Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Coulée de boue toxique en Hongrie : c’est un scandale (...)

Coulée de boue toxique en Hongrie : c’est un scandale !

A en entendre les autorités hongroises, la coulée de boue toxique qui menace le Danube est sous contrôle. On voit par cet acte que ces autorités ne font pas de grande différence avec les propos pédants de l’époque soviétique, lorsque tout accident qui se produisait, aussi grave soit-il, était toujours "sous contrôle".
 
Non la situation n’est pas sous contrôle ! Les autorités hongroises cherchent -un peu tard- à dissimuler la vérité et surtout leur négligence scandaleuse pour un pays membre de l’UE, celui d’avoir donné leur accord au fonctionnement de cette usine d’aluminium de la région de Kolantar (ouest de la Hongrie). Cette usine d’Ajka avait été contrôlée par des inspecteurs à peine 2 semaines avant la catastrophe, et les inspecteurs avaient estimé que tout marchait correctement, comme l’a déclaré lui-même le premier ministre hongrois Viktor Orban.
 
Certains hommes politiques hongrois ont même déclaré qu’il est "très possible" que le fonctionnement de cette usine vieillissante était possible grâce à des pots-de-vin versés aux autorités régionales. La cause de la catastrophe est sans doute due à la surcharge du réservoir qui contenait les produits chimiques destinés à la fabrication de l’aluminium, charge qui aurait été 3 fois supérieure aux quantités maximales (!) au moment de la catastrophe.
 
Dans ce cadre, on voit que par toutes ces négligences, cette corruption, les autorités régionales mettent leurs intérêts bien au-dessus de la santé commune.
 
Samedi 9 Octobre, les autorités régionales ont fait évacuer les villages situés à proximité de l’ex-réservoir d’Ajka car selon le premier ministre, une deuxième coulée de boue serait "à craindre". Ainsi, cette coulée de boue, fruit de la déchéance de tout un système de contrôle censé empêcher de tels accidents, (absent en Hongrie à ce que l’on voit) pourra complètement détruire la faune et la flore qui ont survécu à la première coulée de boue.
 
Qui sera condamné pour ces actes, ces malversations ? L’avenir nous le dira, en attendant c’est l’écosystème qui meurt et l’espérance de vie de la population, -autour de 60 ans en Hongrie-, qui va encore diminuer, quoi qu’en disent les mensonges du gouvernement.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • antofogasta 12 octobre 2010 10:25

    encore une catastrophe industrielle ! mais est ce vraiment la cause de la Hongrie et de ses habitants ? vous accusez bien rapidement le pays alors que MAL (propriétaire de l’usine d’aluminium) est une société privé ... on sait comment ça marche une société privé, la recherche du profit au détriment de la population.
    En France nous aussi on fabrique des boues rouges et de l’aluminium , mais on ne les stockent pas car on a la mer pas loin, hop un petit tuyau de 11km et ni vue ni connue on mets nos boues rouges dans la mer directement et on peut donner des leçons à tous... et se poser des questions lorsqu’un cétacé s’échoue sur nos plages...
     A au fait la Hongrie n’a pas de frontière avec la mer, alors c’est sure leur déchets industriels sont plus visibles.


    • Nicolas-royaliste 12 octobre 2010 18:51

      Non justement je n’accuse pas ses habitants et je les plains. Celui que j’accuse c’est leur gouvernement et leurs pratiques qui ont rendu possible cette catastrophe. Avec de la corruption, on a pu maintenir en vie ce réservoir surchargé vieillissant et cela c’est scandaleux.
      Quant à la France je me rend bien compte de toutes les saloperies qui s’y passent. Si ca vous intéresse, j’ai également publié un article sur la composition de l’eau du robinet. ( en France et c’est pas triste )


    • wesson wesson 12 octobre 2010 11:33

      Bonjour l’auteur,

      en fait ce qui vous fait ch..., vous et tous les pousse au jouir libéraux qui sont en fait principalement responsable de ce type de pollution, c’est que le parlement hongrois vient d’adopter à une écrasante majorité une loi qui nationalise la société NAL, sous un mode de saisie des avoirs.

      Voilà une politique qui se devrait d’être généralisé : Dès lors qu’une entreprise cause un dommage au bien public du fait du non respect des consignes de sécurité, hop : Saisie....

      ça fouetterai un peu le sang aux actionnaires ça ....


      • Triodus Triodus 12 octobre 2010 14:41

        Non : Saisir une poubelle qu’il faudra encore dépolluer à grands frais n’est pas la solution.

        Il ne devrait y avoir aucune échappatoire à pouvoir faire casquer, re-casquer et littéralement lyophiliser financièrement TOUS les responsables, y.c. les actionnaires, jusqu’au dernier brin d’herbe nettoyé et remis en place.

        Et que ceux qui auraient organisé leur insolvabilité remboursent en années de travail, les mains dans leur propre me..e !!

        Ca, ça serait normal, citoyen et responsable.


      • AniKoreh AniKoreh 12 octobre 2010 15:01

        Bien dit, Wesson !

        Bien dit aussi, Triodus !!



      • Nicolas-royaliste 12 octobre 2010 18:55

        Je l’ignorais ( la nationalisation ) mais merci de l’information. Ne vous faites pas d’illusions : Je me rend bien compte que c’est une société privée qui est à l’origine de ce réservoir surchargé mais n’oublions pas que si le gouvernement hongrois avait suspendu ses activités cette catastrophe ne serait jamais arrivée. Et les entreprises ont des pratiques plus scandaleuses les unes que les autres c’est pourquoi il faut des autorités fortes qui sachent dire NON ce qui n’est pas le cas de ces autorités régionales corrompues qui ont déclaré que tout était valide 2 semaines avant le drame.

        Là vous zappez la dimension étatique. N’oublions pas que nombre de catastrophes se sont produites à cause de l’impuissance ou de l’indécision des autorités. Bhopal, etc...


      • asterix asterix 12 octobre 2010 12:40

        Bien dit Wesson !
        J’ajouterai qu’il serait du devoir des syndicats de veiller à la confiscation de l’outil par les travailleurs en cas de délocalisation.


        • AniKoreh AniKoreh 12 octobre 2010 14:54


          Bien dit aussi Asterix !

          Ugh !!  smiley


        • Triodus Triodus 12 octobre 2010 15:22

          Le hic, c’est qu’on devra s’en charger nous-même, nos politi-cliques leur sont vouées cul et âme.

          C’est une guerre totale que nous devons livrer à ceux qui broient des hommes, détruisent des nations, des richesses (les vraies !) et dévastent notre biotope.

          Quelle alternative ? Aucune. C’est une question de vie ou de mort. De nous ou eux. Personne viendra nous sauver. 


        • JL JL 12 octobre 2010 15:07

          Hum, Nicolas royalties, à part ça, que pensez-vous de la carastrophe de BP dans le Golfe du Mexique ?


          • Nicolas-royaliste 12 octobre 2010 18:57

            Je n’ai pas écrit un article dessus car je ne connaissais pas tous les éléments et tout le monde en parlait mais c’est une catastrophe aussi scandaleuse que celle-là.


          • AniKoreh AniKoreh 12 octobre 2010 15:14


            Une catastrophe industrielle chasse l’autre..


            Tiens, à propos, quelqu’un aurait une confirmation de ce qui se passe avec le ’Loop Current’, le ’Courant en boucle’, dans le Golfe du Mexique, dans ses apports d’eau chaude au Gulfstream ? Ce Courant en boucle serait à présent à l’arrêt, et le Gulfstream en serait notablement affaibli.. Brrrr !

            Il paraît que ça fuirait toujours au fond, et que le Corexit serait toujours utilisé à grande échelle par BP, en accord avec les autorités (Thad Alen). Déversé désormais sous l’eau, ET répandu en surface (vols nocturnes tous les jours).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès