Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Santé > CMR : la science poubelle

CMR : la science poubelle

Après l’indignation, le courage ? hommage à Cash Investigation

On peut supposer que le peuple-enfant de Tocqueville, fixé dans un système infantilisant et individualiste par un pouvoir tutélaire, a évolué, et que ce peuple-enfant, éduqué par Les Lumières et conforté par sa quête de Liberté est devenu adulte. Eduqué, conscient, réfléchi, il est surtout devenu sceptique, voire indigné. Mais que fait-il, ou que faisons-nous, pour répondre à cette indignation ?

La « science poubelle » est l’expression utilisée par l’ex-directeur général de la firme agrochimique Syngenta pour qualifier les laboratoires de recherche qui mènent des recherches sur les effets des CMR, c’est-à-dire les pesticides et autres produits chimiques identifiés comme Cancérigènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (in émission Cash Investigation du 2/02/16 présenté par Elice Lucet). Nul mieux que Syngenta sait ce qu’est la science poubelle, celle qui épand des dizaines de milliers de tonnes de CMR dans la nature (65 000 T en France épandus par les six principales industries agrochimiques, BAYER, Syngenta, MonSanto, BASF, DOW, DUPONT)(1).

Pour justifier l’usage des pesticides, les arguments des agrochimistes sont connus et ressassés : « sans pesticides, la population ne mangerait pas à sa faim » ; « sans pesticides, les exploitations ne seraient pas rentables ». Il est inutile d’épiloguer sur ces arguments spécieux démentis par la dénutrition de populations entières, également par une agriculture alternative, car il y a plus grave. C’est notre passivité face à la situation : 97 % de nos aliments contiennent des résidus de pesticide (dans les limites légales), dont les effets sont aggravés par la multiplication de molécules chimiques toxiques par ailleurs présentes dans l’air ainsi que dans les produits et objets du quotidien. Certaines études évoquent jusqu’à 40 toxines dans notre sang.

Cash Investigation pointe du doigt le plomb, le mercure et deux CMR : l’ancien désherbant ATRAZINE (vendu par SYNGENTA) qui, bien qu’interdit en France, est persistant dans les nappes phréatiques (et l’eau du robinet), sans que la firme s’en inquiète ; ainsi que le FOLPEL vendu par BAYER et répandu jusqu’à 18 fois par saison sur les vignes bordelaises. De nombreuses études montrent l’effet déclenchant des CRM et des molécules chimiques sur les maladies infantiles tel que l’autisme (en augmentation aux USA et en France), le cancer chez l’enfant, l’absence de développement cérébral-cognitif. A l’autre bout du cycle de vie, ces molécules pourraient avoir également un effet déclencheur des troubles d’Alzheimer et apparentés.

Cash Investigation n’est pas la première émission à nous informer sur les dangers des épandages chimiques pour les agriculteurs eux-mêmes, pour les populations avoisinantes les champs traités, et pour l’ensemble des consommateurs. Et cependant, enquête après enquête, nous restons globalement passifs. Ici une émission d’investigation qui dérange et indigne, là la publication vite étouffée d’une recherche en laboratoire, là encore une contribution non médiatisée d’une association. Ecrasés, étouffés, devons-nous mourir aussi par absence de courage ? 

Milicent HERVE

1.Voir par exemple cette fiche d’un fongicide composé de trois molécules qui agissent à tous les stades du développement. La « persistance » des « phytosanitaires » est fréquemment évoquée.

Sygenta se défausse de tous mauvais usages des pesticides en proposant des bonnes pratiques impraticables, comme dans cette vidéo qui prêterait presque à rire.

Monsanto, leader de l’industrie agrochimique et producteur de l’agent orange, puis du roundup, se paie une bonne conscience en proposant sur une de ses pages un lien au plan écophyto du ministère (287 000 agriculteurs sont certifiés selon le rapport en ligne). Monsanto a notamment été reconnu responsable en 2012 dans l’affaire qui l’opposait à un agriculteur charentais


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 4 février 12:12

    Rappelons la célèbre lettre signée conjointement par Chirac, Schroeder et Blair, demandant à la Commission européenne de surseoir à la directive obligeant les industriels de la Chimie à établir une fiche de sécurité pour les produits qu’ils déversent sur le marché.

    Rappelons que les ministres de l’Agriculture - au secours, Gaymard revient avec Jupé - ont favorisé l’agriculture intensive - défendue par la FNSEA - fondée sur l’utilisation massive de produits nocifs pour la santé humaine dans l’intérêt bien compris des multinationales de la Chimie.

    Rappelons enfin, que les premières victimes de cet empoisonnement des terres, des eaux et de l’air, sont les agriculteurs (indépendants et salariés) et leur descendance.


    • Rincevent Rincevent 4 février 14:39

      @Daniel Roux

      C’est ça qui est terrible. Les premiers qui en sont victimes sont aussi les premiers défenseurs de ces saloperies, piégés qu’ils sont par ce système qui commence par la banque « verte » qui les endette sur vingt ans ou plus. Après, comment en sortir ?


    • Rincevent Rincevent 5 février 00:14

      En fait, certains en sortent mais les pieds devant. C’est la Mutuelle Sociale Agricole, bien placée, qui avait tiré la sonnette d’alarme.


    • fcpgismo fcpgismo 4 février 12:52

      Tous ces individus devraient être poursuivi pour un crime imprescriptible( Crime contre l’humanité.)


      • oort 4 février 13:19

        On parle de l’Atrazine ds les eaux souterraines... ne pas oublier le glyphosate (le roundup quoi) ds les eaux superficielles... on le retrouve dans près de 50% des cours d’eau.... et surtout... vous trouvez les « métabolites secondaires » issus de la dégradation du glyphosate (AMPA par exemple). Ben oui c’est pas mal pour l’os de REX : le glyphosate se dégrade en 1 à 2 semaines... mais il ne se transforme pas en eau ! et on a très peu d’infos sur la toxicité et écotoxicité de ces métabolites...(ce n’est pas étudié ds les dossiers d’homologation). Aucune réglementation actuelle liée à la qualité de l’air (en lien avec les pesticides)... c’est une source de contamination non négligeable !

        Ne pas oublier qu’une agriculture basée sur les intrants de synthèse n’est pas « millénaire »... cela date essentiellement des années 60 et 70... donc l’argument ne dire « on a pas le choix pour nourrir la planète » est un peu pipeau... Il est nécessaire de retrouver le vrai sens de l’agronomie et du raisonnement et arrêter avec le concept « un problème, une solution », cela passe par une analyse systémique... 

        • JL JL 4 février 13:38

          @oort,


          ce matin, j’ai entendu sur France Culture dire que l’atrazine pouvait provoquer des malformations du fœtus, voire des microcéphalies.

          Curieusement, peu de temps après sur la même chaîne, l’invité des matins nous expliquait les dégâts du virus zika accusé entre autres d’être responsable de microcéphalies.



        • ecophilopat 5 février 11:22

          @JL
          A propos de Zika, de la microcéphalie et des pesticides :
          http://lesmoutonsenrages.fr/2016/02/03/zika-ou-comment-loms-transforme-un-virus-banal-en-menace-mondiale/
          .
          Extrait :
          "Comment l’OMS peut-t-elle envisager une relation entre le virus Zika et les cas de microcéphalies alors que sur 3.448 recensés au Brésil seul 270 cas ont été confirmés et 6 d’entre eux seulement avaient le virus Zika. 1) D’après une étude d’une revue de Neurologie, 25 000 cas de microcéphalies sont diagnostiqués annuellement rien qu’aux Etats-Unis.
          Pourtant, en 2009, la « menace Zika » n’était pas encore à l’oeuvre. Pourquoi ces nombreux cas n’ont-ils pas inquiété outre mesure le gouvernement américain à ce jour alors que 270 cas au Brésil motive l’OMS a déclarer ce virus comme une urgence de santé publique mondiale, tout en n’ayant objectivement, aucune preuve d’une relation de causalité entre ce virus et les cas de microcéphalies. Y aurait-il une autre cause plausible à ces cas ?"


        • foufouille foufouille 4 février 13:23

          pourtant, vendre n’est pas interdit.


          • Trelawney Trelawney 4 février 16:15

            @foufouille
            Pour l’atrazine, c’est interdit depuis longtemps, mais le produit est dur à effacer. Ce qui est dommage pour ce produit est qu’il rentre dans la catégorie des produits soumis à l’amende « pollueurs payeurs », mais il me semble qu’un ministre de notre gouvernement (certainement aidé par les lobbys) a décidé de taxer les agriculteurs (qui ne sont plus à une taxe prés) et pas l’industrie chimique.

            peut être que les « déjeuner de travail » comme celui qu’a dérangé Elise Lucet dans son émission n’y sont pas pour rien


          • pemile 4 février 16:25

            @Trelawney « les « déjeuner de travail » comme celui qu’a dérangé Elise Lucet »
            Pour ce genre d’action elle assure la Elise smiley


            • Réveil Monde Réveil Monde 4 février 14:25

              Merci beaucoup @pemile pour ces liens (enquête de l’INSERM).


            • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 4 février 14:45

              Bonjour,
              Plus que jamais je suis en colère vous proférez des choses complétement délirantes. Ton article devrait m’intéressè,mais tu commence par des choses qui sont loin,très loin du monde des vivants.
              « le peuple-enfant de Tocqueville, » et « ce peuple-enfant, éduqué par Les Lumières » comment veux tu avoir quelques lecteurs qui ne sont pas à la même table que toi ? tu ne dois pas sortir loin de chez toi,car tu serais certainement perdu et en panique.
              Mais commencer par de telles affirmations ne fera rien .Ne changeras rien,car ton peuple d’enfants de Tocqueville,pardon Monsieur de Tocqueville aujourd’hui vont ou l’argent leur fleuri . C’est navrant d’être critique ,mais il le faut bien !


              • gogoRat gogoRat 4 février 16:21

                 Qui sont les ’procéduriers’ ?
                 Ceux qui ’gagnent’ leurs procès aux prud’hommes ? ou ceux qui sont en position de les inciter à ne pas ’victimiser’ ? 

                 
                 Crédulité ou pas crédulité face à l’a priori d’une Vérité absolue ?
                 
                 Lorsque, même entre experts, l’absence de consensus est notoire, qui ose mettre à la poubelle le bon sens d’un principe de précaution dans des pays qui prétendent viser à une démocratie ?
                 

                 Parallèle - clin d’œil , pour communiquer l’intuition d’un déni de pouvoir démocratique à l’encontre des premiers intéressés : la majorité des citoyens dits ignorants =

                cf https://fr.wikipedia.org/wiki/Faibles_doses_d’irradiation#Effets_non_lin.C3.A9aires
                 ’À l’opposé, le modèle linéaire sans seuil a également ses opposants, et en premier lieu l’industrie nucléaire. En effet, si la dose la plus infime peut être dangereuse, aucune mesure de protection n’est jamais suffisante, et les coûts s’envolent en proportion. Des coûts de la radioprotection à ceux de l’enfouissement des déchets en passant par la question des rejets, de la reconnaissance des cancers radio-induits comme maladies professionnelles à l’indemnisation des habitants exposés aux retombées d’essais nucléaires (les downwinders (en)), les enjeux financiers sont énormes.’


                • gogoRat gogoRat 5 février 02:16

                  @Paul&Mickey

                  citation de http://www.dissident-media.org/infonucleaire/Tchernobyl_une_catastrophe_1993.pdf

                  •  ’En somme, la thérapie consisterait à une mise en fiches et à une cure psychiatrique, douce précise-t-on, pour qu’on ne soit pas tenté de faire des rapprochements fâcheux avec des pratiques anciennes...Le scientifique soviétique Dimitri Popov, dans le quotidien Industrie socialiste,résume ainsi la situation : « La population locale n’a besoin d’aucun soin particulier, si ce n’est d’une psychothérapie (17). »’

                • Jean Pierre 4 février 16:37

                  Nous entrons dans une nouvelle époque celle du « capitalisme du désastre ». 

                  La pression de la grande distribution et du secteur agro-alimentaire (transformateurs) sur le prix d’achat des produits agricoles pousse à l’intensification agricole et donc à l’utilisation de nitrates et de pesticides. Cette intensification rends localement l’eau non potable ou en diminue la qualité. Anticipant sur cette baisse de la qualité de l’eau des réseaux, les grands de l’agro-alimentaire (Nestlé, Danone) ont préemptés toutes les grandes sources d’eau (Vittel, etc). Curieusement, dans certains cas ,une fois devenus propriétaires des sources d’eau, ces groupes encouragent la transition vers l’agriculture biologique autour de ces mêmes sources. Autant dire qu’ils savent pertinemment que les pesticides et les nitrates (omni-présents dans les produits alimentaires qu’ils vendent) sont des polluants nuisibles à l’eau et à la santé. Ils ne protègent pas la santé de leurs clients, mais savent très bien protéger leurs sources de profits.
                   La grande distribution et l’agro-alimentaire qui sont responsables de la dégradation de l’eau, en sont aussi les premiers bénéficiaires par le marché de l’eau capté de cette façon.

                  Dans cette logique, je ne serais pas surpris outre mesure si j’apprenais que les grands leaders de la chimie mondiale se positionnent dans le secteur de la chimiothérapie. La logique serait la même que pour le marché de l’eau : créer le problème, puis en profiter en vendant le poison et son remède. Et plus fort encore, ils seront capables de se positionner médiatiquement en sauveur de vies humaines !

                  • Trelawney Trelawney 4 février 17:54

                    @Jean Pierre
                    Ne soyez pas surpris, c’est la réalité.

                    Il y a eu l’époque des « alicaments » et quand vous voyez une pub avec une maman qui donne à son enfant un yaourt type Activia au bifidus, sans le savoir elle donne un produit qui est une sorte d’engrais (la même que l’on donne aux cochons pour augmenter leur poids). il va ainsi augmenter son appétit, devenir obèse et sera surtout prédisposé pour avoir le diabète.

                    Le diabète est la maladie du futur, car on ne guérit pas du diabète, on limite simplement ses effets et cela coute environ 8000 euro par an et par diabétique (appareil, insuline, etc). Les industries espèrent avoir 1.5 milliards de diabétiques d’ici 2025. Faites vous même le calcul


                  • izarn 4 février 18:08

                    @Jean Pierre
                    Ben ouais c’est le système capitaliste qui veut ça, surtout la « main invisible » d’Adam Smith....
                    Rassurrez vous, tout va rentrer dans l’ordre, la « main invisible » est la !
                     smiley  smiley

                    Prenez vos responsabilités quand vous allez voter...


                  • izarn 4 février 18:00

                    Vous ne faites pas partie de la COP21 ?
                    Alors fermez la !

                    Ministere de l’Agriculture, de l’Ecologie et du Rectum Dilaté.

                    ....On va limiter la hausse de temperature à 1,5°C
                    Cause toujpours tu peux baisse ta culotte r encore plus, ducon !
                    Vu que le climat risque de se refroidir !
                    Tu vas devoir le réchauffer, crétin !


                    • izarn 4 février 18:03

                      @izarn
                      Je dis ça, parceque il y a d’autres urgences évidentes, que ces somptueuses conneries du style COP21...
                      C’est pas le climat qui va nous faire crever, mais Mosanto et ses frères...
                      C’est bien pire !


                    • Niakine Niakine 4 février 18:46

                      La meilleure façon de lutter contre l’agrochimie et leurs maudits pesticides c’est tout simplement de boycoter les produits issus de l’agriculture ne respectant pas l’envirronement !
                      Acheter et mangez bio et les fermiers produiront bio, c’est aussi simple que ça.
                      Mieux vaut mettre le prix pour manger une orange bio que de bouffer un kilo d’oranges au pesticide. Moi c’est mon choix, c’est vrai que ça coute un peu plus cher. Mais au moins j’ai la conscience tranquile et puis l’argent que je met dans la bouffe bio je ne dépenserai pas à acheter des merdes électroniques chinoises qui ne servent à rien... ;


                      • Spartacus Spartacus 4 février 19:11

                        Pour la faire courte : Les français découvrent enfin que leurs politiciens sont aux ordres de l’industrie des pesticides. Ils découvrent que ceux qui les gouvernent continuent à maintenir une agriculture dont les produits les empoisonnent à petit feu. De quoi s’agit-il si ce n’est d’un génocide organisé ? Quand réagiront-ils ? Porteront-ils plainte pour génocide ou continueront-ils à faire l’autruche ?


                        • Jean Pierre 5 février 18:54

                          @Spartacus
                          Ce que vous décrivez avec exactitude (main-mise des grands groupes sur les politiques) c’est le contraire de la démocratie, mais c’est le résultat du néo-libéralisme, c’est à dire de la perte d’influence des Etats dans leurs rôles de régulateurs. Cette perte d’influence correspondant à la montée en puissance des grands groupes industriels et financiers. La puissance des acteurs économiques n’est pas lié à leur nombre (les consommateurs) mais à leur puissance financière et à leur capacité à financer des lobbyiste, ou à faire du chantage à l’emploi et aux délocalisations. A ce jeu c’est évidemment les multinationales qui ont le pouvoir réel sur les Etats. 

                          Si vos théories néolibérales fonctionnaient les consommateurs feraient des choix rationnels et refuseraient ces produits toxiques. Ce qui manque pour faire des choix rationnels c’est une information indépendante et de qualité. Ou la trouver quand les grands groupes achètent les médias et les tiennent sous contrainte par les marché publicitaires ? Ce qui manque également c’est une recherche indépendante sur la toxicité des produits mis sur le marché. Les études préalable sous faites par les fabricants eux même et ces études sont truquées. L’Etat n’a plus les moyens (ou plus la volonté) de financer une recherche indépendante et d’avoir des capacité d’expertise autonome.
                          Vous plaidez pour l’affaiblissement de l’Etat. Dans cette affaire de pesticides (mais ce fut la même chose pour l’amiante ou le Médiator), c’est justement la faiblesse de l’Etat, sa domination et sa pénétration par le secteur économique, qui cause ces désastres.

                        • pemile 5 février 19:12

                          @Jean Pierre

                          - perte d’influence des Etats dans leurs rôles de régulateurs
                          - Ce qui manque pour faire des choix rationnels c’est une information indépendante et de qualité
                          - L’Etat n’a plus les moyens (ou plus la volonté) de financer une recherche indépendante et d’avoir des capacité d’expertise autonome.

                          Merci pour cette superbe synthèse


                        • Spartacus Spartacus 6 février 09:44

                          @Jean Pierre
                          « vos théories néolibérales » et « Vous plaidez pour l’affaiblissement de l’Etat. » ????
                          Vous devez me confondre ou avoir mal lu mon commentaire.


                        • sls0 sls0 4 février 19:20

                          Aux Antilles il y a des endroits pourris pour des décennies par le chordécone.
                          Pour plus de détails c’est ici.
                          Ils en sont à un point où ils n’y a que les produits d’importations qui ne sont pas douteux, c’est à dire la même merde qu’en métropole ce qui relative le ’’pas douteux’’.

                          Vous imaginez pas que consommer les produits de son jardin soit dangereux ? Ca existe, c’est pas aux USA ou en Chine, c’est en France, avec des décisions françaises.

                          On va nous ressortir le ’’responsable pas coupable’’

                          Souriez la vie est belle.


                          • soi même 4 février 23:34

                            Toute la question est en définitif le reflet de notre synthème politique qui est visiblement à la remorque du Monde Économie et que constatons nous aujourd’hui , la collusion des intérêts où les organismes étatique de contrôle et de sûreté sanitaire qui devraient nous défendre qui devraient être indépendant sont devenues impuissant et dans les pires des cas juges et parties pour une complaisance douteuses.

                            Et ce n’est pas un simple retour à notre souveraineté national qui va changer la donne, le problème, car c’est un cancer dans le cancer et il y a que deux alternatives qui peut véritablement répondre a cela soit l’effondrement économique total soit un cataclysme majeur qui stop tous.

                            Car ce qui est symptomatique aujourd’hui, c’est l’on est dans une société tellement verrouillé qu’il n’est plus possible de s’attendre à voir des actes salutaires se réaliser, tout est organsiné pour que toutes initiatives salutaires avortent.


                            • rhea 1481971 5 février 06:28

                              Les pesticides sont des psychotropes, les psychotropes ça calme les gens, les psychotropes cela réduit l’espérance vie. La population ne se révolte pas et ne fait pas de trop vieux os. C’est parfait les psychotropes limitent l’action.


                              • eric 5 février 12:08

                                La carte nous apprend : Que la Gironde est en surface, le premier departement de France Qu’elle est certes, boisee, mais qu’on y trouve beaucoup de vigne (35% de l’usage des pepsticides dit on )

                                En revanche, le mais pousserait mal dans Paris intra muros.

                                Conclusion ? A terme, il n’est pas impossible que les delires sur demonstratifs ecologistes ne finissent paradoxalement, par un retour aux fondamentaux a l’ecole primaire. Comme quoi il arrive qu’a quelque chose, malheur soit bon.....


                                • joletaxi 5 février 14:35

                                  aaahhh un petit kawa... d’un producteur local hein, faut pas charrier, et mon pifgadget,oups avox

                                  Tiens ,la petite Lucet, ce serait pas la fille cachée de Séralini des fois ?

                                  sinon, toujours les mêmes rengaines et les mêmes petits mensonges

                                  par exemple sur le glyphosate, , ben si, ça se dégrade naturellement ,

                                  http://www.monsanto.com/global/fr/actualites/pages/le-glyphosate-est-il-degradable.aspx

                                  sur le DDT

                                  il n’a jamais été établi de lien entre DDT, et organochlorés en général et le cancer, ni d’ailleurs aucun effet sur la faune , contrairement aux idioties propagées par la folle Carlson
                                  (anecdote :j’ai connu un Monsieur, très âgé, qui m’expliquait que les parents soucieux et impécunieux saupoudraient les couchages au DDT, et que cela avait une « bonne odeur ».Sans doute un cas de résistance que devrait examiner Seralini ?)

                                  les nitrates
                                  un scandale car la norme a été fixée très bas par méconnaissance, sous l’impulsion de la secte citoyenne bien entendu, et cela sans aucune raison.On s’aperçoit maintenant que cette norme excessive et inutile coûte une fortune,enfin relativement, quand on voit la gabegie dans les hachoirs à oiseaux et autres panneaux voleurs)

                                  http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/nitrates-norme-aux-pieds-argile-01-02-2001-69374

                                  Ne me faites pas dire que les pesticides ne sont pas nocifs, c’est fait pour ça non ?
                                  Mais tout est affaire de dose, et de pratique, car la nature ne se prive pas de produire ses propres pesticides

                                  http://climatdeterreur.info/index.php/fr/environnement-et-ecologie/les-substances-qui-rendent-malade/pesticides-le-danger-n-est-pas-ou-on-l-attend

                                  aqllez les gars, déchaînez-vous, j’attends mon chèque de Monsanto


                                  • pemile 5 février 19:16

                                    @joletaxi « le glyphosate, , ben si, ça se dégrade naturellement »

                                    Avec comme source, un lien chez monsanto smiley

                                    PS : je sais pas comment cela se dégrade, mais sur le principe, c’est risible d’aller répéter la communication du fabriquant.


                                  • joletaxi 5 février 22:43

                                    @pemile

                                    et popurquoi pas ?
                                    vous vous gênez vous, pour nous citer toutes les idioties de la mouvance ?


                                  • Shawford Arnaud Bernier 5 février 22:53

                                    @pemile

                                    Laisse le jo tranquilou apparemment il a juste une tripotée de neurones miroirs qu’il share avec who u Know (i hope) et pas les plus gratifiants. Qu’il continue à tapiner avec les smarties, à la bonne heure Pour ta part stay tuned buddy (I hope so too smiley )


                                  • Jean Pierre 5 février 23:14

                                    Monsanto c’est aussi l’agent orange, le DDT, les PCB et d’autres excellents produits que Monsanto avait pu mettre sur le marché en fournissant aux autorités compétentes de belles études réalisées par lui-même (ce qui lui a déjà valu quelques procès). Monsanto s’est également fait une spécialité d’infiltrer certains de ses salariés, ou ex salariés, dans les agences gouvernementales de contrôle. Monsanto a aussi les moyens de financer des études en quantité. Cela lui permet d’annoncer que « la majorité des études conclue à l’absence de toxicité de ses produits ». Monsanto a également les moyens de financer des lobbyistes près des sièges de pouvoir (Washington, Bruxelles). Monsanto peut également financer, sous d’autres noms que le sien, des instituts de recherche ou des fondations diverses qui sont en réalité des agences de communication de ses propres intérêts. 

                                    Et Monsanto ne manque pas de gogos qui reprennent ses éléments de communication tout prémâchés(il n’y a même plus besoin de réfléchir, un coller-copier suffit). 
                                    Mais heureusement depuis très longtemps Monsanto n’a plus rien découvert. Son produit phare est tombé dans le domaine public (c’est d’ailleurs pour cela qu’il était pressé d’en inonder la planète). Ses OGM se vendent de plus en plus mal. Depuis peu Monsanto va mal et licencie beaucoup. 
                                    Mais ne pleurez pas Joletaxi. Des empoisonneurs, il y en aura d’autres.

                                  • joletaxi 5 février 23:39

                                    @joletaxi

                                    rien de tel que de désigner un coupable pour fédérer un groupe, ici une secte

                                    et ça marche
                                    comme si Monsanto avait mis au point le DDT, ou les pcb

                                    tiens concernant le DDt lisez ceci

                                    https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/06/28/le-ddt-nen-finit-pas-de-tuer-encore-une-autre-escroquerie-scientifique/

                                    et l’agent orange.... comme si <monsanto était coupable de fournir un produit à la demande de militaires ?

                                    Son produit phare est tombé dans le domaine public (c’est d’ailleurs pour cela qu’il était pressé d’en inonder la planète).

                                    ben voyons, il le donnait pour rien, il offrait même 2 semaines de vacances avec chaque bidon

                                    mais quelle bande


                                  • Jean Pierre 6 février 19:34

                                    @joletaxi
                                    Vous confirmez mon propos : les éléments de communication de Monsanto qui « prouvent » l’intérêt de ses produits traînent partout et des gogos non informés mais qui croient l’être se dévouent bénévolement pour les propager.

                                    Les PCB sont bien une molécule développée et vendu par Monsanto. Leur mise sur le marché a été obtenue a partir d’études mensongères d’une part et d’autre part par l’introduction discrète d’anciens salariés de Monsanto dans une agence gouvernementale de contrôle. Il a été montré que Monsanto connaissait avant la mise sur le marché la dangerosité mais a tout dissimulé. La façon dont The Washington Post rapporte l’histoire est édifiante : « Des milliers de pages de documents de Monsanto – dont beaucoup sont estampillés ’CONFIDENTIEL : lire et détruire’ – montrent que pendant des décennies, la multinationale a dissimulé ce qu’elle faisait et surtout ce qu’elle savait. En 1966, des responsables de l’entreprise avaient découvert que des poissons immergés dans ce ruisseau se retournaient sur le dos en moins de dix secondes, pissant le sang et perdant leur peau comme s’ils avaient été bouillis vivants. Ils ne l’ont dit à personne »,raconte le quotidien américain.
                                     L’affaire a valu à Monsanto un de ces premiers procès (perdu évidement avec de grosses amendes pour fraude et d’importants dommage et intérêts pour les victimes).Les PCB se dégradant en pyralène les pouvoirs publics sont encore aujourd’hui confronté a la question de récupérer ces saloperies et de les éliminer. Dans l’Ouest une usine dite « de traitement » fonctionnait encore récemment et relâchait des produits toxiques dans l’environnement. Les habitants du voisinage seront soumis jusqu’à leur mort à des prises de sang régulières pour suivre le dosage de toxique. La viande et le lait des troupeaux de la région étant contaminés les pouvoirs publics ont décidé l’abattage total de ces troupeaux.
                                    Comme pour l’amiante, le gouvernement a mis en place un système de surveillance sanitaire, une réglementation spécifique et des procédures de récupération, de stockage et d’élimination de ces produits inventés et vendu par Monsanto. Une information officielle existe et est bien évidemment consultable sur le net.
                                    Mais à part ça, Monsanto veux notre bien et c’est Joletaxi qui vous le dis.

                                  • Jean Pierre 6 février 19:39

                                    @joletaxi

                                    Vous concluez par la formule : « mais quelle bande... ».
                                    Auriez-vous le courage de vous élevez au dessus du niveau de l’insulte et de l’insinuation et de préciser votre pensée ?

                                  • joletaxi 6 février 20:15

                                    @joletaxi

                                    jamais je n’ai laisser supposer que les PCB, et le pyralène n’étaient pas dangereux.
                                    Mais votre fixette sur Monsanto indique à suffisance de quelle mouvance vbous tirez vos sources

                                    par exemple, il suffit d’un clic pour lire ceci
                                    Les PCB sont apparus aux chimistes du début du XXe siècle intéressants pour leurs propriétés diélectriques.
                                    Les principaux pays producteurs ont été l’Autriche, la Chine, la Tchécoslovaquie, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, l’ex-URSS, l’Espagne, le Royaume-Uni et les États-Unis (Aux États-Unis, la Swann Chemical Company a mis au point la fabrication industrielle des PCB. La firme Monsanto a racheté en 1929 la Swann Chemical Company et produit des PCB).

                                    il n’y a pas si longtemps, tous les transfos étaient refroidis avec de l’askarene,

                                    que des industriels peu scrupuleux ne respectent pas les réglementations, c’est un fait ,et que l’on prenne de bonne foi des décisions désastreuses , personne n’est à l’abris
                                    par exemple, le bannissement du DDt a fait des millions de morts(et cela continue d’ailleuis),pourtant voilà une mesure citoyenne non.

                                    Ouf, la mouvance est très active pour régler le thermostat du climat

                                    https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2016/02/05/un-to-make-millions-of-africans-homeless-to-fight-global-warming/

                                    ils avaient déjà sévi en Améeique du Sud, mais c’est loin, on s’en tape

                                    l’humain est mauvais, inutile, le mieux serait de l’éliminer non ?

                                    ben oui, il s’agit d’un complot de Monsanto on s’en serait douté non ?


                                  • joletaxi 6 février 20:23

                                    @Jean Pierre

                                    vous vous sentez insulté ?
                                    évidemment, si on va à l’encontre de la « pensée citoyenne », que l’on trouble la messe, cela peut s’assimiler à une insulte

                                    je vais donc fermer délicatement la porte en sortant


                                  • Jean Pierre 7 février 01:51

                                    @joletaxi
                                    Vous vous imaginez en rebelle non soumis à la pensée commune. Vous semblez incapable d’envisager une chose pourtant assez simple : il suffit de consulter vos liens ou d’analyser vos informations pour constatez que vous trouvez ces informations dans des officines financées par des lobbys puissants.

                                    Vous parlez par exemple de « millions de morts » (de malaria) suite à l’interdiction du DDT... Cet argument choc sort directement de TASSC qui est financé (entre autres) par Phillip Morris. Vous croyez sérieusement qu’une industrie qui tue des millions de personnes (et qui le sais et fait absolument tout pour que cela continue !) se préoccupe des victimes de la malaria ? La seule chose qui les intéresse, c’est le chiffre d’affaire. Ce chiffre d’affaire étant menacé par les informations circulant sur la toxicité de leurs produits, un certain nombre d’industriels finance des agences de communications qui répandent dans l’opinion publique toutes sortes de désinformations ou de diffamations conformes à leurs intérêts. Appelons cela de la propagande, tout simplement. L’idée prioritaire de ces lobbys est de discréditer ou de diffamer toute préoccupation sanitaire ou environnementale qui pourrait gêner leurs industries.
                                    Par un curieux paradoxe, des gens comme vous, persuadés d’avoir une grande indépendance de pensée, sont les premières victimes de ces entreprises de manipulation. On peux (et on doit) se méfier de l’information dominante. Mais dans votre cas, éviter une influence vous fait sauter à pieds joints dans les plus grossière manipulations.
                                     Faites donc preuve d’esprit critique et avant de balancer des liens sur « les millions de morts » dus à l’interdiction du DDT, essayer de savoir qui a créé cet argument, et par quel parcours cet argument est arrivé jusqu’à vous. Et ensuite faite un effort de recherche pour vérifier la validité de cet argument. C’est un peu plus compliqué que de faire mécaniquement des copier-coller.
                                     Pour vous donner une idée de l’imbécillité de cet argument il suffit de savoir que les insectes visés par le DDT développent des formes de résistance. Cela signifie que si le DDT n’avait pas été interdit pour des raisons sanitaires ou environnementales, son usage l’aurait rapidement rendu sans effet sur les moustiques responsables de la malaria. Donc avec ou sans interdiction du DDT, le nombre de morts de la malaria aurait été le même. Ce qui changeait par contre c’est les dommages du DDT, et bien évidemment, les bénéfices des industriels du DDT. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès