui « boivent » jusqu’à 170 milligrammes par kilo.

        ET ici l’article, comme celui de l’auteur, change d’analyse, l’original est plus précis, encore que... avant x 398 = après, avant et après restent inconnus, idem avec 945

        Après 15 mn de cuisson dans une casserole en aluminium, la concentration de ce minéral dans l’eau est multipliée par 398. Lorsqu’un peu de liquide acide est ajouté, le taux d’aluminium est multiplié par 945 !


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 13:16

        merci Marignan
        vertuchou, s’il a encore un peu de lucidité, devrait jeter sa vieille casserole,
        mais aura-t-il encore cette lucidité,
        en tout cas, il ne pourra nous reprocher de ne pas l’avoir prévenu.
         smiley


      • Defrance Defrance 20 octobre 2010 18:50

        Il en est de même avec le cuivre, je suis toujours surpris de l’état de la bassine en cuivre qui sert aux confitures , après le cassis et la rhubarbe, il y a nettement une trace et ça brille !


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 19:00

        Defrance,
        question cuivre, je vous propose ce lien qui fait assez bien le tour de la question :
        http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/prod/cook-cuisinier-fra.php
        ils conseillent d’utiliser le cuivre avec un revêtement (étain ou nickel)
        mais peut etre les lecteurs attentifs y mettront leur « grain de sel » ?


      • Eusèbe 24 octobre 2010 16:08

        @ M Cabanel. IL n’empêche qu’il ya bien un problème avec vos chiffres.
        Même en admettant qu’il s’agisse de Kg d’aliments et non d’eau, et qu’il s’agit de la fourchette haute (milieu acide), ça semble bien élevé.

        N’auriez vous pas confondu d’un facteur 1000 : mg et µg (parfois noté (mug)) ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 24 octobre 2010 17:09

        Eusèbe,
        écoutez, j’ai déjà eu cette remarque proposée par Vertuchou dans son commentaire,
        vous avez peut etre raison, peut etre pas ?
        plusieurs de mes sources donnent les mêmes chiffres, ce qui permettrait de confirmer ce que j’ai écrit, comme celle-ci par exemple :
        http://www.naturosante.com/rubriques/chroniques/abs31/abs31.php?2
        en tout état de cause, s’il s’agissait de mug au lieu de mg, çà ne changerait pas grand chose sur le fond,
        puisque la dose acceptable par nos corps est largement dépassée.
        en tout cas merci de votre commentaire.


      • Eusèbe 25 octobre 2010 21:22

        Votre lien ne donne pas la source, mais je pense avoir retrouvé l’article en question. Il s’agit de H. Luikkonen-Liljaa, S. Piepponenb, « Leaching of aluminium from aluminium dishes and packages », Food Additives & contaminants : Part A, 9(3), p213-223 (1992).
        Je pense que le problème vient de la façon dont vous avez « déroulé » les données. Il y a un mélange entre plusieurs informations : l’effet de la durée de cuisson, du mode (cuisson simple, vapeur...), et l’effet de l’aliment (notamment le pH)

        Le transfert MAXIMUM d’aluminium est de 170 mg/Kg qui correspond uniquement à la rhubarbe cuite à la vapeur et il ne faut donc pas le multiplier par les facteurs annoncés.


      • liebe liebe 20 octobre 2010 11:11

        merci Olivier,
        J’attends de lire avec impatience le livre de Virginie Belle que je n’ai pas encore réussi à dénicher. A croire que les livres qui dérangent ne peuvent en aucun cas être mis dans les devantures des librairies ou sur les rayonnages sans s’exposer à de vives critiques...
        Ceci dit, je trouve que ton article vient compléter ton article précedent et celuide l’enfoiré. il est important que nous prenions conscience que tout ce que nous avons créé , tout ce que nous utilisons peut avoir un impact néfaste à la fois sur l’environnement, on le voit bien lorsque l’on parle des des boues hongroises, et la santé . Les deux sont liés. Le soucis premier de notre société est d’avancer coute que coute vers « un meilleur confort », vers une technologie plus évoluée ... On fait une course sans précédent aux « mieux » sans réfléchir à l’impact que cela peut avoir. 
        Sans revenir à l’âge de pierre, on peut tout de même réfléchir sèrieusement à l’impact de tout ce qui découle de nos soit disantes avancées. les hommes qui injectent des vaccins avec des adjuvants aluminiques prennent ils le temps d’expliquer aux parents que l’aluminium sous cette forme peut entrainer le développement de problème auto immun ou neurologique ?

        Les laboratoires sont bien conscients de ces risques puisqu’ils essaient de trouver un autre adjuvant .

         Nous voulons aller toujours plus vite , toujours plus loin, mais à quoi est-ce que cela servira lorsque nous aurons développé un handicap qui ne nous permettra pas de vivre ????



        • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 11:20

          liebe
          bonne nouvelle, tu peux avoir ton livre tout de suite :
          http://livre.fnac.com/a2892732/Virginie-Belle-Quand-l-aluminium-nous-empoisonne
          j’avais lu l’article de l’enfoiré, et j’ai d’ailleurs donné les références de son article a la fin du mien,
          ce qui m’inquiéte le plus, outre l’aluminium, c’est le Teflon, ou il semble que les fabricants sont bien conscients du danger, mais il faut bien écouler le stock,
          ils ont jusqu’en 2015...
          quand je vois parfois sur des brocantes se vendre des poeles téflon dont le revetement est abimé, je suis inquiet pour ceux qui vont les acheter.
          çà devrait être purement et simplement interdit, et les fabricants poursuivis...
          merci de ton commentaire
          et cours vite commander ton livre !
           smiley


        • pens4sy pensesy 21 octobre 2010 07:05

          heu.... La boue Hongroise ? C’est Sarko ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 21 octobre 2010 08:23

          vous ne croyez pas si bien dire,
          ethymologiquement, c’est a peu pres ce que veut dire le nom de sarközi
          certains pensent que le vrai mot est « lieu ou on trouve du limon »
          mais d’autres penchent pour « lieu ou on trouve de la merde »
          bref, les avis divergent.
          j’ai ma petite idée.
           smiley


        • alberto alberto 20 octobre 2010 11:24

          Bonjour Olivier :

          Voici un article « d’utilité publique » !

          Ainsi que la vidéo du docteur Montain !

          Mais aussi celles de Coline Serreau...dont certaines sont encore dans les archives d’AgoraVox...

          Olivier : peu à peu la lumière se fait sur la réalité de ces poisons qu’on nous sert au nom du sacro-saint Pognon !

          Pesticides, Aluminium, Mercure, Teflon, OGM, autant de saloperies dont la nocivité est déniée par une communauté pseudo-scientifique au service du plus offrant qui jusqu’au bout avait dénié la dangerosité de l’amiante avant que la mort de milliers de victimes ne vienne les démasquer !

          Il s’agit aussi de pister les parlementaires français et européens qui valident de telle conneries !
          Il s’agit aussi à chacun de boycotter autant que faire se peut toutes ces saloperies...

          Quant à la poule de ton ami africain elle ne sait sans doute pas qu’il arrive que le maïs peut avoir raison d’elle grâce à Monsanto...

          Bien à toi.


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 11:28

            bonjour Alberto,
            merci de ta réaction,
            j’aime bien ta fin aussi : la poule et le grain de maïs... c’est pas mal vu.
             smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 12:55

              ninou,
              très joli lien,
              instructif.
              à lire attentivement.
              merci.
               smiley


            • Defrance Defrance 20 octobre 2010 12:14

              On m’a offert un deodorant il y a 40 ans , lors de mon mariage, il est toujours neuf !

               Cela dit, je prend une douche au savon de marseille par jour, ou presque !

              Je suis effarés de voir toutes ces publicités pour parfum, déodorant , dans les revues en papier glacées, qui coutent la peau des fesses qui ne servent qu’a entretenir lune des industrie les plus polluante !

               De même je pense que le problème des conduites en plomb est peut être un faux problème dans la mesure ou un oxyde se forme très rapidement, suivi d’une couche de tartre qui isole le plomb de l’eau  ?

               Par contre, les peintures au plomb qui se dégradent très vites dans les milieux humides doivent être dangereuses dans la mesures ou des particules se détachent et se baladent un peu partout ?

               Et les casseroles en cuivre étamé , utilisée par les grand chef, et occasionnellement mon épouse elle devraient aussi être dangereuses, pourtant pour la conduction reguliére de la chaleur, il n’y a rien de mieux  ?


              • cathy30 cathy30 20 octobre 2010 12:30

                bonjour defrance
                c’est quoi ce déo ?


              • Defrance Defrance 20 octobre 2010 12:35

                C’est un truc de chez Avon, Air .. ? faut que j’aille fouiller dans mes « vieilleries au grenier » pour avoir le nom exact . Il est d’ailleurs dans un tube en Alu de couleur bleue !


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 12:59

                Defrance,
                merci de ce commentaire constructif et ouvert.
                pour le plomb, j’avoue ne pas savoir que penser, car ce que vous indiquez est frappé au coin du bon sens,
                le tartre ayant recouvert le plomb des canalisations peut (peut-être) empecher ce dernier de polluer notre eau, et donc notre corps,
                mais autant éviter le risque, non ?
                pour le cuivre, bien sur, c’est comme vous le dites, un excellent répartiteur de la chaleur,
                je crois savoir que certaines marques ont remplacé l’étain par l’inox,
                c’est peut etre la meilleure solution
                concernant l’inox, voir le lien que j’ai proposé sur un commentaire précédent.
                si vous ne trouvez pas, je vous le reproposerais
                merci de votre commentaire.
                 smiley


              • Defrance Defrance 20 octobre 2010 13:14

                Olivier,

                 Le plomb est remplacé par du polyéthylène noir, rayé de bleu qui n’est pas forcement neutre, dont le recul n’est pas encore suffisant pour connaitre son éventuelle toxicité.

                 Je pense surtout que pour toutes ces affaires il y a trop de fric en jeu pour que les études ne puissent pas être menacées de suspicions ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 13:25

                Defrance,
                oui,
                devrions nous revenir aux canalisations en pierre que les romains avaient mis en place ?
                car effectivement les canalisations proposées aujourd’hui sont à base de pétrole, et ce serait intéressant de savoir s’il n’y a aucun danger ?
                j’avoue ne pas avoir de réponse.
                 smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 17:06

                Defrance,
                le savon de marseille !
                çà me remet en mémoire ma vieille grand mère,
                elle affirmait se laver les dents avec çà, et nous a quitté à plus de 80 ans sans la moindre carie.
                merci de votre commentaire


              • Defrance Defrance 20 octobre 2010 18:30

                @cathy30
                 Windjammer de chez Avon . Mais je ne supporte que les odeures naturelles, surtout pendant les périodes de chasse, le gibier a horreur de Guerlain, st Laurent ...... C’est un truc a rentrer bredoille a coup sur !

                Il m’a fallu du temps pour retrouver à cause de ça :

                 Au Sommaire, cet article : ET SI LA MALADIE D’ALZHEIMER N’EXISTAIT PAS ?
                Sa définition reste vague. Aussi, des voix s’élèvent aujourd’hui pour contester la réalité de cette affectation.

                 Juste un Index qui se fait la malle de temps en temps comme sur les énormes machines de stockage informatique que j’ai bien connu, ça marche aussi sans index, mais bon Dieu que c’est lent !


              • eugène wermelinger eugène wermelinger 20 octobre 2010 12:14

                Bonjour Olivier.

                Il faut aussi attirer l’attention sur le traitement de l’eau qui utilise encore souvent du sel d’aluminium (sulfate d’aluminium) au lieu de sulfate de fer. Dans mon coin reculé du Morvan l’eau d’un lac (Champoux près de Saulieu) est floculée par de l’alu par la Saur. Une pisciculture située en-dessous du lac a vu son cheptel de truites déjà anéanti deux fois. Un procès est en cours. Mais d’après notre conseiller général aussi Pdt du syndicat des eaux (inculpé tout de même) il n’y a aucun danger pour l’homme, et il a promis un changement de produit chimique. 

                • olivier cabanel olivier cabanel 20 octobre 2010 13:04

                  Eugène,
                  oui,
                  je l’ai indiqué dans l’article,
                  les filtrage d’eau a base d’aluminium n’ont d’autres intéret que de rendre l’eau moins trouble,
                  si, comme les scientifiques nommés dans l’article, cet alu pose problème, je pense qu’il ne faut plus l’accepter,
                  c’est d’ailleurs ce que font quelques fournisseurs d’eau,
                  et on ne peut que les remercier, d’autant que d’autres solutions moins (ou pas) dangereuses s’offrent à nous,
                  merci de votre commentaire.
                   smiley
                  au sujet des truites, je crois savoir que nombreuses installation de filtration de l’eau utilisent les truites comme cobaye, pour savoir si nous pouvons (ou pas) boire l’eau proposée.
                  ...
                  c’est quand même beaucoup de mépris pour les truites.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès