Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Comprendre la grippe aviaire !

Comprendre la grippe aviaire !

Comprendre la grippe aviaire !

Avec la découverte récente dans les Dombes ( 01 ) du cadavre d’un canard sauvage mort vraisemblablement du virus H5N1, dans tous les médias, (radios, télés, la presse écrite et celle du web), et bien entendu au sein de la famille, comme au café du commerce, le sujet du jour est bien la grippe aviaire.

Comme je ne suis pas un scientifique, fidèle à mon objectif (l’info sur la nature et les choses de la vie), j’ai rassemblé et collecté pour vous quelques éléments, qui, je l’espère, vous intéresseront.

En bas de page, vous trouvez un lien très intéressant, c’est celui de L’OMS.

Il est récent, (février 2006), et en quelques paragraphes, tout est dit sur cette maladie.

Tout d’abord, je commence par les recommandations du ministère de la Santé en cas de découverte d’un oiseau mort.

(Je pense que la recommandation la plus importante est bien la première, et qu’il faut l’ inculquer à vos enfants : Le premier réflexe en découvrant un oiseau mort est de prévenir les autorités en téléphonant au 18, et de ne surtout pas toucher l’animal.

Recommandations du ministère de la Santé (trouvée sur le site du Nouvel Obs) :

Le ministère français de la Santé a délivré, vendredi 17 février, des recommandations en cas de découverte d’un oiseau mort, alors qu’un premier cas très probable de H5N1 a été recensé en France.

- Le premier réflexe en découvrant un oiseau mort est de prévenir les autorités en téléphonant au 18 et de ne surtout pas toucher l’animal.

- Il faut informer les autorités en précisant le lieu de découverte de l’animal et, si possible, son espèce.

- Les services à alerter en priorité sont le bureau départemental de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), les services vétérinaires de la préfecture du département (DDSV) et la Fédération départementale des chasseurs. Ces services, actuellement en alerte, peuvent être joints directement au téléphone en composant le 18.

- Il existe un réseau organisé de surveillance des pathologies de la faune sauvage, le réseau SAGIR, qui dispose de personnes formées pour récupérer les animaux morts et faire procéder aux analyses de laboratoire utiles.

- Une autopsie est alors réalisée dans le laboratoire vétérinaire départemental et, si aucune cause évidente de la mort de l’oiseau n’est trouvée, des examens complémentaires sont menés dans un laboratoire agréé pour rechercher s’il était porteur du virus de la grippe aviaire.

Site de l’OMS

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/avian_influenza/fr/

Celui-ci du Nouvel Obs :

http://permanent.nouvelobs.com/flashafp/BirdFluFR1302/index.html

Vous trouverez :

Une infographie éducative des endroits (Afrique et Europe) où a été identifié le virus N5N1

Un schéma des grands axes migratoires des oiseaux sauvages.(cliquer en haut à droite sur la mappemonde qui tourne)

Pour faire face à ce virus, depuis peu en France, le confinement des volailles a été décrété.

Natif de la Montagne bourbonnaise, ce midi, j’ai téléphoné à quelques vieux habitants qui demeurent dans cette région.

Voilà des infos que j’ai pu en tirer :

Dociles, ils ont enfermé leurs volailles, elles sont cloîtrées dans leurs poulaillers (ils craignent aussi la tournée des gendarmes).

Ils en sont tout retournés, car ils se demandent si le ciel n’est pas en train de leur tomber sur la tête !

"Ben, on a commencé à tuer les coqs", qu’ils m’ont dit, (vite rangés dans les congel.), comme ça les poules seront plus tranquilles, mais avec cet enfermement, ben, maintenant... elles ne pondent plus !

Effectivement, drôle et inquiétante époque !

Gilbert Spagnolo


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Vincent Jarousseau (---.---.110.3) 20 février 2006 19:45

    Le danger représenté par le H5N1 concerne d’abord les producteurs de volailles avant les consommateurs. Pour l’instant, il n’est nullement question de remettre en cause la dinde et le poulet dans les restaurants scolaires de mon arrondissement.

    http://vincent-jarousseau.blogspot.com/2006/02/grippe-aviaire-ne-pas-cder-la-panique.html


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 février 2006 19:59

      En complément d’info :

      http://www.grippeaviaire.gouv.fr/

      http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/grippe-aviaire/7424-grippe-aviaire-vrais-dangers-02.htm

      Enfin je vous livre cet anecdote :Recette du Vinaigre des 4 voleurs

      La légende raconte qu’en France, je crois à Marseille pendant l’épidémie de peste de 1726, quatre voleurs profitèrent de l’épidémie de peste pour voler impunément les possessions des personnes ayant succombé à la terrible maladie.

      Lorsqu’ils furent finalement appréhendés, le juge leur offrit une sentence moins sévère* en échange du secret qui les avait mis à l’abri de la contagion de ce mal redoutable

      *Certains disent qu’ils furent pendus… ou lieu d’être brûlés vif !

      Sert pour la désinfection, la décontamination, le nettoyage des plaies 20 g de romarin 20 g de lavande 20 g de sauge 30 g de cannelle 20 g de thym 30 g de acore vrai 20 g de menthe 30 g de girofle 20 g d’absinthe 30 g d’ail 20 g de rue 5 g de camphre

      Mettre le tout dans 1.5 litre de vin blanc, ou de vinaigre de cidre, laisser macérer durant 10 à 15jours et filtrer. Conserver au frais et à l’abri de la lumière

      Partant de cette « recette » si jamais une pandémie de grippe aviaire type humaine survenait, ben je me confectionne dare dare , des masques de chirurgien en tissus avec double parois, et à l’intérieur je place un mélange de plantes citées plus haut !

      Alors l’P@py raisonnablement prévoyant et perspicace,…. ou simplement un peu farfelu !

      @+ P@py


      • Jojo (---.---.201.142) 20 février 2006 20:49

        P@py, si tu mouilles ton masque de chirurgien avec du vinaigre (même ayant contenu des plantes...), tu vas plus pouvoir respirer au travers. Pour sûr, tu risqueras pas d’attraper la grippe aviaire, tu vas suffoquer.


      • P@py (---.---.203.92) 20 février 2006 21:24

        Jojo salut,

        Quand je dis mélange de plantes, je veux dire les plantes sèches ou fraîches… et non macérées,( j’aurais du le préciser ) parce que respirer du vinaigre, c’est effectivement coton ! @+ P@py


      • (---.---.162.15) 21 février 2006 07:37

        Personnellement, ce qui m’inquiète, c’est le filtrage de l’information et je le sens omniprésent, sur quelques détails.

        - le confinement des volailles est décrit comme une panacée sans inconvénient. Pourtant des animaux confinés ont une santé beaucoup plus fragile et ils sont moins bons à la consommation. De plus le passage de l’oiseau à l’homme se fait beaucoup plus facilement « en milieu confiné » (dit très rapidement à la radio...)

        - après trois jours où on nous a seriné qu’une solution de vaccination se met en place, on commence enfin à nous dire que ce remède risque d’être pire que la maladie, car ça cache des volailles saines qui peuvent transmettre le virus

        - On nous dit de manger des volailles, que ce n’est pas dangereux. Mais alors, pourquoi la consommation a-t-elle chûtée de façon si importante à certains endroits ? Y’aurait-il des « rumeurs » ? Pourquoi ne sont-elles par solidement dénoncées ? Pourqoi à une question de savoir « Peut-on manger des oeufs à la coque ? » répond-on quelque chose du genre « Oh vous savez, en France nos volailles sont surveillées de près, il n’y a pas de danger » plutôt que « Il n’y a pas de transmission reconnue en mangeant des oeufs ou de la viande » ?

        Et que dire d’une société qui craint les oiseaux sauvages comme la peste ? Je comprends qi’il y ait besoin de précautions et de prise de conscience, mais tout cela m’apparaît sur-dimensionné et porteur de dérives importantes. Surtout que le risque à affronter est principalement celui de la mutation du virus.

        Par ailleurs, de même que j’avais regretté que les éleveurs de volailles ne soient pas soumis à un impôt exceptionnel lors de la crise de la vache folle, de même je regrette que les éleveurs de bovins et ovins ne soient pas soumis à un impôt de solidarité envers la filière aviaire.

        Am.


        • pepin2pomme (---.---.100.11) 21 février 2006 08:59

          On nous dit partout de ne pas toucher les oiseaux morts. Fort bien. Mais il paraît que le virus est présent dans les fientes. Ces fientes en tombant sur le sol se mèlent à la terre, sèchent, et finissent sous nos pas (ou sous nos pneus) en une poussière qu’on inhale. Ma question : Est-ce que le virus survit à ceci ? Autre question : s’il est acquis qu’au-delà de 60 degrés le virus est tué, pas de problème avec un poulet rôti. Mais quid des oeufs dont certaines recettes (mousse au chocolat par exemple) les incorporent crus ? A la radio ou à la télévision, on nous rabache en boucle les mêmes consignes, mais certaines questions commes celles que j’ai évoquées ne sont jamais traitées.


          • P@py (---.---.218.159) 25 février 2006 10:44

            Salut Pépin 2 Pomme,

            Ton raisonnement était juste :

            Selon certaines hypothèses, le virus H5N1 aurait pu être importé à l’intérieur du bâtiment par de la paille souillée avec de la fiente de canard malade. http://fr.news.yahoo.com/25022006/290/premier-cas-de-h5n1-dans-un-elevage-francais.html

            @+ P@py


          • Jojo (---.---.201.179) 21 février 2006 09:13

            Les réponses sont là :

            http://www.fao.org/ag/againfo/subjects/documents/ai/Foodsafety.pdf

            C’est facile à traduire avec babelfish.


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 21 février 2006 09:15

              Jojo salut,

              Quand je dis mélange de plantes, je veux dire les plantes sèches ou fraîches… et non macérées , parce que respirer du vinaigre, c’est effectivement coton !

              D’ailleurs sur le principe, je crois que je n’ai rien inventé, pendant cette période de la peste noire , voilà le masque que portaient les médecins !

              http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5d/Doktorschnabel_430 px.jpg/180px-Doktorschnabel_430px.jpg

              Médecin en 1656 avec son masque caractéristique de l’époque de la peste. Le long bec renfermait des épices pour atténuer l’odeur des cadavres

              @+ P@py


                • christian (---.---.22.247) 15 mars 2006 23:25

                  JE RAPPORTE ICI UN EXCELLENT ATICLE ISSU DU SITE ESPAGNOL « GRAIN » : 03-2006 - Un rapport de GRAIN établit que l’industrie avicole mondiale est à l’origine de la crise de la grippe aviaire

                  Nouveautés de GRAIN 02 March 2006

                  Un rapport de GRAIN établit que l’industrie avicole mondiale est à l’origine de la crise de la grippe aviaire

                  Click here for further information / the full report.

                  Nouveautés de GRAIN mars 2006

                  COMMUNIQUE DE PRESSE Pour diffusion immédiate

                  GRAIN le 2 mars 2006

                  Un rapport de GRAIN établit que l’industrie avicole mondiale est à l’origine de la crise de la grippe aviaire

                  Les petits élevages avicoles et les oiseaux sauvages sont injustement rendus responsables de la grippe aviaire qui affecte actuellement plusieurs parties du monde. Un nouveau rapport de GRAIN montre comment l’industrie avicole multinationale est à l’origine du problème et devrait être au centre des actions menées pour maîtriser le virus.

                  L’expansion de la production avicole industrielle et des réseaux commerciaux ont créé les conditions idéales à l’apparition et à la transmission de virus mortels comme la souche H5N1 de la grippe aviaire. Une fois qu’ils ont pénétré dans les élevages industriels surpeuplés, les virus peuvent rapidement devenir mortels et se développer. L’air vicié par la charge virale est transporté sur des kilomètres à partir des fermes infectées, pendant que les réseaux d’échanges commerciaux intégrés répandent la maladie par les nombreux transports d’oiseaux vivants, de poussins d’un jour, de viande, de plumes, d’œufs à couver, d’œufs, de fumier de volaille et d’alimentation animale.

                  « Tout le monde se focalise sur les oiseaux migrateurs et les poulets de basse-cour comme étant le problème, » indique Devlin Kuyek de GRAIN. « Mais ils ne sont pas les vecteurs effectifs de la forme fortement pathogène de la grippe aviaire. Le virus les tue, mais il est peu probable que ce soit eux qui le propagent. »

                  Par exemple, en Malaisie, le taux de mortalité par le H5N1 chez les poulets des villages est seulement de 5%, indiquant que le virus a du mal à se propager dans les petits élevages de poulets. Les manifestations de H5N1 au Laos, qui est entouré par des pays infectés, se sont seulement produites dans quelques fermes industrielles du pays, qui sont fournies par des établissements d’incubation Thai. Les seuls cas de grippe aviaire dans la volaille de basse-cour, qui couvre plus de 90% de la production du Laos, se sont produits à côté des fermes industrielles.

                  Les gouvernements des pays de l’Union Européenne ont répondu à la découverte des cygnes, des oies et des canards morts infectés avec des mesures sévères obligeant à l’enfermement des volailles. Maintenant, ils sont bien embêtés car la première et seule manifestation significative de contamination de volaille domestique s’est déclarée dans un gros élevage industriel de dindes en France, où les 11 000 volatiles étaient confinés, totalement séparés des oiseaux sauvages.

                  « Il apparaît de plus en plus évident, comme on l’a vu aux Pays-Bas en 2003, au Japon en 2004, en Egypte en 2006, que la grippe aviaire mortelle se déclare dans les grosses fermes industrielles et qu’ensuite elle se propage, » explique Kuyek.

                  Le cas de contamination nigérienne qui s’est déclaré au début de l’année a commencé par une seule ferme industrielle, appartenant à un membre du Conseil des Ministres, éloignée des axes principaux de déplacements des oiseaux migrateurs mais elle était connue pour importer des oeufs à couver hors réglementation. En Inde, les autorités locales indiquent que le virus H5N1 est apparu et s’est répandu à partir d’une ferme industrielle appartenant à la plus grande compagnie avicole du pays, les couvoirs Venkateshwara.

                  La question cruciale est de savoir pourquoi les gouvernements et les agences internationales, comme l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ne font rien pour enquêter sur la manière dont les fermes industrielles et leurs sous-produits, tels que l’alimentation animale et le fumier, propagent le virus. Au lieu de cela, ils se servent de la crise comme une occasion d’industrialiser davantage le secteur avicole. Les initiatives se multiplient pour interdire la volaille en plein air, pour évincer les petits producteurs et pour réapprovisionner les fermes avec des poulets génétiquement modifiés. Le réseau de complicités avec une industrie prise dans une série de dénis et de dissimulations semble total.

                  « Les agriculteurs perdent leurs moyens d’existence, les poulets locaux sont éliminés et quelques experts déclarent que nous sommes à l’aube d’une épidémie humaine qui pourrait tuer des millions de personnes, » conclut Kuyek. « Quand les gouvernements réaliseront-ils que pour protéger la volaille et les personnes contre la grippe aviaire, ils doivent les protéger contre l’industrie avicole mondiale ? »

                  * * * GRAIN est une organisation non gouvernementale internationale (ONG) dont le but est de promouvoir la gestion et l’utilisation durables de la biodiversité agricole fondées sur le contrôle exercé par les populations sur les ressources génétiques et les connaissances locales. Contact : Devlin Kuyek, GRAIN, à Montréal, Tél : +1 514 2737314, Email : devlin (at) grain.org Web : http://www.grain.org

                  * * *

                  1. Le rapport entier, « Qui est le dindon de la farce ? Le rôle central de l’industrie avicole dans la crise de la grippe aviaire », est disponible sur le site http://www.grain.org/briefings/?id=195

                  2. La fiente de poulet et la litière des sols des élevages industriels de volaille sont des ingrédients courants de l’alimentation animale.

                  FIN

                  COPYRIGHT NOTICE

                  GRAIN’s position on copyright

                  GRAIN does not recognise or enforce copyright on its work.

                  GRAIN materials

                  You are free to copy, translate and distribute any material authored by GRAIN on this website. We ask only that the original source be acknowledged and that a sample of your reprint, repost or translation be sent to :

                  GRAIN, Girona 25 ppal 08010 Barcelona Spain Fax : +34 93 301.13.81 Email : Email us

                  Non-GRAIN materials

                  Texts not written by GRAIN may be subject to copyright and GRAIN indicates this as far as possible. Please do not copy, translate or distribute those texts without contacting the author or publisher first. The same applies to photographs, drawings and other published materials. Specific cases :

                  BRL : The Biodiversity Rights Legislation section of our website is a database of laws and policies. Any copyright on each document would lie with its source/publisher. As compiler, GRAIN does not enforce copyright on the database. If any group or organisation which would like to republish the BRL with the view to building it further, we would welcome this and hope you will contact us.

                  BIO-IPR : The BIO-IPR listserver sometimes carries copyright material on agreement with the publishers. We ask all readers to refrain from using the service for commercial purposes. This means that readers should strictly not republish the material.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès