Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Chikungunya, l’indifférence de la presse ?

Chikungunya, l’indifférence de la presse ?

J’aime La Réunion. Je me demande si le Chikungunya, transmis par la piqûre du moustique Aedes qui sévit à l’Ile de La Réunion, est éradiqué . Pourquoi la presse, qui s’est excitée quelque temps au début de sa prolifération, n’en parle-t-elle plus ?

Ceux qui s’intéressent un peu à cette île doivent savoir que ce mal sévit toujours dans cette belle île des Mascareignes. Il y a toujours beaucoup de Réunionnais qui en sont victimes. Comme je le disais plus haut, le moustique Aedes est le transmetteur principal de ce mal. Cette épidémie sévit à La Réunion depuis le mois février 2005. Elle a touché près d’un quart de la population de l’île, soit environ 150 000 à 200 000 habitants. Les données chiffrées ne peuvent être qu’approximatives, car le recensement des malades ne se fait que dans les hôpitaux. Le nombre de décès varie entre 80 et 100, leur mort est imputable au virus du chikungunya. Néanmoins, il est difficile de quantifier précisément comment les défunts se sont éteints.

La transmission du Chikungunya (la presse a-t-elle arrêté ses investigations ?)

Ayant sévi en Afrique de l’Est avant d’apparaître à l’Ile de la Réunion au début de l’année 2005, le chikungunya, transmis par le moustique Aedes albopictus, donne aux personnes affectées de fortes poussées de fièvre accompagnées de douleurs articulaires, voire de paralysies articulaires qui obligent les malades à se déplacer courbés. Le mot chikungunya désigne en langue swahili celui qui marche courbé ou penché. Ce mal, qui a une durée de vie brève (sept à dix jours pour certains patients), est très invalidant. Pourquoi la presse ne s’intéresse-t-elle plus à ce qui arrive à nos compatriotes de l’Océan indien ? Le sujet n’est-il pas vendeur ? Faut-il être aveugle sur le sort des Français de là-bas ?

Le virus du chikungunya a été identifié en 1953 pour la première fois en Afrique de l’Est ; vu qu’il ne provoquait pas d’infections mortelles, son classement dans le rang des maladies le plaça dans la classe des maladies bénignes. Cette infection n’occasionnait des décès que très rarement, et dans le cas de personnes très fragiles : les nourrissons, les personnes âgées et les femmes enceintes. Aujourd’hui, il a été constaté que la maladie frappe mortellement toutes les tranches d’âge. Aucun vaccin n’existe à ce jour, encore moins de traitement préventif médicamenteux. Il est dit que les Américains ont mis au point un produit (voire un vaccin) pour leurs armées. En France, la prise en charge thérapeutique se limite encore à la prescription d’anti-inflammatoires pour soulager les douleurs, et de paracétamol contre la fièvre.

Le silence de nos dirigeants actuellement sur le mal de la Réunion joue-t-il un rôle sur le silence de la presse au sujet du chikungunya ? Nous savons que lorsque monsieur Baroin, ministre de l’Outre-Mer, s’est rendu à la Réunion, il y a eu pas mal de déclarations et de promesses faites en vue de « sauver », de soigner nos compatriotes. Monsieur Xavier Bertrand, ministre de la Santé, avait promis des moyens supplémentaires, humains et matériels, pour devancer l’épidémie, ne pas se laisser prendre de vitesse par la maladie. La presse nous a présenté des actions qui étaient entreprises dans le but d’éradiquer la maladie. Depuis, rien de nouveau. Je m’interroge sur notre presse. Que notre presse m’impressionne en nous relatant des faits sur des sujets importants qui nous font avancer ! Qu’elle arrête son mutisme et avance dans ses recherches et investigations.


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • (---.---.58.127) 4 juillet 2006 10:52

    Veut on vider les îles de ses habitants trop colorés qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! Même plan que le SIDA en afrique destiné à décimer des populations entières de noirs !

    Certains blancs (ceux au pouvoir lors de l’arpatheid) installés en Afrique de sud" n’avait ils pas financés des recherches qui visait à fabriquer des virus, bactéries et autres ne s’en prenant qu’aux noirs et les tuant ?

    Un insecte aussi virulent qui apparaît comme ça du jour au lendemain ? pourquoi ai je l’impression qu’il s’agit d’un insecte traficoté ?

    Enfin bref ! c’est une calamité car en plus des dégâts causés par cet insecte, s’ajoute aussi celui des labos pharmaceutiques et des industriels de la chime.

    Ils recouvrent l’île de produits toxiques délaissant des alternatives beaucoup plus responsables, plus efficaces et écologiques.


    • (---.---.123.107) 4 juillet 2006 11:19

      Si il y avait un moustique piquant uniquement les crétins tu serait couvert de piqures !


    • (---.---.58.127) 4 juillet 2006 11:29

      je préfère être crétin qu’IGNORANT !


    • (---.---.117.250) 4 juillet 2006 11:48

      crétin et ignorant c’est pas incompatible...


    • gem (---.---.117.250) 4 juillet 2006 11:52

      Quand la presse parle, on dit qu’elle en fait trop (et c’est vrai, d’aileurs), et qu’elle fait plus de mal que de bien (à preuve la véritable panique dont le tourisme réunionais à souffert). Quand elle parle d’autre chose, on dit qu’elle ignore le problème (et c’est également vrai).

      Jamais content...


    • (---.---.58.127) 4 juillet 2006 12:27

      @ (IP:xxx.x55.117.250) le 4 juillet 2006 à 11H48 crétin et ignorant c’est pas incompatible...

      Vous en êtes donc le specimen vivant !


    • Laurent (---.---.143.32) 8 juillet 2006 11:15

      Crétin, ignorant et parano !


    • Fraternitas (---.---.6.84) 4 juillet 2006 11:13

      « Le sujet n’est-il pas vendeur ? Faut-il être aveugle sur le sort des Français de là-bas ? »

      Il faut reconnaître qu’à côté de la présence de la France en demi-finale de la coupe du monde, le chikungunya est tout à fait négligeable.

      En outre, cela montre bien que pour les Français d’ici, les Français de là-bas ne sont pas pleinement des Français.

      Il n’y a pas lieu de s’en étonner puisque les Français d’ici ne reconnaissent pas comme pleinement Français, les Français d’ici qui n’ont pas le bon faciès ou la bonne couleur de peau.

      Cela, c’est peut-être la pire forme du racisme, parce que s’il n’est ni violent ni agressif, il est ancré au plus profond des subconscients.

      Pire, même des gens qui se proclament sincèrement antiracistes l’expriment implicitement, ce racisme-là, par une indifférence dont ils ne sont pas conscients.

      C’est ce même racisme implicite qui fait que des journaux dont l’attachement aux valeurs de la République est réel, accordent cent fois moins de place à une catastrophe ferroviaire qui fait cent morts au Nigeria qu’à un accident de métro qui fait trois morts à Paris.


      • cro (---.---.42.143) 4 juillet 2006 11:37

        apparemment ce n’est pas incompatible : tu peux être crétin ET ignorant. tu serais pas un des grands (re)penseurs de la tribue K, toi ?


        • Adolphos (---.---.59.170) 4 juillet 2006 11:38

          « Chikungunya, l’indifférence de la presse ? »

          Voila, nous vivons une époque ou être dans les média est la chose du monde la plus importante, afin d’être pleuré ou admiré par la Masse. Tout le reste n’est qu’un prétexte. Chacun à Droit à son petit entrefilé de Gloire..


          • (---.---.17.176) 4 juillet 2006 11:42

            @Fraternitas « C’est ce même racisme implicite qui fait que des journaux dont l’attachement aux valeurs de la République est réel, accordent cent fois moins de place à une catastrophe ferroviaire qui fait cent morts au Nigeria qu’à un accident de métro qui fait trois morts à Paris »

            Qui dicte la ligne éditorialiste d’un journal ? En grande partie le lecteur mais pas simplement. Quand on voit le batage médiatique autour de l’affaire Clearstream alors que la majorité des français ne se sentent pas concernés, qui a choisit de présenter ce sujet ? Quand on voit le battage médiatique autour de la grippe aviaire qui avait pour seul but de traumatiser les français , qui est responsable de ce flot d’information surdimentionné ?

            Alors ne pas trouver quelques lignes pour signaler la détresse de nos frères de la Réunion en disant que les français sont racistes c’est un peu se moquer des gens.

            Un journal est aussi la pour apprendre, informer en dehors de ce genre de lacheté qui consiste à ne donner à lire que ce qu’ILS pensent que nous voudrions savoir.


            • Fraternitas (---.---.6.84) 4 juillet 2006 15:05

              « Alors ne pas trouver quelques lignes pour signaler la détresse de nos frères de la Réunion en disant que les français sont racistes c’est un peu se moquer des gens. »

              Vous n’avez pas compris, parce que vous n’êtes pas engagé dans le combat antiraciste. Le racisme, ce n’est pas seulement insulter, ou frapper, quelqu’un en raison de sa couleur de peau, c’est aussi ne pas ressentir le besoin de se solidariser avec quelqu’un en raison de la couleur de cette même peau.

              Il s’agit donc de ce que j’appelle le racisme implicite qui entraîne une inégalité de traitement - dans le cas particulier, une inégalité de compassion - en fonction de la race, ou de la nationalité, des gens.

              Que cela plaise ou non, l’indifférence est la phase la plus élémentaire, la plus répandue et la plus dangereuse du racisme. La plus dangereuse, parce qu’elle est pratiquement impossible à combattre.

              Il y a quelques semaines, il a été fait mention de l’utilisation d’enfants nigérians comme cobayes humains pour des tests de médicaments, et de la mort de sept d’entre eux. Cette information n’a pas tenu quarante-huit heures, alors qu’elle aurait été exploitée pendant des semaines si les petites victimes avaient été françaises, espagnoles ou italiennes.

              A ceux qui m’attaquent sur la question du racisme implicite, je demande : si cette indifférence n’est pas une manifestation de racisme implicite, qu’est-ce que c’est ?


            • fredericKH (---.---.102.41) 6 juillet 2006 13:22

              ATTENTION ! TROLL en puissance. NE REPONDEZ PAS.

              UN POINT GODWIN pour cette contribution revancharde, vile et mesquine suite à un autre article du même courageux auteur.

              ATTENTION ! TROLL en puissance. NE REPONDEZ PAS>


            • fredericKH (---.---.102.41) 6 juillet 2006 13:24

              ATTENTION ! TROLL en puissance. NE REPONDEZ PAS.

              UN POINT GODWIN pour cette contribution revancharde, vile et mesquine suite à un autre article du même courageux auteur.

              ATTENTION ! TROLL en puissance. NE REPONDEZ PAS


            • Mausy (---.---.150.35) 4 juillet 2006 13:06

              Indépendamment de la polémique Ici-La bas / Dom-Métropole / Noir-Blanc / Intelligent-C..., ne s’improvise pas journaliste d’investigation qui veut.

              Si cet article a le mérite de soulever le zapping de la presse généraliste sur les sujets importants de notre société et l’indifférence de TOUS les métropolitains (pas uniquement de la presse) pour tout ce qui est à l’extérieur de l’hexagone, il n’est est pas moins truffé d’informations au mieux obsolètes au pire erronées.

              Les chiffres : au 01/07/2006, l’épidémie à touché 266.000 réunionnais et est responsable de la mort de 238 personnes et 600 nouveaux cas ont été déclarés en semaine 25 (19-25 juin). Ces chiffres sont à relativiser et à comparer avec ceux du mois de février ou l’on a enregistré jusqu’à 47.000 cas par semaine. Donc l’épidémie est en phase de « sommeil » à cause de l’hivers austral et des mesures de lutte anti-vectorielle effectuées depuis le début de l’année.

              Mortalité : affirmer que « la maladie frappe mortellement toutes les tranches d’âge » me parait exagéré. Si 2 enfants de -10 sont effectivement décédés en début d’année, 75% des personnes décédées avait plus de 68 ans et étaient déjà atteintes pour la plupart d’autres pathologies. Même si elle n’est pas bénigne, le chikungunya n’est pas le sida ou l’Ebola ! Ni contagion, ni gravité systématique, mais complications articulaires pour 10-15% des personnes atteintes.

              Traitement : les américains avaient entamé puis arrêté la mise en point d’un vaccin anti-chik pour leurs militaires. Ces travaux ont été transmis aux scientifiques français qui ont repris et poursuivent ces recherches.

              Politique : le 1er ministre s’est déplacé 2 fois à La Réunion et le ministre de la santé au moins 3 fois depuis le début de l’année. Le ministère des Dom-tom est obsolète et devrait être rayé de la géo-politique française.

              La machinerie politique et scientifique française à mis 10 mois pour réagir, mais maintenant elle tourne à plein régime. Il n’y a que la presse (et par voie de conséquence la population métropolitaine) qui semble ignorer ce qui se passe dans ce département. Mais ce n’est pas grave, vous avez encore la possibilité de rattraper votre retard en visitant www.chikungunya.net


              • (---.---.58.127) 4 juillet 2006 13:25

                ah oui ! les labos ont faliré le sang !

                On peut bien nous faire gober qu’on fait de la recherche pour sortir des médocs bidons avec effets secondaires aggravants quand on sait que le gouvernement a éttoufé le fait qu’ul remède tout simple, bon marché et non brevetable vient à bout de la maladie causée par le chik !

                le chlorure de magnésium !

                Donc, résumons : il existe un traitement simple, efficace ! des façons de lutter contre le chik simples, efficaces et écologiques !

                Non seulement, on épand des produits toxiques en quantités effrayantes sur l’île et les labos sont en train de chercher un remède !

                Va comprendre, Charles ! smiley


              • Mausy (---.---.150.35) 4 juillet 2006 14:35

                Tout et surtout n’importe quoi a été dit sur les supposés « vertus » du chlorure de magnésium. Si ce produit était aussi efficace que cela, il faudrait le recommander d’urgence à l’Inde où le Chikungunya sévit en ce moment. Comment, 1 milliard d’habitants sont sous la menace d’une épidémie et vous n’étiez pas au courant ? Mais que fait donc la presse ... Tout sur le produit miracle ==> http://www.chikungunya.net/_epidemie/000001b2.htm


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 4 juillet 2006 13:37

                Bonjour,

                Je vous passe la copie d’un article que j’ai adressé le 0/6/05 à Agoravox et qui a été refusé au motif suivant : Raison du refus : Article déjà soumis, qui a fait l’objet d’une publication antérieure .. cela juste pour dire que la lutte contre les moustiques en Métropole comme dans les Dom-Tom est principalement ( à mon avis ) le fait de la volonté et de la détermination de la population ! Moralité, il ne faut pas tout attendre de l’Etat, et que c’est à nous de nous prendre en compte ! @+ P@py

                Vos bidons, gamelles et autres récipients n’ont pas été vidés, … trop tard, les moustiques se sont déjà envolés … !

                Mes deux articles précédent : http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=8291 et http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=7022

                ,traitaient des nuisances des moustiques , j’indiquais ( notamment dans le deuxième ) que la lutte contre ces vilaines bestioles commençait par la destruction et l’élimination de leurs gîtes larvaires, alors vos bidons, gamelles et autres récipients( ou ceux de vos voisins ) n’ont pas été vidés, … trop tard, les moustiques se sont déjà envolés … mais je pense qu’ils ne manqueront pas de vous rendre , ( à leurs manières ) une petite visite de « courtoisie » !

                Avec ces quelques photos, et en quelques lignes, je vais vous monter que par négligence ou par désinvolture, l’homme est souvent l’auxiliaire involontaire de la prolifération des ses éternels gêneurs qui nous causent tant de désagréments.

                Historique :

                Début avril, j’ai placé dans ma cour à mi-ombre ce seau à vendanges vide, afin qu’il récupère l’eau de pluie, et serve ainsi de gîte larvaire, ici. la quantité d’eau que ce dernier avait recueilli dans le Var vers la mi-avril. La dernière semaine du mois, j’ai remarqué l’éclosion des premières larves, deux à 3 jours plus tard, je recouvrais ce seau d’une moustiquaire pour deux raisons :

                1 ) Je savais bien que ces dernières allaient éclorent sous peu, et que les moustiques adultes s’échapperaient. .. et s’ils se répondraient dans la nature, eh bien c’est votre serviteur qui en serait la première « victime » 2 ) Enfin en les tenants « prisonniers » de cette façon, je savais que pour mon « expérience » cela me permettrait de les compter.

                La situation au 04/05, on voit sur cette photos des larves , à coté les cadavres de quelques moustiques adultes qui ont éclos antérieurement. Comme ils étaient enfermés, ils n’ont pu s ‘échapper, ne pouvant s’alimenter pour les femelles manque de repas sanguins, et pour les mâles de pouvoir butiner les fleurs, ils ont du certainement mourir de faim, et se sont également noyés ,( car un moustique comme beaucoup d’autres insectes , quand il se posent sur l’eau, s’ils mouillent leurs ailes, ces derniers ont de grandes chances de se noyer ) ; A noter que leurs corps sert à enrichir le dépôt des matières organiques * dont se nourrissent les larves qui ne sont pas encore arrivées à maturité.

                Cette photo montre des moustiques adultes vivants qui sont accrochés à la paroi intérieure du seau. ( difficile à photographier, car ils volaient sans cesse ) Avant d’enlever la moustiquaire, j’ai flytoxé les adultes, c’est leurs cadavres ici que l’on peut compter sur un ¼ d la surface du seau. Pour savoir le nombre de moustiques qui arrivent à se développer dans un seau, j’ai vidé ce dernier, tamisé l’eau, et déposé ces dernières sur une feuille de papier, regardez le nombre de larves( en rouge ) qui ont été récupérées.

                Conclusion : Ce récipient qui a servi de gîte larvaire,( en tenant compte des cadavres des moustiques adultes) aurait permis à une bonne cent cinquantaine de moustiques de voir le jour !

                Voilà, résumé en quelques photos , ce que peut devenir en l’espace de 3 semaines un simple seau laissé à l’abandon à l’extérieur au fond du jardin, … s’il est facile de l’oublier, par contre les moustiques eux ne vous oublierons pas ! Avec ces quelques photos, vous avez résumé devant vous la triste chronologie du « Chikungunya » qui a frappée la Réunion.

                Le conseil de P@py, pour éviter cela,…pour vos seaux, gamelles, et pour tous vos autres récipients la meilleure solution est ,… celle-ci !

                Enfin, pour tous les autres gîtes larvaires dont le vidage s’avère difficile voir impossible, vous pouvez vous rapporter à mon article précédent paragraphe : LA LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE

                · Dans le cas présent, c’était la décomposition des débris des végétaux apportés par le vent, et celle des autres petits insectes ( sauterelles , mouches etc ) qui se noient journellement dans les récipients ou autres volume ou il y a de l’eau stagnante, ( flaques, marres, roselières barbotières etc ! ) Suivant la richesse de la matière organique du lieu ou se développe les larves, les adultes qui naîtront de ces dernières seront plus ou moins vigoureux,…. je vous laisse imaginer la forme que peuvent avoir des moustiques dont leurs larves se sont développées dans les eaux d’une fosse septique !

                Gilbert Spagnolo dit P@py


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 4 juillet 2006 15:33

                  Bonjour, Je replace mon article, car j’ai remarqué que les liens ne fonctionnaient pas ! @+ P@py

                  Vos bidons, gamelles et autres récipients n’ont pas été vidés, … trop tard, les moustiques se sont déjà envolés … !

                  Mes deux articles précédent : http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=8291 et http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=7022

                  ,traitaient des nuisances des moustiques , j’indiquais ( notamment dans le deuxième ) que la lutte contre ces vilaines bestioles commençait par la destruction et l’élimination de leurs gîtes larvaires, alors vos bidons, gamelles et autres récipients( ou ceux de vos voisins ) n’ont pas été vidés, … trop tard, les moustiques se sont déjà envolés … mais je pense qu’ils ne manqueront pas de vous rendre , ( à leurs manières ) une petite visite de « courtoisie » !

                  Avec ces quelques photos, et en quelques lignes, je vais vous monter que par négligence ou par désinvolture, l’homme est souvent l’auxiliaire involontaire de la prolifération des ses éternels gêneurs qui nous causent tant de désagréments.

                  Historique :

                  Début avril, j’ai placé dans ma cour à mi-ombre ce seau à vendanges vide, afin qu’il récupère l’eau de pluie, et serve ainsi de gîte larvaire, ici.

                  http://hebergement-images.voiloo.net/image-9f67fa407d8c1222eb4855774f9945e0.jpg

                  la quantité d’eau que ce dernier avait recueilli dans le Var vers la mi-avril. La dernière semaine du mois, j’ai remarqué l’éclosion des premières larves, deux à 3 jours plus tard, je recouvrais ce seau d’une moustiquaire pour deux raisons :

                  1 ) Je savais bien que ces dernières allaient éclorent sous peu, et que les moustiques adultes s’échapperaient. .. et s’ils se répondraient dans la nature, eh bien c’est votre serviteur qui en serait la première « victime » 2 ) Enfin en les tenants « prisonniers » de cette façon, je savais que pour mon « expérience » cela me permettrait de les compter.

                  La situation au 04/05, on voit sur cette photos des larves , http://hebergement-images.voiloo.net/image-4b9623db2d13510bef4e450b83f1087f.jpg

                  à coté les cadavres de quelques moustiques adultes qui ont éclos antérieurement. Comme ils étaient enfermés, ils n’ont pu s ‘échapper, ne pouvant s’alimenter pour les femelles manque de repas sanguins, et pour les mâles de pouvoir butiner les fleurs, ils ont du certainement mourir de faim, et se sont également noyés ,

                  http://hebergement-images.voiloo.net/image-3df79b824d912922093f31cd86749923.jpg

                  ( car un moustique comme beaucoup d’autres insectes , quand il se posent sur l’eau, s’ils mouillent leurs ailes, ces derniers ont de grandes chances de se noyer ) ; A noter que leurs corps sert à enrichir le dépôt des matières organiques

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Mati%C3%A8re_organique

                  * dont se nourrissent les larves qui ne sont pas encore arrivées à maturité.

                  Cette photo montre des moustiques adultes vivants qui sont accrochés

                  http://hebergement-images.voiloo.net/image-29ded98ee5a609d148bb29269169db04.jpg

                  à la paroi intérieure du seau. ( difficile à photographier, car ils volaient sans cesse ) Avant d’enlever la moustiquaire, j’ai flytoxé les adultes, c’est leurs cadavres ici

                  http://hebergement-images.voiloo.net/image-15b0369c0f8daeb04150202632e4fb1a

                  que l’on peut compter sur un ¼ d la surface du seau. Pour savoir le nombre de moustiques qui arrivent à se développer dans un seau, j’ai vidé ce dernier, tamisé l’eau, et déposé ces dernières sur une feuille de papier, regardez le nombre de larves( en rouge ) qui ont été récupérées.

                  http://hebergement-images.voiloo.net/image-073697d6d748c2957da5ab65ffec2fd1.jpg

                  Conclusion : Ce récipient qui a servi de gîte larvaire,( en tenant compte des cadavres des moustiques adultes) aurait permis à une bonne cent cinquantaine de moustiques de voir le jour !

                  Voilà, résumé en quelques photos , ce que peut devenir en l’espace de 3 semaines un simple seau laissé à l’abandon à l’extérieur au fond du jardin, … s’il est facile de l’oublier, par contre les moustiques eux ne vous oublierons pas ! Avec ces quelques photos, vous avez résumé devant vous la triste chronologie du « Chikungunya » qui a frappée la Réunion.

                  Le conseil de P@py, pour éviter cela,…pour vos seaux, gamelles, et pour tous vos autres récipients la meilleure solution est ,… celle-ci !

                  http://hebergement-images.voiloo.net/images/907a2acaa1d6e34b2363e43eb3e2530f.jpg

                  Enfin, pour tous les autres gîtes larvaires dont le vidage s’avère difficile voir impossible, vous pouvez vous rapporter à mon article précédent paragraphe : LA LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE

                  http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=7022

                  · Dans le cas présent, c’était la décomposition des débris des végétaux apportés par le vent, et celle des autres petits insectes ( sauterelles , mouches etc ) qui se noient journellement dans les récipients ou autres volume ou il y a de l’eau stagnante, ( flaques, marres, roselières barbotières etc ! ) Suivant la richesse de la matière organique du lieu ou se développe les larves, les adultes qui naîtront de ces dernières seront plus ou moins vigoureux,…. je vous laisse imaginer la forme que peuvent avoir des moustiques dont leurs larves se sont développées dans les eaux d’une fosse septique !

                  Gilbert Spagnolo dit P@py


                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 juillet 2006 10:02

                    Bon , j’vois que ça merdouille avec mes liens, mais la photo la plus importante est celle-ci, car elle montre bien l’éclosion d’ adultes vivants, ces derniers sont accrochés à la paroi du seau !

                    http://hebergement-images.voiloo.net/image-9d16078da58a07b3e6f6dab2f2a2f997.jpg

                    ou http://mezimages.com/image/p@py/DSC04790.JPG

                    Avec ces quelques photos, vous constatez aisément que l’abandon d’un petit récipient permet la naissance d’un bon nombre de moustiques

                    @+ P@py


                      • Plus robert que Redford (---.---.150.216) 8 juillet 2006 20:42

                        Bravo et félicitations à P@py !

                        Ca, c’est une vraie démarche scientifique et pragmatique ! Même si la manip qu’il qualifie de bouts de ficelles parait rigolote, on a là une vraie expérimentation de terrain.

                        Je souhaite qu’il convainque un maximum de gens.


                        • nono (---.---.155.206) 19 juillet 2006 08:26

                          en effet, bravo papy !

                          ton expérimentation me l’a fait comprendre : le chik,ça démarre au fonds de mon seau ! beaucoup en parlaient, mais tu es le seul à me l’avoir montré . le fait que tu te situes dans la simple démonstration, et non dans la polémique,m’a permis de m’approprier ce que tu as mis on line... du coup,je suis allé vérifier dans la cour : un de mes seaux n’était pas encore couvert...

                          merci papy.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès