Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Compétitions de « Botellón » et de « Binge drinking »

Compétitions de « Botellón » et de « Binge drinking »

Alors que la compétition olympique bat son plein, c’est à une dangereuse forme de compétition que se livre la jeunesse européenne. Appelée "Binge drinking" outre-Manche et "Botellón" en Espagne, elle ne sera jamais accréditée aux JO. Chez nous, on peut appeler cela le concours de "biture express". En France, une campagne télévisuelle se donne pour ambition de frapper les esprits sur cette pratique en mettant en scène une fête de jeunes alcoolisés qui se termine en drames. Mais d’autres pays européens s’inquiètent de la montée de ce nouveau phénomène.

Le "Binge drinking" et le "Botellón" sont-ils des disciplines olympiques ? Non, s’il s’agit bien de compétitions, elles n’ont rien de sportives. En français, on parle d’hyper alcoolisation. Ce qui est nouveau, ce n’est pas l’alcoolisation excessive dans les lieux publics, c’est l’introduction de l’esprit de compétition et de jeu dans cette pratique.

Le Botellón

A Lausanne, en Suisse, la municipalité est très inquiète du rassemblement prévu le 23 août. Une compétition de Botellón va se tenir au parc Montbenon. Déjà, à Genève, le 18 juillet dernier, le premier événement du genre s’était soldé par des dégâts matériels importants au parc des Bastions qui avait dû faire l’objet d’une mesure de fermeture. La municipalité de Lausanne a convoqué le jeune organisateur de ce rassemblement nocturne pour parler des risques. La ville dira mercredi si le projet est viable ou si la sécurité publique impose une interdiction de la manifestation.

Le Botellón vient d’Espagne. Pour payer moins cher leurs consommations dans des débits de boisson, les jeunes préparent leurs propres cocktails, et se réunissent dans la rue. Au menu du Botellón, un "Calimocho", c’est-à-dire du gros rouge et du coca, "Gin Kas", du gin avec du citron, ou encore un "Orgasmo", un mélange de liqueur de pomme et du soda citron.

Le Botellón est une pratique ibérique qui n’est pas nouvelle, mais ce qui est nouveau, c’est le côté compétition. Un Interville d’un genre inquiétant s’étend : "Ils étaient 5 000 à Séville, il faut qu’on les batte. Botellón cette nuit. Fais passer". C’est en lançant des messages de ce type que les jeunes de Grenade, de Madrid, de Barcelone ou de Valence, se livrent à une constante surenchère. Record provisoire : Grenade avec 20 000 jeunes "cuités" selon la police locale. Face à ce phénomène brutalement apparu, les mairies sont prises de vitesse, dépassées, et ne voient pas d’autre moyen que d’interdire, sachant que les jeunes braveront de toute façon l’interdiction. C’est le but du "jeu".

La compétition prend désormais une dimension internationale. Elle s’est exportée en Suisse. La Tribune de Genève a ouvert un forum  : "La tradition ibérique du Botellón, biture généralisée entre jeunes dans un lieu public, a traversé les frontières. Elle se pratique désormais sur les rives du Léman, voire dans les parcs genevois. Et les dérapages qu’elle implique (comas éthyliques, bagarres, conduite en état d’ébriété, désordres en tout genre) inquiètent désormais les autorités locales. Entre interdiction, prévention et libéralisation, quel est votre avis sur ce genre de manifestations  ?"

Le Binge drinking

Le Binge drinking consiste à absorber une grande quantité d’alcool en un court laps de temps pour obtenir une ivresse rapide. Pour éviter l’anglicisme, on peut dire aussi "hyper alcoolisation" ou plus familièrement "biture express". Ce mode de consommation est en augmentation rapide chez les adolescents ces dernières années outre-Manche.

En France, la ministre Roselyne Bachelot a décidé de prendre le problème à bras-le-corps en lançant cet été à la télévision et au cinéma une campagne de communication pour faire baisser le "Binge drinking". Vous avez peut-être vu ces spots ; ils montrent des adolescents "dans un univers paradisiaque qui va tourner au cauchemar" quand ils auront "trop bu". Il s’agit de prévenir les conséquences de ces comportements, à savoir les - trop classiques - accidents de la route, mais aussi la violence, les rapports sexuels non protégés, les viols et "les comas éthyliques, qui peuvent engendrer le décès".

La ministre de la Santé a encouragé, dès le mois de mai, les professionnels à "anticiper" le décret rendant obligatoire la mise en place d’éthylotests dans les débits de boisson. Un ensemble de mesures est prévu dans le projet de loi "Santé, patients, territoire" qui "seront effectives en 2009", comme l’interdiction totale de la vente d’alcool aux mineurs et des open bars qui permettent de boire autant que l’on veut pour un prix forfaitaire, l’interdiction de la consommation d’alcool sur la voie publique aux abords des établissements scolaires, l’interdiction totale de la vente dans les stations-service.

La Grande-Bretagne ne contrôle plus rien

Déjà en difficulté sur son territoire, où le phénomène est classé fléau de santé publique, le Royaume-Uni doit faire face aux excès de toutes sortes de ses ressortissants dans les pays étrangers. Le Foreign Office vient de publier des statistiques inquiétantes concernant les sujets de Sa Gracieuse Majesté à l’étranger. En 2007, 4 600 Britanniques ont été arrêtés hors de leur pays, une hausse de 15 % par rapport à 2006. "La boisson joue un rôle dans ces comportements, reconnaît Meg Munn, secrétaire d’État aux Affaires étrangères. Dans de nombreux cas, il s’agit de personnes qui vont en vacances sans leurs parents pour la première fois."

Le pays le plus touché est l’Espagne où se rendent chaque année 17 millions de touristes britanniques. En 2007, on y dénombre plus de 2 000 arrestations (+ 33 %), 695 hospitalisations et 29 viols. En France, le nombre d’arrestations a également fait un bond de 42 %, même si le niveau reste pour l’instant limité à 153 seulement.

Le Foreign Office a réagi par des campagnes de sensibilisation, comme ces posters qui prodiguent le conseil de jauger ses propres limites et de ne pas faire confiance au premier venu. "Cela a permis de diminuer le nombre de viols", selon Meg Munn.

On le voit, la Grande-Bretagne n’en a pas fini avec ce problème car il est particulièrement difficile de contrôler les faits et gestes de ses ressortissants en dehors de ce territoire. Nos voisins anglais, qui remportent à Pékin une quantité inhabituelle de médailles d’or, pourraient bien se voir décerner aussi la médaille d’or des délits directement imputables à la pratique du Binge drinking.

Nous, nous espérons que le plan Bachelot laissera la France au pied du podium...

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Bixente64 Bixente64 20 août 2008 10:39

    Agur,
    Pour votre information, sachez que la pratique du "botellon" ne date pas d’aujourd’hui, et que votre serviteur, dans ses folles années de jeunesse, a pratiqué ce genre de préparations. Cependant, et c’est là que votre article est un peu discutable, "historiquement" (bref, dans ma jeunesse), cette pratique était simplement économique et visait non pas à atteindre en un temps expresse une alcoolémie élevée, mais à passer du temps à siroter un coup en attendant l’ouverture des "nights clubs" du Paseo Colon (pour les initiés...) et éviter de dépenser nos maigres francs ou pesetas dans les bars. Pour information, aussi, cette pratique a aussi toujours existé au sein des fêtes locales du Sud Ouest où l’objectif n’est pas de finir dans le caniveau, mais de finir la soirée, la nuit dans une relative ivresse et en compagnie amicale. Un truc du Sud, quoi...

    @ Lerma : pourquoi toujours montrer les dents (cariées) ?


    • La Taverne des Poètes 20 août 2008 10:49

      Lerma, vous êtes un lâche parce que vous ne savez pas vous regarder en face. Alors vous injuriez les autres de censeur, de populiste, d’aloolique, de fasciste, etc. Mais voyez d’abord vos énormes défauts, votre pitoyable médiocrité et vous ferez preuve pour une fois d’un peu de courage.


      • LE CHAT LE CHAT 20 août 2008 11:03

        Qui boit sans soif vomit sans effort !

        et pour ceux qui auront droit à l’effet diurétique de la binouze

        qui sais pisser loin ménage ses chaussures !

         smiley

        ça existe depuis la nuit des temps , quand j’étais étudiant on buvait un " cerceuil" , un litre de mélange de n’importe quoi !


        • La Taverne des Poètes 20 août 2008 11:10

          Non le chat, il ne s’agit plus de cuites magistrales avec quelques copains.il s’agit ici de compétitions à grande échelle dans la rue ou dans les parcs et avec l’idée de faire mieux que les autres villes. Cette surenchère risque de n’avoir pas de fin et on comptera bientôt beaucoup de morts si on ne trouve pas le rémède à ce mal...


        • foufouille foufouille 20 août 2008 12:33

          des qu’un truc nouveau permet au jeunes de decompresser les gvts de cures couinent
          les raves parti ont ete diaboliser a l’extreme.....


          • La Taverne des Poètes 20 août 2008 13:00

            Par "décompresser" faut-il entendre aussi violer, assassiner, vandaliser ? Ce sont ces excès-là que je dénonce et contre lesquels il faut lutter de toutes nos forces.


          • Zalka Zalka 20 août 2008 13:42

            Il y a deux ans, un jeune centralien a décidé de décompresser. Cela faisait deux ou trois ans qu’il était en prépa et avait de fait quasiment renoncé à toutes formes de vie sociale. Depuis un mois qu’il était à Centrale Paris, il pouvait enfin "décompresser". Un matin, ses amis de la résidence étudiante l’ont retrouvé mort. Il semble que sa décompression ait provoqué un coma éthylique mortel.

            J’imagine qu’à l’instar des "gouvernements", les parents de ce jeune homme ont pas mal "couiné". Je ne sais pas si vous êtes étudiant, foufouille, mais j’imagine que si un jour vous décompressez trop, vos parents risquent fort de "couiner" aussi.

            Je m’en souviens assez bien, car mon frère était en troisième année à Centrale l’année du drame.

            C’est bien gentil de ne voir là que des jeunes qui s’amusent, mais pour cela vous occultez un gros problème : les conséquences des excès. Le coma éthylique est une forme de conséquence, Taverne en donne d’autre. Quand la volonté de boire volontairement à l’excès devient un phénomène de masse, cela devient un véritable problème sanitaire. Il est alor normal que les gouvernements s’en mêle.


          • foufouille foufouille 20 août 2008 14:20

            mes etudes remontent a 18a. donc non trop vieux pour etre etudiant
            ce genre de comportement a toujours exister. la propagande anti fumeur ou anti gras permet juste a certains de se goinfrer. plus il y a d’interdit et d’avenir illusoire, plus les decompressions sont brutales


          • Halman Halman 20 août 2008 16:12

            Foufouille, on a l’avenir qu’on se donne.

            Préférer se shooter à l’alcool donc de se détruire la santé et risquer celles des autres plutôt que de faire preuve de positivisme et de curiosité, puis ensuite s’en vanter...

            Pendant que vous n’aviez rien d’autre à faire de votre jeunesse qu’à vous saouler et à vous fusiller le foie jusqu’à la cyrhose et au cancer, moi j’inventais des figures de voltige en planeur et je montais voir les couchers de soleil à 2000 mètres. Ma santé et celle des autres n’en ont pas patis.

            Mais que de sublimes souvenirs que l’alcool n’aura pas grillés dans mes neurones intactes.

            Ils sont jeunes et n’ont rien d’autre à faire qu’à se cramer les neurones.

            Et ils s’en vantent...




            • Halman Halman 20 août 2008 16:14

              Vous étiez étudiant et vous aviez déjà besoin de décompresser ?

              Mais de décompresser de quoi, d’avoir la chance de faire des études ?


            • Jean-paul 20 août 2008 16:47

              Au Royaume Uni c’est un tres tres grave probleme et le gouverement ne soit que faire sans parler des drogues ( ectasy) . Accidents de voitures ,vacarmes ,bagarres ,insultes ( des milliers de fuck off toute la nuit )les hopitaux sont pleins de ces jeunes le samedi soir .La police est sur les dents avec eux. Il y a des emissons a la tele ou on suit la police et les ambulances le samedi soir pour montrer le probleme .Les filles boivent autant sinon plus que les garcons .J’ai habite 2 ans dans le centre ville d’une ville anglaise ,incroyable !!!Tout demarre apres 23 heures jusqu’a 5 heures du matin.Le pire c’est a la sortie des bars et des boites de nuit.


            • Mescalina Mescalina 20 août 2008 16:51

              Vous, vous ne devez pas disposer d’une grande capacité d’écoute et de compréhension. PAS compassion ou empathie, juste L’ECOUTE.


            • Mescalina Mescalina 20 août 2008 16:52

              pour Hallman


            • foufouille foufouille 20 août 2008 17:02

              je n’ai jamais eut ce comportement et j’ai commence a fumer a 25a

              ma jeunesse a passe a supporter les sequelles d’un accident. j’ai donc plutot ete proche du moine

              mais je comprend ce comportement qui vient du manque de repere et de possibilite d’actions. tout le monde n’a pas les moyens de faire de la voltige


            • foufouille foufouille 20 août 2008 17:04

              j’ai pas non plus eut les moyens d’etre etudiants


            • foufouille foufouille 20 août 2008 17:10

              "foufouille, on a l’avenir qu’on se donne."

              explique nous pourquoi la societe est pourrie et pourquoi il y a tant de pauvres............. ca doit etre de leur faute


            • foufouille foufouille 20 août 2008 17:55

              "moi j’inventais des figures de voltige en planeur et je montais voir les couchers de soleil à 2000 mètres"

              c’est combien de l’heure ?


            • foufouille foufouille 20 août 2008 18:29

              30€ de l’heure. "pas cher" pour un etudiant
              ca sent le fils de bourgeois avec emploi herite a la naissance


            • Marc Bruxman 21 août 2008 09:37


              c’est combien de l’heure ?

              							

               
              								30€ de l’heure. "pas cher" pour un etudiant
              ca sent le fils de bourgeois avec emploi herite a la naissance

              Putain ca devient chiant cette obsession avec "les bourgeois". Parce que la c’est une véritable obsession. Vous ramenez tout à ca ! Ca devient fatiguant pour la lecture des débats. 
              							
              explique nous pourquoi la societe est pourrie et pourquoi il y a tant de pauvres............. ca doit etre de leur faute

              A vous lire vous en donnez presque l’impression...

            • foufouille foufouille 21 août 2008 20:02

              bourgeois est tres pejoratifs. disons plutot la caste dirigeante qui herite d’un boulot peinard a 10k et qui en plus est incompetente

              en 80 il etait facile d’agir contre le probleme des banlieue ou le chomage
              les coupables sont les dirigeant pas les esclaves

              toi qui est soi disant fils de smicard devenu riche, as tu ete oblige d’accepter leur mentalite ?


            • dante haguel 20 août 2008 21:42

              Ouai, les meme gouvernements qui ne veulent pas que leurs gosses se prennent des bitures entre eux, a grandes echelles, mais qui n’hesitent pas a les envoyer mourir a l’autres bout du monde pour leur profits (sous couvert de defendre la liberté) Buver et amuser vous ... ca sera peut etre bientot interdit, cela dit, ils s’en foutent, allez essayer d’arreter qlq milliers de jeunes de faire la fete... Mourrir dans le caniveau, c’est triste, mais mourir sur un champ de batail a 18 ans pour servir les interet d’autruis, c’est pire !!!


              • wesson wesson 20 août 2008 22:45

                Bonsoir l’auteur,
                comme beaucoup de monde je crois j’ai activement participé à des beuveries lorsque j’étais un peu plus jeune.

                Je n’y voit pas pour ma part une évolution du genre "ces jeunes ne respectent rien, c’est pas comme de mon temps".

                La différence entre les jeunes d’aujourd"hui et ceux d’hier : on avait pas Internet, ni le téléphone portable. donc quand on voulait se bourrer la gueule, ça se passait entre les copains que l’on pouvait contacter facilement, ce qui ne dépassait pas le village.

                Maintenant, il suffit qu’un groupe de copain parle d’une soirée arrosée sur son blog en des termes romantiques pourque l’année suivante ils soient 100, et l’année d’après 5000. C’est ça le marketting viral !

                C’est un signe des temps et de l’évolution qui avec Internet, le portable et ses SMS a mis tous les ados de la planète en mal de sensations fortes potentiellement en contact avec les autres.

                C’est aussi regrettable qu’inévitable. Je ne crois hélas pas qu’une réponse répréssive ou coercitive soit la bonne façon d’aborder le problème.


                • Marc Bruxman 21 août 2008 09:29

                  Nos voisins anglais, qui remportent à Pékin une quantité inhabituelle de médailles d’or

                  Non dans ce sport c’est une médaille de vomi !

                  Blague à part, à force de tout interdire dans les bars (clope), de réduire le niveau sonore (interdiction des concerts pour protéger les vieux du dessus qui ont échappés à la canicule) et de rendre les lieux conviviaux chiants, on récolte ce qu’on a semé. Compétition de bourrage de geule à encore plus grande échelle qu’avant. 

                  Après pour le reste, tous les étudiants se sont toujours bourrés la geule et ont toujours posés de grosses gerbes. A voir ces rapports alarmistes on se demande si le gouvernement n’aurait pas une interdiction à placer. Si ca arrive, on va tous gerber sur les marches de l’assemblée nationale, ca sera les chutes du gerbara !


                  • La Taverne des Poètes 21 août 2008 10:41

                    "14 ans et 1,4 gramme dans le sang", jeudi 21 août à 22 h 25 sur Arte.
                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès