Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Chauffage ou médicaments ?

Chauffage ou médicaments ?

Sur quoi se basent ceux qui disent que la médecine moderne a augmenté l’espérance de vie ?

Quand j’entendais que la "médecine moderne" avait augmenté l’espérance de vie, j’émettais des doutes en disant qu’il s’agissait plutôt d’une corrélation que d’une relation de causalité.
 
Il y avait beaucoup d’autres améliorations des conditions de vie qui pouvaient expliquer l’augmentation d’espérance de vie, en commençant par les conditions sanitaires, la quantité de nourriture, jusqu’à un élément "récent" (depuis 1950 ?) dont l’oubli me frappait toujours, l’augmentation généralisée de la température dans les logements en hiver.
 
Au passage, certains expliquaient même que, avec l’augmentation de la température dans les logements, ainsi qu’avec les douches chaudes, la consommation de graisse pour le réchauffement du corps avait tellement diminué que cela pouvait expliquer une bonne part de la prise de poids des occidentaux.
 
Or un article anglais vient confirmer l’idée que la température des logements a un effet sur la durée de vie : "The number of deaths during the coldest three months of the year were up almost 50 per cent on the previous year to 36,700, sending an extra 10,000 pensioners to early graves, new figures showed yesterday." -> "Les chiffres publiés hier [en Grande Bretagne] montrent que le nombre des décès a augmenté de 50% par rapport à l’année précédente pendant les 3 mois les plus froids de l’année, arrivant à 36700, ce qui envoyé 10000 retraités de plus dans une tombe précoce. "
 
L’article fait porter la responsabilité sur l’augmentation des factures de chauffage due au prix croissant du mazout ou du gaz, que les retraités sont les premiers à ne plus pouvoir payer.
 
Par ailleurs, s’agissant de retraités, je me demande s’ils sont en Grande Bretagne systématiquement vaccinés contre la grippe comme en France ? Auquel cas le chauffage semblerait plus important que le vaccin.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • ObjectifObjectif 26 novembre 2009 11:47

    Bonjour,

    Je l’aurais bien mis en brève, mais je n’ai pas trouvé le classeur correspondant.


  • ObjectifObjectif 26 novembre 2009 11:53

    Excusez-moi de l’approximation de cette traduction. Pour que vous compreniez la raison, pour moi un pourcentage sans virgule sur des statistiques par essence approximatives est toujours approximatif, donc j’ai le réflexe de ne pas l’écrire parce que c’est trop évident. Quand ce n’est pas approximatif, je met au moins 2 chiffres après la virgule.


  • chips 26 novembre 2009 13:15

    Au moins l’auteur ne cache pas ces doutes sur la science médicale.

    Tous ceux qui publie n’annoncent pas quelles sont leurs motivations, et leurs postulats ...

    A trop vouloir prouver on ne prouve plus rien, et la multiplication des attaques contre le science devient contre productive.

    Pourtant il y a de quoi dire, mais le risque être récupéré par n’importe qui pose un problème et empêche le débat


    • foufouille foufouille 26 novembre 2009 13:34

      quel debat ?
      les autres sont des sectes obligatoire


    • millesime 26 novembre 2009 13:59

      il ne s’agit pas d’attaquer la science, mais force est de reconnaitre que l’hygiène , le chauffage, sont avant toute chose la cause de la durée de vie plus longue dans nos pays occidentaux, vient ensuite le développement des connaissances médicales.


    • ObjectifObjectif 26 novembre 2009 14:42

      @ tous :

      Je n’ai pas de doute sur la science médicale, je sais analyser des résultats d’expérience, imaginer des expériences pour prouver ou infirmer des hypothèses, analyser, modéliser et quantifier des processus.

      Mais j’ai des doutes sur les dogmes et les croyances, et ce qui est raconté sur la médecine et les médicaments ressort plus souvent des croyances que des résultats falsifiables.

      Et vous avez raison, c’est ce qui empêche le débat.

      J’ai essayé d’en rester aux faits et aux analyses, c’est tout de suite plus court que les dogmes religieux smiley


    • MKT 26 novembre 2009 15:05

      L’auteur pose en filigrane la question de la santé publique.

      En gros, car il s’agit de populations et d’espérance de vie globale, l’environnement au sens large (habitat, nourriture, travail, énergie, éducation, accès aux soins primaires, culture...) intervient pour 90%. La sophistication des techniques médicales pour 10%.

      Regardez la position en termes de santé publique des USA rapportée à la part des dépenses de santé en points de PIB et vous noterez que c’est pas brillant.

      Autre exemple, la crise et l’effodrement de l’ex URSS dans les années 90 ont provoqué une misère terrible, l’espérance de vie moyenne à diminué corrélativement.

      Courage pour la suite, le processus de désintégration sociale de notre société française voulu par le MEDEF et mis en musique par le gouvernement actuel favorisera une mort précoce et évitera aux retraités une vie minable.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 26 novembre 2009 17:17

        Bonjour,

        c’est un peu court en effet, mais l’info est de taille. Tout comme le créationnisme cherche à se revendiquer l’origine de la vie tout en s’appuyant sur la bêtisation de la dernière génération quasiment virtuelle, tout comme le monde de la recherche essaye de breveter le vivant, le monde médical cherche à revendiquer l’augmentation de la durée de vie. Le manque de culture généralisé par la privatisation de l’éducation pourrait mener au succès de ces dogmes et le peuple est presque prêt à s’abandonner aux bienfaits médicaux, quitte à y laisser son patrimoine dans le coût des vingt dernières années de sa vie, rendus possibles par vingt années de traitements médicaux. La durée de vie pourrait être également dûe à l’apparition de la chimie dans les produits alimentaires qui sont presque tous devenus non périssables, non ? Un autre sujet qui pourrait vous passionner : à quoi pourrait être dûe l’augmentation de parfois dix centimètres de certains fils de leur père... ?

        Ce gain parait illusoire quand on a compris que la vie est une montagne qu’il ne faudrait jamais redescendre.


        • ObjectifObjectif 27 novembre 2009 01:00

          « le monde médical cherche à revendiquer l’augmentation de la durée de vie » Ou bien est-ce une tendance naturelle qui favorise l’effet placebo ?

          "La durée de vie pourrait être également dûe à l’apparition de la chimie dans les produits alimentaires qui sont presque tous devenus non périssables, non ?« On sait maintenant qu’un corps contient plus de bactéries ou de ferments que de cellules »humaines« .

          L’approche de la religion médicale dominante en occident est toujours de supprimer ces »indésirables« dont nous avons peur, avec des produits de synthèse délétères.

          Or nous vivons une synergie en équilibre, détruire les partenaires les plus nombreux avec des composés artificiels concentrés ne va pas dans le bon sens.

          Si je vais dans un pays »chaud", je ne prend pas d’antibiotique ou autre médicament tueur : je cherche du yaourt local et artisanal. C’est bon et j’augmente mes animaux familiers embarqués smiley

          Si mon grand-père ne mangeait que le fromage qui court seul, il y avait une raison...


        • claude claude 26 novembre 2009 17:44

          bonjour,

          en france, il y a plusieurs millions de personnes qui sont en situation de précarité énergétique en des raisons d’insuffisance de revenus.

          cela a été traité ce midi dans l’émission « l’édition spéciale » sur canal plus.

          pour le reste, l’évolution des techniques médicales ces 50 dernières années : médicaments comme les anti-diabétiques ou anti-hypertension, les greffes, chirurgie cardiaque, la réanimation,la surveillance des grossesses et des tous petits... ont permit d’allonger considérablement l’espérance de vie de la population.


          • jacques jacques 26 novembre 2009 21:49

            Article cout mais l’idée mérite d’être creusée ,ayant vu un reportage sur l’Afrique ou on expliquait que l’espérance de vie avait augmentée seulement en rendant potable (aux normes) l’eau du village du village.


            • Pascal GILBERT Pascal GILBERT 26 novembre 2009 22:15

              Pour moi, les principaux déterminants de la santé sont, grossièrement dans l’ordre :

              • la paix
              • une alimentation correcte
              • l’accès à l’eau potable
              • l’éducation, en particulier celle des femmes
              • un système performants d’évacuation des eaux usées et des ordures
              • l’assainissement de la dette des pays pauvres
              • les régime politique
              • la pollution industrielle et domestique
              • les progrès de la médecine et l’accès à ces progrès

              • ObjectifObjectif 27 novembre 2009 00:43

                Bonjour,

                Votre priorité, la paix, me rappelle que l’expression « la paix soit avec toi » est commune à beaucoup de cultures. Et j’ai l’impression qu’il s’agit de la paix intérieure...

                Car l’absence de paix intérieure, les émotions douloureuses et récurrentes, pourraient bien expliquer un grand nombre de maladies.

                En lisant votre lien, une question me vient : connaitriez-vous des études examinant l’effet de la prise de magnésium sur les diabètes I ou II ?

                Merci par avance ! Et la paix soit avec vous smiley


              • Pascal GILBERT Pascal GILBERT 27 novembre 2009 09:55

                Je ne connais pas d’étude magnésium et diabète, désolé. 


                Quant à la paix, je ne fais qu’énoncer une évidence que l’on peut formuler autrement : l’absence de guerre.


              • Charles Martel Charles Martel 27 novembre 2009 08:42

                Vouloir imputer l’augmentation de l’espérance de vie à un seul facteur est tellement ridicule que ça ne vat même pas la peine d’ne parler. Il s’agit évidemment d’une conjonctiond e facteurs favorables. Pascal Gilbert en a grossièrement donné quelques exemples.

                A noter que la médicalisation des accouchements et le suivi des bébés dans les trois premières années a considérablement fait chuter le taux de mortalité des nourissons ce qui a évidemment un impact non négligeable sur l’espérance de vie.


                • ObjectifObjectif 27 novembre 2009 09:36

                  Bonjour,

                  "Vouloir imputer l’augmentation de l’espérance de vie à un seul facteur est tellement ridicule que ça ne vat même pas la peine d’ne parler."

                  Tout à fait d’accord, c’est pourquoi je n’en parle pas. A quoi faite-vous référence exactement ?


                • ObjectifObjectif 27 novembre 2009 09:45

                  "A noter que la médicalisation des accouchements et le suivi des bébés dans les trois premières années a considérablement fait chuter le taux de mortalité des nourissons ce qui a évidemment un impact non négligeable sur l’espérance de vie."

                  Sur la définition de la statistique de l’espérance de vie, je n’ai pas trouver le détail de la prise en compte des naissance : à partir de quel moment exact un bébé est-il pris en compte ?

                  Concernant la médicalisation, il peut y avoir de grandes variations selon les pays. J’avais vu en Allemagne que l’accouchement à la maison me semblait plus fréquent qu’en France, mais je ne connais pas l’étendue exacte du phénomène.


                • Pascal GILBERT Pascal GILBERT 27 novembre 2009 10:07
                  Aux Pays-Bas l’accouchement à domicile se pratiquait largement il y a une dizaine d’années.

                   « Evaluer les risques d’une femme et fournir les soins adéquats est le quotidien des médecins généralistes. La clef des résultats constamment bons de l’accouchement à domicile en Hollande réside dans un choix méticuleux des femmes à bas risques de complications obstétricales. Cela entraîne des résultats obstétricaux égaux ou meilleurs à ceux retrouvés en milieu hospitalier avec moins de nécessité d’interventions pour un grand nombre de femme de la communauté. L’évaluation des risques est faite à partir d’un protocole ( la liste Kloosterman, du nom de son auteur) qui est utilisé en routine et sert de guide national des bonnes pratiques » 

                  Home birth. Safe in selected women, and with adequate infrastructure and support BMJ No 7068 Volume 313 Editorial Saturday 23 November 1996


                  Il est évident que le recours à l’hospitalisation était une possibilité largement utilisée en cas d’événement imprévu mais ces transferts, en urgence, ne semblent pas avoir d’influence néfaste sur la naissance.
                  Transfer from Home to Hospital : What Is Its Effect on the Experience of Childbirth ? Therese A. Wiegers PhD, Jouke van der Zee PhD & Marc J. N. C. Keirse MD, Dphil Birth. Volume 25 Issue 1 Page 19 - March 1998

                  Le références sont un peu anciennes mais peuvent servir de point de départ à une recherche actualisée. Toutefois je ne connais pas l’évolution de cette pratique actuellement.

                  http://pascalgilbert.ouvaton.org/

                • Charles Martel Charles Martel 27 novembre 2009 10:57

                  « Tout à fait d’accord, c’est pourquoi je n’en parle pas. A quoi faite-vous référence exactement ? »

                  à tous ceux qui prétendent que seul le progrès médical augmente l’espérance de vie, aussi bien qu’à ceux qui doutent que le progrès médical ait augmenté l’espérance de vie.

                  Concernant l’espérance de vie, elle est effectivement en large hausse quand vous n’avez pas 2 enfants sur 5 qui ne dépasseront pas les 4 ans... L’espérance de vie est calculée il me semble sur les populations nées en telle année. ne plus mourir trop jeune augmente l’espérance de vie ainsi, ce n’est pas parce qu’au moyen âge, elle devait être de 35 ans qu’il n’existaient pas de nombreuses personnes au delà de cet âge. Seulement il y avait beaucoup de morts prématurées (jeunes enfants).

                  enfin quand je parle de médicalisation de l’accouchement et de l’accompagnement des nourrissons, j’y intègre aussi toute l’information donnée aux parents en terme de prévention (notamment pour la mort subite). Un pneumocoque sur un enfant de 18 mois, mortel il y a moins de 200 ans, se traite très facilement aujourd’hui. merci Mr Fleming :) (un exemple parmi d’autres)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès